Chapitre 1

Texte co-écrit avec Ta Tchou, encore merci pour vos messages et Review, ils sont toujours très encourageants et nous vont droit au coeur.

Bonne lecture.


Une semaine s'était écoulée depuis que la Team Machine avait réussi, in extremis, à sauver une RAM de mémoire de celle-ci. A présent ils tentaient avec beaucoup de difficultés de la remettre en service.

Ils s'en étaient sortis de justesse, parvenant à s'extirper d'une véritable pluie de balles. Tous avaient essuyé des tirs. Harold fut blessé à l'épaule gauche, ce à quoi Reese lui avait rétorqué, une fois en sécurité, qu'à présent ses épaules seraient parfaitement symétriques.

Root quant à elle avait reçu une balle dans le bras gauche et une autre dans l'épaule. Reese restait le plus chanceux, la balle lui avait frôlé la jambe.

Heureusement Fusco était intervenu pour les sortir de là. Il avait pu prendre les troupes de Samaritain à revers et avait exfiltré tout le petit groupe loin de là.

Harold et Root passaient leurs journées à argumenter et tester la machine, mais tout ne fonctionnait pas correctement, et la peur d'éveiller les soupçons de Samaritain les obligeait à la tester dans un premier temps dans la station de métro, en circuit fermé.

Les débats devenaient souvent houleux entre eux. Root souhaitait cette fois prendre entièrement part au projet, et son avis, bien qu'ayant considérablement évolué ces deux dernières années, demeurait encore très éloigné de celui défendu par Finch.

Ils avaient essuyé plusieurs échecs lors des premiers démarrages. Tout d'abord la machine ne reconnut pas l'administrateur, puis ce fut au tour de l'interface analogue d'être ignorée.

Il leur avaient fallu quatre longs jours pour arriver à recoller les morceaux et faire en sorte que la Machine arrive à identifier clairement ses agents. Elle avait même pris la liberté d'y ajouter Fusco.

En effet, lors de leur sauvetage, celui-ci les avait conduits jusqu'à leur planque. Reese avait pris soin de lui expliquer tout ce qui concernait la Machine et leur mission.
Il regretta immédiatement son abstinence à l'alcool, un grand Whisky aurait grandement facilité l'assimilation de toutes ces informations.

Quant au fait que Root soit une interface analogique, ça il ne parvenait pas encore à l'encaisser. Il ne comprenait pas que la Machine ait choisi une folle furieuse pour "prophète".

Harold savait qu'une fois mise en service, la libérer immédiatement serait inévitable pour que Samaritain ne détecte pas une nouvelle Intelligence Artificielle. Il ignorait encore comment elle allait se développer sans attirer l'attention, et dans quels systèmes elle s'infiltrerait pour se propager. Cette variable l'inquiétait tout particulièrement.

Root le pressait de plus en plus chaque jour, l'exhortant à terminer les ultimes réglages le plus rapidement possible.

Car plus les jours passaient, plus Sameen s'éloignait.

Root avait élu domicile dans le métro. Elle se savait invisible aux yeux de Samaritain, mais ses agents eux rôdaient toujours et, n'ayant aucune idée de l'identité qu'elle portait vu que la Machine n'existait plus, cela rendait ses déplacements difficiles.

Depuis elle dormait sur le lit d'appoint qu'ils avaient auparavant installé à Sameen lorsque sa couverture avait été grillée.

Elle aurait très bien pu rentrer chez elle ou encore élire domicile chez l'ancienne agent de l'ISA, mais c'était ici qu'elle se sentait le mieux. Elle préférait de loin s'endormir dans le lit où elles avaient partagé leurs derniers moments d'intimité avant ce fameux jour où elle lui avait été arrachée.

Root s'était repassé la scène plus d'une centaine de fois depuis, changeant à chaque fois l'issue inévitable où elle voyait l'amour de sa vie sur le sol surplombée par une Martine prête à l'abattre. Mais maintenant l'espoir était revenu.

Sameen était en vie, quelque part.

A la solde de Samaritain certes, mais bel et bien en vie.

Ce soir-là Reese avait ramené de quoi manger pour eux trois. Fusco n'était pas des leurs, souhaitant passer un maximum de temps avec son fils depuis l'attaque que l'équipe avait subie une semaine auparavant.

Il revenait chaque soir avec de quoi nourrir la grande brune qui n'arrivait à avaler que quelques bouchées après que celui-ci l'eut forcée.

Reese s'inquiétait de plus en plus pour Root, ce qui surprit la jeune femme tout autant que lui. Mais depuis qu'elle avait entrevu Sameen et qu'elle et Finch s'évertuaient à tout mettre en œuvre pour redémarrer la Machine, elle perdait de plus en plus ses couleurs. Elle refusait constamment de sortir du métro, préférant passer tout son temps soit rivée sur son ordinateur, soit simplement allongée sur le lit d'appoint, fixant l'étrange objet qui ne la quittait plus.
Elle avait perdu sa répartie cinglante et semblait de plus en plus déconnectée.

Harold lui avait promis de mettre définitivement la machine en route le lendemain, alors ce soir-là, il lui fut difficile d'arriver à trouver le sommeil.

Une fois Reese et Finch partis, elle entra dans le wagon et s'installa sur le lit, puis saisit un sac posé à côté de celui-ci et en sortit une parka trouée et tachée de sang.

Il s'agissait de celle de Shaw, retrouvée une semaine plus tôt, dans l'hôpital où les agents de Samaritain la retenaient prisonnière avant qu'elle et Finch n'y débarquent.

Elle fouilla dans l'une des poches et en sortit la médaille de l'ordre de Lenin que Shaw gardait constamment avec elle depuis qu'elle la lui avait ramenée.

On l'avait brisée, la forçant à révéler l'implant cochléaire de Root, et la piégeant par la même occasion. Shaw était une battante, elle avait réussi à tenir près de quatre mois avant de révéler ces informations, et en refaisant le calcul Root ne put s'empêcher d'imaginer tous les sévices qu'elle avait pu subir. Tuer Martine ne suffisait plus, à présent elle voulait éliminer tous les agents de Samaritain un par un, et garder le meilleur pour la fin, Greer.

Pour lui, elle y mettrait les formes, elle avait déjà en tête une multitude d'actes de torture qu'elle avait classés méthodiquement, et elle se les répétait chaque nuit pour trouver le sommeil.

Caressant machinalement la médaille, et serrant la parka sur son ventre, elle s'allongea sur le lit et ferma les yeux.
"Bientôt, Sam..."

Trois semaines plus tôt, Hôpital psychiatrique Parkay village.

"Debout Sweetie."

Shaw ouvrit doucement les yeux. Martine se tenait au-dessus d'elle, un sourire malsain sur le visage.

"Tu as été très sage tu sais, grâce à toi nous avons enfin la dernière pièce du puzzle."

Elle caressa la joue de Shaw qui se dégagea immédiatement.

"Nos petites séances vont me manquer Shaw, mais maintenant qu'on sait comment neutraliser ta petite copine..." Elle imagea ses paroles en tapotant sa tête avec les doigts côté droit indiquant l'implant cochléaire de la grande brune.

"Je vais t'anéantir, cracha Shaw à travers ses mâchoires serrées, et les yeux aussi noirs que de l'onyx.
- Non Shaw, la seule personne qui va être anéantie c'est ta copine !" rétorqua-t-elle avec un grand sourire. "Mais ne t'en fais, elle ne sera pas seule, Finch et l'homme au costume la suivront."

Shaw, à présent folle de rage, essaya de se dégager des sangles qui la maintenaient solidement attachée au lit.

Ce geste fit sourire Martine, qui sortit une seringue.

"Chut..." murmura-elle en plantant celle-ci dans son bras sans aucune délicatesse pour lui injecter un tranquillisant. "On se revoit après ta petite sieste."

Shaw sombra quelques secondes plus tard.
Martine jeta la seringue sur une table et se dirigea vers la sortie. Greer et Lambert l'attendaient à l'embrasure de la porte.

"Vous voir à l'œuvre est toujours un plaisir Martine."

Les deux hommes lui sourirent.

"Il ne nous reste plus qu'à attirer Mademoiselle Groves ici. Samaritain fera le reste," ajouta Greer.
- Qu'allons-nous faire d'elle ensuite ? lança Lambert.
- La suite vous concerne Lambert, nous serions malavisés de perdre un élément tel que Mlle Shaw.
- Finir de la briser demandera du temps Monsieur.
- Nous ne sommes pas pressés, après la défaite de la machine et de ses acolytes, le temps ne jouera plus contre nous."

Ils se dirigèrent tous les trois vers la salle de contrôle, abandonnant Shaw dans son lit.

Après une semaine de traitements lourds, ajoutés à tous ceux administrés précédemment par Martine, Shaw commençait doucement à craquer.

A l'inverse de la blonde décolorée qui se contentait de l'agresser physiquement, laissant sur son corps des scarifications diverses et variées, Lambert, lui, s'employait à la faire plier psychologiquement. Il inondait son esprit de mots et d'images dépeignant les plus abjectes sévices qu'il s'apprêtait à infliger à Root ainsi qu'aux autres. Privée de nourriture, de sommeil, et soumise aux "soins" administrés par Martine et Lambert, ses espoirs commencèrent à se briser davantage chaque jour.

"Allons Shaw, il est temps maintenant.
- Allez au diable." Elle était visiblement à bout de forces, mais continuait de lutter.
"Tu sais que j'ai rencontré Root il y a peu ?" Lambert avait compris que le seul moyen de la briser définitivement était d'attaquer là où ça faisait le plus mal.
Il s'approcha doucement de Shaw toujours attachée au lit.
"Tu sais que que tôt ou tard nous la retrouverons n'est-ce pas ?"

A ces mots, Shaw se raidit, rouvrant les diverses cicatrices que Martine avait pris plaisir à tracer sur son corps.
Elle fusilla Lambert du regard.
"Sais-tu que Martine à une forme, disons... d'affection pour elle ?"
Ses poings se resserrèrent. Ses yeux étaient humides mais son visage restait toujours aussi fermé. Imaginer Martine s'approcher de Root et lever la main sur elle, comme elle l'avait fait pour elle-même, la révulsait. Elle ne dit plus un mot.

"Je suis sûr qu'elle aimerait jouer avec elle, comme elle l'a fait avec toi." Il s'assit tranquillement sur une chaise.

Shaw commença à se débattre, essayant en vain de briser les sangles et faisant apparaître des traces de sang sur sa blouse, indiquant que ses blessures se rouvraient.

"Tu sais aussi que je peux faire en sorte qu'il n'en soit rien ?"

Shaw s'immobilisa un instant et fixa Lambert, la mâchoire contractée.

"Il te suffit de coopérer. Oui... je sais que ce n'est pas ce que tu veux, mais tu souhaites qu'elle reste en vie, n'est-ce pas ?" Il s'installa confortablement dans la chaise, posant sa jambe gauche sur sa jambe droite.

"Si la Machine est détruite Samaritain n'aura plus aucun intérêt à tuer Root ainsi que tes autres amis. L'équation est simple Shaw. Il suffit d'un coup de téléphone, et ils resteront en vie je peux te l'assurer. Et pour ce qui est de Martine, je m'en occupe."

Shaw avait reposé la tête sur son oreiller et fixait le plafond. Lambert se releva doucement avant d'ajouter :

"Les cartes sont entre tes mains Shaw." Il se pencha au dessus de son lit, la forçant à croiser son regard. "Passe cet appel et elle vivra." Puis tout aussi rapidement il se dégagea et se dirigea vers la sortie.
"Dans le cas contraire, Samaritain et Martine s'occuperont d'elle." Il avait déjà atteint la porte.
"Je te laisse réfléchir, mais le temps presse ne l'oublie pas."

Shaw avait retourné les mots et les options cent fois dans sa tête depuis qu'ils avaient été émis par Lambert, et elle ne trouvait toujours pas de solution.

Il était revenu, presque toutes les heures lui semblait-il, lui rappelant comment Martine aimerait jouer avec sa "petite amie".

Petite amie, ce terme sonnait faux, cela ne définissait en rien ce que Root signifiait pour elle.

Elle aurait été d'ailleurs bien incapable de définir ce que la grande brune représentait pour elle. Mais imaginer Root blessée ou en danger lui soulevait tout simplement l'estomac, et réveillait ses instincts les plus meurtriers.

Et pour rien au monde elle ne laisserait une telle chose arriver.

Elle avait déjà révélé la pire chose qui soit en indiquant qu'elle portait un implant cochléaire, elle ne se souvenait d'ailleurs pas comment Martine avait pu lui soutirer cette information.

Lambert allait revenir, encore, exigeant d'elle une réponse au choix qui lui avait été proposé.

Lorsqu'il arriva dans la chambre de Shaw, il n'y eut aucun besoin de lui demander quoi que ce soit. Il pouvait très clairement lire sur son visage d'habitude si impassible qu'elle avait abdiqué.

Il lui tendit simplement un téléphone après avoir libéré sa main droite d'une des sangles.

Sans dire un mot et sans bouger, Shaw composa son propre numéro de téléphone et le mit à son oreille.

"Allo?" La voix de Root fit battre son cœur comme jamais. Le sang affluait à vitesse grand V dans son cerveau.

"Root, tu es là ?" Elle prononçait ces mots tel un automate, à peine consciente des mots qui sortaient de sa bouche. "C'est moi. J'ai besoin de ton aide. J'ai bes..."

Elle raccrocha précipitamment. Se raccrochant désespérément à la voix de Root, elle resta un instant calme. Puis elle imagina l'état dans lequel la grande brune devait se trouver, et comprit qu'elle venait une nouvelle fois de la trahir, la conduisant tout droit dans le piège qu'elle venait elle-même d'activer.

Folle de rage, elle jeta alors violemment le téléphone sur le mur d'en face et essaya de se dégager à l'aide de sa main libre.

"Shaw, ne gâche pas tout."
Lambert l'observait. Il n'avait pas bougé d'un millimètre.
"Je peux encore revenir sur notre marché."
Il fit un pas dans sa direction.
"Ou non..." termina t-il calmement.

Shaw dont la main était posée sur la sangle de son bras gauche pour s'en libérer s'arrêta soudain et le fixa. Les yeux grands ouverts, la rage suintant de chaque pore de sa peau, elle la relâcha à contre cœur et se rallongea dans le lit. Un sentiment de dégoût infini glissa le long de sa gorge lorsqu'elle déglutit.

"Root vivra, ainsi que les autres" se contenta d'ajouter Lambert. Il libéra alors la main gauche de Shaw, à sa grande surprise.

"Je suis un homme de parole, tout comme toi. Et ensemble nous allons faire de grandes choses." Il se dirigea ensuite vers la porte sous le regard interrogateur de Shaw et ajouta :

"Nous partirons dans quelques heures, tâche d'être prête."


Voila pour l'introduction de cette saison 5 fictive, merci de me dire (via MP ou review) ce que vous en pensez ainsi que vos idées etc ...

En espérant que cela vous plaise.