Bonjour à tous et à toutes,

J'ai eu l'idée de cette fiction purement par hasard, principalement dû au fait que, ça y est, ma fiction Zombieland a été complétée... Je sais, j'ai encore du mal à m'en remettre. Mais bref, en voici une autre. Je publie le prologue aujourd'hui, principalement pour savoir si l'histoire vous branche ou non. J'attends d'écrire quelques chapitres avant de publier le premier chap'.

History : "Crowley tient le meilleur pub de la région, principalement connu pour ces petites faveurs. Dean est l'un des joyaux de son commerce et l'apparition d'un nouveau membre risque bien de tout remettre en cause."

Comme d'habitude, c'est un Destiel en ligne de mire et, pour une fois, je pense alterner entre le point de vue de Dean et de Castiel. (Ouais, je sais, je me lance).

En bref, je prévois Romance, Drame sans aucun doute, mais surtout l'environnement se concentre sur de la prostitution, torture et viol (je pense) alors, je vous en prie, les âmes sensibles, ne me détestez pas.

Par contre, j'envisage de finir cette fiction sur un happy ending. (Iouf, c'était chaud pour ça ;))

Bref, bonne lecture et j'attends vos opinions,


*-* Plaisirs sauvages *-*

Prologue

Crowley tient le meilleur pub de toute la région et, cela, bien grâce à ses petits joyaux qui peuplent son territoire. La plupart de sa clientèle vient décompresser chez lui, pour oublier les guerres incessantes dans le monde des affaires, les querelles d'argents, d'amours et bien d'autres choses. Grâce au "roi de l'enfer" -comme il aime s'appeler- qui propose des "faveurs" bien agréables pour satisfaire ses clients fidèles.

"Non, Mowgli, ce soir, tu t'occupes du service. Charlie, toi, tu mets l'ambiance sur scène et la. discussion. est. close."

Il est le grand patron de ce lieu depuis plus de dix ans et son business n'a jamais aussi bien marché depuis que Mowgli fait parti de l'équipe. D'accord, il est un peu casse-bonbon, un brin colérique et insatiable mais c'était aussi le plus beau, le plus aguicheur et le plus sensuel homme de son troupeau. Il en était fier. Peut-être était il sa plus grande fierté d'ailleurs.

"Okey, patron. Benny s'occupe du bar ?"

"Non."

Crowley s'éloigne vers la salle principale, laissant les deux jeunes personnes s'installer confortablement devant leur miroir. Le susnommé Mowgli -de son vrai nom Dean- gronde en s'étalant de la crème hydratante sur le visage, insatisfait de son reflet.

"J'ai une tête de mort vivant aujourd'hui."

"Ça a été, hier, avec le maire ?" demande la jeune rousse du nom de Charlie alors qu'elle se retourne vers son interlocuteur.

Ce dernier soupire en se frottant le visage, ses souvenirs remontant à la veille. Si ça a été ? Non, comme toujours. Le maire était quelqu'un de violent et cruel, il semblait même qu'au fil du temps, il devenait de plus en plus irritable. Qui est ce qui prenait dans ces moments là ? Dean, bien sûr, parce que Dean était le petit favori de ce monstre. Pour répondre à sa question, il soulève le haut de son tee-shirt moulant noir.

"Ah merde, Dean… C'est pire que la dernière fois !"

"Garth a essayé de camoufler au mieux mais.. Putain, j'vais devoir me coltiner un haut à cause de cette merde"

Et pour Mowgli c'était sans doute ça le pire. Être cloîtré dans un environnement fermé où sueur et chaleur ne font qu'un, sans oublier la montée des hormones quand la soirée va dégénérer vers la "hotstyle" -l'événement tant attendu chaque soir par les clients- puisque le sexe devient l'atout majeur à ce moment de la nuit. Bon, Dean n'allait pas aller jusque là mais les hormones seront à vifs bien avant le début de la soirée. Soit, se retrouver entièrement habillé était la pire chose qui pouvait arriver.

