Hey oui je sais je ne post pas souvent de chapitre. je ne vais pas vous sortir d'excuse je suis sur que vous vous en fichez ^^

je pense que les chapitre sortirons un peu plus vite en juin, voilà voilà ^^

sinon un grand merci pour vos reviews qui me font toujours plaisir

merci à toi Jade qui me suit encore malgré le fait que je ne post pas souvent. c'est vrai que je fait des fautes en relisant Shore Leave j'ai remarquer plein de faute moi aussi ^^ va falloir que je corrige ça xD et j'ai décider d'exhausser ton souhait ^^ j'espère que ce chapitre sur ce qui se passe après 22h te plaira.

Sinon je n'ai pas encore écrit sur "Galilée ne répond plus" (The Galileo seven), mais c'est bien possible que je le fasse prochainement ^^

sinon l'épisode "un tour à babel" (journey to babel) Saison 2 épisode 10 (2x10) c'est quand l'enterprise reçoit l'ambassadeur sarek et amanda (les parent de Spock) pour une affaire diplomatique si tu te souvient pas de l'épisode je te conseille de le voir il est génial ^^

bon bref Bonne lecture ;)


À 22h,

Spock était devant la porte de son capitaine. Qu'est-ce qu'il faisait là ? Ce n'était pas convenable d'être devant cette porte, maintenant, à cette heure-ci, quand le Capitaine lui avait dit plus tôt de venir continuer leur activité.

Il repassait en boucle le nombre de règlement qu'ils enfreindraient si jamais il sonnait à cette porte. La fraternisation était proscrite, en particulier pour un capitaine ou un officier supérieur. Alors entre les deux plus haut gradés du vaisseau c'était clairement interdit. Si ça venait à ce savoir, Kirk pourrait aller en prison et lui et bien lui serait probablement viré. Kirk devait savoir ça, et pourtant il lui avait quand même proposer de venir.

Ils étaient deux hommes aussi. Dans un sens ça ne le dérangeait pas tellement, mais dans un autre quelque chose clochait. Deux personnes du même sexe ne peuvent pas se reproduire alors avoir des relation sexuel avec quelqu'un du même sexe, ça allait contre la logique naturel des choses.

Et puis si ça se passait mal ? Si jamais ils n'arrivaient pas à s'arrêter après une fois ? Si cela affectait leur travail sur la passerelle ? Il n'y avait pas assez de données pour répondre à ces questions pourtant fallait-il quand même prendre le risque et s'en occuper plus tard ?

Il criait à ses jambes de faire demi-tour, de partir et de retourner à une autre activité. Il avait embrasser Kirk, ça devrait lui suffire pour le restant de ces jours ? Ça aurait du enrayer ses envies et pourtant il avait l'impression qu'elles s'étaient aiguisé. Bon sang, il devait partir, ce n'était pas logique d'être là devant cette porte. Cet après-midi avait été un moment d'oublie et de naïveté. Mais ça devrait être finit maintenant.

Son doigt se dirigea jusqu'à la sonnette. Ça y est, il l'avait fait. Il avait ruiner son avenir tout entier. Pour le prochain siècle à venir de sa longue vie il aurait ça à porter sur la conscience, plus personne ne lui ferait confiance, les siens le rejetteraient parce qu'il n'y avait aucune logique dans ses présents actes. Il allait ruiner sa vie pour juste quelques heures dans les bras de son capitaine. Pour un peu de cette chaleur, de cette douceur. Était-ce le coté « interdit » qui l'excitait alors qu'il voyait la porte s'ouvrir doucement ? Était-ce parce qu'il allait se brûler les ailes de la plus intense façon qui soit ? Peut-être,

Il pénétra dans la pièce, son capitaine était là, un gentil sourire sur les lèvres, l'air heureux qu'il est choisit cette voie plutôt que l'autre. Il décolla ses fesses de son bureau et s'approcha de lui, quelque parole sortait de sa bouche, mais il n'entendait rien. Il était juste là, à attendre la petite goutte qui ferait déborder son désir et l'embraserait.

