Tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Sur la reproduction des nains

Sans jamais oser le demander !

Avant que les fêtes de noël et de fin d'année n'arrivent à grands pas et que les nains, ne soient plus disponibles, je me suis invitée chez Thorin.

Enfin, il ne le sait pas encore parce que personne ne lui a dit que c'était moi qui souhaitais le voir. J'ai donné une fausse identité. Depuis la bataille des Sept armées, je me suis fondue dans le décor. Tellement fondue que je me suis à peine retrouvée.

Il fallait bien que je me fasse oublier de mon nouvel ami de toujours…Je me présente aux abords du palais d'Erebor.

Waouh ! Ils ont bien travaillés les nabolitos ! L'entrée principale est restaurée, les statues sont en chantier…Les pauvres, s'ils savaient qu'après la bataille des Cinq armées tout sera à recommencer…mais je leur laisse le soin de s'occuper comme ça ils ne perdront pas la main.

Et on dit quoi ?

Allez, je toque.

Nain : Qui va là ?

Arakïell : Une amie de Sa Majesté Thorin de la lignée de Durin.

Nain : Ca ne me dit pas qui vous êtes Gente dame !

Arakïell : C'est une surprise. Sa Majesté sera tellement contente …il se pourrait fort bien que vous soyez gratifié d'une belle promotion, voire monté en grade et pourquoi pas finir avec tous les honneurs.

Deux secondes trois quart plus tard, la lourde porte s'ouvre sur un nain aux yeux brillants d'excitation :

Nain : Alors c'est vrai ? Je pourrais briller auprès du roi et m'enorgueillir d'être le meilleur ?

Arakïell : Vous allez briller de mille feux et provoquer la jalousie auprès de vos supérieurs qui, du même coup, vont se retrouver à récurer les semelles de vos godillots mon ami !

Nain : Ouais ! Bien fait pour c't'abru…bref pour mon chef qui va en baver.

Arakïell : Perso, il va regretter d'être sous vos ordres ! Quel est votre petit nom ?

Nain : Naroborr !

Arakïell : Naroborr ? Oh, c'est chou ça ! Alors voilà Naroborr, conduisez-nous, moi et mon ami l'éminent docteur Göteborg, auprès de sa royale petite Majesté voulez-vous ? Hum ?

Naroborr : Et qui dois-je annoncer ?

Arakïell : Je m'annoncerais moi-même mon ami !

Naroborr : Mais…

Arakïell : Promotion mon ami, promotion…

Naroborr : Fort bien Gente dame, suivez-moi !

Et nous voilà à parcourir les longs corridors aux dimensions démesurés. Waouh, ils ont vu grand les nabolitos ! Quelles splendeur ce palais ! Le bruit de nos pas résonne. Cela en deviendrait presque flippant.

Nous arrivons enfin dans la grande salle du trône. Thorin écu de chêne se trouve…sur son trône, une place de choix lorsqu'on est roi me semble t-il et regarde dans notre direction.

Je tends les mains vers lui avec un grand sourire, lui me dévisage l'air sévère et pointe son doigt dans ma direction :

Thorin : Que fait-elle ici celle-là ?

Arakïell : Mon ami de toujours ! Thorinos !

Thorin : Je ne suis pas Thorinos,mais Thorin grand roi de la lignée de…

Arakïell : DURIN ! Eh ! Je l'ai pas bien dit, non ? Là ça en jette ! Tu vois mon ami, j'ai bien retenu la source de ta lignée.

Thorin : Hors de ma vue femelle ! Je ne veux pas de vous ici !

Arakïell : Oh, tu me fais de la peine là mon ami de toujours que j'aime ! Est-ce donc de cette façon que l'on accueille ses potes ?

Thorin : Vous n'êtes pas la bienvenue ici !

Arakïell : Ah bon ? Et pourquoi donc ?

Thorin : Vous m'avez ridiculisé à la bataille des sept armées !

