Je saigne encore – kyo

Je souffre, je meurs

Il a le droit de poser ses mains sur ton corps
Il a le droit de respirer ton odeur
Il a même droit aux regards qui le rendent plus fort
Et moi, la chaleur de ta voix dans le cœur

Lee regarda Sasuke poser ses mains sur la taille de Sakura, se pencher vers son cou pour humer son parfum, recevoir le regard langoureux de la belle rose. Et lui, tout ce à quoi il eut droit, ce fut la mélodie de son rire quand elle éclata de rire. Pourquoi était-elle avec ce ténébreux ? Pourquoi ne le remarquait-elle pas ?

Et ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme
Regarde en toi, même pas l'ombre d'une larme
Et je saigne encore, je souris à la mort
Tout ce rouge sur mon corps
Je te blesse dans un dernier effort

Elle ne le voyait pas. Elle ignorait tout le mal qu'elle lui faisait. Toute la souffrance de son cœur qui saignait de la voir avec un autre. Mais à l'extérieur, je souris. Je souris à cette souffrance et souhaite en silence votre souffrance.

Il aime caresser ton visage quand tu t'endors
Et toi tu te permets de dire encore encore
Je sais que ce qui ne tue pas rend plus fort
Mais moi, mais moi je suis déjà mort

Tu l'ignores, mais je vous ai si souvent vu alors que vous vous croyez seul. Toutes ces soirées auxquelles on était tous les trois invités. Vous vous éclipsiez vers les chambres quand personne ne regardait, mais moi je vous voyais. Et bien que je souffre de vous voir ensemble, je vous suivais. Je connaissais tous les recoins de cette maison et je trouvais toujours un moyen de vous espionner à votre insu. Caché dans la pièce d'à côté, j'utilisais le trou dans le mur qui était caché par un miroir sans teint. Je suis sûr que vous ignorez que cette pièce était utilisée pour assister aux ébats des autres. Je les découvert par inadvertance, mais le propriétaire m'a jour découvert et si je n'en parlais à personne, il me laissait l'utiliser. C'était un secret qui me rendait plus fort sur vous. Si j'avais voulu, j'aurais pu vous filmer et tout mettre sur internet pour détruire votre réputation. Mais je n'en ai jamais eu la force.

Ça fait mal, crois moi, une lame enfoncée loin dans mon âme
Regarde en toi, même pas l'ombre d'une larme
Et je saigne encore, je souris à la mort
Tout ce rouge sur mon corps
Je te blesse dans un dernier effort

Plus deux ans je vous observe dans que vous ne le remarquiez. Je souffre. Je meurs. Je me demande encore pourquoi je continue cette mascarade.

Mais je saigne encore, je souris à la mort
Mais je saigne encore,
Tout ce rouge sur mon corps x3

C'est peut-être pour cette raison que la folie l'a emporté et que j'ai finalement réussi à vous filmer, puis tout mettre sur la toile. Tout ça juste avant de m'injecter une nouvelle dose d'héroïne. La dernière. Celle de trop.