ME REVOILLLLLLLLA LES LOULOUS!

Avant tout je voulais encore vous remercier pour tout ce que vous m'avez apporté dans d'aventure "Un contrat, des conséquences" et avant ça avec "Juste vous et moi". Même pour mon OS "Tomber au meilleur moment" vous avez été géniaux et je ne sais pas vous exprimer à quel point je suis touchée par vos accueils.

Vous êtes merveilleux et je vous adore vraiment énormément.

Voici donc une nouvelle histoire, une nouvelle aventure et j'espère sincèrement qu'elle vous plaira.

Ceci est donc un AU qui se passe exclusivement dans le train pour la première partie de la fic.

Un grand merci à ma potartichaut :D pour avoir supporté toutes mes questions et incertitudes sur ce démarrage de fic :D

Rien ne m'appartient et une très bonne lecture à tous en espérant que ça vous plaise.


Chapitre 1 : Vous avez prit ma place.

Jour 1 : Train de 6h22

Comme chaque matin depuis un an, Emma Swan monta en trombe dans le train de 6h22 qui mettrait cinquante minutes à l'amener à Boston où elle travaillait. A cet horaire, tous les passagers se connaissaient de vue car tous se croisaient chaque matin pour partir travailler. Implicitement, chacun c'était approprié une place, s'étalant sur deux sièges pour finir sa nuit tranquillement avant de devoir réellement commencer sa journée de travail.

Mais ce matin là, quand Emma monta dans le train, la première chose qu'elle remarqua fut la déesse brune assise à sa place. Elle se stoppa en entrant, peu habituée à relever les charmes de la gente féminine. Comme toute personne il lui arrivait de trouver une femme belle, mais jamais elle n'en avait croisé une qui dégageait autant de prestance en un seul coup d'œil.

C'était la première fois en un an que quelqu'un se trouvait assit à la place 108, sa place, côté fenêtre là ou d'habitude elle s'installait, étalant ses jambes jusque dans le couloir pour dormir profondément jusqu'en gare de Boston. Elle inspira profondément, ravalant la colère en elle qui pointait son nez à là moindre occasion ses derniers temps, et décida de ne pas en faire cas. Elle souhaitait rester calme, mais ne comptait pas céder son territoire pour autant.

Ainsi, elle reprit tranquillement son chemin dans l'allée du train et s'assit côté couloir à la gauche de la belle brune qui bousculait par sa simple présence, sa routine matinale bien huilée.

A peine fut-elle assise, que deux yeux chocolats la transpercèrent littéralement. La belle brune regarda autour d'elle, notant avec agacement que de nombreuses autres places étaient libres, se demandant ce qu'elle avait bien pu faire pour que cette nouvelle venue se colle à côté d'elle et envahisse son espace.

Emma ne fit pas cas du mécontentement affiché de la brune et ricana en se callant confortablement dans son siège.

« Comptez-vous regarder par la fenêtre où il est possible de tirer le rideau ? » Demanda-t-elle poliment.

« Je souhaite regarder par la fenêtre. » Répliqua sa voisine sur la défensive.

« Hum okay… »

Emma s'enfonça dans son siège et étalant ses jambes côté couloir pour ne pas envahir l'espace de la brune. Elle brancha ses écouteurs à son téléphone et enclencha la musique pour se détendre. Rapidement, elle sentit la jeune femme à ses côtés s'agiter. Elle ouvrit discrètement un œil et l'observa.

Elle secouait frénétiquement le genou, visiblement agacée et lui lançait régulièrement des regards assassins en soufflant. Après un moment, Emma comprit que c'était le son de sa musique qui indisposait sa voisine, et du lutter contre une irrépressible envie de monter un peu le volume. Décidée à rester civilisée, elle se résigna à écouter moins fort et entendit la brune grommeler quelque chose.

« Vous m'avez parlé ? » Demanda-t-elle en retirant un écouteur.

Sa voisine la regarda surprise mais ne se démonta pas avant de répondre.

« Pas particulièrement, j'exprimais mon soulagement à ne plus avoir votre musique en bruit de fond étouffé et gênant. » Dit-elle sèchement.

« Okay » S'exclama Emma, commençant à s'échauffer du comportement de cette pintade.

