Hello hello ! Me revoilou !

Comme promis, voici ma nouvelle fic Clexa, un AU cette fois-ci.

Je tenais à vous remercier de l'accueil fait à "Yu Keryon laik ain", ca fait chaud au coeur !

Comme beaucoup ici, je suppose que vous trépignez d'impatience de voir la S3 de The 100 dans 15 jours ... En tout cas, moi j'en peux plus d'attendre XD

Bref, voici donc une toute nouvelle fic, AU, se passant dans le milieu universitaire qui se divisera en 2 parties. La première est plus conséquente que la seconde, mais il faudra bien compter pas loin d'une quinzaines de chapitres pour cette fic. Elle n'est pas finie, mais rassurez-vous vous aurez la fin ;)

En attendant, voici ce début. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

ENJOY


La rentrée

Elle avait les yeux rivés sur l'immense bâtisse de briques rouges. Le stress commençait à l'envahir, armée de ses deux énormes valises et de son sac à dos bien rempli. A présent, et pendant 5 longues années, cette bâtisse serait sa maison, elle qui n'avait jamais quitté le nid familial.

Polis… Polis High University était l'école de l'excellence. Seuls y entraient les meilleurs des meilleurs dans leur pôle de prédilection. Une sélection ardue triait les candidats avant leur entrée : des entretiens, des tests et encore des entretiens. C'était le parcours du combattant pour tous les candidats à l'entrée à cette grande université.

Mais elle, elle avait réussi. Elle n'y croyait pas et pourtant sa mère l'avait poussé à se présenter. Elle-même avait fait ses classes à Polis dans la branche médicale et était devenue un grand médecin reconnu de tous. Et même si elle avait espéré que sa fille suive ses traces, elle du faire des compromis : oui sa fille se présenterait bien à Polis mais dans sa branche de prédilection : l'art.

C'était la première fois qu'elle partirait de chez elle aussi longtemps. Après la mort de son père, elle avait eu le droit à un traitement plus que rapproché de sa mère : surprotégée, choyée, elle était la petite princesse à qui tout réussissait et qui avait tout ce qu'elle désirait.

Pour autant, elle n'avait jamais eu ce comportement de petite fille gâtée, arriviste et égoïste. Elle avait toujours travaillé dur pour en arriver au niveau où elle en était actuellement. Son entrée à Polis, elle ne la devait qu'à elle-même.

Et lorsqu'elle reçut la lettre d'acceptation, sa mère fut la personne la plus fière d'elle. Et aujourd'hui, elle s'installait dans cette immense bâtisse vieille de plus de 100 ans, qui avait fait la renommée du confort des étudiants ici.

« Tu seras bien ici. »

La jeune fille se tourna vers sa mère et sourit faiblement « Si tu le dis… »

« L'administration m'a assuré que tu serais avec Raven dans la chambre. C'est déjà ça. »

A l'entente du prénom de son amie, elle sourit, rassurée « Oui. »

« Bien allons-y. Pour réussir à ranger tout ce que tu as pris, il va nous falloir au moins l'après-midi. »

C'est ensemble, en trainant valises et sacs, qu'elles entrèrent dans le bâtiment. Ce qui marqua tout de suite fut la dissonance entre la façade et l'intérieur : si l'extérieur tendait à prouver que tout était ancien, à l'intérieur tout n'était que neuf et modernité : des ascenseurs, des tablettes tactiles de renseignements, des écrans géants dans les couloirs annonçant les nouvelles du jour… Même les clés de chambre étaient des cartes magnétiques.

« Wow, impressionnant. »

« Ce n'était pas comme ça de mon temps mais… Polis a toujours eu une pointe d'avance sur la technologie. La plupart de ce qui est là est étudié et crée par les étudiants du pôle ingénierie. »

« Wow… »

« Un jour, peut-être que tes tableaux orneront leurs murs aussi. »

Elles échangèrent un sourire avant de monter au deuxième étage, chambre 12. Dans le couloir, l'effervescence des installations étudiantes prônait : plusieurs familles installaient leur enfant dans leur nouvel environnement, celui qui serait le leur pour 5 ans à partir de maintenant.

« Nous y voilà. »

Lorsque la porte s'ouvrit, une jeune fille s'installait déjà, faisant avec difficulté son lit.

