Paring : Harry / Jasper (plus tard, le temps que Harry grandisse bien sûr)

Ratio : M

Auteur : Cleo McPhee

Bêta : Alie, Lyra, Lunicorne et Kynn

Correcteur : Alie, Kynn et Cleo

Résumé : Les Potter ont survécu à l'attaque de Godric's Hollow. La sœur jumelle de Harry, Rose, est déclarée « survivante » et Harry est déclaré mort. Pendant que les Potter sont inconscients, Dumbledore enlève Harry et le dépose chez les Dursley. Pétunia, qui ne veut rien avoir à faire avec l'enfant et craint la réaction de Vernon, l'emmène dans un Orphelinat près de Oxford. Les Weber sont restaurateurs de bâtiments anciens et travaillent à la restauration de l'orphelinat qui est abrité dans un ancien manoir. Ils viennent d'avoir une fille nommée Angela, ils tomberont sous le charme de Harry et l'adopteront, Forks attention, Roman Weber arrive.

Note : Harry est déposé à l'orphelinat sans identité, il a été nommé Roman par une des éducatrices, il a presque 2 ans quand il est adopté. Il va à l'institut magique de Salem.

Quand il rejoint le lycée de Forks à 17 ans, il a déjà ses Aspics en poche et aussi une spécialisation. Il continue ses études sorcières par correspondance. Il est très puissant magiquement et très intelligent.

Rose est une gamine pourrie gâtée au début mais ça durera pas. Les Potter sont bons, tout comme Remus, Sirius, Lucius, Severus et Draco.

Dumbledore est Dark mais pas dans le sens mage noir. Il est très manipulateur et fait parfois des choses mauvaises pour arriver à ses fins, comme l'enlèvement de Harry.

Les Horcruxes existent et Voldemort est vraiment dark. Cependant, certaines choses seront différentes comme le fait que Harry ne sera pas un Horcruxe.

Les événements entre les Cullen et Bella se déroulent plus tôt et la date d'anniversaire de Bella est modifiée pour les besoins de l'histoire.

Les dates sont décalées pour que Harry ait 17 ans en 2010.


Prologue : L'attaque de Godric's Hollow et ses conséquences.

31 Octobre 1994, Godric's Hollow

James était tranquillement installé dans un fauteuil et buvait un verre de Whisky pur feu pour se détendre. À ses côtés, Lily sirotait un thé en lisant un épais grimoire. Leurs enfants, Rose et Harry s'étaient endormis quelques minutes plus tôt leur laissant enfin du temps pour eux. Ils avaient paniqué quand ils avaient appris que la jeune femme attendait des jumeaux mais ils étaient leur fierté et ils étaient heureux.

Ils étaient entrés dans la clandestinité deux semaines plus tôt. Sur les conseils de Albus Dumbledore, ils avaient nommé Peter Pettegrew gardien du secret de leur lieu de résidence. Le directeur de Poudlard pensait que Sirius Black était un choix trop évident. Il était de notoriété publique que Sirius et James étaient comme des frères. D'ailleurs, l'animagus avait longtemps vécu chez les Potter.

S'il avait été nommé gardien du secret, ça se serait tout de suite su et il aurait été aussitôt traqué par Voldemort et ses mangemorts. Le couple Potter et leurs enfants se pensaient donc en sécurité.

James porta son verre à ses lèvres et là, il y eut un grand bruit. La porte de la maison vola en éclat.

- Vas chercher les enfants et mets les à l'abri, je vais le retenir, coure Lily !

La jeune femme se leva et courut vers les escaliers qu'elle monta quatre à quatre alors qu'en bas, son mari entamait un duel avec Voldemort. Le mage noir était venu seul. Elle entendit un gémissement étouffé et soudain, ce fut le silence total.

Alors qu'elle entrait dans la chambre de ses enfants, des bruits de pas se firent entendre.

- James ?! Cria t-elle.

Seul un rire lui répondit. Elle se crispa et se pencha pour attraper Rose. Elle se redressa et avança vers le berceau de Harry. À ce moment, Voldemort entra dans la chambre et la menaça avec sa baguette.

- Pousse toi petite idiote !

