Disclamer : Once Upon a Time ne m'appartient pas. La série appartient à la ABC.

Guest Anna : Je pense qu'on devrait créer la rubrique Le défi d'Anna. Tu me poses de ces colles... Tu vas voir mais j'ai pris quelques libertés avec la trame que tu m'as donnée même si j'ai gardé le fond... Et j'ai rajouté des fioritures un peu partout... Bref... tu me diras ce que ça vaut ^^'

Bonne lecture !


Maleficent avait vu le reflet de sa fille apparaitre dans le miroir que Gold lui avait présenté. Elle avait eu une fille. Elle n'avait pu voir qu'un lointain souvenir de son enfant. Elle avait dû tellement grandir depuis lors...

Maleficent faisait tourner le hochet entre ses doigts. Ce jouet ne faisait que lui rappeler son enfant qui lui avait été durement arraché. Après l'avoir crue morte pendant toutes ces années, elle trouvait une maigre consolation à la savoir en vie, quelque part, en ce monde. Cependant, elle n'avait aucune idée de ce que Lily avait pu traverser.

Regina leva les yeux de ses papiers et s'étonna de la présence de Maleficent dans son bureau. La Mairesse se leva et arbora aussitôt un visage fermé, dénué de toute expression.

« C'est étonnant de te voir ici, seule, sans ton caniche et ton mollusque à ventouses. Mais je ne suis pas disposée à une autre beuverie. » lança Regina.

Elle croisa les bras sur sa poitrine et toisa Maleficent d'un regard sombre et froid. Celle-ci sourit de cette réplique acerbe qu'elle trouvait des plus amusantes. Cependant, elle souhaitait aborder un sujet plus sérieux.

- « Tu sais que j'ai eu un enfant, commença-t-elle d'un ton morne.

- Celui que les Charmings t'ont pris ?

- Elle est vivante.

- Elle ?, s'interrogea la brune tout haut.

- C'est une fille. Elle est en vie et elle est dans ce monde. Je veux que tu ailles la chercher » ordonna Maleficent d'une voix douce.

Se disant, elle prit habillement une pomme dans la corbeille à fruits. La lumière se reflétait sur sa peau rouge et brillante.

- « Pourquoi moi ?, demanda Regina.

- Tu peux demander à la Sauveuse de retrouver sa trace et aller la chercher, réfléchit Maleficent tout haut.

- Ca ne me dit toujours pas pourquoi je dois aller chercher ta précieuse fille. »

Regina chercha dans le regard de son amie un indice qui pourrait expliquer ce choix surprenant.

- « Que fais-tu de l'auteur ?, demanda-t-elle encore.

- C'est un problème qu'Ursula, Cruella et moi essayons de résoudre.

- Tu cherches à m'en éloigner ?, se méfia Regina.

- Je veux ma fille. Et si je quitte mes amis, tu ne crois pas que le Ténébreux risque de se poser des questions ? »

Maleficent posa délicatement le fruit sur le bureau de Regina. Le fruit écarlate était la seule touche de couleur sur ce décor tout de noir et de blanc.

«Concernant ton cher et tendre... Sache que Gold souhaite le faire revenir pour l'utiliser comme rançon. Ne te fais pas prier, Regina. Tu sais que je n'aime pas supplier. », souffla Maleficent dans un sourire moqueur.

Et avant que Regina ne puisse répliquer à cette allusion, elle avait disparu.


La brune faisait défiler les articles de journaux sur l'écran. C'était une source inépuisable et dense d'informations mais ceci rendait les recherches ardues néanmoins. Regina s'horrifiait de ces cas multiples d'enfants abandonnés et trouvés dans des endroits isolés.

Emma essayait de mettre la main sur l'identité actuelle de l'enfant de Maleficent, réalisant aussitôt qu'il s'agissait de son amie d'enfance... Elle n'en dit rien et poursuivit activement ses recherches.

« Maleficent est dangereuse. »

Regina quitta l'écran du regard. Elle regarda Emma et démentit simplement :

- « Non.

