Note de l'auteur :
Bonjour à toutes et à tous,
J'ai bien noté que le dernier chapitre avait eu des réactions disons ... très vives. Ce chapitre encore plus qu'il s'agit du dernier de cette histoire.
J'espère que cela va vous plaire et pour toute réclamation, utilisez les reviews !
Bonne lecture !
Gros bizoux
Crystal of Shadow

DISCLAIMER : L'histoire reprend au lendemain du 2 mai, après la victoire sur Voldemort. Mais bien entendu, l'histoire n'est pas tout à fait la même que celle que raconte JK Rowling … Même si la saga lui appartient.

Le dernier cadeau d'un père à son fils

Le 4, Privet Drive était très silencieux en ce premier août. Les propriétaires des lieux, Pétunia et Vernon Dursley, ainsi que leur fils de dix ans, Dudley, s'étaient rendus pour quelques jours chez Marge, la sœur de Vernon. Mais la maison était très loin d'être inhabitée. Les parents Dursley avaient pris soin d'enfermer dans le garage le neveu de Pétunia, Harry, avec le strict minimum de nourriture et d'eau. Il ne fallait pas qu'ils perdent par inadvertance leur esclave si « dévoué ».

Seulement, ce dernier se trouvait dans le salon normalement interdit, assis sur le canapé, relisant encore et encore une lettre.

