Bonheurs Chapitre 1

Sydney entra dans les locaux du SD6 et se dirigea vers son bureau. Alors qu'elle allait s'asseoir, elle vit une jeune femme brune qu'elle ne connaissait pas, sortant du bureau de Sloane. Sydney s'assit et se tourna vers son coéquipier, Dixon.

- Qui est-ce ?

Dixon se retourna pour regarder la nouvelle venue et répondit :

- Je ne sais pas. Elle est arrivée il y a une heure et elle est allée directement dans le bureau de Sloane. Elle vient peut-être d'une de nos antennes locales.

- Peut-être…

Sydney consulta les dossiers qui se trouvaient sur son bureau, tout en jetant régulièrement un coup d'œil vers l'inconnue qui discutait avec Marshall. Elle s'inquiétait de cette apparition soudaine de nouveau personnel. En général, ça ne présageait rien de bon. Elle soupira en pensant qu'elle devrait en parler à Vaughn. Au bout de quelques minutes, l'inconnue quitta les locaux du SD6 d'un pas assuré.

Will ferma le dossier que son patron venait de lui remettre et leva les yeux au ciel. Cela faisait la troisième fois qu'il voulait laisser tomber l' « affaire Danny Hecht » et qu'il se retrouvait obligé par les événements à reprendre l'enquête. Il n'était pas du genre à se laisser impressionner facilement, mais il commençait à avoir peur. Pourquoi toutes les personnes à qui il parlait du SD6 se braquaient systématiquement ? Et pourquoi sa route se pavait-elle de morts inexpliquées ? Quel était le lien entre Danny et le SD6 ? Il posa le dossier et leva les yeux vers la personne qui se tenait devant son bureau. Il tomba immédiatement sous le charme de la jeune femme brune qui le fixait de son regard sombre, perçant et envoûtant.

- Vous êtes Will Tippin ?

- Oui. A qui ai-je l'honneur ?

La jeune femme s'assit et répondit :

- Je m'appelle Victoria White. J'ai des renseignements pour vous concernant le SD6.

Will lui lança un regard inquiet et murmura :

- Comment savez-vous…

- J'ai mes sources. Je peux vous aider dans votre enquête sur la mort de Danny Hecht. Je sais qui l'a tué.

- Qui ?

- Je ne veux pas parler de ça ici. On peut aller dans un endroit sûr ? Chez vous, par exemple ?

- Chez moi ?… Oui, pourquoi pas… Je préviens mon chef.

- Je vous attends dans le parking.

La jeune femme quitta la salle de rédaction sous le regard surpris de Will qui se demandait qui pouvait bien être cette jeune femme. Il appela sa rédactrice en chef pour lui dire qu'il devait s'absenter pour une affaire personnelle et qu'il allait manquer la conférence de rédaction. Elle lui passa un savon mais l'autorisa à partir. Will raccrocha et se précipita vers le parking, espérant que la jeune femme n'aurait pas disparu. A son grand soulagement, celle-ci l'attendait à côté de sa voiture. Le journaliste s'approcha et demanda :

- Comment saviez-vous que c'est ma voiture ?

- Je sais beaucoup de choses, Monsieur Tippin. On y va ?

Ils montèrent en voiture. Le trajet se déroula dans le silence. Will mourait d'envie de poser des questions, mais il savait qu'il devait attendre d'être arrivé pour commencer à interroger sa mystérieuse informatrice.

Une fois chez Will, la jeune femme s'assit pendant que le journaliste lui servait un verre de soda. Puis, il s'assit sur la table basse du salon, juste en face d'elle.

- Maintenant qu'on est arrivé, je vous écoute.

- Tout d'abord, vous devez savoir que White n'est pas mon vrai nom…

- Et…

- Je suis désolée, mais pour votre sécurité, je ne préfère pas vous le dire. Et, n'essayez pas de le trouver par vous-même, vous n'y arriverez pas. Pas même avec mes empreintes digitales, lui dit-elle en souriant et en lui tendant le verre vide.

Will lui prit le verre des mains et sourit à son tour.

- Je vous écoute, Miss White.

- Appelez-moi, Vic.

- C'est votre vrai prénom ?

- Oui… Tout d'abord, je veux vous demander de me jurer que tout ce que je vais vous dire va rester entre nous.

