Bien le bonjour !

Je suis de retour ! Pas pour vous jouer un mauvais tour mais pour publier le nouveau chapitre, que beaucoup attende !

Je ne ferais sûrement pas beaucoup de RAR le temps que je publie et que je rattrape mon retard sur la publication. Sûrement jusqu'à la fin de la fiction finalement… Je vous souhaite donc une bonne lecture et à vos claviers pour me laisser une review !

Je vous n'ems !

MelSuny (X-FanFicX) ou j'ai changé mon pseudo, plus facile pour m'y retrouver...

Angel with the scabbed wings

Chapitre VIII : La fuite

Le message du Premier Ministre était clair. Le Ministère devait rester aux mains des Aurors, et du gouvernement anglais.

« Nous vivons de sombres moments, on ne peut le nier. Notre monde n'a-t-il jamais affronter de menace plus grande que celle d'aujourd'hui. Mais je dis ceci à tous nos concitoyens ! Oui ! Nous sommes à votre service ! Et nous continuerons à défendre votre liberté et à repousser les forces qui veulent vous l'arracher des mains ! Votre Ministère, demeure fort ! »

Toute la population anglaise sorcière, avait encore de l'espoir. Il en était totalement autrement. Et cet espoir que la bataille contre Voldemort soit gagnée, était loin de l'être. Pour tout le monde.

oOoOoOoOo

Severus venait d'arriver au Manoir Malfoy, pour retrouver le Lord, et surtout Elianor. Il savait qu'elle participait à la réunion de ce soir.

Mais en entrant dans la pièce où la réunion se tenait, Severus ne put que retenir un tilt, quand il aperçut sa fille assise à côté du Lord, et d'une place libre, en bout de table.

Voldemort avait tenu à ce qu'Elianor soit près de lui, et la jeune fille ne faisait que regarder devant elle, impassible à la présence du Seigneur Noir à ses côtés. Elianor savait très bien se constituer un masque depuis les années passées. Et son père le savait. Si Lily et James la voyaient aujourd'hui, ils en seraient sûrement très fiers.

– Severus. Je commençais à m'inquiéter que tu te sois perdu. Viens, nous t'avons gardé un siège. Tu apportes des nouvelles j'imagine.

Severus alla alors s'installer à côté de sa fille, qui se détendit imperceptiblement. Il savait que sa fille craquerait à la fin de la réunion, et il s'en inquiétait. Parce que si le Lord apprenait qu'elle n'était pas entièrement dévouée à sa cause, il la tuerait. Et il ne pouvait pas se permettre cela. Il ne se le pardonnerait jamais.

Lentement et discrètement, il posa une main sur la cuisse de sa fille, qui se détendit un peu plus. Il faisait passer par ce geste, tout l'amour qu'il avait pour elle, et tout le soutient qu'il lui apportait.

– Ça aura lieu samedi prochain, à la nuit tombante.

– Ce n'est pas ce qu'on m'a dit maître. Intervint l'un des Deaths Eater à la tablée. L'Auror Dawlish a échappé que le petit Potter ne sera pas déplacé avant le 30 de ce mois-ci. La veille de ses 17 ans.

– C'est une fausse piste. Je sais que le bureau des Aurors ne prend plus part à la protection de Harry Potter. Ceux qui sont très proches de lui pensent que nous avons infiltré le Ministère.

– Ouais, pour une fois ils ont raison, pas vrai ?

L'intervention du Death Eater fit rire légèrement certains d'entre eux, tandis que d'autres, dont la famille Malfoy au grand complet, ne purent que réprimer un haussement de sourcils. Draco, quant à lui, lança un regard à Elianor, qui lui rendit avec un haussement inquiet.

– Qu'en dis-tu Pius ?

– On dit bien des choses Maître. Fit l'homme en bout de table, le regard légèrement tourné vers Nagini qui était à ses pieds. La vérité n'y est pas simple à déceler.

Le Lord noir laissa un rire faux lui échapper.

– Tu parles en vrai politicien. Tu devrais sûrement t'avérer très utile Pius. Il retourna son attention vers Severus, tout en jetant un coup d'œil à Elianor, qui restait de marbre. Où vont-ils l'emmener, le gamin ?

– Dans une maison secrète. Sans doute la demeure de l'un des membres de l'Ordre. On m'a dit que cette maison était pourvue de toutes les protections possibles. Une fois-là, il sera impossible de venir l'attaquer de front.