- Elle peut se changer en dragon, renchérit cette dernière.

- Crois-moi je la connais depuis longtemps. Je peux la gérer. Mais pour les deux autres, je n'en sais rien... »

La voix de Regina s'éteignit. Elle était accaparée par sa lecture. Elle venait de trouver la trace d'une Lily connue bien malgré elle pour s'en être pris à un braqueur. Regina appela Emma et l'invita à jeter un coup d'œil aux maigres informations que l'article contenait. Elles avaient une date, un lieu... Et surtout un nom de famille.

La Shérif se servit des réseaux sociaux pour obtenir des informations plus récentes. Elle imprima le compte rendu des informations et tendit la feuille à Regina.

- « Tu vas pourvoir t'en occuper ?,

- Je pense pouvoir ramener un enfant lézard.

- Ce n'est pas ce que je veux dire. Et Robin ?

- Gold a besoin qu'il soit en vie pour me faire chanter. Il ne risque rien.

- Mais qui est le père alors ? », demanda soudainement Emma.

Elle aussi aurait aimé avoir la réponse à cette question. Si elle avait été l'amie de Maleficent, elle ne s'était jamais enquit de l'identité d'éventuels amants. D'ailleurs, elle ne lui en connaissait aucun. Elle haussa les épaules et répondit à Emma qu'elle n'en avait pas la moindre idée.

Regina plia la feuille avec précaution et la rangea dans une poche de son manteau. Elle n'avait besoin de rien d'autre pour partir. Le chemin n'était pas si long. Le plus ardu serait de convaincre Lily de la suivre à Storybrooke.

« Veille sur Henry. Je devrais être là dans trois jours tout au plus. » dit Regina.

Emma acquiesça et Regina disparut dans un nuage violacé.


Le vieux cabanon était abandonné de son propriétaire. Ursula était lovée dans un canapé tandis que Cruella faisait face au feu, dévorant des yeux les flammes qui crépitaient dans l'âtre.

- « Je sens que Darling est un peu fébrile dernièrement, murmura Cruella pour lancer la conversation.

- Sans elle, nous risquons d'avoir quelques difficultés à garder le contrôle sur le Ténébreux, avança Ursula.

- Je ne supporte pas que ce nabot claudiquant me donne des ordres..., cracha Cruella. Et avec Darling qui fait les yeux doux à l'autre... A quoi cela sert d'avoir un dragon s'il se prend pour un agneau ?

- On peut se servir de l'une pour contrôler l'autre... »

Ursula se fendit d'un sourire sadique et le même rictus menaçant se dessina sur le visage de Cruella. Elles se turent aussitôt. Quelqu'un venait de les rejoindre.

« Où est-il ? », demanda Maleficent en refermant la porte derrière elle.

Cruella se tourna et réajusta son manteau de fourrure sur ses épaules, savourant le contact de l'étoffe contre sa peau.

« En train d'espionner sa Belle planté sur un escabeau sans doute, dit-elle avec moquerie. Mais fais attention à ne pas te prendre les pattes dans ta laisse, Darling. »

Maleficent fit un pas dans sa direction, se redressant et se faisant menaçante. Elle n'appréciait pas le sous-entendu et la menace qu'elle percevait dans ces mots.

« Ta maitresse risque de s'inquiéter s'il t'arrive malheur. », feignit de s'inquiéter Cruella.

Elle pencha légèrement sa tête sur le côté, ses cheveux glissant sur son visage. Ses lèvres rouges se tordirent un sourire moqueur. Il était aussi appréciable de torturer ainsi Maleficent que d'égorger un chiot. Ses yeux cherchaient une lueur d'inquiétude sur le visage de Maleficent.

- « Je ne vois que quoi vous parlez, mentit-elle sans grande conviction.

- Oh, je t'en prie, fit Ursula, excédée en se levant. Nous n'avons jamais cru à la sincérité de Regina...

