Chapitre corrigé par Cleo McPhee et revu pour une deuxième correction par Nala Firenight. Merci à elles deux pour leur travail.

Disclaimer: L'univers de de Percy Jackson et ses personnages ne sont pas à moi. L'univers d'Harry Potter non plus.

L'idée de cette fic vient du défi de Misisi6Loup6 intitulé Le fils de l'éclaire.

Dites-moi ce que vous en pensez et si cela mérite une suite. Bonne lecture !


Prologue

Harry Potter, dernier du nom, s'était toujours demandé pourquoi les gens l'enviaient. Il n'avait jamais comprit leur fascination qui frisait parfois le morbide pour sa personne. Il n'était après tout qu'un simple orphelin dont personne ne voulait. Il n'était pas d'une intelligence extraordinaire, du moins, le pensait-il, ni d'une beauté extraordinaire. Il se trouvait trop maigre et trop petit.

Mais voilà ce qui arrivait quand on ne recevait pas de soins appropriés, ni de nourriture régulière. Il n'était pas spécialement cordial avec les gens. Il avait une certaine méfiance innée vis-à-vis du genre humain. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas les gens. Mais il avait toujours porté un regard suspicieux à ceux qui l'approchaient de trop près.

Il avait pourtant laissé deux personnes entrer dans sa vie. Leurs noms étaient Ronald Weasley et Hermione Granger. Il les considérait comme ses deux meilleurs amis. Il n'y avait rien qu'il n'aurait fait pour eux deux. Il leur aurait confié sa vie sans hésitation. Et c'était justement ce qu'il avait fait ce jour-là.

Les derniers jours de sa scolarité dans le collège de grande renommée Poudlard. Il les avait passés à programmer son avenir. Il avait passé un entretien d'embauche au bureau des Aurors. Après sa victoire totale sur le plus grand mage noir de ces dernières décennies et accessoirement assassin de ses parents, il n'avait eu aucun mal à obtenir le poste. Il était heureux pour la première fois de sa courte vie. Avec la menace du mage noire disparue, il pouvait pour une fois faire des projets pour l'avenir. Et l'idée de ne plus avoir à retourner chez ses relatifs suffisait à son bonheur. Il avait dans l'idée de réaménager l'ancienne maison de son défunt parrain, Sirius Black. Même s'il éprouvait des difficultés à se retrouver dans cette maison, il ne voulait pour rien au monde vivre ailleurs que là-bas.

Il avait fait part de ses projets d'avenir à ses meilleurs amis. Il avait remarqué que ceux-ci n'étaient pas vraiment friands de ses plans. Il ne savait pas pourquoi ils étaient aussi réticent à ses intentions. Il ne les comprenait tout simplement pas. Il avait pensé que ses amis seraient heureux pour lui. Mais il semblerait que ça ne soit pas le cas. Il ne voulait pas en discuter avec eux de crainte qu'ils ne lui fassent changer d'avis.

Un samedi matin, trois jours avant la fin de leurs études, Ron et Hermione étaient venus le chercher pour une promenade en forêt. Ils avaient préparé une petite surprise pour leurs derniers jours au collège. Ils s'étaient installés dans le cœur de la Forêt Interdite. Ses deux amis l'avaient guidé dans une petite clairière au milieu des bois. Au centre d'un cercle runique, une personne les attendait. Elle était vêtue d'un grand manteau doré. Son visage était caché par une longue capuche qui lui recouvrait le visage.

À leur approche, la femme s'était levée. Elle était sortie du cercle. Il y avait eu comme un éclair lumineux. Elle avait marché vers les trois adolescents. Elle leur avait tourné autour. Ensuite, elle avait enlevé sa capuche.

Harry s'était brièvement demandé qui elle pouvait être, avant de la dévisager. La femme avait la peau d'une blancheur laiteuse. Elle était vêtue, sous sa longue cape, d'une longue robe blanche et légère qui soulignait ses formes parfaites. Sa chevelure d'un noir de jais éblouissant tombait sur ses délicates épaules telle une cascade. Ses yeux aux nuances de bleu-vert brillaient d'un pouvoir céleste.