- Non ! Jamais !

- Sauve toi, je ne veux pas te tuer sang de bourbe ! Je veux seulement les enfants !

- Non, pas mes enfants ! Tuez moi mais ne faites pas de mal à mes bébés.

Agacé, le mage noir lui jeta un sort. Elle perdit l'équilibre et chuta avec Rose dans les bras, la petite fille s'entailla le torse avec un éclat de bois. Dès que Lily fut inconsciente, Voldemort pointa sa baguette sur Harry. Le petit garçon était debout, dans son lit à barreaux et le fixait avec ses grands yeux verts. Le mage noir grogna et s'infiltra dans l'esprit de l'enfant, il voulait le faire souffrir, lui faire peur avant de l'achever.

Il ressentit une douleur intense et sans prendre la peine de couper totalement la connexion, il jeta le sortilège de mort. L'éclair vert fila droit sur l'enfant mais une chose impensable se produisit, le sort rebondit sur le front du petit garçon, lui laissant une cicatrice en forme d'éclair et se retourna contre son lanceur. Le mage noir poussa un hurlement et tomba en un tas de cendres. Voldemort était provisoirement vaincu.

Poudlard, trente minutes plus tôt.

Severus courait aussi vite qu'il pouvait. Le traître était démasqué, c'était Peter Pettegrew, il venait de vendre les Potter à Voldemort et le mage noir était en route pour les tuer. Il devait se hâter avant qu'il ne soit trop tard.

- Albus !

- Severus ? Que faites vous là ?!

- Le rat à vendu les Potter ! Le Seigneur des Ténèbres est en route pour les tuer !

- Allez chercher Sirius et Remus ! Je vais sur place, je peux peut être l'arrêter !

Faisant confiance au vieil homme, Severus retraversa la parc, sortit de Poudlard et transplana vers le Square Grimmaurd où vivaient Sirius et Remus.

Dumbledore transplana aussitôt vers Godric's Hollow.

Retour à Godric's Hollow.

Quand il pénétra dans la maison, le directeur de la plus grande école de sorcellerie ne put que constater les dégâts. James gisait dans le salon, il était inconscient mais visiblement en vie. Il ne prit pas la peine de le soigner et se rendit aussitôt à l'étage.

Dans la chambre des jumeaux. Lily et Rose étaient au sol. Une partie du plafond s'était effondré sur elles. La petite fille pleurait à chaudes larmes, son pyjama était déchiré et elle avait une plaie en forme de croissant de Lune sur le torse. Sa mère était inconsciente et la serrait fermement contre elle.

Plus loin, Harry semblait dormir sans son lit à barreaux. Dumbledore approcha lentement, le prit dans ses bras et quitta la maison. Rose Potter avait vaincu Voldemort, s'était évident, elle avait la marque et elle était éveillée alors que son jumeau dormait et ne semblait avoir aucune blessure. Il rédigea une note à l'intention de Pétunia Dursley, la sœur de Lily Potter et déposa le bébé emmitouflé dans une couverture, devant le 4 Privet Drive.

Une fois fait, il revint à Godric's Hollow avant que les renforts soient arrivés. Il était penché sur James quand Sirius, Remus, Lucius et Severus arrivèrent.

- Qu'est ce qui c'est passé ?! Hurla Sirius.

- Peter à trahis Lily et James. James et Lily sont inconscients, Rose a été blessée. Lily et Rose sont à l'étage.

- Et pour Harry ? Demanda Remus.

- Je crains qu'il n'ait pas survécu à l'attaque. Je ne sais pas ce qui c'est passé, à l'endroit où Voldemort se tenait, il n'y a qu'un tas de cendres. Je crois qu'il avait prit le petit Harry dans ses bras quand il a tenté de tuer Rose et Lily. Son sort c'est retourné contre lui et les a tué tous les deux.

- Pourquoi aurait-il prit Harry ?! Ça n'a aucun sens ?! S'exclama Lucius.

- Il voulait peut être en faire son héritier, le former pour qu'il prenne sa relève s'il était vaincu.

