LE GLADIATEUR ET LA PRINCESSE

Les personnages de « Spartacus » appartiennent à Steven S. Denight, Charles Knight et

Aaron Lam et à STARZ. Je ne fais aucun profit financier sur cette fiction, juste des review .

Rating M

Couple : Varro/Alicia

Chapitre 1 : L'arrivée

Message auteur : Voilà j'ai découvert récemment la série « Spartacus », je suis arrivé à la moitié de la saison 2 . Je suis une grande fan de l'acteur, Jai Courtney (Varro). J'adore son personnage . Donc voilà ma première fiction « Spartacus ». J'attends votre avis sur ce premier chapitre .

***************************************************************************

POV Varro

Aujourd'hui, cela fait un an jour pour jour, que je suis arrivé au ludus de Lentulus Batiatus, en tant que gladiateur . Cela fait un an que je me bats pour ma vie. Cela fait un an que je ne suis plus un homme libre, un citoyen romain, je suis devenu un esclave .

Quand les puissants ne se servent pas des gladiateurs, pour les divertir en regardant se battre, pour leur vie, ils se servent d'eux pour être des esclaves sexuels. Ils se servent de nous pour leur orgie.

Je ne sais pas si parce que je suis bel homme, parce que je suis romain, ou parce que je suis l'un des meilleurs gladiateurs, mais je suis très demandé en tant qu'esclave sexuel. Cela me dégoûte d'être considéré comme un animal, même si je l'un des favori,s le jour où je les intéresse plus, Lentulus Batiatus et sa cour, me « tueront dans l'arène ».

Mais, je ne vais pas me plaindre, dans un an, je redeviendrais un homme libre, les autres gladiateurs comme mon ami, Spartacus ne retrouveront sûrement jamais la liberté. Ils sont des esclaves vendus aux différents ludus, car ce sont des prisonniers de guerre, des pays que l'Empire romain a conquis . Les hommes bien souvent deviennent des gladiateurs, les femmes des servantes ou des prostituées pour les bordels romains.

Et puis si je suis là, je suis le seul responsable, j'ai des dettes de jeu tellement faramineuse, que mon salaire dans le métier dans le bâtiment ne pouvait pas rembourser. Donc c'était devenir gladiateur ou la rue . Je devais protéger ma femme, Aurélia et mon fils, Janus.

Il y a quelques jours, mon ami, Spartacus a perdu sa femme. Il avait conclu un marché avec Lentulus Batiatus, le dominus, si Spartacus combattait pour le dominus, ce dernier chercherait sa femme. Le dominus l'a trouvé, il le ramenait auprès de mon ami. Mais la diligence où était Sura, la femme de Spartacus, fut attaquer par des brigands et elle est morte .

Cela me fit rompre ma promesse, de ne pas écrire à ma femme, pour rester concentré dans les combats . J'avais besoin d'avoir de ses nouvelles, des nouvelles de mon fils. De savoir qu'Aurélia était bien réelle, son amour pour moi, pas affabulation d'un homme devenu fou.

J'ai transmis une lettre à Ashur pour qu'il la donne à mon épouse. Ashur est un estropié qui rend divers services aux gladiateurs , et aussi un bookmaker. Bien sûr ses services ne sont pas gratuits .

Un jour, nous discutions avec Spartacus, pendant le repas. La scène qui se déroulait sous nos yeux nous mettait en colère . Pietros, un serviteur des gladiateurs, un gamin et ancien amant de Barca, l'un des meilleurs gladiateurs, se faisait malmener, pour l'un des nouveaux gladiateur nommé Gnaeus. .
« Pietros, apporte-moi de l'eau ordonna Spartacus.
Spartacus était le nouveau champion de Capoue,soit le meilleur gladiateur, aucun d'entre nous, ne pouvait contre dire ses nouveau gladiateur ne voulait pas lâcher Pietros.
- Maintenant ! Ordonna mon ami .
Gnaeus finit par lâcher Pietros.
- Quel sale porc ! Tu as vu comment il le pelote Jurais-je
- C'est la faute de Barca, il l'a abandonné dit Spartacus.

