X

Spirou, Fantasio et Itho Kata roulaient à vive allure sur le bitume d'un noir absolu refait la veille. Il faut dire que le maire de Champignac ne sait plus quoi inventer pour monter à ses supérieurs des conseils généraux, régionaux et territoriaux son utilité. Ainsi, il dépense chaque année nombre d'argent dans des choses plus inutiles les unes que les autres : il a réussi à convaincre les élus de faire ériger une grande statue qui n'aurait pour modèle que... lui-même ! Attaché à leur maire, celui-ci est réélu tous les ans (il faut dire que c'est le seul et unique candidat).

On dit souvent que le sucre est mauvais pour la santé, pourtant c'est qu'elle en avalait du glucose Noémie ! Ah oui, (t'as raison de me le rappeler Spip!) j'ai oublié de préciser : Noémie est une voiture. Mais pas n'importe quelle voiture, Champignac et Itho Kata l'ont fait fonctionner entièrement au sucre !* Et en plus d'avaler du sucre, elle « avalait les kilomètres » : Parti depuis quelques minutes à peine les voici déjà en train de tester les suspensions de la (presque) quinquagénaire machine sur les pavés de la route bordant la place de Champignac. Noémie était une voiture rose des années 1920, une américaine à la retraite.

La petite bourgade était calme, l'effervescence du marché matinal avait laissé place, sur la place, à un calme platonique. Du marché, il ne restait plus que quelques noyaux d'abricots que les marchants de fruits et légumes font déguster à leur client pour qu'ils leur en achète le plus possible. Remarquez que souvent, celui que l'on déguste est bien meilleur que ceux que l'on achète, et cela ne vaut pas que pour les abricots.

Fantasio gara la voiture sur la première place venue, à l'entrée du parking, celle la plus éloignée de la mairie. Absurde quand on sait leur destination. Spirou descendit le premier, Spip sur l'épaule. Vu que le groom courrait Spip s'amusait comme s'amusent les jeunes dans les montagnes russes de célèbres parcs d'attractions**. L'illusioniste suivait, en courant lui aussi. Fantasio marchait derrière, fumant une dernière pipe avant d'entrer dans l'édifice public. Le vent fit s'envoler le chapeau d'Itho Kata qui atterri sur la pipe de Fantasio. Un petit cri retentit et un lapin blanc sorti à toute vitesse du chapeau, apeuré et le bout de sa queue bullée. Le japonnai vint à son secours mais avant qu'il n'eut le temps de faire quoi que ce soit Dame Nature fit pleuvoir, le lapin était sain et sauf, on ne pouvait pas en dire autant du couvre-tête : il était troué.

Spirou poussa la porte du bureau du maire et :

-Monsieur le maire, monsieur le maire, vite, c'est urgent ! J'ai besoin de vous...

Le maire l'interrompit brusquement, le pris sous son bras (Spirou du faire un effort digne d'un contorsionniste au vu de la différence de taille) et l'entraîna près du mur

du fond, derrière le bureau. L'ordinateur était toujours éteint.

-Spirou, vous tombez bien ! Faites-moi part de vos lumières tels Volmer et Brunneau au XVIIIéme siècle ! Dit le maire

-Voltaire et Rousseau*** monsieur... ,le corrigea Spirou,Mais...

-Bon, passons ! Répondit Gusatve Labarbe vexé. N'est-ce pas magnifique ?

Tout en disant ces mots il pointait du doigt une toile emplie de peinture de diverses couleurs peinte comme un enfant de maternelle qu'on aurait pu appeler « tableau » si le mauvais goût était dans nos habitudes.

-Vous vous êtes mis à la peinture ? C'est... Très beau... On voit tout de suite l'idée que vous avez voulu nous transmettre derrière ce tableau

-Ah vous trouvez ? J'aillais le jeter, c'est mon neveu de 3 ans qui m'a offert ça la semaine dernière, je l'ai accroché là jusqu'à son départ ce matin même, pour lui faire plaisir. Personnellement je trouve ça horrible, mais, après tout, tous les goûts sont dans la nature... Mais je ne parlais pas de cette « chose », mais de la splendide affiche électorale à sa droite !

