Bonjour à toutes et à tous. je me lance dans ma première fanfic sur le Hobbit. Rien ne m'appartient hormis l'héroïne. Je remercie J.R.R. Tolkien pour avoir créer cet univers génial qu'est la Terre du Milieu, Peter Jackson pour avoir su adapter cet univers à l'écran et pour m'avoir fait découvrir la Nouvelle-Zélande, enfin les lecteurs et les lectrices qui pourraient tomber sur cette petite histoire.

Info: c'est une histoire moderne. Thorin, Dis, Kili et Fili vivent à notre époque et sont des humains, mais dans l'ensemble j'ai gardé leur physique et leur caractère tel qu'on peut se les imaginer.

Chapitre 1: "Elle enseigne aux flambeaux à briller"

Thorin se promenait avec sa soeur, son frère et ses neveux dans un village du sud de la France. Fili avait quitté la Nouvelle-Zélande depuis un an pour poursuivre ses études en France. Thorin, Kili, Dis et Frérin avaient fait le voyage pour le retrouver à l'occasion des vacances d'été. Ni le père de Fili, ni son grand-père n'avaient pu les accompagner mais ils leurs avaient fait promettre de leur ramener des souvenirs, notamment quelques bonnes bouteilles de vin.

Fili avait voulu leur faire découvrir la Provence dans laquelle il s'était rendu avec des amis au début des vacances de printemps. il était tombé amoureux de la lumière et de la nature, de ses villages dans lesquels le temps ne semblait pas avoir de prise. ils s'étaient arrêtés dans un petit village du Vaucluse entouré par des vignes. Le soleil rendait toutes les couleurs plus éclatantes et l'ombre plus fraîche. Les parfums de lavande et de thym étaient étourdissants, de même que le chant des cigales.

Thorin avait trop chaud. Il ne comprenait pas comment ses neveux, son frère et sa soeur supportaient cette chaleur en laissant leurs longs cheveux libres. il avait remonté les siens dans un chignon négligé pour aérer sa nuque. En ce moment, ils étaient attablés sur la terrasse d'un bistrot. Ils avaient déjà commandé un verre de vin, sauf Kili qui avait préféré une bière. Dis s'était retenue de crier au scandale devant cela. Elle qui admirait tellement l'art de vivre à la française. La petite famille envisageait de déjeuner ici. Thorin redressa ses lunettes de soleil qui glissaient le long de son nez quand ils entendirent des éclats de rire derrière eux.

A cette heure-ci, la place du village était calme, pour ne pas dire désertique. Les gens préféraient déjeuner à l'ombre et au frais dans les maisons de pierre par une chaleur pareille, mais près de la fontaine de grès jaune, ils virent quatre jeunes filles qui s'éclaboussaient joyeusement. Elles étaient à peu près de l'âge de Fili, d'ailleurs ce dernier lançait en leur direction des regards gourmands tout en donnant des coups de coude à son oncle Frérin et à son frère. Thorin regarda Dis et tous les deux levèrent les yeux au ciel. Frérin était plus proche en âge de Fili que de Thorin et de Dis. L'oncle et le neveu adoraient draguer. Ce n'était pas méchant mais Thorin espérait secrètement qu'une femme sache leur clouer le bec un de ces jours. Kili, lui, restait plus réservé, bien qu'il eut autant de charme que son frère. il n'avait pas autant confiance en lui et il ne ferait rien s'il n'tait pas sûr d'avancer sur un terrain stable.

"Tu ne trouves pas que la France est pleines de charmes, frangin." plaisanta Frérin à son encontre.

"Choisis des charmes de ton âge...frangin" répliqua Thorin en buvant une nouvelle gorgée de son verre.

