Yoho tout le monde! Ce chapitre est tellement long que j'ai bien cru ne pas réussir à le publier aujourd'hui. Mais bon, ça aurait été dommage d'être à la bourre pour poster la fin. Voilà donc le dernier chapitre de cette histoire. J'espère que ça vous plaira!

"***"

La première chose que vit Hux en posant le pied dans la salle principale fut la table des juges et de leurs invités. Car aux côtés de Skywalker se tenaient non seulement Antilles à sa droite mais aussi Leia Organa à sa gauche. Elle était face à son époux dont le rire portait jusqu'à eux alors qu'il était en pleine discussion animée avec Calrissian. La dernière place était occupée par Palpatine qui tanguait dangereusement.

Ren dut les voir en même temps que lui car il marqua un temps d'arrêt.

_ Ca va aller ? lui chuchota Hux, inquiet à l'idée qu'une fois de plus Ren ne s'enfuit, le laissant seul en cuisine avec un menu géant à gérer.

_ Non.

Hux passa en revue tous les mots d'encouragement qu'il avait pu entendre au cours de sa vie mais il savait qu'il ne parviendrait pas à les sortir avec le ton approprié. La compassion était une émotion qu'il maîtrisait vraiment très mal. Même s'il ressentait un désagrément évident à la détresse de Ren.

_ Je ne vais pas pouvoir faire ça, ajouta ce dernier en baissant la tête.

_ Tu veux que je te tienne la main ? proposa Hux sans masquer l'ironie de sa voix.

_ Tu ferais ça ?

_ Bien sûr que non !

Ren secoua la tête.

_ T'es vraiment un connard, commenta-t-il.

_ C'est Chef Connard pour toi, répliqua Hux.

Cela eut au moins le mérite d'arracher un léger rictus à Ren qui prit une grande inspiration.

_ Allons-y ! déclara-t-il en reprenant son avancée.

Hux lui emboîta le pas avant de réaliser que tous les clients du restaurant avaient tourné la tête vers eux. Il se redressa, tendant le cou le plus haut possible et la colonne aussi droite qu'un manche à balai. C'était un vrai réflexe conditionné chez lui. A l'opposé, Ren baissa la tête le plus possible entre ses épaules, se déplaçant de sa démarche bestiale et effrontée.

Il fallut quelques secondes à Hux pour comprendre que ce qu'il entendait n'était nullement le son des tambours Ewoks mais des applaudissements qui s'élevaient d'un peu partout dans la salle. Et les juges leur souriaient de toutes leurs dents. Sauf Palpatine. Mais lui, il n'avait peut-être même plus de dents.

C'était un développement inattendu pour Hux. Pour Ren aussi, de toute évidence, car il était écarlate et n'avait d'intérêt que pour le sol. Hux se demanda furtivement s'il n'allait pas se prendre un mur à baisser la tête de manière aussi obstinée.

_ Ah ! Mes cuisiniers ! s'enthousiasma Skywalker qui se leva à leur arrivée.

Ses yeux étaient brillants et sa mine enjouée et Hux se demanda si le chef n'avait pas sifflé les verres de ses compagnons pendant l'apéritif. Ou il était peut-être juste réellement heureux de les voir. Hux n'aurait pu dire. En général, les gens n'étaient pas heureux de le voir. De voir Ren non plus en fait. Et pourtant, la table entière posait sur eux des regards bienveillants. Hux aurait été un homme de moins fort caractère qu'il aurait trouvé tout cela très angoissant.

_ Messieurs les membres du jury, salua-t-il, Chef Organa, monsieur Solo.

Cela fit pouffer le père de Ren. Et lever les yeux au plafond à ce dernier.

_ Juste Han ! dit Solo en se retournant vers Hux. Ou… beau-papa, souffla-t-il d'un ton conspirateur, dissimulant de la main sa bouche au reste de la table.

_ La ferme ! cracha Ren tel un chat écarlate.

Il paraissait sur le point de se jeter sur son père pour le transpercer à l'aide du premier couteau venu. Hux espérait que la présence des caméras l'en dissuaderait. Mais il devait reconnaître une chose au père de Ren. Il était étonnamment perspicace. Sans doute plus que son fils… mais ce dernier ne comptait pas vraiment puisqu'il avait autant de subtilité qu'un des murs du bunker… Ou même que le reste de la famille qui n'avait rien suivi de l'échange et les fixait avec sérénité. Solo, lui, avait décelé ce qui se tramait entre Ren et lui dès la seconde épreuve. A un moment où, d'après Hux, il n'y avait encore rien à voir. Il se demanda si le père de Ren soupçonnait tout ce qu'il s'était passé en cuisine aujourd'hui.

Il remarqua alors l'étincelle dans l'œil de Calrissian. Lui avait pu écouter la conversation et il arborait l'air amusé de celui qui sait. Hux s'attendait presque à le voir lever le pouce d'approbation en direction de Ren.

_ Chef Hux, reprit Skywalker toujours debout, Benny, si je vous ai demandé…

_ Excusez-moi de vous interrompre, fit Hux sans parvenir à contrôler sa bouche.

Il savait qu'il n'était ni raisonnable, ni stratégique de s'opposer au principal juge du concours mais il n'était pas du genre a laissé passer ce qui l'agaçait. Et il était des choses chez les Skywalker-Organa-Solo qui commençaient vraiment à lui courir.

_ Oui Chef Hux ? répondit paisiblement Skywalker.

_ Il n'y a personne dans mon équipe du nom de Benny, déclara Hux en croisant les mains derrière son dos pour dissimuler les tics nerveux qui secouaient ses doigts.

Il espérait vraiment qu'il n'était pas en train de torpiller leurs chances de succès. Mais sentir le regard incrédule de Ren posé sur lui en valait probablement la peine. Il remarqua aussi que le silence s'était fait autour de lui. A la table des chefs, plus personne ne parlait. Pas plus qu'aux autres tables. Même les Ewoks musiciens semblaient être entre deux morceaux.

Hux savait qu'à l'instar de tous les yeux, toutes les caméras étaient braquées sur lui et Skywalker. Il se força à rester impassible. Après des secondes de silence qui parurent interminables à Hux, le vieux chef éclata de rire. Un rire amusé ou dubitatif, Hux n'aurait su le dire. Il n'osa pas se détendre. Ce n'était peut-être là qu'une feinte avant de les disqualifier pour insolence ou Hux ne savait quelle autre bêtise.

_ Vous avez raison, Chef Hux, répliqua Skywalker. Vous avez raison. C'est juste que j'ai encore tendance à voir Ben comme le petit garçon qui piquait une crise quand il ratait la cuisson de ses asperges.

_ Oncle Luke ! protesta Ren.

Hux l'ignora et eut pour Skywalker un sourire en coin.

_ C'est une scène que je peux imaginer avec beaucoup de réalisme, concéda-t-il.

_ Hux ! s'offusqua à nouveau Ren.

Skywalker se rassit et croisa les mains devant lui. Sur la table, les bols de soupe de moelle fumants attendaient qu'on les déguste. Hux en remarqua un septième en bout de table et se demanda si un des invités s'était éclipsé ou s'il n'était tout simplement jamais venu. Il espérait juste qu'il ne s'agissait pas là d'une invitation à se joindre à la table. Il n'avait pas de temps à perdre en papotages inutiles.

_ Chef Hux, reprit Skywalker, Chef Solo…

Hux opina discrètement. Ren aurait probablement préféré que son oncle utilise son nouveau nom mais c'était déjà mieux que rien, un premier pas vers la reconnaissance par sa famille de ses talents de cuisinier.

_ …si je vous ai demandé de venir à notre table ce soir…

Les mains de Hux se crispèrent dans son dos. Il savait Ren aussi tendu que lui à ses côtés. Plus même car il était là sous les yeux de ses proches. Hux savait qu'il n'aurait pas fait le fier si à la place de Skywalker s'était trouvé son propre père.

_ … c'est tout d'abord pour vous encourager. J'ai tenu le même discours à la Petite Hutte et c'est quelque chose d'important pour moi que d'apporter mon soutien. Je sais à quel point il est difficile de monter un restaurant et vous aviez des contraintes de lieu, de temps et de produits que nous n'avons pas normalement. Je sais que vous devez être tendus et épuisés, c'est pourquoi je veux que vous sachiez que vos efforts sont reconnus et appréciés.

Hux opina. Platitudes et platitudes encore. Si Skywalker n'avait rien de plus passionnant à leur raconter, Hux préférait retourner dans sa cuisine et dresser son gigot cuisson lente.

_ Mais, poursuivit Skywalker, arrachant presque un soupir à Hux, il est une chose que je voulais ajouter spécialement pour vous. Ce sont mes félicitations. Je sais que nous n'en sommes encore qu'au tout début du repas, et croyez-moi, il me tarde de déguster ce bouillon qui sent délicieusement bon.

_ Nous aussi Luke alors s'il te plaît accélère un peu ! lança Han Solo qui avait déjà sa cuillère à la main.

Hux voyait sans mal de quel côté de la famille Ren tenait son insolence. Luke jeta un regard à Han qui était l'équivalent d'un doigt d'honneur et poursuivit.

_ Mais je dois avouer que je suis déjà grandement impressionné. Premièrement, par le fait que vous puissiez nous servir du borra, mets que je n'ai dégusté qu'en une unique occasion malgré mes nombreux passages ici. Et ensuite, par cette façon que vous avez eu d'inclure tout le monde dans ce grand repas, autant nous, membres du jury, que les clients sélectionnés et que les spectateurs anonymes qui ne sont venus ces derniers jours sur Endor que par passion de la gastronomie. C'est quelque chose qui me touche grandement et que je n'aurais pas imaginé venant de votre équipe. J'avais sur vous des préjugés et je tiens à m'en excuser.

Hux hocha la tête. Il était si secoué par les paroles de Skywalker qu'il luttait fort pour ne pas trembler. Non pas qu'il était ému, pas du tout ! Mais ce discours était un pas évident vers la victoire ! Hux pouvait presque la sentir entre ses doigts et un cri de triomphe lui brûlait la gorge. Mais il devait garder son calme. La soirée était encore longue et des erreurs toujours possibles.

_ En dernier lieu, je voulais aussi parler de la façon dont vous avez redonné vie à cette cuisine qu'il y a bien longtemps j'ai arpenté avec mon père et où je croyais ne jamais…

_ Luke ! s'exclama Leia Organa en roulant des yeux. Sérieusement ! Tu n'as rien de plus intéressant à nous raconter que ces vieilleries ! Tu ne vois pas que les garçons sont impatients de retourner en cuisine et que nos soupes refroidissent !

Luke se tourna vers sa sœur, un peu échaudé.

_ Mais…

_ Tu devrais sortir plus souvent, poursuivit-elle. A jouer à l'ermite la moitié du temps, tu te retrouves à jacasser comme une vieille pie dès que tu es en compagnie d'autres gens.

Et elle ponctua sa phrase d'une grande cuillérée de bouillon qu'elle avala goulument.

_ Hum… soupira-t-elle. C'est délicieux. On a le bon goût de la moelle et la douceur de la racine confite. Ca marche très bien ! Et ce petit arrière goût de…

Elle réfléchit un instant.

_ … C'est de la noix de Jubba ?

_ Oui, confirmèrent en chœur Ren et Hux.

Elle opina avec enthousiasme.

_ Excellente idée. Vraiment, excellente idée.

_ Qui a été donnée par Ren, grâce à sa connaissance étendue des produits locaux, précisa Hux.

Leia Organa eut pour son fils un sourire ravi.

_ Vraiment ? Bravo mon lapin. C'était vraiment une belle suggestion.

Ren baissa la tête une fois de plus et Hux se retrouva partagé entre l'envie de le voir affronter plus longuement encore sa famille de tordus et le désir de le ramener en cuisine où il était beaucoup plus dans son élément. Il voyait des points positifs aux deux situations.

_ Ta mère a raison, intervint Solo. C'est exquis.

Et il poursuivit avec enthousiasme la dégustation de son bouillon.

Lorsqu'il devint évident que plus personne ne l'écoutait et que tous mangeaient avec avidité, Skywalker saisit à son tour ses couverts.

_ Puisque tout le monde est dithyrambique sur cette soupe, je vais tester à mon tour. Merci Chef Hux, Chef Solo, de m'avoir écouté et bon courage à vous pour le reste du service.

_ Merci Chef, répondit Hux, surpris de ne pas entendre la voix de Ren à ses côtés.

Il fut plus surpris encore quand un cri agacé résonna juste après.

_ Mais arrête ! Chewie !

Hux se tourna pour découvrir un énorme Wookie qui serrait Ren entre ses pattes poilues. Lui qui habituellement était l'être le plus imposant de la cuisine paraissait frêle et minuscule à côté de l'immense bête qui l'enlaçait de ses bras sans fin et décoiffait sa tentative de chignon de ses gigantesques mains poilues.

Le visage écarlate et rageur de Ren qui se débattait pour s'en sortir était la chose la plus amusante que Hux ait vu depuis longtemps. De toute façon, il n'allait pas intervenir face à une créature qui faisait facilement deux têtes de plus que lui.

