Disclaimer: Harry Potter n'est pas à moi (c'est bien dommage d'ailleurs), ni même cette histoire qui est à Lady Azar de Tameran.

Deuxième version de la fic au chapitre 2 (allez la lire, elle vaut le coup !)


Le chagrin, la détresse.

Y a-t-il vraiment une quelconque différence entre les deux ?

Je n'y ai jamais vraiment cru. Mon cœur se brise de chagrin, de détresse.

S'il vous plaît, aidez-moi ! S'il vous plaît, je vous en supplie !

Pourquoi refusez-vous de me laisser rester ? Pourquoi je ne pas rester ?

Vous me regardez juste avec ces yeux scintillants et dites, « Je suis désolé, mon garçon. »

Comme si vous étiez vraiment désolé. Je sais que vous ne l'êtes pas. Allez-y et remuez un peu plus le couteau dans mon dos.

« Mais tu ne peux pas rester à Poudlard pendant l'été. Tu ne peux pas non plus aller chez tes amis. Tu dois rentrer chez toi. »

Mais c'est ici chez moi, plus que cet endroit ne l'a jamais été. Ma famille est ici, pas là-bas... avec ces gens.

Et pourquoi est-ce que je ne peux pas aller chez mes amis ?

Ils ont dit que je pouvais venir avec eux. Ils veulent que je vienne avec eux. Alors pourquoi est-ce que je ne peux pas ?

Je veux le demander j'essaie de le demander. J'ouvre la bouche pour le faire, mais vous me coupez.

« Désolé. » Vous me souriez comme si vous n'en aviez absolument rien à faire.

Vous et vos maudits yeux scintillants qui me fixent. « Tu peux partir, maintenant. Je suis sûr que tu as des choses plus importantes à faire que de traîner avec un vieil homme comme moi. »

Et vous me mettez poliment à la porte.

Vous étiez ma dernière chance. Vous étiez mon salut. Tous les autres avaient dit non, mais je pensais que vous pourriez peut-être m'aider. Je pensais que j'avais vraiment de l'importance à vos yeux.

Je suppose que j'avais tort.

Je retourne dans mon dortoir et je me jette sur le lit, en essayant de ne pas pleurer. Bon sang, qu'est-ce que je suis censé faire maintenant ?

Je ne peux pas y retourner. Je n'y retournerai pas... mais ils vont me forcer.

Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas rester ?

J'entends la porte qui s'ouvre, et quelqu'un rentre à l'intérieur.

Alors, demande-t-il, comment ça s'est passé ? » Des yeux bleus foncés me regardent avec un intense espoir.

De l'espoir que j'ai peur de devoir écraser.

« Dumbledore a dit que je ne pouvais pas rester-»

«Oh, il m'interrompt. Est-ce que tu peux avec moi alors ? Maman adorerait ça. Tu sais bien qu'elle n'arrête pas de dire à quel point tu as une bonne influence sur son fils. Et je suis sûr que mon père adorerait te demander tout et n'importe quoi sur les Moldus. Et puis, il y a mes frères... »

Je me contente de soupirer en réprimant mes larmes. Je me retourne à plat ventre et j'enfouis ma tête dans l'oreiller.

« Je dois y retourner. » On n'entend qu'un gémissement étouffé.

« De quoi ? », demande-t-il d'un ton implorant.

Je soulève ma tête du lit. « Je ne peux pas aller chez toi non plus. Je dois retourner... là-bas. » Les mots sortent brutalement de ma bouche.

Il soupire et s'assied à côté de moi sur mon lit. Il met sa main sur mon épaule dans ce qui serait normalement un geste rassurant.

« Je suis désolé, murmure-t-il. On pourra toujours s'écrire, tu sais. » Il me sourit doucement.

J'essaie de sourire aussi, mais je n'y arrive pas.

« Oui, on pourra s'écrire... » Je ferme les yeux mais je sens des larmes s'accumuler contre mes paupières.

Il serre doucement mon épaule. « Souris, Tom, et ne t'inquiète pas. Je suis sûr que ça ne sera pas si horrible. »

Les larmes tombent de mon visage sur mon oreiller.

Si seulement il savait...