Reviews for Fleurs étouffantes et vénéneuses
Patte de velours chapter 1 . 2/28/2009
Je ne me lasse pas de la lire. Et il y a un point que j’ai omis de préciser, une autre raison pour laquelle je l’ai autant apprécié : le phrasé "19ème siècle" de certaines de tes tournures de phrases. Avec dans leur formulation un je-ne-sais-quoi, sensation diffuse, qui m’a rappelé Choderlos de Laclos. Peut-être aussi parce que le récit décrit effectivement une forme de liaison dangereuse entre les deux jeunes femmes.

A mes yeux, en plus de recréer l’ambiance historique de l’anime, ces phrases contribuent au charme vénéneux de ton histoire.

Chuu
Patte de velours chapter 1 . 2/27/2009
Mince ! Je n’avais encore jamais envisagé leurs rapports comme ça ! *Claque brutale de la prise de conscience *

Greu... Là tu viens de me donner un choc. Et agréable en plus, avec un peu de recul. Mais c’est vrai qu’il y avait une telle bonne grâce à souffrir chez Sarah. Une telle patience à accepter les brimades. Moi j’y voyais du courage, une obstination de sa douceur, un caractère bien trempé, aucune soumission. Sa secrète revanche sur celles qui souhaitaient la faire craquer.

Là, vu sous un autre angle...

Sa complaisance, un secret désir sado-masochiste ? Parce qu’au fond, elle aime avoir mal ?... en plus ça me parait crédible... c’est vrai que Lavinia était sadique avec elle, enfant. Qu’elle aimait lui faire du mal et varier ses humiliations. Tandis que Sarah n’a jamais caché qu’elle voulait être son amie, allant jusqu’à lui pardonner, apparemment de manière sincère, à la fin de l’anime. Quels que soient leurs sentiments, il y a une connexion indéniable entre elles. Leurs contraires les rendent complémentaires.

Aahh et mon régal, les propos à double-sens et les sous-entendus !

« Cela doit être dans les yeux trop grands, faits pour pleurer. »

Tout est dit dans cette phrase, une image sadienne, condensé de volupté désirée par l’une, aspiration secrète de l’autre. Résumant et justifiant dans la foulée le traitement que tu fais de leurs personnages. Et toute autre considération mise à part, Sarah... c’est vrai que les larmes lui allaient si bien...

Concernant la forme, ton texte est adroitement proportionné. Je t’envie la scène du corset « vrilles végétales qui se resserrent autour d'elle, volant son souffle. » avec leurs respirations haletantes qui se confondent.

J’aime la façon dont tu as rendu trouble la frontière entre dominante/soumise. C’est Lavinia qui « force » mais comme si Sarah la manipulait en ce sens par son entêtement. Une dominatrice impuissante et une soumise qui ne cède pas.

Je retrouve les personnages tels qu’ils étaient dans la série animée sous un angle qui éclaire différemment la nature de leurs rapports. Tels que ceux-ci auraient pu évoluer à l’âge adulte mais qui pouvaient déjà être latents dans leur enfance. Plus j’y songe, plus je me dis qu’il y avait quelque chose de très ambigu dans ce plaisir que prenait Lavinia à meurtrir sa camarade et dans la résignation de celle-ci à se laisser faire...

Moralité : c’est crédible. Je ne verrai plus jamais l’anime de la même façon.

Greu...
ThorinKiliandFili4ever chapter 1 . 2/10/2009
A great story. Very good.