Voilà ma toute nouvelle fic écrite pour le Festival de Fanfics Francophones Kylux (ou KyluxFFF) que vous pouvez retrouver sur l'autre site de fanfics, celui avec un A devant, un O au milieu et un 3 en dernier avec plein d'autres écrivains francophones! Pour l'occasion j'avais demandé aux gens de me fournir des prompts. En effet, je voulais faire une fic plutôt courte et je n'avais des idées que pour des choses longues. Un anonyme m'a suggéré Smuggler Hux et l'idée m'a bien inspirée. Tellement bien inspirée en fait que je planifie plusieurs histoires autour de ce petit personnage d'Armitage Hux contrebandier. Autant dire que c'est foutu pour le côté court... Mais cher Anon, encore merci car je vois tellement de pistes pour cet univers que j'en suis toute impatiente d'écrire :D
Là dedans, Ben Solo est le digne fils de son père et est lui aussi contrebandier. Le Finalizer est une version miniature de lui-même et après la victoire de la République sur Endor trente ans auparavant, le Premier Ordre n'a jamais vu le jour.
Voilà pour le contexte. Je vous laisse à présent lire et j'espère que ça vous plaira! (pour les mises à jour, elles se feront en gros tous les dix jours. Comme je continue également "Ben", publier deux gros chapitres chaque semaine m'est malheureusement impossible)

"***"

Armitage Hux fronça le nez en passant à côté d'un stand dont les effluves étaient particulièrement agressives. Il n'appréciait pas de devoir arpenter les marchés, surtout sur une planète telle que Ryloth où la chaleur faisait coller sa chemise à son dos et où le soleil risquait de faire pousser des cloques sur sa peau rendue blanche par des années dans l'espace. Il appréciait encore moins les vendeurs qui l'alpaguaient, tentant de lui refourguer leur camelote. Ou leurs plats confectionnés dans des conditions d'hygiène douteuses et qui auraient certainement pour conséquence de lui faire passer les trois prochains jours sur le siège des toilettes.

Mais dans son corps de métier, il n'avait pas d'autre choix que de régulièrement fréquenter ces lieux qu'il aurait fui comme le Poltur dans des circonstances différentes. Le seul avantage qu'il en tirait était sa mine glaciale qui faisait s'écarter devant lui les hordes de Twi'leks qui se bousculaient autour des étales.

Ca, et la présence à ses côtés de Phasma aidait aussi beaucoup.

_ Mitaka ! appela-t-il en jetant un coup d'œil en arrière sur le jeune homme qui le suivait de près, un datapad à la main.

_ Oui capitaine ?

_ Quelles sont tes conclusions ?

Mitaka pressa le pas pour se faire entendre autour du brouhaha du marché. Phasma fut même assez généreuse pour s'écarter, lui laissant sa place aux côtés de Hux.

_ Fijradu nous propose les meilleurs tarifs mais réclame un paiement cash et immédiat. Les tarifs d'Aarolcobi sont supérieurs de cinq pourcents mais elle accepte un paiement régulé si nous lui prenons au moins cinq caisses d'épices, dont deux assez anciennes et qui doivent être revendues rapidement. Leurs autres concurrents nous offrent des tarifs moins intéressants ou des produits de qualité médiocre ou d'origine douteuse. J'en conclus donc que nous devrions choisir entre ces deux vendeurs seulement.

Hux opina. Un rapide calcul mental l'avait amené au même résultat. Mais il laissait toujours Mitaka donner son opinion. Cela le formait et Hux appréciait de savoir son équipage affuté et performant. Cela lui permettait aussi d'avoir confiance en eux et de leur confier des missions secondaires dont il n'avait pas toujours le temps de s'occuper.

_ Et donc Mitaka, poursuivit Hux, les mains croisées dans le dos et ses longues jambes le portant à travers la foule, qui me conseilles-tu de choisir ?

Mitaka prit une grande inspiration, comme s'il craignait la réaction de Hux à sa proposition.

_ Capitaine, je sais que nos finances ne sont pas au beau fixe. J'aurais donc tendance à privilégier l'offre de Fijradu. Cependant, sortir dès aujourd'hui une aussi grosse somme nous mettrait dans le rouge et en cas de nouvelle avarie du vaisseau, nous n'aurions peut-être pas les moyens de réparer.

Hux ne put retenir une grimace. Il n'aimait pas qu'on lui rappelle que son fidèle Finalizer était sujet à des pannes régulières, malgré l'entretien méticuleux de Phasma. Mais c'était un vaisseau ancien et, à son grand regret, tout ne pouvait pas être sous son contrôle.

_ C'est pourquoi, poursuivit Mitaka, je propose que nous prenions exceptionnellement des passagers à bord, nous amenant une rentrée immédiate de cash qui nous permettrait non seulement d'obtenir nos épices au meilleur tarif mais également de subvenir à nos besoins au moins le temps du prochain voyage.

Hux jeta un coup d'œil en coin à Mitaka qui était écarlate sous sa casquette. Il ne savait pas si c'était le stress ou la chaleur.

_ Mitaka, fit-il d'une voix ferme. Combien de fois devrai-je le répéter ? Le Finalizer ne transporte pas de passagers. Un point c'est tout.

C'était une règle que Hux avait établie des années auparavant et que ses deux coéquipiers connaissaient parfaitement. Cela ne les empêchait pas de remettre le sujet sur le tapis avec une régularité qui aurait plu à Hux si le thème ne l'avait pas autant hérissé. Déjà parce qu'il n'aimait pas les gens. Ensuite, parce qu'il ne voulait pas d'étrangers à bord de ce qui était devenu son chez lui. Les gens étaient une source de problèmes. Ils étaient brouillons, sales, irrespectueux. Ils semaient le chaos partout où ils passaient et Hux ne détestait rien de plus que le chaos.

_ Mitaka a raison… intervint Phasma.

Hux la coupa d'un simple regard.

_ Pas de passagers, répéta-t-il. Il doit y avoir une autre solution pour bénéficier des tarifs de Fijradu sans plomber nos finances.

Phasma soupira et écarta Mitaka de la main pour reprendre sa place près du capitaine. Son blouson argenté scintillait sous le soleil de plomb de Ryloth et Hux avait l'impression qu'on ne voyait qu'eux à des centaines de mètres à la ronde. Pas vraiment une façon discrète de se fondre dans la masse. Mais il ne disait rien car leur groupe n'était de toute façon pas très discret, entre l'immense gabarit de Phasma et ses propres cheveux roux. Seul Mitaka parvenait à se faire oublier et c'est pourquoi Hux l'envoyait toujours sur les missions les plus délicates. Les plus illégales aussi en général.

_ Hux, fit Phasma de son ton le plus ferme.

Il la scruta quelques instants, admirant le fait que la chaleur ne paraissait pas l'affecter. Pas même une goutte de sueur ne coulait de son visage posé. Alors que lui se savait écarlate et supposait que s'il essorait sa chemise, il en sortirait au moins deux litres de transpiration.

Cependant, si elle recommençait avec l'histoire des passagers, Hux se chargerait de l'envoyer paître comme il le fallait et il la mettrait peut-être même de corvée de ménage pour les trois prochains cycles. Ils étaient amis mais il restait le capitaine.

Mais quand Phasma prit la parole, ce fut en chuchotant, se penchant vers lui pour éviter que des oreilles traînantes ne surprennent leur conversation.

_ Tout à l'heure, Odor'vila m'a proposé une caisse de blasters de l'Empire à un prix défiant toute concurrence, lui expliqua-t-elle. Je ne suis pas certaine qu'ils marchent tous mais je pense que je peux en remettre en état la plupart. Dans ce cas, nous pourrions en tirer un prix intéressant auprès du gang des Guaviens.