Remus était sceptique, il était loup garou et depuis qu'il avait rencontré Sirius, James et Peter, il avait formé un lien de meute avec eux, il était passé du statut de loup solitaire à loup alpha sans vraiment s'en rendre compte. Harry et Rose étaient ses louveteaux et il était persuadé que si l'un d'eux était mort, il l'aurait sentit, puis, il n'y avait pas de corps.

Il regarda ses trois camarades et lut le même doute dans leurs yeux. Non, Harry n'était pas mort, il avait été enlevé et ils le retrouveraient. Ils ignoraient juste que le kidnappeur était sous leur nez.

Sirius et Remus s'occupèrent de James pendant que Severus et Lucius allaient à l'étage pour aider Lily et Rose. Le blond jeta quelques sorts afin de dégager les débris qui recouvraient la mère et sa fille. Ensuite, il prit la petite fille et Severus prit sa meilleure amie dans ses bras.

Ils reviendraient dans les jours à venir pour déménager les affaires de Potter. Maintenant, ils n'avaient plus de raison de se cacher et James voudrait probablement retourner au manoir Potter.

1er Novembre 1994, 1h du matin, Poudlard.

Dans l'infirmerie, James émergea doucement, il avait un mal de tête terrible. Il poussa un gémissement et aussitôt, il sentit une fiole pressée doucement contre ses lèvres. Sans se poser de question, il avala le liquide au goût amer et sentit la douleur refluer. Là, il se souvint de l'attaque. Il se redressa sur son lit.

- Lily ! Les enfants !

- Calmes toi James. Lança Sirius avec un sanglot dans la voix avant de reprendre. Lily et Rose vont bien.

- Et Harry ?

- D'après Dumbledore, il est mort. Il pense que Rose est l'enfant de la prophétie. Il pense avoir réussi à reconstituer les événements. D'après lui. Voldemort a assommé Lily, elle est tombée avec Rose. Ensuite, il a prit Harry dans son lit dans le but de l'emmener avec lui pour en faire son héritier. Il a jeté le sort de mort sur Rose mais, le sort c'est retourné contre lui et Harry et lui ont été réduit en cendres.

- Mon fils ! Harry ! Non, je refuse de croire ça ! Je veux voir son corps !

- Il n'y avait que des cendres, il n'y a pas de corps. Répondit Remus qui venait d'entrer dans la pièce. Lily est dévastée, elle s'accroche à Rose comme si elle avait peur qu'elle disparaisse elle aussi.

- Tant que je n'aurai pas de corps, je refuse de croire que Harry est mort vous entendez ! Je suis sûr qu'il est là, quelque part. Un des mangemorts était avec Voldemort et l'a enlevé, j'en suis sûr.

Ce que disait James trouvait écho dans les pensées de Remus et Sirius. Aucun ne croyait à la mort du garçon. Severus et Lucius étaient du même avis. Lily était trop dévastée pour penser logiquement mais ils étaient sûr que quand elle irait mieux, elle penserait comme eux.

- Lily et Toi, vous vous occupez de Rose, élevez là, choyez là. Severus, Lucius, Remus et moi, on va faire des recherches, je te jure qu'on retrouvera Harry.

James hocha la tête et avant qu'il puisse répondre, Albus entra dans la pièce. Il regarda les trois maraudeurs. Ils préparaient quelque chose et ne pas savoir quoi le minait. Il mit un bonbon au citron dans sa bouche et prit la parole.

- Je vois que vous êtes réveillé James. Lily et Rose sont réveillées aussi. Vous pouvez rester à Poudlard le temps que vos affaires soient renvoyées à votre manoir.

- Bien. Je suis désolé Albus mais j'aimerai savoir où se trouve ma femme et ma fille. Nous sommes en deuil et nous avons des funérailles à préparer.

Le vieil homme hocha la tête et lui commanda de le suivre. Il le guida dans les couloirs du château, jusqu'à des appartements privés qui se trouvaient près des dortoirs de Gryffondor. L'auror donna le mot de passe et entra. Il ne proposa pas au directeur de rentrer et lui claqua la porte au nez. Il rejoignit directement Lily et Rose. Il les enlaça et pleura toutes les larmes de son corps. Leur vie venait de basculer à jamais.

