2

La turbotraction I glissait lentement sur l'asphalte noire récemment refaite aux abords du village. En ce milieu d'après-midi un grand soleil éclairait la campagne ardennaise d'habitude si pluvieuse. Dans les Ardennes, il faut beau tous les jours. Mais jamais toute la journée. La luxueuse voiture bleue ciel est bien connue des amateurs de notre groom préféré. Pour les autres sachez qu'il s'agit du premier modèle de la désormais grande marque : Turbo. Ces plans ont étés retrouvés dans une corne de rhinocéros en pleine savane africaine, mais ça, c'est une autre histoire*. Elle a une forme assez allongée avec, à l'avant, un ouvrant Duralumin rond. Elle est de type cabriolet décapotable a un intérieur gris clair. Avec une vitesse maximale de 240km/h on peut la considérer comme une voiture assez rare. A son bord, Spirou et Fantasio se dirigeaient vers le château de leur plus vieil ami : Pacôme Hégessippe Adélard Ladislas comte de Champignac, un vieil aristocratique juché sur une colline surplombant le village. Pour Spirou, pas la peine de le présenter : un jeune homme plutôt beau gosse, corps athlétique, cheveux roux avec une mèche relevée sur le devant, à en voir prêt à faire tomber de nombreuses filles... sauf que monsieur est un célibataire endurci ! Il portait sur lui son éternel et anachronique costume de groom rouge, boutons dorés scintillants. C'était Fantasio qui conduisait. Meilleur comparse de Spirou, souvent cantonnée au « second rôle », moins bien physiquement que notre groom, il est aussi plus vieux. Journaliste au « Moustique » il est depuis toujours à la recherche du scoop de sa vie étant jusqu'à présent abonné aux faits divers. Comme à l'accoutumé il avait sur lui son pantalon marron, sa chemise blanche, sa veste bleue et son noueux papillon rouge digne du festival de Cannes. Ses cheveux blonds s'étaient peu à peu retiré du haut de son crâne, le laissant dégarni. Nos deux héros étaient désormais rentré dans le village et traversaient la place de la mairie. Désiré Coma attendais sur le bord du trottoir, à coté d'une flaque d'eau de la dernière pluie. Spirou et Fantasio arrivaient à toute vitesse, et...

-'Pouvez pas faire attention ! Chauffard !, dit-il en crachant l'eau sale qu'il avait plein la bouche. Il était trempé de la tête aux pieds.

Fantasio tourna à gauche au bout de la rue et vint se garer au beau milieu de la place, à droite de la statue mégalomane du maire. Désiré venait de rentrer dans la mairie.

La place était carrée et pavée comme souvent en Belgique ou dans le Nord de la France. En son centre la sculpture du maire de Champignac, Gustave Labarbe, le doigt vers le ciel était, censé symboliser le progrès et l'avenir... Pour le moment le cuivre vert-de-gris rempli de chiasse de pigeons ressemblais plus à un toit parisien, gris et terne. La pluie avait effacé à la longue avaient effacé l'inscription glorifiant le maire. Les pavés inégaux de la place auraient pu servir à un grand constructeur automobile de tester les suspensions de ses voitures. En face de la mairie, le café de la place était toujours plein et, même les jours de pluie, les champignaciens venaient y siroter leur café ou leur diabolos grenadine pour les plus jeunes. Quant à Dupilon, ivrogne qu'on ne présente plus avec son éternel imper marron et son écharpe jaune restait le plus longtemps possible sur la terrasse. En effet, à peine aurait-il mit un pied en dehors du café que les gendarmes idéalement situé sur la gauche l'auraient arrêté pour « ivresse sur la voie publique ». La mairie fermait ses portes.

*La turbotraction est apparue pour la première fois dans le 6éme album de Spirou & Fantasio « La corne de rhinocéros »