Reviews for Traversées
Eponyme Anonyme chapter 25 . 12/28/2015
Bonjour Madame !
Regarde un peu quel horrible personnage je suis : non seulement je tente de gagner le concours de reviews à TA place, mais en plus j'en profite pour t'endetter encore plus et te donner des RàR à faire.

J'avais hate de le commenter celui-la, meme si ça fait trèèèès longtemps que je l'ai lu, je ne l'ai pas oublié : le chapitre ou Daryl et Hakim se parlent vraiment pour la première fois ! C'est pas rien didon !

J'adore la comparaison des survivants avec “une espèce en voie d'extinction”.

C'était vraiment très, très bien vu ce parallèle entre la façon dont Daryl voit Glenn, et celle dont il voit Hakim, le Chinois qui est en fait un Coréen, l'Arabe qui est finalement un Turc.
On comprend à quel point il est gené aux entournures, sur plein de niveaux, et ça renvoie très bien à son évolution au fil des saisons au sein du groupe, ou on voit clairement qu'il passe d'un redneck con et raciste et primaire à… autre chose. La fin du monde le force à se confronter à des gens qu'il n'aurait jamais fréquenté avant. Et il découvre que “le nègre” est un type fiable, que “le Chinois” est coréen, et que “l'Arabe”… “c'était juste un mec normal”.
On comprend très bien à quel point c'est un chamboulement pour lui.

Oh merde ! Je me souvenais plus du tout que c'est dans ce chapitre que Mémé donne la plume à Carol ! Super, je viens d'avoir un putain de coup d'ascenseur émotionnel et la plume elle vient de se planter en plein dans mon coeur ! :(

Et puis découvrir à la fin que Daryl aussi a une pomme de pin dans sa poche, là aussi, belle décharge d'émotion.
C'est terrible de relire une histoire dont on connait la fin. C'est pour ça que les bons livres doivent etre lu au moins deux fois : une fois sans rien savoir, une fois en sachant tout.
Je peux déjà te prédire que “Traversées”, je ne vais pas le lire que deux fois.

Difficile, maintenant que je sais ce que je sais, de ne pas spoiler dans ma reviewer. Mais, oui, OUI, ce que tu m'as dit se sent déjà, tu l'as préparé, dans la façon dont Carol et Daryl considèrent Hakim, et c'est délicieux pour moi de lire ces prémices des diverses relations qui vont advenir.

J'en reviens à la discussion entre Daryl et Hakim. A la fois longue et brève : peu de mots, mais de longues pensées entre chaque. Hakim qui dit une semi vérité sur les faits, mais au final quelque chose de très sincère sur le fond : ses sentiments envers Mémé.
Et Mémé sert de sésame à Hakim pour entrer dans le groupe.
C'est via elle que Carol s'est attachée à Hakim, et encore via elle que Daryl en vient à le considérer comme un type normal et à comprimer sa méfiance.
On sent bien que cette discussion, qui officiellement n'est pas un interrogatoire, en est bel et bien un. Malgré ce que prétend Daryl, ce n'est pas Rick qui va déterminer la place d'Hakim dans le groupe,mais bien Carol et Daryl.
Et avec l'approbation de Daryl vient quasi automatiquement celle de Rick. Tu le montres très habilement à travers ton récit, car le fameux entretien avec Rick ne sera pas montré, à peine évoqué, tandis que celui avec Daryl est rendu ici dans ses moindres détails.

D'ailleurs, je m'avance déjà sur la review du chapitre suivant, mais lorsque Hakim pense que c'est Carol qui a plaidé en sa faveur, et qu'elle assure que non avec un petit sourire… moi je crois deviner ce que ça veut dire. Carol sourit parce que c'est Daryl qui a plaidé en faveur d'Hakim, pas vrai ?

Allez, j'arrete là ma review, et te dis à bientot pour la suite.
OnceIWas chapter 32 . 12/21/2015
Salut ! J'ai découvert ta fiction il y a peu et l'ai lue d'une taitre.
L'histoire en principale est très intéressante, je dois avouer que ce qui m'a donné l'envie de continuer à lire est une seule question qui me trotte dans la tête "L'antidote est-il le bon ? Va-t-il marcher ?"

Bien sûr rien n'est parfait et je t'avoir qu'à quelque chapitre j'ai eu l'impression de tourner en rond et ai sauter quelques paragraphes, comme pour le chapitre avec la citrouille que je n'ai particulièrement pas aimé...

