Comme promis, voilà le dernier chapitre! Je m'arrête là pour le moment et je reviens en fin d'histoire pour un dernier petit message. Bonne lecture!

"***"

Hux ne cessait de jeter des coups d'œil nerveux à son datapad. Il avait vu défiler toutes les minutes depuis la dernière heure et demie. La bonne nouvelle, c'était que personne n'était venu le chercher pour le coller dans un transport en direction de la République. La mauvaise, c'était que Ben n'était toujours pas là alors que c'était ce soir qu'ils devaient fuir tous les deux.

Il soupira.

Après tout, Ben, dans son habituel manque de précision, ne lui avait pas fourni d'heure. Il avait juste prononcé le mot « soir », ce qui en soi était très flou. Hux avait pris le parti de se préparer le plus tôt possible. Juste au cas où Ben aurait été en avance. Et puis ce n'était pas comme s'il avait été surchargé d'activités.

Seulement voilà, Ben n'était pas là. Et Hux n'avait rien d'autre à faire que scruter le temps qui défilait à une lenteur qui le rendait fou.

Il avait mis à contribution les grandes poches du peignoir fourni par Ben pour stocker les dernières rations ramenées par le Jedi. S'ils volaient un vaisseau, il y avait toutes les chances que celui-ci contienne de quoi se nourrir pour un voyage standard. Mais dans le doute, et après le traumatisme de ses journées à dépendre des autres, Hux préférait prévoir le coup.

Sans compter qu'il avait toujours un doute quant au sens de l'organisation de Ben. Le Jedi était plus un instinctif. Alors si Hux pouvait se préparer de façon à ramener un peu d'ordre dans ce qui risquait d'être une expédition chaotique, il n'allait pas se gêner.

Il sentait aussi, sur son côté gauche, le poids de la gourde fournie par Thomps lors de son arrivée dans le cachot. Elle était pleine de l'eau que Hux était parvenu à stocker au cours des journées écoulées. C'était peu mais rassurant de son point de vue.

En revanche, il avait décidé d'abandonner sur place le datapad. Il ne regretterait pas les mauvais romans stockés dessus mais laisser derrière lui un objet technologique aussi utile le chagrinait. Il ne pouvait cependant pas prendre le risque que lui et Ben soient retrouvés à cause d'une puce présente dans l'objet si jamais un jour ils se connectaient par mégarde au holonet avec.

Hux s'imaginait très bien, à des années de là, menant une vie paisible avec Ben, et Leia Organa débarquant d'un coup parce que ce grand crétin d'ex-Jedi aurait utilisé l'objet pour trouver une recette d'anniversaire pour Hux. Ou quelque chose d'aussi stupidement domestique que cela. Hux était persuadé que même si cela devait lui prendre des décennies, jamais Leia Organa n'abandonnerait la recherche de son fils disparu dans les airs en compagnie de Hux.

Il se frotta une joue en soupirant. Il avait de nouveau un début de barbe et il avait hâte que Ben et lui soient en hyperespace, loin de la pyramide, pour qu'il puisse reprendre forme humaine à l'aide d'une douche, même sonique, et d'un coup de rasoir. Peut-être même s'essaierait-il à deux ou trois coups de ciseaux dans les pointes de sa chevelure s'il trouvait le matériel adéquat à bord.

Il se demandait vraiment quel serait le choix de Ben quant à leur destination. Hux y avait beaucoup réfléchi au cours des heures passées mais à titre personnel, il ne parvenait pas à se décider entre rejoindre le Premier Ordre, où il n'avait pas la moindre idée de comment il serait accueilli, ou disparaître anonymement de l'autre côté de la Galaxie. Les deux options avaient leurs avantages et leurs inconvénients. Ben aurait peut-être plus de clarté que lui sur le sujet.

Le cliquetis de ses bottes trop grandes sur les dalles de pierre alors qu'il ne parvenait plus à rester assis sereinement l'agaçait. Il se mit debout et but une gorgée d'eau du seau désormais quasiment vide. Il entreprit d'aussi vider sa vessie. Il n'avait pas spécialement envie mais mieux valait être prévoyant.

Puis il retourna sur son lit et récupéra le datapad. Il était parvenu à occuper trois minutes supplémentaires. Et déjà, c'était surtout parce qu'il avait pris son temps pour réajuster le peignoir de Jedi passé sur ses épaules. Il avait bien soigneusement fermé l'avant comme Ben le lui avait fait ce jour où Leia Organa l'avait convoqué dans son bureau.

Ses mains se crispèrent et ses ongles effleurèrent ses paumes. Immédiatement, il se remit debout avant de se mutiler. Ce n'était pas le moment de gérer aussi bêtement sa nervosité.

Il se rendit à la porte et posa son oreille contre le battant. Mais il n'entendait rien. Pas de Ben, pas de Wexley, pas même le grattement d'un rongeur à longues pattes comme celui que Hux avait tué dans sa cellule.

Le matin même, alors que son estomac avait grogné de faim face au maigre petit-déjeuner apporté par la fille, Hux y avait repensé. Et une part animale, enfouie très profondément dans son cerveau, avait regretté de l'avoir jeté par-dessus le côté du mur. Il aurait été délicieux grillé à la flamme d'une torche. Et cette simple pensée avait fait saliver Hux.

Il ne savait pas où Ben et lui allaient finir, mais il savait que quel que soit l'endroit, il avait intérêt à fournir de la viande digne de ce nom. Hux, qui n'avait pourtant jamais été porté sur la nourriture à part un bon repas occasionnel et son petit faible pour les sucreries, rêvait désormais de festins. Et de lumière. Et de douches chaudes. Et de Ben étalé nu dans un grand lit propre.

Tout ce qu'il ne pouvait avoir aisément ici.

Il s'assit de nouveau sur le bord de son lit et croisa les mains sur ses cuisses pour empêcher tout son corps de frissonner. Cela faisait des mois qu'il attendait ce moment. Des mois qu'il rêvait d'échapper aux griffes de la Résistance. Et maintenant qu'il y était, il tremblait presque autant que sa première fois sur un champ de bataille.

Hux avait toujours plutôt été un stratège et n'avait passé que peu de temps sur le terrain. Mais il avait pris part à quelques combats. Jamais il n'avait été aussi nerveux que maintenant.

Il avait surtout ce désagréable sentiment d'impuissance. Il ne pouvait absolument pas planifier les prochaines heures. Il n'avait qu'une connaissance très partielle de la pyramide. Et il ne savait rien de ses défenses ou des difficultés qu'ils pourraient rencontrer sur leur chemin. Il n'avait même pas la moindre idée de comment ils allaient s'y prendre pour voler un vaisseau, ni si la planète disposait de défenses aériennes. Il ne savait rien. Et c'était pour lui une situation quasiment inédite. Et frustrante. Il ne pouvait pour le moment que faire aveuglément confiance à Ben. Et Hux n'avait bien que son espoir d'un avenir en compagnie du Jedi pour se convaincre que les choses allaient bien se dérouler.

Il bondit sur ses pieds lorsque le verrou tourna brusquement. Il n'avait entendu personne arriver. Ce n'était donc pas ses gardes, qui ne prenaient jamais la peine d'être discrets. Forcément, il s'agissait de Ben.

Cette certitude fut renforcée lorsque la porte s'ouvrit lentement et que Hux ne discerna aucune lueur de torche. A moins qu'il ne s'agisse d'un piège…

_ Hux ?

_ Ben ! chuchota Hux avec ardeur.

Il avait l'impression que son cœur qui avait raté au moins un battement s'emballait de plus bel, si fort que toute la pyramide, toute la planète, risquait de l'entendre.

Dans l'obscurité totale de sa cellule, Hux fit un pas hésitant. Mais avant qu'il n'ait pu poursuivre, la main de Ben caressa sa joue et Hux se blottit un instant contre sa chaleur.

Les doigts de Ben étaient rugueux contre sa peau mais pour Hux, c'était la plus apaisante des sensations.

_ Tout est prêt ? demanda-t-il à Ben d'une voix assurée.

Ils allaient réussir. Il y croyait. Ben et lui réunis, personne ne pourrait les arrêter. Ils étaient étrangement complémentaires. C'était une idée qui plaisait à Hux et il sourit dans la pénombre.

_ Autant que possible, répondit Ben.

Et Hux fut soulagé de sentir la même motivation que lui dans le ton de son amant. Ben avait pris sa décision. Ce soir était le soir où il quittait la Résistance pour une nouvelle vie en compagnie de Hux. Et rien ne le ferait changer d'avis.

_ Fais-moi un point rapide sur la situation, demanda Hux en attrapant la manche de Ben pour le retenir.

Il voulait au moins un aperçu de ce qu'ils allaient affronter avant de gagner définitivement leur liberté.

_ Nous n'avons pas d'autre choix que de partir maintenant, fit Ben. Ils ont prévu de te mettre dans une navette vers Hosnian Prime dans quelques heures. En fait…

Il hésita et soupira.

_ En fait ton départ était prévu cet après-midi, grogna-t-il d'un ton aigri. Tu penses bien que personne ne me l'a dit mais j'ai pioché l'information dans quelques têtes. J'avais raison de me méfier.

_ Et qu'as-tu fait ? le pressa Hux qui sentait sa colère gonfler en s'imaginant en route vers le cœur de la République et loin des bras de Ben.

_ J'ai saboté le moteur du vaisseau, admit Ben. J'aidais mon père à réparer deux ou trois trucs sur le Faucon et j'en ai profité pour m'éclipser quelques minutes. L'aire de décollage est suffisamment vaste pour que personne ne m'ait vu. Je m'en suis assuré. Le temps que les mécanos remettent tout en place, ils avaient repoussé la mission à demain matin.

_ Merci Ben, souffla Hux.

Les lèvres de Ben trouvèrent enfin les siennes pour un rapide baiser.

_ Tu sais, murmura Ben contre sa bouche, que je les aurais tous taillés de mon sabre pour te sortir de là si ça avait été nécessaire.

_ Je le sais, répondit le Général qui sentait vibrer le large corps de Ben contre le sien et la passion dans sa voix.

Tout comme il savait qu'il était lui-même prêt à abattre n'importe qui se mettant entre Ben et lui.

_ Et quoi d'autre ? reprit Hux.

_ Ma mère a lancé l'assemblée il y a quelques minutes à peine. Je pense que nous avons peu de temps devant nous avant que quelqu'un ne remarque mon absence.

_ Rey n'était pas chargée de te surveiller ? fit Hux.