Cette petite étincelle fut la main de Kirk sur son poignet. Au bon sang, comment avait-il put croire un seul instant se priver de ça ? Un geste sec il libéra son poignet et attrapa celui de son capitaine avant de l'envoyer contre un mur. Kirk poussa un petit cri quand son dos heurta le dit mur, mais il oublia bien vite quand il vit arriver sur lui un vulcain fait de braises. Son second saisit ses lèvres de façon avide et se pressa contre lui.

Bon sang des braises ? Ce n'était même pas encore assez pour décrire la chaleur qui se dégageait de ce corps. Il avait penser diriger la danse, mais finalement il se sentait tout à fait capable de se couler dans les bras puissant de son vulcain, se laisser faire. Oh oui, il allait laisser cet être le réduire en cendre, c'est ce qu'il comprit quand il se sentit porter avant que son bassin rencontre celui excité de son amant. Plaquer contre un mur, des mains sur ses fesses, ses jambes s'enroulant autour des hanches musculeuse de son second. On avait jamais été si fougueux avec lui, mais il adorait ça.

Leur baisé se fit fiévreux, peu importe s'ils avaient du mal à respirer, si leur corps s'électrisaient à force de frottement. Si leur sexe leur faisait mal à rester dans leur pantalon. Ils voulaient se goûter, se dévorer, ne faire plus qu'un. Kirk gémit. C'était si bon, c'était si chaud. Un mois de repos ne serais pas capable de lui remonter le moral et l'énergie à fond comme c'était à présent le cas.

Les coups de rein que lançait Spock, le provoquait, il avait envie, oh oui il avait envie que Spock le pénètre, il n'attendait plus que ça maintenant. Les doigts du vulcain, rencontrèrent les siens, les caressèrent doucement et progressivement il sentait son esprit être envahie. Envahie par un feu ardent qu'il accueillit à bras ouvert. Il ouvrit les yeux et fixa les iris brune de son second. Il y avait quelque chose d'intime à cela, il avait fixé les yeux de beaucoup de personne, mais avec Spock il y avait autre chose, il y avait un partage, une compréhension, un .. Amour qu'ils n'avaient jamais eu avec quelqu'un d'autre.

Il y avait quelque chose dans les yeux bleu de son capitaine, quelque chose qui lui disait qu'il serait à lui, maintenant, comme pour l'éternité. C'était trop pour lui. D'une main il défit son pantalon avant d'arracher, de déchirer celui de Kirk.

« WOOAH Spock, doucement. »

De la douceur ? Non il était trop presser désormais. Rapidement il lui arracha tout ce qu'il pouvait, il s'en fichait de savoir ou non si c'était le second uniforme que son capitaine voyait détruit de la journée. Kirk se retrouva rapidement nu et souffla d'excitation et d'anticipation. De ses mains il essaya tout de même de retirer l'uniforme bleu à son second, celui-ci l'aida dans sa tache. Leur lèvres s'embrassèrent de nouveau, leur langues se caressèrent avec volupté. Plus rien sur le vaisseau n'existait, seul eux et leur folie.

Jim sentit quelque chose presser son anneaux de chair frémissant, il voulu protester, c'était trop tôt. Mais rapidement il sentit qu'on le pénétrait, un sexe dur et chaud, humide et doux. Il serra les dents et essaya de se détendre à cette intrusion. Bizarre il ne sentit pas grand chose, Spock devait y aller doucement, il ouvrit les yeux et le regarda.

« C'est bon essaie de rentrer un peu plus.

Je suis déjà en toi Jim.

Qu.. Quoi ? »

C'était impossible, il avait sentit le sexe imposant de son amant, il ne pouvait pas l'avoir pénétrer si vite sans qu'il ne hurle de douleur. Néanmoins sous les yeux insistant de son second, il baissa les yeux, leur corps se séparèrent légèrement pour le laisser voir. Et en effet, Spock était en lui, jusqu'à la garde, il fixa de nouveau son amant qui ne donnait toujours pas de coup de rein. Il allait poser la question pour savoir comment c'était possible, quand il sentit quelque chose bouger.