1er Novembre 1994, 6h du matin, Privet Drive.

Pétunia ouvrit la porte pour récupérer les bouteilles de lait qui devaient être livrées à cette heure de la journée. Elle se pencha dans le but de les ramasser et se figea. Le livreur n'était pas encore passé et à la place du lait, il y avait un bébé emmitouflé dans une couverture et une lettre.

Les mains tremblantes, elle prit la lettre et la lut. Là, elle fut à la fois effrayé et très en colère. Elle avait peur parce que Vernon ferait du mal au bébé dès qu'il le verrait et en rage parce que sa sœur abandonnait un de ses gamins, c'était inadmissible. Il est forcément sorcier, comme eux. Il était hors de question qu'elle le garde chez elle. Qui savait ce qui pouvait arriver à son Dudley s'il était en contact avec cet enfant.

Elle était en colère, elle ne pensait pas réellement que le garçon était un monstre. Elle avait surtout peur de ce son mari ferait au garçon si elle le gardait. Sans plus tarder, elle laissa un mot pour Vernon sur la table de la cuisine en précisant qu'elle avait une urgence et qu'elle rentrerait à l'heure du déjeuner puis, elle mit le morveux sur le siège arrière de sa voiture et démarra sur les chapeaux de roues.

Il y avait un orphelinat pas très loin de Privet Drive mais elle refusait que les voisins se sachent quoique ce soit. Elle ne voulait pas non plus prendre le risque de croiser son neveu dans le quartier dans les années à venir. Elle allait l'abandonner assez loin pour ne pas éveiller les soupçons. En arrivant sur l'autoroute, elle prit la route d'Oxford, elle en aurait pour au moins deux heures.

Elle mit la radio en fond pour écouter les informations mais aussi pour passer le temps. Il n'y avait pas grand chose. Hormis l'explosion d'une maison dans une petite ville d'Écosse. Un garçon d'un an et demi était mort dans l'accident. Cette nouvelle lui serra un peu le cœur. Elle serait malade de chagrin si quelque chose arrivait à son Dudley. Il était toute sa vie. Si ce n'était pas pour son fils, elle ne resterait sûrement pas avec Vernon.

Elle avait aimé son mari, vraiment. Seulement, derrière l'homme doux et aimant se cachait un alcoolique jaloux et violent. Elle n'avait pas le droit de travailler, il voulait qu'elle reste à la maison et à part les femmes du quartier, elle n'avait le droit de fréquenter personne. Elle avait faillis reprendre contact avec sa sœur mais son mari avait refusé. Au final, il avait eu raison, elle n'aurait jamais imaginé que Lily soit capable soit capable d'abandonner un de ses enfants au profit de l'autre. Sa fille et son fils étaient jumeaux, on ne séparait pas des jumeaux comme ça !

Alors qu'elle était dans ses pensées, les kilomètres défilaient. Vers 8h, elle arriva à Oxford. Elle n'avait pas vraiment le temps de chercher un orphelinat, elle déposerait le garçon dans une église. Elle se dirigea vers l'église la plus proche et là, la chance fut avec elle. Juste à côté, il y avait une bâtisse qui ressemblait à un manoir, entouré d'un immense parc et un panneau sur lequel était marqué « Orphelinat St Luc ». Elle pénétra dans le parc, se stationna devant les portes, déposa l'enfant et repartie aussitôt, de peur d'être vu. Elle ne pensa même pas à laisser un morceau de papier avec le nom de l'enfant.

1er Novembre, 9h30, Orphelinat St Luc, Oxford.

Mary Smith était une femme dans la fleur de l'âge. Elle avait 35 ans et une allure stricte. Elle portait un tailleur gris et ses cheveux bruns étaient relevés en un chignon serré. Ses yeux noisettes étaient cachés par des lunettes carrées à montures fine. Elle était assez petite et toute mince.

Malgré son aspect sévère, elle était très appréciée par les enfants de l'orphelinat et adorait son travail d'éducatrice. Ce matin là, alors qu'elle allait quitter les lieux pour faire quelques courses pour les enfants, elle trouva un bébé, emmitouflé dans une couverture, déposé sur les marches du perron.

