Bien le bonjour, bien le bonsoir.

Après 4ans à vous lire, je change les rôles, je publie ce soir ma première fiction, du moins, le premier chapitre de ma première fiction.

Rated : M

Disclaimer : JKR, évidemment !


Même si c'était les vacances de Noël, il avait décidé de rester à Poudlard. Mais pourquoi? La guerre était finie, le trio des Lions n'avait pas changé, tout allait pour le mieux. Il avait tué celui dont personne ne devait prononcer le nom. Et encore plus surprenant, depuis la fin de la guerre, Poudlard avait connu pas mal de changements. Les sorciers aussi. Les maisons Slytherin et Gryffindor avaient commencé à se cotoyer. Ce qui ne plaisait guère à Snape. McGonagall, héritière du poste de directrice à la mort de Dumbledore, quant à elle avait été surprise du rapprochement des deux maisons qui avaient été ennemies pendant le début de leur scolarité.

Il était assis dans la Grande Salle qui ne comportait qu'une table puisque seule une trentaine d'élèves étaient restés. La pièce était parfaitement décorée pour l'événement. Un sapin de plus de 4 mètres de haut était présent au fond de la salle tandis que deux sapins, de la taille moyenne des élèves étaient placés aux deux extrémités de la grande porte qui permettait l'entrée ou la sortie. Les guirlandes se baladaient au plafond avec quelques boules de toutes couleurs. Quant au ciel du plafond, il était blanc et simulait des chutes de neige. Le sol était lui tout blanc. Décor magique, surnaturel.

Lui qui avait l'habitude de manger à sa faim, ce matin il n'avait rien avalé de calorique. Seules une tasse de thé menthe, son préféré, et une tartine au beurre salé se battaient en duel dans son estomac. Il avait la tête ailleurs. Cette dernière était entre ses mains et ses lunettes rondes tombaient légèrement sur son nez. Il était tellement dans la lune qu'il n'avait pas remarqué la présence de quelqu'un qui venait de si installer en face de lui. Ce quelqu'un n'était d'autre que Neville Londubat, son ami. Ce dernier aussi était resté. Il avait besoin de se changer la tête. Il préférait donc rester. Harry aimait beaucoup la présence du Lion. Ils se fréquentaient depuis la première année. Il se souvenait de l'interruption de son ami en première année quand il avait perdu Trévor et qu'il l'avait retrouvé aux pieds de McGonagall lors de sa présentation du château.

- Harry?

-Oh excuse moi Neville, tu me parlais? répondit Harry d'une voix peu réveillée.

-Non, enfin... si, j'étais juste surpris de te voir ici, toi qui avait pour coutume d'aller chez Ron à chaque Noël, j'étais loin de m'attendre à avoir ta compagnie à la table. Je pensais devoir supporter les pleurs de Poufsouffle pendant les deux semaines... Sans être méchant, mais je ne sais pas si j'aurai supporté à chaque repas..., fit Neville avec un sourire moqueur.

-Non, j'ai décidé de rester. Pour me reposer, et en profiter pour réviser.

Évidemment Harry mentait, du moins pas complètement. Il avait grandement besoin de revoir ses cours pour les examens de fin d'année si il ne voulait pas les rater et voir son rêve d'entrer au Ministère de la Magie s'envoler. Ils sortirent tous deux de la salle, un Neville qui avait bien mangé face à un Harry pensif, voire tracassé. Ils se dirigèrent vers la tour de leur maison. Ils décidèrent de se rendre à midi et demi dans la salle commune pour se rendre au repas ensemble.

Nous étions samedi et par conséquent la bibliothèque était fermée. Le Survivant avait ouvert son cours de potions mais l'avait fermé peu après une heure de relecture. Il se vêtit d'une cape noir bien chaude et parti se promener autour du château. Il s'était rendu sans faire attention à l'entrée de la Forêt Interdite. Tous les souvenirs qu'il avait eut dans cet endroit se propagèrent dans sa tête. Tout d'abord c'était cette soirée en première année quand le satané Malfoy avait repéré le trio dans les couloirs et avait prévenu McGonagall pour donner une leçon à ses trois redoutables ennemis, mais le blond s'était fait lui aussi punir. Lui non plus n'avait pas le droit de traîner dans les couloirs à une heure tardive. Leur punition était de donner un coup de main à Hagrid dans la forêt. Aucun des quatre n'étaient enchantés. C'est aussi lors de cette punition qu'Harry avait vu pour la première fois la silhouette de l'assassin de ses parents qu'il n'avait quasiment pas connu. Harry repensait à la peur bleue et au cri très féminin de Malfoy à ce moment là avant de courir les jambes à son cou. Mais il n'y avait pas eu que ça. C'est aussi dans cet endroit qu'Harry s'était retrouvé prisonnier avec Ron et son arachnophobie. Il rit rien qu'en repensant à la trouille majeure de Ron et à ses yeux prêts à tomber sous la force des larmes qui s'y cachaient. Et pendant une bonne heure il repensait à tout ça.

Au bout d'une bonne heure, il regagna le chemin du château et surtout la salle commune. Il s'installa près du feu, après être allé chercher ses cours de Défenses contre les forces du Mal et avoir ôté sa longue cape noire qui lui donnait beaucoup trop chaud. Le temps que Neville finissait de se préparer, Harry essayait de réviser. Essayer est même un grand mot, puisqu'en fait, il était bien loin de penser à ses cours. Il trouvait le temps long, mais Neville fût vite arrivé et ils partirent tout deux manger. Même si le Survivant avait peu mangé le matin même, il ne ressentait ni envie ni besoin de manger qu'il aurait préféré aller s'entraîner au Quidditch mais, il avait promis à Neville de l'accompagner. Au programme, poulet frites. Il ne fallait pas exagérer, c'était certes une école de magie, mais c'était les vacances, pourquoi faire des efforts alors que seuls une dizaine d'élèves avaient faim. Même si manger commençait à être rayé de son vocabulaire, il devait prendre des forces. Il s'était donc servi un morceau de blanc de poulet aussi petit que la main d'un nouveau né et une poignée de frites que l'on pouvait compter sur les doigts de ses deux mains. Ce n'était pas le cas de Neville qui en avait pris le triple, voire le quadruple. Harry n'eut pas le temps de finir son assiette que Neville...

