And I shall see his glory

.

Auteur : Luciel89 (/u/672874/Luciel89)

Lien vers la fic en vo : /s/6077517/1/And-I-Shall-See-His-Glory (le lien est aussi dans mes favoris)

Traductrice : Aconit

Disclaimer : Supernatural est à Eric Kripke et à CW, et je ne suis que la traductrice

Résumé : Après un petit accident, Dean se rend compte qu'il peut voir les ailes de Castiel. À force de les admirer en secret, il réalise qu'elles sont devenues une véritable obsession pour lui. Et que se passerait-t-il si Castiel découvrait que Dean voit cette partie de lui qui est si intime ?

NdT : Cette traduction traînait sur mon ordi depuis trop de temps, alors je me suis enfin décidée à contacter l'auteur, qui m'a donné la permission de publier cette traduction... Donc voici un Destiel de quatre chapitres ^^ C'est donc une vieille traduction, j'espère qu'il ne reste pas trop de fautes ;)

N'hésitez pas à laisser une review si vous avez aimé et si vous avez envie de lire la suite !


Chapitre 1

.

D'après lui, tout commença le jour où lui et Sam rentrèrent d'une chasse longue et épuisante, qui aurait sûrement été leur dernière si Castiel n'était pas apparu juste à temps pour les aider.

Ils étaient en train de chasser un wendigo lorsque le monstre les avait surpris en les attaquant par derrière au moment où ils s'y attendaient le moins. Le monstre avait commencé à les jeter au sol comme s'ils n'étaient que des poupées de chiffon et à les griffer avant que Castiel, qu'ils avaient appelé plus tôt, n'apparût et ne les aidât à le maîtriser et à le tuer.

À présent, Dean et Sam étaient assis sur le sol de la forêt, meurtris et épuisés par le combat. Castiel se tenait debout près d'eux et, d'un air absent, il regardait les restes du wendigo finir de se consumer.

« Eh bien, c'était dur », sourit Dean d'un air suffisant. Sam lui lança un regard meurtrier.

« Oui. C'était ton idée de traquer cette chose de nuit, quand elle est la plus dangereuse ! » accusa Sam avant de grogner de douleur. Élever la voix irritait sa gorge douloureuse, là où le wendigo l'avait violemment heurté. Mais ce n'était rien en comparaison de ses côtes endolories, de plusieurs bleus et blessures, d'une coupure qui saignait toujours au-dessus de son sourcil droit, et de ses mains, criblées d'éclats de verre parce qu'il avait eu la malchance de tomber sur une bouteille cassée dont le verre était répandu sur tout le sol dur de la forêt.

« Allez, Sammy ! Tu savais que ça ne pouvait pas attendre le matin ! Ce truc aurait tué encore plus de gens », dit Dean, sur la défensive. La douleur irradiait dans son corps et il regarda son épaule. Il savait qu'elle avait été méchamment déboitée par la créature.

Il releva les yeux vers Castiel, qui observait leur dispute d'un air inexpressif. « Tu veux bien nous ramener au motel ? Là, je crois que ni Sam ni moi ne devrait conduire mon Bébé. »

Cas regarda Dean, les sourcils froncés et la tête penchée. « Bien sûr. »

Avant que Sam n'eût pu protester, Castiel avait posé ses doigts sur leurs fronts et ils étaient de retour dans la chambre de motel qu'ils avaient réservée la nuit précédente. Sam laissa échapper un grognement d'inconfort. Il n'y était pas aussi habitué que Dean.

Dean alla récupérer la trousse de premiers secours qu'ils avaient toujours avec eux. Ce fut difficile, avec son épaule déboîtée, mais il se surprit à remercier Dieu de lui avoir donné deux bras.

Il retourna auprès de Sam avec la trousse et son frère leva les yeux vers lui.

« Mec. Mes mains. Pleines de verre pilé, tu te souviens ? Tu vas devoir faire ça toi-même.

— T'es une fillette », répliqua Dean en récoltant un regard réprobateur de Sam. Il se souvint brusquement que Sam ne pouvait pas non plus arranger son épaule parce qu'il n'aurait même pas pu tenir un mouchoir en papier sans grimacer, alors il se tourna vers Castiel qui, étonnamment, était toujours là.

