dingue, dingue, dingue - Christophe Mae

Dingue

Je sais qu'on revient pas en arrière
Et que tu ne reviendras pas non plus
Mais si tu changeais d'avis quand-même
J'te jure que tu ne serais pas déçue

Konohamaru attendait devant l'université que son ex sorte de cours. Elle l'avait quitté trois mois plus tôt et il le vivait mal. Elle lui manquait beaucoup trop. Elle allait surement l'envoyer promener comme elle le faisait depuis trois semaines, mais il continuerait jusqu'à ce qu'elle comprenne qu'il méritait une seconde chance.

J'ferais des efforts vestimentaires
Je rentrerais à l'heure prévue
On passerait les dimanches à la mer
Comme on faisait au tout début

Il était prêt à dépenser plus d'argent sur ses fringues pour ne plus lui faire honte devant ses amies. Il arriverait toujours à l'heure convenue, voir même plus tôt. Et il recommencerait à l'emmener toutes les fins de semaine au bord de la mer, comme il le faisait au début de leur relation.

Alors laisse-toi faire
Et laisse-moi faire
Oui laisse-moi faire
Je saurai faire

La voyant sortir de l'établissement, Konohamaru courut jusqu'à elle, malgré le soupir découragé qu'elle poussa en l'apercevant. Et il lui récita exactement ce qu'il venait de se dire. Mais elle le repoussa de nouveau.

Dingue, dingue, dingue, dingue
Ça me rend fou, dis-moi où je vais avec toi
Dingue, dingue, dingue
Car je suis raide dingue, dingue de toi
Dingue, dingue, dingue, dingue
Ça me rend fou d'avoir tout gâché avec toi
Dingue, dingue, dingue
Car je suis raide dingue de toi

Le jeune homme resta sur place, la regardant s'éloigner de lui à nouveau. Il regrettait tellement d'avoir tout gâché sans s'en rendre compte.

Je dirai à mes potes la chance que j'ai
Ceux que t'aimes pas je les verrai plus
Tu verras cette fois-ci je changerai
Même si tu m'as jamais vraiment cru

Il aurait dû lui dire plus souvent qu'il l'aimait. Il aurait dû dire à ses amis combien il était chanceux d'être avec elle. Il était même prêt à ne plus revoir ceux qu'elle n'aimait pas. Il était prêt à changer pour elle. Même si elle ne semblait pas le croire.

J'ai trop le cœur en bandoulière
Et le corps aux objets perdus
J'préfère encore tout foutre en l'air
Que d'être sûr que c'est foutu

Il avait le cœur gros en retournant chez lui. Son corps n'était qu'une enveloppe vide loin d'elle. En traversant le pont, Konohamaru s'arrêta et regarda l'eau qui coulait sous lui. Il était prêt à sauter, s'il n'avait réellement plus aucune chance avec elle.

Alors laisse-toi faire
Et laisse-moi faire
Oui laisse-moi faire

Il s'appuya sur la rambarde et observa les vaguelettes poussées par le vent en ce début de printemps. Elle devait être froide, se disait-il. Aussi froide que son cœur en ce moment. Avant de s'en rendre compte, il s'était penché vers l'avant, ses jambes se soulevant tel un balancier.

Je saurai faire

Il hésita un instant. S'il se laissait tomber, est-ce qu'il lui ferait de la peine ? Il ne voulait pas lui faire plus de mal qu'il ne lui en avait fait. Mais vivre sans elle était au-dessus de ses forces.

Dingue, dingue, dingue, dingue
Ça me rend fou, dis-moi où je vais avec toi
Dingue, dingue, dingue
Car je suis raide dingue, dingue de toi
Dingue, dingue, dingue, dingue
Ça me rend fou d'avoir tout gâché avec toi
Dingue, dingue, dingue
Car je suis raide dingue de toi

Ses bras tournaient autour de la barre au rythme de son balancement sur elle. La vie ou la mort. La souffrance ou la délivrance. La force ou la lâcheté. Il n'avait jamais été de ceux qui choisissaient le plus court chemin pour éviter les obstacles, mais ce soir… Cette voix l'attirait énormément. Et puis, il n'avait aucun projet d'avenir. Les seuls qu'il avait prévu, étaient tous avec Hanabi. Sans elle, il n'avait plus d'avenir.

Et je cours après toi
Même s'il est tard
Et je crie sur les toits
L'envie de te revoir
Il n'est jamais trop tard

Après trois semaines à tout tenter, il était lasse, découragé. Elle ne voulait plus rien savoir de lui et lui ne voulait plus rie savoir de la vie.

Dingue, dingue, dingue, dingue
Ça me rend fou, dis-moi où je vais avec toi
Dingue, dingue, dingue
Car je suis raide dingue, dingue de toi
Dingue, dingue, dingue, dingue
Ça me rend fou d'avoir tout gâché avec toi
Dingue, dingue, dingue
Car je suis raide dingue de toi

Alors qu'il se laissait pencher un peu plus vers l'avant, un cri retentit, mais il n'y fit pas attention jusqu'à ce qu'on lui agrippe son blouson. En fermant les yeux, Konohamaru se rendit compte des larmes qui sillonnaient ses joues et sans même se préoccupé de la personne qui l'avait empêché de faire cette bêtise, il se laissa tomber au sol pour laisser sortir sa peine. Ce n'est que lorsque son nez se retrouva dans les longs cheveux de sa sauveuse, qu'il reconnut ce parfum. C'était celui qu'il lui avait offert. Tremblant, il n'osait pas y croire. Puis la honte le submergea. Elle l'avait vu sur le point de renoncer à tout. C'est à peine s'il l'entendit l'insulter, tout ce qu'il percevait c'était les larmes qu'il sentait dans son cou. Resserrant sa prise autour du corps svelte de son ex, il s'excusa à répétition en lui disant combien il l'aimait et combien il regrettait de lui avoir faire du mal. Rien d'autre ne franchissait ses lèvres, que des excuses et des je t'aime, jusqu'à ce qu'elle le fasse taire en l'embrassant. Ses épaules se détendirent et il attrapa son visage avec ses mains pour lui rendre son baiser. Ce n'est qu'une fois à bout de souffle, qu'il ouvrit enfin les yeux pour tomber sur les perles de son amour, luisant de larmes. Il l'avait vraiment effrayé et pour ça aussi il s'excusa. Hanabi se contenta de lui sauter au cou pour le serrer contre elle et s'excuser à son tour de ne pas l'avoir cru quand il disait réellement tenir à elle. « Ne me refait plus jamais une aussi grande peur », l'intima-t-elle avant de l'embrasser de nouveau. Tout ce qu'il put faire dans l'immédiat, fut de lui rendre son étreinte. Dès qu'elle lui libérerait la bouche, il lui jurerait tout ce qu'elle veut, tant qu'il puisse être à nouveau à ses côtés.