« Griffin ! »

« Raven, tu es déjà là ! »

« Ca fait un moment d'ailleurs. J'ai cru que tu n'allais pas venir. »

« On a eu du monde sur la route. »

« Oui, enfin c'est surtout que Clarke a eu un mal de chien à se décider à quitter sa maison. »

« Maman ! »

« Chérie, je dépose ça là, je retourne chercher le reste dans la voiture. »

« Ok. »

« Quoi parce que tu as encore des trucs ? »

« Mon matos à dessin… »

« Oh je vois, tu vas nous repeindre la chambre ?! » s'amusa la jeune latino.

« Qui sait… C'est assez morose ici. T'as eu le temps de faire un tour ? »

« Ouaip, y'a une cafétéria immense, et au sous-sol tout une série de machines à laver. Tu te rends compte : il y a même une supérette pour les petites courses rapides. Si on voulait, on pourrait ne jamais sortir d'ici. »

« C'est un peu le but non ? Polis veut des étudiants les plus présents qui soient sur le campus. »

« J'ai pas encore été voir le coin des mécanos, mais si c'est comme la salle d'art, je crois que je vais y passer mes jours et mes nuits. »

« Tu as vu la salle d'art ? »

« Yep, c'est un bâtiment à l'écart. Je suis entrée dedans en pensant que c'était ça notre dortoir. Ya des chevalets partout, des toiles, de l'argile… C'est un truc de malade. »

« Hâte de voir ça. » sourit la jeune fille « Je suppose que tu me laisses le lit de gauche. »

« Ah ouais désolée… »

« Pas de mal, peu importe. »

Elle posa un de ses sacs sur son lit, l'ouvrit et en sortit un cadre photo qu'elle posa de suite sur sa table de chevet.

« Il aurait été très fier que tu entres ici. » lança Raven

« J'espère. »

Elle soupira avant d'ouvrir son armoire et d'y déposer ses affaires les unes après les autres. Quelques minutes après, sa mère revint et déposer sur le coté un chevalet et quelques toiles ainsi qu'une mallette à dessin.

« Bon, je vois que ton installation avance bien, je vais te laisser. »

Clarke lui sourit avant de la prendre dans ses bras « Tu vas me manquer. »

« Accroche-toi Clarke, les premiers mois sont compliqués, mais je sais que tu vas y arriver. Tout ce qu'on te demande ici c'est de rester concentrer sur ton travail. »

« Oui, je sais, j'ai lu moi aussi la plaquette : le travail, toujours le travail. »

« Courage Clarke. On s'appelle ce soir, ok ? »

« Ok. »

Après une dernière longue étreinte et un baiser tendre, Abby Griffin laissa sa fille. Cette dernière ne le montra pas mais elle été touchée de voir sa mère s'éloigner, alors qu'elles avaient toujours été ensemble, depuis près de 18 ans. Elle suivit du regard le départ de sa mère au travers de la fenêtre de sa nouvelle chambre et ne lâcha pas la voiture avant que cette dernière ne disparaisse à l'horizon.

« Hey Griffin, tu comptes rester pendue à ta fenêtre tout le reste de la journée ? »

« Désolée, c'est juste que… »

« T'inquiète pas, si tu veux je te ferais de gros câlins le soir ! » gloussa Raven.

Clarke haussa les sourcils avant de finir de ranger ses affaires. Puis elle déplia son chevalet et y posa une toile vierge dessus.

« Tu vas peindre quoi ? »

« Aucune idée, c'est selon l'inspiration. »

Et alors que les deux jeunes filles finissaient de tout ranger, on frappa à leur porte et Raven alla ouvrir pour découvrir un jeune garçon, au sourire éclatant :

« Salut. »

« Salut les filles ! Dites, ce soir on fait l'intégration des nouveaux lors d'une soirée à l'Agora, ça vous dit de venir ? »

« C'est pas un truc du genre bizutage hein ? »

Le jeune homme sourit alors « Non je te rassure. Le bizutage est interdit ici. »

« Officiellement ou officieusement ? »

« A Polis, on aime pas les débordements. Pas d'alcool, pas de drogue, pas de drama. Alors, ça vous dit ? »

« Une fête sans alcool, c'est sérieux ? » s'étonna Raven

« La politique de l'école est très stricte là-dessus. Un étudiant prit avec de l'alcool sur le campus serait passible de renvoi définitif. Polis se charge donc de fournir ce qu'il faut comme boissons, matériels et locaux… Pour tout contrôler. »

« Wow… Impressionnant. »

« Bienvenue à Polis. » sourit-il « Alors, on peut compter sur vous ? »

Raven jeta un œil vers Clarke qui haussa les épaules signifiant un « pourquoi pas » puis elle se tourna de nouveau vers le jeune homme « C'est ok. Quelle heure ? »

