Disclaimer : Hormis mes OCs, les personnages et l'univers de TIGER&BUNNY appartiennent à Keiichi Satô, Masakazu Katsura et aux studios Sunrise
Bêta-Lectrice : La fabuleuse Sayuri-Geisha

Et encore une fois, merci à tous ! A la prochaine ! :)


La Triste Mascarade : Epilogue

Le chant des oiseaux réveilla en douceur Karina qui s'étira lentement avec un sourire au coin des lèvres. Les rayons du soleil filtraient à travers les volets de la chambre, illuminant ainsi la pièce.
Lorsqu'elle ouvrit les yeux, Blue Rose remarqua Barnaby qui dormait paisiblement à ses côtés, et elle ne put s'empêcher de trouver cette vision adorable : il ressemblait à un enfant.
Elle leva la main pour dégager avec tendresse une mèche sur le visage de son aimé, néanmoins, ce dernier fronça les sourcils et commença à émerger de son sommeil paisible.

- Oh excuse moi... Je ne voulais pas te réveiller, murmura-t-elle.
- Hm, je somnolais, ne t'en fais pas.

Le jeune homme attrapa le bras de la Rose pour la tirer contre lui et l'emprisonner dans une étreinte affectueuse. La blonde se laissa faire et se reposa dans les bras de Barnaby. Ensemble, ils profitèrent du silence matinal.
Par moment, le Héros enroulait son doigt dans une des mèches de la jeune femme, tandis que cette dernière lui caressait le torse en se laissant bercer par le sifflement des oiseaux.
La soirée avait été riche en émotions, pourtant, ils n'avaient pas relancé le sujet du pouvoir de Barnaby. A la place ils avaient pris une douche, s'étaient échangés quelques caresses et mots d'amour, puis s'étaient couchés, épuisés.
Au bout d'un moment, le Héros se leva, enfila un pantalon, et alla ouvrir les volets. La ville s'étendait à perte de vue, prête à accueillir de nouvelles histoires, de nouveaux faits divers.

- Au fait, prononça-t-il après avoir refermé la fenêtre. Au sujet de ce que tu me disais hier, par rapport à l'avenir...

Karina, qui en avait profité pour se rhabiller, tourna la tête en sa direction pour le dévisager avec curiosité.

- Comme mon pouvoir est revenu, je suppose que tu te doutes de ce que ça signifie ?, continua-t-il avec hésitation.
- Oui, et je ne t'en empêcherais pas, Barnaby. Je sais que cela te tient à cœur..., prononça la Rose.
- Merci, mais...

Il marqua une pause pour chercher ses mots, par crainte de dire quelque chose de travers. Il sentit alors ses joues rougir, et son poing serra instinctivement une emprise invisible.
Enfin, il se lança :

- Je crois que pour le moment, moi aussi je veux profiter de ta présence. De ta chaleur...

La surprise enveloppa Karina dans un mutisme éphémère. Par la suite, ses yeux s'écarquillèrent et une exclamation s'évada de sa bouche.
Avait-elle bien entendu ?

- Je l'ai compris cette nuit, et plus particulièrement quand mon pouvoir est revenu, expliqua Barnaby, en s'avançant vers elle. J'étais heureux d'être avec toi. De partager cet instant et te serrer dans mes bras. Je suis certain que c'est pour ça que mon pouvoir s'est réveillé : parce que je ressentais une puissante émotion. Une émotion que toi seule pouvait m'offrir...

Un sentiment inexplicable envahit petit à petit la Rose au fil des mots du Héros, pour la conquérir entièrement. Quelque chose remonta à sa gorge et des perles humides brillèrent au coin de ses yeux.
Remarquant sa réaction, Barnaby posa ses mains sur son visage et l'embrassa au coin des yeux pour récupérer ses larmes de joie.

- Tu n'as pas peur... ? Le questionna-t-elle, en plongeant son regard dans les émeraudes du Héros.
- Et toi ?

Il trichait.
Karina l'observa en silence, comme pour sonder son âme. En réalité, elle repensait à tout ce qui s'était passé depuis sa déclaration avec Kotetsu, et elle réalisa bien vite que toutes les épreuves, qu'elle avait jusque-là enduré, lui avait permis de faire le point sur ses réelles envies.
Sur ce qu'elle désirait vraiment.
Non, elle n'avait pas peur.
Oui, elle gardait une idée sur ce qu'elle voudrait accomplir plus tard, et son cœur lui dictait de l'écouter.
Pour ne plus être déçue.
Pour ne plus songer à reculer.
Pour avancer.

- Pas le moins du monde, puisque je suis avec toi, déclara-t-elle enfin, dans une mimique adorable.
- Et c'est réciproque, ajouta Barnaby dans un sourire.

Ils clôturèrent cet échange par un baiser passionnel.

Il existait en ce monde des hommes pessimistes et rongés par le remord, des hommes qui laissaient la roue du Destin tourner sans chercher à en changer le sens.
Il y en avait d'autres qui tentaient par tous les moyens de modifier la moindre parcelle de leur existence, quitte à ce que la fatalité ne vienne clôturer la partie.
Quoi qu'on fasse, quoi qu'on décide, la roue tourne toujours, le serpent se mord la queue, et il ne reste qu'un soupçon d'Espoir aux plus courageux.
L'espoir est l'arme des plus vaillants.
L'espoir est une porte qu'il faut savoir ouvrir.
Ce manège infernal, qui peinait à s'arrêter, laissa derrière lui les vestiges d'une humanité en soif de changement.
Car même si Ouroboros subsistait dans l'ombre, allant jusqu'à se glisser perfidement dans le cœur des plus faibles, le monde ne devait pas oublier que tant que le mal existerait, il y aurait toujours des « Héros » prêts à se battre.
Ces Héros pouvaient prendre différents visages ; comme cette femme buvant un thé en compagnie de sa fille et d'un ancien collègue, ou encore ces deux amies d'enfance bougeant les choses à leur manière.
Et puis il y avait les NEXT. Ces derniers continueraient à défendre leurs valeurs.
Ces valeurs qui les avaient construits.
Une page se tournait, et une nouvelle histoire débutait pour ces gens en soif de justice.
Et c'est dans leur appartement, que le couple heureux entamait ce nouveau récit à deux. Des promesses virent le jour, des rêves se concrétisèrent, et ce fut à ce moment-là que les deux amants laissèrent tomber leur masque à jamais.