Son cœur se serra, le pauvre petit être était frigorifié. Elle le prit délicatement dans ses bras et rentra dans le bâtiment. Elle le mena aussitôt à l'infirmerie, il fallait lui faire un check up complet et Bruce, l'infirmier était le mieux placé pour ça.

- Bruce, j'ai besoin de toi !

- Mary ?

- Un bébé a été abandonné devant notre porte.

L'homme était assez grand et plutôt musclé. Il avait la peau mâte, des yeux d'un bleu profond et les cheveux bruns foncés. Il était très bel homme et faisait tourner pas mal de tête. Surtout parmi les pensionnaires adolescentes.

Il ôta la couverture qui protégeait le bébé, ainsi que son pyjama. Sa couche avait besoin d'être changé, son pyjama était humide. Il la lui enleva et nettoya doucement ses parties intimes qui étaient rougies par l'urine et la sueur. Il passa une crème hydratante et lui mit une couche propre. Ensuite, il écouta son cœur, prit sa température et sa tension. Dans l'ensemble, il allait bien.

Il est un peu déshydraté, il a faim, il souffre d'une légère hypothermie. Il lui faut des vêtements secs et chauds. Dès qu'il se réveillera, il faudra lui donner un biberon de lait et des biscuits. Après ça, je pense qu'il devrait pouvoir manger normalement. Quel est son nom ?

- Aucune idée, il n'y avait aucun document avec son nom.

- Il faut lui en donner un. On peut pas l'appeler bébé, ou petit garçon.

Mary réfléchit quelques secondes. Elle avait toujours rêvé d'avoir des enfants mais ne pouvait pas, elle était stérile. Les enfants de cet orphelinat étaient comme les siens. Elle avait toujours dit que si elle avait un garçon, elle l'appellerait Roman. Elle opta donc pour ce prénom et donna son nom de famille. Ils figureraient sur son dossier jusqu'à ce qu'il soit adopté.

- Roman Smith.

- Très bien, j'le note sur le dossier et pour sa date de naissance, il a été trouvé un 1er Novembre, donc on va noter cette date.

- Je peux te le confier le temps que je lui trouve une place. J'espère qu'un des grands acceptera que je le place dans sa chambre et de s'en occuper la nuit.

- Pas de problème.

L'éducatrice se rendit dans la salle de repas où les pensionnaires prenaient leur petit déjeuner. Là, elle demanda leur attention. Elle expliqua la situation. Un petit garçon qui devait avoir 1 ans et demi / 2 ans, venait d'être trouvé devant la porte de l'orphelinat et elle demandait l'aide des plus grands. Elle souhaitait que l'un d'entre eux l'accueil dans sa chambre et s'occupe de lui la nuit jusqu'à ce qu'il soit en âge de se débrouiller lui même ou qu'il soit adopté.

Elle continua en expliquant que la personne qui se proposerait devait bien réfléchir. Que c'était une importante responsabilité et que s'occuper d'un petit garçon n'était pas toujours de tout repos. Qu'il faudrait l'aider à manger, lui donner le bain, changer ses couches, l'habiller, le mettre en pyjama le soir, lui lire une histoire ou le bercer pour qu'il s'endorme.

Tous les adolescents réfléchissaient et discutaient entre eux. À sa plus grande surprise, ce fut un pensionnaire nommé Gareth et qui avait une réputation de caïd qui vint vers elle. À bien y réfléchir, ce n'était pas si étonnant, malgré son caractère et sa réputation, Gary aidait toujours les plus jeune et les défendait en cas de problème.

- Je vais le faire Mary.

- Bien, alors suis moi, je vais te le montrer et éventuellement te le présenter s'il est réveillé. Ensuite, on ira lui préparer une place dans ta chambre. Merci Gareth.

- De rien, si j'avais une famille, j'aurais aimé avoir un petit frère, je crois.

Elle arbora un sourire en coin, quand il verrait le petit garçon, il était évident que l'aîné craquerait. Roman était un bébé adorable et vraiment mignon. À proximité de l'infirmerie, ils entendirent des pleures d'enfants. Ils pressèrent le pas et entrèrent dans la pièce. Bruce paraissait totalement débordé. Gareth avança instinctivement vers le garçon et prit une voix douce.

