Les tribulations d'un clown pervers

en Terre du Milieu

Cela fait quelque temps déjà que l'information circule. Je viens d'en avoir confirmation à l'instant même : le clown pervers s'est échappé.

Il va encore nous donner du fil à retordre !

Ce personnage, porte le doux nom de Bozo le clown, et sa particularité est de faire…chier le monde. Chez lui, cela confine à de l'Art ! Autant dire que nous allons mettre les bouchées doubles pour le coincer.

Le corniaud n'a rien trouvé de mieux que « s'inviter » sur la Terre du Milieu afin de trouver un nouveau terrain de chasse. Particulièrement porté sur la chose, cet énergumène ne craint rien ni personne et il semble porter un vif intérêt sur tout ce qui se passe à sa portée. Généralement, ses proies sont mineures et ont un petit visage d'ange.

Heureusement, il est toujours arrêté à temps et ne commet aucun acte grave grâce à nos actions combinés. Nous nous dévouons de bon cœur, à chaque fois qu'il souhaite faire des siennes. Dans ce genre de mission à haut risque, je fais appel à la chipounette blonde, la poupée de Luthïen, autrement dit Chaperon Rose

Arakïell : Chaperon Rose ?

Elle accourt de sa démarche si particulière faisant remonter, à chacun de ses pas, ses anglaises si joliment frisottées :

Chaperon Rose : Oui ? Ah c'est toi pipounette ?

Arakïell : Voilà, c'est pipounette qui fait appel à ton savoir sur la Gent masculine !

Chaperon Rose : La Confrérie des porteurs de boules quoi !

Arakïell : Tout à fait, et cet olibrius doit en avoir au minimum trois paires tant il sévit avec un appétit féroce !

Chaperon Rose : Mais de qui parles-tu ?

Arakïell : Si je te dis : « Ah la, la, la, la, les pétés z'enfants, les pétés z'enfants ! » !

Chaperon Rose : Là, tu parles d'un spécimen hors norme, une erreur monumentale de la nature, même le pire des dominateurs n'en voudrait pas comme rabatteur !

Arakïell : Et bien, celui-là même vient d'atterrir en Terre du Milieu sous vos applaudissements M'sieur Dames !

Jack vient vers moi l'air furibard :

Jack : L'aut'con est ici ? 'tain fait chier cui'là !

Chaperon Rose : Il va terroriser les elfes !

Arakïell : Arrête, rien que d'y penser….je vais faire une provision de mouchoir in petto !

Prince charmant montre le bout de son…catogan de taffetas pourpre, la couleur royale :

Jack : Eh ben tu tombes bien guignol, Bozo s'est échappé et s'est invité par ici !

Prince Charmant : Nom de nom ! Avec la trique qu'il doit avoir, j'ai dans l'idée que tout ce qui respire va goûter à sa …chose !

Arakïell : Merci Prince pour vos encouragements !

Chaperon Rose : Pervertico ! Entre déglingués vous allez pouvoir vous tirer la bourre et faire de vos noms les prochaines incantations lors de messes vaudou consacré à votre renommée !

Prince Charmant : Attendez, une petite seconde, nous ne bossons pas dans la même catégorie me semble-t-il !

Jack : Ouais, t'as raison, toi t'es cornuto, numéro uno, et l'autre c'est cornuto numéro due.

Prince charmant : Hors de question que je sois mêlé de près ou de loin à ce zozo !

Amélie, une aile de poulet à la main vient vers nous tout sourire. Ah, cette quenotte !

Arakïell : Eh Amélie, tu t'cales une dent ?

Amélie : Ben dis-moi donc pas, c'est juste de quoi patienter qu'le poulet soit rôti. Rose m'a mise aux corneilles pour pas qu'c'est t'y qu'j'traînaille sous ses fufuches !

Nous nous regardons tous intensément :

Jack : 'tain Amélie, faut un décodeur avec toi !

Et la belle de sourire deux fois plus. Nous sommes à deux doigts de découvrir les fonds sous marins !

Soudain …un cri ! Euh, non, finalement…des cris !

Stridents !

Chaperon Rose : Ca y est, la fête a commencé !

Une horde d'elfine, tenant par la main des enfants elfes, sortent précipitamment d'un petit bois. Quelque chose s'agite sous les arbres. On dirait un costume bariolé. Ca y est ! Bozo montre le bout de son…nez ! Parbleu il n'est pas prêt de se laisser attraper car de son œil valide, (l'autre il l'a perdu lors d'une rixe), il nous a repérer et s'enfonce, (c'est une manie chez lui), à nouveau sous les frondaisons des arbres :

Jack : Vite, on va le prendre à revers !

Chaperon Rose : Sans moi sur ce coup là.

Prince Charmant : Je vous pensais à l'affût de la moindre innovation !

Chaperon Rose : Mon goût de la nouveauté porte le nom de Luthïen et pour l'instant, je découvre chacune des saveurs qu'il est en droit de m'offrir.

Prince Charmant : Ah oui ? Sauriez-vous satisfaire ma curiosité en me confiant deux ou trois anecdotes croustillantes ?

