Tapage nocturne

Cette petite scène se déroule peu avant minuit, dans une maison de Shikkar.

« Laisse-moi entrer ! »

Un Vulcain fixe sa femme d'un regard fébrile alors que celle-ci se tient debout, les bras écartés dans un long couloir. Ce couloir, plongé dans l'obscurité mène à un sanctuaire qu'elle tente de défendre, en réalité une chambre…celle de son fils, LEUR fils. Le sang du Vulcain est comme en ébullition mais ce fait ne résulte pas de sa colère. Sarek est un Vulcain. Il ne ressent ni ne montre aucun signe extérieur de colère, non qu'il n'en ait pas mais la colère est une émotion humaine et comme toute émotion, il la contrôle. Bientôt, il le sait, il devra agir comme n'importe quel autre mâle de son espèce, bientôt il devra montrer une autre facette de lui à sa femme, une facette de lui plus animale que vulcaine…Mais actuellement, il se contrôle, ou le prétend…Il doit se comporter comme un père Vulcain. Du moins, c'est ce qu'il pense qu'il est en train de faire.

« L'un de mes secrétaires m'a parlé de ce qui s'est passé aujourd'hui. Laisse-moi passer, ma femme. Je dois le punir…Il a déshonoré sa famille par ses agissements… »

« Sarek, tu ne franchiras pas cette porte ! » Répond sa femme. Elle sait que son époux entrera bientôt dans une phase appelée le plak tow, le dernier stade du Pon Farr, la fièvre du sang qui le conduira à s'accoupler avec elle, coûte que coûte. Elle sait qu'en tant qu'épouse elle sera avec lui le moment venu mais maintenant, elle est une mère, et elle doit défendre cette porte comme une mère Lematya défendrait l'entrée de son terrier. Dans son état, Sarek est dangereux. Elle doit avant tout protéger son enfant. Oh Seigneur, pourquoi cette dispute arrive-t-elle à un si mauvais moment ?

« Amanda, tu étais d'accord pour élever Spock comme un Vulcain. Il s'est mal conduit en frappant ce garçon au centre commercial. Il n'aurait pas dû aller jusqu'à casser le bras de l'un de ses pairs. Il n'a pas agi en Vulcain. »

« Tu veux dire, en véritable Vulcain ? Tu veux dire par là qu'il aurait dû réagir comme les autres Vulcains ayant assistés à cette scène ? Tu aurais donc préféré que ton fils reste sans rien dire pendant que ces garçons m'insultaient en me traitant de prostituée ?... Tu aurais donc préféré qu'il reste sans rien faire pendant que l'un d'eux m'attrapait par les cheveux et me jetait à terre ? » Hurlait-elle d'une voix tremblante d'indignation et de colère. « ...Maintenant, écoute-moi Sarek ! Tu vas allez le voir et lui dire combien tu es FIER de lui ou sinon je te jure que je partirai d'ici en l'emmenant avec moi et nous partirons si loin dans la galaxie que PLUS JAMAIS tu ne nous reverras ! »

« Noooonnn ! Mère, ne le laissez pas seul ! S'il vous plait, ne partez pas ou il va mourir ! »

Spock, 10 ans, venait de sortir en trombe de sa chambre pour se positionner entre son père et sa mère. Les mains jointes il suppliait sa mère de ne pas abandonner son père.

« L'entends-tu, Sarek ? Entends-tu ton fils prendre ta défense ? » Pleurait à présent Amanda. « Est-ce que son comportement de demi-humain te déshonore encore ? » Elle ajouta, toujours furieuse.

Sarek regardait à présent sa femme et son fils avec incrédulité. Son fils, qui apparemment était conscient de son état et de ces conséquences.

« Am …Amanda. » Répondit-il avec difficulté. « Ma bien-aimée, j'ignorais que vous aviez été blessée et menacée ainsi, on ne m'a visiblement pas tout rapporté…Je …Je suis désolé. Comme je suis désolé qu'aucun vulcain ne vous soit venu en aide, à part notre fils.» Sarek ne pouvait plus se contrôler, en témoignait les larmes qui coulaient le long de sa joue et ses poings qui se serraient jusqu'à perdre toute couleur, menaçants, mais qu'il ne destinait pas à sa femme et à son fils en cet instant. La fièvre et la rage le consumaient lentement…Son Temps approchait…dangereusement. Il regardait néanmoins son courageux fils avec un regard empli de fierté.

« Oui, vous avez raison…Je suis fier de lui…fier de lui et de sa mère humaine… » Sarek parvint à dire ses mots tout en cherchant à contrôler ses émotions mais cela lui était de plus en plus difficile. « Je …Je dois retourner dans notre chambre et méditer… » Ajouta-t-il, caressant les cheveux bruns de son fils d'une main, et essuyant les larmes de sa femme avec l'autre, tremblante.

« Et je vous rejoindrai bientôt… » Le rassura Amanda, tendrement. « Tout d'abord, je dois contacter ma sœur Elisabeth. Sur Terre à Seattle, il n'est encore que 3h de l'après-midi. Elle est d'accord pour prendre Spock en vacances durant quelques jours… » Dit-elle cette fois en souriant, faisant ainsi comprendre à son époux que son Temps serait le leur. « Spock, tes grands-parents et tes cousins vont être très heureux de te revoir ! » Promit-elle à son fils.

C'était la promesse de vacances pour eux comme pour lui, loin des exigences, de la rigueur et de la discipline d'une éducation vulcaine !

Et bientôt, leur voisinage aurait à se plaindre d'un autre type de tapage nocturne…Mais cette histoire, je ne vous la raconterai pas !

FIN.