Tout d'abord, sachez que Shõko n'est pas un personnage de mon invention. Il s'agit en réalité de l'héroïne d'un spin-off de Saint Seiya s'intitulant bel et bien Saintia Shõ écrit par Chimaki Kuoriet sa constellation est celle du Petit Cheval. Les Saintia de ce manga sont d'ailleurs des femmes. Sauf que l'histoire officielle du manga ne correspond pas du tout à celle que je vais écrire. En effet, elle sera semblable à celle du manga deMisami Kurumada. Cependant, "Next Dimension" n'y figurera pas. Mais il y aura également une histoire originale de moi, en gros mon propre Arc, intégré dans tout ça.
L'histoire officielle de Shõko étant en cours de publication et ses pouvoirs étant peu développés (et surtout semblables à ceux de Seiya pour l'instant), je risque d'en inventer beaucoup assez librement pour lui permettre d'être plus originale et de se démarquer. Néanmoins, elle aura tout de même des coups qui feront penser aux fameux "Météores de Pégase".
Maintenant, voici le résumé
de mon histoire en plus développé:

Shõko est une orpheline qui conserve précieusement le médaillon de sa mère défunte, Eri, tuée dans un accident de voiture en pleine nuit près d'une forêt de ronces dans une ville au Japon. Elle a grandi dans un orphelinat avant que Mitsumasa Kido ne la recueille avec 100 garçons dans la résidence Kido où il vit avec sa petite-fille Saori; cela en leur précisant qu'il a l'intention d'en faire des Chevaliers en les envoyant aux quatre coins du monde. Celle-ci est dégoûtée de la chose car, tout comme Seiya, qui a été séparé de sa grande sœur Seika, Shõko a été séparée de sa grande sœur Kyõko. Mais le plus dur pour elle est que Mitsumasa Kido l'oblige à mentir en permanence, y compris, aux yeux de ses camarades. En effet, Mitsumasa Kido lui a expliqué que tous ceux qui doivent obtenir les armures ont été des hommes dans le passé. Les femmes bien que maintenant intégrées dans la Chevalerie sont obligées de porter des masques pour cacher leurs féminités. Comme le père défunt de Shõko, Zeshin, mort mystérieusement, s'est opposé à cette loi pour sa fille et qu'il était professeur d'arts martiaux dans un dojofamilial où Mitsumasa Kido se rendait régulièrement, mais également un de ses meilleurs amis , ils ont fait un marché quand Zeshin a su que sa fille allait devenir un Chevalier (oui dans cette fic, tout comme dans l'anime, les Chevaliers de Bronze ne seront pas frères contrairement au manga où ils le sont, ce qui fait que Shõ ne sera pas la sœur de Seiya [ni acessoiremment celle de Seika], Shiryu, Hyôga, Shun, Ikki, Jabu, Geki, Nachi, Ban] Ainsi, Shõko se fait appeler Shõ et passe pour un garçon aux yeux de tous afin de ne pas être contrainte de porter un masque et de sentir rabaissée par rapport à ses futurs compagnons d'armes. Seul Mitsumasa Kido et quelques personnes connaissent ce secret.

Prologue: L'Armure du Petit Cheval

Une photo. C'était tout ce qui restait à Shõko de sa sœur Kyõko. Elles ne s'étaient pas vues depuis dix ans. Pourtant, elles avaient commencé par grandir ensemble. Elles partageaient rires et jeux, joies et peines, rêves et confessions...Tout. Malheureusement, elles avaient été séparées très jeunes par le milliardaire Mitsumasa Kido. Kyõko avait sept ans et elle en avait à peine quatre. Elles avaient été placées à l'orphelinat un an auparavant avant de ne plus jamais se revoir. La fillette de quatorze ans n'oublierait jamais cette journée. La veille, on lui avait annoncé qu'elle quitterait l'orphelinat pour un temps indéterminé et qu'elle serait emmenée chez Mitsumasa Kido pour des raisons d'ordre strictement confidentiels. Le lendemain, on l'avait emmenée en larmes alors qu'elle criait le nom de sa sœur qui l'avait prise dans ses bras et tentée de la bercer pour la calmer. Mais les propres larmes de Kyõko avaient trahis sa tristesse et sa propre incertitude à l'idée et la peur de ne plus jamais revoir sa sœur. Et depuis, plus rien.