« Ça t'embête de m'aider, Cas ? » demanda-t-il. Devant le visage confus de l'ange, il ajouta, « Mon épaule. Elle ne va pas s'arranger toute seule, et Sam fait sa fillette.

— Hé ! » protesta Sam.

Dean eut un petit rire et son regard revint sur l'ange. « Bien sûr », répondit finalement Castiel.

Le t-shirt de Dean avait été presque arraché autour de son épaule déboîtée, et il sentit les mains de Castiel toucher sa peau alors que l'ange se préparait à remettre l'épaule en place. Dean remarqua que la main droite de l'ange était inconfortablement proche de l'empreinte de main sur son épaule.

Dean laissa échapper un gémissement de douleur quand Cas le tira de ses pensées en remettant en place son épaule. Il aurait dû faire plus attention, pensa-t-il en lui-même.

Mais ce fut alors que cela arriva. Castiel était sur le point de retirer sa main de l'épaule de Dean quand celui-ci, sans vraiment réfléchir, se tourna et fit entrer en contact la main droite de Castiel et l'empreinte de main. Des décharges d'un plaisir étrange irradièrent aussitôt dans tout le corps de Dean. Il laissa échapper un halètement surpris et Castiel retira presque immédiatement sa main, comme s'il s'était brûlé.

Dean fixa l'ange avec choc et il vit qu'il semblait lui aussi choqué par le contact. Mais il ne savait pas s'il avait ressenti la même chose que Dean ou s'il savait ce que le contact lui avait fait.

« Désolé, c'est… ce n'était pas supposé arriver », dit Castiel, les yeux écarquillés et fixés sur l'épaule de Dean, avant qu'ils ne croisent à nouveau ceux du chasseur.

Dean cilla plusieurs fois pour se forcer à retourner à la réalité. « Euh, pas de problème, Cas. » Il se détourna rapidement de l'ange et alla chercher la trousse de premiers secours pour en sortir une petite bouteille d'alcool pur, qu'il allait utiliser pour nettoyer les coupures sur les mains de Sam.

Le regard de Sam allait de l'ange à son frère, qui évitait de regarder Castiel. « Euh, j'ai raté quelque chose ? » demanda-t-il, incertain. Il n'avait pas vu la main de Cas sur l'épaule de Dean parce qu'il regardait de l'autre côté, mais le halètement de Dean l'avait alerté, et, à présent, il remarquait qu'aucun des deux ne regardait l'autre.

« Nan, t'as rien manqué, Sammy », dit Dean, le visage vide de toute émotion, et il commença à nettoyer les coupures.

« Je dois vous laisser, à présent », dit Castiel d'un air gêné, et il partit avant que Sam ne pût dire quoi que ce soit.


Dean revit Castiel dès le lendemain, quand l'ange se téléporta dans leur chambre de motel, alors qu'ils étaient en train d'emballer leurs affaires et de se préparer à retourner sur la route.

Il entendit le bruissement d'ailes qui était devenu familier ; lui et Sam se tournèrent et virent Castiel, debout, dans la pièce.

« Salut, Cas », le salua Sam, en lançant à l'ange un petit sourire avant de se retourner pour continuer à faire son sac.

« Bonjour, Sam.

— Il y a quelque chose de nouveau ? Pourquoi es-tu là ? demanda Sam en jetant un coup d'œil à l'ange tandis qu'il commençait à faire son lit.

— Je ne suis venu que pour voir si vous alliez bien après les événements d'hier.

— Euh, ouais, je crois que ça va, » dit Sam en regardant Dean, confus. Dean se contenta de hausser les épaules et de s'approcher de l'ange.

« Hé, Cas, mon bébé est toujours là où on l'a laissée ? » demanda Dean.

Castiel ne comprenait pas vraiment pourquoi Dean appelait toujours l'Impala « son bébé », mais il ne posa aucune question. Il acquiesça silencieusement à la question de Dean, et le visage de Dean se détendit sous le soulagement.

« Grouille, Sam, on doit aller la chercher, dit-il presque avidement.

— Ouais, ouais, enfin laisse-moi emballer ces trucs d'abord », grommela Sam en empaquetant le reste de ses affaires.

Dean allait rejoindre Sam près de la porte quand, soudainement, il surprit un éclat derrière le dos de Castiel. Il s'arrêta et le scruta. C'étaient comme des rangées de quelque chose derrière les épaules de l'ange, à moitié effacées, mais il ne pouvait pas déterminer ce que c'était.