Hux opina. Leur équipage commerçait souvent avec le gang des Guaviens et Bala-Tik était aussi honnête qu'il était possible de l'être dans leur milieu. C'était quelqu'un avec qui Hux appréciait de travailler et avec qui il était en bon terme. Un genre de confiance mutuelle s'était installé entre eux et Hux savait qu'il pourrait obtenir un joli gain de ces blasters. C'était une idée intéressante. Le produit était évidemment illégal mais peu importait. Le Finalizer avait de multiples caches que lui et Phasma avaient aménagées au fil des ans.

_ Tu n'as pas pu jeter un coup d'œil à la marchandise ? demanda-t-il pour confirmation.

Phasma secoua la tête. Puis elle se pencha sur un stand et attrapa une brochette de petits lézards grillés. Elle jeta une piécette devant le vendeur et croqua à belles dents dans son encas. Le bruit des os qui craquent fit se retourner l'estomac de Hux. Mais il devait admettre que malgré sa répugnance naturelle à avaler ce type de nourriture, il trouvait l'odeur bien plus appétissante que sur la plupart des autres échoppes.

_ Non. Il m'en a parlé genre cinq secondes avant qu'on ne quitte sa boutique. Je suppose qu'il n'ose pas aborder le sujet avec grand-monde. On risque très cher à transporter des reliques de l'Empire.

Hux opina. Il avait bien conscience de cela. Depuis la victoire de la Rébellion trente ans auparavant, tout ce qui concernait l'ancien Empire avait été banni de la Galaxie. Mais il circulait encore pas mal d'armes sous le manteau et certains collectionneurs payaient très cher les souvenirs les plus rares.

_ Ca peut être intéressant, admit-il cependant.

Il fit quelques pas sur le côté, pour se mettre à l'ombre d'un mur, là où la circulation était un peu moins dense. Puis il récupéra le datapad des mains de Mitaka et fit une rapide simulation.

_ Ca me parait une bonne alternative, conclut-il en étudiant les courbes qui s'étaient affichées sur l'écran.

Il s'épongea le front de la manche de sa tunique et observa les environs. A cette heure encore matinale, le marché était bondé. Faire livrer des caisses à leur navire serait plus discret si elles étaient en partie dissimulées par le flot des badauds. Mais cela signifiait retourner au plus vite sur le Finalizer pour préparer une des caches secrètes. Les autorités patrouillaient souvent autour des vaisseaux et Hux ne voulait courir aucun risque. Il se vantait d'être un homme organisé qui, malgré de nombreuses années d'activité, ne s'était jamais fait prendre la main dans le sac. Et c'était une réputation qu'il entendait bien conserver. C'était bon pour le commerce.

Il rendit le datapad à Mitaka et reprit d'un pas rapide sa route vers les quais.

_ Nous disons donc Fijradu et Odor'vila, résuma-t-il. On rentre sur le Finalizer, on le prépare, puis Mitaka tu retournes voir les deux vendeurs et tu les règles. Tu fais livrer les caisses ensemble, et je précise bien ensemble, et le plus rapidement possible. Si quelqu'un te demande quoi que ce soit, tu précises que tu n'as que des épices. Tu ne quittes pas la cargaison d'un pouce. Dès ton retour, je m'occupe de la déclaration de douane et nous quittons cet enfer le plus rapidement possible.

Il ne se retourna pas mais il savait que son équipage avait approuvé avec force. C'était quelque chose qu'il appréciait, savoir qu'il pouvait compter sur eux et sur leur professionnalisme.

Il accéléra encore, forçant un groupe de Twi'leks à se rabattre sur le côté. Il ignora leurs regards outrés. Ils s'approchaient désormais du spatioport et circuler était de plus en plus difficile au milieu des voyageurs qui inspectaient les navires à la recherche du meilleur prix. Il laissa Phasma passer devant lui, sa large silhouette ouvrant efficacement la foule compacte.

Hux pouvait presque deviner la forme du Finalizer au loin quand une voix familière attira son attention.

_ … le Raid de Kessel en 12 parsecs, mesdames et messieurs ! 12 parsecs ! Pas un vaisseau ici ne peut affirmer l'avoir fait !

Hux sentit les poils de ses bras se dresser malgré la chaleur et une boule de colère se former dans son estomac. Et son visage se crispa plus encore au point que ses mâchoires crissèrent. La main de Phasma se posa sur son épaule pour le retenir mais Hux l'ignora.

Au lieu de cela, il poussa ceux qui l'entouraient jusqu'à se retrouver face à un vaisseau plus antique encore que le sien et devant, un grand imbécile chevelu qui gesticulait, espérant attirer le chaland dans sa casserole volante.

_ Pas un vaisseau ici ne peut affirmer l'avoir fait, cria Hux en s'approchant, parce que le parsec est une unité de distance, pas une unité de vitesse, crétin !

Le chevelu fit la moue en découvrant la tête rousse de Hux à quelques pas de lui.

_ Armitage Hux… souffla-t-il avec dédain.

_ Ben Solo, fit Hux sur le même ton. Encore en train de raconter n'importe quoi pour attirer les naïfs dans ton cercueil de l'espace.

Solo serra les poings et en trois grandes enjambées, il parcourut la distance qui le séparait de Hux. Il bomba le torse comme un coq mais Hux ne lui lança qu'un regard méprisant. Solo n'allait certainement pas l'impressionner. Il était à peine plus grand que lui et même s'il était deux fois plus large, Hux considérait qu'il était aussi deux fois plus stupide et qu'il n'avait rien à craindre de lui.

_ Le Faucon Millenium est un vaisseau exceptionnel ! cracha Solo. Bien plus sûr et bien plus rapide et confortable que ton dératiseur géant.

_ Le Finalizer est…

Solo recula d'un pas et se tourna vers la foule qui s'était faite plus pressante encore dans l'espoir qu'une bagarre éclaterait entre les deux hommes.

_ Le Finalizer, cria-t-il, est la honte de l'espace. Vous savez ce qui se cache derrière ce nom censé faire trembler ? Une coquille de noix qui a servi durant des décennies à exterminer la vermine à bord des vaisseaux ou dans les communautés isolées ! Des rats ! Des cafards ! Des moustiques ! Ce sont les seuls exploits de cette carcasse au nom guerrier.

Il laissa échapper un rire forcé que Hux eut envie de lui faire ravaler. Solo était un acteur pathétique et un homme plus pitoyable encore.

_ Et c'est dans cette épave dont l'air est encore vicié de produits chimiques que l'autoproclamé Capitaine Hux entend vous faire voyager, mesdames et messieurs. Alors vous voyez, le Faucon Millenium est…

Hux roula des yeux.

_ Le Finalizer ne fait pas de transport de voyageurs, rappela-t-il. Je n'ai pas besoin de fanfaronner devant…

Solo l'interrompit.

_ Parce qu'ils risquent de s'empoisonner ! s'écria-t-il. Comme tu empoisonnes les denrées que tu…

_ L'air du vaisseau est parfaitement sain et l'intérieur sans doute plus propre que dans ta poubelle spatiale !

_ Tu n'es jamais monté à bord du Faucon, gronda Solo. Comment peux-tu savoir…

_ Rien qu'à ta coupe de cheveux je me doute que…

_ Ma coupe de cheveux ! Moi au moins je ne baigne pas dans mon propre jus ! cria Solo en fixant la chemise de Hux, un doigt dressé vers lui.

Hux fronça les sourcils puis pointa du menton les larges auréoles sous les aisselles de sa Némésis. Solo colla précipitamment les bras à son corps et dans son expression se mêlaient gêne et colère.

_ Peut-être, reprit-il une moue boudeuse aux lèvres, mais moi…

Il se tut quand une ombre apparut sur son visage. Hux se retourna pour découvrir juste derrière lui Phasma cachant le soleil, les bras croisés et l'air franchement ennuyé.

_ Capitaine, fit-elle, nous sommes pressés.

_ Oui, oui, répliqua Hux agacé de n'avoir pas pu rabattre définitivement son caquet à Solo. Donne-moi juste…

_ Capitaine !