Son regard rempli d'une sagesse et d'une sorte de haine sans limite attirait le jeune Potter comme un aimant. Des plumes de paon flottaient en suspension autour d'elle. Un parfum exquis et enivrant se dégageait d'elle. D'un geste délicat de sa fine main, elle avait caressé le visage de Harry. Elle avait ensuite dégagé son front de ses mèches, pour pouvoir observer la cicatrice légendaire de l'adolescent. Elle s'était alors tournée vers les deux amis de Harry et elle leur avait donné à chacun une baguette magique.

« - Avec elles, vos sorts vont doubler de puissance. Partez maintenant et ne revenez jamais. »

Les deux jeunes sorciers étaient repartis sans un regard en arrière. Trop hébété par cet échange, le jeune Potter n'avait rien fait pour les retenir. La jeune femme s'était ensuite retournée vers le jeune Potter et avait sans prévenir plongé sa main dans la poitrine de celui-ci. Les yeux du jeune sorcier s'étaient alors agrandis d'horreur en voyant son cœur lui être retiré directement de sa poitrine par la jeune femme. Celle-ci, un sourire cruel aux lèvres, lui avait murmuré à l'oreille avant qu'il ne s'écroule :

« - Meurt petit bâtard ! »

Harry avait reprit connaissance dans une petite barque que dirigeait un vieillard portant une barbe épaisse et sale avec un très mauvais caractère. Il s'était montré très ronchon lorsque Harry lui avait demandé où ils se trouvaient et où ils allaient.

« - Ne vient pas me casser les oreilles, petit homme ! Déjà que tu n'as rien pour payer ton passage. Il ne manquerait plus que je doive te faire la conversation ! »

Il s'était alors muré dans le silence, refusant avec entêtement de répondre aux questions du jeune homme. Ils avaient ainsi vogué dans le silence durant un temps indéterminé. Le décor était morne et sans intérêt. La rivière sur laquelle la petite embarcation voguait était faite de flammes. Bizarrement, les flammes ne brûlaient pas la petite barque.

Quand Harry avait tenté d'y plonger la main, le vieil homme l'en avait empêché. Il lui avait dit qui s'il ne voulait pas devenir manchot, il n'avait pas intérêt à refaire une telle idiotie. Il était ensuite retourné dans le silence. Brusquement, l'ombre d'un château s'était détachée dans le paysage. Le jeune homme s'était alors relevé. La barque avait commencé à tanguer. Le vieillard avait hurlé sur le jeune sorcier. Celui-ci s'était alors assis à sa place.

Le vieillard avait stoppé son embarcation sur un étroit et presque invisible pont. Celui-ci avait de fines cordes tendues. Il avait obligé le jeune sorcier à descendre de la barque. Harry avait essayé de lui résister, mais le vieil homme s'était révélé doté d'une force ahurissante. Il avait maîtrisé le jeune adolescent avec une facilité déconcertante. Et il l'avait pratiquement jeté sur le pont. Le vieil homme l'avait copieusement injurié avant de repartir.

Difficilement et avec beaucoup d'acrobaties, le jeune homme avait traversé le pont. Il était arrivé devant les portes du château. Les portes de celui-ci s'étaient alors ouvertes. Avec hésitation, il avait pénétré dans la bâtisse. Il avait alors longé un couloir faiblement éclairé. Il était sorti devant un grand hall d'entrée.

« - Maître, vous voilà enfin de retour ! La maîtresse vous attend dans le salon rouge. »

Ces mots venaient d'une petite souris sur ses deux pattes. Harry, qui ne comprenait pas ce qu'il se passait, avait suivi la petite souris. Ils avaient longé un autre couloir pour s'arrêter devant une grande porte rouge. La porte s'était ouverte devant eux. Harry avait pénétré dans un grand salon, effectivement rouge. Tout était rouge, du sol au plafond. Sur un grand bureau de chêne brut, une femme avec une cape noire l'observait avec curiosité.

« - Alors, c'est donc vous mon nouveau maître ? » Dit-elle avec froideur. Sa voix, bien qu'elle soit froide, était sans émotion. Elle ne dégageait ni haine, ni joie. Elle était simplement neutre.

« - Qui êtes-vous ? Avait demandé le jeune Potter. »

« - Je suis ce que les humains appellent la Mort. »