Raven

Disclaimer : Les personnages de The Sentinel et Stargate SG-1 ne m'appartiennent pas. Ils appartiennent à leurs productions et à leurs scénaristes respectifs. Le personnage de Scilia lui appartient (enfin plus tout à fait). Aucun fantôme ni aucun extra-terrestre n'ont été martyrisés pour l'écriture de cette fic…

Style : C'est un cross-over entre les séries « The Sentinel » et « Stargate SG-1 ». C'est également une fic slash (baisers et plus entre hommes).

Résumé : Daniel Jackson va découvrir que la ville de Cascade a abrité des extra-terrestres.

Auteur : Cybelia - cybelia_mail@tiscali.fr

Note de l'auteur : Cette fic est la suite de « Virus ». Merci à Scilia de m'avoir permis de l'introduire dans mon univers. Les références mythologiques sont authentiques (prises à l'adresse suivante http://site.voila.fr/corbeaux/page5.html), je les ai juste un peu arrangées à ma sauce.

1er jour

Dimanche, 17h24, Cascade :

                   Daniel sortit de l'ascenseur le cœur battant à tout rompre. Il n'avait pas revu Blair depuis six mois, depuis son départ du SGC. Maintenant que l'homme qu'il aimait ne se trouvait plus qu'à quelques mètres, il hésitait. Et si Blair ne voulait plus me voir… Daniel secoua la tête en soupirant. Il se souvint des lettres que le jeune anthropologue lui avait envoyé et ses doutes disparurent. Il s'apprêtait à sonner lorsqu'il entendit la porte de l'ascenseur s'ouvrir derrière lui, découvrant Jim Ellison portant deux énormes sacs de provisions.

Jim :                   Daniel ! Quelle bonne surprise !

Daniel :                   Bonjour Jim ! Vous voulez un coup de main ?

Jim :           Ca n'est pas de refus.

Il lui donna le moins lourd des deux sacs et prit ses clés.

Jim :                   Blair va être ravi de vous revoir. Il n'est pas là pour l'instant. Il avait des rapports à finir, mais il ne devrait pas tarder.

Daniel suivit le grand policier à l'intérieur. Jim repris le sac à provisions et se dirigea vers la cuisine. Quand il revint, Daniel était toujours debout dans l'entrée.

Jim :                   Asseyez-vous. Je vais ranger les courses.

Le jeune homme ôta son sac à dos et s'assit. Mais il n'arrivait pas à tenir en place et rejoignit le policier dans la cuisine. En le voyant, Jim lui sourit.

Jim :                   Comment vont les autres ?

Daniel :                   Très bien ! Vous avez le bonjour de tout le monde.

Jim :                   Est-ce que Sam et Jack se sont enfin décidés ?

Daniel le regarda, surpris. Devant son regard interrogateur, Jim se mit à rire.

Jim :                   Vous savez, ils ne sont pas très durs à comprendre ces deux-là !

Daniel rit à son tour.

Daniel :                   Pour l'instant, il n'y a rien de neuf. Je fais tout mon possible pour les pousser l'un vers l'autre, mais je crois que la peur des conséquences est plus forte que leur amour. Pour l'instant…

Jim comprit qu'il ne parlait pas uniquement de Sam et Jack, mais aussi de Blair et lui.

Jim :           Je vais devoir partir, mais vous n'avez qu'à attendre Blair ici.

Daniel :                   Vous travaillez ce soir ?

Jim :                   Non, un de mes amis d'école, Bobby Donnell, est venu à Cascade pour me présenter sa fiancée, Lindsay Dole. Ils sont avocats à Boston et ne peuvent rester que deux jours, alors ce soir, je dîne avec eux. Je suis content que vous soyez là, comme ça Blair ne passera pas la soirée tout seul à regarder la télé en mangeant des trucs immondes…

Daniel sourit et suivit Jim dans le salon. Il s'assit pendant que le policier montait se changer. Quand il redescendit, Daniel se dit qu'il avait de la chance que Blair soit amoureux de lui et non de son coéquipier. Jim était vraiment séduisant. Daniel secoua la tête en se demandant ce qu'il lui prenait de penser des trucs pareils…

Jim :                   Bon, j'y vais. Blair ne devrait plus tarder. Bonne soirée !

Daniel :      A vous aussi !

Une fois Jim parti, Daniel se laissa tomber sur le canapé et sortit un livre de son sac. Il se mit à lire mais, au bout de quelques minutes, il s'aperçut qu'il venait de parcourir trois fois la même ligne sans en comprendre un mot. Il ferma le livre et le rangea. Il était extrêmement nerveux. Il se leva et se dirigea vers la terrasse. Il ouvrit la fenêtre et prit une grande inspiration avant de sortir sur le balcon. L'air était frais mais il avait bien besoin de ça pour se calmer les nerfs. Le bruit de la ville lui parvint et il sourit en regardant les bâtiments s'illuminer les uns après les autres pendant que la nuit tombait. Il était tellement fasciné par ce spectacle qu'il n'avait pas entendu la porte d'entrée s'ouvrir. Il sursauta en entendant une voix derrière lui.

Blair :                   Daniel, c'est toi ?