Il releva sur son front ses lunettes qui ne pouvaient décidément pas rester immobile. Ses yeux furent attirer par la place. Les inconnues avaient cessé de s'éclabousser. Trois d'entre elles se rapprochaient de la terrasse, au plus grand plaisir de Fili et Frérin dont les sourires se firent prédateurs au grand dam de Dis qui soupira en faisant signe au serveur de lui apporter la carte. Elle avait compris qu'ils étaient là pour un moment. Les trois jeunes femmes s'installèrent à une table voisine de la leur. Thorin vit son neveu et son frère s'adresser immédiatement aux inconnues en français. Contrairement à eux, il le parlait très mal et avait encore plus de difficultés pour le comprendre. Mais aux rires des jeunes femmes, il comprit que, sans être dupes, elles appréciaient les attentions de Fili et Frérin. Il resta taciturne, n'échangeant que quelques mots avec sa soeur puis avec le serveur venu prendre leur commande. il entendit les jeunes femmes appeler leur dernière compagne.

"Isabelle !"

Il trouva le son de son prénom très élégant. il tourna légèrement la tête pour voir où se trouvait sa porteuse. Elle était assise à l'ombre bleue d'un tilleul et avait sorti un grand carnet de dessin. Tandis qu'elle dessinait ce qu'elle voyait avec des gestes souples et précis, le vent vint soulever légèrement sa robe et ses cheveux châtains qui échappaient à son chapeau de paille. il emmena avec lui une feuille de dessin. la jeune femme se leva immédiatement et courut après. le croquis vola jusqu'aux pieds de Thorin. il le ramassa. A côté de leur table, les filles arrêtèrent de rire et attendirent la suite. Leur amie Isabelle arriva rapidement en s'éventant à cause de la chaleur. Elle avait laissé ses affaires sous le tilleul. Elle était essoufflée et essaya d'abord de reprendre son souffle avant de s'adresser à Thorin. Thorin n'était pas porté sur les femmes plus jeunes que lui, d'ailleurs son travail de sculpteur ne lui laissait que peu d'occasions de rencontrer une femme malgré les tentatives de sa soeur pour lui faire rencontrer quelqu'un. Et puis la poussière du marbre et du calcaire n'étaient pas vraiment ce qu'il y avait de mieux pour séduire.

Cependant cette inconnue qu'il ne reverrait plus le surprit et le charma. Tandis qu'elle se redressait,il put profiter de sa silhouette élégante toute en longues lignes. Sa robe blanche plissée accrochait la lumière et illuminait sa peau dorée et rougie par le soleil. il devinait ses courbes dessous, des courbes faites pour être caressées et modelées. Quand il vit son visage, il sentit ses reins l'élancer sous la montée du désir. il voulait ravager ses lèvres rosées et voir ses yeux bleus s'assombrir sous le désir. C'était si brutal qu'il ne put prononcer aucun mot tandis qu'il lui rendait son dessin aux pastels. Il cherchait littéralement son souffle.

"merci." chuchota t-elle

Il ne comprenait pas ce qu'elle disait mais il aima derechef cette voix chaude et profonde. il ne pouvait détacher son regard de son visage. Elle le regardait avec inquiétude.

"Euh...excusez-moi, mais je crois que votre ami ne se sent pas bien." avertit-elle Frérin et le reste des Durin.

Maintenant qu'elle le disait, c'est vrai qu'il avait beaucoup trop chaud et que ses tempes le lançaient. Sa vision semblait se brouiller tout autour de l'inconnue.

Au moment où il se disait qu'il n'allait tout de même pas tomber dans les pommes devant cette femme, il sentit les ténèbres se refermer sur lui tandis que lui parvenaient comme étouffés dans de la ouate les cris de surprise des gens l'entourant.

Voilà pour le premier chapitre. Dites moi si cela vous a plu. Lé décor est-il à votre goût? Les personnages?

Ce ne devrait pas être une trop longue fic mais comme j'ai beaucoup de travail, je ne sais pas quand je pourrais écrire la suite, même si je vous promet de m'y atteler le plus vite possible. Pour cela, il faut des encouragements. Alors n'hésitez pas à vous manifestez si vous voulez connaître la suite.