_ Tu lui manques beaucoup tu sais ! commenta Han Solo, aussi hilare que le reste de la tablée.

_ Dis-lui de me lâcher ! ordonna Ren à son père sans cesser de lutter. Je suis en plein travail !

_ Tu n'as qu'à lui dire toi-même, répliqua Solo en prenant une nouvelle cuillérée de soupe.

Ren soupira longuement et grogna quelque chose en Wookie. La bête lui répondit sur le même ton mais il ouvrit ses longs bras. Ren en bondit rapidement, lissant sa veste d'un geste furieux, puis rattachant ses cheveux du mieux possible.

_ Et va plutôt goûter ton bouillon ! aboya Ren en désignant la septième place, inoccupée en bout de table.

Hux supposait que le Wookie avait boudé l'apéritif pour se tourner vers le barbecue, le temps que quelque chose de plus consistant arrive à table. Ce à quoi il ne s'attendait pas, c'était que la bête se poste ensuite droit face à lui. Il retint sa respiration. Tout ce poil qui pouvait finir sur sa veste ! Toutes ces grandes pattes qui risquaient de le décoiffer ! Il espérait vraiment que le Wookie ne lui réservait pas le même traitement qu'à Ren. Il n'y avait pas de raison, ils ne se connaissaient pas ! Mais avec les autres espèces, Hux savait qu'il pouvait s'attendre à tout.

Il frissonna quand le Wookie leva vers lui sa large main. Mais il ne la posa que sur l'épaule de Hux. Ils se regardèrent droit dans les yeux et Hux crut deviner que le Wookie souriait. Il fronça les sourcils. Qu'est-ce que c'était que ça ? L'oncle Chewie qui le jugeait ? Qui lui donnait son approbation ? Lui et Han Solo étaient proches. Il était possible qu'ils aient discuté ensemble suite à la seconde étape. Hux se demanda une fois de plus pourquoi il se frottait à cette famille de dingues. Puis il songea aux biceps de Ren. Et à ses épaules. Et au fait que finalement, ça en valait sûrement la peine.

A priori satisfait de ce qu'il avait vu, le Wookie prit place à table et saisit le bol à pleines pattes, boudant complètement la cuillère. Hux décida qu'il s'agissait là du bon moment pour retourner en cuisine.

_ Si vous voulez bien nous excuser, fit-il aux juges avec un petit salut.

Skywalker les congédia d'un geste de la main et tous deux repartirent vers leurs postes à grandes enjambées, impatients de se remettre au travail.

_ Je ne veux aucun commentaire sur ce qu'il s'est passé ! le prévint Ren.

_ C'est à cause de la taille de tes oreilles que ta mère t'appelle lapin ? demanda tout de même Hux avec un sourire en coin.

_ Je te hais ! grogna Ren en accélérant encore pour être le premier à rentrer dans la cuisine.

_ Je sais, répliqua Hux sans se laisser distancer.

C'est en se bousculant qu'ils se remirent au dressage du gigot cuisson lente.

« *** »

Vers le second tiers du service, Hux réalisa qu'il avait peut-être sous-estimé la quantité de travail. Cela faisait deux bonnes heures que Ren et lui couraient dans tous les sens, cuisant, chauffant, dressant et même, de temps à autre, bousculant un caméraman pas assez rapide. Ni l'un ni l'autre n'avait eu une seconde pour souffler et il se savait en nage. Ren aussi empestait la sueur à plein nez à chaque fois qu'ils se croisaient. Hux aimait cette odeur primale sur lui.

Même Phasma commençait à clopiner sur ses hauts talons lorsqu'elle apparaissait rapportant assiettes vides et ramenant en salle les pleines. Il n'y avait bien que les Ewoks qui conservaient leur fraîcheur et leur enthousiasme.

Mais les invités étaient ravis de leur soirée. Du moins, c'est ce que Phasma leur avait transmis. Cela aidait Hux à tenir le coup.

_ Les gnocchis ? cria ce dernier.

_ Encore trente secondes, confirma Ren, penché au-dessus de la gamelle en ébullition.

Hux essuya une dernière fois les saucières pleines d'où s'échappait un fumet délicat. Ce jus de viande était, à son sens, une des plus grandes réussites de leur banquet et il espérait réellement que les assiettes reviendraient vides. Il ne doutait pas que les plus faibles commençaient déjà à caller.

Ren apparut brusquement près de lui, les gnocchis égouttés à la main. Ensemble, ils dressèrent les assiettes que Phasma emporta dans la foulée.

Hux porta à sa bouche un des gnocchis supplémentaires que Ren avait confectionné au cas où et hocha la tête. La cuisson était parfaite, la texture fondante sans être caoutchouteuse et il alla même jusqu'à en tremper le bout dans un fond de sauce pour en apprécier la délicate alliance. Son estomac vide le remercia de cette maigre offrande.

Satisfait, Hux cocha une ligne supplémentaire sur son datapad. Il voyait la fin de la liste qui se rapprochait et en était silencieusement soulagé. Mais hors de question de montrer à Ren qu'il commençait à coincer.

_ La prochaine étape, c'est le tartare fraîcheur ! annonça-t-il de sa voix la plus ferme.

_ Il est déjà prêt, lui fit Ren en s'épongeant le front.

Le plat étant juste cuit au jus d'agrumes, ils n'avaient pas eu besoin de retravailler beaucoup dessus et Ren avait profité du fait que Hux tranchait sa rouelle en croûte de sel pour élaborer de petites quenelles de viande.

Hux s'approcha des bols utilisés par son coéquipier et qu'il avait étalés sur sa table. Il saisit une fourchette et goûta ce qu'il restait au fond du cul-de-poule où le grand cuisinier avait fait son mélange de borra, de fruits et d'épices. Il espérait que cet idiot n'avait pas oublié de rectifier les assaisonnements. Ce n'était pas le cas. Les saveurs étaient parfaites. C'était le plat idéal pour reposer l'estomac après le gras du jus de viande.

Il plissa les yeux à la recherche de la moindre faute de dressage ou de la moindre amélioration possible. En cet instant, il avait un peu l'impression d'être son père.

_ Tu ne crois pas qu'on pourrait ajouter…

La grande silhouette de Ren apparaissant dans son champ de vision l'interrompit.

_ Arrête de pinailler, lui fit-il de sa voix grave. C'est très bien comme ça.

_ Je pensais juste…

_ Arrête de penser et prends-toi quelques minutes de pause.

_ Je n'ai pas besoin de pause, s'offusqua Hux.

Comment Ren pouvait-il douter de ses capacités et de son mental d'acier ? Hux pouvait encore continuer jusqu'au bout de la nuit si c'était nécessaire ! Même s'il finissait les pieds en sang jusqu'aux chevilles et les mains aussi calleuses que celles d'un bucheron !

_ Moi si, admit Ren en soupirant théâtralement. On n'a pas arrêté depuis des heures. Je suis claqué.

Hux produisit juste un grognement méprisant.

_ Arrête d'être hautain et négatif, grommela Ren, et prends plutôt ça.

Hux resta interdit quelques secondes en réalisant que Ren lui tendait un verre d'eau. Bon… Certes… Une pause, il n'en avait pas besoin. Mais un verre d'eau n'était pas de refus. Il eut soudain conscience de sa langue sèche collée à son palais.

Il saisit le verre mais retint un petit « merci » de passer ses lèvres. Après tout, il n'avait rien demandé à Ren. Mais il apprécia à sa juste valeur chaque goutte pleine de fraîcheur qui descendit le long de sa gorge.

Ils restèrent silencieux un court instant, tous deux appuyés contre la table de Ren à siroter leur eau. Ce fut celui-ci qui parla le premier, son ton hésitant comme s'il n'était pas certain que le moment était bien choisi.

_ Merci, murmura-t-il.

_ De te laisser prendre une pause ? répliqua Hux. Comme si j'avais pu t'en empêcher. Et, malgré ce que tu as l'air de penser, je ne suis pas un tyran.

Il était juste parfois extrêmement ferme.

Ren secoua la tête.

_ Mais non crétin ! Pas ça !

Hux eut envie de lui rappeler qu'il était encore techniquement son supérieur hiérarchique et qu'appeler crétin son supérieur hiérarchique n'était pas conseillé, surtout devant des millions de témoins. Mais bon, Ren l'avait déjà appelé par bien pire… Puis il eut envie de le presser de continuer, parce que ce n'était pas tout ça mais le service n'était pas terminé et qu'il sentait l'angoisse de l'oisiveté le saisir. Enfin, il eut envie de l'embrasser, juste comme ça, pour le principe.

Au final, il le laissa s'empêtrer dans ses hésitations et ses rougissements car c'était tout ce qu'il méritait pour les avoir forcés à s'arrêter ainsi et pour être globalement un idiot et qu'il était franchement adorable.

Hux barra cette dernière pensée de son esprit. Ce n'était pas le moment d'être mièvre.

_ Je voulais parler… commença Ren avant de s'arrêter, cherchant à formuler au mieux ses pensées. Quand mon oncle m'a appelé Benny. Et que tu l'as repris. Tu n'étais pas obligé de faire ça.

_ Effectivement, concéda Hux.

_ Mais tu l'as fait quand même.

_ Oui.

_ Merci. Pour ça.

Hux haussa les épaules, comme si ça n'avait pas été grand-chose. Comme s'il n'avait pas eu peur pendant quelques secondes d'être éliminé pour insolence.

_ Ils te traitaient tous comme un gamin, répondit Hux d'un ton qu'il espérait détaché. J'ai vu des choses qui m'ont convaincu que malgré ton caractère, tu étais loin d'être un gamin.

Ses yeux descendirent de façon suggestive le long du corps de Ren. Il savait qu'il flirtait dangereusement devant les caméras mais hors contexte, il espérait que personne ne ferait la connexion. Et de toute façon, la retransmission se focalisait sûrement sur le jury en pleine dégustation.

_ Donc ce n'était pas pour défendre mon honneur de cuisinier que tu l'as fait ? insista Ren.

Cela fit sourire légèrement Hux.

_ Ah, si, ça aussi… peut-être… admit-il en se redressant, son verre vide à la main.

D'un pas nonchalant, il traversa toute la cuisine et le tendit aux Ewoks chargés de la plonge.

« *** »

Hux ne pouvait y croire. Ses mains tremblaient alors qu'il parsemait de fruits secs la dernière assiette de leur dessert. Enfin, ils arrivaient au bout.

A ses côtés, Ren était livide de fatigue et de stress et il tendait d'un geste nerveux les plats aux Ewoks qui épaulaient Phasma. Hux se doutait qu'il n'avait pas meilleure mine.

Il s'essuya les mains sur le torchon à son tablier et se pencha au-dessus du chariot de service pour inspecter les assiettes.

Pas une trace, pas une tache, juste le blanc du petit suisse, le rouge du coulis de baies, la farandole de couleurs des fruits secs concassés et même un cube de guimauve à base de gelée de borra pour rester dans le thème. Ca avait été une suggestion bienvenue de Phasma à laquelle Hux avait pour une fois immédiatement adhéré. De toute façon, c'était le mieux qu'ils avaient pu faire sans un chef pâtissier vraiment opérationnel.

Quand il fut satisfait du résultat, il hocha la tête et Phasma retourna en salle. Hux s'approcha de sa table et cocha la dernière ligne de sa très longue liste. Il se sentit soudain étrangement vide après toute cette exaltation. Et le silence qui pesait dans la cuisine à la place du claquement des casseroles et des grognements agacés de Ren était tonitruant à ses oreilles.

L'odeur de ce dernier lui chatouilla les narines avant qu'une large main ne se pose sur son épaule.

_ Alors, tu es fier de toi ? demanda Ren.

Hux se tourna vers lui. Ren était toujours aussi palot mais il souriait. Hux ne put se retenir de lui répondre de la même façon.

_ Oui. Assez, admit-il. Nous pouvons être fiers de nous, tous les deux.

Ils étaient parvenus à sortir exactement ce qu'ils avaient imaginé et Hux savait que tout y était, le goût comme le visuel. Quant à la masse de travail, elle avait été inimaginable. Il ne voyait vraiment pas comment ils pouvaient perdre. Mais il préférait attendre le résultat officiel avant de se réjouir.

_ Ca a été un plaisir… inattendu… de travailler avec toi ces dernières semaines, avoua Ren.

_ J'ai aussi pris plaisir à l'inattendu, répondit Hux.

Ren eut un de ses sourires embarrassés et détourna les yeux. Sa large main attrapa quelques restes qui traînaient sur la table et les porta à sa bouche.

_ Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour un vrai repas, confortablement assis à table, commenta-t-il en mâchant.

_ Honnêtement, je zapperais volontiers le repas en faveur d'une bonne douche, fit Hux qui devinait la sueur qui séchait sur son dos et sous ses aisselles. Mais à défaut…

Il chassa de la main les Ewoks qui avaient lavé la vaisselle toute la soirée et fit couler l'eau pour se rafraîchir un peu. Il lui était impensable de se présenter devant le jury encrouté dans sa crasse.

_ Et je te conseille de faire de même, lança-t-il à Ren.

_ A ce point ?