Je pense que ce n'est que le seul point négatif. Dans ta fiction, l'OC met énormément de temps à s'intégrer au groupe contrairement à toute les autres histoires à j'ai pu lire et je trouve ça génial !
Aussi je trouve assez ironique le fait que même Alza a été le seul ticket d'entrée dans le groupe pour Hakim et que maintenant qu'elle n'est plus là il a sa place. Je suis donc pressé de savoir si cette perte va justement lui donner une raison de plus pour continuer sa quête ou si justement il va tout avouer au groupe. Il me tarde de lire LE chapitre où la vérité va enfin éclater !

J'espère lire le prochain chapitre très vite et te souhaite bonne chance pour la suite.
Eponyme Anonyme chapter 32 . 12/16/2015
Je m'ennuie à mourir au boulot, alors je vais faire semblant de prendre une heure pour taper une lettre qui prend 5 minutes, et te reviewer plutôt, tant que le chapitre est encore frais !

Bon, j'en ai déjà dit beaucoup lors de ma bêta-lecture. J'ai vraiment adoré ce chapitre, c'est typiquement le genre de passage où ton don pour les petits instants, les petits détails, les petites émotions et bonheurs humains, fait merveille. Pas de grands discours, de grandes révélations, de tragique. Toute l'émotion est contenue dans ces moments si intimes, si subtils, que tu racontes avec poésie, mélancolie, douceur.
Cet art des détails, des petits riens qui font les personnes, les affections, et les souvenirs, a fait de ce chapitre le chapitre de mort/deuil le plus touchant que j'ai jamais lu.
Ça me parle tellement !

Comment, en lisant ça, ne pas se demander nous-mêmes : et moi, si je devais perdre soudain ma maison, mes affaires, quels objets aurais-je en mémoire de mes proches ?
La réponse de Carol, Lori et Hakim est magnifique : ils n'ont rien et se souviennent d'anecdotes minuscules. Une chanson en italien improvisée, des bricoles d'enfant et de vieille dame folle, un fou rire absurde au centre commercial.
Je trouve ça beaucoup plus beau et émouvant que s'ils s'étaient focalisé sur des événements plus gros, plus évidents.

On retrouve exactement la même "chute" pour Hakim et pour Carol : l'impulsion du rire mêlé aux pleurs. J'ai beaucoup aimé ce "liant" entre les deux parties.
Je le redis, mais pour moi la plus belle phrase du chapitre est "elles se sentaient bien dans leur triste joie".

J'ai aimé ce choix de faire une coupure entre les événements, et plutôt que de nous montrer la première vague de chagrin (Hakim en panique, les cris et les larmes), nous montrer la seconde, plus posée, plus réfléchie. Tu n'as pas cédé à la facilité d'une scène tragique et intense, à la place, tu nous offres cette oraison funèbre de Mémé Alza, toute en délicatesse.

Et, tour de force, la scène la plus marrante de l'histoire, celle du centre commercial, nous est narrée sous forme de souvenirs.
Je retrouve la même saveur que lors des souvenirs de Daryl dans "promenons-nous" ! Ce choix de ne pas décrire directement, de faire du souvenir un déroulement de pensées, par associations d'idées, est magnifique, et ce qui a rendu "Promenons-nous" superbe rend également ce chapitre génial.
Je me suis tellement reconnue dans ce souvenir absurdement comique ! Les souvenirs que nous avons de mon grand-père sont du même acabit : les meilleurs sont ceux qui nous font rire ("va dans le mur" tu te souviens ?)

Quel dommage que je n'ai pas le temps de préparer un cosplay Mémé Alza d'ici samedi, tu l'aurais amplement mérité.
Par contre, je te préviens : si je trouve un bonnet rose avec écrit BITCH dessus, c'est ton prochain cadeau !

