La petite graine

La conférence de Babel devait débuter, aux dires de Spock, dans 22heures et 36 minutes. Sarek ayant eu l'autorisation de quitter l'infirmerie pour ses quartiers, Amanda décida d'y recevoir le soir même Spock et ses deux meilleurs amis à dîner.

Et comme lors de la première réception avec l'Ambassadeur et son épouse, Léonard engagea la conversation sur un sujet qui lui tenait à cœur : l'enfance de Spock.

« Pouvez-vous nous en dire plus ? Quel genre d'enfant était-il ? Quelles bêtises a-t-il faites ? Vous avez bien quelques anecdotes à raconter! » Demanda Léonard, son visage se fendant d'un grand sourire charmeur.

« Et bien … » Commença Amanda tout en reposant son verre de vin, le regard pétillant de malice. « J'en ai bien quelques-unes. Mais hélas, Sarek ne souhaite pas que je vous les raconte…de crainte de mettre mon fils mal à l'aise...»

« Désolé, Bones, ce ne sera pas encore pour ce soir ! » Jim s'était mis à rire devant la mine déconfite du médecin.

Spock et Sarek, qui semblaient jusque-là s'ignorer, échangèrent alors un long et profond regard. Après ce qu'il sembla être une éternité, Sarek prit la parole.

« Il est vrai que certaines anecdotes pourraient gêner notre fils…mais s'il m'y autorise, je peux vous en raconter une…Une anecdote dont lui-même n'a sans doute aucun souvenir. »

Piqué par la curiosité, Spock osa un très léger hochement de tête, donnant ainsi son accord à son père qui commença son histoire.

« Je me souviens d'un après-midi, Spock avait 4 ans et 3 mois. Il avait passé sa matinée à observer sa mère, occupée à planter des semis dans notre potager. Il est arrivé dans mon bureau, un petit sac à la main. Il me l'a tendu en me disant que je devais en choisir une et la donner à sa mère. J'ai alors versé le contenu de ce sac dans le creux de ma main. Il s'agissait de graines. Devant mon air perplexe, il m'a indiqué les avoir lui-même présélectionnées. Il avait choisi les plus belles et les plus rondes, après avoir éliminé celles qui, selon lui, avaient des défauts…Je lui ai alors demandé pourquoi il venait me voir avec ces graines et pourquoi il n'en choisissait pas une pour la donner lui-même à sa mère, pour qu'elle la mette en terre. Il m'a répondu le plus sérieusement du monde que c'était à moi, son père, de la lui donner, et que ce n'était pas pour qu'Amanda la mette en terre mais pour qu'elle l'avale ! Ainsi, au bout de quelques mois, m'expliqua-t-il, la graine qui aurait grandi dans son ventre deviendrait un petit frère ou une petite sœur…»

Son récit terminé, Sarek offrit à son épouse et à ses invités un discret sourire, sans jamais quitter Spock des yeux. Ce dernier lui renvoya son sourire tout en portant un verre de vin à ses lèvres.

Quant à Amanda, la larme à l'œil, elle était aux anges, entourée des deux hommes qu'elle chérissait le plus au monde.

Bien entendu, Léonard éclata de rire avant de prier Sarek de leur conter une nouvelle histoire.