_ Pire encore.

Ren fronça le nez de dépit mais vint se placer aux côtés de Hux. Il prit un peu d'eau au creux de ses mains et se frotta énergiquement le visage, redonnant des couleurs à ses pommettes.

_ Tu devrais retirer ta veste, lui suggéra Hux qui avait entrouvert la sienne pour se frotter le dessous des bras.

Il était hors de question qu'il dévoile davantage sa silhouette fluette au reste de la galaxie.

_ Tu sais que les caméras sont encore là ? lui répliqua Ren.

_ Justement. Ca ferait plaisir à tes fans.

Et surtout à lui, en guise de récompense pour les deux jours harassants qu'il avait eu. Mais ça, il n'allait certainement pas le rajouter. De toute façon Ren devait s'en douter désormais.

Celui-ci secoua la tête.

_ Arrête avec ça. Je n'ai pas de fans.

_ Antilles m'a assuré que tu étais populaire.

_ N'importe quoi, grogna Ren d'un ton un peu aigri. En général, les gens ne m'aiment pas. Tu as vu ma tête ?

Hux leva les yeux au plafond. Et voilà que c'était reparti !

_ Je t'ai déjà dit que ta tête était très bien. Ce n'est pas à cause de ça que les gens ne t'aiment pas. C'est juste parce que tu es un sale con.

_ Tu es un sale con aussi et pourtant les gens t'apprécient.

_ Ils ne m'apprécient pas. Ils me respectent. Ou ils ont peur de moi. C'est très différent.

_ Je n'ai même pas le droit à ça, grommela Ren.

_ Ce n'est pas en jetant des casseroles à travers les pièces qu'on gagne le respect des autres, répliqua Hux en saisissant un torchon propre pour s'essuyer.

Ren parut méditer quelques instants sa réponse et haussa les épaules.

_ De toute façon, je m'en fous. Je ne les aime pas non plus, les gens.

C'était le genre de réaction qui avait pour effet de faire sourire Hux. Il pouvait s'imaginer très facilement passer des heures en compagnie de Ren à cracher sur ceux qui les entouraient. Cela pourrait être des moments d'intense satisfaction.

_ Si j'enlevais ma chemise, ce serait seulement pour toi, souffla Ren en se penchant à son oreille. Pas pour des millions d'inconnus.

Cela ravit l'âme possessive de Hux. Certes, il aurait aimé se repaître de la vision du torse de Ren mais il n'était plus à quelques minutes près et avoir cette merveille rien que pour lui avait quelque chose de particulièrement gratifiant. Les soi-disant fans de Ren pouvaient bien aller se faire voir. Il était à lui.

Imitant Hux, Ren ne fit qu'entrouvrir sa veste pour se nettoyer succinctement.

Reboutonnant sa propre chemise, Hux fit un pas de côté pour bloquer l'objectif d'une des caméras qui s'était dangereusement rapprochée d'eux.

Une fois un peu plus propre et beaucoup moins odorant, Ren retira son élastique et laissa de nouveau ses longs cheveux tomber autour de son visage. Il passa les doigts dedans pour les discipliner un peu.

_ Ca va comme ça ? demanda-t-il à Hux.

_ Tu es aussi bien décoiffé que d'habitude, lui répondit ce dernier.

Ren grogna mais Hux savait désormais reconnaître la lueur d'amusement dans son regard.

Phasma passa la tête par la porte et les interpela.

_ Les chefs ont terminé et ils s'en vont. Ils veulent vous saluer.

Ren leva les yeux au plafond, son agacement visible sur son visage. Hux, lui, rajusta sa veste et ses cheveux et s'avança d'un pas décidé vers la salle principale. C'était la toute dernière étape et ils se devaient d'être impeccables jusqu'au bout.

Au final, la rencontre ne dura que brièvement. Hux ne manqua pas de remarquer que Wedge Antilles pressait un peu tout le monde. Le repas avait duré bien plus longtemps que planifié sur le holonet et il paraissait important de tout boucler rapidement.

Skywalker leur serra la main à tous les trois, les félicitant pour le travail accompli et leur donnant rendez-vous une demi-heure plus tard aux gradins pour l'annonce des résultats. Calrissian les remercia pour la soirée la plus carnée de son existence pendant que Palpatine contemplait avec horreur la nouvelle chaise à porteurs que les Ewoks lui ramenaient.

Leia Organa secoua longtemps la main de Hux avec un sourire bienveillant et une lumière vive dans les yeux. Hux se demanda si son époux lui avait exposé ses suspicions. Puis elle tapota la joue de son fils qui se détourna en rugissant et rougissant. Hux avait espéré un retour du « mon lapin » qui malheureusement n'arriva pas, à son grand désarroi.

Quant à Han Solo, il leur frappa à tous deux les épaules avec vigueur, et en leur offrant un sourire entendu. Il gratifia ensuite Phasma d'un baisemain.

Le reste fut bien plus flou pour Hux. Petit à petit, tous les clients quittèrent l'établissement et il se souvenait juste avoir serré beaucoup de mains. Les muscles de son visage lui faisaient mal à force de sourire alors qu'il avait juste envie de bailler.

Puis ils les regardèrent s'éloigner dans la forêt à la lueur des torches. Dans la clairière s'attardaient quelques spectateurs qui rongeaient les derniers os du barbecue et s'initiaient à l'art délicat du tambour ou de la corne en compagnie des Ewoks.

_ Je ne pense pas être capable de rejoindre les gradins, admit Hux, à qui la perspective d'une nouvelle marche de nuit dans la forêt semblait une plus terrible épreuve encore que le banquet qu'il venait de préparer.

_ Et moi donc, confirma Phasma.

Elle jeta ses jambes en avant l'une après l'autre et ses talons volèrent dans l'herbe.

_ Plus jamais je ne porterai ces horreurs, grommela-t-elle, enfin presque à la même taille que Hux.

_ Vous n'êtes pas impatients d'avoir les résultats ? demanda Ren.

Sa main s'était posée en bas du dos de Hux. Il ne se dégagea pas, la chaleur de la paume du grand cuisinier agréable sur son corps endolori.

_ On les a massacrés, fit Hux, reprenant l'expression utilisée par Phasma après qu'elle ait suivi la performance de la Petite Hutte.

_ On les a massacrés, confirma-t-elle.

Ren sourit et son étreinte autour de Hux se fit plus pressante.

_ On les a massacrés, approuva-t-il.

Hux avait beau retourner la soirée dans tous les sens, il ne voyait pas comment ils pourraient perdre. Ou alors, c'était qu'il y avait eu complots et tricheries. Auquel cas, il n'hésiterait pas à lâcher sur le jury Ren, armé du couteau de son grand-père. Puis il se chargerait lui-même de foutre le feu aux gradins après y avoir enfermé tous les spectateurs. Et les Ewoks pourraient l'aider à contenir ceux qui tentaient de fuir. Ces boules de poils s'étaient révélées étonnamment dociles et utiles tout au long de l'épreuve. D'ailleurs, avec l'aide de Logray et de ses proches, il pourrait peut-être renverser le shaman actuel ou quelque soit l'entité qui dirigeait les Ewoks et devenir leur nouveau roi. Ou mieux, leur empereur. Empereur des Ewoks, ça sonnait définitivement pas mal. Et il ferait de Ren son garde du corps. Non. Logray serait son garde du corps. Ren, lui, serait son concubin. Et…

_ A quoi tu penses ? lui demanda celui-ci, face à son silence étendu.

_ Au massacre de masse et à la domination planétaire, répondit platement Hux comme s'il s'agissait d'une conversation qu'ils avaient tous les jours.

Ren eut une moue impressionnée et opina. C'était visiblement un sujet qui l'interpelait. Il faudrait que Hux pense à l'aborder plus longuement, à l'occasion.

Phasma se laissa tomber lourdement sur le banc le plus proche et se massa les pieds.

_ Sérieusement, ils ne pouvaient pas juste annoncer les résultats ici ? se plaignit-elle. Comme ça on n'aurait plus eu qu'à ramper jusqu'au placard pour dormir.

Son regard passa alors de Ren à Hux.

_ Quoique… reprit-elle, je ne suis pas persuadée de vouloir partager un espace réduit avec vous deux.

Hux s'assit à côté d'elle. Il ne savait pas combien de temps il était resté debout mais son corps le suppliait de se poser.

_ Ne t'en fais pas. Je suis trop claqué pour qu'il se passe quoique ce soit.

_ Quoi ! s'écria Ren.

Hux se passa une main sur le visage. Comment ce grand idiot pouvait-il avoir même l'énergie de s'insurger ?

_ Tu m'as promis ! lui rappela-t-il.

_ Seulement en cas de victoire, pointa Hux.

Il détailla Ren de la tête aux pieds. Oui il avait envie. Evidemment qu'il avait envie ! C'était presque tout ce à quoi il avait pensé ces derniers temps. Mais il ne savait pas s'il pourrait. S'il s'endormait la main dans le pantalon de Ren, ça allait faire vraiment désordre. Et ce n'était vraiment pas ainsi qu'il s'était imaginé leur première fois.

Ren avait son regard boudeur et il se mâchouillait la lèvre, hésitant. Puis il se décida.

_ Qu'est-ce qu'on attend pour y aller alors ! s'écria-t-il.

_ Je ne suis pas certain de pouvoir…

Sans l'écouter, Ren saisit Hux par la taille et le souleva jusqu'à le placer sur son épaule tel un sac de pommes de terre.

_ Qu'est-ce que tu fiches ! aboya Hux en se débattant.

_ Je t'emmène jusqu'aux gradins, annonça-t-il en serrant de son bras les jambes de Hux pour l'empêcher de lui filer un grand coup dans le nez.

_ Pose moi immédiatement !

_ Non.

Et il sortit du restaurant, tenant fermement Hux qui s'agita de plus bel. Ce dernier espérait vraiment que les caméras installées dans la clairière par l'équipe ne filmaient plus. Sinon il n'oserait plus jamais paraître face à son père. Face à qui que ce soit d'autre d'ailleurs.

_ Hé ! Ren ! Tu m'emmènes sur ton autre épaule ? demanda Phasma, en agitant ses pieds nus.

_ Je peux éventuellement faire deux voyages, répondit Ren, comme s'il réfléchissait réellement à la question.

Hux secoua la tête de dépit. Ren était vraiment un crétin ! Mais un crétin costaud. Hux avait beau se tortiller dans tous les sens, il ne le relâchait pas. Et apparemment, marteler son dos à coups de poings ou lui pincer sournoisement les fesses n'y changeait rien.

_ Ca serait vraiment cool de… commença Phasma avant de s'interrompre avec un grand cri ravi.

Hux se cambra pour tenter de voir ce qu'il se passait, sans succès.

_ C'est génial ! ajouta Phasma, toute sa vigueur retrouvée. Merci ! Vraiment merci ! Ren, tu sais dire merci en Ewok ?

_ Teeha je crois, répondit Ren qui n'avait pas l'air de partager l'enthousiasme de Phasma.

_ Teeha ! Teeha ! piailla celle-ci.

_ Ren ! cracha Hux. Qu'est-ce qu'il…

Alors qu'il ne l'espérait plus, Ren le reposa à terre. Il avait sa moue boudeuse. Hux eut envie d'attraper ses grosses lèvres du bout de ses doigts et de tirer dessus pour le punir. A la place, il se recoiffa brièvement et prit une grande inspiration, espérant faire ainsi disparaître la rougeur de ses joues.

Puis il se retourna vers Phasma pour enfin découvrir ce qu'il se passait.

Logray et sa petite bande venaient de leur amener trois nouvelles chaises à porteurs. Hux fut tellement soulagé qu'il eut envie de soulever le petit ours du sol et de l'embrasser une fois de plus. Il n'aurait à traverser les bois ni à pieds, ni perché sur l'épaule de Ren. S'il devait avoir les fesses en l'air ce soir, il aimait autant que ce soit sous lui que sur lui.

_ Ne me dis pas, fit-il à ce dernier, que tu tires la tronche parce que tu voulais me porter à travers bois tel le primitif que tu es ?

_ J'en étais tout à fait capable, grommela Ren.

_ Je sais, répliqua Hux. Mais crois-moi, ça ne m'aurait pas impressionné le moins du monde. Tes épaules ont beau être larges, pour le moment je préfère mon derrière confortablement installé sur une chaise.

Puis il s'agenouilla devant Logray qui piailla quelques instants. Lui offrant sa mine la plus solennelle, Hux lui posa une main sur l'épaule.

_ Teeha, déclara-t-il.

Logray eut pour lui son sourire bizarre qui faisait se retrousser son museau.

Deux minutes plus tard, ils étaient tous installés dans leurs chaises à porteurs. Même Ren s'était laissé convaincre après que Hux lui ait souligné qu'il ferait mieux que garder son énergie pour des choses plus agréables qu'une balade dans les bois. Puis la procession d'Ewoks s'enfonça au milieu des arbres.

Hux ne sut en combien de temps ils firent la traversée. Bercé par le roulement de la chaise, il s'était endormi au bout de quelques mètres. C'est quand on le déposa au sol qu'il ouvrit les paupières.