- On ne s'attendait pas à devoir douter de la tienne... », murmura Cruella.

Elle passa doucement une main sur son manteau de fourrure de la même manière que l'on aurait caressé un animal. Sous ses sourcils froncés de noir, on devinait un regard froid motivé par par la seule ambition qu'est celle d'arriver à ses fins.

« Si tu veux bien me faire ce plaisir, Darling », la pria Cruella dans une demande presque tendre.

Ursula sourit et et ses tentacules rampèrent et glissèrent jusqu'à Maleficent. Les liens visqueux s'enroulèrent autour d'elle, la privant d'air et de sa mouvance. Elle se débattit mais ne parvint à s'en défaire. Les bras froids et collants la tirèrent en dehors du cabanon. Maleficent dégagea sa bouche d'un tentacule qui la condamnait au silence :

- « Pourquoi ? Je suis la plus forte.

- Et la plus sotte, lui fit remarquer Ursula.

- Je sais que Regina a des informations sur l'auteur..., murmura Cruella avec délectation. Je m'assure seulement qu'elle soit disposée à me les donner si son amie est en danger.

- Il s'agit simplement de quitter le navire avant qu'il ne coule » lui confia Ursula d'un ton faussement compatissant.

Maleficent se gonfla de colère. Une lueur verte étincelante voila ses yeux. Un nuage l'enveloppa. Ursula sentit sa proie grandir entre ses griffes et elle dut relâcher sa prise. Une ombre gigantesque dévora la lumière et Ursula et Cruella se trouvèrent dans son sillage. La sorcière des mers esquissa prudemment un pas en arrière.

La créature était impressionnante de puissance et de pouvoir. Sitôt sa transformation achevée, Cruella fit un pas franc vers le dragon dont les grandes ailes poussaient la frondaison des arbres de la forêt. Elle souffla et une fumée verte s'éleva. Les gerbes de ce pouvoir ensorceleur enivrèrent Maleficent qui eut l'envie irrésistible de courber l'échine. Elle était dépourvue de sa propre volonté.

La bête ailée se coucha et baissa son imposante tête aux crocs acérées à hauteur de son bourreau.

« J'ai toujours rêvé d'avoir un dragon de compagnie, se moqua Cruella en savourant déjà sa victoire prochaine avec Ursula dans un regard. Mais si tu me désobéis, je serais ravie de me contenter d'un manteau d'écailles. »

Le dragon grogna et de la fumée sortit de ses naseaux. Cruella posa une main sur la tête écailleuse, asseyant son pouvoir.


Regina lança un énième regard en direction de son téléphone qui ne lui signalait toujours pas d'appel. Maleficent devait être occupée à contenir les suspicions de ces deux folles décérébrées... La voiture noire se plaça le long du trottoir. Regina claqua la portière et observa les alentours.

La pollution rendait l'air lourd, presque irrespirable. Les bâtiments gris et élancés essayaient de se fondre dans la grisaille ambiante. Et il y avait du bruit, tellement de bruit. Le vrombissement des moteurs se mêlaient à la rumeur incessante des voix, de la musique et des klaxons. Regina haïssait déjà cette ville.

Elle marcha d'un pas décidé vers un immeuble qui semblait avoir fait son temps. Elle fit abstraction de l'insalubrité du lieu et chercha le numéro de l'appartement. Elle prit une profonde inspiration et donna trois coups. Elle tendit l'oreille et entendit de l'agitation derrière la porte. Cette dernière s'ouvrit doucement. Le cliquetis de la chainette du loquet fit entendre qu'il ne permettrait pas à la porte de s'ouvrir plus.

« Je vous ai déjà dit que je payerai le loyer à la fin de la semaine », dit la voix.

Regina ne pouvait voir que la moitié de son visage. Elle croyait pourtant y reconnaître un regard qu'elle connaissait de Maleficent et d'une autre personne aussi... Elle se racla la gorge puis se lança :

- « Je suis une amie de votre mère.