Bellatrix se racla légèrement la gorge, attirant l'attention de son précieux maître vers elle.

– Maître. Je me porte volontaire pour accomplir cette tâche. Je veux tuer le petit. Fit-elle mielleusement, avant qu'un cri ne retentisse subitement, faisant froncer les sourcils à Elianor et à Draco, mais énervant ainsi Voldemort.

– Wortmail ! Est-ce que je ne t'avais pas demandé d'empêcher notre invité de crier ?!

– Oui mais maître… Tout de suite maître…

– Aussi édifiante que je trouve ta soif de sang Bellatrix, c'est moi et moi seul qui dois tuer Harry Potter.

Bellatrix se ratatina alors sur place, comme prise en faute et baissa les yeux. Le Lord reprit alors, en se levant.

– Mais, je suis aux prises avec une malheureuse complication. Ma baguette et celle de Potter partagent le même cœur. Elles sont, d'une certaine manière, jumelles. Nous pouvons nous blesser mais nous ne pouvons nous tuer. Il posa sa baguette sur la table, regardant l'assemblée, tout en passant derrière les occupants des chaises. Et si je dois le tuer, je ne pourrais le faire qu'avec une autre baguette.

Alors qu'il passait derrière les différentes personnes attablées, au moment où il passa derrière Draco, celui-ci ancra son regard dans celui de sa petite-amie, en diagonale face à lui. Ils se regardèrent jusqu'à ce que le Lord reprenne son discours.

– Allons. Je suis sûr que l'un d'entre vous se fera un point d'honneur. Hum… ? Par exemple, toi. Lucius.

– Maître ?

– « Maître » ? Je dois exiger ta baguette.

Le Lord Malfoy, ou du moins ce qu'il restait de lui comme Lord, sortit sa baguette de sa canne, pour la tendre au Lord en baissant les yeux.

– Est-ce que je sens de l'orme ?

– Oui maître.

– Et le cœur ? Demanda-t-il en cassant le pommeau en serpent argenté de la baguette.

– Du ven… Du ventricule de dragon maître.

– Du ventricule de dragon ?

Toute l'attention était tournée vers eux. Le regard froid de Severus et celui impassible de sa fille ne pouvaient rien laisser passer. Sauf si on savait bien regarder. Leurs mains étaient liées, sous la table, à l'abri des regards. Le père et la fille étaient liés.

Voldemort lança soudainement le pommeau sur la table, faisant sursauter Lucius. Il lança un sort d'attraction sur la prisonnière en lévitation depuis le début de la réunion. Prisonnière que Severus n'avait qu'entraperçu en entrant. Il la connaissait.

– Pour ceux d'entre vous qui l'ignoraient, nous recevons ce soir, Miss Charity Burbage. Qui jusqu'à tout récemment, enseignait à l'école de sorcellerie Hogwarts. Sa spécialité était l'étude des moldus. Les Deaths Eaters présents eurent des rires faux, malsains. Miss Burbage est persuadée que les moldus ne seraient pas si différents de nous. Si on l'écoutait, elle voudrait même que nous nous marions avec eux. Certains firent mine de vomir, comme Bellatrix. Selon elle, la mésalliance de sang magique et de sang moldu, n'est pas une abomination mais une pratique encouragée.

Le silence se fit pendant quelques secondes, jusqu'à ce que Charity ne tourne son regard vers Severus, murmurant son prénom et le suppliant d'un regard apeuré, avant de lui parler de son amitié avec elle.

Cela ne plut pas au Lord et lança le sortilège de mort sur l'ancien professeur d'étude des moldus, la faisant ainsi tomber raide morte sur la table, devant Draco qui en serra les dents, et Elianor qui retenait difficilement les perles d'eaux salées courir le long de ses joues. Seule la présence de la main de son père dans la sienne lui permit de tenir.

Tous se tournèrent vers le Lord, quand il parla en parseltongue à Nagini. Ils comprirent tous que son dîner était servi.

oOoOoOoOo

Depuis la mort de Dumbledore, Harry s'était éloigné de tout le monde. Même de sa Mione.

Il essayait de faire comme si tout allait bien mais… Il venait de perdre l'homme qu'il considérait un peu comme son grand-père.

Un an à peine après la disparition de Sirius Black. Le sort s'acharnait sur lui, et il n'en pouvait plus. La prochaine personne, qui se sera ? Dobby, l'elfe de maison ? Ou pire Elianor ? Si seulement il pouvait remonter le temps et rencontrer sa sœur plus tôt.