"Crowley t'a interdit la hotstyle ?" interroge Charlie en ouvrant grand la bouche comme étonnée.

Dean cache ses cernes grâce à toute une panoplie de maquillages avant de se retourner vers sa collègue. "Bien sûr que oui, j'suis un produit abîmé."

"Mais.. mais.. Tes clients vont hurler ce soir !"

Dean secoue ses épaules, se lève et s'active à trouver une tenue adéquate pour être le plus sexy possible. Il était indispensable d'être élégant et sensuel même quand le produit était défectueux, c'était une question de vie ou de mort, ici. Le mot clé : Beau. Et il se devait de l'être. "Ils payeront plus cher pour m'avoir auprès d'eux la prochaine fois."

"Mouais… Si le maire ne revient pas avant eux..."

"Nope, chérie ! Il ne revient que dans quelques mois, voilà pourquoi il a voulu me "marquer"..." grogne Dean en sortant un ensemble en cuir moulant qu'il pose sur lui avant de se tourner vers Charlie.

Cette dernière acquiesce tout en se maquillant, sifflotant une chanson populaire, bien décidée à changer de discussion. La torture, ils peuvent en parler un peu, mais ça devient rapidement lassant.

Tandis que Dean s'habille, un homme bien bâti au regard de braise entre dans leur suite et se dirige vers le dressing mit à disposition. Il en sort un pantalon en cuir avant de se tourner vers Dean qui vient à peine de finir de se préparer. "Tu déconnes, bébé ? Pourquoi t'es aussi habillé ?"

"Ta gueule, Benny !"

L'interpellé montre ses dents, légèrement énervé. "Montre moi ton dos." Ils se fusillent du regard quelques secondes. "Enlève ton putain de haut."

Dean s'exécute et lui montre les dégâts en se mordant la lèvre. Voilà que la douleur commençait à vouloir reprendre ses droits, Dean allait encore devoir avaler des gélules.

"J'te jure qu'un jour où l'autre, je vais lui défoncer la gueule à ce type !" dit Benny en beuglant alors qu'il trace de l'index les contusions.

"Mais bien sûr, Benny le sauveur." ricane Dean avant de boire une longue gorgée d'eau pour faire passer le médicament dans sa tranchée.

"T'en as parlé à Gaby ? J'suppose que tu seras pas dispo pour la hotstyle ?" dévie monsieur muscle en dégrafant son jean.

Dean le regarde enlever son pantalon, puis son boxer, avant de le voir enfiler à même sa peau, le plus moulant pantalon en cuir. "Non. Crowley veut que je m'occupe du service et que je disparaisse ensuite." Il s'approche de Benny et ses mains terminent de boucler sa tenue en frôlant le sexe imposant. "Et non, j'ai rien dit à Gab', il a assez à gérer que mes problèmes physiques."

Benny pose sa paume sur son poignet, l'obligeant à cesser ses mouvements. "Si tu le fais pas, c'est moi qui m'en charge, bébé."

"J'ai pas besoin de toi, Drac'. Garth est là pour ça." crache Dean en se repoussant de son étreinte. Puis, il s'éclipse vers le couloir, fait quelques pas et tapote fermement contre une porte. Il n'attend pas vraiment de réponses et ouvre la porte pour s'y engouffrer.

"T'es là, Sammy ?"

"Ouais, ouais, entre !"

Dean ferme la porte et se dirige vers la voix. Le-dit Sam est positionné près d'un miroir gigantesque qui habille tout un pan de mur, il sourit en le voyant se contorsionner pour atteindre la fermeture éclair derrière son dos. "Tu vois qu'être une girafe, c'est pas un cadeau !"

"Au lieu de te marrer, viens me secourir." lâche Sam de sa voix chantonnante.

Dean obéit, remonte la fermeture et frappe gentiment l'épaule de l'homme dans un sifflement approbateur. "Tu nous fais quoi ce soir ? Un ballet démoniaque ?"

Sam soupire de frustration en se tournant vers Dean. "Gaby a eu l'idée de m'intégrer dans l'équipe comme mi-démon… C'est absurde, je te l'accorde.. Mais pour lui, je suis tellement sexy que je dois arrêter de servir des bouteilles d'alcool !"