- Dans ce cas, j'ai encore moins envie de vous parler. »

La porte commença à se refermer. Regina glissa la pointe de sa chaussure dans l'ouverture et étaya :

« Je suis une amie de votre mère biologique. »

De l'autre côté de la porte, la main se crispa sur la poignée ronde de la porte. La curiosité demandait à la colère de se laisser tenter. Regina le sentit et essaya encore de faire pencher la balance de son côté :

- « Elle n'a pas pu venir mais...

- Elle m'a abandonnée, je n'ai aucune raison de vouloir la voir, cracha la femme de l'autre côté de la porte.

- C'était un kidnapping. Elle ne vous aurait jamais abandonnée. »

La porte se rouvrit légèrement mais la chaînette toujours tendue témoignait encore de sa méfiance et de sa réticence.

- « Pourquoi m'a-t-on kidnappée ?

- Si vous m'ouvrez, nous pourrions en parler. »

La porte claqua et ne laissa plus voir la fille de Maleficent. Regina s'apprêtait à l'interpeller quand elle entendit la chaînette tomber et grincer. La porte s'ouvrit, dévoilant l'appartement humble et pauvre mais surtout la locataire qui y résidait.


Lily n'était pas antipathique, seulement d'une réserve froide et calculée. Elle cachait ses émotions autant qu'elle le pouvait et essayait de poser ses questions avec indifférence. Malgré tout, son insistance cachait mal son intérêt. Regina essayait d'enrober l'histoire et de se montrer évasive. Elle ne souhaitait pas que Lily s'en prenne aux Charmings avant d'avoir retrouvée sa mère.

Regina croisa les jambes et tira la petite soucoupe sur laquelle reposait sa tasse de café. Elle fit tourner la tasse et la prit par la hanse. Elle en but quelques gorgées, observant les alentours du petit restaurant dans lequel elles s'étaient arrêtées. Lily pianotait nerveusement la porcelaine de sa tasse, plus préoccupée par ses pensées que par sa soif.

« Comment avez-vous connu ma mère ? », demanda Lily de but en blanc.

Regina réfléchit consciencieusement à sa réponse. Elle ne pouvait pas encore lui parler de magie et des autres mondes.

« C'est une vieille amie. Je la connais depuis si longtemps que je ne me souviens même plus de notre rencontre. », dit Regina dans un sourire.

Lily sembla se contenter de cette réponse et consentit à boire le contenu de sa tasse. Voyant les tasse vides, l'unique serveur du restaurant vint à leur rencontre :

- « Encore un peu de café, mesdames ?

- Non merci » déclina poliment Lily.

Il ne s'éloigna pas pour autant. Regina ne savait si c'était là une coutume de se mêler ainsi de la vie des clients ou une pure et simple indiscrétion de sa part.

- « Vous êtes cousines ? Sœurs ?, demanda-t-il. Vous faites un petit voyage en famille ?

- Pourquoi cela ?, demanda Regina plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu.

- Et bien... Vous avez la même bouche et les mêmes yeux...

- Cela ne vous regarde pas, trancha Regina.

- Vous feriez mieux de vous occuper de la famille à l'agonie qui attend que vous preniez leur commande » lui fit remarquer Lily en désignant une table plus loin.

Le serveur balbutia quelques mots d'excuse et partit, ne manquant pas de leur lancer un regard choqué au passage.

- « Il y en a qui manque pas de culot, cracha Lily.

- Ce n'est pas le pire que j'ai pu voir en allant à New-York..., commenta Regina d'une voix plus basse. Il est temps de repartir. »

Elle sortit quelques billets qu'elle laissa sur la table puis toutes deux se levèrent. Elles devaient reprendre la route. Elle atteindraient Storybrooke avant la fin de l'après-midi.


Lily ajusta sa position sur son siège. Elle appuya son coude sur le rebord de la portière. La fenêtre ouverte laissait une brise caresser son visage. Elle fixait un point droit devant elle, cherchant à apercevoir les prémices de la ville. Elle ne savait plus si elle était angoissée, furieuse ou simplement excitée et heureuse.