« ça, ça bouge en moi. » siffla t-il avec un peu de panique dans la voix.

« C'est normal, je suis encore plus excité qu'avant, mon sexe change de forme. Si je t'avais pénétrer maintenant tu aurait eu mal. Et si tu n'as pas eu mal avant, c'était à cause d'un anesthésiant naturel, qui va bientôt se dissiper.

Rien que ça ? » Rigola Jim.

Il n'en revenait pas et ne s'y attendait absolument pas. Son fourreau brûlant se pressait contre ce sexe qui gonflait davantage en lui, prenant des reliefs, rien que ça, ça l'excita davantage. Il trembla, il était légèrement effrayé, mais tellement excité en même temps. Il embrassa Spock, s'accrochant à son cou tandis qu'on le portait toujours. Un premier coup de rein partit.

« Oh, Oh mon dieu. » Hurla Jim.

Au premier coup de rein il cru qu'il allait jouir, jamais il n'avait sentit autant de plaisir si rapidement. Un second coup de rein le fit gémir de nouveau. Bon sang il n'avait jamais rien connu de si bon, de si excitant. Un troisième coup de rein le fit frissonner. Il sentait ses jambes molles, mais il s'en foutait, plus rien n'avait d'importance que le plaisir qu'il ressentait. Un quatrième mouvement de bassin dans ses chairs étroites alla jusqu'à son sexe, il cru qu'il allait jouir. C'est ce qu'il fit la cinquième fois que Spock le prit, le pénétra jusqu'à la garde, il hurla, des larmes menaçant de glissé le long de ses joues tant c'était intense. Tout son corps était contracter et il sentait que Spock avait du mal à se retenir lui aussi, ses mains tremblaient de plaisir alors que son sexe était intensément épousé par les chairs de son capitaine.

Il en voulait encore, il adorait voir le blond prendre du plaisir l'entendre gémir. Brusquement il le plaqua davantage contre le mur, saisit ses hanches frémissante et commença à le pilonner rapidement, par des coup sec et puissant. Il blottit sa tête contre le cou de son capitaine alors que celui-ci griffait son dos en gémissant comme un damné, son corps s'ouvrant à lui.

Il décida de changer d'endroit, le bureau semblait un bon compromit. Il se retourna et allongea son capitaine dessus après avoir dégager PADD et autres affaires entreposer dessus. Le blond frémissa sous la froideur de la surface sur laquelle il fut allonger. Il sentit ses jambes se faire attraper au niveau des genoux et écarter en avant et sur les cotés. Qu'est-ce que ça pouvait être gênant, mais voir Spock le surplomber, s'enfoncer doucement dans ses chairs, c'était divin.

Le vulcain préférait cette position, certes il ne sentait plus autant le corps de son amant contre lui. Mais il adorait le dominer, il adorait voir ce corps bronzé se laisser prendre, se laisser faire, se sexe tremblant qui ne demandais qu'à jouir une seconde fois, ce visage qui le suppliait de continuer.

« Embrasse moi. » Murmura Kirk.

Alors il se pencha vers lui, ramenant en même temps et avec force les genoux de son amant vers ses épaules. L'angle de pénétration changea et il donna un coup de rein vif qui fit gémir son blond. Il saisit ses lèvres tout en continuant à le pénétrer, à le faire siens, à voler son être. Puis il se redressa, calant les jambes de Jim contre ses épaules, il continua à le prendre. Son sexe s'enfonçant de plus en plus vite en Jim. Jim qui ne savait plus ou donner de la tête, il cherchait avec sa main quelque chose à serrer pour éviter de craquer.

« Ra.. Ralentit, jt'en pris. » Murmura t-il.