Un instant il eut peur qu'on l'ait emmené ronflant jusque devant le jury. Il se redressa brusquement et cligna des yeux pour éclaircir sa vision. Il souffla quand il réalisa que les Ewoks les avaient laissés derrière les gradins. Phasma était en train de s'étirer bruyamment et Hux supposa qu'elle aussi avait dormi. Quant à Ren, il était déjà debout et il lui tendait la main pour l'aider à se relever. Engourdi, Hux la saisit et décolla du sol tellement Ren tira fort. Il manqua de finir dans ses bras et recula vivement. Le sourire de Ren lui prouva qu'il avait agi à dessein.

Hux secoua la tête, la mine agacée, puis il se tourna vers Logray et le remercia une fois de plus. Le petit Ewok le salua d'un geste de la main et puis toute la troupe s'éparpilla en direction des gradins. Hux supposa qu'ils voulaient eux aussi suivre la fin du show.

Cela lui rappela pourquoi ils étaient là et son cœur fit un bond dans sa poitrine. Dans quelques minutes, ils auraient le verdict et une vague d'angoisse submergea son cerveau. Ils avaient tellement travaillé pour ce moment !

Il serra les poings et crispa les mâchoires. Il se sentait tellement tendu qu'il ne savait même pas s'il serait capable de marcher jusque devant les juges. Ren devrait peut-être le porter telle une statue pour le déposer face au jury.

_ Tu ne vas pas t'évanouir ? lui demanda le grand cuisinier.

_ Bien sûr que non ! aboya Hux en lui jetant son regard le plus dédaigneux.

_ Tu es tout pâle…

_ Je suis toujours pâle.

_ Mais là tu es vert. Et tu as une goutte de sueur…

Ren tendit le doigt vers sa tempe et Hux n'eut même pas le réflexe de reculer.

_ Hey ! Voilà les champions !

Hux roula des yeux. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas entendu la voix de Poe Dameron mais ça ne lui avait nullement manqué. Il trouva même l'énergie de se retourner pour lui afficher son meilleur visage méprisant.

Comme il s'en doutait, la Fille et le Traître étaient là aussi, toujours collés à Dameron comme Ren était collé à lui en ce moment même. Il lui donna un coup de coude dans les côtes pour le faire reculer de quelques centimètres.

Dameron ne parut pas réaliser l'expression de Hux tellement il était hilare et saisit sa main entre les siennes pour la secouer vigoureusement. Hux dut faire appel à toute sa force de volonté pour ne pas se dégager de la poigne trop chaleureuse du pâtissier.

_ On a suivi tout votre service, poursuivit Dameron. C'était démentiel ! Juste démentiel ! Mais comment avez-vous réussi à sortir tout ça juste à vous deux !

Du coin de l'oreille, Hux entendait la Fille qui félicitait Phasma sur sa robe et à quel point elle était magnifique.

_ Ordre, discipline, organisation et une volonté sans faille, répondit succinctement Hux.

_ Je sais qu'on n'a pas encore eu le résultat, poursuivit Dameron sans cesser de balancer dans tous les sens la main de Hux, mais nous nous inclinons de bon cœur. Il faudra juste nous accorder une revanche l'an prochain !

Et il éclata de rire.

_ L'idée du barbecue était géniale ! s'enthousiasma la Fille en bousculant Dameron pour prendre sa place, ses doigts fluets remplaçant ceux du pâtissier sur la main de Hux qui se sentait piégé par tout ce fairplay qu'il savait être sincère.

_ J'aurais adoré venir jusque chez vous pour goûter… avoua-t-elle. Mais ça aurait signifié manquer la retransmission et je m'en serais voulu de louper un de vos plats. Tout avait l'air tellement délicieux !

_ Merci, répondit-il laconiquement en tirant discrètement sur sa main pour la récupérer.

La Fille s'écarta pour laisser apparaître le Traître qui au moins avait le bon goût de sembler aussi embarrassé que Hux par ce moment de fraternisation. Ce dernier aurait d'ailleurs aimé observer Ren à qui Dameron tenait désormais la jambe, mais il refusa de détourner le regard face à celui qui avait déserté le Finalizer.

_ Bravo, grommela finalement le Traître du bout des lèvres.

_ Merci, fit Hux de la même manière.

Même leur poignée de main ne fut qu'une brève pression de leurs premières phalanges.

Mais face à un tel enthousiasme de la part de leurs adversaires, Hux eut soudain l'impression d'avoir déjà gagné. Il sentit l'ombre d'un sourire se dessiner aux coins de ses lèvres.

Wedge Antilles ne tarda pas à écraser cette courte illusion.

_ Mesdemoiselles et messieurs, annonça-t-il en tapant dans ses mains pour attirer leur attention, vous êtes tous présents ? Les juges sont arrivés à une décision, ils vous attendent. Suivez-moi s'il vous plaît.

Hux perçut l'angoisse qui le reprenait. Au moins ceux de la Petite Résistance avaient eu le mérite de lui distraire l'esprit pendant quelques minutes. A présent que résultats approchaient, le mépris que Hux leur portait ne suffisait plus à le détourner de ce qui arrivait. Même s'il était agacé de voir la Petite Résistance réagir avec autant de désinvolture. Ils se considéraient perdants et pourtant, ils souriaient, riaient, comme si l'enjeu n'avait aucune importance.

Losers, pensa Hux en y mettant autant de haine que possible.

C'était tout ce qu'il avait trouvé pour dissimuler la sensation désagréable qui s'était installée dans son estomac et qui lui donnait envie de vomir. Gerber sur les pieds de Skywalker n'était sûrement pas approprié.

_ Tu viens ? lui fit la voix grave de Ren.

Hux opina. Il réalisa qu'Antilles était déjà parti, la Petite Résistance le suivant comme des canetons. Quant à Phasma et Ren, ils attendaient évidemment qu'il bouge le premier.

Refusant de montrer plus de signes de faiblesse encore à Ren, il força son corps à se mettre en branle. Il savait sa démarche raide. Mais comme il n'était jamais de toute façon très fluide, il espérait que personne ne verrait la différence.

La traversée de la clairière menant à la table du jury lui parut sans fin. Autour d'eux, les gradins grondaient sous les applaudissements et les acclamations mais Hux n'entendait que son sang bourdonnant dans ses oreilles et les battements de son cœur.

Du coin de l'œil, il s'aperçut sur les écrans géants et réalisa que Ren n'avait pas menti. Il était vert. L'impression était d'autant plus nette à cause de la flamboyance de ses cheveux et des cernes creusés sous ses yeux pâles. Des gouttelettes de sueur luisaient sur son front et d'autres, bien plus nombreuses, roulaient le long de sa colonne. Heureusement qu'il avait pris la peine de se nettoyer !

Ses ongles grattèrent l'intérieur de ses mains moites et il lutta pour ne pas les dissimuler comme à son habitude derrière son dos.

Enfin, il parvint face aux juges. La brigade de la Petite Résistance, sur la gauche, trépignait d'impatience. Malgré leurs belles paroles et leurs félicitations, ils paraissaient conserver un petit espoir de l'emporter et la nervosité brillait aussi dans leurs yeux. Dameron passa ses bras autour des épaules de ses deux comparses pour les serrer contre lui. Hux retint difficilement un reniflement méprisant. A la place, il fixa son regard sur Skywalker, comme s'il allait pouvoir lire le résultat dans son crâne chevelu.

Ren se plaça sur sa gauche et Phasma sur sa droite. C'était un soulagement d'avoir à ses côtés ses… collègues ? amis ? Hux n'avait pas réfléchi à la question mais il était sûr que le concours les avait rapprochés et il préférait les sentir tout contre ses épaules, à l'inverse de l'épreuve précédente dont il avait accueilli les résultats seul.

Le silence des juges s'étendait et Hux ne put retenir une grande inspiration destinée à calmer ses nerfs mis à rude épreuve. Ses jambes faiblissaient dangereusement.

Il sentit la main de Phasma attraper la sienne. Elle tremblait. Presque autant que lui d'ailleurs. Sans y réfléchir davantage, il saisit celle de Ren. Le grand cuisinier lui écrasa presque les doigts de sa poigne vigoureuse. Hux trouva sa main bien frêle ainsi enfermée dans celle gigantesque de Ren. Mais c'était un contact rassurant.

Il se mordit la lèvre d'anxiété et de consternation. De quoi avaient-ils l'air, tous trois, main dans la main ! Ils devenaient aussi pathétiques que la Petite Résistance !

Enfin ! Enfin, Skywalker prit la parole. Il souriait. Hux ne voyait pas pourquoi. La situation n'était pas heureuse. Elle était juste déchirante.

_ Chers candidats, j'aurais aimé vous dire à quel point je suis fier de vous. J'aurais aimé vous dire à quel point vous m'avez surpris et à quel point le match fut beau. J'aurais pu aussi ajouter que j'ai aimé la fraîcheur de l'équipe de la Petite Résistance. Et que j'ai succombé à la perfection de celle du Finalizer. J'aurais pu faire remarquer à quel point je suis heureux de voir éclore le talent de celle qui fut mon élève…

La Fille sourit de plaisir.

_ … et d'avoir vu enfin s'épanouir celui d'un neveu trop longtemps renfermé.

Ren écrasa la main de Hux et ce dernier serra à son tour de toutes ses forces. Ren paraissait sur le point de pleurer et Hux n'avait aucune envie de voir ce grand idiot s'enfuir à toutes jambes pour cacher ses larmes. Le résultat à venir, ils l'entendraient tous les trois !

_ Finalement, poursuivit Skywalker, j'aurais pu m'extasier de la délicatesse des plats de la Petite Hutte, m'étonner du banquet barbare d'en Roux et Noir, véritable hymne à la culture d'Endor alors que vous étiez ceux que j'imaginais le plus mal travailler en compagnie d'Ewoks. Et j'aurais pu admettre que ce concours m'a forcé à remettre en question bien des choses que je croyais savoir. Oui. J'aurais pu dire tout ça. Mais on m'a fait remarquer que je jacassais comme une vieille pie…

Skywalker eut un regard appuyé vers ce que Hux pensait être sa sœur, mais il n'allait pas se retourner pour vérifier. Il était de toute façon incapable de bouger.

_ … et que notre temps d'antenne sur le holonet n'était pas illimité, conclut-il en fixant cette fois-ci Antilles. C'est pourquoi, je vais désormais annoncer les résultats.

Hux ferma les yeux. S'il ne se concentrait pas, il savait qu'il allait défaillir tellement il s'était raidi pour contenir ses tremblements et contrôler sa respiration. Les mains de Phasma et Ren étaient brûlantes dans les siennes.

_ Ouh ! s'exclama Calrissian, la tension monte comme des œufs en neige !

Hux eut envie de le tuer.

Le silence dura une éternité.

_ Pour être honnête, les deux autres juges et moi-même, fit Skywalker d'une voix grave, ainsi que nos clients témoins, n'avons eu aucun problème à désigner le vainqueur. Tout ce que nous avons goûté ce soir, dans les deux restaurants, était de la cuisine de très haut niveau. Et chaque plat un poème. Mais l'implication, l'audace, la masse de travail et le sens du partage d'un des établissements étaient bien au-delà de tout ce qui avait été déjà vu dans le cadre de ce concours. C'est pourquoi, nous avons choisi comme vainqueur cette année, la brigade…

Il marqua un temps de pause. Hux serrait si fort les paupières qu'il voyait des étoiles. Et si fort la main de Ren qu'il ne savait plus lesquels étaient ses doigts et lesquels étaient ceux du grand cuisinier.

_ … du Finalizer, conclut Skywalker.

Hux eut vaguement conscience du cri de joie que poussa Phasma à ses côtés. Il la devinait sautant sur place, ses pieds nus foulant la pelouse. Puis il la sentit passer ses grands bras autour de lui pour le serrer contre elle. Ren fit de même et bientôt Hux se retrouva pressé entre ses deux immenses collègues qui riaient de joie dans ses oreilles et le pressaient de toute part.

Hux profitait de leur chaleur. De toute façon, il ne pouvait pas bouger. Son corps, où toute tension avait brusquement disparu, lui semblait fait de guimauve. Il ne souriait même pas. Il appréciait juste le fait d'enfin pouvoir respirer. Il était juste tellement, tellement, tellement soulagé. Même ses paupières paraissaient ne plus pouvoir se lever.

Jusqu'à ce que Ren presse ses lèvres sur les siennes, ses grandes mains enserrant son visage.

Ses yeux s'ouvrirent brusquement et ses mains trouvèrent les épaules de celui-ci pour le repousser.

_ Pas devant tout le monde ! cria-t-il mais cela ne parut pas entamer la joie du grand cuisinier.

_ Désolé, fit-il sans l'être le moins du monde. Je suis juste tellement heureux.

Hux soupira. Bien sûr qu'il était heureux. Ils l'étaient tous les trois. Mais lui, au moins, savait se contrôler ! Enfin… Plus ou moins… « Pas devant tout le monde » n'avait probablement pas été la réponse la plus intelligente. « Pas devant tout le monde » signifiait « autant que tu veux en privé » et ça, les millions de téléspectateurs du holonet n'allaient pas manquer de le remarquer. Tant pis. Au moins comme ça il n'aurait plus à subir les assauts maritaux de sa mère.

