Je sais... J'avais dit le 15, on est le 19... Le problème, c'est que j'ai su seulement après que j'allais avoir de la famille chez moi à cette date. Je n'avais donc pas la possibilité de poster. J'avais dit également que je posterai les 3 bonus prévus. Or, aujourd'hui, il n'y en a qu'un. Pour ceux qui ne me suivent pas sur Facebook et ne sont donc peut-être pas au courant, rassurez-vous, je prévois toujours les deux autres bonus :) Malheureusement, des aléas dans ma vie (mais aussi celles de mes bêtas) ont fait que je n'ai pas été en mesure de vous les proposer maintenant.

RàR anonymes :

fane de fiction : Un énorme merci ! Ça me touche beaucoup :)

Marie : Merci ! :)

Aria : La réponse à ta question est dans ce bonus :p J'espère que ça te plaira ;)

Anthares : Un très grand merci pour ce message qui me touche beaucoup ! Je suis honorée d'avoir ta première review, surtout avec tous ces détails qui jouaient pourtant en ma défaveur. J'espère que ce bonus te plaira autant que la fic elle-même :)

Guest : Merci ! :D

Guest (J.u.l) : Merci ! Moi aussi j'aimais bien Salazard, mais on ne peut pas abuser des bonnes choses ;)

hitori : Merci ! Contente que ça t'ait plu ;)


Bonus 2.1 : Une double blague

Aujourd'hui, cela faisait déjà un an que Severus, Harry et Draco étaient ensemble. Enfin, ils considéraient ce jour comme date anniversaire. Ce jour où ils avaient réellement fait l'amour tous les trois, ensemble, pour la première fois. Le véritable anniversaire du début de leur trio aurait logiquement dû être le soir où Severus avait mordu Harry après l'avoir surpris avec une potion de sommeil sans rêve dans les couloirs de Poudlard. Mais ils étaient tous les trois d'accord pour dire que ce moment n'était pas un bon souvenir. De même, ils auraient pu prendre le jour où Harry était devenu pleinement le calice de Severus. Mais cette date ne concernait pas vraiment Draco. Aussi avaient-ils décidé d'un commun accord de prendre le jour qui avait suivi les événements avec Raphael et pendant lequel Harry avait, de lui-même, initié une séance torride mais pleine de tendresse.

Pour fêter cet anniversaire, Draco avait eu une idée. Une idée qui l'avait rendu euphorique au point de ressembler à un enfant le matin de noël découvrant des dizaines de cadeaux sous le sapin. Harry avait été bien moins emballé par l'idée, mais n'en avait rien dit : voir Draco aussi joyeux lui plaisait. Il pouvait bien faire un effort. Quant à Severus, il avait été d'accord pour dire que c'était une bonne idée et qu'elle pourrait permettre de les rapprocher.

C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent assis dans le salon de la maison du vampire – qui était devenue la leur, à tous les trois –, une plume et un morceau de parchemin devant eux. Chacun devait écrire l'un de ses fantasmes. Une petite coupe était posée au centre de la table basse et agirait de la même manière que la coupe de feu pour le tournoi des trois sorciers : un des fantasmes serait tiré au sort. Ne resterait ensuite plus qu'à le réaliser.

Les trois hommes écrivirent donc leur désir le plus profond. Harry fut le dernier à mettre son papier dans la coupe. Il avait longuement hésité. Avec tous les rêves érotiques qu'il avait eus, notamment lorsqu'il avait la voix de Serpentard dans la tête, il n'avait que l'embarras du choix.

Quand les trois fantasmes furent dans la coupe, Severus lança le sortilège. Des flammes bleues s'élevèrent et un morceau de parchemin s'envola dans les airs. Le maître des potions le rattrapa, le déplia et lut à voix haute :

— Que vous me preniez tous les deux. En même temps.

Comme ce n'était pas le sien, il avait une chance sur deux de trouver de qui venait ce fantasme. Et connaissant les deux garçons, il avait dans l'idée que c'était celui de Draco. En levant les yeux vers ce dernier, il sut qu'il avait bien deviné. Plus encore quand il vit le regard perplexe du plus jeune.

— C'est possible, ça ? demanda celui-ci.

C'était assez étonnant de voir à quel point il pouvait encore être innocent dans le domaine, même après un an à leurs côtés. On aurait pu croire qu'il se serait dévergondé, surtout avec le blond. Mais non. Tout au plus avait-il une certaine curiosité. "Saint Potter un jour, Saint Potter toujours", comme disait le fils Malfoy.

— Bien sûr que c'est possible, répondit Draco, visiblement ravi que ce soit son fantasme qui ait été tiré au sort en premier. Et on va te montrer ça tout de suite.

Ils montèrent ensemble dans la chambre et, d'un coup de baguette, se retrouvèrent tous les trois nus.

— Draco, soupira Severus.

— Quoi ? On va perdre assez de temps en préparation, autant en gagner avec ça.