L'enfant avait vécu cinq ans dans la résidence Kido aux côtés de cent garçons orphelins et de sa peste de petite-fille capricieuse et égoïste de Mitsumasa Kido: Saori. Une fillette qui passait son temps à martyriser les pauvres enfants en les traitant comme des jouets quitte à leur faire du mal. L'orpheline elle-même avait failli subir les fantaisies ignobles de l'enfant pourrie-gâtées lorsque celle-ci avait voulu l'attacher avec une laisse et en faire son chien. Ce à quoi, l'enfant orpheline avait répondu:

"-Va donc te payer ton propre toutou. Ton papi te donne suffisamment d'argent de poche pour ça!

-Shõ, c'est uniquement grâce à mon grand-père que tu es ici. Tu dois m'obéir.

-J'ai dit "Non". N'insiste pas. Ou bien, tu vas le regretter.

-Shõ!

-Je t'avais prévenu."

Et elle lui avait administré un magistral coup de poing. Ce qui avait donné une Saori pleurnicheuse et une Shõ satisfaite.

"-Et si te plains à ton chien de garde qui se fait appeler majordhomme, je lui ferais subir le même sort. Après tout, il dira à ton papi ce qui s'est passé et je lui donnerai la vraie version. Tu n'aimerais pas te faire punir, hein?"

Saori s'était contentée de contentée de continuer à pleurer.

"-Je prends ça pour un "non". Alors, ne me cherche plus si tu ne veux pas que je fasse pire.

-Baka!"1

Shõ sourit à ce souvenir. Dire que cette plaie de Saori l'avait appelée Shõ et insultée au masculin. Elle ne connaissait même pas son secret. Elle n'était pas la seule. Personne ne le connaissait. Sauf Mitsumasa Kido et...Kyõko. Toujours elle. Même à l'orphelinat, à l'exception de sa sœur, personne ne savait qu'elle était une fille. Et même Kyõko avait voulu le cacher. Tout le monde l'appelait Shõ et non Shõko. La raison n'avait été révélée à l'enfant que bien plus tard.

"-Shõ! Shõ!

-Oh, c'est toi Leiko?"

Leiko était le Chevalier d'Argent du Lynx2. Tout comme Shõ, elle était japonaise. Elle était le Second du Maître officiel de Shõ, le Chevalier d'Argent du Centaure, Eudoxe, un philosophe grec. En effet, pour devenir un vrai Chevalier, Shõ avait été obligée de suivre un entrainement intensif depuis l'âge de neuf ans sur l'Île du Petit Cheval près de la Grèce. En effet, elle convoitait l'Armure de Bronze du même nom. Elle devait absolument revenir avec au Japon si elle voulait avoir une chance de remporter le Grand Tournoi Galactique des Chevaliers de la Fondation Graad. L'enjeu était l'Armure d'Or convoitée par tous les futurs Chevaliers si ceux revenaient vivants de leurs entrainements respectifs. Ainsi, la Fondation accorderait enfin à Shõ de revoir sa sœur Kyõko de qui elle avait osé la séparer il y avait dix ans.

En parlant de sa sœur, Leiko semblait avoir le même âge qu'elle aurait eu en cet instant si les deux s'étaient revues. Légèrement plus grande et un peu plus âgée que Shõ et avec une longue chevelure noire s'étendant le long de son dos. Malheureusement, Shõ ne savait pas à quoi son second mentor ressemblait car celle-ci portait un masque comme toutes les Femmes-Chevaliers. Si Shõ faisait exception, c'était parce que Zeshin, père défunt de la jeune fille, qui avait été le professeur de judo de Mitsumasa Kido,mais surtout un de ses meilleurs amis, avait dit qu'il ne voulait pas que sa fille se sente rabaissée par rapport à ses futurs compagnons d'armes à cause de son genre. Il avait également ajouté que ça aurait rendu sa femme trop malheureuse de voir sa fille contrainte de cacher son visage déjà si beau alors qu'elle n'avait même pas encore atteint l'âge d'aimer. Ainsi, conformément à la dernière volonté du père de la jeune fille et d'un accord avec Mitsumasa Kido, Shõ avait bien été entrainée pour devenir Chevalier mais pas Femme-Chevalier.