Arakïell : Moi ? Impossible ! Je n'ai fait qu'émettre quelques vérités criantes comme l'aurait dit Chaperon Rose…d'ailleurs puisque nous parlons de cette adorable petite poupée, dites-moi mon ami fantastique, comment s'est terminé votre soirée après la bataille, après que je me suis éclipsé suite à ma petite blaguounette destinée à mon ami de très longue date Bernardo Gui ?

Thorin à le sourire jusqu'aux oreilles et soudain ses traits s'éclairent :

Thorin : Il était salement en pétard quand il s'est réveillé ! Une chance pour vous que vous soyez partit à temps. J'ai dû le retenir de lancer toute les armées de l'Inquisition sur vos traces.

Je fais un peu trembler ma voix, ça le fait toujours …

Arakïell : Oh, mon ami, comme c'est chou !

Il se rembrunit aussitôt :

Thorin : Vous n'avez pas prévu un sale coup de ce genre pour moi au moins ? Je vous préviens, j'ai mon épée à mes côtés prête à…

Arakïell : Dégainer comme le ferait un grand roi. Ceci dit, puisque nous en sommes à parler de dégainer les épées, mon ami ici présent, le docteur Göteborg et moi-même, faisons une respectable enquête sur les mœurs sexuelles des nains et leur reproduction.

Thorin : Les mœurs ?

Je ricane :

Arakïell : Mon ami, résumons comme ceci : l'Art et la manière qu'on les nains d'utiliser leurs …voyons comment pourrais-je nommer la chose…voilà, j'ai trouvé, l'Art et la manière d'utiliser la bistouquette nanologique. Un petit mot à consonance médicale fait toujours son petit effet même si cela ne veut rien dire. Alors Thorinos, vous n'avez pas envie que le monde médical se penche sur vos habitudes turbulentes et fortement évocatrice de fantasmes en tout genre ?

Thorin : Euh, qu'est ce que vous voulez savoir au juste ?

Arakïell : Hum, je me doute bien que certaines coutumes ne doivent refléter que la partie émergée de l'iceberg, aussi nous ne ferons qu'effleurer la chose afin d'en faire sortir l'essentiel ! Bref, un premier jet pour une enquête succincte.

Thorin lève les yeux au ciel, semble réfléchir, se gratte le menton, me regarde, se regratte le menton, me regarde à nouveau, lance un regard au doc me regarde à nouveau…

Je sens qu'il réfléchit intensément :

Arakïell : Eh Thorinos, ne réfléchis pas trop, se pourrait être nocif pour toi…

Thorin : Qu'est ce que ça veut dire ?

Arakïell : La vérité vient aux bienheureux mon ami en son temps…Ou en sont tes tables de multiplication ?

Thorin : Je connais ma table de un par cœur !

Arakïell : Waouh ! Tu m'impressionnes !

Thorin : Là j'attaque la table de deux, mais ça devient corsé…

Arakïell : Tu t'en sortiras Thorinos, tu es de la lignée de Durin que Diable !

Le roi se lève et crie bien fort :

Thorin : Oui ! Je suis de la lignée de Durin !

Arakïell : Voilà, là je reconnais le grand monarque de renom. Bien puis-je te demander de faire quérir tes deux neveux ? Ceux-là même qui ont tendance à …comment dirais-je ? Se reproduire à tort et à travers dans pas mal d'histoire bien retords ?

Thorin : Et pourquoi ferais-je ça ?

Arakïell : Parce que tu veux que toute la lumière soit faite sur cette ténébreuse affaire, ainsi, tu en tireras ton moment de gloire. La gloire mon ami, ce digne moment qui verra ton nom accolé à l'histoire ! Gloire, fortune, renommée, paillette et compagnie…

Thorin se gratte à nouveau le menton, me regarde, se regratte le menton….

Thorin : Allez chercher Kili et Fili !