Un panneau aux abords de la route leur signala leur entrée dans la ville. Regina vit du coin de l'œil, Lily se redresser sur son siège. Elle préparait déjà à leur arrivée.

Regina sentit la magie l'envahir de nouveau. Elle savait qu'elles étaient à présent à Sotrybrooke. Lily porta une main à son cœur.

- « C'était quoi ça ?

- Quoi donc ?, demanda Regina sans comprendre.

- J'ai senti une espèce... de coup... ou de je-ne-sais-quoi...

- C'est sans doute dû à la fatigue. »

La voiture continuait sa course pour rejoindre au plus vite le cœur de la ville. Les mains de Regina de crispèrent sur le volant. Et si Lily avait de la magie, elle aussi ? Elle avait été sotte de ne pas y avoir songé plus tôt. Elle se maudit intérieurement.

« Vous entendez ? », demanda Lily.

Elle semblait tendre l'oreille à un son qu'elle seule pouvait entendre. Regina arrêta sa voiture le long d'un trottoir.

- « Là ! Vous entendez ?, demanda encore Lily.

- Je n'entends rien.

- Mais si ! Vous êtes sourde ou quoi ?! »

Lily descendit de la voiture et Regina fit de même. Lily regardait les environs afin d'essayer de savoir d'où provenait ce son strident. C'était un son rauque mais Lily le percevait comme un cri. Elle essayait de décrire ce son à Regina mais s'embrouillait dans ses explications.

La Mairesse aperçut quelques habitants courir à toutes jambes au loin. Elle chercha du regard l'endroit d'où ils venaient. Des gerbes de flammes éclatèrent du coin d'une rue et Regina devinait aisément qui en était l'auteure. Elle se plaça devant Lily.

- « C'est tellement gentil de ta part de nous avoir apporté un appât, la salua Ursula en surgissant d'une ruelle.

- Tu vas donc te décider à nous dire où est l'Auteur ou je dois faire flamber ta ville de campagne ? Alors, Darling ? »

Cruella se planta devant Regina, aux côtés d'Ursula. Lily détailla du coin de l'œil ces deux inconnues au discours étrange. Si le maquillage outrancier de l'une était quelque chose de peu anodin, elle ne pouvait expliquer l'excitence des huit tentacules qu'arborait l'autre femme.

Et pour illustrer le propos de Cruella, l'ombre d'un immense oiseau obscurcit brièvement le ciel. Lily leva les yeux vers cet être gigantesque pourtant dénué de plumes.

Sa tête effilée à la gueule béante laissait entrevoir des rangées de dents acérées. Ses yeux verts étaient perçants et menaçaient les alentours. Les deux grandes ailes dont il était pourvu battaient l'air avec nonchalance. De la fumée s'échappa de ses naseaux et de sa large gueule avant de laisser échapper des flammes. Le monstre écailleux se percha sur le point le plus élevé de la ville et agrippa de ses serres, le clocher de la bibliothèque. Sous sa prise, des tuiles et des morceaux du bâtiment s'écrasèrent au sol.

Lily était tétanisée par le choc et la peur. Elle ne détachait pas son regard du dragon. Ce dernier enflamma les alentours du clocher, créant une muraille de flammes rougeoyantes et protectrices. Le dragon laissa échapper un cri rauque et perçant et Lily entendit un appel pleuré.

Elle fit un pas vers le clocher et Regina la repoussa de la main.

« Ne bouge pas. », ordonna-t-elle.

Elle devait protéger la fille de Maleficent avant de s'occuper du caniche bicolore et du calamar pas frais.

- « L'Auteur, Darling, répéta Cruella en perdant patience.

- Je ne te dirais rien », la défia Regina.

