Auteur: Maeve Fantaisie (ou Maeve tout court :) ).

Prompt: "Tu as l'air changé."

Couple: Destiel. :) Et Sam présent, ohoho!

Disclaimer: Rien n'est à moi.

Note 1: Fic écrite pour le Marathon des Fanfictions, quatrième round de l'année. Elle n'est pas encore finie, mais j'ai écrit... neuf chapitres pour le moment. Hum. :') Elle part d'un cliché bien connu, mais je voulais voir ce que je pouvais en faire. J'espère que vous aimerez.

Note 2: L'histoire se déroule avant la fin de la saison 8. Dean et Sam ont retrouvé Cas qui s'était enfui avec la tablette des anges et l'ont ramené au bunker. Dean boude Cas. Pas de Métatron ou quoi, à partir de là tout vient de ma tête. :)

Bonne lecture à vous!


Vice Versa - Chapitre 1

.

Sam avait entendu une explosion.

Depuis qu'ils avaient ramassé Cas dans la rue, après cette histoire de tablette, Dean et Castiel étaient à couteaux tirés. Pas vraiment en froid : il n'y avait jamais rien de réellement "froid" entre eux deux, tout avait toujours cette étrange intensité électrique; mais Dean faisait de son mieux pour ignorer l'ange, son regard revenant sans cesse vers lui dès qu'il avait le dos tourné et Castiel... Bah. Castiel suivait Dean partout avec ses grands yeux peinés, comme un chiot qui s'est fait battre.

Pour être honnête, ils étaient assez ridicules.

Mais bon. Une explosion et des Dean et Cas en pleine scène de ménage et maintenant introuvables, cela n'annonçait rien de bon.

Sam se précipita en direction du bruit, attrapant un fusil et des balles de sel au passage. Quand il se retrouva à descendre en direction de la cave, l'endroit le plus dangereux du bunker étant donné qu'il était rempli d'objets magiques pas encore répertoriés par lui ou Dean, une sueur froide s'écoula dans son dos, le glaçant instantanément.

A travers la porte, il entendait des jurons mais aucun cri d'agonie, et surtout aucun silence; il se détendit légèrement, son coeur reprenant peu à peu un rythme plus normal.

Prenant une grande goulée d'air, il poussa le battant.

- Est-ce que vous allez...

La phrase de Sam resta en suspens. Dean et Cas clignaient des yeux dans sa direction, comme désorientés. Ils se tenaient près l'un de l'autre, mais ce n'était pas nouveau; la seule chose nouvelle était le miroir brisé qui gisait entre eux deux, coupé net en trois morceaux. Pas de fumée étrange, pas d'apparition de créature bizarre. A part le miroir et leur confusion... tout semblait normal.

Sam haussa un sourcil :

- ...bien? Vous vous sentez bien?

Et puis, le regard de Sam s'attarda sur son frère, qui penchait la tête légèrement en l'observant. Sa posture était étrange, particulièrement raide, comme si on lui avait glissé une planche de surf sous le tee-shirt pour qu'il se tînt correctement. Son visage était lisse; pas totalement vide d'expression, mais Sam avait imaginé qu'il aurait grimacé, se serait mis à rouspéter pour camoufler son embarras. A la place, ses traits semblaient tracés dans le marbre, et il le fixait d'une manière particulièrement intense.

Sam sentit sa bouche s'assécher. Il ne savait pas pourquoi mais les poils de ses bras se hérissaient, pris d'un très, très mauvais pressentiment.

- Dean? Tu as l'air... changé.

Et Dean fronça les sourcils, sa tête se penchant un peu plus avec, pour la première fois depuis que Sam avait fait irruption dans la pièce, une réelle perplexité.

Et ce fut la voix de Castiel qui retentit :

- Moi? Je vais...

Tout sembla se figer. D'un geste très, très mécanique, Sam se tourna vers Castiel, l'étudiant enfin.

Cas avait la bouche ouverte, pétrifié au milieu de sa phrase. Il sembla lutter un instant pour trouver ses mots puis renoncer, sa bouche se refermant dans un claquement, sa main se portant à sa gorge. Il baissa les yeux vers ses propres vêtements puis redressa la tête comme si on l'avait fouetté en direction de Dean, ses yeux beaucoup plus larges que Sam ne les avait jamais vus, son visage déformé par l'horreur.

Il pointa Dean du doigt; et il hurla.

- AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH!

Dean - qui était en fait Castiel - haussa simplement un sourcil, le fixant d'un calme olympien :

- Je crois qu'on a échangé de corps, Dean.

Et toute l'adrénaline quitta le corps de Sam. D'un coup.

Ses jambes flageolantes, il dut s'appuyer à un bureau non loin. Un rire hystérique montait dans sa gorge, et quand Castiel - qui était en fait Dean - lui lança un regard d'avertissement, il lui échappa malgré lui, quittant ses lèvres en bulles tremblantes.

Oh non. Oh, les idiots.

xxx

xxx

Sam riait toujours lorsqu'ils sortirent de la cave; Castiel admira cependant sa présence d'esprit, car il pensa à ramasser soigneusement les morceaux de miroir avant de quitter la pièce. Dean, quant à lui, restait tremblant à ses côtés : en colère? Apeuré? Déçu? Castiel ne le savait pas. Ce qu'il savait cependant, c'était que depuis qu'il avait pointé son doigt sur lui, Dean n'avait plus du tout croisé son regard, et quelque chose au fond de Cas se serrait à la pensée que dans cette situation, Dean allait tout de même continuer à l'ignorer, peut-être même encore plus qu'auparavant.

