Disclaimer : Tout est à J.K.Rowling, rien ne m'appartient, etc, appliquez la formule.

Cette fic à été écrite avant la sortie du tome 5!
Bonne lecture!


.: Préjugés préconçus :.


Ch.1 Les nouveaux tuteurs

Après un long parcours passé dans la minivane des Dursley, pensant et repensant bien malgré lui aux événements qui s'étaient déroulés devant ses yeux, et qui plus est, par sa faute il y a à peine quelques jours, Harry arriva enfin au 4 Privet Drive.

-Qu'est-ce que c'est que cette voiture, maugréa l'oncle Vernon.

Harry leva les yeux et aperçut une vagonnette noir stationnée devant la maison des Dursley.

Dès que l'oncle Vernon gara sa voiture dans l'allée, il rentra en trombe dans la maison laissant Harry se débrouiller seul avec toutes ses malles et la cage d'Hedwige. Alors qu'il refermait la porte de la minivane, Harry entendit son oncle l'appeler, ou plutôt, hurler son nom.

« Bon, qu'est-ce que j'ai encore fait », pensa Harry plus sombre que jamais.

Comme son oncle semblait énervé, Harry ne prit pas le temps d'amener ses bagages avec lui et se dirigea vers la porte d'entré, laissant Hedwige à la vue de tous les moldus du voisinage.

Redoutant se qui l'attendait, Harry entra dans la demeure des Dursley. Dudley, son cousin, qui semblait plus gros que jamais, montait vers sa chambre. Il semblait terrorisé.

-Que se passe-t-il, demanda Harry, sans même un bonjour.

-Y a un… un homme bizarre qui... il est venu te chercher, lança Dudley avant de partir en courant.

«Un homme bizarre ». Un sorcier, en conclut immédiatement Harry. Mais qui?

Voldemort? Mais non Harry, reprends-toi. Ta cicatrice t'aurait brûlé et de plus, Dumbledore t'aurait prévenu, il ne cesse de répéter que tu es en sécurité ici. Mais alors qui ? Venu le chercher. Le coeur d'Harry ne fit qu'un bond. Sirius!

Harry pénétra dans le salon avec un sourire qu'il n'avait plus eu depuis quelques jours. L'homme étais de dos, mais Harry, ne l'ayant pourtant pas reconnu, comprit que ce n'étais pas Sirius. Il était grand et mince, vêtu tout de noir, mais habillé à la façon moldue. Un jeans noir et une chemise. Il portait ses cheveux (noirs) longs aux épaules, mais ils étaient rattachés par un élastique. Il parlait avec l'oncle Vernon, qui semblait très énervé. La tante Pétunia se contentait d'écouter, avec sur le visage, un mélange de colère, de dégoût et de peur. Elle fut la première à remarquer Harry.

-Tiens, te voilà toi, siffla-t-elle à son intention.

L'homme cessa de parler et lui fit face.

Harry resta bouche bée.

-Bonjour Harry… dit l'homme avec un rictus qui se voulait aimable.

Harry en resta encore plus surpris. Il avala et…

-Pro…p-professeur Rogue?

Celui-ci ne sembla pas étonné de sa réaction. Il sourit encore plus. Harry croyait rêver. ou plutôt halluciner, puisque cette situation ne lui rappelait aucun rêve. Son professeur de potions, qu'il détestait et qui lui rendait plutôt bien, était dans le salon des Dursley, vêtu de façon moldue, venant le chercher pour l'amener Dieu-seul-c'est-où et qui plus est, lui «souriait ». Wow, complètement dingue tout ça. Harry pensa que cette aventure avec Voldemort avait eu raison de lui et qu'il était en train de perdre la tête.

Tout à coup, il eut un doute. et s'il était de nouveau un mangemort. et s'il voulait le ramener près du Seigneur des Ténèbres. et si c'était un piège.

-Surpris?

La voix du professeur Rogue le ramena à la réalité

-Un peu… répondit-il, méfiant.

-C'est normal, dit Rogue calmement.

-Où… où voulez-vous l'amener? réussit à demander la tante Pétunia

Rogue la regarda alors avec dégoût. Ce regard, Harry le connaissait bien : Habituellement, il lui était réservé.

-Vous vous préoccupez de lui maintenant, demanda-t-il avec colère.

-Et vous ? ne put s'empêcher de demander Harry.

Tous les regards ce tournèrent vers lui.

-Tu es méfiant? Tu ne devrais pas. lui dit Rogue après un moment de silence. Je suis sous les ordres de Dumbledore Harry. Tu devra venir passé l'été avec moi, ce sera plus sur.