Le grand roi se redresse fièrement et continue d'apprendre ses tables de multiplication…enfin essaie dirons-nous. Il fait d'énormes efforts pourtant je le vois bien, mais …le savoir ne pénètre pas tous les esprits de la même façon pour rester dans le ton.

Ah, voici les deux frangins qui arrivent.

Tous deux me saluent et je leur sers une petite révérence pas piquée des hannetons :

Arakïell : Bonsoir nobles nains ! Alors qui est Fili qui est Kili…j'arrive jamais à vous différencier vous deux.

Fili : Moi c'est Fili le blond.

Kili : Et moi Kili le brun.

Arakïell : Et moi Arakïell la chauve ! Je plaisante mes amis.

Fili : Ah, c'est vous la foldingue ? La grande ennemie jurée de notre oncle ?

Arakïell : Votre oncle m'adore c'est un fait, mais ma folie lui plaît aussi car sans elle il n'y aurait pas de révélations fracassantes comme celle que je m'apprête à faire ce soir !

Kili : Quelle révélation ?

Arakïell : Eh bien en fait, j'ai lu pas mal de choses sur votre compte mes amis, et l'idée lumineuse, ou pas, c'est selon, m'est venue d'en faire profiter le plus grand nombre. Vous faites fantasmer beaucoup de personnes les p'tits gars et je ne sais pas pourquoi, on vous lit toujours en état de copulation intense. J'ai donc cherché à faire la lumière sur vos agissements troubles.

Fili : Et la confidentialité alors ?

Arakïell : Oh mais nous ne sommes qu'entre nous, c'est-à-dire vous et ceux qui me liront. Je vous rassure ça ne fera pas le tour du monde. Juste quelques initiés…

Fili : Ah bon alors dans ce cas…

Arakïell : Voilà, dans ce cas, commençons immédiatement. Autant battre le fer tant qu'il est chaud. Je vous présente le docteur Göteborg qui m'aidera pour la partie médicale et scientifique.

Bien, comme tout commencement, il faut un rapprochement des corps à toute reproduction cela me semble être un bon début. J'ai lu que vous deux aviez une très forte attirance l'un pour l'autre d'où cela vous vient-il ?

Kili : Euh, je l'aime…

Fili : Je l'aime aussi…

Arakïell : Bref, vous vous aimez.

Doc Göteborg : Ils ch'aiment ! Chè une évidence.
Arakïell : Doc, j'ai bien fait de vous faire venir. Je sens chez vous comme une prédisposition certaine à apporter votre savoir d'une grande importance !

Doc Göteborg : Ya volt !

Thorin : C'est un mage ?

Arakïell : Oh que oui Thorinos, et pas des moindres. Docteur en gynécologie, obstétrique, accessoirement un peu de médecine vaudou...

Fili : Il…est connu ?

Arakïell : Des services de Police oui…plus particulièrement de la brigade des mœurs mais chut…c'est un secret.

Kili : C'est l'endroit où les mages apprennent ?

Arakïell : Tout à fait ! Et lui en est sortit avec une mention spéciale, une petite virée au trou !

Fili : Au trou ? Qu'est ce cela ? Un endroit où l'on récompense le savoir des mages ?

Arakïell : Mais mon ami, tu me manges les mots de la bouche tel un oisillon tombé du nid prenant la becquée de sa moman !

Instant poésie ! :

Arakïell : C'est un GRAND mage !

Doc Göteborg : Qué dites-fou ?

Arakïell : Que votre notoriété vous précède mon ami. Bien continuons. J'ai donc lu que vous deux aviez tendance à vous…enfin, vous…bref, vous aimez faire la bête à deux dos assez souvent et parfois, il en résulte un joli paquet cadeau à l'arrivée…

Kili : Vous m'avez apporté un cadeau ?

Arakïell : Non, c'est vous qui en faites un à Fili. A moins que ce ne soit le contraire, je vous mélange toujours tous les deux. Je veux dire un petit nano, nono, bref, un bébé.

