Bonjour les gens et félicitation à tout ceux qui liront ça, vous êtes presque arrivé à la fin de cette fiction. Ceci est le dernier chapitre.


Il se réveilla seul comme avant toute cette histoire seul. Seul dans un grand lit froid où son corps se perdait sans autre accroche que le drap. Ce drap sentait comme lui, une odeur d'homme : un mélange de pomme et de musc. Il prit l'oreiller abandonné et le mit sur le sien, profitant de l'odeur en souriant. Il était seul mais heureux, car il savait que même si le matin rien ne changerait jamais, le soir tout était maintenant différent. Kidou rentrerait une ou deux heures après lui, et leur soirée se passerait ici, ou ailleurs, parfois même pas ensemble mais juste le savoir à la maison, ou juste entrain de faire autre chose que travailler le remplissait de joie.

Il se leva et fit sa journée, travail, manger, travail. Mais il était épanoui, plus qu'il ne l'admettrait jamais. Il rêvait toujours de plus de liberté, de la possibilité de vivre en ermite au fin fond d'une forêt avec de l'alcool et de la le soir il n'aurai pas pût se passer de la présence du seul être humain en lequel il croyait encore. En pensant au soir il se rendit comte qu'il était temps de faire à manger. Alors il fit des pâtes à la bolognaise, parfaite, les vraies à l'italienne. La porte s'ouvrit, il se retourna. Son compagnon portait une cage, une cage pour animaux. Une boîte pour chat. La boite clair et un gros sac de course dans l'autre main, ça expliquait sûrement son léger retard.

-Tu as ramené un compagnon pour Minus ? Râla t'il. Si ils s'entendent pas tu te démerdes avec celui là ! Minus restera même s'il a des puces !

-En parlant de ça, j'ai le produit pour le traiter je compte sur toi pour lui mettre ce soir! Et non celui là te fera très plaisir j'en suis sûr.

Il ouvrit la cage d'où un petit shiba sortit apeuré. Caleb dût se retenir pour ne pas crier de façon peu masculine, il s'agenouilla et tendit une main assurée. La petite boule de poil était adorable et lui rappelait le chiot qu'il avait toujours voulut, en plus beau au point de vue du monde même si lui avait toujours préféré les bâtards errants. Il se laissa renifler avant de passer une main affectueuse sur le cou de l'animal. Il n'avait pas encore de collier, jamais il n'en aurait dans la maison pensa Caleb. Minus arriva alors, sortant de la chambre conjugale qu'il squattait allégrement depuis son arrivé au grand désespoir de Jude qui craignait les puces. Il cracha un peu, apeurant le chiot à peu près autant que lui-même. Ils se dévisagèrent jusqu'à ce que le châtain porte le chaton pour l'approcher du chien contre son gré. Le chiot et le chaton se sniffèrent, méfiants et prêts à attaquer l'autre au moindre faux pas.

-Laisse les, ils vont apprendre à vivre ensemble, sourit Caleb en caressant les poils roux. Merci pour le chiot, depuis le temps que je t'en parlais.

-Il te fait plaisir ?

-Bien sûr, mais... C'est quoi l'arnaque ? Tu reprends ton ancien rythme de malade et tu espères que ça passera mieux avec un chiot ?

Jude le fixa en soupirant, complètement désabusé par la pensée du peu confiance que son compagnon lui accordait. Bien sûr le chiot avaient pour vocation d'aborder un sujet sensible de leur couple mais pas celui qui a faillit tout mettre en l'air il y a si peu de temps. Il n'était pas stupide.

-Non, j'ai dit que je ferais des efforts à vie. Pas un mois ou le temps que tu me reviennes. Par contre il y a bien une arnaque...

-Je le savais ! Le coupa Caleb.

-Ta gueule et laisse moi parler. J'espère que ça... te motiveras pour la demande spéciale que je te fais depuis au moins un an.

Caleb réfléchit un instant pour essayer de comprendre l'allusion de son partenaire. Il ne lui fallut que quelques seconde avant de fixer son copain d'un air désespéré.

-Un chiot et un enfant ce n'est pas la même chose merde ! Tu crois quoi ? Que … Raaa tu m'énerves ! Tout n'est pas aussi simple dans la vie ! Les enfants sont une putain de grosse responsabilité ! Puis c'est toi le responsable dans ce couple normalement ! Tu peux pas faire ce genre de caprice !