_ Non. Apparemment ma mère avait une autre mission pour elle mais tu penses bien qu'on ne me dit plus rien. Mais Wexley et Brance n'ont pas arrêté de me suivre ces dernières heures. Je suis certain que c'était sur ordre de ma mère.

_ Tu as réussi à les semer ?

L'hésitation de Ben fit froncer les sourcils de Hux.

_ Ben ? insista-t-il.

_ Non, je ne les ai pas semés, grommela Ben. Et même si ça avait été le cas, ils auraient tout de suite été rapporter ma disparition à ma mère. Et on aurait eu toutes les troupes aux fesses.

_ Ben, qu'est-ce que tu as fait ?

Ben soupira comme un adolescent.

_ Disons que je… euh… je les ai peut-être manipulés pour qu'ils me suivent docilement et que je compte les enfermer ici le temps pour nous de disparaitre.

_ Tu… veux les mettre dans ma cellule ? murmura Hux.

_ Oui ?

Un rire nerveux remonta dans la gorge de Hux. Il adorait l'ironie de la situation.

_ Je ne vois pas d'autre solution ! s'empressa d'expliquer Ben qui avait l'air de supposer que Hux serait furieux contre lui pour cette idée. Ici au moins, ils ne pourront pas joindre ma mère et s'ils crient, personne ne les entendra. Je ne pourrai pas maintenir mon contrôle sur leurs esprits indéfiniment. Surtout lorsque nous nous serons éloignés. Alors je me suis dit…

_ Et c'est une idée formidable Ben, le coupa Hux qui pouvait sentir la nervosité de son amant.

A tâtons, ses mains remontèrent sur son visage avant de l'attirer vers lui pour un nouveau baiser fugace.

_ Ils ont des armes que je pourrais utiliser ? fit alors Hux qui était de plus en plus impatient de partir.

_ Ils en ont mais je ne préfèrerais pas que tu les prennes. Elles ont peut-être des traceurs.

Hux opina. Evidemment. Il serait idiot de se faire repérer ainsi.

_ Hux ? dit Ben d'une petite voix.

_ Oui ?

_ Nous devrions partir vite. Le plus vite possible. Ma mère se méfie déjà. En fait, tout le monde se méfie déjà. Et j'aimerais autant ne pas faire trainer les choses.

Hux opina. Ben avait raison.

_ Je t'expliquerai rapidement mon plan en cours de route, poursuivit ce dernier.

Hux était satisfait de savoir que Ben avait au moins quelque chose qui s'apparentait à un plan.

_ Allons-y, approuva-t-il avec fermeté.

Et pour montrer sa détermination à Ben, il récupéra le datapad posé sur son lit et le jeta à terre. Il l'écrasa d'un coup de bottes et l'appareil grésilla avant de rendre l'âme. Il ne l'emmènerait pas avec lui, mais il ne voulait pas que Wexley et ce fameux Brance que Hux ne connaissait pas puissent trouver là un moyen de communication.

Puis il s'avança vers la sortie qu'il ne pouvait voir.

La main de Ben le retint.

_ Hux, murmura le Jedi. Si jamais les choses tournaient mal…

_ Les choses ne vont pas mal tourner, le coupa Hux avec humeur. Je ne crois pas aux idioties comme le destin Ben. Mais je sais que toi et moi, nous devons être ensemble. C'est la seule vérité pour moi.

Le bras du Jedi passa autour de la taille de Hux et le serra contre lui. Aussi pressé qu'il était de partir, Hux lui rendit son étreinte et sourit quand le long nez de Ben plongea dans ses cheveux comme pour s'imprégner une dernière fois de son odeur.

_ Quoi qu'il arrive ce soir, fit Ben dans son oreille, je suis heureux de t'avoir rencontré. Pour la première fois de ma vie, je me sens à ma place, dans tes bras.

_ La seule chose qui va arriver ce soir, c'est que nous allons partir et être très heureux. Ensemble. Et là je te promets de te couvrir de baisers et de mots doux. Et nous éliminerons tous ceux qui se mettront entre nous et cet avenir. Nous sommes d'accord Ben ?

_ Nous sommes d'accord Hux.

La grande main de Ben saisit la sienne et la serra brièvement en un pacte tacite entre eux.

_ Allons-y, confirma Ben.

Lorsqu'il poussa Hux en direction de la porte, leurs semelles craquèrent sur les débris du datapad et Hux abandonna sans regret la cellule humide derrière lui.

« *** »

Hux savait que Wexley et Brance étaient là, dans le couloir avec eux. Mais il ne pouvait absolument pas les voir. C'est à peine s'il entendait le bruit de leurs respirations si vraiment il tendait l'oreille.

_ Entrez à l'intérieur, fit Ben avec une autorité dans la voix que Hux ne lui avait encore jamais entendue.

Cela le fit frissonner. Et il n'avait plus qu'une hâte, c'était de quitter cet endroit. Non seulement pour reprendre sa liberté, mais aussi, et surtout en cet instant, pour avoir le loisir de toucher Ben absolument quand il le désirait.

Des bottes foulèrent le sol à quelques centimètres de Hux et il recula prestement. Puis, il se fit un plaisir de claquer lui-même le lourd battant de la porte de bois sur ceux qui avaient été ses geôliers. Ben verrouilla ensuite la massive serrure.

Puis il déposa dans un coin les armes qu'il avait confisquées à Wexley et Brance pour éviter qu'ils ne s'en servent pour sortir. Hux regretta une fois de plus de ne pas pouvoir les utiliser. Mais Ben avait raison. Leur situation était déjà bien assez précaire ainsi et ils ne devaient prendre aucun risque inutile.

_ Par ici, fit Ben en lui saisissant la main.

Il serrait un peu trop fort les doigts de Hux mais celui-ci ne dit rien. Au contraire, il tint Ben avec la même ferveur, comme si leurs mains liées allaient repousser quiconque tenterait de les séparer.

Ben l'entraîna vers le long couloir qu'ils avaient suivi pour rejoindre les douches quelques soirs auparavant. Hux espérait juste que cette fois-ci, Leia Organa n'allait pas débouler de nulle part pour le ramener au cachot.

Mais Ben semblait bien plus sûr de lui que lors de cette fameuse nuit.

_ Je t'ai dit l'autre jour que j'avais passé quelque temps à explorer le sous-sol ? reprit-il à mi-voix.

_ Oui, confirma Hux.

_ Je n'ai pas seulement trouvé un escalier menant aux douches. J'en ai trouvé un qui débouche presque sur une des portes arrière de la pyramide. Elles ne sont plus utilisées parce que coincées par des éboulements ou la jungle. Mais je me crois capable de régler ce problème. Et ça nous permettra d'éviter quasiment tous les gardes.

_ C'est une excellente nouvelle, répondit Hux. Et j'ai pleinement confiance en tes capacités.

Après tout, un petit compliment gonflant l'ego de Ben ne pouvait pas faire de mal.

_ L'autre soir, quand je suis venu te chercher, j'ai pensé un instant à te mener jusque là pour que nous partions. Mais je n'étais pas prêt, avoua le Jedi.

_ Et maintenant, tu l'es ? fit Hux même s'il connaissait déjà la réponse.

_ Plus que jamais.

Et Hux n'avait aucune raison d'en douter.

_ Une fois à l'extérieur, combien de gardes auront nous à affronter ? enchaîna-t-il.

_ Pas tant que ça, répondit Ben. Comme je te l'ai dit, ce soir était un gros évènement et tout le monde voulait participer, poser ses questions, être rassuré. L'attaque du Premier Ordre a laissé des traces dans les rangs, tu peux me croire.

Hux sourit mais laissa Ben poursuivre.

_ Enfin bref, déjà, nous évitons tous ceux postés dans les couloirs. Il y aura peut-être une ou deux patrouilles à l'extérieur mais si nous nous débrouillons bien, nous pourrons sûrement les éviter. Et au pire s'ils nous voient…

La fin de sa phrase ne laissa aucun doute dans l'esprit de Hux. Ben avait son sabre et la Force. Deux éléments dont il n'hésiterait pas à se servir si nécessaire.

_ Le plus délicat, reprit-il, ce sera sur le tarmac. Il y aura sûrement aussi quelques gardes. Et peu d'endroits pour nous cacher. La bonne nouvelle, c'est que j'ai préparé le Faucon pour notre départ. Je me suis assuré qu'il y avait à bord tout ce dont nous aurions besoin.

Hux fronça le nez. Le Faucon Millenium était un vaisseau mythique certes, mais il avait aussi un âge canonique. Ben dut sentir ses réticences car lorsqu'il reprit, ce fut d'un ton boudeur.

_ Le Faucon est un vaisseau incroyablement rapide ! argua-t-il. Avec lui, personne ne sera capable de nous arrêter. Et pour info, j'ai appris à piloter sur ce vaisseau. Je le connais par cœur. Même si on tente de nous stopper en vol, je suis capable de tout éviter.

_ Ben, reprit Hux. Je t'ai dit que je te faisais confiance. Je te fais confiance.

Le bras de Ben entoura ses épaules et Hux crut un instant que le Jedi allait le plaquer à un mur pour l'embrasser. Si ça n'avait été pour l'urgence de la situation, Hux aurait été tout à fait d'accord. Mais Ben se contenta de le guider à travers les débris de roche. Ils avaient atteint le passage du couloir le plus difficile et Hux avait besoin du soutien de Ben à défaut d'avoir ses yeux.

_ Et tu ne crois pas que ta mère aura renforcé la sécurité connaissant les doutes qui planent sur nous ? fit Hux après qu'ils aient sauté au-dessus d'un trou dans le sol.

_ Je pense que pour elle, envoyer à la fois Wexley et Brance, c'était renforcer la sécurité. Elle ne réalise pas à quel point je suis devenu puissant. A quel point tu m'as rendu puissant.

Hux opina. La réponse de Ben était flatteuse mais Hux doutait qu'il ait rendu Ben plus puissant. Ben avait déjà été capable de faire exploser une caméra avec son esprit dès leur première rencontre. Il suspectait plutôt qu'à son contact, Ben avait surtout perdu les barrières derrière lesquelles sa mère et son oncle avaient enfermé son esprit. Qu'il osait s'approprier davantage un pouvoir qui avait été le sien depuis le début.

Ils marchèrent en silence pendant encore quelques minutes, Ben continuant de guider Hux dans l'obscurité. Régulièrement, Hux tendait l'oreille, mais il ne percevait rien d'autre que le bruit de leurs pas. Il supposait que de son esprit, Ben faisait la même chose, explorant la pénombre à la recherche d'un éventuel poursuivant.