Shõ n'avait que très peu connu sa mère car celle-ci était morte un an avant son défunt mari. Tout ce dont elle se souvenait à son sujet était sa voix répétant une berceuse dont elle avait oublié les paroles. Cependant, elle n'avait jamais oublié ce doux son:

"-Shõko, Shōko no saiai no hito"3

En plus du pendentif couleur or léguée par la défunte mère, il lui restait cette voix qu'elle n'oublierait jamais. Cette voix qui ne manifestait rien de plus que l'apaisement et l'amour.

Pauvre Leiko! Si elle aussi était orpheline, elle n'avait pas eu la chance d'avoir eu un père qui s'était opposé à la loi stupide sur le port du masque des femmes-chevaliers. Résultat, elle était affublée de cet étouffoir mental inutile et angoissant. Mais que ressentait-elle? Elle n'en savait rien. D'autant plus que tout ce que savait Shõ sur la loi sur le masque était que les femmes-chevaliers devaient cacher leurs féminités aux yeux des hommes. Cependant, elle était sûre que cela cachait autre chose mais elle n'osait pas demander quoi.

"-Oui, c'est moi, Shõ, répondit Leiko, Eudoxe te cherche. Il veut te parler. Allons dans sa cabane."

L'Île du Petit Cheval était située à proximité de la Grèce. Le plus souvent, il y faisait très chaud et la végétation y était peu abondante. Il y avait bien une source mais tout le monde se la disputait et rare étaient les discussions pacifiques pour parvenir à boire ou à s'en servir pour faire des récoltes décentes. La vie y était difficile mais pas insurmontable d'autant plus que Shõ avait la réputation de se montrer forte face à l'adversité.

"-Eudoxe, pourquoi voulez-vous me parler? Voulez-vous vous assurer que je me suis bien entrainé pour mon dernier combat?

-Toujours aussi sûr de toi, jeune enfant, ricana l'imposant philosophe, Je suis fier de ton assurance, Shõ. Mais ne t'ai-je pas déjà dit de modérer tes ardeurs?

-Mais Maître, de quoi avez-vous peur?

-Ce combat est très important. Tu le sais mieux que moi.

-J'ai parfaitement conscience que ce combat sera décisif afin que je remporte l'Armure du Petit Cheval, Maître.

-C'est bien que je craignais, soupira Eudoxe

-Quoi donc?

-Tu viens de dire "afin que je remporte l'Armure du Petit Cheval". Or, si tu avais été suffisamment censé, tu aurais dit "afin que je tente de remporter l'Armure du Petit Cheval". N'as-tu donc pas conscience que tu ne peux sans doute pas forcément réussir mais également mourir?

-Arrêtez donc avec vos mises en gardes, Maître. Leiko et vous ne m'avez quand même pas enseigné l'art de la chevalerie dans l'unique but de me terrifier le jour de l'épreuve décisive?

-Κάποιος που είναι πολύ σίγουρος για τον εαυτό του τελικά περάσει μακριά στη δύναμη να δράσει πριν από τη σκέψη.4

-Et arrêtez avec votre charabia grec que vous me rabâchez depuis mon enfance. Je le connais par cœur.

-Shõ, s'exclamèrent Eudoxe et Leiko

-Hé, calmez-vous! Maître, j'ai énormément de respect pour vous. Vous et Leiko m'avez apprit tout ce que je sais. Et pour ça, je vous suis extrêmement reconnaissant. Ne croyez surtout pas que je vous manque de respect. Au contraire. Και η αυτοπεποίθηση πρόσωπο που δεν θα πρέπει να είναι περήφανοι με τη σκέψη του να μην είναι φοβισμένοι από ό, τι δεν είναι ανυπέρβλητα, αλλά μόνο δύσκολο να διασχίσουν?5

-Shõ, tu es désespérant, dit Eudoxe en baissant les yeux

-Peut-être mais vous avez ricané.