Cette fois, son ton ne souffrait d'aucune contestation. Hux savait qu'elle avait raison. Il avait lui-même mis en avant le fait que le plus vite ils pourraient quitter Ryloth, le mieux ce serait. N'empêche que Solo avait cette manière d'agacer ses nerfs qui réveillait sa mesquinerie et éteignait sa logique.

D'ailleurs, quand celui-ci éclata de nouveau de ce rire forcé, Hux eut envie de l'étrangler, même devant des centaines de témoins.

_ Ah ah ! Voyez mesdames et messieurs comme Armitage Hux a besoin d'une baby-sitter pour lui rappeler…

_ Ben ! Ca suffit maintenant !

Hux aperçut sur la rampe du Faucon Millenium une jeune fille aux cheveux noués en arrière. Il reconnut la mécanicienne de Solo. Il ne savait pas son nom mais…

_ Hé ! Salut Rey ! s'exclama Phasma en levant une de ses grandes mains.

_ Salut Phasma ! répondit Rey avec enthousiasme.

Puis son expression se fit plus rude et elle reporta son attention sur son capitaine.

_ Ben ! rappela-t-elle. Je te signale que nous avons rendez-vous pour une livraison dans deux cycles. Tu n'as plus que quelques minutes pour trouver des passagers ou…

_ Oui, oui, je sais Rey ! grogna Solo, plus écarlate que jamais.

Phasma posa la main sur l'épaule de Hux et le redirigea vers la foule. Mais il savait qu'il avait un rictus aux lèvres de la dernière humiliation de Solo.

Ils rejoignirent Mitaka qui les attendait un peu à l'écart, le datapad fermement serré contre sa poitrine comme s'il craignait qu'on le lui vole. Puis ils reprirent leur chemin vers le Finalizer.

_ Que je peux haïr ce type, grogna Hux quand la voix de bonimenteur de Solo eut disparu au loin.

Phasma gloussa.

_ Ca ne t'a pas empêché de coucher avec, lui rappela-t-elle.

Hux lui lança son regard le plus noir et sa moue la plus dédaigneuse.

_ C'était un accident, se défendit-il.

Les pupilles de sa mécanicienne pétillèrent.

_ Quatre fois ? insista-t-elle et Hux haussa les épaules.

_ Trois fois.

Le sourcil arqué de Phasma l'agaça davantage et il se sentit le besoin de se défendre.

_ Je ne considère pas une fellation rapide dans les toilettes d'une cantina comme « coucher avec », gronda-t-il.

Cela la fit éclater de rire et il décida de l'ignorer. Mais quand ses ricanements se poursuivirent, il ne parvint pas à se retenir de se justifier.

_ Quoi ! lança-t-il. Est-ce que c'est de ma faute s'il a un corps magnifique et un pénis énorme ?

Après coup, il réalisa que ce n'était peut-être pas la meilleure chose à dire pour calmer l'hilarité de sa mécanicienne. Il s'attendait à une nouvelle remarque acerbe de sa part mais c'est Mitaka qui prit la parole en premier.

_ Oui, fit-il sèchement, si on met de côté son horrible personnalité et son visage hideux, je suis certain que c'est quelqu'un de très bien.

Hux ouvrit la bouche pour récuser le fait que Solo ait un visage hideux. Mais s'il était honnête avec lui-même, il devait bien admettre qu'il l'avait aussi trouvé hideux lors de leur rencontre et que ce n'était pas pour son physique qu'il était allé lui parler. Après… après il supposait qu'il s'était habitué au nez immense, aux lèvres épaisses et aux oreilles décollées. Et puis, Hux avait connu bien pire au cours de ses coucheries intergalactiques. Mais ça, il n'allait pas le préciser à Mitaka. Ce n'était pas la première fois que le jeune homme avait des réflexions désagréables sur les amants de Hux et ce dernier en était arrivé à la conclusion que son aide avait un petit faible pour lui. C'était flatteur en soi mais Hux n'avait jamais mis le sujet sur le tapis. Déjà parce qu'il considérait que les relations intimes entre membres d'un même équipage étaient sources de problèmes. Et ensuite parce qu'avec ses airs constants de faon effarouché, Mitaka n'était pas du tout, mais alors pas du tout son genre. Et pourtant, le genre de Hux était vaste.

Il garda donc simplement le silence. De toute façon, ils n'étaient plus qu'à quelques pas du Finalizer et un boulot immense les attendait encore.

« *** »

Hux serra les poings en observant les gardes de la République arpenter les couloirs du Finalizer. C'était le seul signe de nervosité qu'il pouvait s'autoriser à montrer. Et pourtant, qu'il était stressé !

Ce n'était pas la première fois que la police spatiale les arrêtait mais c'était la première fois qu'ils étaient aussi insistants dans leurs recherches, démontant panneau après panneau sans relâche.

Hux leva les yeux et croisa le regard de Phasma. Elle et Mitaka étaient débout dos au mur et comme lui, ils attendaient sans aucun naturel que leurs envahissants invités se décident à regagner leur vaisseau.

Hux fut rassuré de constater que sa mécanicienne partageait son anxiété. Habituellement, les gardes se contentaient de fouiller la calle. Parfois, lorsqu'ils étaient d'humeur, ils frappaient les murs à la recherche de caches secrètes. Celles de Hux étaient suffisamment bien faites pour ne pas être aisément détectables. Mais là, ils atteignaient un tout autre niveau, rampant dans les conduits et déplaçant des pans entiers de métal pour voir ce qui se dissimulait derrière.

Hux en était d'ailleurs venu à se demander si quelqu'un ne les avait pas balancés. Leur comportement était franchement suspicieux. Mais seuls Bala-Tik et Odor'vila étaient au courant de la transaction et aucun des deux n'avait intérêt à la voir capoter.

Ce ne devait être que de la malchance, songea-t-il amèrement, le bout de sa botte frottant contre le métal du sol.

Une malchance qui pouvait leur coûter beaucoup. Et bien plus que de l'argent. Le trafic d'objets datant de l'Empire était sévèrement puni. Le trafic d'armes aussi d'ailleurs. Les deux combinés pouvaient les envoyer dans les prisons de la République pour plusieurs années. Et honnêtement, Armitage Hux avait bien d'autres ambitions pour son avenir.

Il croisa les mains derrière son dos, comme il le faisait toujours lorsqu'il avait besoin de garder le contrôle de lui-même. Contre ses doigts, il sentit son chrono. Il serra les dents. Ce serait son ultime recours si les choses tournaient mal. Il préfèrerait ne pas en arriver à une telle extrémité mais entre la prison et une brouille avec Bala-Tik, cette dernière solution l'emportait.

_ Capitaine Armitage Hux ? fit l'un des gardes en s'approchant de lui, le coupant dans ses considérations.

C'était celui qui avait le plus de bandes sur l'épaule et une moustache ridicule sous le nez. Hux en avait déduit qu'il était le supérieur du groupe qui les avait abordés. Il se tourna vers lui avec beaucoup de raideur.

_ Oui ? demanda-t-il en tentant de supprimer cette sévérité une peu brusque qu'avait souvent son ton.

_ Les cinq caisses que nous avons trouvées à bord contenaient toutes des épices, fit l'homme d'une voix plate.

_ Bien évidemment, pointa Hux. Comme je vous l'avais dit à votre arrivée, ne put-il s'empêcher d'ajouter.

Mais la bêtise l'exaspérait tout autant que le chaos.

_ Vous avez les autorisations de la douane de Ryloth ? insista le garde sans paraître relever le ton sarcastique de Hux.

Hux opina et présenta son datapad qu'il avait récupéré à leur arrivée. Il connaissait bien les procédures et faisait toujours en sorte qu'elles durent le moins longtemps possible. Aujourd'hui était une malencontreuse exception.

Il pianota rapidement sur l'écran et présenta promptement le certificat que la douane lui avait fourni.

Le moustachu l'étudia longuement avant de hocher la tête.

_ Ca me parait en règle, murmura-t-il, un peu dépité.

Visiblement, il s'était attendu à tout autre chose.