Castiel vit Dean s'immobiliser soudainement, et remarqua que l'humain fixait quelque chose derrière lui. Il tourna la tête pour regarder, mais il ne vit rien qui sortît de l'ordinaire. Quand son regard revint à nouveau sur Dean, celui-ci était toujours immobile, un air perplexe sur le visage, les yeux plissés comme s'il cherchait à voir quelque chose plus clairement.

« Dean ? » demanda Castiel, incertain, en essayant de croiser le regard de l'humain.

Dean revint brutalement au présent et plongea son regard dans les yeux de Castiel. « Quoi ? »

Avant que Castiel ne pût dire un mot, Sam entra de nouveau dans la pièce. « Tu viens ou quoi ? » demanda-t-il à Dean. Dean grommela quelque chose et prit la porte. Sam resta dans le passage à fixer son étrange frère. Il regarda Cas, qui n'avait pas bougé depuis qu'il était arrivé. « Cas, tu viens avec nous ? »

Castiel releva la tête vers le plus jeune des Winchester.

« Non, merci, je dois m'occuper d'autres choses.

— D'accord », dit Sam en regardant l'ange disparaître avant de quitter le motel avec Dean, partant vers la forêt pour retrouver la voiture.


Dean pensait avoir simplement eu une hallucination, ce jour-là dans la chambre de motel, mais, à chaque fois qu'il revit Castiel, il vit la même chose.

Au début, il ne savait pas ce dont il s'agissait, mais il commença alors à voir de plus en plus clairement, à chaque fois qu'il voyait l'ange. C'étaient des ailes. Enfin, pas leur vraie forme – elles étaient toujours très transparentes-, mais c'étaient définitivement des ailes.

Il devait être en train de devenir fou, pensait-il.

Ils avaient demandé l'aide de Cas après avoir trouvé une affaire concernant des morts étranges dans un hôpital de Caroline du Nord. Ils avaient supposé que les faucheurs avaient quelque chose à voir là-dedans, et ils avaient besoin de l'aide de Castiel puisqu'il était le seul à pouvoir les voir et leur parler.

Mais Dean ne prêtait pas attention à l'affaire. Non, il ne pouvait se concentrer que sur les ailes de Castiel, encore plus visibles que la dernière fois où il avait vu l'ange, bien qu'elles fussent encore légèrement transparentes.

Dean se surprit à reculer quand Castiel lui tourna le dos, et ces immenses ailes semi-transparentes furent soudainement juste sous son visage. C'était insensé. Il savait que l'ange avait des ailes mais il n'aurait pas dû être capable de les voir. Aucun mortel n'aurait dû le pouvoir. Il devait être en train de devenir fou, d'halluciner ; et il avait définitivement besoin de plus de sommeil.

« Dean ? Dean. Dean ! »

Dean fut brutalement tiré de ses pensées et il releva la tête vers Sam, qui lui lançait un regard inquiet. Castiel cherchait des faucheurs dans l'hôpital pour les interroger à propos des morts, en laissant Sam et Dean seuls jusqu'à son retour.

« Quoi ?

— Dean, tu as fixé Castiel du regard toute la journée. Merde, c'est quoi ton problème, tu gênes ce pauvre mec, dit Sam.

— Je ne le fixais pas », dit Dean, sur la défensive. Sam ne parut pas convaincu.

« C'est ça, ouais. Juste… arrête de le fixer de ce regard intense, il croit qu'il a fait quelque chose de mal. »

Castiel revint à cet instant, son attention fixée sur Sam plutôt que sur Dean.

« Les faucheurs disent qu'ils n'ont rien à voir avec ça, leur dit Castiel. Mais, pour moi, ça n'a aucun sens.

— Pourquoi ? demanda, perplexe, Sam.

— À cause de la façon dont ces gens sont morts. Seuls les faucheurs peuvent les laisser morts sans aucune trace de crime ou de maladie, expliqua Castiel. Et les anges, mais je doute qu'ils aient quelque chose à voir avec ça. »

Il faisait de son mieux pour éviter le regard fixe de Dean sur lui, mais il ne pouvait s'empêcher de se sentir extrêmement gêné. Ses ailes s'agitèrent alors qu'une vague d'inconfort parcourait son corps.