-Ah, cette affiche... Belle, vraiment très réussie, dit Spirou d'un ton ironique, mais j'ai un problème bien plus urgent à régler : de gros insectes potentiellement dangereux se promène aux alentours du village, ils y sont peut-être même déjà rentré ! Il faut dire à tous les champignaciens de fermer leurs portes, leurs fenêtres et de rester enfermer chez eux ! C'est pour le bien de toute la commune ! Continua-t-il alarmiste.

-Pour le bien de notre charmante petite bourgade de campagne ? Vous êtes sur que de vulgaires insectes pourraient nuire à la vie du citoyen champignacien près à tout pour sauver sa commune, près à tout pour que son maire sauve la commune ! Je ferai ce qui est en mon pouvoir pour vous sortir de la mélasse dans laquelle vous vous êtes plongés !

-Là ! Sur cette fenêtre ! Un insecte ! Énorme ! Vite ! Passez le message ! Hurla Spirou

-DUPLUMIER ! s'égosilla le maire

Le fonctionnaire accouru dans la pièce :

-Oui monsieur le maire ? A notre héro : Bonjour Spirou.

-Faites donner l'ordre à tous nos concitoyens de fermer leur porte et leur fenêtres, de rester cloîtrés chez eux ! C'est une question de mort ou de vie !

-De vie ou de mort non... ? Le corrigea Duplumier

-C'est pareil ! Contentez-vous d'appliquer les décisions !

-Donc je fais rassembler les concitoyens sur la place du village et je leur lis un message comme quoi ils doivent rester chez eux et...

-Vous le faites exprès ? Si je vous demande de leur dire de demander à leur enfant et d'appliquer à eux même mon nouveau décret qui stipule que chaque citoyen de la

petite et néanmoins charmante bourgade de Champignac-en-Cambrousse doit rester chez lui de peur qu'il ne lui arrive quelque chose ne les faite pas tous rassembler sur la place du village nom d'un hélicoptère ! S'énerva Gustave Labarbe

-Oui monsieur le maire, bien sur monsieur le maire...

Duplumier reparti aussi vite qu'il était venu laissant derrière lui son éternel chapeau jaune paille sur le plancher.

-Vous avez vu ? Je sais être direct maintenant ! Dit le maire, fier de lui, à Spirou.

-Oui, enfin... Il y a direct et direct... Mais c'est le résultat qui compte...

Itho Kata et Fantasio entrèrent dans la mairie. Fantasio s'adressa à Spirou :

-Spirou ! Des insectes ! Y'en a de plus en plus ! Les pouvoirs d'Itho Kata dégénèrent ! Il y a même un lapin qui est sorti de son chapeau et...

Fantasio se prit les pieds dans le couvre-chef laissé à terre et s'étala de tout son long sur le sol occasionnant un vacarme phénoménale. Il n'y a pas à dire, ce plancher est un véritable orchestre dé-symphonique !

Itho Kata qui le suivait trébucha lui aussi mais à cause du reporter laissant s'échapper une nouvelle fois le lapin de son chapeau. Celui-ci sauta dans tous les recoins de la pièce, fit un bon sur la tête de Spirou lui enfonçant son calot de groom par la même occasion, sauta sur l'ordinateur qu'il alluma (le maire assistait là à un miracle : son ordinateur s'était allumé!) , s'aggripant au mur il arracha l'affiche électorale de tout son long (la tête du maire était passé d'émerveillement à effroi) pour finir sa course sur le poignée d'ouverture de la fenêtre. Celle-ci s'ouvrit, le lapin s'enfuit de peur par la porte et une bonne dizaine d'insectes entrèrent dans la pièce...

*Noémie est une invention commune du comte de Champignac et d'Itho Kata, elle apprait pour la première fois dans le tome n°21 des aventures de Spirou & Fantasio : « Du glucose pour Noémie »

**Un parc Spirou ouvre ses porte près de Monteux dans le Vaucluse.

***Gustave Labarbe parle ici de deux grand philosophe du XVIIIéme siècle des Lumières : Voltaire et Rousseau.