Maître, je ne suis pas idiot. Je sais que tout ceci est risqué. Je sais que je peux mourir. Mais ne risquons-nous pas nos vies chaque jour? Partout dans le monde, il y a des gens avec de mauvaises intentions, des monstres sadiques, des assassins. Et on ne sait jamais quand on va tomber sur eux. Que ce soit lorsque l'on sort à l'extérieur ou que l'on se retrouve dans une maison ou n'importe quelle construction. Alors, en quoi un affrontement est-il différent? Jusqu'ici, il y a eu des blessures inguérissables et des morts, c'est vrai. Mais je sais que je m'en sortirai grâce à votre enseignement mais surtout parce que j'ai la foi.

-Je comprends ce que tu veux dire, dit Leiko, Quant à moi, je crois en toi. Et je sais que tu ne nous décevras pas.

-Merci Leiko.

-Shõ...

-Si c'est encore du grec, je n'écouterai pas.

-Tu es l'un des disciples les plus insolents que j'ai jamais eu.

Venez ici, tous les deux. Leiko, je compte sur toi pour être aux premières loges lors du combat décisif de Shõ. Moi, je serais obligé de me tenir plus loin avec Nios, le Maître d'Ichnos, ton adversaire.

-Cet idiot sera désavantagé. Non seulement, Nios n'a pas de Second contrairement à vous qui avez Leiko mais en plus, c'est un trouillard et un tas de muscles sans cervelle.

-Oui, tu as eu beaucoup de chance de ne pas te retrouver face à Rhilia. Elle est aussi forte que toi.

-J'avoue que cela m'aurait fait mal de me retrouver face à Rhilia. J'ai beaucoup de respect pour elle. C'est une très bonne combattante. Toute sa vie est dévouée à l'espoir de devenir Chevalier.

-Shõ, dit Eudoxe d'une voix ferme, Le combat va bientôt commencer. Tu devrais te préparer.

-Oh que oui! A tout à l'heure dans l'Arène en Cratère."

L'Arène en Cratère était une arène dans laquelle s'affrontait tous les disciples de l'ile. Elle était apparue après une éruption volcanique et le trou était si large qu'il avait été décidé que ce serait l'endroit où auraient lieu les combats et les entrainements. Mais l'Itnaï qui avait produit cette éruption était dorénavant éteint.

"-Je sais que tu voulais l'encourager, Leiko, dit Eudoxe après que l'enfant fut partie, Mais tes paroles ne sont trop réconfortantes et manquent de fermeté. De plus, malgré les cinq années qu'il a passé ici, il ne comprends pas ce qu'est la connaissance et la discipline.

-Eudoxe, vous ne voyez que par la connaissance et la maîtrise de soi. Moi, je vois par la motivation et le dépassement de soi.

-Que dis-tu?

-Il est évident que si Shõ agit ainsi, c'est parce qu'il souhaite accomplir quelque chose qui lui tient à coeur. Défendre le bien et ce qu'il estime juste comme tous les Chevaliers, certes, mais également autre chose. Et cette chose vient du coeur. J'en suis certaine.

-Si c'est le cas, j'espère qu'il survivra pour trouver ce qu'il cherche."

"-Toi, tu es ce qui me motive pour me battre. Je n'ai pas arrêté de me répéter cette même phrase dans la tête depuis qu'on m'a séparé de Kyõko et que je t'ai trouvé dans cette montagne près de la forêt de ronces où maman est morte sans que l'on retrouve son corps. J'ai aussi gardé ce parchemin.

Six étoiles

Six maux

Six épreuves

A chaque épreuve réussie

Et à chaque maux détruit

Une étoile brillera

Jusqu'à ce que vienne l'heure de l'épreuve finale

Afin d'atteindre ton objectif "

Shõ avait d'un bracelet de perles où étaient accrochées cinq étoiles couleur argentée où un parchemin y était accroché. Ce texte mystérieux ne pouvait vouloir dire qu'une chose à ses yeux: elle battrait tous ses adversaires sur l'Île, remporterait l'Armure du Petit Cheval, battrait tous ses adversaires lors du Grand Tournoi Galactique des Chevaliers de la Fondation Graad, remporterait l'Armure d'Or et, enfin, satisferait cette sale peste de Saori Kido qui lui accorderait le privilège de revoir sa sœur. Sa sœur qui avait presque toujours été sa seule famille.