Ashur s'approcha de nous .

- Tu lui as remise ? Demandai-je .
- Comme promis dit Ashur
Mon ami me regarda ne comprenant pas.
- J'ai écrit une lettre à ma femme expliquais-je.
- Tu y auras mis du temps dit mon ami
- Oui. Tu as une réponse à me donner ? Demandai-je à Ashur.
- Non, elle m'en a remis aucune, elle a insisté pour te l'apporte elle-même .
Ashur me montra la cour, je tournais la tête et la vis .

Je posais mon bol et je marchai vite pour la rejoindre. Je l'embrassais avec fougue, le goût de ses lèvres je l'avais oublié . C'était tellement exquis.
Je l'enlaçai , on marchait
- Comment as-tu pu entrer ? Demandai-je.
- Ton ami Ashur, a demandé l'autorisation à ton maître.
- Il a exigé de l'argent pour ça ? Demandai-je.
- Il a dit qu'il parlerait de ça avec toi.
- L'argent on s'en fiche un jour comme celui-ci.

J'enlevais la poussière d'un banc pour qu'Aurélia et mon fils Janus puissent s'asseoir .

- Le petit a drôlement grandit dis-je.

Elle s'assit et elle assit Janus à côté d'elle , je m'accroupis à leur hauteur.
- Et sa mère est encore plus belle qu'avant dis-je.
On s'embrassa chastement, Aurélia recula.
- Le goût de tes lèvres me manque tellement.

Ma femme se leva et fit quelques pas . J'étais toujours accroupis admirant mon fils.
- Ta lettre a été une surprise. J'ai prié chaque jour pour des nouvelles et pour qu'on m'annonce pas ta mort,dans un combat dit Aurélia.
- On avait dit pas de lettres , Aurélia. Pour vous préserver de tout ça , toi et le petit. Et pour que je puisse me concentrer .
- Alors pourquoi cette lettre ?
- Un ami et sa douleur m'ont ouvert les yeux.
- Un ami tu dis ? C'est un ami qui t'as poussé à m'écrire ?
Je me levais et fis face à mon épouse .
- C'est le besoin de revoir ma femme qui m'y a poussé. Savoir qu'elle était bien réelle et non le rêve d'un homme désespéré . Plus qu'une année à combattre et mes dettes seront enfin payées. On pourra alors tout recommencer tous les trois .dis-je en m'approchant d'elle et en lui prenant les mains.
- En fait on aurait dû s'enfuir à Pompei, en Sicile .
- Cela aurait manqué d'honneur .
-Honneur ? Où était ton honneur quand tu amassais les dettes de jeu ? Et quand tu as abandonné ta femme et ton fils répliqua ma femme en colère.

Aurélia se détacha de moi et retourna s'asseoir .

- Toutes ses erreurs que j'ai commises, je vais les réparer dis-je.
Je m'accroupis auprès de mon épouse.
- Je deviendrais le mari que tu mérites. Dorénavant ma vie ne sera consacrée qu'à toi .
- Je porte un enfant.
- Un enfant dis-je sans comprendre.
Je regardais son ventre qui était arrondi.
- Qu'est que tu veux dire ?
- Varro …
- Explique dis-je en colère.
- Ton absence était très difficile. Le peu d'argent que tu m'envoie , ne suffit pas pour vivre. Alors Titus m'a offert de nous aider.
- Titus ?
Je me levais et mit quelques mètres entre mon épouse et moi
- Je l'ai connu au marché.
- Et tu le remercies en écartant les cuisses comme une garce !
- Non ! Je le considérais comme un ami. Il a abusé de moi. Je ne voulais pas. dit ma femme en m'agrippant les épaules, me suppliant .
- Pourquoi tu l'as-tu pas arrêté ?!
- Tu crois que j'ai voulu ça ?! Où étais-tu pendant ce temps-là ?! Que faisais-tu quand on souffrait ?!
Je regarde mon fils, des larmes perlent au coin de mes yeux.
- Je me battais pour nous. Comme tu aurais dû le faire dis-je en repoussant Aurélia.

