Coucou les geeeens !

Est-ce que je vous ai déjà parlé de ma passion pour The Abominable Bride ? (non, parce que je suis un fantôme dans ce fandom et qu'il m'a fallu littéralement DES MOIS pour transformer ma fascination pour cet épisode en un ensemble de mots plus ou moins cohérents communément appelé fanfiction)

Est-ce que je vous ai déjà parlé de ma passion pour Amy Winehouse ? (non, parce qu'elle est relativement récente parce que oui, je suis comme ça, je me passionne pour des trucs vingt mille ans après tout le monde parce que je vis dans une grotte et voilà)

Bref, cette intro de fou malade pour vous expliquer que mon amour profond pour Sherlock et mon amour profond pour Amy ont fusionné pour former cette espèce de fic où j'essaie d'articuler toutes mes pensées sur le nouveau tournant pris par la série, en rythmant mes chapitres au doux son des paroles de certaines chansons de ladite Amy. C'est un style, y a pas à critiquer. Et puis, bon, c'est quand même deux drogués trop talentueux, trop fragiles, avec des cheveux noirs bouclés et des pommettes indescriptibles, dirons-nous.

Où voulais-je en venir ?

Donc, une fic, trois parties, dix-neuf chapitres (les deux derniers ne sont pas encore écrits, patience), j'hésite encore quant au rythme de publication (deux ou trois chapitres par semaine ? On verra...).

Je précise quelques petits détails peut-être importants...

1) TJLC = la vie. Il faut impérativement que tout le monde regarde les vidéos de TJLC explained sur youtube. Pour ceux qui ne connaissent pas : TJLC (The JohnLock Conspiracy) est une théorie qui date de la diffusion de The Sign of Three et postule que Johnlock est genre. Officiel. Ça va arriver. Ils vont s'embrasser devant nos globes oculaires ébahis. Je dois avouer que cette théorie (qui se défend tellement, oh tellement bien. Cfr les vidéos susmentionnées) m'a permis de me sortir de la déprime de "ce queerbaiting va me tuer" et ré-apprécier pleinement la série. Vraiment beaucoup. Wow. (Et si vous ne regardez que deux vidéos, regardez la première (qui introduit la théorie) et celle intitulée "why TJLC matters". Je vous défie de ne pas pleurer.)

2) Mary = le Mal. Du fait que je suis tombée dans le puits de méta sans fond que constitue la communauté des TJLCers, j'ai revu mon jugement concernant le personnage. Parce que ma fibre féministe refusait de la diaboliser ("Je ne peux pas la détester JUSTE parce qu'elle se met entre Sherlock et John"), j'ai souffert de dissonance cognitive. Les gars. Elle a tué Sherlock. Pas essayé. Elle l'a tué, il est mort, et il est revenu à la vie tout seul comme un grand après qu'elle l'ait tué. C'est pas elle qui a appelé l'ambulance, c'est Magnussen. Elle est méchante avec John : elle lui ment, le manipule, se fout littéralement de ses sentiments et l'insulte de façon plus ou moins couverte. Du coup voilà, maintenant je la déteste, non parce qu'elle bousille johnlock, mais parce qu'elle est littéralement le mal. C'est pas comme si le cameraman avait pas cadré pour la filmer devant les cornes du crâne au mur en mode Satan.

3) Les metas = la vie. Je lis beaucoup beaucoup de tumblr différents, dont gaybees (à l'origine de la chaîne youtube TJLC explained. Je l'aime d'un amour pur et sincère), waitingforgarridebs, jenna221b, heimishtheidealhusband et plein d'autres (qui me reviennent pas en tête haha fail) et ça a influencé à mort ma façon de concevoir la série. Malheureusement je n'ai pas su tenir compte de tout ce paquet de découvertes géniales pour écrire cette fic, qui n'est donc PAS un reflet de ce que je crois devoir arriver dans la série. En particulier, je suis une fan de la M theory (développée par Loudest-subtext-in-television, malheureusement chassée du fandom par des harceleurs et d'autres événements pas très réjouissants) qui postule (entre autres) que Mycroft était sous l'autorité de Moriarty et a donc, tout au long de la série, participé contre son gré à détruire la vie et les espoirs de son frère. J'ai pas pu tenir compte de cet élément fondamental parce que ça devenait trop énorme à gérer pour moi toute seule, donc voilà, spoiler alert, dans cette fic, Mycroft est 100% du côté de Sherlock, même si c'est plus compliqué dans le canon.

4) Ma politique sur les happy endings. Les happy endings, c'est pas fait pour les chiens. Personne ne meurt et tout le monde est heureux à la fin, parce que sinon je vois pas l'intérêt. La série finira bien. John et Sherlock vont se marier et résoudre plein d'enquêtes la main dans la main. Et si j'ai tort, ce sera du moins le cas dans cette fic. Comme le disait un certain docteur dans un certain épisode d'une certaine série écrit par un certain Moffat : EVERYBODY LIVES. (C'est le neuvième docteur et c'est dans le dernier épisode de la première saison de DW, au cas où la référence serait trop obscure haha)

Sur ce, je vous souhaite une agréable lecture o/