« Vers 19h. Au fait, je m'appelle Finn, je suis en 2ième année, pôle Sport. »

« Raven, pôle ingénierie et la blonde muette c'est Clarke, pôle Art. »

« Cool, alors à ce soir les filles. »

« C'est ça, à ce soir. » lança Raven qui vit Finn s'éloigner « Il a une paire de fesses que j'aimerais bien tâter ! » s'exclama-t-elle, une fois la porte fermée

« Très classe. »

« Quoi ? On va passer 5 ans ici, y'a moyen de s'approvisionner sur place ! »

Clarke leva alors les yeux au ciel « Parce que tu penses que tu auras le temps pour ça ? »

« Quand on veut, on peut. Y'au toujours moyen … On en reparlera quand tu commenceras à sécher une heure de cours pour te prélasser le matin au lit avec ton amant… ou ton amante. D'ailleurs, t'as du bol toi, tu peux aller voir partout, tu as deux fois plus de possibilités ! »

« Que veux-tu, c'est ça les artistes. » gloussa ironiquement Clarke

« Sérieusement Clarke, je sais pas comment tu fais : depuis que je te connais, tu vaques d'une fille à un garçon… T'as pas une préférence ? »

La jolie blonde fronça le nez en réfléchissant « Hm… Nope. Ca marche souvent au coup de cœur. Comme toi en somme, sauf qu'il n'y a pas la barrière du sexe pour moi. »

« Veinarde… Tu vas t'amuser ici. »

« Je t'arrête tout de suite : je suis ici pour bosser. Ma mère n'a pas dépensé 15 000$ l'entrée pour que je m'envoie en l'air tous les soirs. »

« Certes. Voyons déjà la marchandise ce soir avant de dire ça ok ? »

Clarke haussa les sourcils, connaissant très bien son amie. A vrai dire, elle avait littéralement grandi ensemble : voisines, elles avaient suivi leur scolarité ensemble, jusqu'au lycée où elles avaient émis le souhait, toutes les deux d'intégrer Polis. Et si Raven avait eu un peu plus de difficultés que Clarke, elles avaient réussi ensemble, une fois encore. Elles se considéraient comme des sœurs et c'est à Raven que Clarke se confia lorsqu'elle eut des doutes sur sa sexualité. C'est à elle qu'elle se confia après sa première fois… Avec une fille, puis avec un garçon. Et finalement, elles s'étaient juré de ne jamais se quitter, quoiqu'il arrive.


« Hey Clarke, qu'est-ce que t'en penses ? Cette robe ? »

Raven défila dans la chambre habillée d'une petite robe d'été bordeaux arrivant juste au dessus du genou.

« Pas mal… Je savais pas qu'on devait s'habiller… comme ça. »

« Tu dis ça parce que t'as jamais porté de robe ! Tu devrais en essayer au moins une. »

« Non merci. Je vais mettre ce jeans et ce top et ça ira comme ça. »

« T'es désespérante. » souffla Raven avant de mettre ses bottines à talon.

Clarke sourit alors avant de mettre un léger gilet et c'est ensemble qu'elles quittèrent la chambre, remarquant, avec plaisir, que d'autres jeunes s'étaient décidés à rejoindre l'Agora.

Aucun ne savait réellement à quoi s'attendre lors de cette soirée.

« A ton avis c'est quoi l'Agora ? »

« Sur la plaquette, c'est écrit que c'est la salle de sport, là ou se déroule les matchs de basket, tennis, volley et autre… Elle doit être immense. »

« C'est rien de le dire… » lança Raven en pointant l'immense bâtiment se trouvant devant elles et d'où émanait une musique entrainante.

« Wow… Ils font pas dans la demi-mesure ici… » souffla Raven lorsqu'elles entrèrent et découvrirent des centaines et des centaines de ballons flottant au plafond, ainsi qu'une immense arche avec une banderole souhaitant la bienvenue aux nouveaux arrivants. Sur la droite, au fond de la salle, un immense buffet avec cocktails de fruits et petits fours. Et de l'autre une scène avec un DJ.

