Elle a les yeux revolver – Marc Lavoine

Ensorcelé

Un peu spéciale, elle est célibataire
Le visage pâle, les cheveux en arrière
Et j'aime ça

Shikamaru ne pouvait lâcher cette femme des yeux. Indépendante, repoussant tous les hommes qui osaient s'approcher d'un peu trop de près d'elle. Ses cheveux blonds remontés en quatre couettes derrière sa tête lui donnaient un air spécial et unique.

Elle se dessine sous des jupes fendues
Et je devine des histoires défendues
C'est comme ça

Ses longues jambes de mannequin dépassaient de la fente sur sa jupe violette. Aguichantes et inaccessible. Insaisissable. Il n'y peut rien, elle l'attire comme jamais une femme ne l'avait attiré avant.

Tell'ment si belle quand elle sort
Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort

Chaque fois qu'il la voit passer devant le café où il travaille, il ne peut s'empêcher de l'admirer. Et de l'aimer un peu plus.

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu

Il a été touché par son regard, c'est lui qui a déclenché tout ce remue-ménage en lui. C'est elle qui a rivé son regard au sien en premier et pourtant, c'est lui qui se languit d'un sourire.

Un peu larguée, un peu seule sur la terre
Les mains tendues, les cheveux en arrière
Et j'aime ça

Jamais accompagnée, elle semble seule. Aucune bague au doigt, lui laisse l'espoir qu'elle est célibataire. Mais il n'a pas le courage d'aller la voir pour le savoir. Quand elle rentre dans le café pour prendre son café du matin, Shikamaru fait des efforts surhumains pour ne pas bafouiller. Elle l'a totalement ensorcelé.

A faire l'amour sur des malentendus
On vit toujours des moments défendus
C'est comme ça

Dieu qu'il aimerait avoir le courage de l'inviter, quitte à se faire repousser. Au-moins aurait-il tenté sa chance. Mais dès qu'elle est devant lui, plus aucun son ne sort de sa bouche, outre les banalités d'usage en tant qu'employé du café.

Tell'ment si femme quand elle mord
Tell'ment si femme, je l'aime tell'ment si fort

Chaque fois qu'il la voit, Shikamaru se sent poète. Il aimerait être ce café pour pouvoir toucher ses lèvres et sa langue avec sensualité. Il aimerait être cette brioche, pour que ses doigts le touche et sentir ses dents glisser sur sa peau pour le taquiner. Dieu qu'il était amoureux de cette femme dont il ne connaissait même pas le nom.

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu

Ce matin-là, il sentit le regard perçant de la jeune femme sur lui, alors qu'il débarrasse une table. Ses yeux aigue-marine l'observent au-dessus de sa tasse fumante. Le récipient lui cache sa bouche rose, mais à la forme de ses joues, il a l'impression qu'elle lui sourit. Et au-moment de débarrasser sa table, il découvre un bout de papier sous la tasse. Une adresse. Il ignore si c'est elle qui là laissé là. Il ignore si c'est pour lui. Mais il prend le risque d'aller voir à la fin de son chiffre.

Son corps s'achève sous des draps inconnus
Et moi je rêve de gestes défendus
C'est comme ça

Shikamaru ignorait comment il s'était retrouvé dans ses draps de satin portant le même parfum que la belle inconnue, mais dès le moment où il avait sonné chez elle et qu'elle l'avait fait entré, tout c'était déroulé rapidement. Il ignorait pourquoi elle lui avait refilé son adresse. Il ignorait pourquoi elle l'avait embrassé à la seconde où elle avait refermé la porte. Il ignorait pourquoi elle l'avait entrainé dans son lit. Mais il était sûr d'une chose, il avait l'impression d'être dans un rêve qu'il espérait ne jamais se réveiller.

Un peu spéciale, elle est célibataire
Le visage pâle, les cheveux en arrière
Et j'aime ça

Cette femme était spéciale. Le chevauchant en rejetant la tête en arrière, sa crinière dorée volant au-dessus pour retomber dans son dos. Il ne pouvait plus détacher son regard de cette nymphe qui se déhanchait sur lui.

Tell'ment si femme quand elle dort
Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort

Même à bout de force, il ne trouva pas le sommeil. Alors il la regarda dormir contre lui. Ils n'avaient pas vraiment échangé de mots, il ne se souvenait pas l'avoir entendu se présenter, ni même lui avoir demandé son nom. Quoiqu'il figurait sur son badge de travail. Mais ça n'avait aucune importance. Elle se trouvait présentement entre ses bras.

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu

Elle était celle qui l'avait regardé en premier. Elle était celle qui l'avait invité chez elle. Elle était celle qui l'avait embrassé avant de le conduire dans sa chambre. Elle était celle qui l'avait complètement ensorcelé. Jamais il ne pourrait être avec une autre femme qu'elle.