Mon cher fils,
Si tu as cette lettre entre les mains, c'est que je suis mort malgré toutes mes précautions.
Tu dois te poser beaucoup de questions mais pour en comprendre les réponses, il faut que je remonte au début de l'histoire.
J'espère que tu l'as compris, je suis lord James Henri Potter. Je suis l'héritier d'un immense patrimoine qui te reviendra très vite, surtout si je suis mort. J'ai fait mes études à Hogwarts, l'école de sorcellerie de Grande Bretagne, dans la maison de Gryffindor. Mes meilleurs amis étaient Sirius Black, Remus Lupin et Peter Pettigrow. J'en suis sorti avec des résultats honorables et je suis devenu Auror. C'est à l'école que j'ai rencontré celle qui allait devenir ma femme, Lilian Evans, Née Moldue.
Ce sont les informations les plus neutres qu'on aurait pu te transmettre sans risques. Mais ce n'est pas toute la vérité.
Lily était une jeune fille qui adorait le monde qu'elle découvrait. Mais surtout, elle pensait que le monde Sorcier n'avait pas les mêmes problèmes que le monde Moldu. En clair, qu'il était parfait du fait que la magie était partout.
Grave erreur que je n'ai jamais pu lui faire corriger.
Dès le début, elle avait été impressionnée par Albus Dumbledore. Tout ce qu'il disait était parole de Merlin et l'une des grandes raisons pour laquelle elle était toujours sur mon dos pendant notre scolarité, c'était que je remettais en cause quasiment tout ce qu'il disait.
Mon grand-père, mon père et moi n'avons jamais été du côté de Dumbledore. Nous avons toujours trouvé ses positions trop ambiguës et floues pour lui accorder notre confiance. Et ça n'a pas changé quand Sirius et moi nous nous sommes rendu compte que nos blagues, qui visaient à la base toute l'école, ne se concentraient que sur les Slytherin et plus particulièrement sur Severus Snape. Je pense que tu as dû entendre parler de sa rencontre avec Remus quand il se transformait en loup-garou mais je peux t'assurer d'une chose. Ni Sirius ni moi n'avions indiqué à Snape le moyen d'entrer dans la Cabane Hurlante. Nous savions que ce serait dangereux que quelqu'un d'autre ne découvre son secret alors le dévoiler aussi futilement … Ce n'était pas notre genre.
Je n'avais rien contre Snape. Je le trouvais bizarre mais je ne le haïssais pas au point d'en faire mon souffre-douleur. Soit, nous nous affrontions souvent dans les couloirs mais parfois, il faisait référence à certaines rencontres particulièrement violentes dont ni Sirius et ni moi nous ne nous souvenions. Je le jalousais un peu mais surtout pour ses dons en potions. Vois-tu, il était tellement doué que mon grand-père envisageait très sérieusement de lui financer sa maîtrise de Potions.
J'ai commencé à sortir avec Lily pendant notre septième année. Soi-disant que j'avais perdu de mon arrogance. J'ai laissé passer parce que son comportement à elle n'était vraiment pas exempt de commentaires. Nous avons fini par nous marier trois ans plus tard. Et tu es né un an après.
Quand il était clair que Lily prenait beaucoup de conseils de Dumbledore, j'ai voulu non pas l'en empêcher mais plutôt lui demander de mieux considérer ce qu'il lui disait. Mais elle est toujours sous la coupe de ce vieux fou, malgré mes mises en garde. Elle ne m'a jamais cru quand je lui ai dit que si Sirius en était venu à quitter sa famille, ce n'était pas parce qu'il était contre Voldemort – il en avait pris son parti et avait déjà fait comprendre calmement à sa mère qu'il ne comptait pas entrer à son service s'il ne revoyait pas certaines de ses positions dont celles qui menaçaient fortement les intérêts des Black – mais parce qu'il faisait l'objet d'une malédiction qui mettait sa famille directement en danger. Et qu'il était certain que Dumbledore n'y était pas étranger.
Bref.
Quand nous avons appris pour la prophétie, j'étais résolu à ce que nous nous réfugions tous les trois au château Potter le temps que Voldemort soit défait. Malheureusement, j'ai dû m'absenter pour mon travail pendant plusieurs jours et quand je suis revenu, Lily avait acheté une petite maison à Godric's Hollow et elle l'avait fait protéger par Dumbledore. Ça a été l'une de nos plus grandes disputes, puisqu'en tant que lady Potter, elle avait pris ces décisions sans m'en parler. Quand Dumbledore a parlé d'utiliser le Fidelitas, j'ai réussi à imposer Sirius comme Gardien du Secret mais toujours derrière mon dos, Dumbledore a réussi à la convaincre que Sirius ferait un parfait cheval de Troie et qu'il valait mieux faire de Peter notre Gardien du Secret. C'est Sirius qui a découvert le pot aux roses quand il s'est aperçu qu'il ne connaissait plus mon adresse et j'ai pu faire cracher à Lily le nom du nouveau Gardien.
Je me suis également aperçu que j'avais de grosses sommes d'argent qui étaient retirées par Lily. Quand je l'ai confrontée, elle m'a avoué que c'était un investissement que lui avait conseillé Dumbledore. J'ai finalement dû me résoudre à réduire ses droits sur le patrimoine Potter pour ne pas qu'elle le refile à Dumbledore.
Je me suis rendu compte qu'avec l'ascendant qu'il avait sur Lily, ce vieux fou s'immiscerait dans notre vie et en viendra à la contrôler entièrement. J'ai ainsi pris plusieurs dispositions.
Tout d'abord, et j'en suis désolé, j'ai fait en sorte qu'elle n'ait plus de droits sur l'héritage Potter ainsi que sur toi. Elle ne devait les récupérer que quand la preuve que rien de ce qu'elle faisait ne donnerait d'avantages à Dumbledore.
Ensuite, j'ai fait un testament qui voulait que si je devais mourir avant ta mère, elle aurait pour obligation de s'installer chez Andromeda Tonks, la cousine reniée de Sirius, et de t'élever avec elle, si elle voulait te garder. Si nous devions mourir tous les deux, tu aurais à aller soit chez Sirius, soit chez Andromeda mais en aucun cas chez Pétunia, la sœur Moldue de Lily. Je ne sais pas ce qui lui fait croire que la mésentente entre sa sœur et elle n'est que temporaire mais après l'avoir observée et testée pendant quelques jours, il était certain qu'un enfant magique aurait une vie désastreuse chez elle. Et ce n'est pas ce que je veux pour toi. Enfin, je t'ai lancé un sort familial.
J'aime ta mère, n'en doute jamais, mais elle est bien trop naïve concernant la réalité du monde Sorcier. Je savais que si elle reste sous la coupe de Dumbledore, les Potter iraient au-devant de très gros problèmes et tu en serais la principale victime.
Je ne me leurre pas, je sais que Voldemort nous trouvera. Parce que Lily et moi n'aurions aucun intérêt pour Dumbledore de rester en vie. Et parce que je doute de plus en plus de Peter. Mais toi … tu serais l'Élu que le directeur cherche et qu'il pourra manipuler à sa guise si nous ne sommes plus là.
Au moment où tu mourras, le sort te ramènera à l'âge de dix ans sauf si tu es pleinement heureux. J'ai estimé que ce serait un âge parfait pour modifier ce qui aurait mal fonctionné la première fois. Je n'ai pas choisi tes onze ans pour plusieurs raisons. D'abord, à cet âge, tu n'aurais eu qu'un mois pour assimiler ce que je viens de t'annoncer et ensuite, tu n'aurais pas eu le temps de te faire une idée plus précise du monde Sorcier sans qui que ce soit qui t'influencerait pour mieux te manipuler. Et enfin, tu auras un an pour apprendre officiellement ce qui te sera utile.
Si tu arrives dans ton coffre avec cette lettre, tu verras apparaître les documents pour ton émancipation que tu n'auras plus qu'à signer. Le directeur de Gringotts Angleterre, Ragnok, est au courant des dispositions que j'ai prises. Que ta mère soit toujours en vie ou pas, une fois ces documents signés, pour tout le monde, tu seras en apprentissage avec ton nouveau tuteur, ce qui est très courant dans la famille. Les Gobelins t'indiqueront s'il est toujours vivant. Si c'est le cas, il doit vivre dans une dépendance au manoir Potter. Ne t'inquiète pas, c'est un professeur d'étiquette et des us et coutumes Sang Pur donc il ne sera pas qu'un épouvantail qui te protégera.
Bien, il est temps que je te laisse. Tu as toutes les cartes en main pour que ta nouvelle vie se passe mieux que la précédente.
Je t'aime, mon fils
James, ton père

Harry releva la tête avec un regard dur. Il fit le bilan de ce qu'il savait et de ce qu'il avait.

Il était un enfant de dix ans avec l'esprit et la puissance magique d'une personne de dix-neuf ans.

Il avait une connaissance assez précise des évènements qui allaient se dérouler les prochaines années.

Et surtout, il savait qui étaient ses amis et qui étaient ses ennemis.

Alors oui, tout allait changer. Il allait faire sa vie comme il l'entendait.

Bienvenue dans le monde réel où le Survivant n'est pas votre gentille marionnette, Dumbledore, songea Harry.

FIN