Salut !

Du coup c'est moi qui reprend la traduction, en espérant que ça ne se traduise pas par une baisse de qualité ^^'

Comme d'hab', pardon pour le délai entre deux chapitres, et ça risque de pas être beaucoup mieux pour le suivant, même si j'essaie de me motiver pour être au moins régulier, si ce n'est rapide.
Bonne lecture !


Chapitre 6 : De pire en pire

ooOO-OOoo

Traduction de la fanfiction « Scars » par Tobina


Sa Mazda RX-7 blanche était garée dans la rue presque vide devant la maison de Momozono-san. Ils ne croisèrent qu'un jeune homme en allant à la voiture. Amuro ouvrit, plaça Conan sur le siège passager et attacha sa ceinture avant d'entrer lui même dans la voiture.

-C'est l'heure de faire un tour ! Mais ne t'en fais pas, ça ne sera pas long, lança Amuro avec un sourire narquois au garçon renfrogné à ses côtés.

Il démarra le moteur et sorti de la rue.

Conan était au delà de nerveux et sur ses gardes. Tous ceux que je connais sont en danger, vu que ce type a rencontré beaucoup de mes amis et semble bon à son soit disant 'boulot'. Je ne pense pas qu'ils seront en sécurité juste parce que j'ai accepté de venir avec lui. Je dois trouver un moyen de me sortir de là !

-Tu sais, j'adorerais continuer notre conversation, mais je crains que tu ne sois pas autorisé à voir où nous allons. Lorsque nous arriverons à destination, mes collègues très compétents s'occuperont de toi, étant donné que je dois vérifier quelque chose.

-Quoi donc ?

Conan essayait de gagner du temps, gardant toujours un œil sur l'arme qu'Amuro cachait sous son T shirt, toujours hors de portée immédiate.

-Bonne question ! Vois-tu, quand je me suis connecté sur l'ordinateur de ton ojisan – ne me regarde pas comme ça, tu savais que je l'avais vérifié quand je t'ai dis qu'il m'avait donné son mot de passe. Quand je me suis connecté, j'ai trouvé une vidéo de mauvaise qualité, mais dont le contenu était plus que surprenant. Je suppose que le nom 'Miyano Shiho' t'es familier ? J'ai pour ordre de la chercher et de trouver où elle se cache, et elle portait l'anneau du Bell Tree Express. Longue histoire courte. J'ai embarqué sur le train pour voir si elle y serait. Je l'ai trouvée, mais hélas elle est partie en fumée avec le wagon de stockage.

Conan se rappelait très bien de cet incident. Même s'il savait que Haibara était alors en sécurité pendant que Kid avait prit la place de 'Miyano Shiho' et s'était échappé avec son deltaplane.

-Mon travail avait l'air terminé, mais en y repensant, je me suis rappelé de quelque chose. Parmi tes jeunes amis, les shonen-tantei-dan, il y a cette fille qui ressemble à Miyano Shiho comme tu ressembles à Kudo Shinichi. Mieux vaut prévenir que guérir, aussi je compte lui proposer de faire un tour également.

Le petit détective essayait de conserver sa poker face, mais il tremblait intérieurement. La situation ne faisait qu'empirer. S'ils mettent la main sur Haibara – si Gin ou Vermouth ont l'opportunité de s'en prendre à elle... Tout sera fini !

La voiture s'arrêta dans une zone industrielle déserte. C'est ma chance !

Conan défit sa ceinture et agrippa la poignée de la porte en un seul mouvement fluide, essayant de l'ouvrir et de sauter hors de la voiture. Alors que sa main se posait sur la poignée, une balle se planta dans la porte avec un bruit net, à quelques centimètres de sa main, le forçant à s'arrêter.

-Encore un coup comme ça et je devrais m'excuser auprès de mon boss de ne pas t'avoir ramené vivant.

Conan fixa Bourbon, qui répondit à son regard avec une expression glaciale.

-Je suppose que tu as suffisamment de quoi réfléchir pour ne pas t'ennuyer dans le coffre, mais comme je ne peux être sûr que tu ne fera aucun bruit, je ne peux me permettre de te laisser conscient. Mais tu as de la chance. J'ai entendu que le chloroforme est très mauvais pour la santé. Ça tombe bien, j'ai un nouveau produit pour endormir avec moi, et je sais que tu adores tester nos inventions, dit-il au garçon qui lui lançait un regard noir.

Il sorti une petite bouteille d'un sac sur le siège arrière et imbiba un tissu avec le liquide clair. Il l'approcha du nez de Conan, qui essaya de s'éloigner de la main en vain, le faisant sourire.

-Comme c'est mignon ! Mais je dois insister pour que tu fasses une sieste. Je suis pressé, je dois passer un appel pour ralentir ta neechan et ojisan. Alors soit un gentil garçon et respire un grand coup, fit Amuro avec l'intonation utilisée par des parents sur un enfant têtu en tenant Conan en place avec son autre main.

Incapable de bouger et de retenir sa respiration plus longtemps, Conan inspira la substance à l'odeur douce. Sa combativité baissa, sa vision se troubla et son esprit devint confus, le menant dans une profonde et inévitable obscurité.

ooOO-OOoo

Ran et Kogoro étaient sur le chemin du retour vers l'agence avec des émotions très différentes.

Kogoro était principalement confus et désarçonné. Qu'est-ce qui arrive au gamin encore ? Quel aimant à ennuis ! Comment cette petite bosse peut être si grave ?

La fille à ses côtés était clairement inquiète et enserrait ses genoux de ses mains. Qu'est-ce qui s'est passé quand j'étais partie ? Il avait l'air d'aller bien quand je l'ai quitté. Il n'était pas en pleine forme, mais ça allait.

Elle se rappela les dommages qu'un fort coup sur la tête pouvaient causer. Mal de tête, commotion cérébrale et le pire : amnésie, mais il a seulement eu le premier. Pas de nausée et il m'a reconnu sans problème. Est-ce que les symptômes peuvent apparaître avec autant de latence ?

Elle se sentait mal à l'aise et bondit hors de la voiture de location dès qu'elle s'arrêta. Le trajet du retour avait prit plus de deux heures, à cause du trafic habituel plus une route fermée. Elle sprinta jusqu'à la chambre de Conan et la salle de bain, récupérant tout ce qui pourrait être utile pour un long séjour à l'hôpital pour les fourrer dans un sac.

Alors qu'elle parcourait les pièces, elle vit son père s'asseoir sur le canapé.

-Otou-san ! Lève toi ! On doit aller à l'hôpital ! Je ne peux pas croire que tu sois si froid et ne t'inquiète même pas pour Conan-kun !

-Je suis froid ? Ce garçon attire les ennuis à la chaîne ! Si je m'affolais à chaque fois, je ne vivrais pas jusqu'à mon prochain anniversaire, répliqua Kogoro, agacé.

Mais il devait bien avouer que la vue du visage pâle du gamin lui avait fait quelque chose. Comme lorsque Conan avait été hospitalisé quand il avait été blessé par balle. Je crois que j'ai fini par m'habituer au gamin, depuis le temps qu'il est là. Et Ran l'aime beaucoup.

Il se leva en soupirant.

-Ok ok, donne moi ce sac et retournons à la voiture.

-Je ne pense pas que ça sera nécessaire, assura une voix depuis l'entrée.

Tous deux fixèrent avec surprise le blond qui s'y trouvait.

-Amuro-san ! De quoi vous parlez ? Il y a un problème ? S'enquit Ran avec inquiétude.

-Ne vous en faites pas, il s'en remettra. Le docteur a dit que sa commotion cérébrale était plus grave que ce qu'on pensait et lui a donné de quoi la faire passer, mais c'est assez fort, et il n'a pas le droit aux visites actuellement. Il a besoin de calme pour se reposer.

-Je vois... Mais il va avoir besoin d'avoir de quoi se changer et...

-Vous pouvez me donner le sac. J'ai oublié quelque chose à l'hôpital, donc je dois y retourner de toute façon. Je le laisserais aux infirmières. De plus, les visites sont terminées pour aujourd'hui, informa-t-il après un coup d'œil à sa montre.

-Ok – merci. Quand pourra-t-on le voir ? Ils vous l'ont dit ?

C'était évident que Ran n'était pas enchantée à l'idée de rester à la maison. Elle aurait préféré passer la nuit à l'hôpital, mais elle savait que son père ne la laisserait pas faire. Elle pouvait presque l'entendre : N'y pense même pas ! Le gamin dors et tu n'as rien à y faire ! Tu resteras à la maison jusqu'à demain ! Elle ne voyait donc pas de raison de s'opposer à l'offre d'Amuro et lui tendis le sac.

-Le médecin vous appellera quand Conan-kun se réveillera. Je lui ai donné votre numéro de téléphone.

Kogoro s'éclaircit la gorge.

-Merci pour ton aide Amuro-kun. Pardon pour le dérangement.

-Pas de problème ! Si je peux faire quoi que se soit d'autre – n'hésitez pas à m'appeler.

Amuro les salua et quitta l'agence. Une fois dans la rue, il sorti son téléphone tout en retournant à sa voiture.

-Salut ! J'ai besoin de l'adresse d'une élève de l'école primaire Teitan. Son nom est Haibara Ai.


Terminé et posté le 08-04-2018