Et Hux se retint difficilement de soupirer de soulagement. Il était désormais fort probable que les gardes repartent rapidement et tant pis s'ils laissaient à Phasma le soin de tout remonter elle-même. Hux pensait qu'elle ne s'en formaliserait pas si cela signifiait que leur cargaison secrète arrive à bon port.

Surtout que ça faisait maintenant une dizaine de jours qu'elle travaillait à remettre en état les blasters, démontant ceux définitivement hors d'usage pour en récupérer les pièces et former de nouvelles armes. Ca avait été un travail de longue haleine mais qui leur promettait un joli pactole à l'arrivée. Bala-Tik l'avait assuré à Hux. Avec les patrouilles de plus en plus fréquentes dans la région, il avait du mal à ravitailler ses troupes en blasters et l'offre de Hux était tombée à point nommé.

_ Lieutenant ! appela alors un des gardes, son cri résonnant sur les parois dénudées du Finalizer. J'ai trouvé quelque chose.

Hux eut l'impression que son cœur venait de tomber dans son estomac. Le regard qu'il échangea avec Phasma en disait long. La voix était venue du couloir menant à leur cache la plus sécurisée. Celle que personne n'avait été capable de détecter auparavant. Une nouvelle fois, Hux caressa le bord de son chrono du bout des doigts.

Il faisait toujours un peu froid à bord du Finalizer. Au cours des années, Hux s'y était habitué. Il sentit cependant couler le long de sa colonne une unique goutte de sueur.

Aussi figé qu'une statue, il regarda le lieutenant rejoindre ses hommes dans la partie la plus sensible du vaisseau.

_ Capitaine Hux, l'interpela l'homme, vous pouvez venir une minute ?

Hux eut du mal à se mettre en mouvement mais il n'avait pas le choix. Les faire attendre serait d'autant plus suspicieux et il avait encore le maigre espoir qu'il ne s'agisse que d'une fausse alerte. Mais c'est d'une démarche raide qu'il rejoignit finalement le petit groupe agenouillé devant un conduit habituellement dissimulé par une épaisse couche de métal amovible.

_ A quoi cela mène-t-il ? fit le moustachu sans parvenir à dissimiler un rictus triomphant qui donna des envies de meurtre à Hux.

_ C'est un accès direct à la chambre de combustion de notre propulseur, intervint Phasma.

Hux avait été tellement obnubilé par la perspective d'être découvert qu'il n'avait même pas vu qu'elle l'avait suivi. Il lui en était reconnaissant car il n'était pas certain qu'il aurait pu maîtriser sa voix. Il réalisa alors que son sang bourdonnait si fort à ses oreilles qu'il entendait comme à travers un casque. Il fallait dire qu'ils n'avaient jamais été aussi près d'être découverts. Car si le couloir menait effectivement à la chambre de combustion, sur le côté se trouvait également un rebord accueillant le matériel de contrebande sensible. Et c'est là qu'était solidement amarrée la caisse des blasters.

_ Vous voulez que j'aille jeter un coup d'œil lieutenant ? proposa l'homme qui les avait tous rameutés.

Et Hux plissa les yeux en fixant son visage. Il se souviendrait de lui. Oh oui il se souviendrait de lui. Et si un jour il lui mettait la main dessus et sans témoin, il se ferait un plaisir de le balancer lui-même dans la fameuse chambre de combustion qu'il paraissait tellement impatient de découvrir.

_ Oui. Confirmez-moi cela.

Hux observa avec colère le garde s'engager dans le conduit à quatre pattes. Il était des moyens plus simples d'y accéder mais qui requéraient d'ouvrir le vaisseau de l'extérieur, ce qui était toujours une manœuvre très difficile dans l'espace. Mais s'il continuait dans cette direction, l'homme allait forcément découvrir leur cargaison illégale. Et c'était impensable.

Hux jeta un coup d'œil à Phasma qui hocha la tête placidement, même s'il voyait dans son regard la rancœur qu'elle ressentait. Au cours de leur carrière, ils n'en étaient jamais arrivés à une telle extrémité et il espérait vraiment que son stratagème allait fonctionner. Lui et Phasma l'avaient mis en place quelques années auparavant lorsque la République avait accru sa lutte contre la contrebande. Il suffisait d'une série de clics sur le chrono de Hux et la cargaison basculerait dans la chambre de combustion qui la détruirait sur le coup.

C'était un moyen extrême mais mieux valait une livraison annulée que d'être découverts. Hux aurait juste préféré qu'aujourd'hui ne soit pas le jour de la grande inauguration de son système. Ce qu'ils transportaient n'avait pas toujours une valeur aussi importante et il aurait aimé sacrifier des peaux illégales ou des embryons de Rathtars plutôt que ses précieux blasters.

Prenant une grande inspiration, il appuya sur un bouton de son chrono pour activer la séquence. Il s'imagina parfaitement la plateforme reculer pour libérer la caisse. Il en entendit presque les rouages. Il la vit parfaitement chuter avant de disparaitre dans un grand éclat de lumière, pulvérisée en des milliards de particules. En parallèle, il songea à tout l'argent qu'ils allaient perdre à cause du zèle de ces gardes de la République. Et Hux sentit une vague de rancœur le submerger, comme souvent lorsqu'il pensait au gouvernement galactique et à ses actions. Mais un jour… Oh oui un jour…

Il n'était pas vénal de nature. Accumuler de l'argent pour accumuler de l'argent ne l'intéressait pas. Mais il avait des projets qui nécessitaient des fonds et cet exaspérant contretemps allait encore les retarder. Il eut envie de frapper un mur de son poing nu en songeant à tous les appels qu'il allait devoir passer après le départ des gardes, Bala-Tik en premier.

La large main de Phasma frôla son épaule et il reprit le contrôle de lui-même. Il ne servait à rien de paniquer, de s'agacer. Comme toujours, il finirait par trouver une solution. Malgré les complications que cela allait entraîner.

C'était juste… tellement insupportable de toujours devoir repousser ce qu'il avait en tête. Parfois, il se surprenait à douter. Puis il se rappelait le chemin déjà parcouru et la seule puissance de sa colère suffisait à le remotiver. Même s'il savait que ce serait encore sûrement le cas aujourd'hui, qu'il rebondirait d'une façon ou d'une autre, il ne pouvait empêcher une pointe de dépit de lui vriller l'esprit. Autant d'argent gâché !

Du bruit dans le conduit attira leur attention à tous. Et le garde réapparut, une moue aux lèvres.

_ Il n'y a rien là-dedans lieutenant, annonça-t-il. Juste la chambre de combustion au bout du passage.

Le moustachu eut l'air momentanément perplexe mais il finit par hocher la tête. Il était vaincu, il devait l'admettre.

_ Bien, fit-il avec froideur, puisque tout a l'air en ordre, nous pouvons repartir. Merci encore de votre coopération capitaine Hux.

_ Je vous en prie, répondit ce dernier d'un ton pincé.

Sourire, même poliment, lui faisait mal à la mâchoire. Il raccompagna cependant les gardes jusqu'au sas où ils rejoignirent leur cockpit et ne fut soulagé que quand le contact entre les deux vaisseaux fut rompu. Mais ce n'est que lorsqu'il entendit le bruit de leur hyperespace qu'il abandonna la pose raide qui avait été la sienne depuis le début du contrôle.

_ Kriff ! grogna-t-il. KRIFF !

Il se passa une main dans les cheveux, les trouvant poisseux de sueur et fit un demi-tour rapide pour découvrir son équipage en train de l'observer, une pointe d'inquiétude dans le regard.

_ Capitaine… fit Mitaka avant d'être interrompu par Phasma.

_ La bonne nouvelle, c'est que notre système marche et que nous n'allons pas passer les quinze prochaines années de nos vies en prison.

Mais elle était plus ironique qu'enjouée.

Hux renifla de mépris.

_ La mauvaise nouvelle, fit-il plus sèchement qu'il ne l'avait prévu, c'est que notre cargaison a été détruite, que nous n'avons plus un crédit et que j'ai des appels à passer pour tenter d'améliorer notre situation.

