Quelques rayons lumineux pénétraient dans mon petit appartement situé au centre-ville de Forks, la petite ville où je vis depuis maintenant presque dix ans. Il était à peine six heures trente du matin et j'étais déjà prête à affronter la rentrée scolaire en tant qu'enseignante pour la deuxième fois de ma carrière. Assise sur le canapé de cuir, je vérifiais à ce qu'il ne manque rien dans mon attaché-case. Je retrouvai une copie de mon baccalauréat entre deux feuilles peu importante. Je souris bêtement en me remémorant les quatre dures années de travail à l'Université pour obtenir ce bout de papier me permettant de réaliser mon rêve. Énervée, morte d'impatience de retrouver mes collègues et de faire la rencontre de mes nouveaux étudiants, je refermai la petite valise et je retournai à la salle de bain pour vérifier mon apparence. En huit ans, mon style vestimentaire n'avait pas très changé. Cependant, je tenais à avoir un allure fier pour cette première journée de cours. Déçue des vêtements choisis plus tôt, je retirai le t-shirt vert forêt pour me vêtir d'une chemise Ralph Lauren, achetée la veille lors d'une journée shopping avec l'épouse de mon père, Sue Clearwater et sa fille. Mes cheveux ne voulant pas coopérer, j'ai donc trouvé l'alternative parfaite ; la queue de cheval.

Je traversai à nouveau tout l'appartement, vérifiant l'horloge à tous les cinq minutes comme une gamine attendant impatiemment le Père-Noël ou quelque chose du genre. Je remarquai le bordel laissé sur les îlots de travail et je soupirai. La dernière semaine de vacances m'avait été particulièrement chargée entre la visite de ma mère, l'aide apportée à mon père pour le début des rénovations et mes sorties répétitives. Je remis la tâche à mon retour en fin d'après-mdi et je continuai de faire des remarques concernant la propreté de mon chez-moi.

Sept heure quinze arriva après une attente interminable. Je pris le matériel nécessaire et je quitta mon appartement pour me rendre à ma camionnette achetée en mars dernier, un Dodge Ram 1999 de couleur noire. Je démarrai rapidement le moteur et je fus au lycée en moins de dix minutes. Je garai ma voiture du côté des enseignants en jetant un oeil du côté du stationnement étudiant avec un brin de nostalgie en moi. Je me revoyais à cette époque-là entourée de mes bons copains. Le temps avait passé si vite, tout ça était effrayant.

Je poussai les portes et j'entrai dans l'établissement, fraîchement nettoyé par le concierge durant les vacances. D'ailleurs, l'homme d'une cinquantaine d'années me salua à mon passage vers le secrétariat. J'entrai dans le bureau de la secrétaire, Angela Weber qui était également l'une de mes meilleures amies. Elle avait déniché l'emploi en 2011 après le départ de Mrs Cope.

« Bon matin ! », s'exclama mon amie et collègue de son air jovial. « On se retrouve toujours au restaurant pour l'heure du déjeuner ? »

« Bien sûr que oui ! », dis-je avec fierté. « Jessica, Mike et Eric seront-ils de la partie ? »

« Normalement oui ! », répondit Angela à ma question. « Je t'ai imprimé ton horaire annuel, il est dans la pile derrière toi. »

« Merci Angie. », lançai-je en me retournant.

« Tu as trois groupes cette année, c'est super ! », m'annonça-t-elle en remarquant que je tenais ma cédule.

« Deux groupes de terminale et un de première. », me contentai-je de répondre d'un air satisfait.

« Tu vas t'amuser ma belle ! », dit-elle. « Passe une excellente matinée et rejoint moi ici dès que le battement du midi sonne. »

« Je serai à l'heure, ne t'inquiètes pas. », promis-je en souriant.