Il ne pouvait s'empêcher d'imaginer ce que cela aurait pu être, grandir avec quelqu'un à protéger. Une petite sœur sur qui il aurait pu compter, chez les Dursley. Sa vie chez eux aurait peut-être changée, pour devenir un peu plus agréable. Qui sait ?

Il rangea ses affaires avant de descendre les escaliers, et, par pure curiosité, ouvrit une dernière fois la porte de son ancienne chambre, sous l'escalier. Il entendit alors des sons qu'il connaissait bien, et ouvrit la porte d'entrée pour tomber sur Shacklebot.

Sa Mione lui sauta littéralement dessus quand elle le vit, et il ne put s'empêcher de l'embrasser. Ils furent cependant bien vite dans le salon, désormais vide, avec Ron et Hermione d'un côté, les jumeaux Weasley, Fol Œil, Shacklebot, William Weasley et Fleur Delacour, Hagrid, Tonks et Remus. Arthur Weasley était là aussi. Et un court instant, il aurait pensé que sa petite sœur passerait la porte à son tour. Mais il se doutait bien que ce ne devait pas être facile d'échapper à la vigilance du Lord Noir.

Il se tourna vers sa Mione, et comme si elle avait compris le fil de ses pensées, elle avoua.

– Elianor va bien. Elle a réussi à m'envoyer une lettre. Courte, mais une lettre quand même.

– Comment elle te l'a envoyée ?

– Un corbeau. Elle a aussi donné des nouvelles de Pansy, pour Ron, et de Blaise pour Ginny.

Harry hocha la tête. Il savait que sa sœur allait bien, mais il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour elle, surtout en sachant qu'elle vivait désormais au Manoir Malfoy, avec Voldemort. Et même si elle savait ce qu'elle faisait, le fait que le Lord Noir soit dans les parages à rôder autour de sa sœur et en la gardant à l'œil, ne laissait pas Harry dans un état de plénitude. Sa petite sœur était en danger là-bas, et il ne pouvait rien faire pour l'aider pour le moment. Si seulement il savait où était caché les autres horcruxes…

Il s'approcha de sa Mione et lui embrassa le front. Fol Œil attira leur attention et ils durent de séparer, avant que Harry ne comprenne finalement le pourquoi de la présence de tout le monde. Certains d'entre eux allaient prendre son apparence. Et il savait que ça se passerait mal. Tout ce qu'il espérait, c'était que ses amis aillent bien.

En revanche, la présence subite de sa sœur, il ne l'avait pas prévue. Mais visiblement, il n'était pas le seul à ne pas l'avoir prévue. Ron et Hermione étaient aussi surpris que lui. Contrairement à Arthur et Fol Œil.

– Mais qu'est-ce que tu fais-là ?! Tu vas…

– Ça va aller. Je connais quelques petits tours de passe-passe. Et de toute façon,mon père me couvre.

– Vous risquez gros tous les deux.

– On le sait. Mais il fallait que je vienne. Ils vont te pourchasser cette nuit.

– Nous le savons Miss Snape. Assura Arthur.

– … Comment ?

– Il y a une taupe au Ministère de la Magie.

– Il était à la réunion… Pius.

– Nous le savons aussi. Et c'est bien pour cela que nous allons utiliser du polynectar. Je crois que vous êtes familier avec ceci Potter. Miss Granger.

Sans prévenir, Hermione lui arracha quelques cheveux, le faisant sursauter.

Elianor grimaç y aurait donc plusieurs Harry Potter, et impossible de savoir lequel sera le bon, à moins de poser une question à laquelle lui seul pourra répondre.

– Ça va être dangereux.

– Nous le savons Elianor. Mais c'est le seul moyen qu'on a pour le protéger.

– Et pour vous sauver vous… ? Qui sera là ?

Harry prit sa sœur dans ses bras, tentant de la rassurer sur le futur des évènements. Pourtant, il savait lui-même que quelque chose n'allait pas, qu'il y avait quelqu'un ici qui n'était pas censé être présent.

oOoOoOoOo

La route était calme depuis qu'ils étaient partis, prenant tous le même chemin pour ne pas se séparer inutilement. Harry était avec Hagrid, et dans un sens, cela le rassurait un peu. Cependant, lui ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour sa sœur. Il la savait maintenant au manoir Malfoy, avec Voldemort, et il savait que lorsque celui-ci découvrirait la vérité sur sa sœur, il la tuerait, devant lui, s'il le pouvait. Et Harry en avait peur. Il ne permettrait à personne de faire du mal à sa sœur, et surtout pas de la part de Voldemort.

