Hello les gens ! Comment allez-vous depuis le temps ?

Comme promis, je reviens avec une nouvelle fanfic qui, j'espère, vous plaira autant que les deux précédentes. Cette fois-ci j'abandonne temporairement le Sabriel pour écrire une fic' Destiel !

Cette histoire est censée être humoristique (quoiqu'avec mon sens de l'humour c'est pas gagné) et racontera... Oh, vous comprendrez vite, je pense. Elle devrait comprendre 10 à 15 chapitres, tous plutôt courts, du moins c'est ainsi que ça s'annonce. J'essaierai de poster une à deux fois par semaine, promis !

Passons aux informations de base. Ni la série ni les personnages ne m'appartiennent. Bien que le thème ait été souvent employé sur ce site, l'histoire m'appartient, en revanche.


Cette fanfiction est très fortement inspirée par "Comment courtiser un humain", écrite par cloudyjenn et traduite par Lil'Sheep.


J'ai hâte de lire vos reviews... N'hésitez SURTOUT PAS à m'en laisser une, positive comme négative... Donnez-moi vos avis sur ce premier chapitre !

Sur ce, bonne lecture et à très vite !


COMMENT SEDUIRE DEAN WINCHESTER EN 12 LECONS


Chapitre 1

L'ensorceler c'est pas sorcier ! Quoique…

- Vous êtes trop mignons, tous les deux, soupira une voix féminine.

Castiel se tourna, surpris. Une jeune femme brune se tenait derrière lui, mâchant un chewing-gum avec énergie et occupée à réarranger un présentoir de cartes postales. Elle l'observait avec un petit sourire attendri.

- Sérieux, reprit-elle devant le manque de réaction de l'ange. Vous êtes vraiment adorables. (Avisant l'air d'incompréhension de Castiel, elle sourit de plus belle.) Votre petit ami et vous, je veux dire.

D'un mouvement vague de la main, elle désigna Dean qui s'éloignait d'une démarche assurée en direction de l'Impala où l'attendait son frère, pour retourner au motel dans lequel ils logeaient. A première vue, ils devaient probablement passer pour un groupe de touristes on ne pouvait plus banal, mais la vérité était plutôt qu'ils traquaient le nid de vampires qui terrorisait la ville. Une chasse dans laquelle l'ange avait bien volontiers suivi les deux frères Winchester. Depuis qu'il s'était rebellé contre le Paradis, avec tous les troubles qui s'en étaient ensuivis, Castiel aimait de plus en plus passer du temps avec les deux chasseurs, et principalement avec l'aîné, d'ailleurs, il en avait conscience.

Ce qui n'expliquait pas pourquoi donc cette jeune femme qualifiait Dean comme étant son « petit ami ». Dean et lui étaient amis, certes, cependant…

Castiel fronça les sourcils en se remémorant la signification du mot.

- Dean et moi ne sommes pas en couple, détrompa-t-il la jeune femme.

Le chasseur n'aimerait assurément pas qu'on colporte ce genre d'informations à son propos. Castiel peinait à comprendre pourquoi : était-ce si grave qu'on les prît tous deux pour un couple ? L'époque n'était-elle pas à la tolérance ? Et puis, ne s'agissait-il pas que d'une innocente méprise ?

La jeune femme interrompit sa tâche et l'observa en ouvrant démesurément les yeux.

- Naaaaan ? lâcha-t-elle, incrédule. J'y crois pas. Vous êtes ensemble, c'est pas possible autrement !

- Non, répéta Castiel. Je suis désolé, ajouta-t-il, parce que la pauvre femme semblait véritablement perturbée par l'information et qu'il commençait à se dire qu'il avait dû dire quelque chose de mal.

La fille entreprit de mâcher son chewing-gum plus énergiquement encore.

- Pas possible ! Je veux dire, vous vous bouffez littéralement des yeux. Ça se voit à des kilomètres que vous êtes fous l'un de l'autre !

- Non, répondit simplement l'ange qui se sentait de plus en plus gêné. Nous sommes juste amis…

- Mais enfin, vous êtes… Oooooooh !

En une fraction de seconde, son visage s'illumina comme si elle venait de comprendre quelque chose – ce qui devait être le cas, songea l'ange. Elle brandit son index en direction de Castiel.

- C'est ce Dean, hein ? soupira-t-elle. Il n'accepte pas le fait qu'il puisse être gay. Ou qu'il soit attiré par son meilleur ami. Ou les deux. (Sans attendre de réponse, elle leva les bras au ciel et les yeux en même temps.) Classique, commenta-t-elle d'une mine sévère. Qu'est-ce vous attendez, alors, mon mignon ? Bougez-vous le fessiez ! C'est pas comme ça que vous allez le séduire, le Dean !

Castiel, ennuyé, ne sut comment répondre. Il ouvrit la bouche, la referma, envisagea de s'enfuir à tire-d'ailes avant de se rappeler que Dean lui avait très fortement déconseillé (interdit serait plus juste, en réalité) de s'envoler devant des humains, chercha frénétiquement une réponse, n'en trouva pas et, dans un réflexe très humain qu'il ignorait posséder, se tortilla sur place, mortifié.