Jack : Si on vous dérange…

Prince charmant : Mais pas du tout. Souhaiteriez-vous prendre part à, cette charmante conversation mon ami ?

Jack : Je vais surtout te mettre un charmant coup de pied au cul si tu ne t'dépêche pas de lui filer l'train !

Alachnÿ arrive comme un Diable sortant d'une boîte :

Alachnÿ : Que se passe-t-il ici ? J'entends des hauts cris depuis tout à l'heure et vous connaissez mon empressement à porter secours à la veuve et l'orphelin !

Arakïell : Mais oui, bien sûr !

Jack : Voilà pervertico number two. Allez, ton acolyte Bozo le clown est ici !

Alachnÿ : Merdasse ! Nous voici bien loti ! Cet abruti va effrayer le cheptel. J'ai déjà le plus grand mal à chasser la femelle avec ma goutte et mon haleine quelque peu désireuse…

Alors que nous mettons sur pied un véritable piège digne d'une compagnie de Marines, Luthïen et Zorgûnn tente une percée en terrain miné. Se pensant plus fort que les autres, les deux elfes s'approchent du bois, mais l'autre mézigue à le nez creux et il n'a pas de rhinite sur ce coup là !

La morve a laissé la place à un radar de dernière génération.

Le bougre les a vus venir de loin avec leurs gros sabots !

Pour les narguer, il effectue deux trois pas de danse à la Jamiroquai dans ses meilleurs jours ! Je le soupçonne de s'être entraîné devant son écran plat. Ah le gredin !

C'est qu'en plus il est fier de lui !

Et il sautille, et il frétille tel un gardon en leur adressant moult doigts d'honneurs ! C'est bien simple, à le voir, on dirait un gogo échappé d'un asile. Impressionnant !

Jack fonce dans sa direction, mais déjà l'autre bonze s'est emparé d'une charrette appartenant à une elfe. Destinée à promener, ou méné méné, comme dirait ce pervers, les gentils petits enfants dans les bois, il monte dessus tel un romain prêt à se lancer dans l'arène pour effectuer la course de char de sa vie !

Là, il fait claquer son fouet dans le but évident d'effrayer les chevaux et partir dans un nuage de poussière. Ah ! Ce serait une sortie hollywoodienne !

Le voilà qui passe devant nous en ricanant et en nous lançant des :

Bozo : J'vous ai bien eu ! Peigne cul !

Dépité, nous enrageons ! Enfin, tout n'est pas perdu, il est dans le sous-bois…Luthïen connait bien le secteur, il va nous aider à faire sortir ce chancre de son trou à rats.

Ni une ni deux, nous appelons des renforts. Un, deux, trois…cinq, six…douze, treize. Voilà, ils sont venus, ils sont tous là. Les treize nains :

Arakïell : Eh ! Salut les nabolitos ! Alors, ou qu'il est le grand manitou ? Thorinos ? Thorinos ?

Thorin : Merde !

Arakïell : Ah, mon ami ! Toujours aussi content de retrouver votre pote ? Alors, ou en son vos tables de multiplication ô roi de sous la montagne ?

Throrin : Je cale sur la table de trois.

Arakïell : Merdoum ! Va falloir mettre les bouchées double grand roi de la lignée de Durin ! Bon pour le moment on fonctionne sur la table de multiplication à l'unité. On a UN zozo qui nous met la tête à l'envers et je ne suis pas très sûre de pouvoir la replacer au bon endroit.

Thorin : C'est à se demander si vous l'avez eu un jour dans le bon sens !

Arakïell : Oh, moi aussi j't'aime bien. Bon, il va falloir encercler le bois. Il n'est pas exclu qu'on enfume le bonze comme un hareng sort pour l'extirper de sa cachette. Je me demande…et si on faisait appel aux Illuminati ? Ils sont si nombreux qu'à eux seuls ils pourraient repeindre chaque feuille de ces arbres aux couleurs de leur ordre. Allez ! Aux grands maux, les grands moyens. EH ! LES ILLUMINATI ?

Comme par magie, surgit, d'on ne sait où, une horde d'encapuchonnés faisant profil bas :

Arakïell : Non, va falloir oublier le côté incognito là ! Ce n'est plus à l'ordre du jour mes cocos. Là, faut foncer dans le tas.

Alachnÿ : Il nous faut un appât, voire deux ou trois…

Je pense, je calcule…

Je ne pense plus, je ne calcule plus …

Devant moi, Mister Grey, pantalon qui lui tombe sur les hanches, les mains qui le démangent et le boxer qui dépasse, marche d'un pas assuré vers moi….

Il me faut rapidement un peu d'air. Ma pile de mouchoirs est épuisé, vite, un drap, un torchon…quelque chose pour m'éponger le front. Je sue à grosses gouttes. Avis de canicule doublé d'un réchauffement climatique, annoncé !

Chaperon Rose miaule déjà, Luthïen, d'un pas chassé s'approche de sa poupée l'air de rien mais faisant passer un message très clair au mâle surpuissant du style : « le premier qui s'approche d'elle à droit à mon coup de pied elfique au cul » !