En réponse à son comportement, elle ré-augmenta le volume en la regardant droit dans les yeux et se permit même un sourire provocateur.

« Vous vous moquez de moi ? » S'exclama la brune.

« Je réagis simplement à votre amabilité. »

« Et vous vous en moquez que le son étouffé et désagréable provenant de vos écouteurs dérange tous les passagers du wagon ? »

Emma regarda autour d'elle et s'amusa de voir qu'il n'y avait qu'une dizaine de personnes autour, chacun dormant à poings fermés ou écoutant comme elle de la musique.

« A ce que je vois, ça ne dérange que vous. »

« Soyez donc un peu civile et écoutez votre musique à un volume décent »

« Soyez donc un peu civile et demandez le moi poliment. »

La brune se tendit en serrant les dents, luttant contre l'envie de la gifler pour son insolence. Elle inspira et expira profondément un moment avant de capituler.

« Pouvez-vous baisser le volume de votre musique… S'il vous plait. »

Le dernier mot eut du mal à sortir et fut très sec, mais Emma était satisfaite par cette petite victoire. Elle baissa donc le volume, se permettant un petit sourire provocateur qui fit soupirer sa voisine d'exaspération.

« Bé vous voyez quand vous voulez. »

La brune agita la main comme pour lui dire de ne pas en rajouter et se concentra sur sa fenêtre. La blonde prit le temps de l'observer, s'étonnant elle-même de son besoin irrépressible de la détailler. Elle admira ses formes, ses yeux s'arrêtant longuement sur les longues jambes dénudée de sa voisine.

Elle portait une jupe noire qui s'arrêtait juste au dessus de ses genoux, dévoilant une peau ambrée et des jambes parfaites. Emma secoua la tête pour arrêter sa contemplation, se disant qu'il fallait à tout prix qu'elle se trouve un homme si elle commençait à reluquer une femme.

Elle jeta un regard au visage de la brune et la vit soucieuse, observant le paysage sans vraiment le voir, plongée dans ses pensées qui lui faisaient froncer les sourcils. Elle se dit qu'elles étaient peut être parties sur de mauvaise bases et se décida à essayer d'entamer une conversation plus cordiale pour ne pas rester sur leur joute verbale.

En temps normal elle n'aurait même pas fait cas de cet incident, mais ce matin là avait été difficile pour elle, et si elle pouvait avoir un contact social autre que conflictuel, elle voulait bien essayer avec cette femme.

« Je m'appelle Emma Swan et vous ? » Questionna-t-elle donc gentiment pour essayer de créer un premier contact.

La femme se tourna d'un coup en la jaugeant de haut en bas et Emma sentit immédiatement qu'elle n'était finalement pas la bonne cible pour une tentative de civilités.

« Mademoiselle. » Aboya presque la brune. « Je ne sais pas comment sont les gens d'habitude ici, mais sachez que je n'ai aucunement l'intention de nouer un quelconque lien social avec les passagers. Je ne prends ce… » Elle regarda le wagon autour d'elle avec dégout avant de poursuivre. « Train, que parce que ma voiture est en panne ce qui, je l'espère pour ma santé personnelle, ne durera pas longtemps. Il est donc inutile que je perde mon temps à vous faire la conversation. »

Elle avait parlé d'un air hautain et supérieur qui fit gronder Emma intérieurement. Quelques secondes à lui parler et elle savait déjà que cette femme était une emmerdeuse de première, surement une riche fille à papa pourrie gâtée qui ne supportait pas que les gens ne se conduisent pas comme ses domestiques. Elle serra les dents, décidée à rester calme et relever le challenge. Cette femme voulait imposer sa supériorité sur elle comme elle devait faire avec tout le monde, mais elle n'avait jamais eu affaire à Emma Swan avant.

« Ah je vois. » Dit Emma d'un air entendu en se reculant dans son siège, avant d'affirmer tout simplement. « Vous êtes une garce. »

« Je vous demande pardon ? » S'écria la jeune femme en la fusillant du regard.

« Excuses acceptées. » Répondit Emma nonchalamment.

« Je vous demande pardon ? » Répéta la brune plus énervée encore.

