Coucou tout le monde ! Je commence une seconde fic, en attendant celle en anglais qui est plus complexe et plus importante à mes yeux. Je ne sais pas encore à quelle vitesse je vais continuer celle-ci, mais je publie régulièrement, donc pas de panique. Un petit bonjour à mes trois ferventes lectrices au passage. Je vous souhaite à tous une bonne reprise si vous revenez étudier après deux semaines de vacances (ah ! nostalgie !).

Il s'agit d'un UA, et certainement par moment de OCC, mais le personnage central ici, Jellal, je n'y toucherai pas plus que ça, pas de panique !

Donc je vous dis à la prochaine, et lise surtout lisez, lisez, lisez !


Et ils défilent les guignols


1 : Crime Sorcière :


- Sire, votre rendez-vous du matin est arrivé !

L'insigne de la guilde. Ce chapeau, cette petite tête, et enfin ce col, cette langue étrange qui dérapait plus bas. Qu'est-ce qu'il pouvait l'aimer cette insigne. Elle disait avec la plus grande simplicité tout ce que Crime Sorcière représentait. Tout. Depuis ce vœu sortit il y a déjà quelques semaines de son cœur, celui d'œuvrer désormais dans le but de racheter les fautes, de tout faire en ordre, dans l'espoir d'un petit mieux sur Earthland.

- Faites entrer, je suis prêt.

Jellal se leva, passa nonchalamment un regard sur le vieil homme en noir, son cher valet, sa canne, son soutien dans ses heures d'ennui – ils jouent au cartes par moments – et une oreille attentive. Puis il fit quelques pas, s'éloignant du divan où il aimait passer des journées à contempler la petite marque de sa guilde, dans un coin du mur, et à penser à tant de choses.

Son bureau. Il le caressa un instant, et passa ses longs doigts sur le dos de la chaire, faisant ronronner le cuir.

- Ma chère chaire… Chaire… Mon trône.

Et il s'assit.

On toqua bien vite à la porte.

- Oui, entrez !

Une petite fille d'environ cinq ans fit son apparition. Bien vite, ses yeux se posèrent sur Jellal, et, impressionnée, elle n'osa tout d'abord approcher.

- Oh… c'est donc vous Jellal ?

- Oui, qui êtes-vous ? Excusez-moi, j'ai déjà oublié à qui j'avais affaire… Il y a tant de paperasse ici, et il brassait les papiers administratifs sur son bureau, presque gêné.

- Ah, je suis un messager de Fairy Tail. Je me nome Aska !

- Oh, mais je crois me souvenir de toi… Tu ne serais pas la fille de…

- Si, c'est bien moi ! Et la petite fille s'approcha finalement, souriante.

- Tu as bien grandit dis-moi… Qu'es-ce que tu viens faire ici ?

- J'ai été envoyé pour vous souhaiter tout le courage du monde ! La fille ouvrit ses bras.

- Ahah, Jellal s'accouda au bureau pour mieux voir la charmante fille, je suppose que c'est Makarov qui t'envoi, hein ?

- Oui… Mais je ne devais pas le dire… Tu es trop fort aux devinettes…

- En tout cas, c'est gentil de sa part, tu le remercieras. Et c'est une belle idée de te faire venir toi. Mais, dis-moi, tu n'as pas peur toute seule sur la route. Fairy Tail, ce n'est pas la porte d'à côté !

- Oh… J'ai pris mon doudou magique avec moi, je ne risque rien… Papa et maman veille sur moi et lui aussi.

- Ahah, très bien, après tout… Tu veux que mes hommes te raccompagnent ?

- Non, je veux que ça soit toi !

Jellal fut un peu froissé par le tutoiement d'un seul coup, puis il se remit à sourire, voyant que la fillette était tout à fait… dans la plus pure innocence.

- Non, je ne peux pas. J'ai beaucoup de travail ma grande. Vas donc dire à nos amis de Fairy Tail de venir me rendre visite s'ils en ont envie. Je m'ennuie parfois ici.

- Mais… Si tu t'ennuis, viens à Fairy Tail ! Nous on ne s'ennuie jamais…

- Ah, Jellal soupira, fermant les yeux. Mais je ne peux pas. Je dois rester à la guilde. C'est comme ça… Allez, file maintenant.

Aska fit une révérence et serra fort son petit doudou de laine avant de détaler aussi vite qu'un lapin, faisant un clin d'œil amusé à Jellal avant de partir.

Le jeune mage aux cheveux bleus gardait son sourire. Aska restait gravée dans ses yeux. Elle souriait elle aussi, énergique et passionnée. Douce insouciance…

- C'est déjà terminé ?

Le valet était revenu entre temps, sentant que plus personne ne parlait dans le petit bureau de pierre.