Il comprit rapidement que la brusquerie de sa remarque n'avait pas plu à la mécanicienne.

_ Tu crois peut-être être le seul que ça concerne ! répliqua-t-elle sur le même ton. J'ai passé je ne sais combien d'heures sur ces blasters pour les remettre en état ! Et maintenant tout a brûlé !

_ Je sais ! Je sais ! s'emporta-t-il. Mais j'ai Bala-Tik à contacter et Republic City à payer dans les jours à venir et je n'ai pas la moindre idée de comment je vais réussir cet exploit.

_ Peut-être… suggéra Mitaka d'une petite voix, qu'on parviendra à vendre nos épices à un bon prix.

Hux eut envie de lui mettre le datapad sous le nez pour lui prouver qu'ils devraient dénicher un acheteur assez naïf pour acquérir leur marchandise au triple de son prix réel s'ils voulaient rentrer dans leurs frais. Mais il savait que Mitaka essayait juste d'aider à sa façon.

_ Et bien je te laisse le soin de me trouver ce client miraculeux, grogna-t-il. Phasma, remets en place tout ce qu'ils ont démonté. Je serai de mes quartiers.

D'un pas rapide, il rejoignit sa petite chambre qui ne méritait en réalité pas l'appellation de quartiers, l'estomac acide des entretiens à venir.

« *** »

_ Je suis désolée Armitage, fit la doyenne de l'université de Republic City, mais je ne peux pas allonger votre délai de paiement au-delà d'une quinzaine de jours.

Hux opina. Il espérait que par l'intermédiaire du holoprojecteur, la doyenne ne voyait pas son poing qui se crispait et se décrispait devant lui, preuve que Hux devait faire appel à toute sa force de volonté pour ne pas envoyer l'objet valdinguer à l'autre bout de la pièce.

_ Je comprends bien madame, fit-il d'une voix glaciale.

Ce n'était pas la première fois qu'il devait sauter un semestre, les frais des cours par correspondance de l'université pesant un poids très lourd dans le budget du Finalizer. Et Hux avait l'impression que jamais il ne parviendrait à terminer sa thèse de géopolitique, son sésame pour un emploi au Sénat, là où il comptait bien se faire une place un jour.

La doyenne dut percevoir son dépit car ses traits s'adoucirent.

_ J'ai conscience que les choses ne sont pas aisées pour vous Armitage. Mais vous êtes un élève exceptionnellement brillant. J'ai soumis une fois de plus votre nom pour l'obtention d'une bourse à nos actionnaires mais vous connaissez les règles.

Hux opina. Avec ses trente ans passés, il était trop âgé pour bénéficier des largesses du système. Et de toute façon, presqu'aucun élève originaire de la Bordure Extérieure n'avait obtenu un soutien de l'université. Les seuls qui y étaient parvenus étaient en général les enfants d'hommes d'affaire originaires des Mondes du Noyau expatriés dans les bordures externes en raison de leurs activités. Rien à voir avec le cas de Hux.

N'empêche qu'il était extrêmement frustrant pour lui de réaliser que malgré ses compétences évidentes, il mettait deux fois plus de temps que les autres à obtenir son diplôme principalement pour des raisons de financement et d'éloignement. Vivre sur Hosnian Prime, assister aux cours au lieu de les recevoir sur son datapad, avoir accès à tous les outils de recherche de l'université et du Sénat, tout cela lui aurait permis d'arriver au bout de ses études depuis longtemps. Mais pour cela, il aurait dû débourser des sommes si importantes qu'elles lui donnaient le tournis. Alors, crédit après crédit, il économisait pour régler ses cours un semestre après l'autre, quitte à en sauter deux ou parfois trois d'affilés quand les affaires étaient vraiment mauvaises ou que le Finalizer subissait une avarie grave qui nécessitait de piocher dans ses réserves.

_ Merci madame, répondit-il tout de même.

La dernière chose dont il avait besoin était bien de se brouiller avec la doyenne. La vieille femme l'avait toujours soutenu et n'avait jamais cessé de croire en ses capacités malgré sa scolarité plus que hachée. Et à chaque fois que Hux revenait avec finalement ses crédits en poche, elle le réinscrivait sans broncher, le déléguant même souvent aux professeurs les plus compétents.

_ Et Armitage ?

_ Oui madame ?

_ Si vous avez des questions sur votre thèse, n'hésitez pas à me contacter. Même si vous n'êtes plus officiellement un élève de chez nous.

Hux crispa la mâchoire et hocha la tête. C'était une attention qui le touchait vraiment. Peu étaient ceux qui l'avaient soutenu lorsqu'il avait annoncé le sujet de sa thèse. La doyenne avait été de ceux là.

_ Merci madame, fit-il de nouveau.

La vieille femme eut un petit rire qui lui donna dix ans de moins, son crâne rasé reflétant la lumière des grandes fenêtres qui bordaient son bureau. Il était étrange de voir comme la journée était lumineuse sur Hosnian Prime alors que Hux passait presque tout son temps plongé dans la noirceur de l'espace.

_ J'avoue, reprit la doyenne, que je suis assez curieuse de voir quelles seront vos conclusions. « Le Rôle de Padme Amidala dans l'Ascension au Pouvoir de l'Empereur Palpatine » est un sujet sacrément gonflé et je dois admettre que je ne suis pas contre un peu d'impertinence envers nos vieilles figures historiques.

_ L'arrivée au pouvoir de Palpatine est un sujet, je trouve, bien trop souvent simplifié et j'entends rétablir la vérité et la part des responsabilités, ne put se retenir de lancer Hux avec une passion à peine contenue.

Il détestait la façon dont les acteurs historiques de la République étaient présentés comme des saints dans les versions officielles alors que les membres de l'Empire n'étaient réduits qu'à de cruelles ordures. Ca n'avait aucune cohérence avec ce qu'il avait connu depuis son enfance et il espérait bien un jour faire réviser cette vision manichéenne qui était présentée par la Nouvelle République depuis une trentaine d'années.

_ Un vaste programme que vous vous imposez là mon garçon, répliqua avec humour la doyenne, même si Hux ne put retenir une grimace à l'usage du mot « garçon ».

Il n'était plus un enfant depuis fort longtemps et avait dû se battre pour s'imposer là où il était à présent. Mais il n'allait certainement pas reprendre celle qui était quasiment son seul soutien sur Hosnian Prime.

_ Mais, poursuivit-elle, vous y parviendrez un jour. Avec votre ténacité et vos capacités, vous irez très loin Armitage Hux. J'en suis certaine.

Hux hocha la tête en guise de remerciement. Depuis des années qu'il fréquentait la doyenne, il lui avait déjà confié son but ultime, devenir un jour Sénateur et rendre aux planètes de la Bordure Extérieure la place qu'elles méritaient dans la Galaxie. Il avait conscience que la tâche serait ardue mais aussi laborieux que soit le chemin, il savait qu'il était le seul actuellement à pouvoir prétendre à ce rôle. Seuls des hommes de paille à la solde de la République représentaient actuellement la région dont il était originaire et qui restait dans l'ombre des systèmes plus proches. Il entendait bien mettre un grand coup de pied dans cette organisation injuste.

_ Je ferai de mon mieux madame, finit-il par répondre.

_ Je le sais. Votre seule faiblesse est d'être né du mauvais côté de l'univers… Et votre caractère parfois un peu revêche !

Hux ne pouvait nier. Mais dans sa position actuelle, comme dans ce qu'il espérait être sa position future, une certaine force de caractère était nécessaire, et il n'allait pas s'excuser de ne pas se présenter la bouche en cœur face à des gens pour qui il n'avait généralement que mépris.

_ Mais, conclut-elle, j'espère recevoir de vos nouvelles dans les quinze prochains jours. Si ce n'est pas le cas, soyez assuré que vous aurez votre place parmi nous le semestre suivant.

_ Merci madame. Et merci de m'avoir écouté.