Shõ avait presque réussi la première épreuve. Elle avait battu tous ceux qui voulaient l'Armure du Petit Cheval et Rhilia avait finalement renoncé à se battre contre elle car les deux s'étaient toujours mutuellement respectées malgré le fait qu'elles voulaient la même Armure.

"-Après tout, nous la désirons pour des raisons honorables, avait-elle dit, Si un jour, nous devenons Chevaliers, nous défendrons une cause que nous estimons juste.

-Oui et nous avons également des buts personnels à atteindre. Toi, tu pourrais enfin te trouver une vraie maison, et moi, on m'accorderait le droit de revoir ma sœur.

-Je sais. Mais j'ai déjà une maison. Que je remporte l'Armure ou non, je peux rester ici. Tout ce que je veux, c'est que quelqu'un qui soit digne de l'Armure la remporte. Et je suis heureuse de savoir que nos objectifs ne sont pas égoïstes contrairement à ceux d'Ichnos qui ne veut rien d'autre qu'écraser ses adversaires avec un plaisir sadique. En plus, il n'est qu'un lâche."

Rhilia était italienne. Sa mère était morte et son père l'avait abandonné alors qu'elle n'avait que sept ans. Elle avait vécu un an en enfant volant dans les rues avant d'être trouvée par Nios qui avait senti en elle le cosmos des Chevaliers. A l'idée d'avoir quelqu'un qui pouvait s'occuper d'elle ainsi qu'un lieu où vivre mais également un moyen d'apprendre à se défendre, elle avait tout de suite accepté d'apprendre à se battre. Mais il lui était trop difficile d'affronter Shõ même s'il s'agissait de remporter l'Armure du Petit Cheval. Affronter ses amis, c'était bien trop dur voire...impossible?

Shõ n'avait plus qu'à battre ce trouillard d'Ichnos. Il était peut-être peureux mais il était assez orgueilleux pour croire qu'il était digne de revêtir une Armure Sacrée. Cela même s'il n'avait aucun courage. Quel sale type!

Shõ était prête. Elle avait mit son bracelet sur son poignet droit pour se donner du courage. Personne ne l'aurait crut mais il était incassable. On aurait pu le jeter dans du feu ou tenter de le dissoudre dans de l'acide, il resterait intact. Sans doute un sortilège dû au fait que tant que les cinq épreuves ne seraient pas accomplies, il resterait intact. C'était parfait car cela ne faisait que renforcer la détermination de la jeune fille.

Shõ arriva enfin dans l'Arène en Cratère. Un public massif s'y trouvait. Il semblait à la fois enthousiaste et inquiet. Si certains souriaient et poussaient des acclamations, d'autres chuchotaient. Shõ s'y attendait. Elle savait très bien qu'elle était appréciée mais également que tout le monde avait parfaitement conscience que les combats étaient très dangereux et que n'importe qui pouvait y laisser sa vie. Elle décida d'ignorer les spectateurs et se contenta de chercher le cosmos de ses proches. Comme promit, Eudoxe et Leiko étaient présents. Nios se trouvait bien juste à côté à d'Eudoxe mais Leiko était bien au premier rang. Cependant, elle ne sentait pas celui de son fameux adversaire pitoyable. Où pouvait-il donc bien être? Il n'était quand même pas froussard et crétin au point de déclarer à la dernière minute? Si c'était le cas, Shõ remporterait l'Armure du Petit Cheval bien trop facilement. Elle aurait l'impression de ne pas la mériter. Elle ne la sentirait que comme une salissure et une représentation du pathétisme de son non-adversaire.

Finalement, on entendit enfin des pas.

"-Ah Ichnos, te voilà enfin, dit Shõ soulagée mais toutefois d'une voix un peu râleuse, Je commençais à croire que ta couardise t'avait poussé à te dégonfler.

-C'est le cas.

-Quoi?

-OH!"

TatataTA6

Personne ne pouvait y croire. C'était le choc général que ce soit parmi la foule ou Nios, Eudoxe et Leiko eux-mêmes. Mais la plus ébahie était bien Shõ. Devant elle ne se tenait pas l'orgueilleux et poltron Ichnos mais une jeune fille masquée. Celle-ci avait de longs bruns marrons, portait des épaules et des genoux de fer, était vêtue d'une tenue rouge carmin et portait des seins de fer rouge-sang. Comment? Elle, ici? Mais pourquoi? Et pour quelle raison son ton était-il aussi dur?

"-Rhi...Rhilia? Mais que viens-tu faire dans l'Arène au Cratère?

-La même chose que toi, je suppose.

-Mais...mais je croyais que tu avais renoncé au combat.

-Ichnos a renoncé parce que ce poltron avait bien trop peur de perdre face à toi. Du coup, je suis passée de spectatrice à adversaire.

-Mais je pensais que si c'était moi et Ichnos qui nous retrouvions sur le terrain final, tu préférais me laisser le battre plutôt que de te battre contre moi.

-Ce lâche a quitté l'Île du Petit Cheval cette nuit. Shõ, il ne reste plus que toi et moi. L'Armure du Petit Cheval a besoin d'un possesseur et seul un combat peut lui permettre d'en avoir un. Sinon, elle restera ici à jamais. Tu le sais, non?

-O...oui.

-Alors désormais, c'est toi ou moi.

-Rhilia, je n'ai aucune envie de me battre contre toi.

-Ah non? Et pourquoi?

-Parce que...parce que...

-Parce que je suis une femme, c'est ça? Oh, je croyais que tu valais mieux que tous ces hommes qui croyaient en ces préjugés idiots. Contrairement aux hommes de cette île, tu ne refusais jamais le combat face à moi, tu ne te laissais pas vaincre facilement, tu me poussais au-delà de mes limites alors que mon propre Maître ne le faisait pas. Ou alors, je me suis peut-être trompée. Peut-être as-tu fait en sorte de ne jamais me montrer les limites de ta véritable force afin que j'ai une chance de gagner tout en feignant de me traiter comme ton égale. Toutes tes paroles n'étaient-t-elles donc que des beaux discours? Sale menteur!"

Shõ était stupéfaite. Elle avait tellement prit l'habitude d'être traitée comme un Chevalier, c'est-à-dire un homme, qu'elle n'avait jamais réellement prit conscience de ce qui voulait dire être une Femme-Chevalier bien que son Deuxième Maître et son amie de l'Île du Petit Cheval furent des femmes. Il n'y avait pas que le masque qui faisait ressentir aux femmes une sensation d'étouffement et de position réductrice par rapport à leurs comparses masculins. Il y avait également les traitements qu'on leur faisait subir car bien qu'on leur avait accordé le droit de pouvoir devenir Chevaliers, on leur montrait bien qu'elles ne seraient jamais réellement traitées tel quels. Il était vrai qu'elles n'étaient jamais provoquées en duel par les hommes qui considéraient qu'on ne devait pas s'attaquer à de faibles femmes dont la chute serait inexorable. Elles étaient obligées d'avoir des mentors qui devaient prouver qu'elles étaient capables de se battre afin qu'on accepte enfin leurs provocations en duel ou bien qu'on les provoque par la suite. Et même quand cela était possible, les hommes qui avaient provoqués les femmes ou qui avaient été provoqués par des femmes retenaient leurs coups parce qu'ils étaient tellement sûrs de leurs propres forces qu'ils étaient certains de gagner automatiquement les duels contre elles. Ainsi, pour se dépasser réellement et être sûre d'avoir du mérite en tant que vrais Chevaliers, les femmes étaient obligées de tester leurs véritables forces et leurs savoirs entre elles, utiliser leurs savoirs et progresser entre elles. Les choses avaient toujours été de cette façon entre Leiko et Rhilia quand elles ne se trouvaient pas avec Shõ. Même si le Deuxième Maître de cette dernière savaient que les deux jeunes filles se battaient pour la même armure, elle savait aussi qu'elles étaient amies malgré tout et que Shõ avait de l'estime pour elle dû à leur désir mutuelle d'atteindre un but qu'elles estimaient juste. Or, en disant à Rhilia qu'elle ne voulait pas se battre contre elle, Shõ était de lui faire croire qu'elle la considérait comme une faible femme comme tous les hommes qu'elle avait croisé. Pire, elle lui donnait l'impression qu'elle ne valait même pas la peine qu'on tente de la considérer comme une adversaire potentielle à cause de son genre. Aux yeux de tous, Shõ était un homme, Rhilia compris. Il était donc normal au sein de l'Ordre des Chevaliers qu'elle soit considérée comme l'égale, ou plutôt qu'il soit considéré comme l'égal, des Chevaliers et qu'elle, ou plutôt qu'il, n'ait pas bien plus besoin de prouver sa valeur que Rhilia n'avait à le faire. Quelle aveugle et odieuse personne Shõ était! Elle voulait faire comprendre à son amie combien elle comptait pour elle en refusant de lui faire violence et elle ne faisait que la blesser et la rabaisser en l'empêchant de passer une épreuve d'importance égale pour les deux camarades présentes dans l'Arène. Elle devait mettre fin à cet horrible malentendu.

"-Tu te trompes Rhilia. J'aurais refusé de me battre contre toi même si tu avais été un homme. Je ne veux pas t'affronter parce nous sommes amis, rien de plus. Je sais que cela peut sembler stupide à tes yeux parce que je me suis toujours montré sûr de moi, obstiné et presque jamais déstabilisé dans de nombreuses situations. Mais là, tout est différent. Je ne m'attendais pas à ce que tu sois mon adversaire et tu avais toi-même renoncé à te battre contre moi.

-C'était parce qu'Ichnos avait réussi à rester debout malgré le fait qu'il ne soit qu'un orgueilleux lâche. Je savais que face à l'un de nous deux, il n'avait aucune chance mais moi, j'avais déjà ce que je voulais car j'avais battu tous mes adversaires. L'Île du Petit Cheval allait devenir ma maison pour de vrai. Mais toi, tu n'allais pas avoir ce que tu désires depuis toujours. Or, je sais que l'unique moyen pour que ton désir aboutisse est de remporter l'Armure du Petit Cheval. Mais maintenant que ce vantard poltron d'Ichnos s'est enfuit et a renoncé au combat, tu n'as pas d'autre choix que de m'affronter ou l'Armure restera à l'abandon. Est-ce vraiment ce que tu veux?

-Rhilia...

-Ne crois que je vais retenir mes coups; et ne retiens pas les tiens non plus. Ce combat doit être loyal selon les règles de la Chevalerie.

-Dois-je vraiment me battre contre mon amie? pensa Shõ, Je sais qu'en ramenant l'Armure, je pourrai peut-être retrouver ma sœur, mais cela doit-il au prix de faire du mal à quelqu'un qui compte pour moi?

-Allons Shõ, qu'est-ce que tu attends? Tes remords ne te servent à rien. L'amitié n'existe pas ici. Dans l'Arène, il n'y a que des adversaires.

-Mais qu'est-ce que tu attends? Pourquoi ne te bats-tu pas? demanda Eudoxe à la jeune fille via son cosmos, Tu ne dois pas perdre ton assurance à cause de tes sentiments. Ton esprit doit rester concentré quoiqu'il arrive.

-Shõ, elle va te frapper! avertit Leiko

-OH!"

Shõ était tombée sur le sol. Son front saignait. Rhilia avait dit vrai. Elle n'avait aucunement retenu ses coups. Complètement déstabilisée, la jeune japonaise ne put gémir avant de se relever faiblement.

"-Bravo Rhilia, je suis fier de toi, dit Nios, Ichnos était médiocre et tu es bien plus méritante que lui.

-Rhilia est sincère. Dans ce combat, seul l'enjeu compte pour elle. Peu lui importe que ce soit elle ou moi qui gagne maintenant qu'il n'y a plus cet adversaire sans aucun mérite dans l'Arène.

Très bien, puisque tout ce qui compte à tes yeux, c'est que l'Armure du Petit Cheval ne reste pas sur l'Île, soit, j'accepte que nous devenions adversaires.

-Je préfère ça."

"-Je suppose que tu n'ignores pas que l'Armure du Petit Cheval est un héritage de la Grèce, n'est-ce pas Shõ?

-Oui. L'Île du Petit Cheval est voisine à la Grèce tout comme la constellation du Petit Cheval est voisine à celle de Pégase."

