Andalouse – Kendji Girac

Provocation

Tu viens le soir,
Danser sur des airs de guitare
Et puis tu bouges
Tes cheveux noirs, tes lèvres rouges
Tu te balances
Le reste n'a pas d'importance

Neji pénétra dans un bloc appartement où une soirée avait lieu. Il monta les escaliers jusqu'au troisième en saluant des connaissances et des amis, puis arriva dans l'appartement de Lee. En entrant dans le salon, il la vit un verre à la main, dansant dans un coin avec ses amies sur le rythme latin des guitares. Tenten ondulait les hanches en secouant ses longs cheveux bruns détachés pour l'occasion, et ses lèvres rougies par le carmin de son rouge à lèvres. Cette transformation vestimentaire capta l'attention de Neji au point d'oublier tous ceux qui les entouraient.

Comme un soleil
Tu me brûles et me réveilles
Tu as dans les yeux
Le sud et le feu
Je t'ai dans la peau
Baila Baila Oh !

Bien qu'il ne soit pas un amateur de danse, Neji se sentit attiré par elle comme un insecte par la lumière et il traversa la foule de danseur pour la rejoindre. À un mètre d'elle, Tenten tourna la tête vers lui rivant son regard noisette dans ses deux opales, réveillant le feu dans son bas ventre. Elle l'attirait comme un aimant. Il l'avait dans la peau.

Toi, toi, ma belle andalouse
Aussi belle que jalouse
Quand tu danses le temps s'arrête
Je perds le nord, je perds la tête

Mais pour la rendre un peu jalouse, plutôt que de danser avec elle, il opta pour son amie. Une main posée sur la hanche de cette parfaite inconnue, Neji dansa contre son dos sans lâcher Tenten des yeux. Son regard tantôt brûlant de désir, le brûlait de mille et une malédictions, qu'il se contenta d'ignorer. Elle lui faisait suffisamment perdre la tête, pour qu'il la provoque à son tour.

Toi ma belle espagnole
Quand tu bouges tes épaules
Je ne vois plus le monde autour
C'est peut être ça l'amour

Tenten releva les bras au-dessus de sa tête, dansant comme les espagnoles, accentuant le mouvement de ses hanches et de ses épaules en réponse à sa provocation. Malheur à lui, ça attira d'autres gars, qu'il mit un certain temps à remarquer, puisqu'il ne voyait qu'elle. Serait-il amoureux ?

Des airs d'Orient
Le sourire et le cœur brulant
Regarde hé ben
Oui j'aime te voir bouger comme une reine
Déjà mes pensées se bousculent

La voir tourner ses yeux vers eux, Neji abandonna sa partenaire et agrippa Tenten par les hanches pour la coller à lui avec possessivité. Le coin de ses lèvres remonta dans un sourire satisfait et elle fit glisser ses mains sur son torse en recommençant à danser. C'était la reine de la piste de danse et le cerveau de Neji n'arrivait plus à fonctionner correctement.

Comme la lumière

Oui il n'y a que toi qui m'éclaire

Tu as dans la voix

Le chaud et le froid

Je t'ai dans la peau

Baila Baila Oh !

Alors que ceux qui les entourent tombaient les uns après les autres sous l'emprise de l'alcool, Neji profita de leur inattention pour entrainer Tenten dans une chambre déserte. Il la plaqua contre la porte tout en verrouillant d'une main. Le sourire d'abord plus discret de la brune, s'étira d'une oreille à l'autre, et elle lui attrapa le visage à deux mains pour l'embrasser avec sauvagerie. Il n'en fallait pas plus pour déclencher l'orage qui grondait dans le bas de son ventre. Quand ils se séparèrent pour respirer, elle lui souffla d'une voix froide puis langoureuse : « Je te déteste tellement quand tu touches une fille. Mais j'arrive jamais à te repousser ensuite. »

Tu devrais pourtant le savoir maintenant, que ce n'est que pour te provoquer, lui susurra Neji au creux de l'oreille avant faire glisser sa langue le long de sa jugulaire.

Toi, toi, ma belle andalouse
Aussi belle que jalouse
Quand tu danses le temps s'arrête
Je perds le nord, je perds la tête

En lui jetant un regard noir, Tenten le poussa jusqu'au lit et le fit tomber à la renverse. Elle resta debout devant lui, recommençant à danser juste pour lui. Neji ne se gêna pas pour la reluquer ouverte, se passant parfois sa langue sur ses lèvres. Elle savait tellement comment lui faire perdre la tête.

Toi ma belle espagnole
Quand tu bouges tes épaules
Je ne vois plus le monde autour
C'est peut être ça l'amour

Il se déshabilla tranquillement sans la lâcher des yeux, et Tenten l'imita, lui offrant un striptease sensuel avant de monter à califourchon sur lui. Elle le plaqua contre le matelas, parsemant son ventre et son torse de baisers brûlant jusqu'à revenir sur ses lèvres. Neji la fit basculer sur le côté pour se retrouver au-dessus d'elle et sans se presser pénétra doucement en elle. Pendant encore combien de temps allaient-ils reproduire cette scène avant de comprendre que ce qu'ils vivaient s'était ça l'amour.