Pas une fois Ben ne relâcha Hux, gardant toujours une main sur lui, même lorsqu'il l'aida à contourner un obstacle ou à escalader un éboulis.

Puis Ben le fit stopper.

_ Il y a un escalier sur notre droite, expliqua-t-il. Nous allons le grimper et déboucher dans un couloir. Normalement, cette partie de la pyramide n'est pas sécurisée donc personne ne s'y rend. Mais il me faudra peut-être plusieurs minutes avant de parvenir à débloquer une porte et donc il va falloir que tu surveilles. Si je suis concentré sur autre chose, il est possible que je ne perçoive pas quelqu'un s'approchant. Alors surtout, si tu as le moindre doute, tu me préviens.

Hux opina même s'il ne savait pas trop comment il pourrait surveiller quoi que ce soit dans le noir total.

_ Des patrouilles font régulièrement le tour de la pyramide, poursuivit Ben. Donc nous devons nous montrer très vigilants à partir de maintenant. Tu penses en être capable ?

Hux roula des yeux, se demandant une fois de plus si Ben pouvait sentir ses expressions faciales.

_ Ben, reprit-il, tu n'en as peut-être pas conscience mais je suis à la base un militaire surentraîné sorti major de promotion de la plus prestigieuse académie du Premier Ordre. Alors oui, je pense être capable de rester vigilant.

_ Je supposais que tu n'étais arrivé là que grâce à ton père, murmura le Jedi à son oreille, faisant se dresser les cheveux sur sa nuque.

_ Tu veux vraiment, grogna Hux, qu'on parle privilèges familiaux ? Vraiment ? Ben Organa Solo, fils de deux légendes de la Galaxie, neveu du plus célèbre des Jedis et petit-fils de Darth Vader ?

_ Arrête, grommela Ben en resserrant ses doigts sur la taille de Hux.

_ Tu es celui qui a lancé le sujet, lui rappela ce dernier.

_ D'accord, d'accord, je ne dis plus rien. N'empêche…

Ses lèvres frôlèrent le lobe de Hux.

_ … que je me demande la tête qu'aurait fait ton père s'il avait appris que tu folâtrais avec un Skywalker.

_ Probablement la même tête qu'a fait ta mère quand je lui ai dit que j'écartais les cuisses pour toi.

Ben rit doucement contre son cou et Hux posa les mains les siennes et les caressa.

_ Nous ferions mieux d'y aller, murmura le Général. Et promis, je serai vigilant et je te préviendrai si je vois quoi que ce soit sortant de l'ordinaire.

_ Oh je ne m'en fais pas, sachant que mes arrières seront couverts par un… comment disais-tu ? Un militaire surentraîné fayot de la classe et fils à papa ?

Hux donna un coup de coude à Ben qui recula prestement.

_ Idiot, grogna-t-il, sans pouvoir dissimuler l'amusement dans sa voix.

Il savait qu'ils auraient dû se dépêcher, courir le plus rapidement possible en haut des escaliers et fuir dans la jungle pour récupérer le Faucon. Mais ce petit intermède leur avait permis de se détendre avant ce qui risquait d'être une plongée en enfer s'ils croisaient une patrouille ou que leur absence était détectée plus tôt que prévu.

Ben poussa d'ailleurs un long soupir.

_ Il faut qu'on y aille, admit-il à son tour, le ton de sa voix soudain bien plus grave.

_ Oui.

Les bras de Ben se serrèrent une dernière fois autour du corps de Hux et il lui saisit le biceps pour le mener le long des marches inégales contre lesquelles le Général butta deux ou trois fois. Heureusement, son amant le tenait fermement et le retint à chaque fois.

Une fois en haut, ils rencontrèrent une porte de bois similaire à celle menant au cachot de Hux. Ben l'ouvrit sans difficulté, si ce n'était pour le fait qu'elle grinça sur ses gonds rouillés. Ils se figèrent tous deux. Hux tendit l'oreille mais il ne perçut que le bruit rapide de sa respiration et de celle de Ben. Monter les escaliers ne les avait pas essoufflés mais la perspective d'être pris aussi bêtement avait accéléré le cœur du Général. Il devait lutter contre son corps pour reprendre le contrôle de son souffle et il sentait Ben faire de même à ses côtés.

Les yeux de Hux sautèrent sur les quelques rayons de lumière qu'il discernait à présent. Comme partout dans la pyramide, ce côté était composé de pierres fissurées qui laissaient entrer la lueur claire de la lune. Encore un élément qui jouait en leur défaveur. Il aurait été pour eux plus aisé de s'enfuir dans l'obscurité totale.

Tout un côté du mur en hauteur était tombé sur leur droite et lorsqu'il levait le regard, Hux pouvait voir les points brillants des étoiles. Il avait du mal à croire que bientôt, il pourrait de nouveau voguer librement entre les corps célestes. Il y avait si longtemps qu'il n'avait plus vu l'espace autour de lui.

Ses derniers trajets avaient été faits avec un sac sur la tête ou enfermé dans des pièces sans visibilité. Il s'imaginait sans mal aux commandes d'un vaisseau, frôlant planètes et comètes et profitant de la quiétude si particulière qu'il trouvait en vol. Il avait hâte. Même si le vaisseau en question était un vieux coucou comme le Faucon Millenium. Non seulement ce machin était connu pour ne fonctionner qu'une fois sur deux, mais en plus, ils allaient probablement avoir aux fesses tous les truands de la Galaxie si jamais ils se faisaient repérer dans cet engin.

_ La voie est libre, fit Ben contre lui, le coupant dans ses pensées.

Hux approuva. Il n'avait lui non plus rien entendu de suspicieux.

La main toujours posée sur son dos, Ben le guida sur la gauche, loin de la partie bloquée par la chute du plafond. Ils marchèrent quelques dizaines de mètres avant d'atteindre une nouvelle porte dont Hux supposa qu'elle donnait sur l'extérieur.

_ C'est de cette porte dont je parlais, expliqua Ben en posant la main sur la poignée qu'il poussa avec insistance.

Le vieux panneau de bois ne bougea même pas.

_ Je pense qu'il va falloir que j'y aille avec la Force. Alors si tu pouvais juste…

_ Oui, rester attentif, confirma Hux. J'avais bien compris.

Il se plaça à un bon mètre de Ben et se hissa sur la pointe de ses bottes trop grandes. Heureusement qu'il s'était habitué à marcher avec et qu'il les perdait beaucoup moins qu'auparavant.

De là où il était, il atteignait une petite fissure dans le mur par laquelle il pouvait jeter un œil ou mieux entendre les sons de l'extérieur. De la jungle, il percevait surtout le cri des animaux, principalement ce qu'il supposait être des oiseaux nocturnes ou les bruissements de gros insectes. Ben n'avait pas parlé de la présence d'animaux dangereux. Au moins une chose dont ils n'auraient pas à se soucier.

Fermant un œil, il scruta l'extérieur de l'autre. La nuit était si claire qu'il distinguait sans mal au loin la frondaison des arbres. Ils étaient énormes et immobiles dans la nuit sans vent et Hux avait bien du mal à concevoir le fait qu'au delà de leurs larges branches se trouvait peut-être la piste d'atterrissage qui le mènerait à sa liberté.

Il ne savait pas trop à quel endroit de la pyramide ils se trouvaient exactement. Il se doutait juste que ce n'était pas la face par laquelle ils étaient arrivés la première nuit, trempés par la pluie. Ils devaient être sur un côté ou à l'arrière. Auquel cas, la route jusqu'aux vaisseaux serait un peu plus longue. Hux se demanda si Ben comptait longer les hauts murs de l'édifice ou plonger de suite dans la jungle au risque de s'y égarer. Mais avec ses super pouvoirs, Ben ne pouvait pas s'égarer, non ?

Il se tourna pour poser la question à son amant mais se figea quand il le trouva le visage fermé et une main tendue vers la porte. Sa mâchoire était serrée mais il retroussait les lèvres en une mine féroce, presque animale. Et l'air autour de lui paraissait trembler et s'épaissir. Hux frissonna. Cela faisait longtemps que Ben ne lui avait pas fait une telle démonstration de sa puissance.

La porte craqua sur ses gonds mais ne bougea pas. Et par la mince fente, Hux ne pouvait pas voir ce qui la bloquait ainsi.

Ben insista et Hux était tiraillé. Le soldat en lui ne voulait pas prendre à la légère sa mission de surveillance, même s'il semblait clair qu'il n'y avait pour le moment personne dans les parages. Mais l'homme qu'il était aurait aimé reporter toute son attention sur le fascinant spectacle de son amant, les traits tendus par l'effort. Un mince filet de sueur coulait le long d'une de ses tempes alors que la porte battait de plus en plus fort sur ses gonds sans pour autant s'ouvrir.

_ Kriff ! grogna alors Ben avec humeur et il tourna brusquement la main.

Dans un effroyable vacarme, la porte vola en éclats et Hux eut juste le temps de se jeter à terre pour éviter les projectiles.

_ Kriff Ben ! Je croyais qu'on devait rester discrets ! chuchota-t-il avec le plus de colère possible, se frottant les paumes pour les débarrasser de la poussière et des graviers qui s'y étaient incrustés.

Il se remit debout lentement sous le regard boudeur de Ben.

_ N'empêche que je l'ai eue, grommela celui-ci.

Hux soupira et secoua la tête.

Effectivement, Ben avait eu la porte. Il n'en restait absolument plus rien. C'est là qu'ils purent découvrir un énorme tas de pierres et un enchevêtrement de lierre qui s'étaient alliés pour garder la porte jusqu'à présent soigneusement fermée.

_ Tu n'es pas blessé ? maugréa alors Ben quand Hux vint se placer à ses côtés.

_ Non, ça va, admit celui-ci en hésitant à ajouter une petite vacherie bien méritée.

Mais ils n'avaient pas le temps pour ça.

_ Et toi ? fit-il tout de même.

_ Ca va, répondit à son tour Ben.

_ Alors nous ferions mieux de filer avant que quelqu'un n'arrive.

Ben opina mais leva tout de même une main pour ramener en arrière une des mèches de Hux tombée sur son front. Ce devait être sa manière à lui de s'excuser et Hux le laissa faire.

Puis, ils grimpèrent sur le tas de pierres et rampèrent à plat ventre pour se glisser sous les larges et solides branches de lierre. Hux grimaça en les sentant caresser ses cheveux. D'accord, il n'était pas très propre mais cette plante devait contenir tout un tas de bestioles dégoûtantes et il avait déjà eu son compte avec le rongeur de l'autre jour.