Et enfin, ENFIN, le chapitre de l'apaisement, du deuil pour Carol !
Ça, je ne m'y attendais pas du tout, et ça a été une merveilleuse surprise. La façon dont tu as réinterprété le personnage, cette vision de mère, d'amie, de femme que tu nous montres est vraiment magnifique. Pour moi, TA Carol est LA Carol. Je n'ai jamais lu mieux pour ce personnage, pourtant Praxid avait placé la barre très très haut dans "Down in the willow garden". Mais pour moi, le record est battu avec ce chapitre.
Oxymores chapter 17 . 8/28/2015
Mamie Alza... J'adore tellement ce personnage ! Je l'aime vraiment beaucoup. Son amnésie m'a tellement fait rigolée avec le coup du sac, j'étais pliée !
Je suis sure qu'ils vont s'attachés, c'est obligé elle est trop mignonne ! Et en plus elle c'est ce défendre la bougresse, elle en à de la force !
Aussi, enfin Carol réalise que sa fille est vraiment décédée, ça va lui faire bizarre mais, je pense que Carol à un assez fort caractère pour remonté (doucement) la pente.
Merci pour ces moments de lecture, je dévore ta fic !
Oxymores chapter 16 . 8/28/2015
Enfiiin ! Le nom de ce cher OC. Hakim, hahaha ! par contre, je confirme ma pensée du début. Monsieur n'est pas quelqu'un de commode. Il a pas mal de défauts le vilain, même si il a pris un peu de pitié pour la chère Mamie Alza ! (Alza comme la levure, pardon pardon...Mais j'ai directement pensé à ça)
Oxymores chapter 4 . 8/26/2015
Hahahahahaha ! Enfin un peu moins de brume sur ton OC. Un garçon ? J'avoue que j'aurai pensé que c'était un fille, la aussi enfin un OC autre que fille, beaucoup de nouveau dans cette FIC et c'est agréable ! Le seul qui n'est pas mis un OC fille avec toi est Ours en Gélatine, donc c'est super !
Ah et ce monsieur est chercher et un chercheur un peu capricieux, je crois ? Monsieur ne veut que quelque chose à sa hauteur, digne de lui. Quelqu'un d'exigeant ? De prétentieux ? D'égoïste peut être ? Ce serait pas mal de développer l'idée d'un anti héros, car il m'a l'air, enfin de ce que tu nous montre pour l'instant, quelqu'un ayant une personnalité qui ne plait pas forcément. Qui ne se met pas trop en valeur caractériellement parlant. En tout cas, encore beaucoup de flou, j'aime j'aime j'aime !
Oxymores chapter 3 . 8/26/2015
Hallelujah ! Enfin quelqu'un qui ce penche sur le personnage de Carol et sa personnalité. On ne dirait pas comme ça, mais je pense que le personnage de Carol et celui de Daryl aussi son assez complexe. Tu as très bien compris les personnages, ils sont vraiment très ressemblant au personnage initial, que demander de plus ? J'ai tellement vu de FICs ou Daryl était avenant et souriant que j'en avait presque des haut le cœur.

Sachant que Carol, Michonne, Daryl et Merle sont mes personnages préfères, je suis bien contente de sentir un vent de nouveau dans les fics. D'une part un OC (très intriguant, on ne connaît même pas son sexe ! Perturbant) et de l'autre des persos déjà dans la série, mais très bien maitrisés. J'adore tellement ton personnage de Carol, car on voit bien qu'elle se plie aux regards des autres, qu'elle montre une image d'elle que les autres ont envie de voir. Alors qu'au final, Carol est un fauve qu'on tiens en cage. Je pense aussi qu'elle ce comporte de cette façon car elle n'a pas tellement envie qu'on se préoccupe d'elle, qu'on la fasse pas chier quoi xD
Ça donne un bon vent de nouveau ce pdv à la Carol. Merci pour ce moment de lecture !
Oxymores chapter 2 . 8/26/2015
Haha une peluche musicale ? J'avoue que quand j'ai vu ça j'ai de suite pensé au singe explosif des Black Ops (Call of Duty).
Choix très audacieux de parler à la première personne et surtout au présent ! Déjà très peu commun j'adore, ça se démarque ça se démarque ! J'adore aussi le suspens que tu y mets, très chouette. Ce que j'aime le plus ? Ton style d'écriture, la tournure de tes phrases... Très sympas !
saphira15 chapter 30 . 8/10/2015
Après un chapitre très bizarre, un autre très intense, on retombe dans le quotidien et je dois dire que ça fait du bien !

Alors, un chapitre sur le thème du deuil, comme une mise à plat de tout ce qui s'est passé deux chapitres auparavant.
Je dois l'avouer, je n'ai pas grand chose à dire sur ce chapitre, en particulier parce qu'une bonne partie parle de mécanique et que je suis actuellement ne vacances et donc j'ai officiellement une sainte horreur de tout ça jusqu'à la rentrée :p
Mais j'aimerais bien savoir d'où tu tires ça ? As-tu faire de la physique aussi poussée dans tes études ? Ou est-ce des recherches pour ce chapitre ?

