Titre : Légendaire

Disclaimer : je suis pas l'inventeur de l'univers de Saint Seiya, je fais pas ça pour la thune (mais pour la gloire et les filles faciles).


Qu'est-ce que c'était encore que ce foutoir ? Ça n'arrêtait pas une seconde avec ces jeunes, bon sang. Junior observait le fauteuil roulant et hésitait à le déplacer pour le ramener à l'abri. Le voilà obligé de surveiller un gamin paralysé. Normalement ç'aurait dû être l'inverse... Junior se demanda s'il aurait pu être comme lui, sacrifier sa vie pour Athéna, briller au firmament en terrassant de puissants ennemis, porter une armure sacrée. Bah, sans doute pas. Son principal exploit pour le moment était veiller à la sécurité du gamin puisque les deux greluches étaient parties vers les Douze Maisons en le laissant dehors. Irresponsables. Il avait bel et bien combattu, pourtant, quoiqu'à son corps défendant. Il y a longtemps il avait dû repousser des soldats envoyés par les Titans, dont certains avaient été assez balaises. Mais les chevaliers d'or avaient fait le plus gros du travail en éliminant leurs chefs. Ce qui lui avait très bien convenu parce que la perspective d'affronter une divinité ne le réjouissait vraiment pas du tout. Elle ne le réjouissait pas plus aujourd'hui. Après tout, on pleurait facilement la mort d'un chevalier, mais quand des gardes se faisait trucider par dizaines, tout le monde s'en foutait, c'était "normal"... Enfin... non. Elle, elle ne s'en foutait pas. Une fois qu'elle avait fini de soigner ou faire soigner les premiers rôles et les seconds couteaux, elle passait le plus clair de son temps à s'occuper de la piétaille, avec un mot gentil pour tout le monde. Il devait reconnaitre qu'elle était charmante et bien élevée, et il appréciait ça même s'il était désormais blasé.

Il s'assit sur une chaise qui avait connu des décennies de séants de gardes, ramenée de l'intendance. Athéna en avait fait acheter plein de neuves, mais il ne les trouvait pas confortables. Il n'aimait pas les assises où on s'affalait, pas depuis qu'un foutu spectre d'Hadès avait failli lui briser la colonne vertébrale. Enfin, il en avait eu pour son argent, au moins. Ce jour-là il en avait bousillé pas mal qui s'en prenaient aux novices. Ils lui avaient demandé s'il comptait mettre son armure pour les affronter. Ils avaient été un peu vexés qu'il n'en porte pas. Les gamins avaient eu les yeux qui brillent, ceci dit. Ils étaient impressionnables. Ils étaient beaucoup trop jeunes, surtout. Merci pour tes bonnes idées, Saga le gaga ! Pendant plus de dix ans, il avait usurpé l'identité de l'ancien Pope pour imposer un nouveau rythme de formation. Un rythme extrêmement intense, brutal, voire meurtrier, infligé à des tout petits alors qu'avant on ne les prenait plutôt vers dix ou douze ans. Tout ça pour "préparer la guerre sainte à venir"... Bon, quelques uns en avaient clairement bénéficié puisqu'ils avaient su terrasser l'élite de la chevalerie et deux divinités. M'enfin quand même, cette poigne de fer avait laissé des traces sanglante parmi les rangs du Sanctuaire. Cette violence imposée par le haut avait eu des conséquences désastreuses sur le moral et la psychologie de l'ensemble. Les nouveaux chevaliers étaient devenus beaucoup plus froids, et même parfois cruels et fanatiques. On aurait dit que Saga avait anticipé la guerre civile qui suivit son arrivée au pouvoir, et avait délibérément constitué une armée de tueurs impitoyables. Heureusement, Athéna était revenue en force, mais les effectifs du Sanctuaire s'étaient effondrés. Il lui avait dit, peu après son retour, qu'il l'avait autrefois évacuée du Sanctuaire. Elle l'avait regardé et demandé pourquoi il ne s'était pas rebellé ni ne l'avait accompagnée à ce moment. Il s'était senti merdeux, mais il n'avait pas pensé qu'une escroquerie aussi grosse réussirait à se maintenir si longtemps. Et quand il s'était rendu compte qu'il s'était lourdement trompé, il était bien trop tard pour fuir ou retrouver Athéna. Sans compter qu'il aurait de toute façon préféré faire profil bas pour éviter des coups. Bizarrement, Saga ne s'était jamais inquiété de lui, et il ne lui avait pas donné de signe de trahison. Et puis, tous ces cadavres qui s'étaient multipliés dans les derniers temps avaient fait naître bien des murmures, même parmi les chevaliers d'or.

Junior avait la trentaine, maintenant. Il n'avait pas connu grand chose du monde normal, et s'était habitué à son quotidien répétitif. Faisant désormais partie des anciens, il pouvait désormais ignorer des ordres voire en donner, et profitait enfin d'une certaine tranquillité. Il s'était même payé le luxe de quitter le Sanctuaire pour rendre visite à Darina. Elle avait mal, mais elle avait au moins pu profiter de la vie plus longtemps que feu son collègue Bos. Le chouchou de la patronne se demandait-il ce que serait sa vie ? Envisageait-il de fonder une famille ? Il lui donnait plutôt l'impression de foncer dans le tas sans réfléchir. Au moins il ne se torturait probablement pas les méninges. Junior se leva en sentant venir une crampe et marcha autour du fauteuil pour la chasser. Maintenant qu'il y pensait, tous les chevaliers qu'il avait connu jusque là étaient... ben... morts. Et morts jeunes, en plus. Peut-être qu'ils n'étaient pas si avantagés que ça par rapport aux gardes. Bah ! Quel que soit le chemin que la vie vous faisait emprunter, il fallait faire au mieux et éviter les embûches comme on pouvait, sans garantie de ne pas tomber. Il ne savait pas si c'était une morale valable, mais c'en était une qui lui convenait bien. Et pour aujourd'hui, il n'y avait plus qu'à attendre le retour d'Athéna.