Elle lui fit un dernier signe de tête et la communication se coupa. Hux resta quelques instants immobile sur sa chaise, à fixer le métal de la table et à écouter la ventilation qui tournait au-dessus de sa tête.

Il luttait fort pour ne pas laisser échapper un nouveau chapelet d'injures. Dans l'ensemble, ses contacts s'étaient mieux passés que ce à quoi il s'était attendu. Bala-Tik avait certes été contrarié mais il avait accepté l'explication de Hux avant de l'assurer que cela ne remettait pas en cause de futures affaires éventuelles entre eux. Après tout, au fil des années, il avait eu matière à apprécier les compétences du capitaine du Finalizer. Quant à la doyenne, elle s'était montrée toujours aussi compréhensive à son égard mais il savait qu'il lui était impossible d'outrepasser les règles mises en place par les actionnaires de l'université.

Malgré cela, il était frustré de devoir reculer encore et encore la fin de ses études. Le métier de transporteur, et de contrebandier, ne le satisfaisait pas et lui rapportait bien moins que dans ses plans originaux. Il survivait grâce à cela. Et il lui assurait un sentiment d'indépendance qui lui était agréable. Mais ce qu'il recherchait sur le long terme était le pouvoir. Et la possibilité de changer les choses.

Savoir que ces objectifs étaient encore retardés à cause d'une simple patrouille de gardes le mettait hors de lui.

Il se leva brusquement de sa chaise dont les pieds raclèrent sur le sol. Il crispa les dents au bruit qui lui vrilla les oreilles et appuya d'un geste sec sur le bouton d'ouverture de la porte. Celle-ci glissa avec un chuintement discret.

Au moins cela le fit-il sourire. Phasma faisait toujours attention aux petits détails dans son entretien du vaisseau et c'était agréable à savoir.

Il s'enfonça dans un couloir duquel parvenaient des sons métalliques. La mécanicienne devait être en train de réparer les dégâts de la patrouille. A défaut d'avoir mieux à faire, Hux décida de lui donner un coup de main. Cela ferait office d'excuses pour avoir élevé la voix contre elle tout à l'heure. Elle ne méritait pas de subir son caractère revêche, comme l'avait si poliment tourné la doyenne tout à l'heure. Et même s'il ne prononçait pas les mots allant avec, elle comprendrait la signification du geste.

Il la trouva allongée sur le dos, la tête enfoncée dans un conduit, en train de revisser une grille de ventilation.

_ Besoin d'aide ? fit-il en s'agenouillant près d'elle, ses genoux craquant dans la manœuvre.

Ca lui arrivait de plus en plus souvent ces derniers temps. Il allait devoir penser à allonger ses séances d'exercices pour se dérouiller un peu. Mais entre ses affaires à mener, ses marchandises à négocier, ses cours à réviser, et ses recherches pour sa thèse à continuer, il n'avait que très peu de temps pour lui et souvent, l'horaire qu'il allouait à l'entretien de son corps était utilisé pour tout autre chose. Comme son temps de sommeil. Quant à ses loisirs, ils se limitaient à un verre dans une cantina sordide tous les trente-six du mois et parfois un coup rapide dans une minuscule chambre payée à l'heure. Ce n'était pas la vie qu'il s'était imaginée quand il était parvenu à récupérer le Finalizer. Mais c'était tout de même mieux que ce qu'il avait quitté. Et il ne regrettait rien. Il aurait juste aimé que ses ambitions se réalisent plus rapidement !

_ Passe-moi le cruciforme, demanda Phasma, le coupant dans ses considérations.

Il grogna et fouilla dans la boîte à outils rutilante. Phasma gardait ses affaires dans un état impeccable et c'était l'une de ses plus grandes qualités.

Il trouva sans difficulté le tournevis et le glissa dans la large main qui venait d'apparaitre du conduit.

_ Alors, dit-elle sans cesser de travailler, comment ça s'est passé ?

Elle ne semblait plus en colère contre lui. C'était déjà ça. Sa voix était généralement monocorde mais Hux la connaissait depuis si longtemps qu'il savait reconnaître une réelle compassion dans ce qui aurait semblé neutre à tout autre.

_ Comme je me l'imaginais, admit-il. Bala-Tik a été globalement compréhensif et je serai obligé de sauter un semestre si je ne règle pas l'université dans les quinze jours.

_ Oh, fit-elle. C'est moche.

Il haussa les épaules même si elle ne pouvait pas le voir.

_ Rien que de très habituel, grommela-t-il d'une voix pincée. J'ai l'habitude.

_ Quand même… Ca reste moche.

_ Le plus frustrant, fit-il en frottant les paumes de ses mains contre le tissu rêche de son pantalon de toile brune, c'est que je suis tellement, tellement proche de la fin. Et à chaque fois, j'ai l'impression que quelque chose se ligue contre moi pour que j'échoue. La dernière fois, c'était la panne de l'hyperespace. Et maintenant ça.

_ L'univers s'est déjà ligué contre toi en te faisant naître sur Arkanis, plaisanta-t-elle en sortant du conduit, ses cheveux blonds ébouriffés sur le haut de son crâne.

Il secoua la tête.

_ Comme si tu pouvais parler !

Un bruit de pas précipités les interrompit et ils tournèrent la tête de concert, pour découvrir Mitaka qui trottinait vers eux, les yeux écarquillés dans une expression que Hux n'arriva pas à déterminer. Le regard de Mitaka évoquait à la fois la joie, la peur et la colère et Hux se dit qu'il ne devrait pas être permis d'être aussi transparent. Personnellement, il avait travaillé dur pour figer au maximum son visage dans un mélange de neutralité et de contrariété hautaine. Il avait réalisé que c'était ainsi qu'il influençait le mieux les autres.

_ Capitaine ! Capitaine ! s'exclama Mitaka en les rejoignant.

Hux se releva et tendit une main à Phasma. Elle arqua un sourcil et eut un sourire narquois avant de se remettre debout d'un bond et sans son aide. Elle était en bien meilleure forme physique que lui et ne se gênait pas pour le lui prouver à la moindre occasion.

_ Que se passe-t-il Mitaka ? demanda-t-il, sans cacher l'exaspération dans sa voix face à l'agitation de son aide.

Ne pouvait-il pas être tranquille juste quelques minutes !

_ Beaucoup de choses capitaine ! s'écria le jeune homme en retenant laborieusement des mouvements de bras dont il savait qu'ils énervaient Hux.

Depuis qu'ils avaient embarqué sur le Finalizer des années auparavant, Hux était conscient que Mitaka avait tout fait pour calquer son attitude sur celle de son capitaine. Dans l'ensemble, il ne se débrouillait pas trop mal, si ce n'était pour ses yeux beaucoup trop grands. Mais dans les moments de tension, la vraie nature de Mitaka finissait toujours par ressortir et il lui fallait prendre sur lui pour se dominer. Hux le vit d'ailleurs respirer lentement pour organiser ses propos.

_ Comme ? l'encouragea-t-il.

_ Capitaine, fit celui-ci d'un ton beaucoup plus posé, j'ai deux nouvelles à vous annoncer. Une bonne et une mauvaise.

Hux soupira et croisa les mains derrière son dos. Evidemment, l'un n'allait pas aller sans l'autre…

_ Commence par la bonne, demanda-t-il. J'ai besoin d'un peu de positivité.

_ J'ai trouvé un acheteur pour nos épices ! annonça Mitaka en bombant le torse. Il tient une cantina sur une station spatiale proche et un groupe de Wookies à nourrir vient de débarquer pour quelques jours. Il a besoin qu'on le fournisse au plus vite et nous offre un prix supérieur à celui du marché. Pas aussi élevé qu'il le faudrait mais avec un bénéfice légèrement supérieur à vos prévisions.

Enfin Hux sentit un début de sourire naître sur ses lèvres. Ca ne suffirait pas à payer l'université mais ça leur permettrait au moins de régler leurs frais le temps de trouver une nouvelle mission.