« Hey les filles ! Génial, vous êtes venues. Bienvenue. » lança Finn « Raven et … Clarke, c'est ça ? »

« C'est ça ! Vraiment sympa la fiesta. » lança Raven « Y'a que des premières années ici ? »

« Oh non, cette fête d'accueil est faite aussi pour que les 4ième et 5ième année se fassent la main : le DJ est en dernière année, le buffet a été fait par les 4ième année, option cuisine. Le tout a été chapoté par les dernières années, pécialistes dans l'événementiel… »

« Ah c'est un grand galop d'essai en somme. »

« Voilà. Je vous conduis au buffet ? »

« Avec plaisir. Clarke ? »

« Hm ? Je vous suis. »

Mais la jeune fille ne se sentait définitivement pas à l'aise : Raven avait toujours été la plus expansive des deux, toujours la plus volubile, la plus extravertie des deux. Clarke était casanière, préférant la compagnie de ses pinceaux et ses toiles à celle de ses comparses. Venir à Polis était aussi une occasion pour elle de se concentrer vraiment sur son travail, en minimisant les interactions avec ses semblables. Raven l'avait toujours taxée de rate de bibliothèque mais c'était ce que Clarke savait faire de mieux : se cacher derrière ses dessins.

« Un petit four ? » proposa Finn à la jolie blonde.

« Hm merci, oui. »

Raven se colla alors à Finn et posa sa main sur son épaule « Tu as une cavalière ? »

Le jeune homme sourit alors et l'attrapa par la taille « Maintenant oui. »

« Tu nous excuses Clarkie ? »

La jolie blonde leva les yeux au ciel en lui faisant signe d'y aller tandis qu'elle se planqua dans un coin, des petits fours dans les mains. Il y avait bien une centaine de personnes à cette soirée, tous semblant s'amuser tandis que Clarke, elle, s'ennuyait ferme : elle n'avait jamais été du genre à faire la fête… Et c'était encore plus vrai ici : elle était ici pour bosser par pour faire la fête. Et à force de passer le temps en grignotant, elle eut soudain la nausée : la chaleur environnante, la musique assourdissante…

« Hey, excuse-moi les toilettes c'est ou ? »

Une jeune fille lui répondit en lui montrant du doigt une porte à une trentaine de mètres alors. Clarke l'en remercia d'un signe de tête avant de s'engouffrer dans les toilettes, heureusement vides.

Elle entra dans un des toilettes et à peine eut-elle été à genoux qu'elle rendit l'intégralité du contenu de son estomac. Après quelques minutes, elle entendit la porte s'ouvrir et des rires résonner dans la pièce.

« Alors, tu penses quoi des petits nouveaux ? »

« Pas mal… Y'a de la matière … » gloussa une voix aigue.

« Les filles, cette soirée n'est pas faite pour remplir votre caddie à mecs… »

« Hey cap'tain, c'est pas parce que tu cherches pas qu'on a pas le droit de chercher nous. »

« Certes, mais n'allez pas trop loin, on a une réputation à tenir, surtout l'équipe. »

« Tu as vu de futures recrues ? »

« Pas encore, je verrais demain. »

« Tu viens ? »

« J'arrive. »

Puis la porte s'ouvrit et au bout de quelques secondes de silence, Clarke sortit et tomba nez à nez avec une jeune fille, l'air amusé.

« Oh… Je … je croyais être seule. » admit la jolie blonde, honteusement.

Sans rien dire, la jeune fille se recoiffa devant le miroir, et Clarke se pencha au dessus du lavabo, se rinçant la bouche discrètement. Ce n'est qu'en relevant la tête qu'elle vit la jeune fille la regarder avec amusement. Elle lui sourit timidement avant de s'essuyer la bouche. Elle se sentit soudain mal à l'aise en sentant ce regard vert sur elle, la toisant de haut en bas.

Et alors qu'elle s'apprêtait à s'expliquer, la jeune fille sourit puis sortit des toilettes, laissant Clarke pantoise et seule.

Au bout d'une longue minute, elle sortit et retrouva l'effervescence de la soirée. Elle croisa Raven et Finn, largement enlacés, sur la piste de danse. Elle leva les yeux au ciel, amusée, avant de regarder sa montre : il était à peine 22h, et elle s'ennuyait déjà.

Elle imaginait pouvoir partir dès maintenant, mais Raven, à coup sûr, noterait son absence et finirait par la suivre dans leur chambre. Elle ne voulait pas être ni un boulet, ni un frein, alors elle resta, préférant se cantonner à un coin de la salle, un verre de jus de fruit à la main.

Elle s'adonna à son jeu favori alors : scruter la foule et essayer de percevoir les groupes phares comme les populaires, les intellos ou encore les sportifs.

Elle détailla alors et tomba sur un groupe de garçons, plutôt baraqués, qui semblaient vraisemblablement être des sportifs. Elle nota un jeune homme qui sortait du lot : grand et fort, des tatouages dans le cou, le crâne rasé. Il était accompagné d'une jeune femme à la beauté peu commune : les yeux bridés, le nez fin, un maquillage charbonneux et d'une tignasse sauvageonne. Il la tenait par la taille, elle avait posé ses mains sur une de ses épaules ils devaient être en couple, à n'en pas douter.