-Je dis pas maintenant, je dis ça pour plus tard.

Un baiser se perdit, ainsi qu'un doigt dans la casserole de sauce. Le chiot jappa, au grand bonheur de Caleb qui adorait par dessus tout ce petit bruit aigu. Il le laissa se frotter à lui, égouttant les pâtes en même temps, son compagnon mettait la table après avoir installé le nécessaire pour leur nouvel animal. Après manger ils dérivèrent vers la télé, 39 step, vieux mais agréable à regarder d'après le châtain. Minus s'installa sur l'accoudoir, a à peine deux ou trois centimètres des dreadlocks qui pouvaient se vanter de fasciner le chaton. Le chiot trouva se place juste à côté de son panier, pas dedans, à côté et avec un jouet choisit pour ne pas faire de bruit.

-Met son produit au chat maintenant, soupira Jude.

-T'as pas d'ordre à me donner.

-Fais le !

Le brun soupira, pas vraiment chaud pour une dispute aujourd'hui. Alors il se leva et prit le chaton au creux de sa main avant de l'emmener sur la table de la cuisine. Il se sentait vaincu et un peu humilier mais ravala sa fierté. Il avait enfin comprit quelque chose qui était primordiale dans un couple. Les concessions devaient être faites, et traiter le chat contre les puces n'étaient pas vraiment la pire qu'il aurait à faire, lui comme Jude.

Quelques minutes plus tard il revint se placer dans le canapé. Étrangement le brun se surprit à aimer cette vie bien rangée, dans les bras de son draideux avec son chien, même s'il aurait préféré un bâtard un peu cabossé. Le chiot était trop adorable. Le chaton boudait, il était vexé du mauvais traitement que son propriétaire/ protecteur venait de lui infliger. Alors il se mit sur la table, de façon noble mais toujours dos à ses tortionnaires. Une cravate traînée, une cravate rouge sang, comme les yeux de son amant.

-Épouse moi.

Quitte à jouer le jeu de l'amour autant le jouer jusqu'au bout.

-Non mais ça va pas la tête ?

Jude riait, pas vraiment surpris de la question. Caleb n'était pas non plus surpris de la réponse. Il n'aurait même pas sût dire pourquoi elle était sortit, son cerveau avait dû se mettre en grève momentanément. Il était autant vexé que soulagé de la réponse.

-Il faut une grosse déclaration à monsieur ? Clama Caleb. Ok.

Il se mit debout sur la table basse, dérangeant le chaton qui le fixa d'un œil apeuré et mauvais. Le chiot se contenta de lever le museau.

-T'es l'homme de ma vie, un putain de paradoxe paradoxale que je ne saurais jamais m'expliquer pour la simple et bonne raison que t'es comme les équations à trente inconnues, à chaque fois qu'on croit qu'on croit en avoir une y'en a une autre qui vient t'emmerder pour te forcer à tout recalculer, revérifier. J'veux dire, un dreadeux en costume cravate ! T'es un exemplaire unique et je suis l'homme le plus fière au monde de pouvoir me vanter d'avoir un original unique dans mon pieu. Un putain de dieu grec tout droit descendu de l'Olympe juste pour moi. Et je veux être légalement lier à cette chimère, cette chambre d'ambre.

Jude sourit, se retenant difficilement de rire aux éclats.

-Descend de là. La table est pas faite pour te porter mon gros.

-Ok, ok le rabat joie.

Caleb sourit en descendant du pauvre meuble absolument pas préparé à ça. Jude éclata de rire, incapable de se retenir lorsque son compagnon s'étala entre le canapé et la table.

-C'est ça de faire le malin.

-Ma déclaration t'as pas plût ?

-Si si, mais tu avais l'air débile quoi.

Caleb gonfla les joues sous le regard amusé de l'autre, ce dernier prit son portable. Il y eu un blanc alors que Caleb pût lire la stupeur et l'atterrement dans les prunelles de sang. Ces dernières venaient de lire le messages de la débilité profonde celle dont on ne guérit jamais vraiment.

-David s'est tué avec une cuillère ? Pitié dit moi que c'est ça !

-Marc et Axel vont se marier.

-C'est sale de ravaler son vomi.

-Axel vient de me dire que Marc vient de lui demander, sois disant qu'il était désolé, qu'il s'était perdu mais que là il est sûr, qu'il voulait qu'ils aillent en Allemagne se marier et tout.

A cet instant, si la débilité et la crédulité avait eu un visage, elles se serraient sûrement partagé celui de l'attaquant aux yeux des deux stratèges. L'un plaignait son ami, l'autre le traitait purement de con. La vérité se situait probablement entre les deux.

-Il se rend compte ou c'est juste qu'il a trop fumé ? Manquerait plus que Shawn retourne avec Kevin et là j'exige qu'on change de pote ! Il y a un moment où je ne les assume plus.

-Marc a peur d'être seul, c'est pas sa faute. Par contre Axel devrait se faire soigner, soupire Jude en répondant au message de son ami.

-Tu réponds quoi ?

-Pour te citer : « c'est sale de ravaler son vomi ».

-Précise que c'est de moi.

Le brun se leva d'un bond et plaqua l'autre au canapé dans l'espoir d'attraper le portable pour s'assurer que l'autre ait bien mis son nom. Il était le plus léger , certes, mais il gagnait le plus souvent. Son compagnon n'était vraiment pas fait pour se battre. Il cala son bassin sur le ventre bien dessiné et mordit la clavicule à travers le pull pour affirmer sa domination. Le tout en bougeant les bras. Le plus lourd abandonna devant le gamin et lui donna l'objet sans même râler.

-Bien !

-Il a répondu quoi ? Questionna Jude.

-Marc veut que tu sois son témoin.

Jude réfléchit, ça se vu encore une fois dans ses yeux. Il n'approuvait pas l'union mais d'un autre côté être le témoin lui faisait vraiment envie, il ne voulait pas non plus décevoir son ami.

-Dit lui que c'est d'accord.

-Putain il pouvait pas faire comme Shawn ?

-Se caser avec mon assistante ? C'est un peu limite non ? À deux pour une femme.

-Tu vois parfaitement de quoi je parle. La solitude n'est pas si horrible, ils abusent.

-Pour eux c'est de la torture d'être seul, et je les comprend un peu, soupira Jude.

Ils parlèrent encore de tout et de rien jusqu'au coucher. Finalement le film s'était fini sans même avoir véritablement eut de l'attention. La couette rejointe par le couple fût témoin d'une attaque adorable. Le chiot voulait, comme le chat, dormir dans le lit avec le couple, chose que Jude était parfaitement contre. Le chat passait déjà difficilement mais le chiot s'était hors de question pour lui. Le pauvre fût donc reléguer au salon. Caleb soupira, daignant tourner le dos à son compagnon. Ce dernier sourit et l'enlaça tendrement et posa sa bouche contre le cou de son amoureux à lui.


Six mois c'était écoulé depuis que Jude avait embauché sa secrétaire. Cette dernière ne pouvait même plus dire à quelle point elle lui en était reconnaissante. En effet, aujourd'hui, après huit long mois froid et vide, elle allait récupéré son bébé, son adorable petit bébé. De plus Shawn acceptait de le reconnaître comme son fils.

-Il est stupide de faire ça aussi vite, soupira Caleb assis dans la voiture.

-Arrête de tout voir mal, il allait pas être avec elle et renier le bébé, soupira son compagnon.

-Il y a une grosse différence entre s'occuper d'un enfant et le reconnaître comme le sien ! Imagine ça ne marche pas entre eux, il va avoir le gamin à son nom !

Jude soupira et le laissa dire ce qu'il voulait, après tout, même si il disait ce qu'il pensait au repas en l'honneur de la paternité de Shawn, tout le monde serait trop heureux pour mal le prendre. Alors il hocha simplement la tête, comme il l'avait fait lors du mariage de son meilleur ami.


E c'est fini ! ça fait toujours bizarre de finir une fiction mais c'est encore pire quand on sait qu'on va se faire tuer par sûr une personne. Je prierais d'ailleurs cette personne d'épargner le visage j'en ai besoin.

Il n'y aura finalement pas d'épilogue, j'adore ma fin et je ne souhaite rien n'y ajouter.

Pour ce qui est de la prochaine fiction, je n'arrive pas à l'écrire, c'est une catastrophe donc je ne sais vraiment pas quand elle sortira. la semaine prochaine je posterais un OS en rapport avec les événement de ce week-end.

Voila je pense avoir fait le tour.

A non j'ai oublier! MERCI MERCI MERCI d'avoir tout lut jusqu'ici vous pouvez pas imaginer à quel point ça me fait plaisir!

Gros bisous et à la semaine prochaine!