Comme pour appuyer ses dires, il attrapa Harry par la nuque et le tira contre lui pour l'inviter à une valse linguale. L'ex-Gryffondor se laissa faire avec plaisir. S'il avait une préférence pour la bouche de Severus – et pas que pour les baisers, il devait l'avouer –, il appréciait également celle du blond à sa juste valeur.

Avant même de comprendre ce qu'il se passait, il était allongé sur le dos en travers du lit, Malfoy à califourchon sur lui. Ses deux amants avaient cette étrange faculté à lui faire oublier tout ce qui l'entourait quand il était dans leurs bras. Il ne fut donc pas vraiment surpris, mais gigota quand même un peu d'inconfort.

— Tu veux bien me laisser m'installer un peu mieux ? demanda-t-il quand sa bouche fut enfin libérée.

Draco se redressa, lui laissant tout juste l'espace nécessaire pour se mettre plus droit sur le lit et la tête contre les oreillers. Sa bouche fut à nouveau assaillie et il profita de la position et de l'absence de vêtements pour parcourir le corps au-dessus de lui. Il sentit vaguement le matelas s'affaisser à côté et une main lui écarter un peu plus les jambes. Il sourit intérieurement en se rappelant que tout ça l'aurait mis mal à l'aise et qu'il aurait sans doute pris peur encore quelques mois plus tôt. Mais aujourd'hui, il était parfaitement détendu et serein, ayant pleinement confiance dans les deux hommes avec qui il vivait désormais.

— Je vais préparer Draco pour que tu puisses le pénétrer, Harry, annonça Severus. Je le préparerai ensuite davantage pour pouvoir me joindre à vous.

C'était une habitude qu'ils avaient prise assez rapidement : chacun devait dire ce qu'il comptait faire, s'assurant ainsi que les deux autres étaient d'accord avec l'idée. À la base, c'était surtout pour éviter que le Gryffondor ne prenne peur face à une situation qui lui était encore inconnue. Mais les deux autres s'étaient rapidement rendu compte que cela avait un côté excitant. L'anticipation de ce qui allait arriver, la tension de devoir attendre, imaginer ce qu'on allait ressentir, c'étaient autant de choses que les deux Serpentards appréciaient. Sans compter qu'il leur arrivait de parler de façon plus crue et que, ça aussi, ça pouvait être diablement excitant.

Lubrifiant ses doigts à l'aide d'un sort, l'ancien Mangemort commença donc sa préparation. Draco, très réceptif, se mit à onduler du bassin, créant ainsi une friction entre lui et Harry. Severus avait eu dans l'idée de s'occuper un peu aussi de son deuxième calice pour qu'il ne se sente pas délaissé. Mais sentant l'excitation en forte hausse chez ce dernier, il décida de se contenter de simples caresses sur sa cuisse.

Cette situation rappela au Survivant la première fois qu'il avait pris Draco. Il avait été tellement anxieux, à la fois de mal faire et de faire mal, que Severus avait fini par avoir pitié de lui et avait préparé le blond pour lui. La seule fois où il avait renouvelé l'expérience, il n'avait pas vraiment été meilleur : c'était Draco, excédé, qui s'était préparé lui-même avant de le chevaucher. Clairement, Harry n'avait pas l'âme d'un dominant.

Après plusieurs minutes ainsi, il retira ses doigts et guida le sexe du plus jeune dans l'intimité qui était désormais prête à le recevoir. Les deux jeunes calices gémirent et soupirèrent de plaisir en chœur. Il invita Draco à se mouvoir doucement, lui permettant ainsi de s'habituer à cette première intrusion. Il posa ensuite sa main sur son dos et exerça une légère pression pour le pousser à s'allonger le plus possible contre Harry et à lui laisser un maximum d'espace pour continuer sa préparation.

— Mis à part si je vous le demande, essayez de ne pas bouger.

Il commença par caresser l'anneau de chair, envoyant des décharges de plaisir autant à Draco qu'à Harry. Avec ce doigt qui titillait la connexion entre leurs deux corps, ils en prenaient pleinement conscience.

Au bout de quelques minutes, le maître des potions inséra doucement son doigt. Il se mit alors à faire des allées et venues avec, caressant au passage une veine particulièrement sensible du Gryffondor. Celui-ci, en réponse, ne put s'empêcher de serrer Draco plus fort dans ses bras.

— Ne bouge pas, Harry, le réprimanda Severus lorsqu'il eut un mouvement de hanche involontaire.

— J'essaie. J'y peux rien si tu es trop doué avec tes doigts…

Le vampire laissa fleurir un petit rictus sur ses lèvres. Jamais il ne l'avouerait, mais il adorait quand l'un de ses calices lui disait ce genre de choses. C'était excellent pour son égo. Mais, pour le moment, il avait une préparation à terminer.

Le second doigt entra sans trop de difficultés. Le troisième, un peu moins facilement. Et il commençait à craindre que ce fantasme soit irréalisable. L'anus était un muscle et était donc extensible, mais il y avait toujours une limite. Pour l'heure, il avait l'impression que s'il tentait de pénétrer dans cette antre chaude comme il en avait l'habitude, cela pourrait le déchirer. Or, il était totalement inconcevable qu'il fasse le moindre mal à son calice, y compris involontairement. Surtout pas pendant un acte d'amour. Même s'il pourrait le soigner rapidement. Alors, il continua encore de longues minutes.