_ C'est du bon travail, Mitaka.

Mitaka lui rendit son sourire mais celui-ci ne fut que de courte durée et Hux se souvint qu'il avait aussi pour lui une mauvaise nouvelle. Même s'il n'avait plus rien à cacher, il espérait que ce n'était pas une autre patrouille. Il en avait eu assez pour aujourd'hui de ces gens-là.

_ Et la mauvaise ? demanda-t-il, résigné.

_ Vous avez un appel, répondit sèchement son aide. En provenance du Faucon Millenium. Le Capitaine Solo veut vous parler.

Et Hux ne put retenir le plus long soupir de son existence, se demandant ce que cet idiot chevelu pouvait encore lui vouloir pour venir le harceler jusque sur son vaisseau.

« *** »

Lorsque Hux rejoignit le cockpit, l'image de Solo était déjà sur les écrans et ce dernier eut un large sourire narquois en voyant le capitaine du Finalizer prendre place sur son fauteuil. D'ailleurs, il lui laissa à peine le temps de s'installer avant de monopoliser la parole d'un ton faussement enjoué.

_ Mon cher Armitage ! s'exclama-t-il, sa voix grave résonnant à travers les murs métalliques de la petite salle de contrôle. C'est toujours un plaisir de retrouver ton visage rayonnant et amical.

Hux garda le silence et lui jeta un regard qui en disait long sur l'opinion qu'il avait de son interlocuteur.

Solo ne parut pas mal prendre l'absence de réaction. A la place, il s'alanguit dans son fauteuil dans ce qu'il devait espérer être une pose cool, voire sensuelle. Pour Hux, elle évoquait juste la posture d'un adolescent en train de comater après une soirée trop arrosée.

Solo chercha ses yeux et Hux soutint la provocation. Le duel visuel dura de longues minutes. Hux ne pouvait estimer combien. Il n'allait certainement pas détourner le regard pour consulter son chrono. Tout ce qu'il voyait étaient les iris sombres de Ben Solo et son sourire goguenard sous son nez dix fois trop long. Lui-même se forçait à garder une mine impassible malgré la position inconfortable qu'il tenait, le dos trop droit dans le cuir du fauteuil usé.

C'est un raclement de gorge qui mit fin à leur combat de volonté. Hux crut presque que Phasma était derrière lui et agacée par ce jeu de virilité mal placée. Mais Solo tourna la tête vers ce qui devait être son copilote, invisible à l'écran.

_ Quoi Poe ! s'agaça Solo, à voix basse, ce qui n'empêcha pas Hux de l'entendre.

_ Ben, on n'a pas toute la journée ! On est attendus sur Dandoran dans quelques heures, souffla l'autre type et Hux roula des yeux à leur manque de discrétion.

Si Ben Solo n'avait pas été le fils de héros de guerre maintenant haut placés dans la hiérarchie de la Nouvelle République, il aurait déjà terminé en prison vu l'incompétence notoire dont il faisait preuve. Hux ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine rancœur face à ce déséquilibre des chances dès la naissance. Et voir la façon dont Solo gâchait les avantages qui lui avaient été donnés par le destin le mettait hors de lui. Kriff quoi ! Si Hux avait pu recevoir le dixième de l'éduction, de l'argent et des connexions que Ben Solo devait avoir, il était certain qu'il aurait déjà été élu Sénateur, même à un âge aussi peu élevé. C'était aussi une des raisons pour lesquelles Hux ne pouvait empêcher une vague de colère de le submerger en présence du capitaine du Faucon Millenium. Ca et aussi le fait que Solo était un imbécile dont la principale joie était de venir l'enquiquiner alors que Hux cherchait juste à se faire une place dans la Galaxie.

_ Si tu as quelque chose à me dire Solo, dis-le tout de suite, car contrairement à toi, certains ici ont du travail.

Solo écarquilla les yeux dans une expression exagérée de fausse surprise, en faisant comme toujours des tonnes.

_ Vraiment ? Vraiment Armitage ? Je pensais pourtant que tu étais entre deux missions depuis la destruction d'une partie de ta cargaison.

Hux sentit ses doigts se crisper sur les accoudoirs durs de son fauteuil. L'évènement ne datait que de quelques heures à peine. Comment Solo était-il déjà au courant ?

_ Je ne comprends pas de quoi tu parles, grogna-t-il pour toute réponse.

Mais le sourire triomphant de Ben Solo lui indiqua qu'il n'était pas dupe.

_ Oh mon petit Armie voyons…

_ Ne m'appelle pas comme ça ! l'interrompit Hux qui n'appréciait déjà pas que Solo utilise de manière quasi systématique son prénom comme s'il s'adressait à un enfant ou à un proche.

Le fait qu'il ait écarté plusieurs fois les cuisses ou les lèvres pour lui ne voulait pas dire qu'ils étaient amis ou intimes de quelque façon que ce soit. Ca avait été purement physique et Hux l'avait dit et répété à chaque fois qu'ils s'étaient séparés. Solo avait bien sûr approuvé mais ça ne l'empêchait pas d'enfreindre systématiquement toutes les règles que Hux avait tenté de lui imposer.

_ Mon petit Armie, reprit Solo avec un sourire plus prononcé dévoilant ses dents à l'alignement hasardeux, n'essaie pas de me cacher quoi que ce soit. Je sais de source sûre, Bala-Tik, que tu as rencontré quelques désagréables mésaventures dans ta route vers les Guaviens.

Hux haussa les épaules. Solo mentait.

_ Comme toujours, répliqua-t-il, tu racontes n'importe quoi. Bala-Tik ne t'adresse pas la parole. Grâce à ton cher paternel, il refuse de commercer avec qui que ce soit qui s'appelle Solo.

Ben fit la moue comme s'il n'appréciait pas la mention de son père. Tant mieux. Hux devrait songer à jouer cette carte plus souvent si elle s'avérait efficace.

_ Je faisais juste un résumé, grommela-t-il. Si tu veux une version plus complète, disons que j'étais avec le Kanjiklub quand Bala-Tik les as contactés pour une éventuelle transaction d'armes car il avait été lâché par son fournisseur initial, à savoir toi ! Quel dommage d'avoir ainsi ruiné ta réputation auprès de deux des plus gros clans de la Bordure Extérieure.

_ Ce n'est qu'un malheureux contretemps dont Bala-Tik m'a assuré qu'il ne pèserait en rien de nos futures affaires, fit Hux avec verve.

Il détestait ce besoin qu'il ressentait de toujours devoir se justifier face à Solo mais il voulait tellement lui faire ravaler ses approximations et son sourire insupportable et ses insinuations mal placées et… et tout le reste ! En fait, il aurait bien rempli la gorge de Solo de tout ce qui lui tombait sous la main.

_ En attendant, Armie, fit Solo d'une voix presque chantante, te voilà le bec dans l'eau si j'ose dire. Je suppose que tes finances ne sont pas au beau fixe ?

_ Mes finances ne te regardent en rien, répliqua Hux avec fermeté.

Mais Solo fréquentait assez le milieu des contrebandiers depuis sa plus tendre enfance pour savoir qu'une affaire non conclue pesait lourd dans le budget d'un équipage.

_ Oh Armitage voyons, fit-il en secouant la tête. Toujours aussi agressif alors que ton ami Ben est là pour t'offrir une solution à tous tes problèmes.

_ Tu n'es pas mon ami, rétorqua Hux dont le cerveau tournait à plein régime pour reprendre l'avantage dans une conversation dont il savait qu'elle lui échappait.

Mais il ne trouvait rien. Absolument rien. Les dernières heures l'avaient complètement épuisé et tout ce qu'il voulait, c'était rejoindre la cantina qui avait besoin de leurs épices, encaisser son paiement avant que le propriétaire ne change d'avis quant aux tarifs négociés, peut-être même en profiter pour prendre un verre de quelque chose de très fort et éventuellement, si la clientèle ne laissait pas trop à désirer, trouver une compagnie agréable avec laquelle il pourrait passer quelques heures à se vider le cerveau en se faisant remplir l'arrière-train. Ca, c'était un plan qui lui paraissait raisonnable et attractif, bien plus que tout ce que Solo pourrait proposer.