-J'pous proudre tou assiette ? s'exclama Neville la bouche pleine.

Harry eut l'impression de voir son meilleur ami. Il acquiesça en riant. Harry reconnu l'appétit Gryffondorien que lui même avait perdu. En dessert, il avait mangé une tartelette à la fraise. Il attendit que Neville eut fini son assiette pour l'accompagner dans son dortoir. Il le laissa là deux minutes le temps d'aller chercher ses affaires de Quidditch et en repassant, il avait remarqué que son ami s'était endormi. Il a raison, se dit Harry, ce sont les vacances. Quant à ce dernier, il partit s'entraîner deux longues heures. Quel plaisir d'avoir le terrain pour lui seul et surtout les douches. D'habitude il doit se presser pour ne pas être le dernier à sortir, mais là, rien ni personne ne pouvait lui enlever le plaisir de danser sous l'eau chaude en chantant du The Offspring à tue tête. Un groupe de rock moldu que Hermione lui avait fait connaître par le biais de ses parents. Oui Harry aimait chanter, même si ce n'était pas le meilleur chanteur du monde sorcier, il s'en fichait. Il se décontractait. N'était-ce pas le principal? Il se dirigea vers sa chambre de Préfet-en-Chef qui lui avait été remise lors de son élection de préfet. Une fois la porte de sa chambre fermée, il sauta sur son lit de fatigue. Son lit était magnifique. Un deux places, alors qu'il était seul, deux coussins brodés, dont l'un couleur or et l'autre vermeil, et la couette en addition avec ces deux derniers. Les couleurs de sa maison. Il ouvrit le tiroir de sa table de nuit et en sorti un stylo noir et un carnet.

Cher Ron,

J'espère que le début de tes vacances se passe à merveille et que Molly et Ginny me pardonneront de ne pas être venu. Pour les remercier quand même de leur invitation, tu leur donneras leur paquet attitré.

Quant à toi, promets-moi de l'ouvrir que le 25 décembre ! Et offre bien celui à Hermione, je sais qu'elle est avec toi.

Je voulais aussi m'excuser pour notre dispute de l'autre soir, tu sais que tu es mon ami, et il est vrai que ton avis compte beaucoup sur certaines choses sans que je veule l'admettre. Nous en parlerons à ton retour, bien que tu auras des centaines de choses à me dire, ce qui ne sera pas mon cas, crois moi.

En parlant de retour, j'attends impatiemment le vôtre mais pas seulement... Tu ne sais pas à quel point cette personne me manque Ron. Je ressemble à un vrai Poufsouffle.

Au fait, je n'ai toujours pas de nouvelles de Seamus... Je pense que je vais fortemdnt avoir besoin de conseils, surtout d'Hermione... Mais ne lui en parle pas, je m'en chargerai ! Elle comprendra enfin mon geste, du moins peut être. Espérant qu'elle essaie de comprendre mes sentiments pour cette personne...

Le visage de l'Elu se crispa et laissa ses yeux couler. Il essuya ses larmes avec l'extrémité de sa manche avant de finir sa lettre.

Tu vois Ron, rare mais pas quasi impossible de me voir faible et perdu. J'ai plus la tête à mes problèmes que sur mes examens. Comme si il complait plus que ma propre entrée au Ministère...

Je vous souhaite un bon Noël, embrasse ta famille et Mione pour moi.

Ton meilleur ami, Harry.

Et oui, Harry avait laissé tomber Ginny deux mois à peine après la guerre. Ce n'était pas volontaire. Harry tenait à Ginny. C'est ça le souci. Il y tenait, mais ne l'aimait pas. Quand il avait fait l'amour avec elle, il n'avait pas ressenti de telles excitations que ce qu'il pensait. Il pensait recommencer une fois, jusqu'au jour où il avait remarqué qu'il fixait les fesses de ses coéquipiers et surtout de cette personne sous la douche après les entraînements ou matchs de Quidditch. Les formes féminines n'avaient aucun effet sur lui, le corps masculin s'était tout autre chose. Il avait donc tout expliquer à Ron en premier. Après une longue discussion, sans colère de la part de Ron qui avait choqué Harry de ce calme, il en est venu à dire à Ginny simplement qu'il ne l'aimait plus. Il ne se voyait pas lui dire toute la vérité. Seul Ron dt Seamus étaient au courant de son homosexualité. Seamus, tiens... Seamus était amoureux du brun aux yeux émeraudes depuis la quatrième année. Harry avait décidé de lui laisser une chance. Tout d'abord pour oublier cette personne et après réflexion il se dit que peut être il tomberai amoureux. Mais c'était cause perdue. C'était cette personne qu'il voulait, pas une autre.

Mais, qui est-ce? Et pourquoi s'était-il disputé avec Ron? Et au final, quelle est la vraie raison qui fait rester Harry pendant les vacances?


J'espère ne pas avoir fait trop de fautes et que ceci vous a plu, je vais essayer de publier le second chapitre dans la semaine, n'oubliez pas les reviews! *visage d'ange*

N.M