Fili : Oui, nous nous aimons…

Arakïell : Je pense que nos lecteurs l'auront bien compris. Dites-moi mes loulous il me semble essentiel de décortiquer ce curieux phénomène de reproduction entre deux beaux mâles. Doc ?

Doc Göteborg : Ya volt ?

Arakïell : J'adore sa façon de me répondre. Alors le grand ponte du milieu médical, comment expliquer ce …fait, cette chose, ce…miracle ?

Doc Göteborg : Allélu…

Bernardo Gui : JEZABEL ! Je t'y reprends à vouloir percer les mystères des voies impénétrables !

Arakïell : Bernardo ! Mon grand ami de toujours ! Tu me colles aux basques il faut croire. Alors tu t'intéresses à mon enquête ? J'ai justement, un spécialiste en la question !

Berbardo : Être impie !

Arakïell : Mais dis-moi, tu t'es collé des postiches ? Waouh ! Ca te va super bien !

Bernardo : Tu trouves ?

Arakïell : Mon ami, je n'arrive même pas à trouver les mots…je reste coite.

Bernardo : Quoi ?

Arakïell : Coite !

Bernardo : Coite comment ?

Arakïell : Coite comme coite !

Bernardo : Qu'est ce que ça signifie ?

Arakïell : Prends le dico Béber !

Il se renfrogne et me toise de haut :

Arakïell : Asseyons-nous voulez-vous ? Je sens que je vais devoir me tenir en position assise avant très certainement de tomber de ma chaise et comme je ne tiens pas à me faire mal…

Kili : Qu'est-ce qu'elle raconte ?

Bernardo : Je doute qu'elle se comprenne elle-même !

Arakïell : Voilà ! Tu as tout dit. Un petit coup de Schnaps ? C'est du bon celui-là, il vient de Bavière. Doc l'a ramené dans sa besace avec son outillage.

Bernardo : Vous aussi avez de l'outillage ? Comme moi quoi !

Arakïell : Comme toi mon ami

Fili : C'est pour quoi ce matériel ?

Bernardo : Pour faire sortir la Foi qui est emprisonnée dans les griffes du Malin introduit en toi être impie !

Kili : Et lui ?

Il me désigne le doc Göteborg :

Doc Göteborg : Pour fou fissitez s'il le fallait !

Fili et Kili : Pardon ?

Arakïell : Pour vous visiter…ceci dit, je serais vous…j'éviterais. Bien revenons à nos moutons. Donc il est question d'un fort rapprochement amoureux…

Doc Göteborg : Ya volt ! Des fa et des fien, des fa et des fien…

Fili Kili : Pardon ?

Arakïell : Ah, vous voulez dire des va et des vient. Evidence ! Ensuite, cette …comment dire…cette émission hautement prolifique rejeté avec toute la grâce requise se retrouve…mais dites-moi Doc, comment font nos petites crapules à flagelles pour se situer ? Ont-ils un GPS intégré ?

Doc Göteborg : Nein fräulein ! Ils ne peufent pas.

Arakïell : Bon, il faut leur trouver une sortie de secours, ils ne peuvent décemment pas rester en un tel endroit. Comment faire ?

Doc Göteborg : Formule machique peut être ?

Arakïell : Hum admettons ! Ils se retrouvent, à présent, dans le ventre de l'heureux élu. Donnons-leur la parole.

Spermatozoïde Uno : Eh, salut la compagnie ! Vous faites un sondage ?

Doc Göteborg : Ya volt !

Spermatozoïde due : Eh, j'suis là moi aussi !

Spermatozoïde tre : Moi itou !

Arakïell : Eh, Thorinos, combien sont-ils au final ?

Thorin me lance sa gomme en râlant :

Thorin : C'est trop dur ! Fichez-moi la paix !

Arakïell : Excellent ! J'adore le titiller. Bon, nous avons là un trio de choc. Et les autres ?

Spermatozoïde uno : Morts au combat.

Spermatozoïde due : Paix à leurs âmes !

