V

Le soir, lors du diner :

-Néanmoins merci messieurs d'être venus me tenir compagnie, c'est vrai que des fois je me sens seul. Quoi-qu'avec ses petits animaux on ne s'ennuie jamais ! Dit le comte en caressant doucement Spip qui en glaglatait de plaisir. Oui, l'écureuil glaglate.

-Oui, c'est sur ! Dit Fantasio avec un grand sourire, remis de ses émotions.

-Mais parlez-nous de vos « expériences »... demanda Spirou.

-Elles ont l'air de gêner vos voisins en tout cas, dit Fantasio.

-Mes expériences, gênantes ? Dit le comte surpris.

-D'après le maire... continua Fantasio qui s'interrompit brusquement dans un grand « Aie ! » lorsque Spirou lui écrasa violemment le pied. Visiblement le message était passé. Ils étaient tous attablés autour d'une bonne carbonnade flamande concocté par Pacôme une fois remis complètement en état.

-Ah ! N'allez pas plus loin ! Je vois où vous voulez en venir ! Cela fait deux mois que j'y travaille ! Une merveille ! Répondit-il toujours aussi mystérieux.

En effet, une fois la crise passée le comte fut soudain pris d'une envie de carbonnade. Il faut dire que ce plat typique est excellent. Il lui rappellerais son enfance...

-Une grande trouvaille... dit Fantasio levant les yeux au ciel.

-En tout cas elle vous prend beaucoup de temps ! Mais en quoi consistent-elles vraiment ? Demanda Spirou impatient et curieux.

-Vous en saurez plus demain ! Allez, il se fait tard, je m'en vais dormir, et le chercheur sorti de table.

-Nous aussi Spirou je pense qu'il serait tant qu'on y aille, je suis exténué, dit Fantasio

Et ils montèrent tous deux à l'étage dans leur chambre habituelle : une pièce du deuxième étage dans la tour Sud, avec parquet et tapisserie bleue aux murs. Deux lits étaient distinctement séparés l'un de l'autre.