Puis elle vaqua son regard ailleurs et tomba sur un groupe de trois jeunes garçons qui semblaient être en première année aussi. Un asiatique, un blondinet et un original qui avait mis, on ne sait pourquoi, une paire de lunettes de ski sur son crâne.

Puis son regard fut attiré vers une jeune fille qui dansait langoureusement sur la piste. Elle la reconnaissait : c'était celle qu'elle avait croisé dans les toilettes. Elle se souvenait de ses yeux perçants, d'un vert d'eau profond, sa silhouette longiligne et parfaite : dans un mini short en jeans et un débardeur affichant une tête de mort, elle semblait si frêle, et pourtant Clarke ne savait pas pourquoi, mais elle imaginait cette fille avec un charisme que tous respectait.

« Hey Clarke, t'es là ! » s'essouffla Raven, luisante de sueur « Super soirée hein ? »

« Ouais… » feignit la jolie blonde

« Alors, t'as vu des proies potentielles ? »

« Arrête. Je ne suis pas venue pour ça… »

« Je crois que j'ai une touche avec Finn, sérieux, il est trop craquant. »

« Ne fais rien de stupide ce soir, s'il te plait. »

« Promis … Mais si tu ne me vois pas rentrer ce soir… »

« Raven, je t'en prie, on est là que depuis quelques heures à peine … Tu peux pas attendre un peu ?! »

« Rabat-joie, on a qu'une vie ! T'inquiète, mes poches sont pleins de capotes. Bon Dieu, essaies de t'amuser aussi, tu fais plante verte là. »

« Je vais rentrer je crois. »

« Tu vas pas me laisser quand même ? »

« Tu te débrouilles très bien. »

« Alors je rentre. »

« Hors de question, amuse-toi, je suis fatiguée c'est tout. »

« T'es sûre ? Clarke ? »

« Promis. Allez, amuse-toi. »

Raven ne se fit pas prier et retourna sur la piste où l'attendait Finn. Clarke jeta un regard un peu partout en espérant pouvoir sortir en toute discrétion. Elle se fraya un chemin au travers de la foule, récupéra sa veste au vestiaire et sortit. Elle fut surprise de la chaleur au dehors, mais soulagée de ne plus avoir ce bruit assourdissant dans les oreilles.

A peine eut-elle fait quelques pas qu'elle entendit quelqu'un grogner derrière un bosquet.

« Y'a… Y'a quelqu'un ? »

« Et merde ! »

Clarke hésita quelques secondes avant d'avancer de quelques pas et de tomber nez à nez avec la jeune fille des toilettes.

« Wow, désolée ! »

« Désolée aussi. »

Clarke recula un peu avant de juger la jeune fille « Un problème ? »

« Hm rien, j'ai laissé tomber mon portable … L'écran a bien morflé. » lança la jeune fille en agitant le téléphone meurtri

« Oh… »

« C'est pas grave, les Infos vont y jeter un œil demain. » sourit-elle

« Les Infos ? »

« Le pôle Informatique. Si un jour t'as un problème avec ton PC, MP3 ou portable, un conseil : file leur, ils se feront un plaisir d'y jeter un coup d'œil. »

« Merci pour l'astuce. »

« Je suis Lexa, pôle Sport. »

« Clarke, pôle Art. »

Elles se serrèrent la main et échangèrent un sourire « Première année non ? Sinon je t'aurais remarqué avant. »

« C'est ça. Et toi ? »

« 3ième. Tu pars déjà ? C'était toi aux toilettes non ? »

« Oui je… Je suis fatiguée. Longue journée aujourd'hui. »

Lexa lui sourit alors « C'est vrai. J'ai toujours dis qu'il fallait faire cette soirée d'accueil ailleurs que le premier jour. »

Elles restèrent l'une en face de l'autre, les yeux dans les yeux avant qu'un couple ne sortent de l'Agora, avec fracas, faisant sursauter les jeunes filles.

« Bon je vais te laisser alors. On se croisera surement quelque part. »

« Ouais, surement. »

« A bientôt Clarke. »

Lexa insista sur le prénom, claquant le "C" bien plus que de rigueur, lui donnant une consonnance particulière. Elle la suivit du regard, avant que Lexa n'entre de nouveau dans le bâtiment. Elle soupira alors et sourit : oui cette année à Polis risquait d'être assez intéressante.

TBC