Daniel se retourna. Un large sourire éclairait le visage de son ami. Blair s'approcha et le prit dans ses bras. Daniel sentit le désir accumulé depuis plusieurs mois le submerger et il se fit violence pour ne pas serrer Blair contre lui à l'en étouffer.

Blair :                   Pourquoi tu ne m'as pas prévenu ?

Daniel :      Je voulais te faire la surprise.

Blair :                   C'est réussi !

Blair remarqua que son ami tremblait.

Blair :         Tu as froid ? Viens à l'intérieur !

Daniel le suivi en silence. Il n'avait pas froid, au contraire. Un feu intérieur le consumait depuis qu'il avait revu Blair. Lui qui était si cartésien ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il n'avait jamais ressenti ça pour personne, même pas pour Sha're.

Blair :         Tu as faim ?

Daniel s'aperçut avec surprise qu'il était affamé. Il n'avait rien mangé dans l'avion – Il avait beau visiter d'autres planètes, il avait toujours autant de mal à supporter les voyages dans les airs – et son estomac criait famine. Il suivit Blair dans la cuisine. Son ami avait commencé à sortir des ingrédients et des ustensiles.

Blair :         Je vais te faire mon plat préféré. C'est un plat que j'ai créé à partir de plusieurs recettes indiennes. Je te préviens que c'est plutôt épicé.

Daniel :      Je suis sûr que j'ai mangé pire sur certaines planètes.

Ils se mirent à rire. Daniel commençait à se sentir plus détendu. Il aida Blair à préparer son plat et eu un peu peur en le voyant mettre une poignée d'épices dans la casseroles.

Daniel :      Tu veux que je meure de soif ?

Son ami le regarda, une lueur coquine dans les yeux.

Blair :                   Non. Ce n'est pas une épice comme les autres. C'est du gingembre…

Daniel rougit violemment. Blair éclata de rire.

Blair :         Si tu deviens rouge avant de goûter à mon plat, qu'est-ce que ça va être après !

Daniel ne put s'empêcher de rire à son tour. Puis, Blair annonça que le plat était prêt. Pendant que Daniel sortait les couverts du placard que son ami lui avait indiqué, celui-ci préparait le salon pour leur repas. Il installa des coussins autour de la table basse et tamisa les lumières. Daniel sourit en voyant les préparatifs. Il apporta les couverts et s'assit. Blair fit le service, puis s'installa en face de son ami.

                   Ils parlèrent de tout et de rien pendant le repas, en évitant soigneusement le seul sujet qui leur tenait réellement à cœur. Le plat était vraiment très épicé et Daniel avait l'impression qu'il allait exploser de chaud. Il enleva son pull sous le regard amusé de Blair.

Daniel :                   Ouah ! J'ai déjà mangé des trucs forts, mais je crois que rien n'est comparable à ça !

Blair :         Je te l'avais dit !

Ils attaquèrent le dessert, une glace, qui apaisa un peu le feu qui brûlait dans les gorges des deux hommes.

Daniel :      Je comprends maintenant pourquoi Jim n'aime pas ta cuisine.

Blair :         Eh oui, les papilles gustatives d'une Sentinelle sont trop sensibles pour ce genre de choses.

Daniel soupira. Il commençait à se sentir mal. Il avait chaud, trop chaud. L'effet apaisant de la glace n'avait pas duré. Blair s'en aperçut.

Blair :         Tu n'as pas l'air bien. Tu devrais prendre une douche, ça te rafraîchirait.

Daniel :      Tu as raison.

Il ramassa son sac et suivit son ami jusqu'à la salle de bain. Blair lui prêta un peignoir et lui montra où trouver des serviettes supplémentaires.

Blair :         Je vais ranger la glace, sinon Jim va encore râler. Prends tout ton temps.

Daniel :                   Merci.

Une fois Blair sorti, Daniel ouvrit les robinets et se déshabilla. Quand il entra dans la cabine de douche, il soupira de soulagement. L'eau tiède lui faisait un bien fou. Il se tourna de façon à ce que le liquide coule sur sa nuque et le long de son dos, puis appuya son front brûlant sur les carreaux blancs.

Blair rangea les restes dans le frigo et mit la vaisselle dans l'évier. En revenant dans le salon, il écouta les bruits provenant de la salle de bains. Dommage que je n'ai pas l'ouïe de Jim… Blair n'entendait que l'eau couler. Il s'inquiétait un peu pour Daniel. J'espère qu'il n'est pas trop mal… Il se dirigea vers la porte et hésita quelques secondes. Puis, il entra.

Daniel avait entendu Blair entrer dans la salle de bain. Il n'avait pas bougé, les yeux fermés, les bras serrés contre son torse. Lorsqu'il entendit la porte de la cabine de douche s'ouvrir, il murmura.

Daniel :                   Entre.              

Blair s'exécuta et referma la porte. Il posa les mains sur le dos de Daniel et sentit les muscles contractés de son ami. Alors, il commença à le masser doucement. D'abord les épaules, puis il descendit sur le dos. Daniel se détendit peu à peu. Les mains de Blair continuèrent à descendre doucement. Elles s'arrêtèrent sur les reins de Daniel. Blair n'osait pas aller plus loin. Alors, Daniel se retourna. Ils se retrouvèrent face à face, leurs lèvres à quelques centimètres. Ils s'embrassèrent et laissèrent enfin leur désir contenu depuis six mois se libérer.