« N'insistez pas, je vous ais dit que j'acceptais vos excuses. »

« Je ne vous ais en aucun cas présenté mes excuses, je n'ais aucune excuses à vous présenter d'ailleurs. »

« Si, vous avez prit ma place. »

« Votre place ? »

« Oui, la 108… C'est ma place. » Dit-elle tout naturellement.

« On ne peut pas réserver de place dans ce train, aucune n'est donc à personne. »

« C'est le train de 6h22 pour… »

« 6h01 » La coupa la jeune femme.

« Quoi ? »

« Pour moi c'est le train de 6h01. »

« Ouai bref, pour moi… C'est le train de 6h22 pour Boston. C'est toujours plus où moins les mêmes personnes qui prennent ce train à cette heure ci pour aller travailler. Du coup chacun a sa place. »

« Sauf que je suis montée avant vous, cette place est donc à moi. »

« Sauf que je ne fonctionne pas comme ça, cette place est à moi. Si vous êtes la très bien mais il va falloir me supporter. Si vous voulez votre tranquillité, vous êtes libre de changer de siège. »

« C'est hors de question. » Siffla-t-elle avec colère entre ses dents serrées.

« Alors supportez-moi. C'est quoi votre nom donc ? » Questionna-t-elle, bien décidée à ne pas la lâcher du trajet.

« Mon nom ne vous regarde pas. »

« Mais votre cul oui. »

« Pardon ? » S'exclama-t-elle choquée par les propos de cette insolente blonde.

« Excuses acceptées. » Dit-Emma tout aussi naturellement que la première fois.

« Oh arrêtez avec ça. » S'énerva-t-elle encore plus, pour le plus grand bonheur de sa voisine.

« Alors arrêtez de demander pardon. » Répondit simplement la blonde comme si c'était une évidence.

« Vous savez pertinemment que je ne vous demande pas pardon. »

« Oui. »

« Alors pourquoi répondre à chaque fois 'Excuses acceptées' ? »

« Parce que ça m'amuse. »

« Et en quoi mes fesses vous regarde ? » Souffla-t-elle comme désabusée.

« Parce qu'elles sont sur ma place. »

« Vous êtes… » La brune ne finit même pas sa phrase, libérant sa pensée à l'aide d'un grognement d'agacement.

« Je suis… » La provoqua la blonde.

« Vous êtes une plaie. » Dit-elle d'une voix forte, incapable de se contrôler plus longtemps. « Une femme insolente et irrespectueuse, vous aimez énerver les gens car c'est un don naturel chez vous, vous ne savez pas où est votre place et vous moquez d'être un parasite pour les gens qui vous entourent. »

Elle se stoppa, à court de mots, la respiration saccadée par sa colère. Elle se redressa, un sourire victorieux s'étirant sur son visage, satisfaite d'avoir mouché sa voisine.

« Vous avez finis ? » Questionna Emma, complètement non affectée par sa tirade, lui faisant perdre son sourire et fragilisant son assurance d'avoir gagné ce round.

« Heu… Et bien… »

« Bon alors c'est mon tour. » La coupa la blonde. « Vous êtes une emmerdeuse de première. Vous êtes une femme pourrie gâtée habituée à ce que tout le monde lui obéisse et ne supportant pas que 'le petit peuple' prenne des libertés avec vous. Vous êtes hautaine, pédante et irrespectueuse. Vous estimez que tout vous est du et vous sentez supérieure alors que vous ne l'êtes pas. Regardez, vous êtes dans ce train depuis une heure et vous jugez tout. Vous jugez les gens qui le prennent tous les jours en regardant le wagon avec dégout. La façon dont vous m'avez parlé, la façon dont vous justifiez votre présence ici à cause de la panne de votre voiture. Pour vous prendre ce train c'est dégradant et une humiliation, mais sachez qu'on vaut largement mieux que vous. Tous les gens ici valent mieux que vous car ils ont des valeurs, de la compassion, ils sont bien élevés… »

« Bien élevés ? » S'énerva la brune. « Vous vous considérez comme bien élevée avec vos propos à mon égard, votre musique forte, votre tenue. Enfin regardez-vous, avachie sans aucune classe.