Arakïell : Bien, on fera avec. Et où se trouve la gente dame qui va vous recevoir ?

Ovule : Ici ma grande ! Alors, où sont-ils les freluquets ?

Spermatozoïdes ensemble : Ici ! Ici !

Ovule : Regardez-moi ces gnomes…ah ils sont beaux tiens !

Arakïell : Oh là Oh là ! Et d'où sortez-vous Ô bel ovule rondement bien tourné ?

Ovule : J'sais pas ! On m'a catapulté là sans consigne. Je fais ce qu'on me dit de faire. Je suis TRES obéissante, TRES docile…

Arakïell : Oui, bon on a compris. Doc ? Avez-vous une réponse à nous fournir ?

Doc Göteborg : Nein fräulein. Machie ?

Arakïell : Encore de la magie ? Diantre, j'aurais dû inviter Gandolfi !

Kili : Il est pris en ce moment !

Fili : Pas un instant pour lui.

Je souris :

Arakïell : Par qui ?

Thorin : Cessez ces insinuations !

Bernardo : Tu as le Malin en toi Jézabel !

Arakïell : Probable ! Voilà pourquoi je sauvegarde mes sourcils.

Bernardo : Pécheresse !

Arakïell : Alors ovule, veux-tu que je te donne un petit nom ?

Ovule : Allez !

Arakïell : Rita. Ca te va ?

Rita : Ca roule.
Arakïell : Et que faisait-tu avant d'être envoyé en mission Rita ?

Rita : Je passais une super soirée entre filles.

Arakïell : Ah, dommage. Regarde, ils s'impatientent nos petits trublions.

Rita : Laisse-les tirer la langue, ça leur fera le flagelle ! Regarde les s'agiter…Bon allez, je vais attendre le champion !

Arakïell : Le champion ? Doc ?

Doc Göteborg : Ya volt, il fa en rester un et se sera le gagnant ! Ya ! Lui seul pourra entrer !

Rita : Ca y est ! Vois Arakïell, celui-là vient de dégommer les deux autres !

Qpermatozoïde uno : Ca y est ouf, prem's ! Je peux entrer ma belle ? Dis ?

Rita : Laisse-moi réfléchir !

Fili : Est-ce ainsi que LA chose se passe vraiment ?

Doc Göteborg : Ya volt mon ami !

Une petite larme coule :

Kili : Fifi, mon cœur…

Arakïell : Oh, c'est chou !

Rita : Allez c'est bon, tu peux entrer dans la place forte l'avorton. Ouvrez la porte !

Arakïell : Bien, le spermatozoïde uno est déclaré grand vainqueur ! Youpi ! Qu'on lui déroule le tapis rouge. Nous allons les laisser faire connaissance et revenons dans deux secondes. Une, deux. Ca y est. Bien, la cellule va commencer à se diviser n'est ce pas doc ?

Doc Göteborg : Ya volt !

Arakïell : Je fais tout le boulot en somme !

Doc Göteborg : Cha che pourrait bien.

Arakïell : Faignasse doc ! Alors Rita, tu commences à te diviser là ?

Rita : Et oui ma belle. A présent je deviens un blatocyste.

Arakïell : Ma pauvre ! Comme toujours c'est la femelle qui se frappe tout le boulot.

Bernardo : Ce n'est que justice pour avoir tenté Adam !

Arakïell : Chipouni ! Et l'histoire d'amour entre les deux nabolitos qui de surcroit sont deux frangins ? Hein ? Et on dit quoi ?

Bernardo : Merdoum ! Je sors mes instruments !

Arakïell : Laisse tomber, y'a prescription et de toute façon on n'est pas là pour juger.

Bernardo : Je suis seul juge !

Arakïell : Arrête de ramener ta fraise. Bois un coup, ça ira mieux. Bien, Blasto t'en es où ?

Blastocyste : Il me faut un endroit pour crécher maintenant et pour une durée de neuf mois !