Par contre, encore une fois, Carol décrit superbement les affres du deuil. Les jours de déni, les jours d'acceptation, les jours de colère, et parfois les trois à la fois.
Finalement, Carol est un peu comme Mémé Alza. Elle vit successivement dans un monde où Sophia n'existe pas vraiment, ou en tout cas dans un monde où la mort de Sophia n'existe pas (elle ne croit pas que Sophia soit vivante pour autant, mais elle occulte sa mort), puis quelque chose arrive, une vive pensée, un souvenir, un bruit, et elle se rappelle.
Mémé Alza vit dans un monde qui n'appartient qu'à elle, un mélange de réalité et de fantasme et de souvenirs, et tout à coup, elle pense à quelque chose et pendant un moment la vision qu'elle a du monde n'est plus en adéquation avec ce qu'elle vient de réaliser. Ca ne coïncide pas.
saphira15 chapter 29 . 8/10/2015
Oups, j'ai lancé la review sans la finir ! Du coup je finis ici la review du chapitre d'avant:

Et oui, ça arrive, on va au petit coin et on se retrouve nez à nez avec un zombi qui veut nous bouffer.
Encore une fois, j'aime ce côté: on n'est jamais à l'abri, et on frôle la mort tous les jours.

Ce chapitre c'est le chapitre de la transformation. Carol se transforme, Daryl aussi.
Quelques chapitres auparavant, Carol s'était jurée qu'elle allait être forte, qu'elle allait survivre. Dans celui-là, elle le prouve. Elle se le prouve à elle-même, et tout cela dans une violence inouïe.
C'était probablement l'un des chapitres les plus intenses que j'ai jamais lu. Le -grand- paragraphe où elle se bat, où elle décapite le rôdeur, où elle le tue à mains nues comme une sauvage m'a fait dresser les poils sur les bras. C'était d'une rare intensité, avec les mots 'au diable!', comme un mantra qui entrecoupe les coups et les viscères qui volent.
Vraiment un paragraphe génial.

Et je doit dire, j'ai particulièrement aimé le rapport à la tribu, à la danse tribale, au combat tribal, à la victoire tribale, plus animale que le rôdeur lui même.

Et enfin, Daryl, qui ne crie pas, qui comprend, d'une certaine manière, et qui se tait. Parfait.

A présent, chapitre 13:

Whoa! Après tous ces chapitres, nous voilà avec le Colonel, un personnages qu'on avait pas trop eu l'occasion de découvrir, et nous voilà avec un chapitre entier sur lui ! Dès les premiers mots, je sais que je vais dévorer ce chapitre!

Et mon dieu ! Mais mince alors ! Moi qui pensais, bine naïvement je l'avoue, qu'il n'était question que d'une simple épidémie sortie d'on ne sait trop où et que les militaires voulait trouver Hakim pour sauver le monde. Mais non ! Non ! Derrière ça, il y a la CIA ! Et une espèce de complot affreux ou le Colonel, le grand méchant depuis el début, devient la victime d'un ennemi bien plus grand ! C'est du génie !

Comme tu le vois, ma review n'est pas construite, mais tant pis !

Ce chapitre me pose tout un tas de nouvelles questions:
Qu'est-ce que cette formule ? Une formule pour sauver le monde ou le condamner ?
Comment la CIA a pu autant s'en mêler ? En savent-ils plus sur l'épidémie et son origine ?
Est-ce pour ça que le Professeur était aussi suspicieuse ?
Pourquoi autant de questions sur l'états d'esprits des scientifiques ?

Bref, un chapitre très étonnant !
saphira15 chapter 28 . 8/10/2015
Ahah, le début de ce chapitre m'a tout de suite emballé. Pourquoi ? Parce que je retrouve que ci m'avait donné une telle claque quelques chapitres auparavant. Ces quelques scènes de rêves, de demi-conscience, d'inconscience, que tu arrives à découvrir avec moult symboles et qui me plait beaucoup dans ta fiction.

Et il y a le petit rappel de métaphore de la traversée, qui représente à la fois le voyage du groupe, et la traversée psychologique de Carol, qui semble loin d'être finie.