Les yeux de Dean se concentrèrent immédiatement sur le mouvement, sur la façon dont les plumes blanches, qui semblaient si douces, bougeaient et faisaient un léger bruit en frottant les unes contre les autres. C'était enchanteur. Il n'avait jamais vu Cas bouger ses ailes avant, et maintenant il fixait Cas du regard, la mâchoire légèrement tombante. Peut-être était-ce une hallucination après tout ?

« Dean. »

La voix tranchante de Sam le ramena à lui. Malgré lui, il rougit légèrement et murmura un « désolé » avant de se détourner.

« Ne fais pas attention à lui, » dit Sam à Cas avec un sourire faux.

Il s'avéra que cette affaire était similaire à une autre qu'ils avaient eu par le passé, quand le cœur de Dean avait été endommagé après qu'il eût été électrocuté. Une femme de l'hôpital avait utilisé une faucheuse pour tuer les personnes qu'elle détestait. Mais, cette fois, la faucheuse ne donnait pas une vie en échange d'une autre ; elle tuait simplement ceux qu'on lui désignait.

Quand ils revinrent au motel, tard dans la nuit, Castiel était toujours avec eux. Dean essayait de ne pas le regarder, mais c'était difficile avec ces énormes ailes dans son dos.

Fasciné, Dean regarda les ailes se déployer légèrement alors que Cas se tenait au milieu de la pièce, sans sembler savoir ce qu'il devait faire. Sam était en train de débarrasser la table des affaires qui y étaient pour pouvoir y poser son ordinateur.

Les ailes étaient maintenant presque parfaitement visibles. Il semblait que plus il les regardait, plus il pouvait les voir. L'idée qu'il pût ne pas être fou, après tout, le frappa. Peut-être que ce qu'il voyait était réel, et qu'il pouvait vraiment voir les ailes de Castiel, aussi étrange que cela pût paraitre.

Sam les regarda tous deux avant de prendre son ordinateur et de se diriger vers la porte. « Je dois aller ailleurs, la réception est vraiment mauvaise ici, mentit-il. Alors, euh, à plus, les gars. » Et il passa la porte avant qu'aucun d'eux n'eût pu protester.

« Euh… d'accord, c'est bizarre », dit Dean avant de s'asseoir sur le bord de son lit, étirant son corps fatigué tandis que Castiel l'observait en silence. « Quoi ? demanda-t-il à l'ange quand il se rendit compte qu'il le regardait.

— Dean. » Castiel fit un pas vers Dean. « Pourquoi me fixes-tu tout le temps ? Es-tu toujours énervé par ce qui s'est passé cette nuit-là, en Caroline du Nord ?

— Quoi ? » dit Dean, sans comprendre de quoi parlait Cas avant de se rappeler : c'était la nuit où Cas avait touché l'empreinte de main. « Non, Cas, je t'ai dit que ça allait. C'était un accident, d'accord ?

— Alors pourquoi ne veux-tu plus croiser mon regard ? »

Avait-il entendu de la tristesse dans la voix de l'ange ? Il releva la tête et plongea le regard dans les yeux bleus de Castiel. L'ange semblait tendu et nerveux, et ses ailes étaient repliées contre son corps. Il détourna immédiatement son regard des ailes pour le ramener vers les yeux de Castiel.

« Ce n'est pas toi, Cas, c'est moi, soupira Dean. Je ne sais pas, je ne me sens pas… bien… depuis quelques temps, je pense que je suis simplement fatigué, et que je ne fais pas vraiment attention où je regarde. Manque de sommeil, tu sais. C'est pas toi, vraiment, » promit-il. Il savait qu'il aurait dû dire à Castiel ce qu'il voyait, mais il n'était pas certain que ce fût réel, et, même si c'était le cas, comment réagirait Cas ? Cette pensée l'effraya et il choisit de tout ignorer. C'était tellement plus facile.

Castiel fixa longuement Dean ; apparemment, il ne savait pas s'il devait le croire ou non, mais soudain son expression devint soulagée, et Dean aurait pu jurer y avoir vu aussi une pointe de joie.

— Très bien. Je te crois, Dean. »

Dean fit un sourire reconnaissant à l'ange avant de voir les ailes se déployer et se mettre à battre. Castiel partit et le laissa seul dans la pièce.

Il allait vraiment aller en enfer pour avoir espionné secrètement les ailes d'un ange.


À suivre…