Il attrapa le bras de Ren et le tira vers lui, le serrant quelques instants contre sa poitrine. Il espérait que le grand cuisinier comprendrait que c'était sa façon à lui de le remercier pour tout le travail accompli. Puis il fit de même avec Phasma.

_ Fais gaffe Hux, prévint-elle, tu es en train de sourire.

_ Je souris souvent, se défendit-il.

_ Non, je veux dire, pas ton rictus sardonique. Un vrai sourire ! Tu es mignon avec tes yeux plissés.

_ Et les fossettes ! ajouta Ren avec enthousiasme.

Hux secoua la tête. Ce grand crétin pouvait bien parler de fossettes. Lui, c'était des parenthèses entières qui lui creusaient les joues lorsqu'il souriait franchement. Hux réalisa qu'il aimait ça.

Puis, tout le monde vint leur serrer la main. Les juges, la Petite Résistance, tout un tas d'officiels et d'organisateurs et Hux se retrouva même à faire un discours dont son cerveau retourné ne conserva qu'un vague souvenir plein de remerciements pour tout le monde sauf Snoke.

On leur remit un genre de trophée, puis il y eut encore un peu de blablas et d'autres poignées de main avant que finalement la retransmission ne se termine. Hux ne put éviter le regard que lui jeta Ren à ce moment-là. L'impatience y brûlait.

C'était sans compter sur le fait que les Ewoks avaient organisé de leur côté une petite fête en célébration de la fin des épreuves. Et ils se retrouvèrent traînés autour du même feu de camp que deux jours auparavant, au bruit des tambours et des cornes, à boire des jus de baies en compagnie de la Petite Résistance. Ce n'était vraiment pas ainsi que Hux avait imaginé le reste de sa nuit. Ren non plus d'ailleurs, à voir la moue boudeuse qu'il arborait. Seule Phasma paraissait encore ravie d'être là. Sa fatigue effacée par l'euphorie de la victoire, elle soufflait avec enthousiasme dans une trompe, marquant de ses pieds le tempo décalé du tambour de la Fille.

Hux répondit aussi poliment que possible aux techniciens ou spectateurs qui vinrent lui adresser la parole. Puis, lorsqu'il estima qu'il était resté au minimum de ce qui était socialement acceptable, il prit la direction de la hutte. Il ne vérifia pas si Ren le suivait ou pas. Dans tous les cas, il était gagnant. Si Ren n'avait pas vu qu'il partait, il pourrait profiter du reste de la nuit pour dormir. Mais si Ren était derrière lui…

Il secoua la tête. Ren était sûrement derrière lui. Le grand cuisinier n'avait cessé de le dévorer des yeux depuis l'annonce de leur victoire. D'ailleurs, il entendait le bruit de ses pas qui trottinaient allègrement sur les planches de bois.

Il stoppa net. Ca ne ressemblait pas du tout à la démarche volontaire et généralement lourde de Ren ça ! Hux se retourna, perplexe.

Malgré la pénombre qui l'entourait depuis qu'il s'était éloigné du feu de camp, il n'eut pas de mal à distinguer la forme courtaude de Logray. Il fronça les sourcils. Plus encore quand au loin, il vit débouler la longue silhouette de Ren de derrière une cabane. Voilà qui promettait d'être hautement embarrassant.

_ Je… J'interromps quelque chose ? demanda Ren, un peu dépité, lorsqu'il trouva Logray et Hux face à face.

_ Je ne sais pas, répondit ce dernier. Je ne crois pas.

Il se demandait vraiment ce que voulait l'Ewok. Après tout, Hux avait honoré sa part du contrat. Et tout ce qu'avait fait Logray par la suite, il l'avait fait de sa propre volonté, sans qu'ils n'aient passé d'accord.

Il s'agenouilla près de l'Ewok quand celui-ci commença à piailler avec vigueur.

_ Je ne comprends rien à ce que tu me dis, intervint Hux en roulant des yeux, espérant transmettre ainsi toute son exaspération.

Logray pointa Ren de son doigt poilu et s'agita de plus bel. Hux se demanda s'il était en train de lui faire une crise de jalousie ou s'il s'agissait de tout autre chose. Toute cette situation était complètement idiote et il songeait à juste se relever, tourner le dos et aller se coucher en les ignorant tous les deux.

_ Oui. C'est Ren, confirma Hux sans cacher l'impatience dans sa voix. Quoi d'autre ? Je ne comprends rien, répéta-t-il.

Logray insista sur Ren puis pointa Hux.

_ Smack ! ajouta-t-il en faisant un cul-de-poule avec sa bouche.

Hux leva théâtralement les yeux vers le ciel étoilé. Evidemment, à l'instar de tout le reste de la galaxie, Logray avait vu Ren l'embrasser. Après, Hux ne voyait pas en quoi il avait besoin de se justifier auprès d'une peluche.

Mais avant qu'il n'ait pu envoyer paître l'Ewok, celui-ci lui attrapa la main. Hux fronça le nez. Il en avait marre que tout le monde lui prenne la main sans lui demander son avis, Dameron, la Fille, Phasma, un tas de gars du concours qu'il ne connaissait pas et maintenant même Logray !

Il tenta de se dégager mais l'Ewok avait une sacrée poigne.

Puis ce dernier posa la main de Hux sur sa poitrine poilue et montra de nouveau Ren, qui était planté là, comme un imbécile, à regarder toute la scène, la bouche entrouverte et les mains à mi-hauteur comme s'il ne savait pas s'il devait intervenir ou non.

_ Quoi ? fit Hux. Toi ? Ren ?

Logray secoua la tête. De nouveau il plaqua la main de Hux contre lui et celui-ci entendit les battements de cœur de l'ourson. Logray désigna une fois de plus Ren.

Hux secoua la tête. Il voyait bien que l'Ewok tentait de lui communiquer quelque chose mais il était complètement paumé. Peut-être qu'avec une heure ou deux de sommeil en plus, ça lui aurait paru plus clair mais là il ne ressentait qu'une désagréable frustration. Sentiment apparemment partagé par Logray dont la bouille était toute crispée.

Il lâcha la main de Hux et le pointa du doigt.

_ Moi ? fit Hux. Quoi moi ?

Puis l'Ewok montra Ren.

_ Oui, Ren ? Et quoi d'autre ?

A l'aide de ses petits doigts boudinés, il pointa le torse de Hux.

_ Boum boum ? essaya-t-il.

_ Ahhh ! ne put retenir Hux qui venait enfin d'associer les différents éléments. Si Ren fait battre mon cœur c'est ça ? Oui, oui, je l'aime bien.

Il se figea un instant puis baissa la tête, la mâchoire crispée. Qu'est-ce qu'il lui avait pris de dire ça ! La fatigue, la joie de la victoire, l'impatience d'être seul avec Ren, et tout un tas d'autres facteurs qui pesaient sur son contrôle habituellement impeccable.

Mais sa réponse parut satisfaire Logray qui eut pour lui son habituel sourire bizarre. Il attrapa une fois de plus la main de Hux puis celle de Ren et les joignit l'une à l'autre. Il les garda quelques instants entre ses pattes poilues puis hocha la tête en direction de Hux. Ce dernier ne put se retenir de rouler des yeux. Mais pourquoi toutes les bestioles poilues avaient-elles besoin de lui donner leur approbation ! D'abord l'oncle Chewie et maintenant Logray ? En quoi sa vie affecti… sexuelle ! corrigea-t-il… les regardait ?

Avec la mine de celui qui a fait une bonne action, Logray les relâcha et s'éloigna de son pas trottinant en direction de la fête qui battait encore son plein au loin.

_ Formidable, grimaça-t-il en se redressant, on a l'approbation d'une peluche.

Il voulut dégager sa main de celle de Ren mais ce dernier avait une prise de fer. Hux releva les yeux vers Ren et réalisa que celui-ci le dévisageait, un sourire crétin sur son visage idiot.

_ Quoi ! s'énerva Hux en détournant le regard malgré lui.

La façon dont Ren le fixait était insupportable.

_ Tu m'aimes bien, fit-il en gloussant.

Hux secoua la tête. Il avait su au moment où il les avait prononcées qu'il allait regretter ses paroles.

_ C'était juste une façon rapide et facile de dire que je ne te déteste pas ! aboya-t-il.

_ Tu m'aimes bien ! répéta Ren, son long visage tout en incrédulité et en joie.

_ Non ! se défendit Hux.

_ Tu l'as dit !

_ Arrête avec ça ou j'annule ma promesse.

Il savait qu'il était écarlate. Il espérait la nuit d'Endor suffisamment sombre pour le dissimuler.

_ Tu n'as pas le droit de faire ça ! s'offusqua Ren.

_ Je vais me gêner ! lança-t-il en essayant une fois de plus de récupérer sa main.

_ Hux ! le supplia Ren.

_ Et bien dépêche-toi avant que je ne change d'avis ! le provoqua-t-il.

Hux savait que Ren était rapide. Il l'avait vu courir dans les bois ou en cuisine lorsqu'il était motivé. Mais il ne pensait pas que c'était à ce point. Quand, sans lâcher ses doigts, il se lança au pas de course à travers le village Ewok jusqu'à leur hutte, Hux crut qu'il ne parviendrait jamais à le suivre. Mais il savait que s'il ne prenait pas sur lui, Ren était capable de le soulever de terre pour le porter jusqu'au lit le plus proche. Hux aimait être au moins un minimum en charge !

Quand ils entrèrent dans la cabane Hux se retrouva plaqué contre le chambranle, les lèvres de Ren sur les siennes. Enfin ils étaient seuls et ils avaient la nuit pour eux. Hux n'était pas sûr de tenir très longtemps, mais les baisers brouillons de Ren avaient l'étrange pouvoir de vaincre sa fatigue. Il ne savait pas combien de temps ce regain d'énergie durerait alors il n'allait pas laisser les choses traîner.

_ Le lit, souffla-t-il, ses mains perdues dans les cheveux de Ren alors que ce dernier couvrait de baisers son cou.

Hux se doutait qu'il aurait dû être plus précis. Par « le lit » il entendait son lit, celui loin de la porte et légèrement caché par le poêle qui luisait au centre de la pièce. Mais Ren le jeta sans ménagement sur son propre lit et quand Hux se retrouva coincé entre les peaux de bêtes et le corps brûlant de Ren, il réalisa qu'il n'en avait rien à faire qu'on les entende ou qu'on les voie. Il avait attendu trop longtemps ce moment pour laisser des détails aussi insignifiants le lui gâcher.

Ren l'embrassa longuement, ses grandes dents raclant ses lèvres et sa langue impatiente allant et venant le long de la sienne. Ses mains caressaient les bras de Hux qui lui profitait de ces instants pour satisfaire son besoin irrépressible de toucher les longues mèches noires de Ren. Puis ses épaules. Et son dos. Et il y avait encore bien trop de tissu entre eux.

Hux réalisa alors qu'ils étaient dans la pose exacte de leur baiser sur la table en inox de la cuisine. Et que Ren n'allait pas plus loin. Bien sûr, il embrassait son visage, ses lèvres épaisses passant sur ses joues, son nez, sa bouche et même ses cils. Parfois, il s'aventurait dans son cou, mordillant son menton ou sa pomme d'Adam. A part ça… Rien ! Ses mains restaient sur les épaules de Hux ou tentaient un petit mouvement dans ses cheveux. Mais la situation n'avançait pas. Ren ne fit pas un instant mine de le déshabiller.

Hux saisit une pleine poignée des cheveux de Ren et le força à se reculer légèrement.

_ Tu as déjà fait ça avant ? demanda-t-il, pris d'un doute face aux hésitations du grand cuisinier.

Celui-ci, déjà très rouge, atteignit une nouvelle teinte d'écarlate encore inédite.

_ Bien sûr ! s'insurgea-t-il.

Hux pencha la tête de côté. Il y avait quelque chose qui sonnait faux dans la voix de Ren.

_ Mais pas depuis longtemps, avoua ce dernier. Et pas… comme ça.

_ Pas comme ça quoi ? fit Hux qui commençait à se demander si une bonne nuit de sommeil ne lui serait pas plus bénéfique.

_ Pas avec quelqu'un d'aussi expérimenté que toi, balbutia Ren sans croiser son regard. Enfin d'après ce que j'ai compris… Même un Mon Calamari…

Hux soupira. Et voilà ! Il s'en doutait ! Ren avait bien dû se tripoter un peu en compagnie d'autres commis quand il était chez Skywalker mais ça avait dû être des moments rares et isolés. Il lui posa une main sur la joue.

_ Je te déconseille le Mon Calamari, déclara-t-il. Ils crachent de l'encre à des moments inopportuns.

Cela fit au moins sourire Ren qui depuis sa confession arborait une mine désolée.

_ Bon, fit Hux, il est temps que je prenne les choses en main je crois. Au sens littéral, ajouta-t-il.

Il piqua les lèvres de Ren d'un baiser et le força à s'allonger sur le dos. Ren se laissa manipuler mais ses sourcils étaient froncés et la bouche boudeuse.