- Promis.

- Si je vous le demande, c'est parce que si le SD6 apprend que je vous ai parlé, vous serez en danger et moi aussi. Et aussi toutes les personnes que vous aimez.

- Je vous jure que rien ne sortira d'ici.

La jeune femme s'installa plus confortablement dans le canapé et soupira.

- Le SD6 est une organisation gouvernementale. En fait, c'est une branche secrète de l'armée. Leur travail est de concevoir des armes biologiques et Daniel Hecht en faisait partie.

- Je ne vous crois pas. Danny n'était pas le genre à créer des horreurs pareilles.

- Il ne le savait pas. Il pensait qu'il était payé pour trouver des vaccins. En fait, c'est vraiment ce qu'il faisait. Mais, ses travaux étaient détournés par les militaires pour en faire des armes biologiques.

Will passa une main dans ses cheveux blonds. Il avait l'air abattu. Jamais il n'aurait cru que Danny pouvait faire partie d'une organisation secrète.

- C'est le SD6 qui l'a tué ?

- Danny avait découvert les véritables buts de ses travaux et voulait tout arrêter. Il a menacé ses supérieurs d'aller voir la presse, je pense qu'il parlait de vous, et de tout raconter au public…

- Alors, ils l'ont tué…

- Oui.

- Comment le savez-vous ?

- J'étais une de ses collègues. Je suis informaticienne et j'étais chargée de sauvegarder les travaux de Danny et des autres chercheurs sur micro-disques.

- Vous avez des copies de ces disques ?

Elle le regarda d'un air inquiet.

- Même si j'en avais, je ne vous les donnerais pas. C'est trop dangereux. Pour vous, comme pour moi. Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais je mets nos vies en jeu en vous parlant du SD6.

- Je comprends, mais…

- Je vous en prie. Ne me faites pas regretter ce que je viens de faire… Vous m'avez promis…

Will se tut, embarrassé. Son instinct de journaliste lui disait qu'il lui fallait à tout prix mettre la main sur ces disques, mais son cœur se serrait en voyant le regard paniqué de la jeune femme qui se tenait en face de lui. Il soupira et promit à nouveau :

- Je vous jure que je ne chercherais pas à mettre la main sur les travaux de Danny.

- Merci.

Elle se pencha vers lui et lui prit la main.

- Vous ne pouvez pas savoir comme ça me soulage… lui dit-elle doucement en souriant.

Will se sentit soudain mal à l'aise et dégagea sa main. Puis, il se leva et commença à faire les cent pas dans le salon.

- Il y a une chose qui m'embête encore dans votre histoire. Pourquoi vous êtes venue me voir et comment êtes-vous arrivée jusqu'à moi ?

- Danny m'avait parlé de sa fiancée…

- Sydney Bristow.

- C'est ça et il m'avait aussi parlé de vous et de certains de vos amis.

- Vous étiez proches ?

- Je peux dire que nous étions amis, même si ne nous ne sommes jamais rencontrés en dehors du travail, secret défense oblige. Quand il a été tué, j'ai tout de suite compris ce qui s'était passé et j'ai décidé de venir vous voir.

- Alors, pourquoi ne pas l'avoir fait tout de suite ?

- Danny ne m'avait jamais dit votre nom de famille, ni le celui du journal pour lequel vous travaillez. J'ai du faire des recherches pour vous retrouver et encore, je n'étais pas sûre de moi quand je vous ai parlé tout à l'heure au journal.

Will s'arrêta devant la fenêtre et jeta un coup d'œil dehors. Le soleil brillait sur Los Angeles et, malgré ce qu'il venait d'apprendre, le jeune journaliste se sentait serein. Au bout de quelques secondes, il sentit une main sur son épaule et se retourna vivement. Il se retrouva face à face avec Vic qui le regardait, inquiète.

- A quoi pensez-vous ?

- A rien… J'ai besoin de prendre l'air… Vous m'accompagnez ?

- Désolée. J'ai un rendez-vous dans une heure. Vous voulez bien me raccompagner jusqu'au journal, ma voiture y est restée.

Sydney sortit du Crédit Dauphine et envoya un message à Vaughn. Elle voulait lui parler le plus rapidement possible de la jeune femme qu'elle avait vu au SD6. Il lui donna rendez-vous deux heures plus tard et Sydney dut se résoudre à attendre. Elle rentra chez elle et trouva Fran qui lui sauta dessus pour lui demander de venir faire les boutiques avec elle. La jeune femme accepta de bonne grâce et elles partirent donc bras dessus, bras dessous pour dépenser leurs économies. Au bout d'une heure, fatiguées, elles décidèrent d'aller prendre un café. Elles se dirigèrent donc vers le « Café Français » et s'installèrent à la terrasse. Elles discutaient lorsque le regard de Sydney fut attiré par un visage connu. Elle tourna doucement la tête et son regard croisa celui de Michael Vaughn qui était installé à une table à l'intérieur du café en compagnie d'une jeune femme. Sydney eut un sursaut en reconnaissant la femme : c'était l'agent du SD6 qu'elle avait vu plus tôt dans la journée et dont elle voulait justement parler à son intermédiaire de la CIA. Fran, qui avait remarqué son air ahuri, lui demanda :

- Que se passe t'il, Syd ? On dirait que tu as vu un fantôme.

L'agent double se tourna vers son amie et lui fit un grand sourire.

- C'est rien. J'ai cru reconnaître un ex-boyfriend. Mais, ce n'était pas lui. Tu disais ?

Fran continua son monologue. Sydney l'écouta d'une oreille, tout en lançant un regard vers Vaughn et la jeune femme de temps en temps.

Michael sursauta lorsque son regard croisa celui de Sydney.

- Mike, ça va ?

- Oui. Que disais-tu, Vic ?

- Que je suis très heureuse d'avoir pu te revoir. Ca faisait tellement longtemps…

- Cinq ans… C'est bien que ta banque t'ait muté ici.

- Oui. Tu travailles toujours dans ce cabinet d'expertise comptable ?

- Toujours.

Michael lança un regard en direction de Sydney et soupira. Vic suivit son regard et reconnut l'agent du SD6. Elle demanda à Michael :

- Tu la connais ?

- Qui ?

- La jeune femme, là-bas, répondit-elle en désignant Sydney d'un geste.

- Non. Elle ressemble à quelqu'un que j'ai connu et j'ai cru que c'était cette personne. Mais, je me suis trompé.

- Ah.

Vic n'avait pas l'air convaincue et Michael dut faire un effort pour détourner son attention de Sydney.

Sydney entra dans l'entrepôt et se dirigea d'un pas assuré vers Michael Vaughn.

- Bonsoir.

- Bonsoir, Sydney.

- Michael, il faut que je te parle. Je t'ai vu tout à l'heure, au « Café Français ».

- Je sais.

- Tu sais aussi que la femme avec qui tu étais est un agent du SD6 ?

- Je sais.

Sydney se laissa tomber sur une chaise, surprise.

- Tu veux bien m'expliquer ce qui se passe ?

- Victoria Garnier est ma sœur. Enfin, pas exactement. Après la mort de mon père, ma mère a épousé Marc Garnier. Ce dernier avait une fille, Victoria.

- Et elle fait partie du SD6.

- Oui. Je le sais depuis deux ans. Je l'ai découvert lors d'une enquête sur le SD6.

- Elle sait que tu es de la CIA ?

- Non. Elle croit que je travaille dans un cabinet d'expertise comptable. En fait, c'était ma couverture quand j'ai commencé à la CIA.

- Si je comprends bien, elle est un agent double sans le savoir.

Michael sourit et répondit :

- Tu as raison. Mais, je n'ai pas le choix. Lorsque Devlin a appris que j'avais un agent du SD6 dans ma famille et que cet agent allait être muté à Los Angeles, il m'a ordonné de la surveiller.

- Mais, je suppose qu'elle ne t'a jamais parlé de son boulot ?

- Non, donc j'aimerais bien que tu me tiennes informé de ses agissements au sein du SD6.

- Tu sais, j'ai eu peur en la voyant débarquer là-bas. En général, lorsque de nouveaux agents arrivent, ça veut dire que Sloane a quelque chose derrière la tête et que quelqu'un risque d'y rester.

- Je comprends. Sois prudente. J'aime beaucoup Vic, mais si elle doit te faire tu mal, je…

- Ne t'en fais pas. Il ne m'arrivera rien !