Prudent, le dominateur adopte une stratégie mesquine du genre : «Je me mets en mode observation », juste histoire de trouver la faille car la poupée miaulante ne rentrera pas seule ce soir…

Je vais perdre dix kilos rien qu'en suant ! Merci les mâles, vous me ferez économiser l'abonnement pour une salle de sport, hammam, sauna et autres joyeusetés du genre pour se faire souffrir en s'allégeant de quelques centaines d'euros !

Ok, tout ce qui contient un taux impressionnant de testostérone, se trouve dans le secteur, sans compter l'autre zozo qui danse dans les bois. Jack parle d'enfumer la forêt pour faire sortir l'autre bonze :

Alachnÿ : Et si nous le faisions crever comme un rat ?

Arakïell : Vous n'y pensez pas ! On va se retrouver avec la Guilde des Clowns sur le dos et on finira au trou à tirer à la courte paille pour savoir qui dormira sur le matelas !

Mister Grey : Je vous laisserais ma place. Je n'aurais pas besoin de dormir. N'est-ce pas bébé ?

Chaperon Rose émet quelque chose entre un feulement et le chuintement d'une chouette porte poisse. Le dominator s'approche nonchalamment, le regard assombri…je ne sais pas pourquoi le désir fait toujours assombrir les prunelles des mâles ? Une interrogation en chassant une autre, je me pose la question de savoir comment il va utiliser son potentiel ?

Bozo mange t'il à tous les râteliers ? Hum, lui oui, mais la merveille moulée dans son boxer, ce serait criminel…Ah, Amélie me dit qu'en fait c'est son taux de testostérone qui pourrait faire sortir le loup du bois…Je regarde Amélie…D'où sait-elle tout ça la bougresse ?

Une troisième interrogation s'invite à mon esprit nébuleux, (je pense préparer une thèse sur les phénomènes hors norme des poussées soudaines de testostérone), ce fort taux, a-t-il véritablement une odeur précise ?

Je zone autour des bellâtres (Luthïen et Mister Grey), le nez en mode « humage » !

Je sens que je m'enivre ! Me faites pas souffler dans un ballon bordel ! Je finirais au trou !

Je sens l'illumination divine s'infiltrer dans les méandres méandresques de ma cervelle. Oh là ! Il faut que je respire !

Je lance mon idée comme une bouteille à la mer :

Arakïell : J'ai eu un flash !

Thorin : Que dit-elle ?

Arakïell : Une idée subite toto !

Thorin : Comme une envie d'pisser quoi !

Arakïell : C'est un peu l'idée. On va enfumer l'aut' abruti et comme on est en force entre les nabos, les Illuminati, mes potes et…les deux mâles alpha…ouf ! J'ai une bouffée de chaleur là, vite un carré de linge ! Remarquez comme j'y ai mis les formes !

Gentleman, Christian Grey me tend un mouchoir brodé à ses initiales qui doit coûter la moitié d'un œil. Waouh ! Je le garde comme trophée de guerre celui-là. Je m'éponge un peu, bref, j'éponge le litre de sueur qui menace de me mouiller la chevelure…et là, j'annonce la couleur :

Arakïell : Bon Christian, vous passez dans mon lit in petto…euh, excusez-moi, un excès d'optimisme, le rêve était trop fort ! Bien, je disais avant que ma libido ne se soit complètement ravagé par un ouragan de force dix, que nous allons enfumer l'aut' fumier d'clown ! Comme un hareng ! Et là, s'il ne sort pas de son trou…

Chaperon Rose : Arrghhh !

Arakïell : Désolé Chaperon, je remarque que je ne suis pas la seule à émettre quelques conneries face à ces deux splendeurs de la nature. Bon, allez me chercher le nécessaire les hommes ! Ah, oui, voici une dénomination quelque peu dépassé à notre époque ! Ceci dit, il faut les trouver les vrais mâles…heureusement qu'il reste les bouquins…

Luthïen zieute le mâle conquérant et se sent en terrain miné. Va y avoir du sport bientôt, alors qu'arrive, comme une fleur, Aliénor suivit par une Orlyänne prête à en découdre et surtout à sauter sur tout ce qui bouge.

Son sourire carnassier vient déjà de faire mouche sur Mister Grey. Il ne sait pas à qui il a affaire celui-là. Il risque d'y laisser des plumes.

Ok, tout est prêt, nous commençons l'enfumage et je sens venir la fumisterie à cent lieus à la ronde. Mouchoir sur le nez, le mien vaut trois millions de dollars au bas mot, le premier qui me l'enlève je le plante, nous avançons à l'intérieur du petit bois. Arrivés au milieu, nous trouvons le cheval et la charrette.

Le pauvre animal tourne comme un rat de laboratoire et semble se poser la question, si tant est qu'il ait de quoi se la poser, de savoir pourquoi le genre humain est si con !

Par sûr que mon explication tienne la route. Allez, ni une ni deux, Bombur se dévoue pour le faire sortir de ce sauna improvisé.

Soudain, le danseur de Mexico, comprenez Bozo le clown, sort de sa cachette. Il s'est pris pour un babouin et saute de branche en branche en nous distribuant des doigts d'honneur sans retenu. A pour sûr, chacun aura le sien ! Pas de jaloux !