_ Quoi encore ? fit Hux.

_ Tu n'as pas à faire tout le boulot, se braqua Ren. Moi aussi je veux… faire des choses !

Hux secoua la tête. C'était sans doute la déclaration la plus stupide qu'il ait entendu lors d'une partie de jambes en l'air. Et pourtant, c'était souvent la situation idéale pour entendre tout un tas d'idioties.

_ Et bien, vas-y ! Prends l'ascendant si tu peux ! le provoqua Hux.

Il se rua sur la bouche de Ren et l'embrassa goulument, mordant ses lèvres, suçant sa langue. Ren gémit sous lui mais ses mains vinrent stratégiquement décoiffer Hux, espérant sans doute le déstabiliser.

Hux n'était pas du genre à se laisser avoir par une manœuvre aussi basse. A la place, il attrapa les pans de la veste de Ren et l'ouvrit sans ménagement. Enfin il allait pouvoir toucher ce torse qu'il convoitait depuis tellement longtemps.

Ce fut au tour de Hux de soupirer de satisfaction lorsque ses mains tracèrent les courbes chaudes des épaules et du corps de Ren, ferme sous ses doigts. Il sentit à plusieurs reprises Ren se courber pour intensifier le contact mais Hux prenait un malin plaisir à ne lui donner qu'un minimum de sensations.

Avant que son cerveau ne lui rappelle qu'il risquait de s'endormir d'un moment à l'autre et qu'il ferait mieux d'accélérer un peu le rythme.

Bah, de toute façon, Ren était quasiment un puceau. Ca n'allait pas durer très longtemps.

A défaut d'être expérimenté, Ren était enthousiaste et il chercha de nouveau la bouche de Hux. Ils s'embrassèrent longuement, Hux caressant Ren jusqu'à descendre sur ses abdominaux parfaitement dessinés et Ren caressant la peau de son dos, ses mains ayant glissé sous le tissu de sa veste. Hux décida qu'il était temps de s'en débarrasser.

Il se redressa, à califourchon sur Ren. Ses yeux plongés dans ceux du grand cuisinier, il dégrafa le premier bouton. Les pommettes de Ren étaient colorées par la braise du poêle et son regard luisait de désir. Hux réalisa qu'il aimait l'intensité avec laquelle Ren le fixait, avec une passion qu'il ressentit jusque dans son entrejambe.

_ Tu t'es déjà touché en pensant à moi ? demanda-t-il en approchant les doigts de son second bouton.

_ Tout le temps, admit Ren.

Il se mordit nerveusement la lèvre inférieure mais garda ses yeux droits dans ceux de Hux.

_ Moi aussi, avoua ce dernier avec un de ses rares sourires en coin.

_ Tu te touches en pensant à toi ? demanda Ren avec un rictus amusé.

Hux fronça les sourcils et referma sa veste jusqu'au cou d'un geste sec.

_ Attends ! Attends ! le supplia Ren en attrapant ses mains. Je plaisantais, c'est tout ! Continue !

Hux le transperça de son regard le plus sombre.

_ S'il te plaît, insista Ren d'une petite voix. Je veux te voir.

_ Tu m'as déjà vu, fit remarquer Hux.

Il trouvait délectable le fait de taquiner ainsi Ren. Comme s'il allait s'arrêter maintenant ! Alors qu'il sentait une bosse ferme contre ses fesses. Depuis le temps qu'il avait envie de voir ce que cachait le pantalon du grand cuisinier, il n'allait pas se retenir en si bon chemin.

_ Pas comme ça, pas sur moi.

Hux décida qu'il était temps de céder et, avec un sourire moqueur, il dégagea ses mains de celles de Ren. Puis il ouvrit sa veste aussi lentement que possible. Lorsqu'il la fit tomber de ses épaules, les doigts de Ren s'approchèrent de sa peau. Il traça avec presque timidité quelques courbes sur le torse et le ventre de Hux, n'osant pas le toucher franchement.

_ Tu sembles tellement fragile, souffla-t-il.

Hux roula des yeux et attrapa le visage de Ren entre ses deux mains, le forçant à le regarder.

_ Je t'assure que si j'entends encore une idiotie du genre sortir de ta bouche, je vais passer la nuit avec Logray.

La menace suffit à débloquer quelque chose en Ren et il attira Hux vers lui pour l'embrasser une fois de plus avec enthousiasme pendant qu'il explorait la sveltesse de son corps à coup de gestes enfin francs. Hux inspira brusquement lorsque les doigts de Ren s'enfoncèrent dans la peau de son dos. Il roula alors des hanches, provoquant un gémissement incontrôlé de la part de Ren. En réponse, ce dernier glissa ses mains dans le pantalon de Hux pour lui saisir les fesses sans ménagement.

Hux sourit contre la bouche humide de Ren. Inexpérimenté et enthousiaste avaient du bon.

_ Je vois qu'on s'enhardit, murmura-t-il.

_ C'est toi qui m'as dit de prendre l'ascendant, répliqua Ren en saisissant la lèvre de Hux entre ses dents

Hux gloussa. Ren pensait vraiment le déstabiliser avec deux mains posées sur son derrière ? Il allait devoir faire mieux que ça. Hux, lui, avait encore bien des ressources.

Il lui embrassa le menton pendant que sa main descendait une fois de plus sans hésitation le long du corps du grand cuisinier.

_ Il va falloir me relâcher, souffla-t-il dans l'immense oreille de Ren avant d'en tracer le contour du bout de sa langue.

Ren recula brusquement la tête.

_ Pas l'oreille, grogna-t-il.

_ Quoi pas l'oreille ? demanda Hux en se redressant sur un coude.

_ Ne regarde pas mes oreilles, fit Ren d'un air bougon.

Hux soupira longuement et avec emphase. Même au lit, Ren trouvait le moyen de lui casser les noix !

_ Cette nuit, répliqua-t-il ton corps est à moi et si j'ai envie de m'occuper de tes oreilles, je m'occuperai de tes oreilles.

Et pour appuyer son propos, il attrapa entre ses lèvres le lobe de l'oreille de Ren qui gémit mais ne se dégagea pas.

_ Et si j'ai envie, reprit Hux, d'embrasser chacun de ces fichus grains de beauté sur ton visage, j'embrasserai chacun de ces fichus grains de beauté sur ton visage.

Il joignit le geste à la parole.

_ Et si j'ai envie, poursuivit-il, de rendre hommage à ce nez magnifique, je rendrai hommage à ce nez magnifique.

Et il lécha le nez de Ren sur toute sa longueur. Celui-ci avait fermé les yeux. Sa respiration s'était faite haletante et ses mains étaient désormais immobiles sur le fessier de Hux.

_ Et si j'ai envie, continua ce dernier en ponctuant la mâchoire, le cou, puis les épaules de Ren de baisers, de découvrir ce que cache ce pantalon, je découvrirai ce que cache ce pantalon.

Il se fraya un passage à l'intérieur des sous-vêtements de Ren pour le saisir à pleine main. Celui-ci retint difficilement un soupir et Hux un cri de triomphe. De ce qu'il sentait, Ren tenait toutes ses promesses. Il était large entre ses doigts. Il le caressa pour évaluer sa longueur. Ren gémit et Hux se dit qu'il était temps pour lui d'honorer sa promesse.

_ Relâche-moi, ordonna-t-il.

_ Non, se rebiffa Ren en rouvrant les yeux et en pétrissant le derrière de Hux de ses larges mains.

Hux laissa ses doigts jouer un peu entre les cuisses de Ren.

_ Si tu veux plus que cela, insista Hux, relâche-moi.

Ren hésita un instant. Mais sa volonté flancha face à son désir. Il retira ses mains du corps de Hux et se laissa retomber en arrière. Hux sourit face à la soumission passagère de Ren. Il aimait se sentir au contrôle. Il s'agenouilla à côté de Ren, embrassant du regard le corps semi dénudé qui s'offrait à lui.

Alors qu'il le caressait toujours du bout des doigts, ses lèvres descendirent le long du torse sculptural de Ren. Habituellement, Hux appréciait de passer sa langue le long des muscles ou sur les tétons de ses conquêtes. Et il avait fantasmé à de nombreuses reprises sur les bras et les épaules de Ren. Mais à présent qu'il y était, les choses étaient différentes et ses lèvres s'attardaient surtout sur les nombreux grains de beauté qui parsemaient autant le corps que le visage de Ren. C'était un tracé inédit et enivrant pour Hux.

Une des mains de Ren se leva pour plonger dans sa chevelure, l'encourageant à descendre plus vite. Ses yeux étaient fermés et sa tête rejetée en arrière, ses cheveux s'étalant sur les peaux de bêtes telle une couronne d'obscurité. Hux le trouva plus attirant que jamais.

Il suivit du bout des lèvres la ligne de poils sombres qui partait du nombril de Ren pour disparaître tout comme la main de Hux sous la ceinture du pantalon.

Hux décida que Ren était bien trop habillé pour les projets qu'il nourrissait. Il le relâcha et Ren poussa un gémissement qui s'apparentait à une plainte. Il attrapa le poignet de Hux pour le retenir.

_ Sois un peu patient ! le sermonna ce dernier.

L'emprise de Ren se desserra suffisamment pour qu'il se libère. A quatre pattes, Hux rampa jusqu'entre ses jambes puis défit consciencieusement chacun des boutons de la braguette du grand cuisinier et, sans qu'il n'ait à demander, Ren releva les hanches pour l'aider à le dévêtir. Hux décida de ne pas faire de chichis et tira d'un coup sur le pantalon comme les sous-vêtements. Il s'humidifia les lèvres en découvrant le sexe massif de Ren parfaitement raide. A la hauteur de ses espérances.

A coup de gestes brusques, il débarrassa Ren du reste de ses vêtements, depuis son boxer noir jusqu'à ses chaussettes élimées. Ils avaient tous deux abandonnés leurs chaussures quand Ren l'avait jeté sur le lit.

Ensuite, Hux s'agenouilla pour plier avec application le pantalon, puis les sous-vêtements par-dessus. Il se pencha pour récupérer sa veste qui traînait au sol et fit de même. Ce n'était pas parce qu'ils étaient dans la passion du moment qu'il fallait laisser le chaos et le désordre régner en maîtres ! Il avait toujours des principes !

_ Qu'est-ce que tu fais ? grogna Ren en rouvrant les yeux.

Il soupira en découvrant Hux qui lissait du plat de la main sa pile de linge.

_ Tu penses vraiment que c'est le moment ! s'énerva-t-il en se redressant sur ses coudes pour mieux observer le manège de Hux.

Ce dernier leva vers lui un sourcil contrarié.

_ Si tu crois que ton pénis, aussi énorme soit-il, est plus important pour moi que la discipline, c'est que tu me connais bien mal.

Ren soupira de nouveau puis lui jeta sa propre chemise.

_ Occupe-toi donc aussi de ça, pendant que tu y es.

Hux eut une petite moue en récupérant la veste odorante aux ourlets déchirés mais prit tout son temps pour la plier consciencieusement. Il sentait les yeux impatients de Ren sur lui et l'agacer, même dans un moment pareil, était pour lui une source de joie sans fin.

_ Tu le penses vraiment ? demanda Ren.

Hux aligna la pile de linge contre le mur, avec une minutie dont il savait qu'elle crisperait Ren.

_ Quoi donc ? fit-il d'un ton distrait.

_ Que mon pénis est énorme.

Hux roula des yeux. L'espace d'un instant, il avait cru que Ren allait lui reparler de ce stupide « je l'aime bien » qu'il avait sorti à Logray. Mais visiblement, il était passé à autre chose et se souciait désormais de points bien plus terre à terre.

Hux tourna vers lui un regard exaspéré.

_ Tu le sais très bien qu'il est énorme.

Ren dissimula bien laborieusement un sourire satisfait. Et ce qui paraissait être une fierté mal placée. Mais bon, Hux avait découvert qu'il était tellement complexé par son visage qu'il pouvait bien le laisser s'enorgueillir de son entrejambe.

Il décida ensuite que tant qu'il y était, il pouvait bien finir le travail et retira à son tour le reste de ses vêtements. Il n'appréciait pas spécialement son corps trop fin mais ça n'allait pas l'empêcher de parader nu devant Ren. Ce dernier semblait goûter particulièrement au spectacle à en juger par ses yeux tellement exorbités qu'ils ne clignaient plus, sa langue qui ne cessait de passer sur ses lèvres brillantes, ses pommettes flamboyantes et la main qui allait et venait le long de son propre membre. Hux entendait depuis le bout du lit sa respiration hachée. Alors qu'il pliait son pantalon, Hux espérait vivement que Ren n'allait pas profiter de cette pause pour lui sortir des inepties sur sa supposée beauté ou fragilité. Il avait ça en horreur. De manière générale, il n'était pas un adepte des déclarations enflammées, ou pire, mielleuses, au lit. Et pas qu'au lit en fait…

Heureusement, pour une fois, Ren garda sa grande bouche close. Peut-être son cerveau était-il trop en manque de sang pour former des phrases cohérentes. Après tout, Ren devait en utiliser une bonne partie pour faire se dresser ce qu'il avait entre les cuisses.