Ce tutoiement résonnait à l'oreille d'Harry. Visiblement, le maître des potions n'appréciait pas cela plus que lui. Ce détail insignifiant fit prendre conscience à Harry que Rogue ne pouvait pas être un mangemort. Il était évident que son professeur n'était pas heureux de l'accueillir chez lui, se qui fit comprendre que l'idée venait effectivement de Dumbledore. Harry dut admettre que Rogue avait fait de gros efforts et qu'il ne l'aidait pas en agissant ainsi. Pourtant, Harry n'avait pas la tête à faire des efforts. pas si tôt. De plus, il étais déçu.

-Pourquoi ce n'est pas Sirius qui…

-Black est en mission pour Dumbledore, le coupa Rogue avec une nouvelle expression de dégoût. Et en plus, il est toujours en cavale, tu ne pourrais pas vivre avec lui. Maintenant, je ne veux plus en entendre parler. DE TOUT L'ÉTÉ.

Les Dursley eurent un mouvement de recul et Harry détesta cette expression sur le visage de Rogue lorsqu'il évoqua le nom de « Black ».

-Suis-je clair? demanda alors Rogue.

-Oui. répondit sombrement Harry.

-Bien. Où sont tes affaires? Nous partons, dit-il.

Harry lui dit que toutes ses affaires se trouvaient encore dans l'allée et ils sortirent tous. De façon moldue, Rogue mit ses valises ainsi qu'Hedwige dans la vagonnette noir. Harry remarqua que les Dursley semblait satisfaits.

« Bien sur, pensa Harry, ils sont débarrassés de moi pour tout l'été et ils voient clairement que je n'aime pas Rogue. Qu'est-ce qui pourrait leur faire plus plaisir?. »

Harry prit place du coté passager dans la voiture de Rogue. Il remarqua que celle-ci n'avait aucunement été modifiée. Aucun levier pour voler, ni aucun bouton pour devenir invisible.

Lorsque le maître des potions prit place à coté de lui, Harry jeta un dernier coup d'oeil au Dursley. Entre Rogue et les Dursley, il se surpris à se demander lesquels il préférait. Pourtant, lorsqu'il vit son oncle et sa tante affichant ces sourires de vainqueurs, il ne put s'empêcher de penser « N'importe où, mais pas ici ».

¤

Ca faisait déjà une demi-heure qu'ils roulaient sur différentes autoroutes sans que ni un ni l'autre ne dise un mot. Harry remarqua que Rogue se débrouillait très bien avec une auto moldue, sur des autoroutes moldues. Cela lui semblait presque normal.

-Où allons-nous? ne put s'empêcher de demander Harry, ce qui ne lui valut qu'un regard noir de la part de son professeur.

L'atmosphère était lourde. Il n'y avait aucune musique, aucune conversation. quoique Harry ne s'en plaignait pas. Quand il racontera ça à Ron et Hermione. Ils allaient sans doute le plaindre. Comme s'il n'avait pas eu assez de misère dans sa vie, il fallait qu'il vive « ça ». Dumbledore lui en voulait ou quoi?

Un quart d'heure plus tard, Rogue prît une sortie et ils se retrouva dans un quartier chic. Harry remarqua que se n'était pas très loin de Londres. Son professeur prît plusieurs petites rues, tournant tantôt à gauche, tantôt à droite . Il étais facile de s'y perdre, contrairement à Privet Drive et ses alentours où tout était bâti de façon parallèle et perpendiculaire.

Par contre, ici, les maisons étaient toutes différentes, de forme, de couleurs et de couvertures extérieures. Cependant, il était facile de constater qu'il s'agissait d'une banlieue moldue.

C'est alors que Rogue ralentit et entra dans une allée. Harry regarda la maison. Elle était magnifique. Il faisait nuit maintenant, mais Harry remarqua qu'elle était l'une des plus grosses de la rue. Elle était faite en pierres grises et sa porte, ainsi que le rebord des fenêtres étaient en bois foncé. Aucune lumière était allumée à l'intérieur et donc, Harry ne put voir le dedans.

Il ne s'attendait visiblement pas à ça. Il avait imaginé Rogue plutôt comme un ermite vivant dans une caverne se rapprochant des froids donjons de Poudlard.

-Qu'attends-tu? demanda soudain Rogue.

Il était déjà dehors et avait déjà débarqué les bagages d'Harry. Revenant à la réalité, Harry se détacha, sortit, alla chercher la cage d'Hedwige, qui restait encore dans la valise de la vagonnette, et suivit son professeur jusqu'à la porte.

Rogue prît son trousseau de clés et débarra la porte. « Il ne peut y avoir un geste plus moldu que ça » pensa Harry. Il trouvait cela très étrange.

Rogue entra, déposa les valise de Harry sur le plancher, puis il fit signe à Harry de rentrer. Il referma la porte. Il faisait très noir. Rogue ouvrit donc la lumière. Ce que vit Harry le laissa bouche bée.