Puis il disparaît. Le bougre va s'en sortir une fois de plus.

Nous sortons tous du bois. Nous n'irons plus au bois, les lauriers sont coupés…pour sûr le temps que la fumée disparaisse et que la nature retrouve un peu de son calme, j'élabore un autre plan !

Jack : Le plan quoi !

Arakïell : Voilà quoi ! Bon arrête de jouer sur les mots Jack et écoutez, parce que celui-là vaut son pesant d'arachides…

Jack : De cacahuètes quoi !

Arakïell : Bordel Jack !

Jack : Ok boss !

Arakïell : Super, je préfère !

Alachnÿ : Merdasse ! Je sens la fumée ! Ce n'est pas avec un tel parfum que les femelles humeront mon fort pouvoir érotique !

Arakïell : C'est beau de rêver !

Orlyänne tourne autour des deux mâles alpha (Luthïen et Grey, je reprécise sait-on jamais, des fois qu'il y en aurait, qui n'aurait pas deviné) en les humant. Un sourire s'invite sur ses traits et les deux porteurs de boules se posent quelques questions tout de même. Ils n'ont pas l'habitude de voir une femelle aussi déterminée reluquer leurs bijoux de famille. Je sens que cela va faire quelques dégâts. Heureusement la petite ninïl continue de miauler, ce qui détourne leurs attentions.

Orlyänne profite de ce détournement d'attention pour admirer sa petite poupée et commence à se diriger vers elle à grands pas. Luthïen pose un bras sur la taille de son joujou. Ce qui signifie en gros « pas touche à ma possession ».

Arakïell : Ok, on passe au plan B.

Thorin : Ce qui signifie ?

Arakïell : Ce qui signifie Toto, qu'on va déguiser Chaperon Rose en maîtresse d'école. Si avec tout ça l'aut'empaffé ne sort pas de sa tanière, c'est à désespérer !

Thorin : En maîtresse d'école ? C'est-à-dire, comme une préceptrice ?

Arakïell : C'est un peu l'idée. Waouh ! Il n'y a pas à dire Toto, tu m'impressionnes quand tu t'y mets !

Thorin : Je suis de la lignée de Durin !

Arakïell : Voilà ! Tout le monde doit bien l'avoir en tête ! Bien, ce n'est pas tout, parce que tes nabos, on va les déguiser en pété z'enfants et…

Thorin : En quoi ?

Arakïell : En petits enfants dans le langage commun et les pété z'enfants dans le langage de l'aut' bonze !

Le grand roi de la lignée de Durin me regarde comme si j'étais une malade mentale…

Arakïell : Ce serait trop long à t'expliquer, mais ce tordu réagit à ce genre de stimuli tu peux me faire confiance. Eventuellement, il peut se rabattre sur de la donzelle si le plat principal venait à manquer, mais bon, là on va lui faire la totale, barbe et cheveux !

Une question soudain s'imprime à mon esprit légèrement enfumé, voilà, en parlant de barbe et cheveux…

Arakïell : Dîtes les mâles dominateurs, une question en passant, puisqu'on en est à parler de barbes, cheveux et poils en tout genre…ou en êtes-vous avec les vôtres ? Les garder vous au bon endroit ou les rasez-vous ? Non parce que on est pas mal de lectrices à se poser la question et…

Aliénor me regarde l'air effaré…

Arakïell : Qu'est-ce que j'ai encore dit comme conneries ? Faites pas attention, bon allez, on déguise les nabos !

Les nains ont revêtus chacun une cape avec une capuche assez grande pour masquer leur pilosité abondante. Bon sang, je n'imaginais pas qu'un nain pouvait avoir autant de cheveux, poils, et autre…

Une autre question s'invite, (oui, elles aiment bien s'inviter à mon esprit et comme je suis bien éduquée…)…

Aliénor lance un tonitruant :

Aliénor : Non ! N'y pense même pas !

Je refoule ma question dans un coin de ma caboche. Pas sûr qu'elle y reste…

Chaperon Rose s'est changée elle aussi…

Les mirettes de tous les mâles ne décollent plus de son décolleté, et Luthïen ne décolère plus, lui non plus. Téti et téta, en super forme, peine à rester engoncés dans son corset.

Une petite pitchenette et ils pourraient bien prendre l'air et s'offrir en partage aux paquets de testostérone ambulants qui gravitent autour d'elle.

Je souris ! J'aime bien sourire ! Surtout quand je les vois en mode « conduite en état d'ébriété sexuelle », ceux-là, n'auront pas besoin de radars pour se guider. Je pense que cela se fera à l'instinct.

Là, c'est leur deuxième cerveau situé, approximativement pas très loin de leurs entrejambes, qui prend la relève. Pas sûr que la manœuvre soit pile poil adapté à la situation.

Je frappe bien fort dans mes mains histoire de faire remonter leur concentration à un niveau un peu plus élevé :

Arakïell : Allez, la récréation est terminée ! On envoie les leurres près du village. Je suis certaine que le mézigue s'y trouve. Bon, Chaperon, tu balances ton boule comme tu sais si bien le faire et tu harponnes le sérial killer en deux temps trois mouvements !