Il lui fallait juste espérer que l'espèce de cataclysme que Ben avait déclenché dans leur mini écosystème aurait suffit à tous les faire fuir pour le moment.

Quand ils furent passés, Ben lui tendit la main pour l'aider à descendre et Hux la saisit sans hésitation.

_ Le spatioport se trouve sur notre droite, expliqua le Jedi. Nous allons tenter de passer par le chemin. C'est plus dangereux mais traverser la jungle nous prendrait trop de temps. Il va juste falloir faire très attention.

Puis il regarda la lune comme si sa lueur bleuté était une insulte personnelle à leur tentative de fuite.

Hux approuva, même s'il songea à pinailler sur l'appellation de spatioport pour ce qui n'était juste qu'une grosse clairière.

Ensemble, ils longèrent le mur de la pyramide, profitant de l'ombre des blocs de pierre au sol pour se dissimuler à intervalles réguliers et s'assurer que rien n'approchait. Mais Ben avait eu raison. Presque tout le monde devait se trouver à l'allocution de Leia Organa.

Ce ne fut qu'une fois à proximité de l'angle que Ben poussa Hux sur le côté. Ce dernier rampa dans une fissure étroite où il s'accroupit. Ben se cala tant bien que mal sur le côté et lui fit signe de rester silencieux. Hux roula des yeux. Il avait de toute façon bien compris que ce n'était clairement pas le moment d'entonner l'hymne du Premier Ordre à pleins poumons.

Là seulement Hux entendit les voix et les bruits de pas. Il fit une moue désapprobatrice. Des gardes qui papotaient durant le service, ça n'aurait clairement pas été permis à bord du Finalizer ! Un peu de concentration était nécessaire dans une mission de surveillance !

Ben leva la main et fit un petit geste du bout des doigts, comme s'il saluait la patrouille. Cela fit froncer les sourcils à Hux et il tendit le cou pour mieux se rendre compte de ce qu'il était en train de se passer.

Malgré le fait que Ben ait été plus que visible, à l'entrée de la fissure, avec son long nez brillant sous les rayons de la lune, la patrouille passa sans les voir. Sans même un regard dans leur direction.

_ Tu as bidouillé quelque chose dans leur esprit ? murmura Hux à l'oreille de Ben une fois les gardes disparus au loin.

Ben haussa les épaules.

_ J'ai tenté un truc, admit-il. Après est-ce que ça a fonctionné ou est-ce que ces types sont juste pleinement incompétents, je n'en suis pas sûr.

Cela fit sourire Hux. Au moins un peu.

Puis Ben ressortit de leur cachette et lui saisit la main pour l'entraîner jusqu'au bout du mur. Une fois là, Hux reconnut vaguement la façade par laquelle ils étaient arrivés le premier jour. Et surtout, la grande esplanade découverte qu'ils avaient dû traverser pour atteindre la pyramide. Les premiers arbres semblaient bien lointains à Hux et passer par ici serait sans doute l'une des parties les plus périlleuses de leur périple. De nouvelles patrouilles pouvaient débarquer. D'autres encore devaient garder la porte d'entrée la plus utilisée, là où Hux avait rencontré Lor San Tekka. Hux se demanda brièvement si le vieil homme avait encore le visage marqué des coups de Ben mais il ne posa pas la question.

Il y avait aussi le risque que qui que ce soit les aperçoive par les larges fentes qui parsemaient la pyramide. La plupart de ses occupants avaient beau être massés dans une salle à écouter Organa les rassurer sur leur avenir, il n'empêche qu'il risquait toujours de rester des traînards ou des soldats à la vessie pleine quittant précipitamment l'assemblée.

_ Que faisons-nous maintenant ? demanda-t-il à l'oreille de Ben.

Ce dernier mit quelques secondes à répondre, comme s'il était à la recherche des bons mots. Il tourna vers Hux une mine contrite et ce dernier craignit le pire.

_ En fait, c'est là la partie faible de mon plan, admit-il. A part traverser en courant en espérant que personne ne nous repère, je n'ai pas vraiment d'idée.

Hux se retint à grand peine de ne pas se pincer l'arête du nez. Evidemment que le soi-disant plan de Ben allait laisser une grande part à l'improvisation, ou pire du point de vue de Hux, à la chance.

_ Avoue, se défendit le Jedi, que ce n'est pas facile de passer à couvert ! J'ai fait un petit tour par la jungle pour tâter le terrain. Mais même en plein jour, j'ai failli rouler dans plusieurs fossés et butter dans pas mal de talus. J'ai manqué de me recevoir des lianes tombant d'un coup des arbres et j'ai croisé plusieurs serpents et des insectes plus gros que ma main. Du coup, je me suis dit que ce n'était pas le passage le plus raisonnable. Sans compter qu'il m'a fallu dans les dix minutes pour faire cent mètres ! Alors oui, je pourrais sûrement nous tailler un chemin à coup de sabre mais je ne suis pas certain qu'on y gagnerait niveau discrétion.

Hux soupira. Au moins Ben avait essayé une alternative. Il ne pouvait pas lui en vouloir à ce niveau.

_ Et tu ne peux pas nous dissimuler avec la Force ou je ne sais quel autre super pouvoir ? insista-t-il.

_ La Force n'est pas un super pouvoir, grogna Ben. C'est juste une énergie qui…

_ Oui, oui, le coupa Hux. On n'a pas le temps. Est-ce que tu peux nous aider comme tu l'as fait avec la patrouille tout à l'heure ou pas du tout ?

Ben hocha lentement la tête.

_ Je peux toujours essayer mais ça ne marchera que sur les esprits faibles ou non entraînés. Contre un grouillot de base, ça peut fonctionner. Mais si ma mère ou Rey jettent un coup d'œil à l'extérieur, je ne me fais pas d'illusions. Elles vont nous repérer tout de suite.

Hux resta un instant à observer l'esplanade qui s'ouvrait devant eux. Il n'y avait absolument rien pour se cacher. Tout était plat et vide. Au moins là-dessus, La Résistance avait observé les principes de base d'un camp militaire. Hux se réjouissait juste qu'il n'y ait pas de miradors ou autres défenses plus poussées, comme c'était le cas dans les installations du Premier Ordre. Le manque de personnel au sein de la Résistance après l'attaque de D'Qar était une vraie aubaine pour eux.

_ Bon, admit-il à contrecœur. Je suppose que tu as raison. A part courir, nous n'avons rien à faire.

Ben serra la main de Hux.

_ Je ne te lâcherai pas, promit-il.

Hux secoua la tête et dégagea doucement ses doigts.

_ Je pense qu'on ira beaucoup plus vite si l'on est séparés.

Courir main dans la main avec quelqu'un était bien plus difficile, peu efficace et s'apparentait à coller une grosse cible sur leurs dos à tous les deux. Au moins, s'ils étaient repérés, s'enfuir dans des directions différentes pourrait leur donner un peu de répit.

Ben fit la moue mais ne protesta pas.

_ Seulement si on se retrouve séparés… commença-t-il.

_ Si l'on se retrouve séparés, le coupa Hux, on se rejoint à l'entrée de la clairière avec les vaisseaux. Du côté gauche, dans la jungle, précisa-t-il.

Ben opina.

_ Et si l'un de nous se fait prendre...

Hux secoua la tête.

_ Si l'un de nous se fait prendre, tu sors ton sabre et tu tentes le tout pour le tout. Il est hors de question que je retourne dans ce cachot et il est hors de question que je parte sans toi. C'est bien compris Ben ?

_ C'est bien compris Hux, confirma Ben d'une voix grave.

Hux eut envie de l'embrasser. Même si ce n'était clairement pas le moment et qu'ils étaient pris par le temps.

Et puis Kriff ! Malgré l'assurance qu'il affichait et sa foi dans leur efficacité conjuguée, Hux ne pouvait écarter la possibilité qu'ils allaient se faire tuer ici, dans ce champ à découvert.

Alors, il attrapa les cheveux de Ben et l'attira à lui pour un dernier baiser passionné, sa langue plongeant dans la bouche de son amant sans lui laisser le moindre répit.

Ben gémit et serra Hux contre son corps, ses mains caressant fiévreusement le dos du Général.

Lorsqu'ils se séparèrent, leurs souffles étaient aussi courts que s'ils avaient déjà traversé l'esplanade au pas de course.

_ Je t'aime, fit une fois de plus Ben dans son oreille. Et rien ni personne ne nous empêchera de partir.

Hux caressa sa joue et opina d'un air déterminé.

_ Je te crois.

Ils ne se quittèrent pas du regard pendant la longue minute qu'il leur fallut pour que leurs cœurs battent à une vitesse raisonnable. Et Hux pouvait voir la détermination en Ben comme lui devait voir la sienne. Eux contre la Galaxie entière. Il y avait songé. Il avait désormais l'impression de le vivre.

Puis Ben hocha la tête et après un bref décompte, tous deux s'élancèrent sous la lumière traîtresse de la lune.

Hux courut aussi vite que ses pieds mal chaussés le lui permettaient. Ben aurait sûrement pu facilement le distancer, avec ses longues jambes mais le Jedi restait obstinément en retrait, calquant son allure sur celle du Général, sans doute pour le protéger.

Hux avait beau fixer ses yeux sur la ligne des arbres qui se rapprochait bien trop lentement à son goût, il avait tout de même l'impression de sentir le regard de tous les membres de la Résistance sur son dos. Et il serra les poings lorsqu'il imagina sans mal un tir de blaster le transperçant entre les deux omoplates.

Trop rapidement, ses poumons commencèrent à brûler et ses cuisses à trembler. Il s'était toujours considéré comme en plutôt bonne forme physique mais ses semaines enfermé sans exercice, et avec une alimentation bien pauvre, l'avaient visiblement marqué. Et il crispa les mâchoires pour ne pas ralentir l'allure.

_ Courage ! lança Ben avec ardeur derrière lui comme s'il avait senti sa baisse de régime.

La main du Jedi effleura le bas de son dos et Hux se força à aller de l'avant, de plus en plus vite, malgré la sueur qui roulait en grosses gouttes dans son dos et sur son front, coulant dans ses yeux et troublant sa vision.

Il enragea de trouver le Jedi bien moins essoufflé que lui. Mais à en juger par le physique exceptionnel de Ben, Hux se doutait qu'il devait passer plusieurs heures par jour à entraîner son corps d'une manière ou d'une autre.

Hux, lui, ne tenait plus que par sa rage, son désir de liberté, et la présence de son amant.

Il ne savait pas comment il allait encore tenir sur ses jambes une fois la barrière de la jungle atteinte mais il décida de traiter un problème à la fois. Et pour le moment, son besoin le plus immédiat était de continuer à courir.