- Oui, vous avez fait venir une petite fille pas très bavarde. Mais quelle plaisante surprise. Vous savez quoi, Lob ? Ne me dites plus avec qui j'ai rendez-vous d'un jour à l'autre. Mon carnet doit être plein pour quelques semaines, et je veux être aussi surpris que là… Donc, n'annoncez plus les visiteurs avant qu'ils n'entrent.

- Entendu, mais vous êtes sûr que cela ne vous gênerai pas dans votre travail ? Certains rendez-vous sont des affaires d'état après tout, Lob se grattait une oreille, les yeux clos.

- Oui… J'en ai conscience. Mais je travaille, quand j'en ai envie… Laissez-moi maintenant.

Lob s'exécuta et se retira, tout juste le temps pour que Jellal fasse demi-tour sur sa chaise et regarde la grande fenêtre devant lui, donnant sur les jardins de la guilde. Leur QG, reclus dans la forêt, il avait fallut trouver cette petite clairière accueillante, et tout refaire. Mais quel bonheur de voir autant d'activité maintenant, les gens aller et venir comme si cela avait toujours été là. Cette belle Crime Sorcière, en plein travaux… Elle est déjà si belle.


Fairy Tail OST hinobiyoru Kage

Jellal revint à son lit, se coucha, encore vêtu de sa grande cape bleutée et regarda au plafond, la grande fresque peinte.

Par endroits, les quelques visages qui avaient traversé sa vie. Dans un petit coin, celui qui se faisait de plus en plus précis tout à coup, qui semblaient prendre de l'importance… Le visage d'Ultear, s'animant peu à peu comme par magie (et s'en était !)

- Crime Sorcière semble déjà faire parler d'elle. Ces gens si bruyants de Fairy Tail, qu'est-ce qu'ils savent au juste ?

- Ah, bonjour Ultear, tu as réussis à me joindre aussi facilement ?

- Tu sais mieux que quiconque mettre des traceurs magiques sur des peintures. C'est un jeu d'enfant de te parler maintenant.

- Ah, tant mieux… Fariy Tail tu disais ? Pas grand-chose. Ils ne représentent pas un danger pour nous, je peux te l'assurer.

- Bien, j'espère que tu es sûr de toi. Notre identité à tous doit rester secrète… C'est toi-même qui nous le rappelle sans arrêt. Tu n'aurais pas intérêt à te trahir toi-même, ahah, sinon je viendrais te botter les fesses jusqu'aux terres perdues, croies-moi ! Ultiear souriait.

- Ne t'en fais pas chère Ultear, nos identités resteront secrètes. Les mages de Fairy Tail – et encore, certains seulement – peuvent avoir vu nos visages, ils n'en feront rien, ce qui compte pour eux, c'est leurs propres histoires. Tout comme tant d'autres guildes, ils ne tendent que vers leur propre sécurité, et peut-être celle des habitants de Magnolia… Mais c'est rudimentaire, tu sais mieux que moi comment ils sont capables de saccager des villes entières. Aussi, ils nous laisseront tranquilles… Nous, de notre côté, nous allons vers le mal. C'est notre devoir Ultear. Crime Sorcière est là pour calmer les choses. Je l'ai crée dans ce but. C'était ambitieux, et toutes les guildes clandestines qui règnent en commettant larcins sur larcins ne sont pas faciles à déloger – je commence à peine à le comprendre, cependant, le prix en valait largement le coup… Maintenant que nous sommes installés, vraiment installés, plus personne ne peut nous déloger. J'aime tellement cet endroit.

- Tu ne vas pas t'ennuyer ici ? Demanda la voix grave et chaleureuse de la mage au plafond.

- Ah, non, absolument pas. Je reçois assez de crétins comme ça chaque jour...

- Ahah, ça fait à peine une semaine et tu semble déjà ronfler ! Nous verrons bien ! Ricana Ultear, soudain prise d'une petite crise de fou rire.

- Je te permets pas ! Jellal humait l'air avec nervosité.

- Allons, je te laisse. Tu as sans doute du travail, n'est-ce pas ?

- Oui… J'ai beaucoup de travail. Gérer une guilde ce n'est pas chose simple…

- Bien, je vais y aller alors… Prends soin de toi, je reviens demain soir pour te raconter toute mon aventure.

- Oui, je t'attends.

Ultear fit un dernier signe de la main, avant de se fondre de nouveau dans la fresque en hauteur.

Quel beau bureau tout de même ! Envahit de belles couleurs violettes, de lueurs magiques et incandescentes, de signes d'incantations, d'étagères parsemées de bougies frêles et ses grandes fresques sombres aux murs. Tout cela était agréable… Et tellement ce qu'il avait rêvé.

Jellal ferma les yeux et soupira, sentant les aiguilles de l'horloge cliqueter sans arrêt, vers la folie. Son bureau était le refuge d'une douce sérénité retrouvée, douce et agréable lassitude. C'est ce qu'il préférait… Tiède lassitude.

C'était l'heure de la sieste.

OOO