Danse avec la faucheuse.

Cela t'amuse, peut-être aimes-tu mourir encore et encore, sentir la vie quitter ton corps, dans ce hall où tu es coincé pour l'éternité.

Le Juge est devant toi, cet éternel Sourire Figé qui ne souhaite qu'une chose, éclater ton âme en morceaux, te faire payer au centuple les crimes que tu as commis, même s'il sait que c'est en vain, il te tue, peut-être pour la millième fois.

Et tu lui rends son sourire. Tes lèvres sont crispées dans ce sourire du diable, avide de sang et de larmes.

Tu es le démon des hommes, choisi pour porter les péchés de l'humanité, prêt à détruire le monde en riant, passer toutes les vies existantes sur le fil de ta lame, couverte de cendres.

Oui, c'est ton souhait, Chara.

Pas celui de Frisk.

L'enfant ne voulait rien de tout cela, bien qu'il l'ait demandé. Tu lui as volé ses amis, sa famille, le monde dans lequel il était heureux, tu lui as volé ses rêves, son innocence, la gentillesse qui lui a permis de sauver tout un peuple, tu as corrompu l'âme de cet enfant sans le moindre remord.

C'est contre toi que Frisk devrait retourner sa haine.

Pas contre lui-même.

L'enfant s'en veut. Il a honte de ne pas être assez fort, de ne pas avoir réussi à te contenir, à ne pas céder à tes chuchotements, à sa curiosité, il voudrait ne plus revoir les images de mort qui passent devant ses yeux.

Toriel.

Papyrus.

Undyne.

Alphys.

Mettaton.

Tous tués. Par sa main. C'est Frisk qui tenait le couteau, c'est Frisk qui les a vus partir en poussière, les yeux gorgés de larmes et incapable de prononcer le moindre mot d'excuse, pathétique marionnette entre les mains d'un monstre.

Monstre qui le dirige maintenant vers celui qui, autrefois, était son meilleur ami. Les bons moments passés ensemble, les repas chez Grillby's, les hot-dogs empilés sur la tête, les mauvaises blagues et jeux de mots, ce ne sont plus que des souvenirs, effacés par ce sourire sans lèvres qui ne traduit que rage, haine et désespoir envers ce meurtrier.

Les excuses ne servent à rien. Sans n'entend pas, son seul souhait est de te voir mourir dans d'atroces souffrances.

La honte, le dégoût que Frisk a pour lui-même le ronge, parce qu'il a voulu goûter à l'Enfer il ne peut plus remonter, il voudrait crever, ne plus avoir à regarder le sourire de Sans, ne plus avoir à se regarder, mais Chara veille à ce que son pantin ne touche pas au bouton RESET et continue son jeu de la mort.

Il voudrait ne plus avoir à exister, effacer son souvenir de la mémoire de tous les monstres et les laisser en paix, tout est de sa faute, et il n'y a aucun moyen de se racheter.

Il se bat. Encore et encore, dans le Hall du Jugement. Aucun moyen d'y échapper, aucun moyen de disparaître et de redonner à Sans un vrai sourire.

Et soudain Frisk la sent. Une faille. Minuscule. Mais suffisante pour bouger, quelques secondes, par lui-même.

Il regarde le couteau avec un sourire triste. Oui. C'est le seul moyen.

- Tu n'auras plus à souffrir par ma faute, Sans.

Un regard interrogateur. Avant que tout devienne noir.

Un noir tâché de sang.