Soudainement, en revenant de ses pensées, Harry entendit le son du tonnerre. C'était mauvais… Très mauvais.

Juste quelques secondes après, des sorts commencèrent à fuser, et Harry voulut de suite aller aider les autres, ce qu'Hagrid refusa promptement, en affirmant qu'il ne fallait surtout pas s'arrêter.

Un sort bleuâtre toucha cependant le demi-géant, qui s'évanouit sur le coup, obligeant Harry à prendre les commandes de la moto volante de Sirius Black.

A bout de force, Harry allait s'évanouir à son tour, quand Hedwige intercepta l'un des sorts des Death Eaters qui les suivaient depuis un moment. Le sbire du Mage Noir s'arrêta alors, et fit comprendre à son Maître où était Harry Potter.

Sa cicatrice le fit souffrir quelques secondes plus tard, lui annonçant l'arrivée imminente de Voldemort. Il ne dut qu'à ses réflexes sa survie en lançant un puissant Expelliarmus vers son ennemi.

Les sorts des deux sorciers fusionnèrent pour finalement laisser celui de Harry prendre le dessus, détruisant ainsi en parti la baguette de Lucius Malfoy.

Le Mage Noir entra dans une rage folle, et fit exploser tous les piliers électriques autour de lui alors qu'Harry pouvait s'enfuir avec Hagrid, ne pouvant s'empêcher de penser à la mort de sa chouette. Sa première amie lorsqu'il avait onze ans.

oOoOoOoOo

Hagrid et Harry étaient arrivés au Terrier depuis quelques minutes, quand Fred et Remus arrivèrent. Hermione apparut ensuite, avec Kingsley, et Harry ne put que soupirer de soulagement, avant de l'embrasser et de la prendre dans ses bras, sous le rire des jumeaux Weasley, qui attendaient l'arrivée des autres ensuite. Ron fut le suivant, et le trio d'or se retrouva ensemble.

Cependant, Fol Œil ne revint pas, et ils surent par Bill que l'Auror était mort, alors que sa charge avait transplanné lors de leur rencontre avec Voldemort.

oOoOoOoOo

Le lendemain, le mariage entre William et Fleur avait lieu, et il ne fallait que rien ne puisse entacher cette fête, surtout pas les Deaths Eaters et Voldemort.

Pour Ron et Ginny, il manquait quelqu'un qui avait désormais une place auprès d'eux. Alors quand une ombre vint se poser devant leurs yeux, ils ne purent que hoqueter de surprise, sous le sourire de Harry et Hermione qui étaient un peu plus loin.

Puis ce fut Harry qui se retrouva les yeux assombris par une paire de main. Elianor. Il soupira de soulagement.

– Comment tu as fait ? Tu l'as dupé ?

– Je vais bien Harry. C'est juste un passage rapide.

– Comment tu as réussi à passer les protections magiques du domaine ? S'enquit Hermione.

– Je suis la petite sœur de Harry. Sans doute que le domaine m'a reconnu. Je ne sais pas en fait Hermione… J'ai juste pensé à retrouver mon frère, pour être sûr qu'il aille bien et que rien ne lui était arrivé, et que vous…

– Eh ! Eli' c'est bon ! Respires on va bien !

– J'étais si inquiète… Je ne tenais pas en place depuis ces quelques jours… Et quand IL est revenu tellement en colère, on… Draco et moi, on a décidé de se rendre dans une des pièces secrètes du manoir pour être en sécurité.

– Malfoy t'a aidé à… ?

– Oui, Harry. Je te l'ai dit, il m'aide à faire le mur.

– Il te protège…

– Exactement comme tu souhaites protéger Mione. Enfin, j'ai décidé de passer prendre Blaise et Pansy, pour rendre mes meilleures amies heureuses. Sourit Elianor en voyant les deux couples s'embrasser.

Harry prit sa sœur dans ses bras, et plongea son visage dans ses cheveux. Ils sentaient la poussière et la Magie Noire, mais il y fit fit, et Harry serra sa petite sœur contre lui, pour lui montrer son soutient.