Il poussa un grognement de victoire lorsqu'enfin ils furent à couvert sous les arbres. Sans même attendre les instructions de Ben, Hux plongea derrière un buisson et tomba à genoux, les mains au sol et la respiration sifflante. Avec sa bouche ouverte inspirant de grosses goulées de l'air saturé d'humidité de la jungle, il avait l'impression d'être un poisson en train d'agoniser sur une plage.

Ben s'agenouilla à ses côtés et lui passa une main dans les cheveux, dégageant de ses mèches son front trempé. Hux constata avec une certaine aigreur que le Jedi respirait toujours normalement, comme si caler son rythme sur celui de Hux avait été un exercice des plus aisés.

_ Dès que tu te sens prêt, nous devons repartir, pointa-t-il.

Ils avaient fait le plus gros du chemin et il aurait été dommage de faiblir maintenant, Hux le savait. Mais lorsqu'il ouvrit la bouche pour répondre, il ne produisit qu'un croassement qui fit sourire son amant.

_ Ca va aller ? le taquina celui-ci. Ou tu veux que je te porte ?

Hux parvint tout de même à rouler des yeux. Cela faisait un moment que Ben ne l'avait plus enquiquiné avec le fait de le porter. Et il n'allait certainement pas lui faire ce plaisir. Même s'il devait en crever d'épuisement, Hux repartirait sur ses deux jambes.

Il allait le lui cracher au visage quand il fut interrompu.

_ Qui est là ? lança avec force une voix venant du sentier serpentant dans la jungle.

Et cette fois, Ben sursauta autant que Hux. A l'instar de ce jour où ils avaient été surpris par Thomps, le Jedi avait été si concentré sur son amant qu'il en avait oublié de surveiller les alentours. Hux aussi d'ailleurs. Mais lui avait été si épuisé qu'il n'entendait de toute façon pas grand-chose de plus que sa respiration et son sang ronflant dans ses tympans.

Tous deux se figèrent et échangèrent un regard inquiet. Ben était livide, même dans la pénombre de la jungle. Hux se força à calmer les battements de son cœur et à réguler ses inspirations. S'ils ne bougeaient pas, s'ils ne faisaient aucun bruit…

_ Ce n'est pas la peine de te cacher là-dedans, poursuivit l'homme. Je sais que tu es là. Et si tu ne sors pas immédiatement, je tire dans le tas. Que tu sois un allié ou une saloperie d'espion.

Hux vit très clairement le visage de Ben se décomposer. Le Jedi se mordait la lèvre inférieure et ses yeux se remplirent de larmes. Hux lui jeta un regard paniqué. Ce n'était pas le moment de flancher. Ils allaient passer ! Si l'homme était seul, cela ne devrait pas être un problème.

_ J'aurai prévenu, conclut le type d'un air goguenard.

Le tir de blaster frôla l'oreille de Hux qui bondit sur le côté. Il rampa en direction de Ben dont les yeux écarquillés allaient du Général à la trace que le tir avait laissé au sol près de lui.

_ Ben, fais quelque chose ! ordonna Hux à mi-voix.

_ Toujours pas décidé à sortir ? lança l'inconnu. Dans ce cas…

Le deuxième tir fit voler les feuilles d'un arbuste juste au-dessus de leurs têtes à tous les deux. Quelques-unes tombèrent dans les cheveux de Hux et il les repoussa d'un geste rageur. Cela parut au moins sortir Ben de sa torpeur.

Il avala sa salive si fort que Hux l'entendit. Puis il se passa une main tremblante sur le visage avant de prendre les doigts de Hux entre les siens.

_ Allons-y, annonça-t-il d'une voix brisée mais déterminée.

Il aida Hux à se relever, les brindilles craquant sans discrétion sous leurs semelles.

_ Ah, enfin, fit l'homme du sentier. Sors de là les mains en l'air.

_ C'est moi papa, annonça Ben en sortant de la couverture des arbres, Hux sur les talons.

Le cœur du Général manqua un battement quand, à la lueur claire de la nuit, il reconnut face à eux Han Solo, un blaster à la main et un air confus sur son visage marqué.

Hux n'avait pas identifié sa voix lorsqu'il les avait interpelés. Mais il n'avait croisé l'homme qu'une fois, lors de la fête d'Endor. Ben, lui, l'avait de suite reconnu et Hux comprenait désormais son moment de faiblesse.

_ Ben ? s'exclama Solo. Qu'est-ce que tu fais là ?

Puis ses yeux tombèrent sur Hux et il secoua la tête.

_ Non Ben, dit-il d'une voix ferme. Ne me dis pas que tu es en train de faire ce que je crois que tu es en train de faire.

_ Nous partons, annonça Ben.

Sa voix aurait pu paraître calme et déterminée à quelqu'un qui le connaissait mal. Mais Hux saisit tout de suite les hésitations et les brisures. Han Solo aussi, probablement.

_ Ben ! reprit Solo en secouant la tête. Arrête tes bêtises. Tu ne vas quand même pas rejoindre le Premier Ordre.

_ Je n'ai pas dit que j'allais rejoindre le Premier Ordre, répondit Ben toujours sur le même ton. J'ai juste dit que nous partions.

Han Solo secoua la tête d'un air parfaitement exaspéré.

Hux observa le petit chemin sinueux où ils se trouvaient à présent tous les trois. C'était celui par lequel ils étaient venus le premier jour, mais en bien moins boueux.

A sa gauche, la forme triangulaire de la pyramide se détachait sous la lueur de la lune. A sa droite, le sentier s'enfonçait dans la jungle en direction des vaisseaux. Hux supposa que c'était de là que Han Solo arrivait. Peut-être était-il retourné travailler sur son vieux coucou. Ou boire un coup en compagnie des gardes pendant que son épouse s'adressait aux troupes. Toujours était-il qu'il était en travers de leur objectif.

_ Vous partez ? reprit Solo en levant les sourcils. Toi et un prisonnier de guerre ? Sérieusement Ben ? Et qu'est-ce que vous allez faire après si vous ne rejoignez pas le Premier Ordre hein ?

Il leva une main agitée vers les étoiles.

_ Vous reconvertir en éleveurs de Banthas sur une planète paumée peut-être ? ajouta-t-il avec ironie.

_ Peut-être, grogna Ben. Je ne sais pas ! Nous verrons !

Hux sentit que la conversation était sur le point de déraper. Heureusement qu'ils étaient encore seuls sur le sentier. Mais ils ne pouvaient pas rester là indéfiniment.

Han Solo soupira avec emphase.

_ Tu ne peux pas être sérieux Ben, poursuivit-il avant de tendre la main vers Hux. Tu imagines vraiment ce type élevant des Banthas ? Je ne sais pas ce qu'il t'a promis en échange de sa liberté, Ben, mais je peux t'assurer qu'il s'est payé ta tête. Alors maintenant arrête tes bêtises et retournons voir ta mère.

Hux eut conscience d'un petit moment d'hésitation de la part de Ben. Alors, il lui posa les doigts sur le bras.

_ Ben, fit-il, il faut qu'on parte. Vite.

Le Jedi se tourna vers lui et leurs regards se croisèrent avant qu'il n'approuve d'un hochement de tête.

_ Oh… fit Solo qui n'avait rien perdu de la scène. Oh… répéta-t-il.

Il se passa une main lourde sur le visage puis la mit sur sa hanche. De l'autre, il tenait toujours son blaster.

_ Ok, reprit-il. Ben. C'est de ma faute. De ma très grande faute. Et je m'en excuse.

Ben eut un instant l'air confus, ses yeux passant rapidement de son père à Hux et inversement.

_ Il y a des choses, continua Solo, que j'aurais dû aborder avec toi bien plus tôt. Il y a des années de cela. Comme par exemple le fait que ce n'est pas parce qu'un garçon met la main dans ton pantalon qu'il a des sentiments pour toi.

Aussitôt Ben grimaça.

_ Tu ne sais pas de quoi tu parles ! cracha-t-il.

Et Hux le sentit se tendre sous ses doigts.

_ Ben, partons, insista-t-il sans cesser de surveiller les alentours.

Depuis le chemin jusqu'à la pyramide sans oublier l'arme de Han Solo. Le danger pouvait venir de tous les côtés.

_ Tu sais, continua Solo d'une voix douce en faisant un pas dans leur direction, ça ne me gêne pas que tu aimes les garçons. Moi-même en mon temps, j'ai… Enfin tu vois l'idée. Ce qui me gêne, c'est que pendant toutes ces années tu nous as cassé les pieds avec ton vœu de chasteté, tout ça pour quoi ? Pour jeter aux orties ton idéal pour un rebut du Premier Ordre ? A titre personnel, je trouve ça très bien que tu aies un petit copain. Honnêtement ! Je trouve ça bien plus sain que de… tout garder à l'intérieur, dirons-nous…

Il s'avança plus encore et Hux tenta de tirer Ben en arrière. Le Jedi ne bougea pas.

_ … Mais Ben, pourquoi lui ? Pourquoi sur les milliers de jolis garçons que compte la Galaxie, tu t'es laissé influencer par cette petite ordure du Premier Ordre ? Tu sais que seuls des mensonges sortent de la bouche de ces gens-là. Surtout quand c'est dans leur intérêt. Tu ne crois pas que si tu comptais vraiment pour lui, il aurait pour vous deux un plan un peu plus poussé que juste partir et voir ? Non mon garçon, crois-moi. Il a juste vu en toi le côté… naïf, solitaire… inexpérimenté et il en a joué. Pour mieux te débarquer sur la première planète venue avant de rejoindre le Premier Ordre et de reprendre son poste !

Han Solo était désormais presque sur eux et Hux avait beau s'agripper au bras de Ben, ce dernier semblait tétanisé par les paroles de son père. Une lueur de rage que Hux avait appris à connaître flambait désormais dans ses yeux noirs.

_ Tu racontes n'importe quoi ! hurla-t-il à la face de son géniteur. Tu ne sais rien de lui ! Rien de nous !

_ Je sais, Ben, que nous allons rentrer à la maison, toi et moi. Retrouver ta mère et envoyer poil de carotte dans une prison de la République. Et que toute cette histoire idiote va s'arranger.

_ Ben ! insista Hux.

Ben secoua la tête.

_ Vous ne l'enverrez nulle part, grogna-t-il entre ses dents serrées. Vous ne nous séparerez pas.

Han Solo leva les yeux au ciel.