Arakïell : Zut ! Où va-t-il loger ? Doc ?

Doc Göteborg : Machie ?

Arakïell : Une question me brûle les lèvres, où avez-vous eu votre diplôme de médecine ?

Doc Göteborg : Euh ! Ché une longue histoire…ya !

Arakïell : Ouh là, j'en ai des frissons ! Ok, il faut sauver le blasto ! Trouvons lui un petit nid accueillant. Alors on va dire, une fois de plus, que la magie fait son petit miracle et…tantantan…une jolie bulle bien protectrice enrobe blasto.

Bernardo : C'est louche tout ça ! Le Malin se cache ici même et perverti les âmes pures…

Arakïell : Ne t'inquiète pas ami de toujours, la tienne n'a plus rien à craindre…depuis longtemps déjà.

Bernardo : Arggghh ! Ou est ma pince ?

Thorin : Lorsque ce sera fait, donnez m'en un bout comme trophée !

Bernardo : Avec plaisir.

Arakïell : Eh Thorinos, combien font deux et demi plus deux et demi ?

Thorin : Ah ! Si en plus vous rajoutez des demi…

Arakïell : Ok, on va faire plus simple, et si j'ôte deux à deux, alors ?

Thorin : Je n'ôte rien à rien car je suis de la lignée de Durin et j'amasse tout l'or que je trouve sur ma route, qu'on se le dise !

Arakïell : Waouh ! Tu as l'art et la manière de noyer le poisson Thorinos…allez continue tes révisions. Ou en es-tu ?

Thorin : Deux fois trois…

Arakïell : Quelle avancée mon ami…je te félicite allez au boulot ! Bien, revenons à nos moutons. Blasto s'est trouvé un nid douillet et…diantre ! Qui va lui fournir la nourriture nécessaire à son évolution ? Et la boisson ? Il ne faut pas qu'il se déshydrate ? Comment faire ?Doc ?

Doc Göteborg : Ya ? Il lui faut un cordon ombilical schnell !

Arakïell : Ok, mais relié à quoi je vous prie ô éminence médicamenteuse ? Hum ?

Doc Göteborg : Ah, chais pas !

Arakïell : Comment ça vous ne savez pas ? C'est vous le doc oui ou non ? Bon ok, on va improviser. Je dirais de pratiquer une dérivation sur une grosse artère afin d'y pomper tous les éléments nutritifs à un bon développement.

Doc Göteborg : Ya volt ! Good Idée !

Arakïell : Ouais, heureusement que je suis là. Bon, blasto s'épanouit, le sourire aux lèvres pendant neuf mois sous le regard bienveillant du pa..ma…au fait comment nommer celui qui le porte ? Paman peut être ?

Dic Göteborg : Ya volt !

Arakïell : Je vous remercie doc de nous éclairer de vos précieuses lumières ! Alors au bout de ces neuf mois où les deux amoureux se font papouilles, chipouilles et tutti quanti devant l'heureux événement qui s'annonce, l'embryon, devenu fœtus, a bien grandi, s'est bien armé pour venir dans un monde bien pourave et demande à sortir.

D'abord, tout se passe gentiment, puis il commence à s'impatienter…Alors là, une ENORME question s'invite sur vos lèvres, sur nos lèvres, bref…

Doc Göteborg : Chur les lèvres de touch !

Arakïell : Voilà ! Et par où c'est t'y qui va sortir le bout de chou ? Hum ?

Thorin abandonne, momentanément sa table de deux et lève le doigt :

Thorin : Je sais, je sais !

Arakïell : Non ? La grâce aurait-elle étendue son manteau sur tes frêles épaules ? Va-y mon toto, balance ta bombe !

Thorin : Une jolie boutonnière se trouve sur le petit bidon de mon neveu et moi, Roi de la lignée de Durin je l'ouvre sous les yeux ébahis de mes deux choupis à moi…

Nous nous tournons tous vers lui. Je l'observe en fronçant les sourcils :

Arakïell : Dis-moi Thorinos, tu as encore sniffé ta poudre d'or où je n'm'y connais pas !