Je partis .

( Scènes tirées de la série , « Spartacus, le sang des gladiateurs »- saison 1 épisode 7)

POV Alicia

Je galopais à travers la campagne de Rome, profitant des quelques heures qui me reste dans ma demeure. Ce soir je pars avec ma sœur aînée, la princesse romaine, Livia, au ludus de Lentulus Batiatus . Moi je suis princesse cadette, Alicia, fils du roi Romulus et de la reine Lucia. Notre mère est morte d'une maladie inconnue,lorsque j'avais quatre ans et ma sœur neuf ans. J'ai peu de souvenir de ma mère.

Ma sœur a convaincu, mon père, de nous laisser partir au ludus, pour nous distraire. Pour ma sœur,il était tant que j'arrête ma vie de « sainte » et je découvre la vie et ses plaisirs. Demain j'allais avoir vingt ans et d'ici un an je devrais me marier à un noble . Il fallait que je profite avant,selon ma sœur.

C'est ma sœur qui régnera lors du décès de mon père, avec son mari, Rufus. Ce dernier est parti combattre les Thraces.

Je rentrais de ma promenade à cheval accompagné de mon garde du corps, Drogos. Quand j'arrivais Livia me sauta dessus .
« Alicia, on doit partir pour le ludus dans une heure, j'ai hâte de voir les gladiateurs !
- Eh bien je vais prendre un bain, m'habiller, je vais dire à mes servantes de préparer les valises.
- C'est bon, je leur ai ordonné. Il reste plus que toi.
- Livia, j'aimerais que tu ne donnes pas ordre à mes servantes.
- Tu n'étais pas là et tu devrais être plus exigeante avec eux . »

Une heure plus tard on était arrivé au ludus . Quintus Lentulus Batiatus et sa femme, Lucretia nous accueillirent, ainsi que les quelques personnalités importantes de Rome . Ils se prosternèrent tous devant ma sœur et moi .
« Levez-vous tous dit Livia.
Ils se relevèrent tous en même temps .
- Merci Lentulus Batiatus et Lucretia de nous accueillirent chez vous, pendant une année dit ma sœur.
- C'est un honneur de vous recevoir toutes les deux princesses.
- Princesses voulez-vous reposer dans vos suites ? Demanda Lucretia.
- Non, je voudrais voir les gladiateurs et vos nouveaux esclaves, mais surtout rencontrer, Spartacus, dit ma sœur toute excitée .
- Bien. Amenez les affaires dans les suites des princesses ordonna Lucretia à des servantes.
- Bien Domina disent les servantes.
Domina était le terme employer par les esclaves , pour s'adresser à leur maîtresse. Et Dominus pour leur maître .
- Moi j'aimerais voir vos écuries dis-je .
- Tu les verras plus tard, il faut que tu vois Spartacus et puis il faut que tu commences à regarder la marchandise avant de choisir ton gladiateur dit Livia.
- Choisir ? Dis-je offusquée .
- Bien sûr vous pourrez en essayer plusieurs à votre convenance, princesse, Alicia dit le dominus .
- Non ce n'est pas à ça que je pensais. Livia explique-toi !
- Demain, c'est ton anniversaire, j'ai demandé à Lentulus Batiatus et Lucretia d'organiser une grande fête à cette occasion et bien sûr tous les gladiateurs seront présents .
- Livia je ne peux pas d'anniversaire et encore moins choisir un gladiateur.
- Tu m'as promis de sortir de ta vie de sainte .
- Je ne t'ai rien promis, tu m'as forcée à venir ici .
Ma sœur m'attrapa par le bras.
- Allez on y va dit ma sœur . »
Quand ma sœur avait une idée en tête impossible de la faire changer d'avis. Mes protestations ne servaient à rien et vu qu'elle était la sœur aînée, et la future reine, je devais lui obéir .