Chaperon Rose : Tu me connais pipounette ! Rien ne peut me résister…

La belle coince un petit bout de langue entre ses dents. Ce simple petit bout d'organe suffit à mettre le feu aux poudres et…je suis obligée de la pousser en avant pour qu'elle dégage vite fait avant qu'une émeute n'éclate.

Ouf, elle s'en va en remuant son…popotin !

Tous ont les yeux fixés sur cet arrière train qui part, un coup à gauche, un coup à droite…un coup à gauche, un coup à droite…un coup…bon, vous avez compris ! Non ?

Ok, j'en remets une couche ! Un coup à gauche, un coup à droite, un coup à gauche…bordel, que fait-elle ?

Elle se baisse pour ramasser son mouchoir et là…

Le Mister Grey, d'un pas assuré, d'un pas de mâle, d'un pas d'homme quoi, s'avance vers elle, le pantalon baissé sur ses hanches…une question s'invite à nouveau et celle-là, je la lance comme une bouteille à la mer :

Arakïell : Dites-moi Mister bistou…euh Mister Grey, pourquoi votre pantalon, au demeurant fort bien taillé dans une étoffe de premier choix, vous tombe-t-il toujours sur les hanches ? Hum ?

Amélie, ouvre bien grand sa bouche et laisse échapper un rire sonore :

Amélie : Ben ma grande, c'est t'y donc pour qu'on ait un aperçu d'c'qui s'cache sous c'tissu !

Arakïell : A-t-elle tout juste Monsieur Gris Souris ?

Christian Grey : Un dominant se doit toujours de provoquer l'envie chez la femelle…nous autres savons ce qui est bon pour vous charmants réceptacles !

Arakïell : Provoquer ? Mais mon ami, c'est tout à fait inutile, même en combinaison spatiale vous provoqueriez l'envie de n'importe laquelle d'entre nous ! Quant au réceptacle c'est …

Aliénor : Et si nous passions sur les détails vestimentaires ?

Avis de canicule et de grandeur annoncée. L'homo sapiens dominatus erectus a de la répartie et de la verve en stock !

Aliénor sourit, je souris, Amélie sourit, Orlyänne sourit…oh là, ça c'est moins bon, parce que l'amazone va lui en faire voir de toutes les couleurs.

Bon, allez, c'est pas tout ça, mais on a un clown louche sur les bras et avant qu'il ne s'en prenne à des innocents, il faut agir. Court-circuiter ses neurones serait la panacée, mais faut pas rêver, le truffon à des heures de vol et des méfaits dans sa besace. Celle-là, elles se ramassent comme les feuilles mortes…à la pelle !

En ce moment, il vit sur ses acquis et se croit le plus fort, c'est le bon moment pour lui couper l'herbe sous le pied !

Go ! Les nabos entament leur marche en sautillant, Chaperon Rose en tête.

Elle chantonne, se trémousse, remue son croupion…

Luthïen s'essuie d'un revers de manche :

Arakïell : Ca va Luthïen ? Alors, ça fait quoi de s'éponger continuellement ? Hum ?

Il me lance un regard noir. Je souris de toutes mes dents. Un ange passe. Alachnÿ, qui a le nez creux, sent le danger rôder. Il chuchote :

Alachnÿ : Ca y est ! L'appât fonctionne ! Je sens la connerie du bonze à dix lieues à la ronde.

Aliénor : Dissimulons-nous !

Amélie : Quèque tu dis ?

Orlyänne : Mettons-nous à couvert !

Amélie : Quèqu'on couvre ?

Thorin : Le fait-elle exprès ?

Arakïell : Comme toi mon Toto !

Jack : Bon vous gerbez ou quoi ?

Amélie : Ger…

Aliénor : Cache-toi Amélie !

Soudain…oui, je sais, il y a beaucoup de soudaineté dans ce conte divertissant, mais c'est comme ça, donc Soudain, un bruit sur la gauche…ah non, sur la droite…Prince Charmant apparait, la mine en fleur, le visage poudré comme une précieuse ridicule, une mouche au-dessus de la lèvre gauche, un rond rouge sur chaque joue…ce n'est pas carnaval pourtant, du moins pas encore.

Jack : Bordel, qu'est-ce tu fous là guignol numéro deux ?

Prince Charmant : Eh bien, comme à l'accoutumée, je constate, non sans un certain dédain, permettez-moi de vous le signaler, que vous vous en prenez à ma personne de manière éhonté et fort peu glorieuse. Pour votre gouverne, sachez, ô gens de peu de foi, que le loustique est en train de vous voir converser et se fout légèrement de vos bobines.

Jack : Heureusement qu'c'est tout c'que t'as à nous dire, sinon y te faudrait la journée ! Quoi ? Il nous voit là ?

Prince Charmant : Veuillez excuser ma propension à m'exprimer de la plus merveilleuse des façons, mais oui, il vous voit et il à la gaule rien qu'en se gaussant de vous !