Mais cette félicité silencieuse ne dura qu'un temps. A peine Hux eut-il déposé ses chaussettes sombres à côté de celles de Ren que ce dernier se remit à jacasser.

_ Je suis rassuré, déclara-t-il, se caressant toujours mais ses yeux posés entre les cuisses de Hux.

Ce dernier plissa le nez. A quelle discussion idiote cela allait-il encore mener ?

_ Par quoi ? demanda-t-il en baissant à son tour son regard sur sa propre érection.

Certes, il était moins massif que Ren mais il n'avait pas non plus à rougir de son anatomie.

_ Tu pensais que je cachais un tentacule ou quelque chose du genre entre mes jambes ? appuya-t-il ensuite.

Ren eut un sourire en coin et secoua la tête.

_ Non, pas ça. Mais savoir que tu es aussi…

Il hésita, cherchant ses mots.

_ … aussi… balbutia-t-il… prêt que moi ? tenta-t-il en levant un sourcil comme pour interroger Hux sur la clarté de ses propos. Ca me rassure.

_ Je ne comprends pas ce que tu essaies de me dire, s'agaça Hux en roulant des yeux.

Aussi prêt que lui ? C'était stupide ! Evidemment qu'il était aussi prêt que lui ! Si ça n'avait tenu qu'à Hux, ils auraient passé l'après-midi à se rouler des pelles au lieu de cuisiner ! Hux ne pensait pas avoir été particulièrement subtile à ce niveau là.

Ren arrêta de se toucher et s'appuya sur les peaux de bêtes pour se rassoir de manière un peu plus droite. Le mouvement fit se crisper ses abdominaux et Hux sentit un afflux de salive dans sa bouche. Il n'aurait probablement ni le temps ni la force de faire à Ren tout ce qu'il avait envie ce soir mais il allait faire en sorte qu'il y ait d'autres fois car le corps magnifique de l'homme face à lui paraissait être une promesse sans fin.

_ J'avais peur, reprit Ren qui avait désormais sa moue boudeuse, qu'au dernier moment tu éclates de rire et que tu me sortes que ça n'avait été qu'une vaste blague. Que tu étais prêt à te taper la moitié de l'univers, toutes races confondues, mais que tu plaçais la limite à Kylo Ren.

Hux secoua la tête. Ren était décidément de plus en plus ridicule à chaque fois qu'il ouvrait la bouche.

_ Déjà, tu aurais dû remarquer que je ne fais presque jamais de blagues, répliqua-t-il, cinglant. Ensuite, que si ça avait été une blague, je n'aurais certainement pas poussé le jeu jusqu'au stade du « soyons à poil juste tous les deux dans une hutte ». J'aurais pris la peine de t'humilier devant tout le monde, sinon, je ne comprends même pas l'intérêt. Et troisièmement, tu me crois vraiment aussi cruel que ça ?

Ren haussa les épaules, hésitant. Hux soupira. Certes, il n'était pas un tendre mais il n'était pas non plus un monstre sans cœur. Mais bon, si Ren avait besoin d'être rassuré sur son désir, Hux allait le rassurer sur son désir !

Il se releva et lui tourna le dos, prenant la direction de son propre lit à côté duquel étaient posées ses affaires.

_ Mais où tu vas encore ! s'écria Ren derrière lui d'un ton exaspéré.

_ Je vais me coucher, répondit Hux en s'agenouillant sur son lit pour attraper son sac.

Il devait offrir à Ren une sacrée vue sur son derrière.

_ Tu plaisantes ! s'exclama ce dernier.

Hux l'entendit qui se redressait davantage, comme s'il était sur le point de se lever.

_ Evidemment que je plaisante.

Il y eut un long moment de silence pendant lequel Hux ouvrit une petite poche de sa trousse de toilette. Il en sortit un tube qu'il emmenait partout avec lui. Il était un homme qui aimait être prêt à toutes les éventualités et qui savait qu'une bonne occasion pouvait se présenter n'importe où. Et puis surtout, il avait espéré passer la nuit d'après le concours en compagnie de Ren. Et finalement, ils y étaient.

_ Tu sais, reprit Ren de sa voix d'enfant boudeur, que je peux me finir tout seul si tu ne te dépêches pas.

_ Et bien vas-y ! l'encouragea Hux d'un ton sarcastique. Je ne te retiens pas.

Ren grogna. Hux n'avait pas prévu de perdre plus de temps mais enquiquiner Ren était un tel plaisir qu'il prit la peine de réarranger brièvement l'intérieur de son sac et de le refermer avant de se relever.

Lorsqu'il se tourna, il découvrit Ren avec sa moue caractéristique et les bras croisés sur sa poitrine qui lui donnaient une allure hautement contrariée. N'empêche qu'il avait toujours les jambes écartées et que son érection n'avait pas faibli.

Hux lui jeta le tube et Ren leva au dernier moment une main rapide pour le rattraper, une perplexité évidente se mêlant à son agacement.

_ Tu me remercieras tout à l'heure d'avoir récupéré ça maintenant et de ne pas avoir être nous interrompre une fois de plus, lança-t-il en se rapprochant de Ren.

Ce dernier étudia le tube et leva vers Hux un regard sceptique.

_ Tu avais prévu le coup ? demanda-t-il. Tu avais prévu depuis le début de finir dans mon lit ?

Hux haussa les épaules et vint s'agenouiller entre les cuisses de Ren. Il piqua ses lèvres d'un rapide baiser.

_ Pour être honnête, j'avais plutôt prévu de finir dans mon lit, avec toi, mais je ne suis pas contre un peu d'inattendu.

Il poussa Ren d'une main sur le torse et celui-ci s'étala le dos sur les peaux de bêtes. Il passa ses bras derrière sa tête, bandant délicieusement ses biceps pour mieux observer ce que Hux faisait.

_ Et dire que je m'inquiétais du fait que tu ne veuilles pas de moi, murmura Ren, incrédule.

Hux n'allait certainement pas admettre qu'il avait rencontré les mêmes craintes.

A la place, il appuya ses mains à l'intérieur des cuisses de Ren, là où sa peau était blanche et douce, et les caressa. Ren écarta les jambes plus encore.

Hux sourit. Il était temps de passer au plat de résistance. L'excitation prenait pour le moment le pas sur la fatigue mais il ne savait pas si cela allait durer. Et puis il avait attendu cet instant depuis tellement longtemps qu'il considérait qu'il n'avait déjà que trop traîné.

Il posa ses lèvres sur la jambe de Ren et y déposa une pluie de baisers, remontant lentement, de plus en plus haut, jusqu'à ce que le sexe dressé de celui-ci ne soit plus qu'à quelques millimètres de son nez. Il sentait l'odeur musquée de Ren. Et sa respiration courte emplissait le silence de la hutte.

Hux leva les yeux, juste le temps de voir que Ren avait de nouveau la tête en arrière et les paupières closes. Il se mordait les lèvres d'anticipation.

Hux le prit en main. Même de là, il le trouva magnifique et n'hésita pas plus longtemps avant de laisser sa langue remonter de la base de Ren jusqu'au bout qu'il saisit entre ses lèvres.

Ren gémit. Il dégagea un de ses bras de sous sa tête pour attraper les cheveux de Hux, impatient de le sentir l'engloutir plus profondément. Hux se fit un plaisir de l'obliger. Sa bouche alla et vint le long du membre de Ren avec retenue, ses jouées creusées et sa langue jouant sur la longueur. Sa main le caressait en rythme et en quelques minutes, Ren n'était plus que gémissements, soupirs et roulements de hanches. Hux décida qu'il était temps d'arrêter s'il voulait aller jusqu'au bout de ses envies.

Quand sa bouche le relâcha, Ren protesta. Il rouvrit les yeux, pantelant.

_ Continue, supplia-t-il, ses doigts serrant les mèches de Hux à en être douloureux.

_ Oh non, répliqua Hux. J'ai bien d'autres plans pour cette merveille.

Il ponctua sa phrase d'un dernier baiser au bout du membre de Ren.

Il se pencha alors pour récupérer le tube de lubrifiant que le grand cuisinier avait abandonné au bord du lit. Ren fut plus rapide que lui et le lui chipa du bout des doigts. Hux fronça les sourcils mais resta silencieux. Il était curieux de voir ce que Ren avait en tête. Pendant de longues secondes, Ren hésita, de plus en plus rouge.

_ Je veux te toucher, finit-il par admettre sans regarder Hux.

Ce dernier rampa le long de son immense corps et lui prit le menton, l'obligeant à le fixer.

_ Vraiment ? demanda-t-il. Et tu as déjà fait ça ?

_ Bien sûr ! répliqua Ren un peu sèchement.

_ Je ne parle pas de ça en général, précisa Hux. Je parle de préparer quelqu'un d'autre.

La moue boudeuse suffit à confirmer ses intuitions. Il récupéra le tube dans l'une des larges mains de Ren. Il n'avait rien contre être une source d'expérimentation pour le grand cuisinier. Ca pouvait être aussi amusant que touchant.

_ Je vais te guider, murmura-t-il à son oreille.

D'un habile doigté, il décapsula le tube. Puis il prit la main de Ren dans la sienne et y étala une solide dose de lubrifiant. Son corps collé à celui de Ren, il releva les hanches et y dirigea les doigts de celui-ci, le tenant par le poignet.

_ A toi de jouer, souffla-t-il contre sa bouche, ses yeux clairs plongés dans ceux si sombres de Ren.

Ce dernier parut tenté de détourner le regard mais sous l'intensité de celui de Hux, il n'osa pas.

Hux sentit des doigts hésitants passer entre ses fesses.

_ Un peu plus bas, ordonna-t-il.

Ren obtempéra.

_ Et maintenant, poursuivit Hux quand Ren fut juste à l'entrée de son corps, mets le premier.

Sans difficulté, Ren glissa son premier doigt en Hux. Celui-ci soupira à son tour. Cela faisait tellement longtemps. Il laissa Ren le caresser lentement, sa deuxième main allant et venant au creux de son dos. Hux se savait plus dur et plus désireux que jamais. Ses propres doigts s'étaient enfoncés dans les mèches noires de Ren et leurs regards ne voulaient plus se détacher l'un de l'autre. Ren avait une mine concentrée, très appliquée sur le travail en cours et Hux retint un gloussement.

_ Tu te débrouilles très bien, l'encouragea-t-il en se penchant pour l'embrasser de nouveau. Maintenant passe au second.

Il laissa Ren le préparer de longues minutes jusqu'à ce qu'il ne puisse plus retenir ses gémissements de plaisir. Les doigts de Ren étaient longs et larges mais il voulait plus. Et il se doutait que Ren aussi avait très envie de passer à la suite. Il le voyait dans son regard sombre aux pupilles dilatées qui fixait son visage comme s'il était la seule chose importante au monde.

_ Tu peux arrêter, lança Hux et, plus délicatement qu'il ne l'avait prévu, Ren se retira de son corps.

Hux se redressa et reprit le tube en main. Il fit couler une noisette de lubrifiant dans sa paume et, s'asseyant sur les cuisses de Ren, saisit son sexe pour y étaler le gel froid. Ren ferma les yeux, haletant.

_ Regarde-moi ! commanda Hux en resserrant son emprise.

Il n'aimait pas les mots doux ou les déclarations, mais il aimait la façon dont les yeux de Ren le dévoraient. Cela valait toutes les paroles de la galaxie.

Ren obéit. Il rouvrit les paupières et, la lèvre inférieure coincée entre les dents, il fixa Hux qui le préparait à son tour. Quand ce dernier fut satisfait, il se souleva au-dessus de lui.

_ N'arrête jamais de me regarder, ordonna-t-il.

Ren approuva d'un hochement de tête.

Hux positionna Ren à l'entrée de son corps et se laissa glisser lentement sur toute sa longueur. Il avait déjà eu des amants aussi larges que Ren, mais après tout ce temps, avoir le grand cuisinier en lui, était bien plus plaisant qu'un coup vite fait avec un quasi inconnu, même s'il était le meilleur amant du monde.

Fidèle à sa promesse, Ren garda ses yeux dans ceux de Hux. Et même quand celui-ci remonta à la force de ses cuisses, il ne se détourna pas.

Hux se pencha en avant, ses mains posées sur les épaules de Ren et roula des hanches. Les doigts de Ren saisirent ses fesses et il courba le corps pour s'enfoncer le plus loin possible en Hux. Au bout de quelques essais, ils ajustèrent leur rythme qui ne cessa de s'accélérer. Leurs souffles haletants se mêlaient, leurs mains étaient crispées sur la peau de l'autre, leurs corps ondulaient de concert, mais jamais leurs regards ne se détachaient.

Les soupirs se muèrent en cris entrecoupés et Hux se demanda brièvement comment son corps épuisé tenait ainsi le coup face aux assauts de Ren. Il allait probablement mourir d'épuisement mais peu importait. Ce serait une belle mort.