On vit le Doctore, l'entraîneur des gladiateurs leur crier dessus .
« Où est Spartacus ? Demanda Livia.
- Là, princesse dit Lentulus Batiatus
Je regardais la direction que nous indiquait le dominus. Certes Spartacus était un bel, homme, mais mon regard fut surtout attiré par son adversaire, un homme mesurant un peu près la taille de Spartacus, des cheveux blonds bouclés. Les deux hommes semblaient complices .
- Pouvez-vous leur demander d'arrêter de se battre et les faire aligner, pour qu'on puisse les admirer avec Alicia .
- Doctore , demandez au gladiateur d'arrêter de combattre et qu'ils s'alignent dit le dominus.
- Vous avez entendu le dominus dit l'entraîneur.

Les gladiateurs lâchèrent leurs armes et s'alignèrent.
- Bentulus demandez à Spartacus de s'avancer dit Livia.
- Spartacus avance-toi dit le dominus
Le gladiateur fit trois pas.
- Il est magnifique , tu penses en quoi Alicia dit ma sœur en m'enlaçant
- Ouais c'est un bel homme .
Je ne pouvais détacher mon regard de l'homme blond.
- Comment s'appelle l'adversaire de Spartacus ? Demandai-je.
- Varro princesse dit Bentulus
- Demandez-lui d'approcher dit ma sœur .
- Varro approche dit le dominus.
- Alors il te plaît soeurette. C'est vrai il est beau aussi . Il pourra être ton gladiateur.
- Je t'ai dit que je n'en voulais pas. »

Soudain mon intention fut attirée, par des hommes qui brutalisait un beau pur-sang, noir . Un jeune homme essayait de s'interposer pour aider l'animal. Mais il fut repousser, il se relevait et essayait d'aider de nouveau le cheval. Les hommes frappaient le jeune homme.

Je ne supportais par qu'on puisse faire mal à un animal . Je courrais et sorti de la demeure pour me retrouver dans la cour .
« Prosternez-vous ! Ordonna le dominus.
Tous les gladiateurs se prosternèrent . Spartacus et Varro étaient près du jeune homme qui avait voulu aider le cheval. Ils étaient tous les trois prosterner ainsi que les bourreaux du cheval .

« Levez vous tous ! Ordonnais-je.
Je me mis devant le jeune homme.
- Comment t'appelles-tu ?
- Pietros… madame
- Princesse dit Spartacus.
- Pardon Princesse dit Pietros.
- Tu connais les chevaux, Pietros ?
- Oui mad...princesse avant d'arriver au ludus, je vivais chez un autre dominus avec ma mère, j'allais souvent voir les chevaux .
- Montre-moi dis-je .

J'étais dos à Varro et à proximité de lui, je pouvais sentir son regard brûlant sur ma nuque, mes reins, mes fesses, je sentais son odeur un mélange de sueur, de sable et une odeur qui lui était propre. Cela provoqua en moi, un trouble au creux de mon ventre, mes reins. J'essayais de rester concentré sur Pietros, qui essayait d'amadouer l'animal en lui présentant une carotte . Le cheval après quelques secondes hésita, mangea dans la main de son bienfaiteur .

« Esclave, on ne reluque pas la princesse comme ça, baisse les yeux ordonna Drogos, mon garde du corps à Varro.
Le charme était rompu, je m'éloignais de Varro.

Pietros avait réussi à amadouer le cheval qui était devenu calme et non nerveux et brutal comme toute à l'heure. Le jeune homme réussit à faire allonger le cheval sur le sol.

- Bravo dis-je.
- Merci princesse .

- Lentulus Batiatus, combien pour Pietros et le cheval ?! Criais-je .
- 100 Seterce princesse
- 25 Seterce dis-je.
- 50
- 40
- Vendu princesse.
- Drogos emmène le cheval à l'écurie. Puis emmène Pietros et demande aux servantes de s'en occuper , s'il te plaît
- Bien princesse.
Ils partirent . Je me retournais vers Spartacus et je m'approchais de lui, j'évitais de regarder Varro, mais celui-ci continuait à me regarder ardemment, malgré les ordres de Drogos.
- Ne vous inquiétez pas Spartacus, je m'occuperais bien de Pietros
-Merci princesse.
Ces paroles étaient fausses, son regard montrait de la méfiance, je ne pouvais pas lui en vouloir.