Arakïell : Comment savez-vous tout cela ?

Prince Charmant : Il a eu l'obligeance de me mettre au courant et je suis venu assister à ce que vous pensez être « la cueillette du fruit pourri » !

Aliénor : Il n'est pas encore tombé dans les mailles du filet. S'il pense nous avoir…

Arakïell : Cela ne saurait tarder !

Nous nous dissimulons, pas trop loin, pas trop près non plus…

Et là !

Chaperon Rose nous sort le grand jeu. Cela veut dire en gros, qu'elle se met à entamer une danse ?

On dirait vaguement une danse nuptiale cherchant à attirer le mâle, ou quelque chose dans le genre. Ses froufrous, froufroutent, là pour le coup, j'ai pas trouvé mieux et les dentelles se mettent à voler, la culotte se découvre, les jarretières pleines de jolis rubans laissent présager ce qui pourrait se passer si un beau parleur venait à les mordre pour en débarrasser les jolies gambettes de la donzelle…

Soudain ! Encore ! Quelques mots sont lâchés au gré du vent :

… : Oh la, la, la, la, les pété z'enfants, les pété z'enfants !

Ca y est l'aut'vicelard montre le bout de son attribut…ouf, façon de parler, j'entends bien, et là nous surveillons les quatre points cardinaux.

Dans quelle direction va-t-il montrer sa gueule enfariné ?

Surprise, surprise…

Je parie qu'il flaire le piège !

Effectivement, il nous lance un tonitruant :

Bozo le clown : Eh les bouseux, vous croyez qu'vous allez m'avoir comme ça ? Vous pouvez toujours vous assoir sur vos espérances et sur aut'chose aussi ! Corniauds !

J'attrape une caillasse et la balance dans la direction d'où venait la voix. Bordel ! Il m'énerve ce clown torve !

Un rire s'échappe :

Bozo : Raté ! Tu t'ramollie Arakïell !

Arakïell : J'm'en vais t'ramollir autre chose !

Bozo : Ah vouais ?

Arakïell : Vouais !

Bozo : Vous m'aurez pas ! J'm'en vais visiter les tréfonds du palais à l'aut'empaffé d'roi.

Aliénor : Vous allez vous inviter chez Sa Majesté ?

Bozo : J'vais m'gêner ! A plus les gogo's !

Plus rien ! Mais pour de bon qu'il va s'inviter chez…merdoum, il faut sauver Sa Majesté des griffes de ce pervers.

Jack : Eh trouduc, j'aime autant t'dire qu'ca va chier pour ton matricule une fois que j't'aurais mis la main dessus !

Arakïell : Il est déjà partit Jack. Ca ne sert à rien. Rendons-nous de ce pas chez Sa Majesté Majestueuse.

Prince Charmant : Un beau parler rend la chose plus distingué n'est-il pas ?

Aliénor : Ah, tais-toi !

Orlyänne : Putâk ! La prochaine fois, il goûtera l'une de mes boulettes de feu.

Arakïell : Super, allez, on s'arrache.

Chaperon Rose revient dépitée. Son sex appeal, à manqué de piles dirait-on !

Prince Charmant : Bien joué Arakïell.

Arakïell : Eh ! On fait c'qu'on peut !

Chaperon boude et tape du peton par terre. Les deux mâles répondent illico à cet appel de la femelle désœuvrée :

Luthïen : Ca ne fait rien ma puce, ce n'est que partie remise.

Christian Grey : Bébé, viens là !

Luthïen s'interpose :

Luthïen : Elle n'ira nulle part, sauf avec moi !

Christian Grey : Posons-lui la question.

Luthïen : Inutile ! Elle est à moi !

Ca y est, un bruit de moteur se fait entendre. C'est Chaperon qui ronronne :

Chaperon Rose : Oh oui, oui, oui, battez-vous pour moi !

Arakïell : Personne ne se battra.

Orlyänne : J'ai mis une stock option sur cette petite ninïl (poupée), que personne n'y touche !

Christian Grey : Tu es très demandée bébé.

Chaperon Rose : Ouiiiiii.

Christian Grey : Bébé, fais attention, tu as levé les yeux au ciel. Tu sais ce que cela signifie pour moi ?

Chaperon Rose : Ouiiiii.

Aliénor : Mais qu'ont-ils à la fin ?

Arakïell : Oh, c'est rien une montée de testostérone. Ca va passer…tu sais c'est comme ça les mâles, faut juste attendre que la mayonnaise reparte à la fabrique. D'ici deux secondes l'alerte sera passée.

Elle me regarde avec de grands yeux.

Arakïell : Ca y est ? C'est fini ? Allez, direction Mirkwood !

Nous nous suivons, à la queue leu leu…risqué je vous l'avoue, mais nécessaire.

Là, nous parvenons devant la caverne qui tient lieu de résidence principale à Sa Majesté. Les portes grandes ouvertes se referment rapidement derrière le dernier entrée.

Soudain…Une apparition divine, le soleil est emprisonné dans ces cavernes et se met briller de mille feux, peut être même deux mille feux, allez ne soyons pas en reste.