Emma la regarda avec affront et s'avachie encore plus dans sa place, écartant ses jambes et posant un pied relevé contre le dossier du fauteuil de devant. Elle releva la tête, la provocant du regard.

«Avoir de jolies manières, des vêtements riches et classes et un énorme balai dans le cul vissé jusqu'au crâne ne fait pas de vous quelqu'un de bien élevé. Etre bien élevé c'est avoir du respect pour autrui, c'est avoir de la compassion et des valeurs. »

« J'ai des valeurs. »

« Pour vivre heureux écrasons les autres. »

« Vous ne me connaissez pas alors ne me jugez pas. »

« A ça c'est sur que je ne vous connais pas, vous ne voulez même pas me donner votre nom. »

« Je ne donne pas mon nom aux inconnues. »

« Nous ne serions plus des inconnues si vous me donniez votre nom. »

« Vous êtes insupportable. »

« Et vous très facile à énerver. » Dit Emma avec un large sourire

« Comment me débarrasser de vous ? »

« Changez de place. »

La brune grogna et se re concentra sur le paysage sans plus lui adresser la parole du trajet.

Jour 1 : Train de 17h15

Quand Emma monta dans le train, rompue de fatigue, elle put voir immédiatement que la maudite brune rencontrée le matin n'était pas là. Elle s'assit à sa place et regarda autour d'elle un moment et commença à se détendre, se disant qu'elle ne devait pas prendre le même train de retour pour son plus grand soulagement. Elle se calla contre la fenêtre attendant le départ imminent du train. Elle regarda par la fenêtre et c'est là qu'elle la vit. La brune sortit en courant de la gare, perchée sur des talons de vingt centimètres, et Emma se demanda comment elle faisait pour ne pas tomber et pour garder sa prestance. Elle ne put s'empêcher de retenir son souffle, attendant de voir si elle allait avoir le train ou le manquer et fut impressionnée de la voir sauter avec grâce à la seconde précédent la fermeture des portes.

La brune essoufflée fit de son mieux pour recomposer un peu sa tenue et sa coiffure et entra dans le wagon. Elle repéra Emma et fronça les sourcils avant de venir s'asseoir dans le siège juste derrière elle.

La blonde l'entendit allumer son téléphone et laissa ses oreilles indiscrètes se balader vers elle.

« Oui c'est moi. » L'entendit-elle dire, et raga de ne pas pouvoir savoir qui était à l'autre bout du fil.

« J'ai réussit à avoir le train, je serais donc à la maison un peu avant 19h. Tout c'est bien passé ? »

Emma se permit un léger coup d'œil par l'espace entre la fenêtre et son siège et vit le sourire tendre qui s'étirait sur le visage de la jeune femme si sévère.

« C'est super pas de nouvelles de… hum okay… Bon je te dis à tout à l'heure. »

« Oui moi aussi je t'aime papa. »

*Papa ?* Songea la blonde, et avant même qu'elle ne réussisse à se contrôler, les mots sortirent tout seuls de sa bouche.

« A votre âge vous vivez toujours chez vos parents ? »

Le ton n'était pas agressif, une simple question sans arrières pensées mais, le regard noir qu'elle reçue lui fit immédiatement regretter son incapacité à tourner sept fois sa langue avant de parler.

« Et quel âge j'ai d'après vous ? »

*Terrain glissant, sujet dangereux* Lui cria son cerveau.

« Hum… Je sais pas, j'aurait dit… trente ans. » Dit-elle en grimaçant, craignant la suite.

La brune sourit légèrement en se détendant dans son siège.

« Presque. Trente deux. »

« Oh, moi vingt-huit. »

« Vous ne les faites pas. »

« Je fais plus gamine ? »

« Non, simplement plus jeune que vingt huit ans. »

Emma était heureuse de la voir plus détendue et souhaitait en profiter pour peut être établir un contact plus civilisé que ce matin.

« Je prends ça comme un compliment. Au fait, vous êtes sacrément habile sur des talons. Moi si j'avais du courir comme vous la dessus je me serais surement vautrée avec grâce. »

« Oh oui avec grâce. » S'amusa la brune, décidemment de meilleure humeur.