Arg, j'avais oublié comme c'était bien une fiction d'amitié Daryl/Carol ! Je les trouve adorable tous les deux, et je trouve qu'ils sont encore plus adorables lorsqu'ils sont amis, tout simplement. La relation romantique qui apparaît dans la plupart des fictions fait perdre à leur relation ce petit quelque chose qui est si particulier.

Bref, venons-en aux faits: l'attaque du rôdeur. Et oui, ça arrive, on va au petit coin et on
saphira15 chapter 27 . 8/10/2015
Un chapitre sur le thème de la médecine, j'aime forcément !
Je l'ai probablement déjà dit, mais je trouve très intéressant que tu nous fasses découvrir ce qu'il s'est passe entre la deuxième et la troisième saison de la série, et comment Carol est passée de la femme faible et pleurnicharde à celle presque malade mentale de la saison 3. Parce que je pense que ce changement manque à beaucoup de monde, et qu'il était très dommage que les scénaristes ne veuillent pas nous montrer ça. Donc, juste pour ça, merci :)

Ahah, et j'ai bien aimé le premier paragraphe où tu expliques comment Carol a organisé les vivres et tout ça. Evidemment, en tant que scientifique et matheuse, j'adore quand on rationalise à ce point la survie. J'aime beaucoup réfléchir à comment je m'y prendrais pour survivre dans un cas aussi extrême qu'une apocalypse zombie.
Et à chaque fois, je pense forcément à ce qu'on devrait penser au niveau logistique: comment gérer les ressources et les dispatcher entre tout le monde, etc...

Sinon, la deuxième grande partie de ce chapitre, c'était le cours de médecine par Hakim. Ahah, qu'est-ce que j'ai aimé. D'une parce que c'est très réaliste (non pas que j'ai une expérience fabuleuse en sutures, mais du temps ou je rêvais d'être médecin, j'ai regardé des tas de trucs sur la médecine et tout ça)

Et c'est assez drôle que Carol s’entraîne sur un cochon, et qu'elle demande à Hakim s'il va en manger. Un joli moment pour montrer qu'il existe quand même une majorité de musulmans raisonnés et aptes à réfléchir. Hein Daryl, c'est pas tous des extrémistes :p

Une chose à laquelle je voulais rebondir: j'ai trouvé très juste que Hakim avoue qu'il ait voulu faire médecin pour le statut plus que par altruisme. Parce que il se trouve que maintenant que j'ai quitté le domaine et tout et tout, et que je m'épanouis en école d'ingénieurs, je comprends que c'est aussi la raison pour laquelle je me suis lancée dans des études de médecine. Le prestige, la sensation d'être supérieure, tout ça, plus que l'envie d'aider les autres. Maintenant, je suis au Secours Populaire, et j'aide les autres, mais sans contrepartie :)

Bref, pour finir, le regard très drôle de Daryl sur la relation entre Carol et Hakim. Le voir aussi jaloux de l'amitié des deux autres est vraiment marrant à lire, d'autant plus qu'on ne va pas du tout vers quelque chose de romantique et pourtant on a droit aux mêmes scènes qui font franchement clichés dans un Caryl habituel mais qui ici est vraiment légitime parce qu'effectivement Carol est SON amie, l'une des rares, et Daryl est évidemment possessif.
saphira15 chapter 26 . 8/10/2015
Ahah, revoilà Hakim ! Il m'avait manqué celui-là !

On pense avoir à faire à un chapitre de transition, avec les deux semaines écoulées, avec la routine qui s'est installé et que Hakim raconte et explique.
C'est toujours sympa de relâcher la pression et de faire un chapitre plus léger, plus dans la description.
Ainsi, j'ai beaucoup aimé voir le quotidien des survivants;, la machine bine huilée de leurs déménagements successifs, Carol qui prend la tête des opérations, les hommes armés qui s'occupent de surveiller les alentours, etc...

Mais comme tu as de la suite dans les idées, tu as su couper ce chapitre qui aurait pu être un peu long avec une journée pleine de rebondissements pour mettre un peu d'action dans le chapitre.

Et comme on les attendait, voici les militaires qui se ramènent.
Ce que j'ai beaucoup aimé avec leur intervention, c'est leur apparente façon de faire du bruit tout le temps. Et c'est ce que je trouve très juste. Il est en effet très possible que des hommes super entraîné et persuadé de s'en sortir mieux que tout le monde (avec possiblement pas assez d’expériences dans des pays de guerre) fasse tout ce qu'il ne faut pas faire et fasse beaucoup plus de bruit que nécessaire.