- Et alors bonhomme, qu'est ce qui se passe ?

Le petit garçon tourna la tête vers lui et là, l'adolescent eut le souffle coupé. Le bébé avait des yeux d'un vert qu'il n'avait jamais vu avant. Il le fixait à travers ses larmes, ses lèvres tremblaient un peu.

- Pourquoi ce gros chagrin ? Tu as faim ?

Le bébé était proche de pleurer mais l'écoutait et avait l'air de se calmer peu à peu. Comme sa voix le calmait, Gareth décida de continuer à lui parler. Il lui expliqua ce qu'ils allaient faire.

- Viens avec moi bonhomme, dit-il en lui tendant les bras.

Le bébé répondit favorablement à l'offre et se pencha vers l'adolescent en tendant les bras. Gareth le prit, déposa un baiser sur son front et le serra doucement contre lui en lui caressant le dos. Roman se détendit aussitôt et se tortilla en émettant un gazouillement.

- Tu vas boire un gros biberon de lait, puis, on te donnera des biscuits et ensuite, on te préparera un bel endroit dans ma chambre. Je jouerai avec toi aux cubes si tu veux.

Le garçon gazouilla encore en réponse. Bruce donna le biberon qu'il avait préparé. Gareth vérifia la température et mit la tétine dans la bouche du bébé. Le garçonnet posa ses mains sur le biberon, comme pour tenter de le tenir lui même et se mit à boire le lait chaud avec une certaine satisfaction. Ensuite, il mangea deux boudoirs et commença à somnoler.

L'adolescent le garda dans ses bras alors qu'il gagnait sa chambre accompagné de Mary. Cette dernière prit un lit à barreaux de la nursery et entreprit de l'amener à la chambre de Gareth mais ce n'était pas simple. Heureusement, une jeune fille nommée Alicia lui vint en aide.

Ensemble, elles placèrent le lit face à celui de Gary, puis, ajoutèrent une petite commode à proximité. Elles mirent un tapis au sol et y déposèrent des jouets pour le bébé. Dans le lit, Alicia posa un loup en peluche. Le petit garçon s'anima, un grand sourire se posa sur ses lèvres et il tapa dans ses mains en disant quelque chose qui ressemblait à « Moony, Moony ». Gareth se mit à rire et le posa dans le lit. Le garçon prit la peluche, la serra contre lui et se rendormit aussitôt.

10 Novembre 1994, Poudlard.

Lily avait du mal à se remettre de la disparition de son fils. Elle passait tout son temps avec sa fille pour compenser. Elle s'était même installée un lit dans la chambre de la petite fille de peur qu'elle disparaisse à son tour. Elle faisait d'horribles cauchemars toutes les nuits. Elle avait même giflé Dumbledore et lui avait hurlé que tout était sa faute. Que jamais ils n'auraient dû l'écouter. Que s'ils avaient choisi Sirius ou Remus comme gardien du secret, alors rien ne serait arrivé.

Le manoir Potter avait été réaménagé et ce jour là, ils pouvaient enfin quitter l'école pour s'y installer. Sirius et Remus vivraient avec eux dans un premier temps. Ils avaient des recherches à faire. Ils devaient capturer tous les mangemorts encore en liberté et vérifier s'ils avaient Harry. Ils devaient aussi retrouver Pettigrew.

L'enterrement de Harry avait eu lieu quatre jours plus tôt et ça avait été très dur. Surtout en sachant que le cercueil contenait uniquement un des pyjama du petit garçon et son jouet préféré. Il n'y avait aucun corps à enterrer.

La famille passa brièvement par la grande salle et salua les professeurs en prenant soin d'ignorer le directeur. McGonagall les serra dans ses bras tour à tour. Severus enlaça doucement Lily en lui murmurant des paroles apaisantes à l'oreille puis, ils partirent enfin.


Nous espérons que ce prologue vous a plu, le premier chapitre sera posté dans la foulée. Bises à tous, Les Sadiques Yaoistes.