Dean passe ses mains dans ses cheveux en ricanant. "Et tu as répété hier, c'est ça ? Merde, Gaby et ses idées loufoques !"

"Ouais… Bon, et toi, hier avec le maire ?"

"Horrible comme d'hab' ! J'suis privé de hotstyle ce soir."

"Tant mieux, tu vas pouvoir décompresser comme ça." dit Sam en se déplaçant pour se vêtir d'une petite veste rouge vive.

Dean le suit en s'emparant d'une cigarette qui traînait sur le coin d'une table et il l'allume en brisant une allumette. "Ouais. J'ai eu ma part de sexe hier, j'suis lessivé."

"J'ai eu vent d'une nouvelle admission dans quelques jours, t'es au courant ?"

"Hé ! J'baise le barman, moi, pas le gestionnaire ! Gab t'a appris quoi ?"

Sam s'installe sur son petit fauteuil et commence à se maquiller. "Pas grand chose, c'est un mec qui viendrait de la haute société."

"Ah ouais ? Et qu'est ce qu'il vient faire chez nous ?" dit Dean en soufflant de la fumée en direction de la girafe.

"Vendu par son beau-père à ce que j'ai compris. Bref, l'un de nous va devoir se le coltiner."

"Fais chier ! C'est pas mon tour, j'me suis payé Lisa et Cassie la dernière fois, j'ai eu ma dose." Dean aspire à nouveau la blonde, laissant la substance entrer dans ses poumons. "Il t'a dit à quoi il ressemblait ?"

Sam secoue la tête de gauche à droite en s'étalant du fard à paupières noir. "Non, Gab' m'a juste dit qu'il avait des yeux bleus à en faire damner un saint."

"Mmmm.. Crowley va le foutre dans le spectacle, tu crois ?"

Nouveau haussement d'épaules de Sam qui repose ses ustensiles sur la coiffeuse. "Aucune idée, en tout cas, je crois que Crowley veut en faire cadeau à un des clients, il est vierge à ce que j'ai compris."

Dean crispe sa mâchoire avant de lâcher un juron. "Bon, c'est pour ma gueule, c'est ça ? Il a intérêt de connaître les bases parce que j'en ai marre des puceaux !"

"Benny va peut-être s'en charger…"

"Bien sûr que non, Crowley a pas confiance en lui et c'est une brute, ce mec." hurle Dean en écrasant violemment sa clope dans un cendrier. Il en avait ras le bol d'être celui qui devait apprendre aux autres à être de parfaits amants. Dean avait un don, ouais, pour satisfaire à la perfection ses clients mais, merde, il en avait marre de jouer au prof. Il a pas signé pour ça. Il avait pas signé du tout, à vrai dire, mais le lieu était quand même plus agréable que la rue. Jouer les prostitués était l'un des inconvénients du boulot mais Crowley avait le don pour trouver de très bon clients.. en oubliant le maire, bien sûr, lui, c'était un client indispensable malgré sa brusquerie. Crowley ne pouvait l'envoyer en cage.

"Une brute, une brute, tu te le tape bien, toi."

"C'est pas pareil, avec moi, il est différent." dit Dean dans un murmure. Benny saute les clients qui désirent jouer les soumis, qui souhaitent se faire baiser violemment et Dracula -de son nom de scène- était celui qui tenait ce rôle à la perfection. Sa posture, sa carrure et son visage expriment à eux seuls le caractère purement viril et macho de l'homme. Pourtant, quand Benny est avec Dean, son côté sauvage disparaît rapidement pour faire place à la tendresse. Le sexe avec lui est bon mais Dean n'a jamais eu l'étincelle au pieu, non plus. Il n'a jamais connu une personne qui le complète parfaitement et c'était son plus grand regret.

"J'en conviens. Je crois qu'il t'aime, Dean."