_ Bon, admit-il. Visiblement j'ai sous-estimé la situation. Ben, mon garçon, je ne sais pas ce que tu crois ressentir pour ce type ou ce qu'il t'a fait croire ressentir pour toi mais…

_ Je l'aime ! hurla Ben, postillonnant sur Solo. Et il m'aime ! Je suis entré dans sa tête ! Je le sais ! Je l'ai vu !

_ Ben, insista Solo. Viens avec moi et nous discuterons à tête reposée de cette situation stupide. Tu as besoin d'un peu de recul et…

Il leva la main pour caresser la joue de son fils mais Hux le tira brusquement en arrière. Cette fois, Ben se laissa faire, évitant le geste de tendresse. Il était si en colère que Hux devinait presque des filets de bave à la commissure de ses lèvres.

_ Je n'ai pas besoin de recul, j'ai juste besoin que tu nous laisses partir, lâcha-t-il.

Solo secoua la tête.

_ Tu sais bien que je ne peux pas faire ça. Déjà, parce que ta mère me passerait un de ces savons. Ensuite parce que…

Hux resserra son emprise sur le bras de Ben et fit un nouveau pas en arrière. Ils perdaient trop de temps. Solo jouait la montre, c'était sûr. Soit il espérait que quelqu'un arrive en soutien, soit il pensait vraiment avoir une chance de ramener Ben de son côté. Aucune des deux idées n'étaient réjouissantes pour Hux. Alors il insista.

_ Allons-y Ben, souffla-t-il. Nous avons déjà perdu bien trop de temps. C'est ton père. Il ne nous tirera pas dessus.

Solo eut un petit rire étouffé et leva un sourcil.

_ Sur Ben certainement pas, mais si tu crois que je vais avoir le moindre remords pour toi, poil de carotte…

Il pointa son arme en direction de Hux.

_ Non ! s'écria Ben en se positionnant devant son amant.

_ Ben, le prévint Solo.

_ Allons-y Ben, répéta Hux qui recula plus encore, ses yeux fixés sur le canon de Solo.

Il ne savait pas si le père de Ben aurait le courage de ses paroles. Probablement, considérant la réputation de l'homme. Et il devait savoir manier un blaster avec assez de dextérité pour atteindre Hux d'une façon ou d'une autre, même ainsi protégé par le grand corps de Ben. Mais c'était un risque que Hux était prêt à courir. Ils n'avaient de toute façon plus le choix s'ils voulaient partir ensemble.

_ Oh non, le contredit Solo. Personne ne bouge d'ici.

_ Ben ! continua Hux en reculant toujours, tirant son amant à sa suite.

_ Plus un pas, menaça Solo.

Le talon de Hux rencontra une pierre. Il l'évita.

Entre ses mains, Ben tremblait.

_ Viens, reprit le Général.

_ Ben, contra Solo.

_ Ben, supplia Hux.

_ Toi tu arrêtes ça immédiatement le rouquin ! cracha Han Solo.

_ Non, souffla Hux avec détermination.

C'est à cet instant exact qu'il vit le doigt de Solo se crisper sur la détente et il ferma les yeux.

_ NON ! hurla Ben.

Il y eut un vif éclat rouge que Hux perçut même à travers ses paupières closes, un grésillement suivi d'un hoquet étouffé, un interminable flottement et enfin le bruit mou d'un corps s'écroulant au sol.

Hux rouvrit les yeux. Il n'était pas blessé. Solo n'avait pas même eu le temps de tirer. Et il gisait à présent à terre, le regard vitreux, le blaster entre ses doigts immobiles et son autre main crispée sur sa poitrine.

A ses côtés, Ben émit une plainte déchirante. Il tenait le sabre qu'ils avaient construit ensemble. Comme dans le souvenir de Hux, il crépitait et frémissait comme une chose vivante.

Avec mille précautions, Hux posa la main sur l'épaule de Ben. Ce dernier sursauta. Il était si pâle qu'il semblait sur le point de vomir. Ses yeux étaient pleins de larmes refusant de couler et sa bouche entrouverte cherchait l'air qui désertait ses poumons. Il gémissait doucement, incapable apparemment d'articuler le moindre mot.

_ Ben, fit Hux avec douceur.

Lui-même sentait son corps le trahir. Il savait que Han Solo avait été sur le point de lui tirer dessus. Mais malgré toutes les promesses, Hux ne s'était pas attendu à ce que Ben réagisse avec une telle violence.

Qu'il balance son père contre un arbre, peut-être. Qu'il rentre dans sa tête pour lui transformer le cerveau en fromage blanc, éventuellement. Mais qu'il lui transperce la poitrine de son sabre, ça, Hux ne l'aurait jamais cru. Ben lui-même paraissait atterré par ce qu'il venait de faire, sa main ayant sans doute pris l'initiative avant même que son cerveau ne le décide.

_ Ben, reprit Hux sans parvenir à masquer sa propre fébrilité. Il faut qu'on parte.

A l'instar de son amant, Hux ne parvenait pas à détacher son regard de la forme inerte de Solo. Comme si tout cela n'avait été qu'une mauvaise blague et qu'il allait se relever d'un instant à l'autre.

_ Qu'est-ce que j'ai fait, murmura enfin Ben d'une voix brisée. Qu'est-ce que j'ai fait….

_ Tu m'as sauvé la vie, lui rappela Hux.

Ben écarquillait tant les yeux qu'enfin des larmes roulèrent sur ses joues, jusqu'à son long menton. Il paraissait ne pas percevoir ce que Hux lui disait.

_ Qu'est-ce que j'ai fait, répéta-t-il de façon presque incompréhensible.

_ Ben, le secoua Hux avec prudence. Souviens-toi ce qu'on s'était promis. Qu'on éliminerait tous ceux qui se mettraient entre nous et notre avenir. Tu as fait ce que tu devais faire. Pour moi, pour nous.

Ben secoua la tête, apparemment incapable de sortir de l'état de choc dans lequel son acte venait de le plonger.

_ Je l'ai senti, souffla-t-il alors.

_ Qu'est-ce que tu as senti, murmura Hux.

_ Sa vie. J'ai senti sa vie quitter la Force.

Hux baissa la tête. Toutes ces histoires de Force le dépassaient. Et il aurait aimé donner à Ben l'opportunité de parler. De lui expliquer. Mais leur temps était compté.

_ Je suis désolé Ben, fit-il simplement. Je suis désolé qu'on ait dû en arriver là. Mais il faut qu'on parte. Et vite !

Si Ben avait senti la mort de son père à travers la Force, alors Hux était certain que d'autres aussi. A commencer par Leia Organa et Rey. Skywalker aussi, probablement, s'il était encore là. Dans tous les cas, les renforts allaient sans doute débarquer d'un instant à l'autre et Hux préférait ne plus être dans les parages à cet instant.

_ Ben, mon amour, insista-t-il. Il faut qu'on parte. Maintenant !

Il tira fort le bras de Ben pour le détourner du cadavre de son père. Cela parut ramener ce dernier à la réalité. Il scruta un instant Hux et opina.

_ Tu ne peux plus rien faire pour lui Ben. Pense à nous.

_ Oui, oui… répondit Ben.

Mais dans son ton, il était évident pour Hux qu'il répondait plus par automatisme que par conviction. Ses sourcils s'étaient froncés et il se mâchonnait la lèvre d'un air nerveux. Au moins avait-il cessé de pleurer.

Hux se baissa brièvement pour récupérer le blaster entre les doigts de Han Solo. De ce qu'il savait de la réputation de l'homme, il était peu probable que celui-ci ait un traceur. Il espérait juste que Ben ne s'offusquerait pas de son geste. Mais Ben ne lui prêta pas attention. Il se contentait de fixer le chemin face à eux, un air déterminé sur son visage livide.

_ Hux, fit-il.

_ Oui Ben ?

_ Nous allons réussir, je te le promets, murmura-t-il en prenant sa main. Quoi qu'il en coûte, ajouta-t-il entre ses dents serrées.

Hux fut surpris de la clarté du ton de Ben. Lui qui quelques secondes auparavant n'avait été que pleurs et panique.

Ben rentra alors la lame de son sabre et, sans lâcher le Général, commença à courir sur le sentier sinueux. Hux supposa que c'était sa manière à lui de fuir la réalité de ce qu'il venait de se passer. Essayer de transférer comme toujours dans sa colère et sa rage son trop plein d'émotions. Hux ne doutait pas que dans un futur proche, Ben s'écroulerait complètement. Quand l'énormité de son acte lui reviendrait. Mais pour le moment, il s'accrochait à leur avenir ensemble pour ne pas sombrer. Hux espérait juste que cela suffirait alors qu'autour d'eux s'élevaient les bruits de la forêt, si forts à ses oreilles qu'ils masquaient presque leur cavalcade effrénée.

Ben aussi avait dû comprendre que bientôt, ils auraient la Résistance entière derrière eux. Alors, il courut sans relâche. Jusqu'à ce que face à eux, venant du spatioport, apparaissent deux formes sombres. Ben stoppa brutalement et Hux l'imita. L'urgence de la situation lui avait presque fait oublier son corps douloureux de leur fuite.

Les deux silhouettes continuèrent dans leur direction. Et quand ils passèrent dans un rayon de lune, Hux les reconnut. Il lâcha la main de Ben et serra le blaster qu'il venait de récupérer.

_ Ben ! cria Rey. Ben, c'est toi ? Tu as senti ce qu'il s'est passé…

Déjà elle ralentissait l'allure, son regard fixé sur l'autre Jedi, et Finn sur ses talons.

_ … avec ton père, murmura-t-elle d'une voix incertaine quand elle réalisa que Hux était là aussi.

Aussitôt, Ben enclencha son sabre, la lueur rouge fendant la nuit. Rey écarquilla les yeux et recula d'un pas. Hux ne manqua pas de remarquer que Finn aussi était armé.

_ Ben, fit Rey, qu'est-ce que c'est que ce sabre ? Où as-tu…

_ Laisse-nous passer Rey, répliqua Ben d'un ton plein de menaces.

Elle parut un instant confuse. Ses yeux allaient de Ben à Hux, puis revenaient sur le sabre écarlate qui grésillait entre elle et le Jedi.

_ Ben, reprit-elle d'un ton faussement contrôlé. Tu n'as quand même pas tué…

_ Il était entre nous et notre liberté, cracha Ben. Alors je te conseille de t'écarter et de nous laisser partir.

Rey secoua la tête comme pour se réveiller d'un mauvais rêve. Puis elle tourna son visage furieux vers Hux.