Je quittai le secrétariat pour me rendre au deuxième étage où ma classe était située. Je déverrouillai maladroitement la porte et je déposai tous mes trucs sur le bureau. Je paniquai pendant trois secondes lorsque ma tasse de voyage remplie de café se balança de tous les côtés. J'évitai un désastre sur les papiers laissés sur mon plan de travail en juin dernier. Je jetai un coup d'oeil aux affiches installées dans ma classe qui étaient différentes de celles de Mr Berty qui avait la possession de cette classe avant sa retraite. Avant l'arrivée des étudiants, je me dépêchai à saluer mes collègues en passant par la classe de Mr. Mason, Mrs. Goff et je croisai le Coach Clapp dans les couloirs, débordant d'énergie comme à l'habitude. Plus les minutes avançaient, plus le lycée se remplissait d'étudiants. Je retournai m'enfermer dans ma classe, réfléchissant à mon discours de bienvenue jusqu'à ce que la sonnerie de mon nouvel iPhone me sorte de mes pensées. J'ouvris la sections SMS et je remarquai un message d'encouragement provenant de mon meilleur ami, Jacob Black.

Jessica m'a prévenu pour le déjeuner, on se retrouve au restaurant.
Bon succès pour cette première journée.
Bisous.

Il avait toujours eu les bons mots pour m'encourager et m'aider à faire face aux épreuves les plus tordues les unes que les autres. Presque dix ans d'amitié et je ne le regrettais pas du tout. Je me contentai de répondre par un simple merci en prenant bien soin d'ajouter un smiley pour qu'il retirer l'air monotone que j'employais la plupart du temps dans mes messages textes. J'allais fêter mes 27 ans dans dix jours et j'avais l'impression d'en avoir quarante. Malgré mes nombreux projets, je ne me sentais pas à l'aise concernant ma jeunesse. J'ai dû être confrontée à plusieurs épisodes dépressifs durant mon jeune âge qui me rendaient différentes des autres filles de mon âge. J'ai connu mes premières fêtes et sorties dans les bars à 22 ans alors que mes amis en avaient vu de toutes les couleurs.

J'avais toujours cette manie de me comparer à mes copines. Jessica s'était mariée en juillet avec Mike Newton et ils avaient un fils de trois ans, une maison et de forts revenus puisqu'ils étaient maintenant propriétaires de la boutique des parents de Mike, où j'ai travaillé pendant deux ans. Quant à Angela, elle vivait une palpitante vie avec Eric Yorkie dans une charmante maison près de chez Charlie, mon père. Je pensai notamment à Lauren Mallory qui avait percé comme mannequin. Aux dires de Jessica, elle était en couple depuis peu avec Tyler Crowley et ils vivaient à Santa Barbara. Ben Cheney était un musicien, peu connu mais épanoui. Puis il y avait finalement les gars de La Push, réunis ensemble pour le meilleur et pour le pire avec toute la vie devant eux.

J'enviais mes amis qui avaient trouvé leur source de bonheur alors que je n'arrivais pas à m'épanouir totalement. Ma mère ne cessait de me répéter que j'étais encore jeune et que j'avais la vie devant moi. Ma famille était aimante, mon métier me satisfaisait grandement, je possédais les meilleurs amis qu'on pouvait avoir et j'avais un projet d'adoption en cours, mais il me manquait un je-ne-sais quoi pour me faire sentir bien.

Le battement de cloche retentit et je stoppai à nouveau mes pensées pour me placer devant la porte afin de saluer tous mes élèves. Comme premier groupe, j'accueillais des premières années peu à l'aise. Je devais trouver le moyen de retirer toute cette terreur qu'ils avaient dans leurs yeux face au lycée, un établissement scolaire totalement différent de ce qu'ils avaient connus.

« Bonjour à tous, bienvenue dans votre classe de littérature. », lançai-je lorsque je remarquai que la classe était complète. « Bon nom est Isabella Swan, plutôt Mlle Swan, 27 ans et j'en suis à ma deuxième année d'enseignement. »

Je remarquai leurs airs timides qui me faisaient penser au mien lors de mon arrivée à Forks, au beau milieu de mon année de seconde. J'éprouvai beaucoup de pitié pour ceux-ci et je tentais tant bien que mal d'être amusante dans mes propos. Mon côté « maternel » était bien développé depuis l'arrivée de Andrew, le fils de Jessica et Mike. Ce petit garçon était un bijou et j'appréciais beaucoup lorsque ses parents me proposaient de le garder pour quelques heures. Je tentai de materniser mes étudiants de première année, même si ce n'était pas la meilleure chose à faire.


Voilà ce qui conclut le premier chapitre de cette fiction.
J'espère que vous avez apprécié.
À très bientôt pour la suite,
Bisous. (: