Salut c'est moi ! Après presque trois mois d'absence, je vous propose enfin un nouveau chapitre !

Bon, celui-là est un peu spécial mais je vous laisse découvrir ça et j'arrête de vous embêter !

KHR! appartient (toujours) à Amano Akira.


Chapitre 22 :

Tsuna s'étira une nouvelle fois, puis reposa les yeux sur le papier devant lui. Il sourit. Des rapports d'incidents datant de la dernière mission de ses Gardiens. Rien de nouveau sous le soleil. Le châtain était amusé de voir que, même vingt ans après leurs rencontres, rien n'avait changé. Il se demandait même comment le manoir pouvait encore tenir debout. Ils avaient mûri, certes, mais les chamailleries étaient toujours autant présentes. Gokudera explosait, et faisait exploser, toujours aussi facilement. Il avait réussi à vaincre sa phobie de sa sœur et à accepter que son boss prenne des risques. Yamamoto et lui étaient toujours ensemble. Le premier se concentrait sur sa technique à l'épée. Il avait fait le tour des championnats haut niveau en base-ball mais, après une blessure grave à l'épaule pendant une mission, il ne pu plus jamais jouer en pro. Tsuna s'en voulait toujours pour ça, car s'était lui qui l'avait envoyé débusquer ce gang à Trapani, mais son ami avait toujours nié la responsabilité du Ciel des Vongola dans cette histoire et il continuait à jouer occasionnellement. Lambo, lui, était petit à petit devenu un élève studieux, autant à l'école que pendant les entraînements. Il était extrêmement populaire, mais toujours aussi peureux. Quoique finalement, c'était sûrement lui qui avait le plus grandi dans leur groupe. Il était devenu un Gardien exemplaire, même si les réunions l'ennuyaient. Ryohei avait surprit tout le monde en s'inscrivant à la fac de médecine après le lycée, ayant obtenu une bourse grâce à la boxe. Mais à part les cours d'anatomie et de biologie qui semblaient l'intéresser plus que les autres, il n'avait jamais atteint un niveau suffisant. Il avait fini par déclarer sa flamme à Hana et ils avaient en ensemble un fils, Tomeo, qui faisait la fierté de ses parents. Hibari… Restait définitivement Hibari. Tsuna savait rarement où il était. Il n'avait pas abandonné Namimori et y retournait régulièrement contrôler le travail de ses subalternes. Mais il finissait toujours par revenir au manoir, silencieux quant à ses raisons. Chrome et Mukuro étaient toujours aussi indissociables. Mais peu avant la Cérémonie de Succession, Tsuna s'était vu imposé de choisir entre les deux pour la place de Gardien de la Brume. Le Conseil et la Neuvième Génération refusaient catégoriquement qu'il y en ai deux. Après de longues heures de discussion entre les illusionnistes et leur boss, il fut décidé que la jeune fille prendrait la place de Gardien et que Mukuro s'occuperait du CEDEF quand Iemitsu prendrait sa retraite. Et il semblait prendre sa tâche plus à cœur qu'il ne l'avouait. Le Sawada était partit il y a cinq ans, mais revenait souvent prendre des nouvelles de son apprenti dont il avait fini par reconnaître les qualités de meneur. Reborn semblait plus heureux depuis que sa malédiction était levée. En apparence, il avait 25 ans. Mais son ancien élève savait très bien qu'il était mentalement bien plus âgé. Il travaillait pour différentes Familles, mais jamais pour des ennemis des Vongola, quelque soit le prix. Il répétait tout le temps que même un tueur a ses principes. Tsuna repensa à son propre parcours. Il n'avait que 19 ans quand la maladie du Nono les prit de court. Alzheimer. La Dixième Génération s'était précipitée à son chevet en Italie, et Tsuna assuma dès lors la fonction qui lui revenait. Giotto avait été tellement fier ce jour-là. Sa Famille et lui vinrent même participer à la Cérémonie de Succession. Nana avait accepté la situation sans trop de mal, son mari lui expliquant que les huit jeunes avaient été recruté dans la même entreprise que lui. Il attendu cependant plusieurs années avant de lui dire que leur fils en était devenu le patron. Mais malgré tout ce temps qui était passé, ce dernier n'avait jamais pu oublier l'enlèvement et le Projet. Un à un, Timoteo et ses hommes avaient retrouvé les Estraneo ainsi que leur boss. Cette fois-ci, ils s'étaient assurés que cette Famille ne referait plus jamais surface. Après cinq longues années d'enquête, ils avaient réussi. Alfonso di Estraneo avait été retrouvé perdu au milieu de nul-part, dans un des labos localisé grâce à Gustavo. Il était affaibli et malade à cause des expériences qu'il avait faites sur son propre corps. Il vivait maintenant dans l'isolement total de Vendicare et y resterait jusqu'à la fin de ses jours. En parlant de Vendicare… Interrompant ses pensées, trois coups furent donnés à la porte.

- Entrez ! Fit chaleureusement le Vongola.

Entra alors dans la pièce une femme châtain, un peu plus vieille que Tsuna, portant fièrement une bague d'un violet pur à son doigt et une vieille Boite Arme à la ceinture. Elle adressa un grand sourire au boss qui le lui rendit.

- Maria ! S'exclama-t-il. C'est un plaisir de te voir. Ça faisait longtemps.

- Tu savais que j'étais là Tsuna, ne fais pas l'innocent, soupira Maria. Mais oui, moi aussi ça me fais plaisir de te revoir. Et désolée, Pescara n'est pas vraiment la porte à côté.

- Je sais. Il est l'heure ?

- Oui. Le chauffeur nous attend en bas, annonça-t-elle.

- Très bien, j'arrive.

Le grand boss se leva et invoqua Natsu qui se transforma immédiatement en cape. La femme sourit de nouveau. A trente ans passé, son ami avait vraiment fier allure dans son aura de boss renforcée par le temps. Tout chez lui respirait la puissance douce et inspirait le respect. Que ce soit chez ses alliés ou chez ses ennemis, d'ailleurs. Ce boss, dont la notoriété n'était plus à discuter, avait tout de même réussi à garder ses valeurs de pacifisme et de pardon. Son nom était déjà gravé dans l'Histoire de la Mafia comme l'héritier direct de la philosophie du premier boss des Vongola, connu pour sa bonté et son charisme. Sans même y penser et alors qu'elle était aussi une boss de la Mafia, elle le suivi dans les couloirs comme le faisait ses hommes. Ils arrivèrent bientôt à la voiture qui les emmena sur les routes pendant de longues heures. Quand ils approchèrent du bâtiment, Tsuna releva la tête. Alors, c'est à ça que ressemblait la prison la mieux gardée au monde ? La voiture s'arrêta, laissant descendre ses passagers. Les gardiens des tétines Arcobaleno les attendaient devant la grande porte.

- Bonjour Jager, Bermuda, salua le Vongola.

- Bonjour Sawada Tsunayoshi, Maria di Piuma, rendit le gardien à l'apparence d'enfant.

- Où est-il ?

Des bruits de fers que l'on traîne sur le sol parvinrent à leurs oreilles depuis le bâtiment. Sortirent de l'ombre d'autres Vendice, amenant avec eux un homme blond, grisonnant avec l'âge, maigre mais dont les yeux verts pétillaient toujours autant d'intelligence. On lui défit les menottes qu'il portaient aux mains et aux pieds et on le dirigea vers la sortie. C'est à ce moment-là qu'il remarqua les deux nouveaux venus.

- Gustavo ! S'écria Tsuna.

- Oh, Tsunayoshi ! Que tu as changé depuis le temps ! Et Maria, tu es devenu une vrai femme !

- Merci, firent les deux en chœur.

- Et vous, comment allez-vous ?

- Pas si mal, répondit le prisonnier. Ô Don Vongola, je tremble devant ta puissance !

- Ne vous moquez pas, ricana le boss.

- Je ne me moque pas. Mais je pensais voir mon frère, ton ancêtre ou encore tes Gardiens aujourd'hui.

- J'ai réussi à les convaincre de nous laisser y aller seuls, Giotto ne se manifeste que rarement maintenant, et Adriano a été retenu en mission. Un petit imprévu mais normalement il rentre ce soir faire son rapport.

- Est-ce que tu es en train de m'inviter dans ton manoir ?

- Exactement. Acceptez-vous l'invitation ?

- On ne refuse rien au boss des Vongola, s'inclina Cappeli.

- Sawada-san, appela Bermuda. Pour des raisons de sécurité, vous ne pouvez pas rester là.

- D'accord, désolé. Nous discuterons de tout ça dans la voiture.

Les deux autres suivirent le grand boss jusqu'au véhicule. Les trentenaires devaient avouer que la présence de quelqu'un qu'ils n'avaient pas revu depuis l'adolescence les faisait un peu retomber à cette époque. Le chemin du retour leur sembla plus rapide tant ils discutèrent des vingt dernières années.

- Alors j'ai deux boss de la mafia devant moi, quel honneur ! Réalisa le scientifique. Faire copain-copine avec le jeune Vongola a bien aidé ta Famille, Maria.

- Oui. Mais ce n'est pas par intérêt que je suis devenue amie avec Tsuna, répondit la jeune fille.

- Je sais, je l'avais comprit dès le début. Alors Tsunayoshi, quelles sont les "nouvelles" de ma Famille ?

- On ne vous a rien dit, à Vendicare ? S'étonna Tsuna.

- Pas le moindre mot.

- Et bien il nous a fallu cinq ans pour tous les trouver, mais ils sont hors d'état de nuire. Les Estraneo ne reviendront plus.

- Je ne pensais pas dire ça un jour mais… Bien, soupira l'ex prisonnier.

- Ravi de l'entendre, le rassura le Vongola.

- Et donc, quelle sera la suite des événements ? S'inquiéta le vieil homme.

- Ça, c'est à vous d'en décider. Vous devriez commencer par rentrer chez vous.

- Après vingt ans d'emprisonnement Tsunayoshi, je n'ai plus nul-part où aller.

- Vous avez bien une femme ou des enfants.

- J'ai une tête à avoir une femme ? Surtout à l'époque.

Les deux plus jeunes s'entre-regardèrent. Ils n'avaient jamais vraiment pensé à ça.

- Vous pouvez rester au manoir aussi longtemps que vous le voudrez, pouffa son propriétaire. Prenez ça comme des excuses.

- C'est moi qui devrais m'excuser. Mais j'accepte avec plaisir l'hébergement.

- Ça nous fait plaisir de voir à quel point vous avez changé, Gustavo, sourit Maria.

- On dira que nous nous sommes tous les trois venus en aide d'une façon peu… Conventionnelle, répondit le blond.

Le voyage continua ainsi et ils arrivèrent au manoir dans le début de soirée. Gokudera et Yamamoto les attendaient sur le perron avec Adriano qui devait rentrer de mission et Lambo du sport. Le plus vieux des quatre se releva en les voyant sortir de la voiture.


Et bien, vous savez quoi… Chapitre 23 annoncé !

Sérieusement, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais cette ellipse de vingt ans mérite un peu plus de développement. Et il se pourrait qu'il se passe quelque chose d'intéressant dans le prochain chapitre.

Je ne vous en dis pas plus, à bientôt.

Et venez sur le Discord.