Le vestibule n'étant pas très grand, Harry se trouvait pratiquement dans le salon. C'était si beau, si classe. Un divan tout neuf qui semblait sortir tout droit d'une vente au enchère, tellement il paraissait luxueux, se trouvait devant lui. Deux fauteuils, venant manifestement du même mobilier était là aussi. Sur un mur ce trouvait une bibliothèque avec plein de vieux livres fraîchement époussetés et sur l'autre, un immense foyer.

Plus loin, on pouvait apercevoir la cuisine, proprement rangée, et à la droite, on voyait 2 escaliers, l'un qui monte, l'autre qui descend. Mais ce qui étonna le plus Harry, s'était ces nombreuses photos d'enfants, riant et ne bougeant pas dans les cadres.

-Viens. Je vais te montrer ta chambre.

La voix de son professeur le sortit, encore une fois, de sa torpeur. Ils descendirent au palier inférieur. Lorsque Rogue alluma la lumière, Harry se rendit compte que cette grande pièce était décorée différemment. C'était plus moderne, quoique tout aussi propre. Les murs étaient bleus pâles et le tapis épais était d'un blanc pur. Au fond, il y avait un piano et un mini bar et au centre de la pièce, un immense sofa blanc était placé afin que l'on puisse écouter la télé sur un magnifique cinéma maison moderne.

Rogue tourna à gauche et descendit encore quelques marches. C'était sur le même palier mais pas sur le même plancher. Toujours ces murs bleus et le même tapis. Il y avait 2 portes. Une où une pancarte marqué « Privé » était accrochée, et l'autre qui était entrouverte. Rogue pénétra dans cette dernière. Lorsqu'il ouvrit pour une troisième fois les lumières, Harry fut encore plus émerveillé. La chambre était quand même grande, semblait très confortable et elle était décoré des couleurs de Griffondor.

-Wow, laissa-t-il échapper.

-Ca te plaît? Cassandra a tout redécoré pour ton arrivée, expliqua Rogue.

-Cassandra?

Rogue ne répondit pas. Il posa les bagages sur le sol de la chambre et dit :

-Installe toi. Y a une chambre de bains juste en haut, deuxième porte à gauche, dans le salon bleu.

Puis il partit.

Harry n'en revenait tout simplement pas. D'accord, il passerait l'été avec Rogue mais au moins, il aurait la paix (Rogue ne semblant pas être très disposé à lui tenir compagnie), et il était en sécurité. Et cette chambre, Wow! Harry se demandait qui pouvait bien être Cassandra et qui pouvaient bien être tous ces enfants sur les photos? Après tout, Rogue pouvait peut- être bien avoir une soeur Cracmol. Cela expliquerait bien des choses.

Tout en remuant ses pensées, il rangeait ces vêtements et ses livres de Poudlard. « Il ne faut pas que j'oublie d'écrire à Ron et Hermione » pensa- t-il.

Puis, du bruit attira son attention. Rogue n'était plus seul à présent. Non. On aurait dit qu'une garderie venait de débarquer. Intrigué, Harry sorti de sa chambre et monta à l'étage.

Il y avait là 4 enfants, qu'Harry reconnut comme ceux des photos, une jolie femme, qui ne faisait pas 35 ans, et un tas de valises.

Rogue tenait dans ses bras un jeune garçon tout souriant, et il essayait d'écouter ce que 2 adolescents racontaient joyeusement en s'enterrant l'un l'autre. Il semblait heureux. La femme le regardait avec des yeux pétillants et une petite fille, toute blonde, se qui criait dans le décor de cheveux noirs, se cachait derrière elle.

-Est-ce Kayley? demanda alors Rogue d'une voix étouffée par l'émotion.

Tous cessèrent de parler et regardèrent la fillette blonde. Rogue déposa le garçon et se pencha pour être à la hauteur de l'enfant. La femme sourit.

-Comme elle a changé. dit Rogue

La fillette semblait le craindre, ou alors elle était seulement timide, Harry n'aurait su le dire, mais il était clair qu'elle ne le reconnaissait pas.

-Kayley, ma puce, dit doucement la femme d'une voix rassurante, Dis bonjour à ton papa!

Harry resta surpris. il vit les autres enfants sourirent et Rogue tendre les bras vers la blondinette. Celle-ci eut un sourire radieux, laissant voir ses petites dents blanches. Ce n'était encore qu'un bébé. Elle courut maladroitement dans les bras de son père.

Harry était songeur. Alors Rogue était vraiment le père de tous ces enfants?. Pourquoi vivaient-ils parmi les moldus?. Harry avait pu voir, sur les valises des deux adolescents, le sceaux de l'école Beauxbâtons, ce qui lui fit comprendre qu'ils étaient sorciers. Pourquoi n'allaient-ils pas à Poudlard?


À Suivre…