Les mains de Ren quittèrent son derrière et l'une d'elle caressa son visage. Hux laissa sa langue s'enrouler autour du pouce massif de Ren. Celui-ci passa sa seconde main entre les cuisses de Hux pour saisir son sexe et ce dernier n'eut bientôt plus aucune pensée cohérente. Seul Ren, ses yeux sombres emplis de passion, son membre raide profondément enfoncé en lui et la chaleur et l'odeur enivrante de son corps, comptaient.

Malgré ses exigences, Hux fut le premier à briser le contact visuel lorsqu'il ferma les paupières à l'instant où une vague de plaisir déferlait jusqu'au plus profond de son être. Il gémit sans retenue, se déversant sur le ventre de Ren, son corps entier saisi de spasmes.

Ren accéléra la cadence avec un râle guttural avant que Hux ne le sente se répandre en lui quelques instants plus tard.

Ils restèrent longuement immobiles, à reprendre leur souffle, la sueur séchant rapidement sur leurs peaux en feu. Puis, Hux utilisa ses dernières forces pour se séparer de Ren et se laissa tomber sans grâce aux côtés de ce dernier. Sans lui laisser un moment de répit, celui-ci passa un bras autour de sa taille avec la délicatesse d'un rathtar.

_ Ne me colle pas comme ça, grogna Hux, tu es dégoûtant.

_ Tu es dégoûtant aussi, pointa Ren. Je pense que dans ce genre de cas, ça s'annule.

Hux aurait roulé des yeux s'il ne les avait pas déjà fermés. Il savait qu'il aurait dû se relever pour se nettoyer. Il savait qu'il se détesterait le lendemain matin lorsqu'il se réveillerait couvert d'une croûte blanche entre les cuisses et les fesses. Et dans son dos aussi probablement, puisque Ren n'avait pas l'air de trouver gênant le fait de serrer son abdomen souillé contre lui. Se rendre à l'abreuvoir dans cet état serait probablement un des moments les plus embarrassants de son existence.

Mais il ne lui restait plus une once de volonté. S'envoyer en l'air avec Ren avait sapé le peu d'énergie qu'il lui restait après le concours et désormais, tout ce qu'il désirait c'était clore ses paupières et dormir pendant au moins les deux jours à venir. Et tant pis s'il loupait la navette de départ et qu'il puait la transpiration et le vieux sexe.

Evidemment, Ren ne l'entendait pas de cette oreille.

_ Hux ? demanda-t-il, le bout de ses doigts allant et venant sur son ventre.

_ Quoi ? gronda celui-ci, déjà aux portes du sommeil.

_ Tu m'as bien promis que si on gagnait, on ferait ça autant que je le voudrais ?

Hux soupira le plus fort possible. Mais ce type n'était jamais épuisé ? Il avait dépensé au moins autant d'énergie que lui ! Si ce n'était plus vu la manière dont il faisait tout avec une intensité mal placée.

_ Ne me dis pas que tu veux déjà recommencer, grogna-t-il.

Ren émit un petit gloussement dans sa nuque et Hux songea que s'il avait eu encore un peu de courage, il serait retourné dans son propre lit. Là au moins il aurait eu une chance de trouver enfin la paix.

_ Non, pas déjà, répondit Ren pour son plus grand soulagement, mais… ça marche pour les jours à venir ?

_ Evidemment, maugréa Hux en cherchant à tâtons un bout de fourrure dont il se couvrit le corps jusqu'au dessus de la tête.

Il espérait que le message serait clair pour Ren.

_ Les semaines à venir ? insista celui-ci, apparemment insensible à ses indices subtils.

_ Probablement, répondit Hux avec lassitude.

_ Les mois à venir ?

_ On verra…

_ Les années à venir ?

_ Ne t'avance pas trop.

Ren eut de nouveau un petit rire qui chatouilla le cou de Hux. Ce dernier crut qu'il allait enfin être tranquille quand Ren parla de nouveau.

_ Hux ?

_ Quoi encore ! aboya-t-il.

_ Je t'aime bien aussi, murmura Ren à son oreille avant de déposer un baiser à la base de ses cheveux.

Hux grogna mais sa main attrapa tout de même celle de Ren sur son ventre et il entremêla leurs doigts. Il n'avait pas envie de songer à tout cela maintenant. Enfin, il plongea dans le sommeil.

« *** »

Epilogue :

_ OU EST MON COUTEAU ! cria Hux à travers la cuisine.

_ Dans ton cul ! répondit derrière lui la voix de Kylo Ren.

Hux fronça les sourcils et se tourna vers ce dernier qui, à son plan de travail, terminait de dresser trois assiettes de son canard retourné.

_ Chef Ren, fit Hux de sa voix la plus professionnelle, je pensais que c'était un lieu que vous aviez exploré à suffisamment de reprises pour savoir désormais que ce n'est pas là que je range mon matériel.

_ On envoie ! lança Ren une fois ses assiettes terminées.

Un Ewok ganté jusqu'aux épaules récupéra les plats et les emmena en salle. Puis le grand cuisinier s'avança vers Hux et passa les bras autour de sa taille. Il l'embrassa dans la nuque, de la même façon qu'il l'avait fait la première fois pendant le concours.

_ Je demande la permission d'explorer une fois de plus ce soir, juste pour être certain ? dit-il à l'oreille de Hux.

_ Nous verrons, répliqua celui-ci en se dégageant pour récupérer son couteau, bien évidemment sur la table de Ren.

Malgré tous les efforts de Hux, Ren était toujours resté aussi indiscipliné et bordélique. De retour à sa table, il remarqua que Mitaka, le commis qu'ils avaient embauché quelques jours auparavant, était écarlate. Tant pis, il finirait par se faire aux sous-entendus sans subtilité que Ren et Hux s'envoyaient à longueur de service.

_ Ne t'en fais pas, tu t'habitueras, confirma Phasma en posant une main sur l'épaule du gamin.

Celui-ci opina sans enthousiasme. Hux s'en détourna pour tailler une tranche de borra en croûte de sel pour sa prochaine assiette. Mitaka allait devoir se reprendre en main. Il aurait déjà dû être extatique de se trouver dans un restaurant aussi prestigieux que le leur, même si Ren avait fait de lui sa nouvelle cible favorite.

Finalement, après le concours, Hux n'était retourné sur le Finalizer que pour récupérer ses affaires. Après avoir vu son plan échouer, Snoke avait quand même vendu le vaisseau-restaurant, choisissant l'argent à sa réputation. Toute l'équipe avait été virée et remplacée par des amateurs à peine formés à l'art du fastfood.

C'est là que la vie de Hux avait pris un tournant inattendu. Il ne savait comment mais Phasma et Ren l'avaient convaincu de se joindre à eux pour racheter le bunker sur Endor. La bouche et les mains de Ren avaient dû jouer pour beaucoup dans l'histoire.

N'ayant jamais été un grand dépensier, Hux avait pas mal d'économies. Sans compter la prime qu'ils avaient tous trois touchée grâce à leur victoire. Hux avait été tellement focalisé sur la gloire qu'il n'avait pas un instant songé à l'aspect pécuniaire qui n'avait pas été négligeable. Et voilà comment il s'était retrouvé une fois de plus sur Endor, à diriger les travaux pour remettre les lieux en état. Désormais, ils avaient l'électricité, toutes les salles étaient ouvertes, la décoration plus professionnelle et aboutie. Ils avaient aussi fait remettre en état et agrandir la plateforme d'atterrissage qui servait désormais autant aux clients qu'aux livraisons. Car il était hors de question qu'ils ne servent que de la nourriture locale. On leur avait réclamé à grands cris le canard retourné ou les bouchées à la Ren.

Hux soupira en déposant un trait de purée de navets dans son assiette.

Si on lui avait dit un jour qu'il poserait ses valises sur une planète primitive, qu'il embaucherait des oursons en guise de serveurs et qu'il partagerait un petit appartement au bout du bunker avec un membre de la famille Skywalker-Organa-Solo, il aurait ri avec mépris. N'empêche qu'il y était désormais et qu'il ne s'était jamais senti aussi bien. Diriger son propre restaurant sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit était grisant. Et gratifiant. Surtout lorsque l'établissement marchait aussi bien.

Grâce à la publicité générée par le concours, les clients avaient afflué en nombre dès le jour de l'ouverture du Premier Ordre, nom choisi par Hux qui refusait d'utiliser de nouveau en Roux et Noir. Phasma avait fini par se plier à ses exigences. Après tout, ayant apporté le plus gros du capital, c'était lui le vrai patron.

Il regarda la pâtissière, installée à une table à côté de la sienne. Elle était en charge de tous les desserts, à présent bien plus aboutis que celui que Ren et Hux avaient confectionné avec le petit suisse Ewok. Et sa main était de nouveau pleinement opérationnelle. Hux observa la cicatrice qui faisait comme un anneau autour de son doigt anciennement tranché.

Cela le fit penser à celui qu'il porterait aussi bientôt. Encore une idiotie dont Ren l'avait convaincu. Comme cette fois où ils avaient fait l'amour sous les étoiles sur la plateforme de livraison tout juste rénovée. Ou ce petit voyage qu'ils s'étaient payés, juste tous les deux, dans la campagne de Naboo. Mais Hux avait découvert qu'il avait désormais bien du mal à dire non au grand cuisinier. Ca avait pourtant été son mot fétiche pendant des années.

Il soupira encore. De toute façon, il ne porterait l'anneau à son doigt que le jour J. Après, il l'aurait autour du cou. Ce qu'il n'avait pas encore dit à Ren parce que ça allait encore faire des histoires. Avec Ren, ça faisait toujours des histoires. Au moins cette partie de leur relation n'avait pas changée. Mais il n'y avait rien de plus dégoûtant dans une cuisine qu'une bague au doigt. A part des cheveux longs. Hux laissa son regard traîner sur Ren. Il était certain que ce dernier porterait le sien à l'annulaire, imbécile mièvre qu'il était, sans aucun respect pour l'hygiène basique.

_ Chef ?

La voix de Mitaka le coupa dans ses pensées et il réalisa qu'il n'avait pas avancé son dressage. Le commis le fixait d'un air perplexe.

_ Un problème ? demanda Hux un peu brusquement.

Mitaka baissa les yeux.

_ Non. Rien.

Et il recommença à équeuter ses baies.

Hux finit rapidement son assiette et l'envoya en salle. Le service était presque bouclé pour ce soir et il ne restait qu'une poignée de clients. Mais la soirée n'était pas terminée pour lui. Dans la salle d'à côté, Logray attendait sa prochaine commande. Le petit Ewok s'était révélé un fournisseur particulièrement efficace et Hux travaillait avec lui avec plaisir, surtout maintenant qu'il maîtrisait quelques mots d'Ewok.

Ensuite, il allait devoir s'occuper de l'inscription pour le prochain concours qui commencerait deux mois plus tard. Il avait promis à Dameron une revanche en échange de la plus grande pièce-montée de l'univers. Phasma et Ren avaient une fois de plus convaincu Hux qu'il ne pouvait pas organiser lui-même son propre mariage et la Petite Résistance s'était proposée. Phasma ayant sympathisé avec la Fille, ils travaillaient désormais ensemble à l'occasion, notamment pour l'achat en gros de matière premières.

Hux se lava les mains et se demanda une fois de plus comment en une année sa vie avait autant évolué et ses objectifs autant changé.

_ Tu vois Logray ce soir ? demanda Ren en s'approchant de lui.

Hux confirma d'un hochement de tête.

_ Tu sais que je n'aime pas beaucoup que tu te retrouves seul avec ton ex… lui chuchota Ren à l'oreille.

Mais Hux sentait le sourire dans sa voix. C'était une blague qui traînait entre eux depuis le concours et dont Ren paraissait ne pas se lasser.

_ Hum… répondit nonchalamment Hux. Surtout qu'il va falloir que je lui parle de mes problèmes de noix.

Les dernières que Logray lui avait fournies étaient de piètre qualité. Mais après tout, ce n'était que le début de la saison. Cela n'allait pas empêcher Hux de demander une ristourne.

_ Je peux venir ? insista Ren en lui faisant sa meilleure moue boudeuse, celle dont il savait qu'elle marchait de temps à autre.

Cette fois, Hux fut le plus fort et il secoua la tête.

_ Tu as la fin du service à superviser, lui rappela-t-il.

_ Phasma peut s'en occuper !

_ C'est ton travail. Alors fais-le. Et je te rejoindrai à l'appartement.

Ren finit par abdiquer et posa brièvement ses lèvres sur celles de Hux.

_ Tu me manques déjà, murmura-t-il.

_ Idiot ! répondit Hux.

Ren sourit et lorsqu'il fit demi-tour, Hux ne put s'empêcher de lui pincer les fesses. Ren ne se retourna pas mais leva son majeur et Hux songea qu'il était lui aussi impatient de retrouver leur lit.

FIN

"***"

Et voilà! C'est fini pour celle-ci. J'espère que vous avez passé un bon moment. Si c'est le cas, n'hésitez pas à venir me le dire! Désolée pour la fin mièvre, j'aime bien les conclusions cucul et les happy end dégoulinants en matière de fics! Sinon dans les prochaines semaines je vais m'occuper un peu de mes fics dans les autres fandoms mais promis, je reviens bientôt avec plus de Kylux!