Thorin : Et quand bien même, je suis de la lignée de Durin, j'ai tout les droit, même celui de me décalquer la cervelle !

Arakïell : C'est pas bien ça Thorinos ! Les stups vont finir par faire une descente chez toi et tu peux dire adieu à ton tas d'or !

Thorin : Moi vivant, jamais ils ne toucheront un gramme de mon or, qu'on se le dise !

Bernardo : Faites un don pour les pauvres ! Confiez-le moi je saurais redistribuer ces richesses.

Arakïell : Ne l'écoute pas Thorinos, il va te dépouiller et tu te retrouveras le cul dans l'eau !

Fou de rage, mon ami de toujours balance la pince dans ma direction :

Arakïell : Eh, t'énerves pas béber ! Allez, il te filera la pièce pour acheter ta pitance t'inquiètes !

Bernardo : Est-ce que je t'ai parlé du supplice de la roue de feu ? Tu devrais chanter la Traviatta avec ça !

Son regard brille de rage et de l'espoir de me voir subir cette torture :

Arakïell : Tu me ferais ça mon choupinou ? Pas à ta vieille amie de toujours qui t'aime quand même…

Bernardo : Ah, je t'aurais un jour…

Arakïell : Bien, après ces doux échanges quasiment amoureux, il m'aime ce Bernardo, qui a une autre idée pour la sortie de la star retenu à l'intérieur du nabolitos ?

Bernardo : L'intervention du Très Haut !

Arakïell : Un miracle ?

Je tombe à genoux :

Arakïell : Bernardo tu as du génie en toi ! Bien caché, mais quand il se décide à sortir ça fait du boucan !

Bernardo lève les yeux au ciel lui occasionnant un mouvement un peu trop rapide. L'un des postiches se décolle et miséroïde, se retrouve à pendouiller sur son œil. Je ris comme une baleine :

Bernardo : Tout çà c'est ta faute Jézabel !

Arakïell : Mais attend mon ami, tu sais que c'est tendance les sourcils rasés ?

Bernardo : Ah oui ?

Arakïell : C'est comme j'te l'dis !

Je passe un bras autour de ses épaules et l'embrasse sur le rond central de sa tonsure. Il me regarde comme si j'avais la peste :

Bernardo : Tu essaie de me séduire ?

Arakïell : Mon ami, je laisse cette infamie à une autre que moi ! Bien, alors nous disons que la volonté d'un être omniscient doué de magie vaudou avec un soupçon de témérité largement applaudit par tous les nains, a permis à ce bébé de se frayer une sortie entre …enfin une sortie. Là je ne tiens même pas à savoir ou elle se trouve ni si ça va saigner, ni si l'autre va en baver pendant des heures pour expulser son cadeau de neuf mois. Non, à ce stade de la soirée, je commence à avoir la nausée. File-moi un coup de schnaps doc !

Doc Göteborg : Tiens Arakïell. Ché fais raconter la suite. Hum hum, enchuite, le argghh miocchhe chort tout gluant, merdoch, filez-moi du chopalin, non tout le rouleau…Puis, che coupe le cordon, arrghh filez-moi le coupe coupe, et alors…ché là que ché remet l'enfant à Paman et enchuite on ché torche touch au schnaps !

Arakïell : Et l'expulsion du placenta ?

Doc Göteborg : Merdoch !

Arakïell : Tu sais quoi ? On va dire qui en a pas ! Et voilà ! Là je commence à avoir des sueurs froides, l'estomac fait du yoyo…bref, l'enfant est né, il est en bonne santé dans les bras de paman et l'autre tête d'œuf d'oncle Thorinos sourit aux anges ! Voilà, ça c'est une belle fin, passez le générique, toi Bernardo tu fais la quête et nous on va se torcher histoire d'oublier cette révélation fracassante.