Dean rit jaune en se positionnant plus confortablement contre le siège. "Si c'était le cas, il accepterait pas que je me fasse défoncer par quelqu'un, Sammy. Puis, je l'aime pas, moi."

L'interpellé se tourne vers Dean en levant un sourcil. "Tu crois qu'il aime te voir te prostituer ? Je l'entends toujours grogner quand tu te trouves dans une des chambres, il fait les cent pas et s'énerve sur tout le monde. Et puis, il va souvent te rejoindre la nuit, non ? Moi, j'crois qu'il est amoureux."

Dean grimace. En tout cas, de son point de vue, Benny est juste celui qui le baise avec tendresse, n'hésitant pas à échanger les rôles donnant à Dean l'occasion d'être celui qui mène la danse. Et, il n'y a que lui qui lui donne la possibilité d'être top au pieu, avec les clients, Dean reste bottom parce que c'est son job. Écarter les pattes et subir les coups. Cela ne le dérange pas vraiment, il gagne des sous qu'il dépense dans la boisson, ça lui permet de se vider la tête.

"Ouais, si tu.." La porte s'ouvre rapidement et un homme blond à l'allure déjantée entre dans la pièce coupant la chique à Dean.

"T'es prêt mon Sammy-chou ? Salut, Dean-o ! Benny m'a dit pour tes coups, et, pas de problème, je t'avais pas compté dans la hotstyle t'façon !"

"Qu-QUOI ?" Dean se lève précipitamment. "Pourquoi ça ? Tous les clients n'attendent que de me voir ! Tu vas en faire rager plus d'un, Gab' !"

"C'est mon problème, pas le tien. Tu te reposes ce soir." dit Gabriel en portant toute son attention sur la girafe, ses yeux révélant une tendresse infinie et une pointe de fierté. "Tu es terrible en démon ! J'vais devoir en retenir des clients ce soir !"

"Tu-tu trouves ?" rougit Sam en se levant pour tournoyer devant Gabriel.

Dean grimace en observant l'allure totalement adolescente de Sam. "J'vais jouer le serveur." déclare t'il pour disparaître de la pièce.

"Ouais, quelques clients sont arrivés donc tu gères avec Benny." Le gestionnaire ne prit même pas la peine de poser son regard sur Dean. "Toi, ma sucette préférée, je te veux en selle !"

Dean ferme la porte en levant les yeux au ciel. Son taré de meilleur pote était accro à un mec totalement débile. Il se dirige vers le pub, ajuste sa tenue devant un miroir, vérifie son maquillage léger -il a une peau parfaite, pas besoin d'en faire trop- et recoiffe ses cheveux d'une main. Bon, son visage exprime un peu de fatigue mais ses yeux pétillants émeraudes seront suffisants pour éviter que les clients s'arrêtent sur ce genre de détails. Il souffle, inspire et ouvre la porte battante.

L'air est déjà suffocante alors que le pub a ouvert ses portes il y a seulement dix minutes. Les clients réguliers sont déjà, pour la plupart, installés à des tables, impatient de voir le spectacle. Dean se dirige vers le comptoir où Benny est déjà affairé au service.

"Il t'en a fallu du temps pour venir bosser, t'étais où ?" demande ce dernier en remplissant un plateau de diverses bouteilles.

"Qu'est ce que ça peut te faire, je suis là, maintenant, non ?" réplique Dean en agrippant un plateau vide avant de se diriger vers ses tables.

Depuis que Sam lui a dévoilé ses ressentis sur sa relation avec Benny, Dean a la sensation que son ami a raison. Tous les gestes de son sexfriend, depuis le début, semblent clairement avouer qu'ils sont en couple et il n'aime pas ça, du tout.

"Un cocktail orange blues pour moi." commande un client que Dean n'a jamais vu jusqu'ici.

"Une levrette pimentée or pour moi." commande l'autre personne en posant un regard lubrique dans sa direction. Ouais, ce client, Dean le connaît mais il ne se rappelle plus de son prénom.

Il hoche la tête et part à une autre table, prenant les commandes, les servant avec fluidité. Il est un bon serveur mais ce boulot n'égale pas sa performance au pieu.