Que répondre à une jeune femme si familière envers lui et qui émettait des réflexions totalement inopportunes sur sa relation avec Dean ? Surtout qu'il n'avait aucune idée de ce dont elle pouvait bien parler. Père, pourquoi avoir créé les humains si compliqués ?

- Nous sommes juste amis, finit-il par bégayer, totalement pris au dépourvu.

Ah, il était loin, le séraphin martial que rien n'effrayait… Une rencontre avec les Winchester et une discussion étrange avec une inconnue à la mastication et la réflexion dynamiques, et c'est toute une éducation angélique qui s'efface !

La femme gloussa.

- Amis ? Mes fesses, oui. Mon bras gauche que vous êtes amoureux de lui. La façon dont vous le regardez, ça vous trahit un homme, ça. Je me trompe ?

Castiel baissa la tête pour toute réponse.

Evidemment, qu'il était amoureux de Dean. Il avait mis des mois à s'en rendre compte, à comprendre comment analyser ses frissons qui le prenaient lorsque le chasseur lui parlait ou le regardait, ce malaise et en même temps ce bien-être lorsqu'il se trouvait à ses côtés, le poids sur sa grâce quand Dean était en colère après lui, cette peur immonde qui l'emplissait à l'idée de le perdre… Tant de symptômes qu'il avait mis du temps à assimiler à l'amour, si simplement… Aujourd'hui encore, Castiel peinait à comprendre quand, comment et pourquoi lui, l'ange de Dieu, était tombé désespérément amoureux de Dean Winchester, l'homme vertueux et le pécheur en même temps. Tombé amoureux… L'expression prenait tout son sens lorsque l'on avisait le cas de Castiel. Plus les jours passaient, plus l'ange se sentait mentalement humain. Et plus ses sentiments grandissaient. Sans qu'il ait la capacité de les faire disparaître purement et simplement… bien qu'il ne fût pas sûr de vraiment vouloir ne plus aimer Dean.

Avec surprise, il sentit la jeune femme poser sa main sur son épaule, brièvement. Relevant la tête, il s'aperçut qu'elle le regardait avec compassion.

- Ah, ces mecs, tous les mêmes ! s'exclama-t-elle en mastiquant de plus belle. Tous des machos ! Et que non je suis pas gay, et que je m'accroche à mon meilleur pote comme si c'était un ours en peluche mais noooooon, je ne suis pas amoureux de lui ! En tout cas mon bon ami, il faut savoir prendre les devants ! conclut-elle en se frottant les mains.

A ce moment précis, Castiel oublia qu'il parlait à une humaine inconnue qui parlait très étrangement. Ça devait faire tellement bien de se confier, de parler de ce qui le rendait mal… Pour une fois qu'il pouvait parler en toute impunité… Et puis cette jeune femme n'était ni un ange ni un démon…

- Dean ne voudra jamais que nous formions un couple, dit-il avec tristesse.

- Ça c'est ce qu'il prétend, mon coco, rétorqua la femme d'un ton catégorique.

- Je m'y suis résolu, reprit Castiel qui ne pouvait plus s'empêcher de parler, à présent qu'il pouvait se confier. Je me contente d'être son ami et… Pourquoi me frappez-vous ? s'enquit-il, mi-surpris mi-indigné.

- Parce que, mon chéri, ça sert à rien de se résigner. Séduis-le, le Dean, bordel ! s'emporta la fille en croisant les bras et en passant au tutoiement le plus naturellement du monde.

Castiel se sentit coupé dans ses élans lyriques. Séduire Dean ?

- Je ne vois pas ce que… commença-t-il avec prudence.

- Si si si, s'exclama la femme d'un air convaincu. Absolument. C'est simple comme bonjour. Tu le séduis, et soit il est déjà fou de toi et il craque, soit il tombe éperdument amoureux de toi, et là, il ose, enfin, et vous êtes ensemble. Les bisous, les câlins, ensemble pour toujours, heureux et tout et tout. Dis-moi, ça te plairait pas, ça, hein ?

- C'est un résumé très… avança Castiel, circonspect.

- Oui, mais ça te plairait ?

- Evidemment, souffla Castiel qui ne rêvait que de ça.

Former un couple avec Dean… Pouvoir l'aimer, le toucher, l'embrasser… C'était un rêve qui se réalisait…

- Mais je ne vois pas par quel miracle cela serait possible, ajouta-t-il avec tristesse.

- Taratata ! Tout est possible quand on le veut, mon chou ! J'ai tout ce qu'il te faut, ici !

- Ah ?

- T'as pas remarqué ? Je travaille dans une librairie, l'ami. Question amour et séduction, tu as trouvé le lieu de tes rêves ! Attends, je reviens, il y a justement un numéro qui…

Et sur ce, la femme disparut prestement dans un sillage de marmonnements incompréhensibles, laissant Castiel planté là sur le trottoir. Castiel qui se demandait s'il ne venait pas de se lancer dans un projet encore plus fou que la fois où Sam avait accepté d'être le vaisseau de Lucifer en espérant pouvoir reprendre le contrôle.