Dès qu'ils furent sortis, Dean fonça sans regarder devant lui, enjambant les marches menant à l'étage quatre à quatre, et Castiel sentit ses lèvres (celles de Dean en vérité, celles de Dean) s'étirer sur son visage avec tristesse.

Sam le fixait; il y avait de la compassion dans son regard, mais aussi un étrange éclat, comme s'il le scrutait à travers un miscroscope. Cas sentit le corps de Dean, ce corps totalement humain, se secouer d'un frisson involontaire.

Cas fronça les sourcils. Dean n'était déjà pas facile à appréhender, mais ce corps allait aussi lui poser des problèmes, pas vrai?

- Qu'y a-t-il, Sam?

Sam regardait sa bouche bouger, étudiait son visage, baissait la tête pour observer ses vêtements, ses mains. Il s'approcha d'un pas et Cas recula en conséquence, un sentiment étrange tordant ses boyaux; Cas comprit qu'il était mal à l'aise.

Cela avait toujours été particulier : Dean disait qu'il n'avait aucune notion d'espace personnel, mais la vérité était que c'était l'espace de Dean qu'il envahissait. Sam était son ami, mais il n'avait jamais eu le besoin, comme pour Dean, de se rapprocher encore plus de lui. N'avait jamais craint avec Sam de ne pas réussir à le comprendre si jamais il ne pouvait pas étudier de près le moindre mouvement de ses sourcils; ne s'était jamais dit avec lui que le fait d'être plus proche pourrait peut-être lui permettre de le protéger un peu mieux en cas de menace.

Et là, catapulté soudainement dans un corps humain sans sa Grâce - le corps de Dean -, il se rendait maintenant compte combien la proximité de quelqu'un pouvait nous rendre claustrophobe.

Les entrailles de Cas se tordirent encore plus, cette fois-ci de panique : est-ce que la proximité de Cas avait déjà fait ressentir à Dean ce sentiment de malaise?

Sam toussa, et Cas reporta son attention sur lui :

- Sam?

Sam siffla; cela rendit Castiel encore plus perplexe.

- Waoh. C'est la voix de Dean, ce sont ses yeux, c'est son visage, mais...

Sam plissa les paupières, l'observant encore. Cas pencha légèrement sa tête en réponse.

Un large sourire apparut sur les lèvres du chasseur :

- Ca, c'est du Cas tout craché.

Castiel sentit ses yeux (ceux de Dean, de Dean) s'agrandir. Une flamme chaleureuse apparut dans sa poitrine, l'amitié de Sam à son égard luisant gentiment dans ses pupilles posées sur lui.

Sam n'était pas en colère. Sam le reconnaissait malgré tout.

Castiel sourit lentement :

- Merci, Sam.

Sam sourit encore, puis son visage redevint sérieux :

- Maintenant, il va falloir me dire tout ce qu'il s'est passé, Cas.

xxx

xxx

Et Cas lui conta. Il ne s'était pas passé grand-chose. Cas avait suivi Dean à la cave dans l'espoir de s'expliquer enfin, l'espoir que Dean, dans un coin un peu plus reculé du bunker, daignât enfin l'écouter.

Cela n'avait pas marché. Dean avait préféré trier les vieux objets plutôt que de l'écouter, et il était tombé sur ce miroir. Machinalement, il s'était regardé dedans; par-dessus son épaule, Castiel avait fait de même.

Il y avait eu une explosion, le miroir était tombé; et ils en étaient là.

Sam soupira :

- Tu te souviens de l'endroit exact où se trouvait le miroir? Je crois que l'étiquette qui était dessus est tombée quand il s'est brisé. Il y avait un nom, une indication? Quelque chose?

Cas fronça les sourcils. Sa mémoire d'ange avait tout enregistré, mais... il n'avait plus sa mémoire d'ange.

- Je suis désolé, il va falloir demander à Dean. C'est lui qui a une mémoire photographique, maintenant.

Les yeux de Sam s'écarquillèrent, avec une urgence proche de l'affolement :

- Tu veux dire que c'est Dean qui a ta Grâce, maintenant?

Cas plissa les yeux :

- Bien sûr. N'est-ce pas évident?

Il ne comprenait pas pourquoi Sam s'inquiétait : Dean ne craignait rien, le corps de Jimmy Novak était parfaitement compatible avec sa Grâce. De plus, Dean était un homme bon, et un homme fort. Il saurait utiliser la Grâce pour le bien.

Un juron éclata à l'étage à ce moment, suivi d'un bruissement d'aile.

Et Dean apparut brusquement face à eux, les prunelles de Jimmy Novak larges, larges, ses doigts en train de défaire le col-

D'une chemise.

A carreaux.

La cravate bleue disparue.

Sam poussa un grognement :

- Dean, qu'est-ce que tu faisais?

Dean bégaya. Il bégaya :

- Je, je voulais me chan-changer pour me sentir un peu plus, plus... moi. Mais...

Là, son regard croisa celui de Cas. Cas haussa un sourcil.

Dean disparut de nouveau, un bruit de verre brisé retentissant à l'étage.

- FLUTE !

Bon. Finalement, peut-être que sa Grâce allait également poser des problèmes.

XXX

A suivre.