XII

Duplumier s'était réveillé lentement sans l'aide des secours. Heureusement pour lui, ceux-ci ne serait jamais venu avec l'ordre de rester enfermé proscrit par le maire quelques minutes plus tôt. Le ciel s'était assombri, donnant à la pièce une étrange atmosphère, lugubre et obscure. La seule lumière qui éclairait le bureau était l'ordinateur du maire. La porte est munie d'un système très spécial : elle ne s'ouvre que de l'intérieur bien que lorsqu'on la claque de l'extérieur sans avoir pris les clés au

préalable on reste ex-fermés. Le maire adorait ce genre de système c'est d'ailleurs lui qui insista pour que le comte s'en équipe avec les conséquences que l'on sait*. Gustave Labarbe était debout, appuyant ses deux bras sur son bureau comme pour se rassurer. Itho Kata soulevait doucement la tête de Duplumier, l'aidant à se relever. Fantasio, lui, faisait des allers et retours dans la pièce en réfléchissant :

-C'est pas possible ! Quelque chose nous échappe ! Il va falloir tirer ça au clair... Déjà, d'où viennent ces insectes ?

À peine eut-il entendu ce mot que Duplumier senti des frissons qui parcoururent tout son corps de haut en bas, il redevient tout pale et...

-Des insec... des insectes... !

...Et il s'évanouit, retombant sur la porte, cassant la poignée. Ils était tous enfermés dans la pièce !

-Mais c'est pas possible ça ! Je vais devenir complètement dingue à force d'être coincé à cause de ces satanés portes ! Mais qui est l'idiot qui en a fait équiper tout le village ! Dit Fantasio agacé.

-Ben... euh... C'est que... Je suis totalement d'accord avec vous ! Ce système est totalement stupide ! Je lui avait bien dit à Duplumier que c'était risqué de mettre ce genre de portes partout mais vous savez comment sont les gens... répondit le maire.

-Non, et comment sont-ils ? Dit Fantasio

-Bien euh... Comme si comme ça...

-Mais encore ?

-Plus direct ? Demanda Gustave Labarbe.

-Un peu oui.

-Est-ce vraiment important ? Le but maintenant c'est de le faire se réanimer ! Venez m'aider Fantasio ! Dit Itho Kata.

L'illusionniste maintenait doucement la tête de Duplumier en lui parlant lentement. Fantasio lui, y aller de manière, comment dire... légèrement plus direct : c'était déjà la troisième baffe que se prenait le fonctionnaire. Rien n'y faisait, Duplumier restait de marbre, le corps presque inerte. Soudain un bruit sourd retentit : Touloum. C'était le maire qui s'était appuyé sur le clavier de l'ordinateur le faisant aller sur sa page d'accueil. Je vous laisse imaginer sa fierté quant à découverte.

-Alors ? Vous y arriver ? Demanda le maire.

-On a l'air franchement d'y arriver ? Répondit Fantasio cynique.

-Oui euh... Non.

On entendit des bruits de pas dans l'escalier puis des cris qui pourraient s'apparenter à :

-Fantasio ! Fantasio ! Je n'ai trouvé personne ! Va voir pendant que je m'occupe de Duplumier !

C'était Spirou qui revenait, il était maintenant derrière la porte.

-Oui monsieur le premier rôle, pensait Fantasio, Laisse, Je m'occupe de Duplumier, dit Fantasio à Spirou, vient m'aider si tu veux !

-Mais, il va se prendre la porte ! Dit Itho Kata en regardant le reporter.

-Chut !

-Je suis làà...Bom !

Spirou courait, fonça sur la porte. Un bruit sourd retentit de l'autre côté mais suffisamment fort pour faire rire Fantasio.

-Allez, tu veux rire ? Duplumier a cassé la poignée en s'évanouissant, on est enfermé ! Ça va quand même ? Pas trop mal ?

-Non, merci, ça va. On se demande vraiment qui est l'idiot qui a fait mettre toutes ses portes dans tous les bâtiments du village ! Dit Spirou agacé.

-Oui... On se demande... dit le maire.

-Que comptes-tu faire maintenant ? Demanda Fantasio.

-J'ai regardé, la mairie est vide, les derniers employés sont rentrés chez eux en fermant à clés. Tous les habitants sont dans leurs maisons, il n'y a pas un rat dehors.

-Jérôme ! S'exclama d'un coup Gustave Labarbe.

-Quoi Jérôme ? Dit Fantasio.

-Il y a Jérôme, là, au dehors en train de placarder des affiches sur les murs ! Sans doute celles que je lui ai demandé d'accrocher... Celles où je demandais aux

champignaciens de rester chez eux, répondit le maire.