Spock n'en fit rien, au contraire il accéléra, davantage, son souffle devenant plus fort, plus erratique alors qu'il prenait plus de plaisir qu'il n'en avait jamais pris de toute sa vie.

« Attend, arrête toi.. Retire toi.. Sur le lit. » Essaya de parler le blond

« Pas maintenant.

S'il te plaît.

Je ne peux pas me retirer maintenant, laisse moi finir. » Grogna Spock dans un coup de rein violent qui fit taire le blond dans un cri.

Kirk continuait à se faire harponner par son second, essayant de ne pas s'évanouir sous le plaisir. Il avait encore envie de jouir, il se sentait proche, mais il était incapable de se caresser lui même. Il sentit finalement un liquide chaud couler en lui. Ça le fit trembler, c'était excitant de sentir la semence d'un autre homme en lui. Non pas d'un autre homme, de Spock. Ce dernier se retira doucement et Jim fut incapable de retenir le sperme en lui, le liquide blanc s'écoula entre ses fesses, le rendant encore plus humide qu'avant. D'un bras il cacha ses yeux de honte.

« Oh mon dieu. »

Spock se glissa contre lui et attrapa ses bras pour les mettre autour de son cou. Il croisa le regard de Jim et lui fit comprendre que tout allait bien et que ce n'était rien. Ses mains glissèrent dans son dos.

« Accroche toi à moi Jim. »

le blond s'exécutât et se fit soulever par le vulcain avant d'être allonger sur lit. Spock se blottit contre lui, le laissant reprendre son souffle. Jim se tourna vers lui et entremêla leur jambes, avant de rapprocher leur bassin. Il embrassa son amant, tout en se frottant contre lui. Ils n'avaient pas encore terminer loin de là. Ils se caressèrent, apprivoisèrent leur corps, jusqu'à ce que l'excitation devienne trop intense. Spock se redressa vivement, attrapa son capitaine et le mis à quatre pattes avant de le pénétrer en vitesse.

Kirk fut surprit d'une telle rapidité, il ne s'y attendait pas et c'était toujours étonnant. Malgré la rapidité avec laquelle il avait reprit possession de son corps, Spock attendait son signal avant de se remettre à bouger. Impatient, Jim ne tarda pas à le lui donner en bougeant lui même son bassin pour s'empaler sur l'imposant sexe lui même. Mais ce n'était rien comparer au coup de rein qui suivit qui le fit crier.

Les coups de butoir s'enchaînèrent, Jim peinait à tenir en place. En particulier quand Spock s'allongea légèrement sur lui, pour lui mordre la nuque tandis que des mains parcourait sa poitrine et son ventre jusqu'à saisir son sexe pour la caresser d'un rythme un peu trop doux à son goût.

« Spock, laisse moi jouir. »

Spock n'en fit rien. Au contraire, d'une main ferme et plaqua Jim contre le lit, laissant seulement ses hanche en l'air. Caressant brièvement ses cheveux, il remonta doucement sur son dos jusqu'à ses rein puis d'un geste brusque, le força à écarter davantage les cuisses. Jim n'en pouvait plus, c'était à la fois gênant, mais tellement excitant. Il sentait le sperme de Spock couler encore sur ses cuisses alors que le sexe infernal le prenait sans relâche.

Deux mains brûlante sur ses hanches le firent frissonner, progressivement le rythme des va et viens accéléra, devenant véloce. La rencontre de leur deux corps en un claquement indécent provoquait davantage leur plaisir. Ils jouirent ensemble, Jim se mordant la main pour ne pas hurler trop fort.

Ils s'allongèrent haletant pour reprendre leur souffle. Un seul regard leur suffit pour comprendre que ce n'était pas encore finit.

Lorsque le lendemains matin au aurore, Spock quitta la chambre, Jim le retint une demi seconde pour lui donner un nouveau rendez-vous. Après tout tant qu'ils n'étaient pas découvert, ils pouvaient bien continuer.