_ D'accord, reprenons, fit ce dernier avec une lueur machiavélique dans les yeux et Hux eut envie de soupirer rien qu'à le voir. Ton meilleur-coup-de-ta-vie Ben est là pour t'offrir une solution à tous tes problèmes.

_ Tu te flattes beaucoup, fit Hux, même si en étant objectif, il ne pouvait nier ce que Solo avançait.

Mais être objectif, et surtout honnête, face à sa Némésis, c'était hors de question. Aussi fabuleux que le sexe ait été, il n'avait pas besoin de gonfler plus encore la tête et les chevilles du déjà insupportable Ben Solo.

_ Je suis quasiment certain de ce que j'avance, dit celui-ci en se penchant en avant pour scruter Hux de son regard sombre, comme s'ils se trouvaient dans la même pièce.

Et Hux frémit malgré lui de l'apparente proximité de son pire ennemi. Il ne se rappelait que trop bien de la chaleur de sa peau.

_ Je me souviens très bien, poursuivit Solo, sur Félucia, quand j'ai glissé ma langue entre…

Un mouvement sur la gauche de l'écran attira l'attention de Hux. Il comprit que Poe Dameron venait de brusquement se lever. Puis il vit le dos du copilote prendre toute la place à l'image. Et sa voix s'éleva dans le cockpit.

_ Je n'ai aucune envie d'en entendre davantage Ben, déclara-t-il avec un dégoût évident. Alors tu n'auras qu'à m'appeler quand tu auras terminé ta partie de jambes en l'air à distance, ou quel que soit ce truc que tu es en train de faire et nous pourrons peut-être prendre la route de Dandoran.

_ Ce n'est pas une partie de jambes en l'air ! se défendit Ben. C'est juste un genre de euh… préliminaire… avant que j'annonce à Hux la bonne nouvelle.

_ Quelle bonne nouvelle ? demanda celui-ci.

Dameron secoua la tête et sortit de la pièce, laissant de nouveau apparaître à l'écran le visage de Solo.

_ Comme je te le disais, reprit ce dernier visiblement refroidi par les réflexions de son copilote, j'ai une bonne nouvelle qui va résoudre tous tes problèmes.

Hux croisa les bras et garda le silence. Il doutait d'être intéressé par quoi que ce soit que Solo ait à proposer.

_ Sutho le Hutt va fêter ses mille ans dans quelques jours.

Hux secoua la tête en levant les yeux au plafond.

_ Félicitations, fit-il d'un ton blasé, mais pour être honnête, j'en ai un peu rien à carrer. Je ne vois pas en quoi cela me concerne.

Ben Solo se pencha tellement vers le projecteur que momentanément Hux ne vit que son gros nez. Puis il parut se rendre compte qu'il était beaucoup trop proche et il recula légèrement. Sa tête occupait tout de même la totalité de l'écran. Et son sourire insupportable était revenu.

_ Cela te concerne parce qu'il organise pour l'occasion la plus grande fête que l'Espace Hutt ait jamais vue, annonça-t-il.

_ A ce que je sache, je n'ai pas reçu d'invitation, grommela Hux qui ne comprenait toujours pas où Solo voulait en venir.

_ Pas besoin d'invitation, lança-t-il. En parallèle à la fête, il veut des jeux pour distraire ses invités prestigieux. Dont une grande course à travers tout l'Espace Hutt. Tout le gratin des chasseurs de primes et autres contrebandiers y est attendu. Ce sera un genre de chasse au trésor où tous les coups seront permis. Sutho veut du spectacle à grande échelle.

_ Et en quoi aurais-je envie de me joindre à ce qui sera sans doute un carnage sans nom ? fit Hux avec âpreté.

Il n'était pas assez stupide pour se jeter ainsi au milieu d'une mêlée sanglante en compagnie des pires bandits de la Galaxie.

_ Tout simplement parce que la récompense est d'un million de Truguts pour le vainqueur… Ca fait cent mille crédits, se sentit apparemment obligé de préciser Solo.

_ Je suis au courant du taux de change Trugut/crédit, merci, fit sèchement Hux.

Mais intérieurement, il était tétanisé. Cent mille crédits étaient une somme suffisante pour changer son existence. Avec cela, il n'aurait aucun mal à régler la fin de ses études. Et même à vivre confortablement sur Hosnian Prime durant plusieurs années. Il pourrait même offrir un coup de jeune au Finalizer. Et tout ça pour une unique course.

Bien sûr, il y risquerait sa vie et celle de son équipage. Ce n'était pas des tendres qui fréquentaient les Hutts. Sans compter que ces grosses limaces étaient tellement malhonnêtes qu'il était possible qu'il ne voit pas la couleur de son argent même s'il gagnait. Il devait réfléchir à tout cela. Au calme. Et sans le visage hilare de Solo face à lui, visiblement ravi de l'expression que Hux devait arborer.

_ Et pourquoi, demanda-t-il avec suspicion, me parles-tu de cela ?

S'il y avait une telle somme en jeu, Solo aurait dû vouloir la garder pour lui, pas en faire l'apologie auprès d'éventuels concurrents.

Le capitaine du Faucon Millenium rayonna comme si Hux venait de poser exactement la question qu'il attendait.

Il se recula pour s'installer sur son fauteuil, les jambes croisées et les mains posées sur les accoudoirs. Sans doute sa vision de la dignité et de la grandeur.

_ Parce que, fit-il de sa voix grave en regardant Hux sous ses cils épais de la même façon que lorsqu'il le déshabillait, tu as insulté mon vaisseau la dernière fois que nous nous sommes vus. Si tu es aussi sûr que ton Finalizer est meilleur que mon Faucon, relève mon défi et affrontons-nous sur cette course. Je me ferai un plaisir de t'humilier à la face de tout l'Espace Hutt.

Hux retint un soupir face à la grandiloquence de Solo.

_ Nous ne serons pas les seuls en compétition, lui rappela-t-il.

_ Ils seront là pour pimenter le jeu. Mais imagine, toi et moi, nos deux vaisseaux et cent mille crédits à la clé. Tu ne vas quand même pas te défiler Armitage ? Je sais que tu es un homme qui aime tenter l'impossible, ajouta-t-il avec un sourire entendu.

Les mains de Hux se crispèrent sur le cuir de son fauteuil. Il savait que Solo le provoquait volontairement. Et il savait tout autant qu'il devait se laisser le temps de la réflexion. Qu'il devait consulter Phasma et éventuellement Mitaka. Peser le pour et le contre. Mais comme toujours face à Solo, ses instincts les plus basiques prirent le pas sur son cerveau.

_ D'accord Solo, s'entendit-il répondre. JE me ferai un plaisir de T'humilier à la face de tout l'Espace Hutt.

Ben Solo éclata de rire.

_ Dans tes rêves Armitage Hux ! Dans tes rêves ! Je t'envoie de suite les coordonnées pour l'inscription. N'oublie pas de réviser ton coucou avant de te présenter.

Et là-dessus, il coupa la conversation avant que Hux n'ait le temps de répondre quoi que ce soit.

Hux resta quelques secondes à fixer les étoiles, maintenant que l'image de Ben Solo ne les cachait plus. C'était une vision qui le réconfortait toujours.

Il soupira et se passa une main sur le visage. Dans quoi venait-il de se laisser embarquer ?

Il entendit du bruit derrière lui et le grand corps de Phasma s'écroula sans grâce dans le fauteuil derrière le sien.

_ A voir ta tête, je suppose que la conversation ne s'est pas bien passée ?

Hux grimaça et fixa ses doigts qu'il croisait nerveusement sur ses cuisses. Il se força à cesser le geste.

_ Phasma, fit-il d'une voix sombre, je crois que je viens de faire une belle bêtise.

(à suivre…)