— Tu comptes faire durer tout ça encore longtemps ? finit par demander Draco avec impatience en se redressant légèrement pour regarder son aîné.

— Aussi longtemps que nécessaire.

— Si tu continues comme ça, Harry va finir par se lasser et perdre en vigueur.

Le susnommé s'apprêtait à répliquer qu'il n'y avait absolument aucun risque qu'il perde en vigueur, tant les sensations étaient excitantes – frustrantes, certes, mais excitantes –, mais il s'en abstint en voyant les yeux du blond qui lui intimaient clairement de ne rien dire.

Avec un soupir résigné, Severus retira ses doigts. Après tout, il sentait effectivement que le désir était à son comble chez les deux jeunes hommes. Aussi se plaça-t-il de sorte à ne pas les écraser de son poids, surtout Harry, avec un bras à côté d'eux pour se soutenir. Guidant son membre au préalable lubrifié, il commença son assaut, forçant un peu pour faire rentrer le gland. Il sentit alors une légère douleur et voulut se retirer, persuadé que c'était trop tôt et qu'il devait encore préparer son calice. Mais celui-ci agrippa sa main.

— Je t'interdis de t'arrêter.

— Tu as mal, rétorqua le vampire avec un froncement de sourcil.

— C'est parfaitement supportable. Alors, continue.

Severus eut un instant d'hésitation. Il n'aimait pas être à l'origine de la douleur d'un de ses calices. Mais Il sentait une grande détermination émanant de Draco. Avec une extrême lenteur, il poursuivit donc son avancée.

Quand finalement il fut complètement à l'intérieur, il soupira. Bon sang ce que c'était étroit. Avec toujours autant de précautions, il entama un va-et-vient, prenant tout son temps pour sortir partiellement avant de revenir. Il attendit de ne plus sentir la petite brûlure du début pour accélérer progressivement le rythme, buvant les gémissements de ses deux amants.

Pour Harry, c'était tout simplement incroyable. Il avait bien sûr aimé les fois où il avait pris Draco. Cette sensation de chair chaude enserrant étroitement son membre, c'était exquis. Mais avoir en plus le frottement du sexe de Severus contre le sien, c'était tout bonnement jouissif. Et ce dernier était bien d'accord avec cette pensée.

Pour Draco, même s'il avait eu la désagréable impression d'être écartelé au départ, il pouvait désormais dire que c'était le pied total. Sa prostate était bien plus compressée qu'habituellement, lui envoyant d'autant plus de frissons de plaisir dans tout le corps. À tel point que, pour la première fois, son orgasme le prit par surprise. Il releva la tête, manquant de peu de heurter le menton du vampire, et ouvrit la bouche dans un gémissement à peine audible, les yeux révulsés par le plaisir.

— Oh oui ! dit-il le souffle court. Vous… Vous arrêtez pas. Plus vite. Plus fort.

— Je crois pas que je vais tenir, prévint Harry dont la peau était humide de sueur.

Severus sentait effectivement que le plus jeune était déjà sur le fil du rasoir. S'il ne donnait pas un petit coup de main à Draco, celui-ci pourrait ne pas atteindre son second orgasme à temps. Parce que, oui, le plaisir était tel qu'il n'était pas vraiment redescendu suite au premier. Il fit donc la seule chose qui, il le savait, pourrait faire basculer son premier calice presque instantanément : il enfonça ses crocs dans la nuque offerte. Comme en réponse, Draco plongea sa tête dans le cou d'Harry et le mordit à son tour, pas assez pour le faire saigner, mais assez pour lui laisser une marque.

Presque simultanément, les trois hommes rendirent les armes. Draco le premier, dans un gémissement étouffé et limite plaintif. Harry suivit de près. Cela faisait déjà plusieurs minutes qu'il se retenait, tentant de faire durer le plaisir le plus longtemps possible. Severus, submergé par ce que ressentaient ses deux calices et ses propres sensations, ne put faire autrement que se laisser aller à son tour.

Pieds et jambes emmêlés, complètement essoufflés pour les deux humains, ils s'endormirent collés les uns aux autres, le blond toujours au milieu, repus et satisfaits.


J'espère que ce premier petit bonus post-fic vous a plu :)

Concernant les deux autres, pour ne pas donner de faux espoirs, je ne vous donne aucune date de publication. Je vous invite donc à aller voir de temps en temps mon planning de publication sur mon profil, et à suivre ma page Facebook (le lien est sur mon profil).

Au passage, sachez que je ne referai la version epub qu'une fois tous les bonus publiés. Comme c'est quand même pas mal de boulot, je pense que vous serez tous d'accord pour dire qu'il vaut mieux que j'emploie mon temps à finir les bonus plutôt qu'à faire une nouvelle version à chaque fois ;)