Sa Précieuse, Glorieuse et Magnifique Majesté Thranduil s'en vient de son pas de danseur étoile. Il effleure le sol et laisse dans son sillage une odeur de cèdre et d'agrumes (eh oui, faut lire Obsession mes amis, pour savoir que son parfum le précède toujours !).

Le cheveu impeccable, l'œil vif, l'habit somptueux, sa Glorieuse Majesté daigne s'adresser à sa plus fidèle admiratrice :

Thranduil : Quelle est la cause de tout ce charivari ? Hum ?

Je couine, Chaperon Rose miaule, Aliénor tremble, Amélie glousse, Orlyänne…sourit :

Immédiatly, les deux mâles alpha se rapprochent. Ils ont sentit le danger. Un des leurs s'ajoute à la liste des membres de la Confrérie des Porteurs de Boules, et celui-là en est l'un de leur plus digne représentant !

Arakïell : Majesté, Magnifique et Splendide, j'ose à peine vous demander la permission de traquer à l'intérieur de votre palais un personnage vil et nauséabond répondant au doux nom de Bozo le Clown qui s'est permis, le bougre, de souiller de sa présence votre habitation royale.

Il me toise de toute sa hauteur, toise les deux autres gogos qui en ont une belle paire et me regarde à nouveau :

Thranduil : Si vous n'étiez l'auteure d'Obsession, récit qui nous a fait connaitre l'amour de notre vie, nous vous aurions déjà fait jeter dehors vous et votre…clique. Mais, dans un élan de pure générosité, nous vous accordons l'autorisation de chasser cet importun.

Arakïell : Oh, Votre Majesté Majestueuse, je me jette à vos pieds pour vous remercier…

Thranduil : Cela ne sera point nécessaire !

Arakïell : Et comment se porte Olana ?

Thranduil : Petit chaton se délecte de notre amour. Nous le valons bien !

Soudain, Olana, dans une robe translucide apparait tel un mirage. Belle à couper le souffle, elle accourt vers son roiiii :

Arakïell : Eh, Olana, ça va choupinette ? Et votre amour en Terre du Milieu ?

Olana : Je l'aiiiiime !

Arakïell : Oui, nous en sommes tous conscients ici.

Thranduil : Elle m'aime !

Olana : Je l'aiiiime !

Arakïell : Nous avons bien compris qu'il s'agit d'amour !

Les deux dominators ont leurs prunelles sur ce joli p'tit lot. Ouh là ! Thranduil s'en est rendu compte. IL se redresse. Fichtre, je n'avais remarqué qu'il était aussi grand.

Trois dominateurs dans un espace confiné ça fait quoi ?

Réponse : des étincelles !

Se forme, là mes yeux ébahis, une triangulaire de premier choix.

Le triangle des Bermudes !

Ca tombe bien, j'adore le mystère. Les trois poids lourds se font face.

Tel un western, chacun attend de l'autre un acte de reddition. Sauf que personne ne veut céder.

Heureusement, comme à l'accoutumée, c'est une petite femelle du nom de Chaperon Rose qui dénoue les tensions :

Chaperon Rose : Waouh, c'est trop choupinou !

Luthïen : Il n'y a rien de choupinou. Viens par là toi.

Et il l'empoigne pour la coller contre lui.

…. : Oh, la, la, la,la, les pété z'enfants, va y avoir du sport on dirait ! Ca va péter, ça va péter !

Tout le monde tourne la tête de tous les côtés. Malheureusement personne n'arrive à déterminer d'où vient la voix. L'écho se répercute contre les parois de ces cavernes. Autant dire que pour savoir d'où elle est émise…

Je donne mes directives et nous commençons tous à chercher le gogo. Je me rappelle un détail qui pourrait avoir son importance. La salle des tonneaux. Si l'envie lui prenait de jouer la fille de l'air par là…

Nous filons au sous-sol et arrivons dans la cave à vin du bellâtre. Amélie a les yeux qui brille ! Tout c'pinard, c'est du pain béni pour elle !

Nous nous cachons, tant bien que mal et attendons la crapule. Douée, je me suis faufilée à côté de Mister Grey. Oh, le morceau !

Son costard à trois mille dollars au bas mot, lui va comme un gant. Un sourire crétin s'affiche sur mes traits et Chaperon la gredine en profite pour se rapprocher de lui. Luthïen a été appelé par Sa Glorieuse Majesté et elle a le champ libre pour flirtouiller un peu. Elle en profite. Juste de quoi mettre Monsieur gris souris en mode surchauffe.

J'entrevois une catastrophe annoncée ! Attiré par les phéromones il faut croire, un doux gazouillis s'élève :

Bozo : Oh, la, la, la, la, je sens venir la couillerie, euh pardon, la connerie…

Un rire aigüe n'en finit plus de résonner. Il est tout prêt. Les Illuminati arrivent en poussant des hauts cris…Nonnnn !

Le premier s'arrête, et par effet de dominos, ils tombent l'un après l'autre. Dans leurs chutes, certains se sont accrochés aux étagères de bois supportant les précieux tonnelets emplis de vin.

