Prologue

« In nomine Patris, et Filii, et Spiritus sancti. Amen. »

Les mots résonnent en boucle dans la pièce. Chacun essaye de maintenir du mieux qu'il le peut cette enfant qui se contorsionne sous leurs mains, enfant dont le visage n'a plus rien d'humain. Le mal s'est emparé d'elle, l'esprit malin essaye de profiter de l'innocence de cette fillette pour infiltrer notre monde.

« Garo vicci narreti. Ton créateur n'est qu'une marionnette petit garçon, tu viendras bientôt pourrir avec nous en enfer et ce n'est pas lui qui pourra faire quoique ce soit contre ca ! »

Le message est clairement destiné au jeune homme qui lui fait face et qui sermonne en boucle depuis plusieurs minutes, sa médaille de Saint Benoît appuyée contre le front du démon. Les yeux de l'exorciste se durcissent : les démons ne sont jamais fair-play et tendent toujours à titiller vos faiblesses. Il le sait très bien et ce n'est pas la première ni la dernière fois qu'un d'entre eux essaye de le déstabiliser de cette façon. Ça n'a jamais marché, et Dieu lui est témoin que ça ne marchera jamais, à moins que leur but soit de vouloir retourner en enfer plus vite. Dans ces cas, oui, cela marche à merveille !

L'enfant continu à se tordre dans tous les sens, ses membres prenant des angles tellement inhumains que certains des autres hommes présents doivent fermer les yeux pour supporter l'horreur de la situation. L'entendre étant déjà suffisant pas besoin que la monstruosité soit également gravée dans leurs rétines, ils n'ont pas besoin de supporter ce poids qu'ils n'ont pas demandé. Pour lui c'est différent, il baigne dans l'immondicité au quotidien alors plus rien ne peut l'atteindre sur ce plan. Il a choisi ce chemin, par la force des choses certes mais ce fut son choix au final.

Un hurlement retenti, emplissant la pièce et étrangement il ne vient pas de l'être qui se débat sous lui. Continuant son exorcisme, il relève la tête pour voir la mère de la jeune fille sur le pas de porte, le visage en pleurs et emprunt d'une terreur qu'il n'a vu que de trop nombreuses fois. Plus durement qu'il ne l'aurait voulu, ou qu'il n'aurait dû, il s'écrit :

« Sortez la de là, putain ! J'ai dis de fermer cette putain de porte, c'est pas compliqué ! »

Une des personnes de l'autre pièce attrape le bras de la pauvre mère et la sort de là, refermant la porte derrière elles. Ceci dura quelques secondes. Quelques secondes à peine qui détournèrent l'attention du jeune homme et permirent au démon de reprendre des forces. Sa rage augmenta, des membres craquèrent lui permettant de se libérer à moitié et de projeter l'exorciste au sol.

« - Bordel, tenez la !

On essaye, répondit dans un murmure un des hommes autour de lui.

Alors essayez mieux, merde ! » répliqua-t-il en reprenant position sur la fillette du mieux qu'il pu.

Un rire démoniaque éclata de la gorge de l'enfant : cette pourriture se moquait de lui et même s'il savait qu'il n'était pas un homme vertueux, son ego avait toujours été trop grand pour qu'il le contienne convenablement. Cette fois le démon avait tiré la bonne ficelle pour obtenir une réaction de sa part. Furieux il renforça sa poigne sur l'enfant et enfonça de nouveau sa médaille sur son front, avec plus de force que nécessaire.

Plus rien ne le perturba de reprendre son exorcisme, ni les mouvements saccadé sous son propre corps, ni les cris qui l'entouraient : il continua jusqu'à obtenir la réaction qu'il recherchait. Soudain le corps de l'enfant s'immobilisa, sa bouche et ses yeux s'ouvrant en grand. Le jeune homme stoppa son sermon et scruta les yeux qui lui faisait face. La lueur démoniaque diminuait peu à peu et il en profita pour murmurait à l'oreille du démon juste avant que celle-ci ne disparaisse complétement.

« Dis à ton patron qu'il peut encore attendre avant de m'avoir. Mickey Milkovich n'est pas encore prêt à venir pourrir en enfer ».


Notes:

Merci d'avoir pris la peine de lire ce prologue. Cette fanfiction se base sur l'univers du film Constantine mais je vais faire au mieux pour ne pas copier/coller le film (même si j'adore ce film et que je ne sais pas encore trop où je vais mener ce récit).En tout cas, je ne sais pas pourquoi mais quand j'ai revu le film récemment je n'ai pas pu m'empêché d'imaginer Mickey à la place de John Constantine et j'avais une grande envie de voir ceci se produire, alors voilà !
J'espère que ce début vous aura plus, n'hésitez pas à laisser vos impressions. Xo.