Et d'un autre côté, il y avait cet espoir insidieux… Ce « Et si ? » omniprésent et tellement tentant… Que risquait-il à essayer ?

Cette jeune fille n'allait tout de même pas lui faire courir le danger de perdre Dean à jamais, non ?

Il en était là de ses réflexions lorsque la jeune fille ressortit à toute vitesse du petit commerce, un objet en main que l'ange reconnut comme étant un magazine, comme ceux que Dean lisait, qu'il n'avait pas le droit de regarder et qui s'appelaient Asian Beauty ou quelque chose comme ça…

- Et voilà ! s'exclama-t-elle en brandissant le magazine en l'air. Le dernier Cosmopolitan… La Bible de l'amour et de la séduction !

La Bible ? Pourtant il n'y avait pas de verset sur le sujet de la séduction dans la Bible, certainement pas...

Oh ! réalisa-t-il. Ce devait être une métaphore.

Castiel plissa les yeux et détailla la couverture du magazine. Il y voyait une jeune femme blonde et avenante qui souriait, ainsi qu'un titre marqué en rose pâle : Comment séduire un homme en douze leçons !

- Douze leçons ? releva-t-il, un peu perdu.

- Ouais. D'habitude ils mettent dix ou vingt, un chiffre rond, quoi, mais là c'est douze. Enfin bref, je l'ai lu, moi, et c'est vachement bien foutu. Ça va vraiment t'aider, je te jure, ajouta-t-elle en tapotant la couverture du doigt.

- Comment…

- Oh, c'est simple. Tu lis, et puis tu fais ce que le magazine te dit de faire, et hop, il te tombera dans les bras, le Dean ! (Elle fit la moue.) Après c'est peut-être pour les femmes, Cosmo, mais tu verras que ce n'est pas grave. Tu pourras séduire ton copain sans problème, et après tu fonderas un culte en l'honneur de Cosmo !

- Je crois en Dieu et en personne d'autre ! s'exclama Castiel en fronçant les sourcils.

- Je n'en doute pas. Mais si tu veux mon avis Cosmo est une création divine faite exprès pour nous aider dans notre vie amoureuse !

- C'est vrai ? s'exclama Castiel avec véhémence.

- Ouais, j'en suis sûre ! rit la fille.

Castiel se sentit sourire. Si Dieu avait créé cet outil pour l'aider, alors, forcément, l'ange ne pouvait que faire confiance au magazine.

- Je ne suis pas sûr que Dean soit sensible à ce genre de choses, admit-il finalement avec dépit.

Dean était si indifférent à tout ce qui tenait au céleste... Et puis Castiel n'avait aucune preuve que cet outil fût réellement divin...

- Non, je te promets, ça marchera. Pour n'importe qui ! C'est hyper efficace comme machin, et ton Dean n'y résistera pas non plus !

Castiel se sentait tout de même vaguement hésitant. Il ouvrit la revue à la page indiquée en couverture et lut l'introduction imprimée elle aussi en rose vif.

Vous aimez un homme qui ne vous regarde pas ? Vous désirez séduire l'Apollon de vos rêves ? Vous rêvez de vous blottir dans ses bras, mais encore faut-il qu'il s'intéresse à vous ? Pas de panique, les filles, cet article est fait pour vous ! Appliquez nos conseils et l'Adonis dont vous êtes folle tombera rapidement sous votre charme ! Toutes les méthodes pour séduire à coup sûr votre doux ami sont recensées et expliquées ici… Pas de lézard, vous allez l'ensorceler !

Castiel ouvrit de grands yeux. Il n'était pas question d'ensorceler Dean ! Il n'était pas un sorcier !

- Je ne sais pas si…

- Mais si mais si, je te promets. Y a pas de raison pour qu'il ne craque pas. Déjà qu'il t'aime déjà un petit peu beaucoup trop, si tu vois ce que je veux dire…

- Non, Castiel ne voyait pas, mais il décida de ne pas en faire part à son interlocutrice.

- Allez, c'est cadeau de la maison, déclara-t-elle en lui fourrant la revue dans les mains. Vas-y, prends-le ! insista-t-elle devant son hésitation. Le dis pas à mon boss, c'est tout, OK ?

L'ange, hébété, vit la femme lui coller de force deux bises sur les joues, lui adresser un grand sourire et partir en agitant la main.

- T'oublie pas, hein ? Lis-le bien et applique les conseils ! Je te jure que ça va marcher ! C'est pas sorcier !

Pas sorcier ? Pourtant, il s'agissait bien d'ensorceler Dean, ou pas ? Ces humains étaient vraiment compliqués ! Castiel nageait en pleine confusion.

Lorsque la fille eut disparu, il baissa enfin les yeux sur le magazine toujours ouvert dans ses mains.

Et si…

To Be Continued...