Doc Göteborg : Cha vous dirait pas une bonne choucroute ?

Arakïell : Attend je vais dégobiller un coup et je reviens ! Ah, enfin qu'est ce qu'on rigole ! Doc, tu as raconté la fin de ce magnifique événement avec brio et panache !

Doc Göteborg : Ya volt !

Arakïell : Voilà ! A présent, nous en savons un peu plus sur l'étonnante reproduction des nains. Ceci m'a été largement inspiré par toutes ces histoires que j'ai pu lire ici et là. Merci mes frères et mes sœurs pour m'avoir donné l'envie de creuser dans les profondeurs de ce mystère ! Ah, je dormirais un peu moins bête cette nuit tant mon esprit s'est emplie de ces révélations quasi divines !

Thorin : Ce sont mes neveux ! Ceux de la lignée de Durin !

Arakïell : Tu parles d'une lignée ! Elle vaut son pesant de cacahuètes ! Voilà, il est grand temps de laisser Thorinos continuer ses tables de multiplication. Où en es-tu ami de toujours ?

Thorin : Arrgghh ! Deux fois quatre !

Arakïell : Un petit pas pour les nains, un grand pas pour la Terre du Milieu ! C'est bien, continue. Je te laisse ami bienveillant ! A plus. N'oublie pas que tu es invité à « La taverne du cochon pendu » chez Rose pour le réveillon de noël, vous aussi les nabolitos.

Fili et Kili : Super, on sera là !

Arakïell : Allez a plus les amis.

Doc, Bernardo et moi-même sortons après nous être inclinés devant Sa Majesté le grand roi de la lignée de…vous connaissez la suite. Nous trouvons derrière un pilier un être encapuchonné :

Arakïell : Eh, qui êtes-vous ?

… : Chut, tu ne fais qu'attirer la lumière sur nous péril monstrueux !

Arakïell : Eh ! Les Illuminati ! Vous nous espionnez ?

Illuminati : Ca fait un moment déjà. Nous nous posons de sérieuses questions sur vos motivations à parler de notre ordre. Que voulez-vous à la fin ? Vous nous mettez dans la m…

Arakïell : Pas possible ! Pourquoi ?

Illuminati : Et notre quête de prendre le contrôle du Monde vous en faites quoi ?

Arakïell : Merdoum ! Il vous faut retrouver l'ombre pour continuer à agir à l'insu du plein gré des grands pontes de ce Monde ?

Illuminati : Voilà ! Alors motus désormais, comprendé ?

Arakïell : Ok. EH ? LES ILLUMINATI SONT ENTRES PAR EFFRACTION DANS LE PALAIS DE THORINOS GRAND ROI DE LA LIGNEE DE DURIN ! Ca vous va là ?

Le moinillon relève sa bure et part en courant en me lançant moult menaces. Ah, on se marre bien quand même :

Arakïell : Eh, venez faire un tour à l'auberge de Rose pour le vingt-quatre au soir mes nouveaux amis !

Illuminati : Ouais, ouf ouf, on viendra, t'inquiètes !

Voilà voilà. Nous quittons le palais, nous nous retrouvons à l'air libre et je me tourne vers mes deux potes :

Arakïell : C'est ici que se sépare notre chemin mes amis. Alors je vous dis au vingt-quatre au soir pour un réveillon de folie. D'ici là, portez-vous bien et pas de folie de vos corps hein petits canaillous ! Je vais retrouver mes deux acolytes, Sauron et La bouche de Sauron. A plus !

Je remonte ma capuche, par les temps qui courent, mieux vaut sortir couverte, et me fond dans l'obscurité de la nuit scintillante. Je pense aux elfes la tête levée vers le ciel à admirer les étoiles…

L'arthrose vous guette mes amis !

Je pense aussi à la plus belle étoile de cette Terre du Milieu, Sa Majestueuse Majesté scintillante Thranduil…

Et là, je sors mes sun glasses…

Et oui, on n'se refait pas.