Je remontais au ludus.
- Lucretia, pouvez-vous me conduire à mes appartements ?
- Bien sûr princesse.
Ma sœur nous suivit.
- Voilà dit la domina.
- Merci, je vais me reposer un peu.
Dès que Lucretia quitta les appartements, ma sœur me hurla dessus.
- Pourquoi tu as acheté cet esclave qui ne te servira à rien et cet animal?!
- Pietros deviendra mon écuyer et le cheval était magnifique et le travail de dressage va être intéressant. Je dépense ma fortune comme je le souhaite . Toi tu le dépenses en esclave pour qui te baise ! Moi je dépense en esclave pour qui me serve !
- Tu devrais plutôt te payer un esclave pour qui te baise ! Tu as besoin d'apprendre avant que tu te maries .
-Tu m'ennuies.
- Si tu ne choisis pas demain, je choisirais pour toi !
Livia quitta mes appartements.

J'aurais voulu partager le trouble que Varro provoquait en moi, avec Livia, mais je ne savais pas si c'était normal. Je m'allongeais sur mon lit en pensant à lui, je m'endormis avec un sourire aux lèvres

POV Varro

- Ne vous inquiétez pas Spartacus, je m'occuperais bien de Pietros dit la princesse
-Merci princesse répondit Spartacus.
Je la suivis du regard quand elle partit.
- Spartacus, Varro, entraînement terminé ! Dit le Doctore.
- Tu sais, je pense qu'elle prendra réellement soin de Pietros, la princesse Alicia a une réputation d'aider les plus démunis, les plus faible. A Rome on l'appelle « la princesse sainte » ou la « princesse au grand cœur » dis-je
- Tu dis car elle te plaît .
- Non, c'est faux, ok c'est vrai. Mais elle a vraiment cette réputation. Et puis ose dire qu'elle n'est pas magnifique, la princesse.
- Peut-être, je ne sais pas… toi tu ne devrais à voir des yeux que pour Aurélia répondit Spartacus.
- Aurélia m'a trompé. Et malgré cela je l'aime toujours, mais ce que j'ai ressentis pour la princesse était plus intense, comme un coup de foudre.
- Varro, réveilles-toi, cette princesse est hors d'atteinte, pour toi…
- Tu penses que toi tu réussirais , le champion de Capoue !
- Non, on est des simples mortels, la princesse est considérée comme une déesse. Elle ne te portera jamais plus intérêt qu'une baise avec un esclave. Je pense que tu devrais te payer une catin, si tu veux je te la paye, car ton manque de sexe n'érige pas bien ton cerveau.

Je laissais mon ami se moquer de moi. Mais ce que je ressentais pour la princesse était fort et m'était inconnu, je n'avais jamais ressenti une attraction aussi forte pour une femme.

Aurélia et moi on se connaissait depuis l'enfance et notre amour avait grandi au fil du temps.

Je voulais pas devenir simplement son esclave, je voulais devenir son amant …

Je m'endormis en pensant à la princesse cette nuit-là

Voilà le premier chapitre, alors votre avis!^^

Pour l'instant j'ai écris trois chapitres, j'essayerais d'avoir une avance de deux chapitres avant de publier . Si vous avez des idées n'hésiter pas à me les soumettre.

Vous pouvez aussi me retrouver sur le fandom « Supernatural » et Divergente :

Fiction « Supernatural » en cours : un amour démoniaque ( Ruby/Charlie)
Fiction « Divergente en cours Eric/OC : « mon amour, mon ennemi »/ « Mon amour, mon ennemi-Version Eric (POV Eric) « un désir audacieux » et « Divergente : télé-réalité ou véritable réalité »