Elle due cependant se détacher de lui pour partir, à contre cœur, et lui fit un bisou sur la joue avant de prendre Hermione dans ses bras et de passer les barrières de transplanage pour retourner au manoir Malfoy.

oOoOoOoOo

La fête de mariage battait son plein, tout le monde s'amusait. Et Harry cru bon d'aller voir Elphias Doge pour le remercier sur l'éloge qu'il fait sur Dumbledore dans le Daily Prophet. Pourtant, il apprit grâce à lui que le révélateur des sources de Rita Skeeter n'était autre que Bathilda Tourdesac, celle qui était l'historienne la plus reconnue du siècle dernier.

Soudainement, une petite sphère bleue traversa la tente et se planta devant les invités du mariage.

– Le Ministère est tombé. Le Ministre de la Magie est mort. Ils arrivent. Ils arrivent…

Puis ce fut le chaos, les Deaths Eaters étaient là, et Remus ordonna à Harry de fuir, lançant son louveteau vers Hermione et Ron, qui l'attendaient, avant de transplanner tous les trois.

Ils apparurent tous les trois en plein milieu de Londres. Et ils avaient peur. Ils ne savaient pas exactement ce qu'il s'était passé, mais si le Ministère venait de tomber, ils n'avaient plus le choix que de partir à cette foutue recherche de Horcruxes pour enfin espérer vaincre Voldemort une bonne fois pour toute.

OooOoOoOo

Le Lord était dans une colère noire. Le gamin lui avait encore échappé, et il n'avait aucun doute qu'il était parti pendant l'attaque, puisqu'un de ses Deaths Eaters l'avait vu.

Il se tenait devant ses sbires, droit, et lançait des Doloris à tour de bras. Seuls Elianor Snape et Draco Malfoy n'étaient pas visés. Contrairement à leurs pères qui devaient supporter toute cette douleur émanant du sortilège. Surtout Severus. Il savait qu'avec lui, quelque chose clochait. Il doutait de plus en plus de sa loyauté, et cela ne lui plaisait pas.

– Votre incompétence me désespère… Le gamin ne doit pas prendre la fuite. Si jamais, il vous échappe encore une fois, vous servirez de dîner à Nagini.

Il se mit soudainement à siffler à l'encontre de son serpent, et Elianor fronça les sourcils. Elle ne devait PAS comprendre ce qu'il disait. Alors pourquoi elle parvenait à le faire ! Elle ne parlait pas le parseltongue… Elle devait absolument en parler à son père, après l'avoir soigné. Elle avait peur, de plus en plus.

Elle sentit une légère pression sur sa main, Draco, à côté d'elle, la tenait dans la sienne, exerçant une pression pour la rassurer. Elle ferma les yeux quelques secondes, priant pour que son frère aille bien.

Ils furent tous congédiés de longues minutes plus tard, et Elianor suivit son père jusqu'à la cheminette qui leur permettrait de retourner à Hogwarts.

Severus deviendrait le directeur à la rentrée, et il savait très bien que sa fille adoptive l'aiderait à faire face.

OoOoOoOoOo

Arrivés dans les appartements de Severus, Elianor regarda son père s'affairer à prendre des potions dans ses mains. Elles tremblaient, et la jeune fille le remarqua rapidement. Elle le fait s'asseoir et lui donna diverses potions. Régénération sanguine. Essence de dictame. Potion de nutrition. Encore une de régénération sanguine.

Elianor s'assit à côté de son père, et posa sa tête sur son épaule. Elle se mordit la langue, avant de sentir son père la prendre dans ses bras. Ce n'était pas souvent qu'il le faisait depuis quelques années. Alors elle en profita, avant de briser ce moment si précieux, par une simple phrase.

– Je parle le parseltongue.

Severus sursauta, et la fixa, prenant son visage en coupe entre ses mains.

– Impossible.

– Il a dit qu'il tuerait tout ceux qui s'oppose à lui. Toi. Lucius Malfoy. Draco et moi. Il nous tuera tous papa… J'ai peur.

Il reprit sa fille entre ses bras, et ferma les yeux à son tour, alors qu'Elianor était terrifiée. Il ne voulait pas qu'elle vive tout cela. Il aurait voulu qu'elle vive dans un cocon familiale sain et bon pour elle. Loin de toute cette Magie Noire du Seigneur des Ténèbres.

Il aurait voulu que Lily soit présente.