La scène du pub s'ouvre et le spectacle commence sous les regards envieux de la clientèle. Les jeunes femmes ont des courbes bien mises en valeur tandis que les hommes sont pratiquement nus sauf Sam. Sam est celui qui a le plus de couches possibles, cachant ses beaux atouts de mâles mais personne ne dit rien, après tout, il est l'amant du second patron. Les clients savent qu'il est intouchable.

Dean sert, se laisse toucher, embrasse parfois, discute avec certains et le spectacle cesse, enfin. La soirée s'entame sur l'événement -la hotstyle- alors Dean s'éclipse rapidement, retrouvant ses quartiers. C'est bien dommage, il adorait l'ambiance à ce stade de la nuit, il était fait pour coucher et se sentir exclu ne lui remontait pas le moral. Pas grave, il se rattrapera demain. Ses blessures auront bien cicatrisés. Il s'installe sur le petit comptoir qui lui sert de cuisine et se sert une bière fraîche. Il l'entame quand un petit coup léger frappe à sa porte. Elle s'ouvre un peu et Garth avance sa tête.

"Ah ! Tu n'es pas couché ! Tant mieux !" Il entre dans la pièce et referme la porte. "J'ai trouvé de la pommade pour tes blessures ! Kévin Tran m'a assuré que tu n'auras plus rien avec ça dès demain à ton réveil !"

Kévin le magicien, bien sûr.

"Tu veux que je m'allonge ?"

"Enlève ton haut, ça va suffire." Garth pose sa valise sur le comptoir et en sort un tube alors que Dean enlève son habit. "Penche toi un peu, Kévin m'a dit que ça allait un peu brûler." Il étale la crème sur ses doigts et la dépose sur les omoplates devant lui. "J'en reviens pas de ce que le maire peut se permettre de te faire ! Tsss, j'ai hâte qu'il soit vite remplacé par son successeur. En admettant qu'il soit mieux celui-là, bien sûr."

Dean grimace en sentant la substance entrer dans sa chair mais il s'oblige à se mordre les lèvres pour ne pas laisser échapper un gémissement.

"Es tu au courant qu'un p'tit nouveau sera là dans deux jours ? Gabriel m'a dit qu'il était plutôt beau gosse aux yeux océans. J'ai hâte de le rencontrer, et toi ? Baisse un peu ta combi, Mowgl'."

Dean obéit silencieusement, faisant apparaître le haut de ses fesses bien fermes.

"Au fait, tu m'as dit que le maire avait utilisé un couteau pour les plaies de tes omoplates mais au niveau de tes hanches, il a pris quoi ?"

"Un fouet."

"Quel connard ce mec ! Crowley est furax, tu le sais ? Gabriel a dû le retenir de ne pas aller lui défoncer le crâne et j'te parle même pas de Benny tout à l'heure. Une vraie furie, ce mec." avoue t'il en rangeant ses affaires avant de se diriger vers l'évier disponible pour se laver les mains. "Je te conseille d'aller te coucher, illico, Mowgl'. Avale un somni parce que j'suis pas sûr que tu trouves le sommeil rapidement avec la dose que je viens de te mettre." Il s'essuie les mains avec un torchon. "Je reviens te voir demain matin pour m'assurer de ton bien-être, okey ? Pense à me faire du café, je déteste bosser sans ma dose de caféine." Il prend sa valise et s'avance vers la porte. "J'apporterais des pains au chocolat, tiens. J'adore ça. Tu aimes aussi ? Bref, à demain ma poule !" La porte claque laissant Dean souffler.

Garth est le meilleur médecin de la région et de l'équipe mais, bon dieu, qu'est ce qu'il était pipelette !

Dean avale un somnifère et part se coucher, délaissant ses habits pour s'allonger sous les couettes vêtu d'un simple caleçon.

Bon, l'événement spécial des prochains jours est l'arrivée d'un nouveau membre et Dean prie simplement pour ne pas jouer les professeurs. Il soupire, laissant Morphée apaiser ses souffrances.