_ Vous ! Qu'est-ce que vous lui avez fait ! Qu'est-ce que…

Elle était si en colère qu'elle ne parvint pas à terminer sa seconde phrase. A la place, elle fixa Hux, le regard sombre et les lèvres retroussées comme si elle était prête à se jeter à sa gorge. C'était probablement le cas.

_ Je l'ai écouté et je l'ai compris comme aucun de vous ici, répondit Hux avec conviction. Et maintenant nous allons partir car…

_ Non ! s'écria Rey. Non ! Vous avez tué Han Solo ! Ben ! Tu as tué ton père ! Je ne peux pas…

Ben lâcha un hurlement et tendit une main en avant. Rey poussa un cri quand d'un coup de Force, Ben l'envoya voler vers un tronc d'arbre contre lequel elle s'écrasa avec un craquement sinistre avant de s'écrouler au sol.

_ Rey ! Non ! hurla Finn en levant son arme.

Il tira en direction de Ben. Hux pensa à s'interposer. Mais à peine s'était-il jeté en avant que Ben avait de nouveau levé la main et le tir de Finn se trouva stoppé dans les airs, à quelques centimètres des doigts du Jedi.

Hux resta un instant interdit, scrutant la lueur bleue qui frémissait sans plus avancer.

_ Je… je ne savais pas que tu pouvais faire ça, souffla-t-il.

Pour un homme comme lui, habitué au maniement des armes, c'était l'un des spectacles les plus incroyables qu'il ait pu voir.

_ Moi non plus, admit Ben qui lui aussi fixait le long jet qui avait manqué de les toucher tous deux. Je…

Il secoua la tête, comme si abasourdi par ses propres capacités. Quant à Finn, il semblait soudain aussi figé que son tir, aussi surpris que Ben et Hux.

_ Oh kriff, gémit-il, le blaster à présent légèrement baissé. Kriff, kriff, kriff…

Ils étaient tous trois tellement focalisés sur la prouesse de Ben que pas un seul ne vit Rey se relever. Ce n'est que quand la lumière bleue de son sabre apparut au coin de leur champ de vision que Hux réalisa qu'elle était de retour. Et plus furieuse que jamais.

Ben repoussa Hux qui tomba à terre si fort qu'il en lâcha le blaster. Le Jedi parvint également à éviter le tir de blaster qui termina sa course dans la jungle à présent que sa concentration était brisée. Mais il ne bougea pas suffisamment vite pour éviter le coup de sabre que Rey porta dans son flan gauche. Il hurla de douleur et abattit sa propre arme sur elle. Elle esquiva, mais à peine. Finn avait recommencé à crier, les pointant tous deux de son arme mais hésitant à tirer avec Rey à proximité.

Pendant quelques secondes, Hux regarda fasciné l'affrontement entre les deux Jedis. Bien sûr, Ben lui avait déjà fait une ou deux petites démonstrations de sa dextérité avec un sabre laser, mais le voir en combat réel prenait une toute autre dimension. Il bougeait vite et bien, et était étonnamment gracieux pour un homme de sa corpulence. Rey ne pouvait que parer les attaques qui pleuvaient désormais sur elle.

Il y avait bien longtemps de cela, sur D'Qar, Ben s'était vanté d'être le meilleur avec un sabre en main. Hux voulait désormais bien le croire.

Mais Ben souffrait, ça aussi le Général le percevait. Le premier coup que Rey avait porté était profond et Ben grimaçait à chaque fois qu'il s'appuyait trop sur son côté gauche. A plusieurs reprises, il avorta des mouvements tirant trop sur son flan et Rey en profita pour s'éloigner. Hux sut qu'il devait mettre vite un terme à ce combat avant que la douleur n'épuise trop son amant.

A tâtons, il chercha le blaster qu'il avait perdu lors de sa chute. Mais une arme sombre sur un sol sombre de nuit dans une jungle n'était pas une chose aisée à trouver. Sans compter que ses yeux étaient constamment attirés par les lueurs des sabres s'entrechoquant à quelques mètres de lui. Son seul avantage était que désormais, plus personne ne s'occupait de lui. Rey et Ben étaient trop occupés par leur combat et Finn semblait ne pas pouvoir détacher son regard de leur passe d'armes.

Le cœur battant fort, Hux rampa sur la terre jusqu'à ce que ses doigts rencontrent le métal froid du blaster. Il sursauta quand un cri surpris résonna dans son dos.

Il se retourna prestement pour découvrir Ben à terre, Rey au-dessus de lui, l'arme levée. A la lumière des sabres, Hux réalisa que le visage de son amant était fendu d'une longue balafre. Le hurlement qu'il voulut pousser resta coincé dans sa gorge quand il vit à quel point Ben paraissait vulnérable, ses grands yeux de nouveau brillants de larmes et la bouche entrouverte comme s'il ne comprenait plus rien à ce qu'il était en train de se passer.

Hux leva son arme. Ses mains tremblaient de rage et il savait qu'à cette distance, il manquerait Rey. Alors, il décida de s'en prendre à une cible beaucoup plus proche. Et sans plus hésiter, il tira sur Finn qui s'écroula à terre avec un grognement surpris.

Aussitôt, Rey se retourna et, oubliant son sabre, Ben ou leur combat, courut vers l'ancien Stormtrooper qui gisait au sol, le nez dans la terre.

_ Finn ! Finn ! cria-t-elle à travers la nuit.

Les animaux qui auparavant avaient été si bruyants avaient tous dû fuir car il ne subsistait plus désormais que le silence et le bourdonnement du sabre de Ben. Ce dernier le laissa tomber et il s'éteignit, les plongeant tous dans une nouvelle pénombre.

Hux se remit debout et força ses jambes vacillantes à le porter jusqu'à Ben. Ils n'avaient plus le temps. Ils n'avaient plus le temps de rien. Ils devaient fuir maintenant. C'était leur dernier espoir.

Il s'agenouilla auprès de Ben et récupéra le sabre. Cela pouvait toujours servir. Puis il passa un bras autour de la taille de son amant et le secoua pour qu'il réagisse.

_ Ben ! Partons ! Maintenant ! s'écria-t-il en tirant de toutes ses forces sur le large corps.

Ben gémit de douleur mais Hux n'avait vraiment pas le loisir de vérifier ses blessures maintenant. Rey allait peut-être bientôt revenir vers eux. Ou le reste des soldats n'allait pas tarder à débarquer.

Alors, Hux insista, utilisant le peu de force qu'il lui restait pour aider le Jedi à se remettre debout. Et Ben le suivit. Docilement. Comme s'il n'avait plus aucune volonté si ce n'était de se laisser guider par Hux.

Quand ils passèrent près de Rey, elle ne les arrêta pas. Elle était toujours penchée vers Finn et compressait de ses mains la blessure infligée par Hux.

Ce dernier supposa qu'il aurait pu les tuer tous les deux sur le champ. Mais il avait d'autres soucis en tête. Le premier étant de parvenir à ramener Ben jusqu'à un vaisseau et de quitter au plus vite cette maudite planète. Mettre le plus de distance possible entre eux et la Résistance.

Heureusement, la clairière n'était plus très loin. Hux supposa que Rey et Finn avaient été mis en charge de garder l'endroit par Leia Organa. Sûrement pour éviter ce qui était en train de se produire, Ben et Hux fuyant ensemble. Elle devait songer que la Jedi suffirait à les arrêter.

Contre lui, Ben pesait de plus en plus lourd. Il dégageait une odeur de chair brûlée qui donnait à Hux des haut-le-cœur. Et il ne cessait de gémir à chaque pas. Hux savait que s'ils se faisaient prendre maintenant, ils étaient foutus. Ben n'était pas en état de les sauver et Hux n'avait qu'un seul blaster. Alors, il serra les dents et força l'allure autant que possible.

Il était trempé de sueur quand il aperçut enfin une ouverture entre les arbres et, sous la lune, les carlingues brillantes des vaisseaux. Ses yeux sautèrent de droite à gauche à la recherche de gardes mais il semblait que Rey et Finn aient été les seuls sur le tarmac cette nuit là. Et peut-être Han Solo, un peu plus tôt.

_ Nous y sommes Ben. Nous y sommes, articula Hux avec difficulté.

Ben ne répondit que d'un grognement. Hux supposa que son esprit n'était plus là, enfermé par le choc et la douleur.

Cela lui donna la rage nécessaire pour continuer à avancer. Ce que la Résistance avait fait à Ben, ce que Rey avait fait à son visage, à son corps, Hux le leur ferait payer un jour.

Malgré les protestations de ses propres muscles, il ne prit pas de pause. Pas même lorsqu'ils furent enfin dans la clairière, devant ce qui devait être une vingtaine ou une trentaine de vaisseaux de toutes formes et de toutes tailles.

Il songea amèrement qu'il aurait dû se choisir un amant plus petit, plus léger, plus facile à transporter en cas de blessures et autres traumatismes. Mais ce n'était pas comme s'il avait choisi de tomber amoureux et maintenant lui incombait la tâche de sauver cet homme qui l'avait aidé à survivre, qui l'avait sorti de sa cellule.

Ils firent quelques mètres au milieu des appareils, Hux cherchant fébrilement des yeux le Faucon Millénium. Il avait vu des photos du vaisseau au cours de ses études, bien évidemment, mais dans la panique et l'obscurité, il n'était pas certain de le reconnaître au premier coup d'œil. Et bien sûr, Ben ne l'aida pas, trop occupé qu'il était à désormais sangloter.

Du moins, Hux supposa qu'il sanglotait. Il l'entendait renifler. Mais il n'osa pas tourner la tête vers lui. Il ne voulait pas le voir défiguré et abattu. Désespéré. Lui-même avait encore besoin de croire à leur réussite.

Un cri dans son dos lui glaça le sang.

Puis, au loin, des éclats de voix.

Il tourna la tête vers le chemin qu'ils avaient quitté mais ne vit rien ni personne. Il savait cependant que leurs adversaires étaient à leurs trousses. Et qu'ils allaient tirer sans sommation.

_ Kriff ! grogna-t-il le souffle court et la voix râpeuse.

Ils n'avaient plus le temps de tergiverser.

Près d'eux se trouvait une petite navette. Elle était sommaire et minuscule mais Hux connaissait ce type de modèles et les savait rapides et résistants. Et pour le moment, c'était tout ce dont ils avaient besoin.

Il ouvrit la rampe d'accès et poussa Ben à l'intérieur. Le Jedi se laissa faire, manquant de tomber lorsqu'il marcha sur les pans de sa propre tunique. Hux n'était pas certain qu'il aurait réussi à le relever si ça avait été le cas.