Cruella ricana avec une légèreté des plus sadiques. La réticence bornée d'autrui lui permettait de jouir du plaisir que procure la torture. Son rire glacial s'éteignit. Elle plongea son regard dans celui de Regina, se délectant par avance de sa souffrance cuisante, et ordonna à Maleficent :

« Tue-la. »

Le dragon se laissa tomber aux pieds du clocher. Le sol trembla et l'air tressaillit. Une fine brèche serpenta dans la chair sombre du béton. Le cracheur de feu essayait de lutter mais si son esprit était conscient du mal qu'il lui faudrait infliger, son corps ne lui obéissait plus. Maleficent n'était qu'un malheureux pantin écailleux entre les mains de Cruella.

Regina fit face au dragon. La bête bomba le torse, emplissant ses poumons d'air incandescent. Sa gueule s'ouvrit et un brasier infernal se déferla sur Regina. Elle eut tout juste le temps de projeter Lily au loin pour lui éviter de se faire calciner à son tour. Les flammes s'enroulèrent autour d'elle et la dévorèrent.

Cruella se délectait de ce spectacle. Pourtant, loin de mourir, les flammes tournèrent et dansèrent. Le fil brûlant se déroula comme une pelote de laine, libérant la victime qu'il espérait lacéré d'une dernière étreinte crépitante.

Regina fit un mouvement du poignet et les flammes ricochèrent sur le sol pour se jeter à corps perdu sur Cruella. Ursula leva un mur d'eau pour les protéger. De la vapeur s'éleva dans l'air et les flammes gémirent un dernier soupir. Lily se releva et observa l'échange sans parvenir à saisir ce qui se déroulait sous ses yeux.

Regina lança un regard noir à Maleficent :

« Je n'aurais jamais cru que tu puisses avoir l'âme d'un animal de compagnie. »

Regina chercha un élément qui lui inspirerait sa démarche. Un petite borne écarlate attira son attention de sa couleur éclatante. Une borne à incendie. Elle décrivit un arc de cercle de son bras, traçant un chemin invisible entre la lance à incendie et Maleficent.

Cruella ordonnait déjà au dragon de réitérer son assaut. Le torse de l'animal se bombait de nouveau. Il se préparait à l'attaque. La borne à incendie se mit à trembler et frissonner. Elle sortit de ses gonds et un geyser projeta de l'eau avec force. Le flot suivi le chemin décrit par Regina et s'écrasa sur Maleficent qui fut momentanément décontenancée par cette attaque.

L'eau ruissela sur ses écailles. Le dragon rugit et secoua la tête afin de se débarrasser de l'excédent d'eau. Toute la rue était à présent inondée et l'eau continuait de déferler.

Maleficent reprit ses esprits et tenta de s'attaquer à Ursula. La sorcière des mers enroula un tentacule autour du cou de du dragon et lui fit courber l'échine. La bête essaya de calciner son tortionnaire mais elle ne parvenait plus qu'à cracher une fumée inoffensive.

Lily fit un pas vers le dragon. Ses yeux se voilaient d'une lueur verte. Regina lui ordonna encore de rester à l'écart. Lily fit encore un pas et disparut dans un nuage de fumée. Regina vit un dragon surgir de ce nuage magique. Ses ailes s'agitaient maladroitement, frappant les voitures environnantes, malmenant les pauvres objets sur son passage.

« Oh non...pas un deuxième... », souffla Regina pour elle-même.

Elle esquissa quelques pas rapides et se mit sur le chemin de Lily.

« Ne bouge pas ! », hurla-t-elle.

Elle étendit ses bras dans l'espoir de construire une maigre barrière qui pourrait la conduire à se raviser. Mais elle était si petite et le dragon si grand.

Ursula resserrait sa prise et Maleficent se recroquevillait sur elle dans l'espoir de s'en défaire.