-Monsieur, prenez ma place auprès de Duplumier, quelque chose ne tourne pas rond ! J'en ai le cœur net, regardez ! Dit Itho Kata en montrant sa baguette cassée qui tournait lentement sur le sol sans que quiconque ne l'entraîne.

-Quoi ? Que se passe-t-il ? Demanda Spirou de l'autre coté de la porte.

-Spirou, vérifiez que toutes les portes et que toutes les fenêtres soient bien fermées.

-J'ai vérifié, les insectes ne peuvent pas rentrer.

-Ce n'est pas que pour les insectes que je m'inquiète, j'ai un mauvais pressentiment... dit Itho Kata.

Soudain l'ordinateur refis le même bruit que précédemment mais cette fois sans que personne n'y touche, d'un coup, il s'éteignit. Il faisait sombre dans la pièce, la pluie commençait à mouiller les carreaux.

-Jérôme ! S'exclama cette fois Fantasio.

-Quoi encore Jérôme ? Demanda le maire.

-Il n'est plus là ! Il n'est plus dehors !

-Il sera rentré, voilà tout. Il vaut mieux pour lui, il aurait pu avoir des problèmes avec ses fichus insectes ! Répondit Gustave Labarbe presque soulagé.

-Je veux dire, il n'est plus dehors mais ses affiches, son pinceau et son pot de colle y sont toujours ! De plus, la dernière affiche qu'il a mise est arrachée ! Dit Fantasio tremblant.

-Mon Dieu j'espère que Spip va bien... ,Dit Spirou du couloir.

-Ne t'inquiète pas pour lui, il est resté à Champignac, le comte doit bien s'occuper de lui, répondit Fantasio aussi inquiet que Spirou.

-Il est 17h00 et ça fait bien deux bonnes minutes que nous n'entendons plus de bourdonnements d'insectes, fit remarquer Itho Kata, quelque chose ne tourne vraiment pas rond !

-J'ai entendu du bruit au rez de chaussée, je vais voir, dit Spirou.

Spirou descendit silencieusement les escaliers. Le bruit venait de devant la mairie, quelqu'un tapait du poing sur la porte en criant :

-Il y a quelqu'un, il y a quelqu'un ? Ouvrez-moi, vite ! Je vous en supplie !

-Oui, je suis là, qui êtes-vous ? Dit Spirou

-Spirou ?, on entendit comme un soulagement dans la voix, C'est Jérôme, Vite, Ouvrez-moi !

-C'est que... La porte est fermée et je n'ai pas les clés, attendez, là, je vois un trousseau de clés qui pourrait servir à...

BOM !

Jérôme venait de tomber sur la porte provoquant le même bruit sourd que Spirou auparavant.

-Jérôme ? Ça va ?

Une autre voix répondit :

-Ouvrez-moi ! Jérôme vient de s'évanouir, vite !

Cette voix, Spirou la reconnaissait. Il en était sur : il l'avait déjà entendu quelque part, mais où ? Elle était très grave et lugubre.

-Oui, tout de suite, je ne vais pas vous laisser dehors avec ses insectes potentiellement dangereux qui rodent, dit-il, mais d'abord, dites-moi qui êtes vous ?

-Vous le saurez en ouvrant la porte si ce n'est pas trop tard : un gros groupe d'insectes arrive vers nous !

A l'étage, Itho Kata s'inquiétait, il tournait en rond dans la pièce :

-Ces insectes ne viennent pas de nulle part et ce ne peut pas être Champignac qui les a crées. On dirait qu'ils sont issus d'un mélange... Comme si... Comme si ce n'était pas de vrais insectes mais des robots formés à partir de vrais insectes...

-C'est peut-être le retour de Zorglub, après son dernier coup sur la Lune**... dit Fantasio.

-Zorglub ? Non, c'est impossible. Zorglub tout ce qu'il fait il le fait pour lui de façon direct en utilisant la zorglonde, or là, aucune trace de zorglonde. Et puis vous l'avez dit vous-même Fantasio : il est sur la Lune.

-Et que fait Spirou ?

-Alors ça, je me le demande... répondit le japonais d'un air mystérieux.

On entendit trois clic et la porte s'ouvrit laissant apparaître une silhouette noire et Jérôme affalé sur le sol. Le temps d'un éclair Spirou pu voir le visage de l'illustre inconnu :

-Zantafio?!

Zantafio poussa Jérôme du pied, s'arma de la même massue qui avait servi pour le policer quelques minutes plus tôt et frappa d'un bond coup sur la tête de Spirou en disant ces mots :

-Comme on se retrouve, petit groom !

*voir chapitre VI

**Zorglub est resté sur la Lune après sa dernière rencontre avec notre duo d'aventurier dans le tome 52 des aventures de Spirou & Fantasio « La face cachée du Z »