Ils s'écrasent au sol et de la vinasse se répand partout. Un océan rouge s'étale sous nos pieds et l'odeur devient tellement enivrante qu'elle fait sortir le zozo de sa cachette.

Un énergumène au costume rembourré et bariolé, à la chevelure rouge crêpée de chaque côté de ses oreilles, à la gueule enfariné et au nez rouge, cri en faisant bouger son œil valide. L'autre a tourné dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et ne reste que le blanc vitreux de la porcelaine…

Une vision cauchemardesque !

Les deux mâles alpha se jettent comme un seul homme sur lui, mais le rate et tombe dans la mare couleur rubis. Ouah ! Même couleur cape de toréador, les deux phénomènes sont irrésistibles.

Jack et Zorgûnn sont synchrones et agrippe un bout de godillot, et …finalement, la chaussure leur reste dans la main. Sautant tel un cabri, Bozo arrive toujours à glisser entre les mains de ceux qui veulent le coincer.

Il passe à ma portée et j'en profite pour lui balancer une bouteille, mais là encore il m'échappe. Il a remarqué les tonneaux et veut sauter dans l'un d'eux. Il doit connaitre l'histoire, il ne peut en être autrement.

Au moment où il saute dans l'un d'eux, il le fait basculer et le tonneau éclate comme un fruit mûr. Ca y est, c'est le bon timing.

Arakïell : Allez à trois on se jette sur lui. A la une, à la deux, à la…Toto ?

Throrin : Merde !

Arakïell : Bravo, même dans les moments de gloire la lignée de Durin rejaillit en toi.

Un amas d'humains, d'elfes, de nains, se jettent sur lui alors qu'un nuage blanc apparait. Une vraie mêlée tente de se demêler. Des sourires niais sont plaqués sur tous les visages mâles. Au-dessus d'eux, Chaperon Rose s'est jetée, elle aussi, et nous avons une vue imprenable sur ses deux hémisphères moulées dans une culotte de satin rose. Heureusement pour elle, la culotte couvre largement la zone interdite et personne n'a accès à la voie royale !

Luthïen pose immédiatement une main protectrice sur son fondement alors que Christian Grey vient de récupérer un bout de ruban de sa jarretière. Il le glisse dans la pocha de son costard. Je croise son regard. Nous nous sourions. Ca va bellâtre, je ne dirais rien…pour cette fois.

Nous nous relevons, tant bien que mal, et là…pas de Bozo !

Le crapaud a disparu corps et âmes !

Alachnÿ : Il a encore utilisé le sortilège de Dankrin !

Amélie : Quèque…

Alachnÿ : Ah, elle m'énerve cette vieille ! Toujours à poser des questions, merdasse !

Arakïell : Cessez de vous en prendre à elle. Amélie, c'est une formule magique pour disparaitre.

Amélie : Ah ben c'est t'y qu'j'ai ben compris.

Alachnÿ : Non !

Amélie : Si, et ben on va quand même trinquer à tout ça et profiter d'la bonne bibine du roi non ?

Alachnÿ : Elle a un bon fond…de bouteille cette vieille quand même. Allez j'offre ma tournée !
Arakïell : Vous offrez avec un bien qui ne vous appartient pas ?

Alachnÿ : Et alors ? Ou est le problème ?

Une voix tonitruante lui répond :

Thranduil : Le problème est que vous ne toucherez pas une seule goutte de ces précieux nectars. Vous nous en avez gâché une bonne partie et nous n'aurons plus de quoi sustenter notre consommation et celle de notre petit chaton ronronnant.

Olana : Ouiii.

Thranduil : Que l'ordre soit rétabli dans mes caves ! Que ces gens se lavent et qu'ils soient conviés, sur insistance de notre petit chaton adoré, au banquet de ce soir ! Venez petit ange merveilleux, nos corps ont encore deux ou trois danses à exécuter avant de se sustenter avec Vos amis.

Olana : Oh ouiii mon roiiii.

Thranduil : Vous aimez ma façon de danser n'est-ce pas petit chaton soyeux ?

Olana : Ouiii, je veux danser dans vos bras !

Thranduil : Oui, dansons et abîmons-nous dans la jouissance. Venez mon étoile brillante, mon sceptre se languit de frapper les trois coups !

Magistralement, il sort suivit de sa femelle.

Aliénor, Chaperon Rose, Orlyänne, Aliénor, Amélie et moi-même, restons sans voix !

Bordel, ça c'est envoyé !

Encore un ordre, une suggestion, une proposition, qui n'existe que dans les bouquins !

Les mâles, alpha, bêta, créta et autres, restent sur le c.. !

Et oui les porteurs de boules, ça, ça s'appelle « la distinction et le savoir honorer ». Prenez-en de la graine tas de bouseux !

A ce stade là, le silence s'impose. Nous passons tous à la case « bain, décrassage et propreté » et filons nous préparer pour le banquet.

Cette chasse à clown s'arrête là pour aujourd'hui, mais il ne sera pas dit que le péril à l'œil de verre ne réédite son exploit par ces terres. D'ici là….pourquoi ne pas s'en jeter un derrière la cravate, histoire de prendre un peu d'avance ?