Lily voulait courir et ses ailes battirent l'air avec plus de force. Regina se baissa et se couvrit machinalement la tête de ses bras pour se protéger de la bourrasque qui la prenait d'assaut. Lily la survola et s'écrasa peu plus loin au sol. Ses ailes se déployaient pour créer un voile protecteur et sa queue fendait l'air, balayant tout sur son passage. Ses écailles étaient d'un noir opaque et brillant. Elle était plus petite mais surtout moins habile que Maleficent dans ce corps écailleux. La gueule du jeune dragon se referma autour des liens visqueux. Maleficent sentit la pression autour de sa gorge se desserrer. Elle regarda sa fille projeter la sorcière des mers au sol comme une vulgaire proie sans défense que le prédateur vainqueur s'apprête à dévorer.

« Comment oses-tu ! », s'écria Cruella.

Un nuage vert s'éleva et enveloppa Lily. Le dragon noir souffla et les gerbes de fumée vertes s'envolèrent aussitôt. Cruella réalisa son tort et sa faiblesse. Lily se détourna d'elle et leva une patte dans le but d'infliger à Ursula le coup de grâce.

Lily fut projetée contre un bâtiment. Elle se tourna contre son assaillant et rugit en découvrant qu'il s'agissait du dragon qu'elle essayait de sauver. Le dragon violacé rugit et Lily entendit une réprimande cinglante. Elle répliqua à son tour et si tout le monde ne pouvait entendre qu'un grognement rauque, tous sentait la colère qui en découlait. Lily essaya de nouveau de s'attaquer à Ursula. Maleficent se jeta sur le dragon et l'incita avec insistance et douceur à se coucher sur le sol. Maleficent déploya ses grandes ailes et en couvrit celle qui était à n'en point douter, sa fille perdue.

Lily se débattit. Ses serres acérées écharpèrent le bitume, créant des lézardes profondes. Maleficent lui murmura doucement de se calmer.

Ursula saisit cette occasion pour s'approcher d'une flaque lisse dans laquelle se reflétait le ciel. Elle y plongea un tentacule et l'onde troubla la surface. La surface de l'eau laissait paraître un autre paysage dans lequel Ursula plongea et disparut aussitôt.

Trop accaparée par l'agitation des deux dragons, Regina n'avait pas vu Cruella fuir délibérément le chant de bataille. Elle aurait tôt fait de l'enfermer dans une fourrière plus tard.

Regina resta à l'écart, regardant Maleficent reprendre forme humaine. Ses vêtements gris semblaient si clairs par rapport à la vêture d'écailles noires de sa précieuse progéniture.

Lily ne comprenait pas ce qui se passait, ni ce qui lui arrivait. Elle sentait les ailes se replier dans son dos, elle sentait le souffle chaud d'un feu se créer dans sa gorge mais elle ne comprenait pas. Elle calma son souffle anarchique et ferma les yeux. Maleficent l'apaisa encore, passant doucement sa main sur les dures écailles à la manière d'une mère qui glisse doucement une main dans la chevelure de sa fille.

Un nuage de fumée l'enveloppa délicatement. Maleficent n'ôta pas sa main mais se tourna brièvement vers Regina. Cette dernière comprit toute sa reconnaissance et elles échangèrent un sourire.

Maleficent se tourna vers Lily. Elle était si belle, si grande déjà. Maleficent caressa doucement l'épaule de sa fille, sans oser lui témoigner d'avantage de tendresse qu'elle ne pouvait encore se permettre. Lily regarda ses mains qui avait retrouvé leur peau délicate et leurs ongles fins, bien loin des pattes monstrueuses qu'elle avait il y a encore quelques secondes. Lily osa regarder Maleficent dont les yeux bleus laissaient deviner un océan de larmes. Avoir Lily en face d'elle, était un précieux présent à la valeur inestimable. Lily était en vie. Elle pouvait lui parler, la prendre dans ses bras et peut-être même que sa fille la laisserait lui donner tout l'amour dont elle avait manqué.


Regina referma prestement l'épais ouvrage qu'elle feuilletait. Henry s'avança vers son bureau et piqué par la curiosité, tenta de lire le titre mais sa mère plaça habillement sa main pour l'en empêcher.

- « Tu lisais quoi ?, demanda Henry.