Emma sourit comme une idiote et se cala pour lui parler en étant plus à l'aise.

« Votre journée c'est bien passée ? »

Sa voisine haussa un sourcil en la regardant longuement, semblant peser le pour et le contre à répondre.

« Oui. » Dit-elle finalement sans rien ajouter.

« Vous faites quoi comme métier… Ou comme étude comme vous êtes toujours chez vos parents ? »

La question d'Emma se voulait courtoise et gentille, mais la brune la regarda et son œil redevint rapidement noir à l'égard de la blonde envahissante.

« Ma façon de vivre ne vous regarde en rien. »

« Hey. » Dit Emma en souriant. « La garce est de retour, elle était pas partie bien loin. »

« Je vous demande pardon ? »

« Exc… »

« Oh non taisez vous avec ça. » La coupa-t-elle avec force. « Pourquoi vous me parlez d'ailleurs, vous avez récupéré votre place que je sache, laissez moi tranquille et arrêtez de polluer mon espace. »

La jeune femme perdit progressivement son sourire et se ré-installa dans son siège. Elle ne jeta plus un seul coup d'œil à la brune, ruminant tout ce qu'elle aimerait lui cracher au visage si elle ne se retenait pas.

Elles restèrent chacune silencieuse un moment, Emma luttant pour ne pas pleurer d'énervement. Elle ne comprenait même pas sa propre réaction. Cette femme était une pimbêche prétentieuse, pourquoi avoir voulu lui parler au départ. Elle était fatiguée de ses journées, fatiguée de sa vie, fatiguée de ses problèmes. Elle savait qu'elle réagissait de façon disproportionnée, mais c'était plus fort qu'elle, la goute d'eau dans la mer d'amertume qu'était sa vie. Elle était frustrée, blessée, et par-dessus tout, en colère. Elle avait envie de frapper cette femme qui se considérait supérieure sans la connaitre, elle voulait lui crier ses quatre vérités à la figure.

« Mlle Swan je… »

« Je descend là. » Dit Emma en se levant ignorant le regard gênée de la brune qui semblait regretter son emportement. « Comme ça votre petit espace de petite princesse va redevenir sain. » Ajouta-t-elle sèchement.

Sa voisine sembla se refermer aussitôt et regagna son air hautain en la voyant partir. Elles se défièrent du regard une derrière fois quand Emma fut sur le quai, chacune voulant imposer sa supériorité et c'est le démarrage du train qui leur fit rompre le contact, aucune ne voulant détourner le regard.

Jour 2 : Train de 6h22

Emma en était sûre, ce matin là elle allait louper son train. Elle venait enfin d'acheter son billet, se maudissant comme chaque matin de ne pas en avoir acheté un la veille en prévision, se maudissant encore plus de ne pas encore avoir fait une carte d'abonnement pour ne plus s'embêter avec ça.

Elle courait à perdre haleine sur le quai et accéléra en entendant la sonnerie annonçant la fermeture des portes. Le réveil avait été dur ce matin, elle avait mal dormit, pensant toute la nuit à l'insupportable brune rencontrée la veille. Cette pintade avait envahit ses pensées toute la soirée et c'est ce qui l'agaçait le plus. Elle bondit littéralement devant les portes à peine refermées, appuyant sur le bouton et soupira de soulagement quand elles s'ouvrirent. Elle grimpa, haletante et à bout de souffle et du attendre quelques secondes avant d'être suffisamment sure de ses jambes pour avancer.

Elle entra finalement dans le wagon et remarqua immédiatement la même brune à sa place. La jeune femme la regardait droit dans les yeux, un sourire victorieux sur le visage. Son regard en disait long, elle avait reprit sa place malgré les évènements de la veille…

C'était une déclaration de guerre.


Et voilaaaaaa

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, le premier chapitre est important et j'espère sincèrement avoir réussi à capter votre curiosité pour la suite.

Je vous adore.

Ps : pour ce que ça intéresse je suis sur twitter et m'en sert pour prévenir des publies ou simplement faire de merveilleuses rencontres avec de supers EvilRegals :D

Des gros bisous à tous, à jeudi prochain pour le chapitre 2 (vous aurez un chapitre par semaine publié tous les jeudis :D)