Et mon dieu, merci pour le moment de stress où on croit qu'Hershel va mourir !
Franchement, cette scène est une succession de bonnes idées. D'abord l presque mort con par asphyxie, le truc qui pourrait tellement arriver à n'importe qui, surtout à son âge. J'aime beaucoup les morts cons dans les films, c'est bizarre :)

Et enfin, Rick qui choisit Carl plutôt qu'Hershel. C'est très émouvant, parce que tu livres ici un Rick profondément humain. Oui, comme tout père, il est prêt à laisser mourir un ami pour sauver son enfant. Oui, il est prêt à l'abandonner pour sauver la vie des autres.

Mais bon, tout va bien, puisque Hakim est là et l'aide à s'en sortir. Quel héros celui-là !
saphira15 chapter 25 . 8/10/2015
Un chapitre centrée sur Daryl ! Un Daryl presque drôle en plus !
J'ADORE tes passages d'introspection, où tu fais littéralement parler les pensées de tes personnages.(ce n'est pas très français, mais j'ai pas pu mieux formuler). Tout le passage où Daryl songe à la différence au truc entre arabe et turc, et la similarité que ça crée avec ses préjugés d'Atlanta, parfait.
On sent là encore ton avis très critique que les personnages canons. Non, ce n'est pas parce que Daryl a évolué qu'il est devenu un model de tolérance et de bon sens. Daryl, évidemment, pense que les arabes sont mauvais et comme une majorité d'Américain, pense que tout ce qui n'est pas Américain n'a pas vraiment de distinction.

Ce que j'ai trouvé très juste et très révélateur de l'état d'esprit de Daryl, c'est le fait qu'il soit mal à l'aise de se rendre compte que, finalement, il n'a pas vraiment changé. Il pensait que chinois et coréen, c'était pareil, et maintenant il pense que turc et arabe, c'est aussi pareil. Pas d'évolution.

Oh, et j'adore le passage de Carol ! On sort du personnage trop répandu où elle apparaît comme la femme qui sait toujours quoi dire, quoi faire, et qui veut toujours le mieux pour tout le monde. Qui pousse Daryl vers les autres pour lui, pour l'aider.
La, elle pense avec un égoïsme tout naturel. Elle aime la veille femme, cette vieille femme, qui, à l'instar d'un enfant, met du baume au coeur de Carol, et elle pousse Daryl a accepter Hakim pour garder la vieille avec elle.

Enfin, la discussion de réconciliation. Je trouve que pour le coup Daryl est assez avenant pour un gars qui ne voulait pas entendre parler d'Hakim, mais c'est l'occasion de faire un petit résumé de ce qu'on sait du début de l'épidémie.
En tout cas, je file vers le chapitre suivant !
saphira15 chapter 24 . 8/10/2015
Hellooooo !
Alors, j'aime toujours autant la façon dont tu nous plonges dans l'esprit de la vieille, avec un raisonnement qui n'appartient qu'à elle mais que nous arrivons à suivre quand même. Tu retranscris parfaitement les réactions des personnes atteintes d'Alzeihmer, qui cherchent à tout pris à rationnaliser ce qu'ils voient et qui n'a aucun sens pour eux.

Ainsi, mémé Alza s'imagine des rôles de la vie courante et qui lui parlent pour chacun des survivants, de même qu'elle s’imagine encore dans sa chambre à elle, en attendant son émission préférée, qui n'arrive jamais.
On voit à travers les yeux de Carol une vieille femme sympathique, un peu perdue, mais gentille, la bonne face de la maladie finalement, avec les souvenirs qui partent en vrille et l'esprit qui s'égare mas sans les crises que peut amener cette maladie.

J'ai beaucoup aimé le rappel de l'heure de son émission préférée ainsi que de tout les rituels de sa maison de retraite, et notamment cette paire de phrases, magique:

" 'C'est l'heure de mon émission télé', annonça-t-elle, encore. C'était l'heure de son émission une bonne dizaine de fois par jour, au moins."

La discussion entre Hakim et elle, très belle également, rendue je trouve encore plus belle par le fait que la vieille s'efforce de l'apprécier même si elle n'y comprend rien.
138 | Page 1 2 3 4 .. Last Next »