Il jeta un dernier coup d'œil nerveux en arrière et crut déceler des formes au loin, comme un groupe courant vers eux. Il se demanda si Rey était là. Si Leia Organa était là, prête à voir ses troupes les tirer comme des lapins, lui et son fils. Il ne s'attarda pas pour le vérifier. Il referma la porte et guida Ben jusqu'au cockpit.

« *** »

Hux soupira et regarda la grosse nébuleuse qu'ils étaient en train de frôler. Sa lumière dorée emplissait le petit cockpit, lui faisant plisser les yeux. Mais il était heureux d'enfin retrouver ce spectacle qui lui avait tant manqué.

Il jeta un rapide coup d'œil à Ben. Le Jedi dormait toujours dans le fauteuil où Hux l'avait littéralement jeté avant le décollage.

Quitter la planète avait été étonnamment facile. Après avoir installé Ben à ses côtés, Hux avait mis en marche les moteurs, persuadé qu'à tout moment la minuscule navette allait caler ou refuser de lui obéir. Mais tout s'était parfaitement déroulé.

Il avait décollé sans encombre et sans se retourner pour vérifier s'ils étaient ou non suivis. Hux savait piloter mais il n'était pas un expert en la matière et si la Résistance avait lâché contre eux ses meilleurs éléments, il n'aurait sûrement pas pu leur tenir tête.

Mais soit Leia Organa avait baissé les bras, soit ils étaient sortis de l'atmosphère trop rapidement. Car une fois plongés dans le noir de l'espace, Hux avait tout de suite lancé la navette en vitesse lumière, rentrant les premières coordonnées qui lui étaient venues en tête, celles de cette grosse nébuleuse près de laquelle il avait été un moment stationné lorsqu'il n'était encore qu'un tout jeune lieutenant. Un endroit isolé et magnifique. Apaisant même, ce qui était ce dont il avait besoin pour le moment.

Pendant de longues minutes après le décollage, Hux avait surveillé le radar. Mais ils étaient restés le seul point sur l'écran. Ce n'est qu'une fois rassuré que Hux s'était occupé de Ben.

Le Jedi avait vomi lorsqu'ils étaient entrés en hyperespace. Et la première chose que Hux avait faite avait été de nettoyer. L'odeur avait été presque aussi insupportable que celle de la peau brûlée de son amant.

Puis il avait pu traiter ses blessures.

Dans un des petits coffres qui bordaient le côté gauche du cockpit, il avait trouvé une trousse de soins complète. Hux n'était pas médecin mais il avait connaissance des manipulations de base et il se pensait capable de soulager Ben. Peut-être pas de le soigner totalement mais au moins de limiter les dégâts.

Ben avait crié quand Hux avait tenté de lui saisir le menton pour regarder son visage. Il s'était même débattu, cherchant à se cacher sous ses larges manches brunes désormais maculées de poussière.

Alors, Hux n'avait pas hésité. Il avait saisi une seringue de tranquillisant et l'avait plantée dans le cou de son amant. Il aurait aimé s'y prendre avec plus de douceur mais il avait été épuisé et terrifié à l'idée de réfléchir à ce qu'il allait advenir d'eux. Et il n'avait vraiment plus eu la patience de gérer Ben pour le moment.

Ben avait grogné et avait baissé sa manche, le temps pour lui de jeter un regard noir à Hux de son œil cerclé de rouge. Puis la substance avait agi et Ben était retombé inerte sur son dossier. Hux avait dû lui injecter une dose de Tauntaun mais Ben était grand et costaud. Il survivrait à cela.

Délicatement, Hux avait exposé ses blessures une à une. Celle sur le flan, infligée par le sabre laser de Rey, était la plus profonde et c'était de celle là dont il s'était occupé en premier, la recouvrant de bacta avant de la panser avec attention. Puis il était passé au visage et à l'épaule de Ben. Là, les plaies avaient été moins importantes. Mais entre leur fuite et la blessure sur le côté, Hux avait perdu du temps et il supposait que malgré ses meilleurs soins, Ben garderait des cicatrices de ce combat.

Lorsqu'il avait terminé de le traiter, il avait observé le visage de son amant, à présent couvert d'une large bande protectrice qui partait du milieu du front, descendait sur le nez et le long de sa joue droite pour finir sur sa mâchoire. Ben aurait une impressionnante balafre mais au moins son œil ne paraissait pas touché. Hux avait fermé un instant les paupières et s'était penché pour effleurer ses lèvres. Il avait failli à protéger Ben. Il s'était juré que plus jamais cela ne serait le cas. Qu'il défendrait cet homme au mieux de ses capacités.

_ Je suis là, avait-il soufflé à l'oreille de Ben. Je serai toujours là.

Il n'avait pas su si Ben l'avait entendu ou non. Cela n'avait pas eu d'importance. Ils étaient désormais ensemble.

Lorsque plusieurs heures plus tard, la navette avait atteint la nébuleuse, Hux s'était réveillé en sursaut. Il n'avait pas eu conscience de s'être endormi sur le fauteuil de pilotage, sans doute bercé par les lueurs bleutés de l'hyperespace et terrassé par le contrecoup de leur fuite. Ben, lui, n'avait pas bougé.

Et depuis, Hux n'avait cessé d'observer l'espace autour d'eux, se baignant de sa quiétude et tentant de réorganiser ses pensées. Au moins était-il désormais libre d'aller où bon lui plaisait. Il ne savait juste pas où… Alors, il laissait la navette dériver.

_ Je pensais que tu voulais fuir vite et loin ? grogna la voix grave de Ben.

Hux sursauta et se tourna vers son amant. Il n'avait pas réalisé que ce dernier s'était réveillé. La tête baissée et le visage masqué par ses cheveux, Ben paraissait lui aussi fixer l'espace. Même s'il semblait fuir son regard, Hux constata qu'au moins Ben ne tremblait plus.

_ J'avais besoin de calme et d'admirer le ciel. Cela faisait tellement longtemps, admit-il.

Puis il marqua une pause. Le son de sa voix lui parut étrange après les longues minutes de silence qu'il venait de vivre. Comme trop forte, trop imposante. Presque vulgaire.

Ben ne répliqua pas.

_ Et toi, comment te sens-tu ? fit finalement Hux au bout d'un temps interminable.

Il trouva sa question stupide à peine prononcée.

Mal, évidemment que Ben allait se sentir mal. Il avait trahi les siens, tué son père et tout ça pour finir gravement blessé. Sa situation n'avait rien de réjouissant. Hux espérait juste qu'il ne regrettait pas sa décision de le libérer.

Ben renifla et Hux se demanda s'il pleurait de nouveau. Le fauteuil dans lequel il était recroquevillé était trop petit pour lui. Mais Ben lui tournait quand même le dos avec obstination, coincé entre les deux accoudoirs.

Alors, Hux tendit les doigts et lui caressa les cheveux.

_ Ne me regarde pas, souffla Ben d'une voix fébrile en levant une main pour se protéger lorsque Hux se pencha vers lui.

_ Pourquoi ? demanda ce dernier en suspendant son geste, craignant plus que tout le rejet.

_ Je suis affreux, murmura Ben entre ses dents serrées. Ce que j'ai fait… Ce que je suis devenu…

Le cœur de Hux explosa dans sa poitrine et il se jeta en avant pour serrer Ben contre lui. Le Jedi siffla de douleur mais ne se dégagea pas.

_ Ce que tu as fait, admit Hux le nez plongé dans les mèches sombres de son amant, m'a fait tomber plus amoureux de toi encore.

Ben avait tout sacrifié pour lui, depuis ses principes jusqu'à sa famille. Il n'avait plus rien de son ancienne vie. Et désormais, Hux voulait tout lui offrir, en récompense, en remerciement. Lui rendre au centuple ce qu'il avait perdu. Parce qu'il pensait que Ben méritait tout, tout au monde, tout dans la Galaxie. Et il la ferait se prosterner à leurs pieds. Ensemble.

_ Un jour, poursuivit-il à mi-voix, les yeux sur les étoiles autour d'eux, tout cela sera à nous, je te le promets. Je te le promets.

Ben se retourna finalement et leva les bras pour enserrer sa taille. Hux le sentit frémir de douleur. Il aperçut juste le blanc du pansement couvrant son visage avant que Ben n'enfouisse son nez au creux de son cou, inspirant son odeur, embrassant le carré de peau que ses lèvres pouvaient atteindre.

Hux l'entendait murmurer contre son corps, des mots incompréhensibles, des mots d'amour et des promesses, rendus fébriles et incohérents par la douleur et le reste de tranquilisant dans le sang de l'ancien Jedi.

Hux crispa les poings quand son cœur s'affola et que son esprit s'embrasa.

Sa décision était prise. Ben avait besoin de soins. Il avait besoin de puissance.

Doucement, pour ne pas interrompre Ben, il se pencha sur le côté et du bout des doigts, rentra les coordonnées de Starkiller Base dans l'ordinateur de bord.

FIN

"***"

Et voilà. C'est fini pour "Ben". Ca me fait tout drôle après tous ces mois à travailler dessus et à poster chaque semaine. La plus longue histoire que j'ai jamais écrite. J'espère que ça vous aura plu et encore merci à tous ceux qui ont lu ce bon gros pavé, qui l'ont aimé, qui m'ont soutenue et encouragée par leurs petits mots, leurs commentaires etc... (avec une mention spéciale pour mes "réguliers" qui m'ont laissé plein de formidables critiques tout au long des derniers mois. Vous n'imaginez pas comme vous êtes importants). Donc vraiment un gros gros merci à tous et j'espère que vous aurez passé du bon temps avec mon histoire.

Enfin, quand je dis que c'est fini pour "Ben"... Du moins, pour le moment. Car comme je le disais la semaine dernière, je prépare une suite. Laissez-moi juste trois ou quatre semaines pour m'organiser et je reviens avec "Sheev", qui sera entièrement du point de vue de Ben (je sais, on sait maintenant que Hux s'appelle Armitage et j'aime bien! Mais je ne vais pas changer toute mon histoire pour un détail du genre! Donc pour cet univers, on reste sur Sheev :D. Oh et pour répondre à Ringo, ce sera une suite genre "quelques temps plus tard", pas la même histoire du point de vue de Ben)

En attendant que ça arrive, vous pouvez toujours lire "Armitage Hux et le Trésor des Hutts" dont je continue la publication!

Et sinon, vous pouvez me retrouver sur Tumblr, toujours sous le compte jesuisbetejesuispatissiere.

Encore merci à tous et si cette histoire vous a marqué, n'hésitez pas à me le dire! A très bientôt pour la suite!