- Je lisais quelque chose pour le travail, répondit sa mère de manière évasive.

- Ca ne ressemble pas à un livre de comptes, lui fit-il remarquer.

- Je croyais que tu voulais manger avec moi ? »

D'un regard, elle lui fit comprendre qu'il ne devait pas continuer à lui poser des questions. Regina quitta son bureau et posa une main sur l'épaule de son fils.

« Je vais chercher mon manteau et on y va. », dit-elle.

Il lui sourit et attendit patiemment qu'elle soit suffisamment éloignée. Il prit l'épais ouvrage qui s'ouvrit de lui-même à la page à laquelle Regina semblait l'avoir maintes fois ouvert. Il parcourut le contenu des phrases d'un œil avisé, sachant que sa mère aurait tôt fait de lui rappeler d'arrêter de se mêler de ce qui ne le regardait pas.

« Dragon : le monstre dans l'humain ou l'humain dans le monstre. »

Henry suivit le fil des mots de son doigt.

« Le dragon se suffit à sa propre reproduction. Il n'a pas physiquement besoin d'un tiers pour y parvenir. Toutefois, il ne s'agit pas de reproduire un être à l'identique. Le dragon concrétise un être qui ressemblera à la personne de qui son âme est éprise.

Il est commun de penser que l'enfant qui en découle incarne ces sentiments. L'enfant d'un dragon serait alors semblable à une parade nuptiale qu'il est possible d'observer chez d'autres oiseaux. Cependant, si le but est d'attirer le partenaire pour se reproduire, le dragon semble observer l'effet inverse et donne naissance à une progéniture dans l'optique de dévoiler ses sentiments à son partenaire. »

Henry se pencha d'avantage sur le livre dans l'espoir d'y découvrir d'autres informations. Sa curiosité fit qu'il ne prit pas garde à sa mère.

« Henry, qu'est-ce que tu fais ? », demanda Regina en fermant son manteau.

Ce dernier sursauta et referma le livre d'un geste sec. Les pages claquèrent, peu disposées au silence et à couvrir le jeune adolescent.

Henry regarda sa mère. Il était suffisamment malin pour avoir deviné pourquoi sa mère avait consulté ces pages.

- « C'est pour ça que Lily te ressemble ?

- Elle ne me ressemble pas » démentit Regina.

Elle rit légèrement mais elle-même restait convaincue par sa feinte indifférence. Son fils n'était pas dupe.

« Moi je pense que vous vous ressembler un peu » ajouta-t-il néanmoins.

Regina fourra ses mains dans les poches de son long manteau. Elle cachait ainsi sa gêne qui se manifestait par l'agitation incessante de ses doigts.

Elle connaissait la véritable nature de Lily et se doutait bien que c'était pour cette raison aussi que Maleficent avait insisté pour qu'elle aille la chercher. Il ne s'agissait pas que de la ramener, il était avant tout question de la rencontrer et de se rendre compte de ce que son existence signifiait.

Elle avait encore le temps pour le lui dire. Lily avait fait le lien. Regina ferait les derniers pas et s'affranchirait de la distance qui les séparait. Parce que si Maleficent avait su lui montrer ses sentiments, Regina saurait les lui dire.

FIN.


Notes :

Sur Tumblr, j'avais vu une post qui mettait en avant les ressemblances Lily / Regina et qui faisait l'hypothèse que Lily était l'enfant Dragon Queen .

Je maintiens un peu que Maleficent est un dragon avant d'être humaine parce que... Elle a pondu un œuf quand même ! *regard choqué*

Guest Anna : J'ai zappé « l'enlèvement de Regina » que tu avais demandé parce que ça me bottait pas... ça serait parti dans un gros truc, une grande fanfiction et je voulais juste faire un OS...et déjà que j'ai ramé pour écrire ce petit OS... Je sais : au final, c'est vraiment pas ce que tu m'avais demandé... J'en suis désolée. Mais j'espère que ça t'aura pas trop déplu quand même...

Excusez les éventuelles incohérences.