Pégase. Ce mot fit remonter des souvenirs dans l'esprit de Shõ. Parmi les 100 garçons orphelins avec lesquels elle s'était retrouvée. Il y en avait eu un avec lequel elle s'était bien entendue. Son nom était Seiya. Ce dernier avait, tout comme Shõ, était séparé de sa soeur alors qu'il n'était qu'un petit enfant. Le nom de cette soeur était Seika. Quand les deux orphelins avaient su ça, un lien s'était créé entre eux et ils avaient eu l'impression de se comprendre mutuellement.

Au fil du temps, on les avait surnommés les troublemakers6,5car ils ne cessaient de faire tourner en bourrique tous les domestiques qui se pliaient aux moindres caprices de la petite-fille Kido, en particulier le majordhomme Tatsumi qui n'hésitait pas à gronder voire à taper les enfants dès que ceux-ci désobéissait. Résultait, il s'était souvent retrouvé humilié devant Mitsumasa Kido comme la fois où Shõ et Seiya avaient écrit "Je suis un crâne d'oeuf" sur son front.

"Seiya, te reverrais-je? Seiya, nous avons toujours été les seuls à oser tenir tête à cette pimbêche de Saori Kido. Je sais que je veux ramener cette Armure pour revoir ma sœur mais je voulais aussi m'assurer d'obtenir quelque chose de ta part lors du Grand Tournoi des Chevaliers de la Fondation de Graad. Quand nous avons été envoyés dans nos camps d'entrainements respectifs pour devenir Chevaliers du Petit Cheval et de Pégase, nous avons compris que les Armures que nous convoitions étaient voisines. Je me suis vite dit que nos destins étaient liés. Mais pour cela, nous devons tous les deux revenir vivants. Seiya, si je remporte l'Armure, du Petit Cheval, tu remporteras celle de Pégase. J'en suis certaine.

Kitalpha, Delta Equueleus, Epsilon Equueleus, Bêta Equueleus et Gamma Equueleus. Ce sont les cinq étoiles qui constituent la constellation du Petit Cheval. Elle a beau être bien peu visible contrairement à beaucoup de constellations, elle n'est pas moins puissante et protectrice que les autres.

-C'est pour cette raison que nous voulons tous deux l'Armure qu'elle a fait naître des étoiles."

Sur ces mots, Shõ et Rhilia se battirent sans essayer de se modérer. Elles donnèrent leurs maximum et même si elles semblaient s'épuiser au fil des coups, elles ne renonçaient pas car leurs déterminations respectives étaient grandes. Le sang coulait, les corps s'épuisaient mais elles s'en fichaient.

"-Tu sais, Rhilia, je commence à me demander si tu ne mérites pas cette Armure plus que moi.

-Comment?

-Je la veux pour un but que je ne suis même pas sûre d'atteindre alors que toi, tu sais que tu la remportes, tu auras ce que tu veux même si tu penses que tu l'as déjà.

-Tu n'as pas le droit de te sous-estimer, Shõ. Moi, je ne me sous-estime pas.

-Je ne me sous-estime pas non plus, c'est pour toi que j'ai de l'estime.

-Fais attention à tes compliments."

A ces mots, Rhilia frappa Shõ sur la nuque de toutes ses forces. Cela la surprit tant qu'elle tomba sur le sol à demi-inconsciente.

"-Voyons si tu te relèves après ça mais surtout si l'Armure est capable de reconnaître qui est digne de la revêtir.

-Oh! pensa Shõ, Ce ne sont plus mes sentiments qui me prennent au piège, ce sont mes capacités. Je sais que j'ai suivi minutieusement l'enseignement d'Eudoxe et Leiko mais comme je croyais que j'allais être face à Ichnos, je m'étais dit que ce serait facile. C'est comme si j'avais oublié tout ce qu'ils m'avaient appris.

-Shõ, dit Eudoxe à la jeune fille via son cosmos, Tu ne dois pas renoncer. Ce n'est pas parce que ton adversaire n'est pas celui que tu croyais être que tu es perdu d'avance. Personne n'oublie ce qu'il a apprit en quelques secondes.

-Shõ, dit Leiko, N'oublie pas qui tu veux être. Tu veux être un Chevalier, n'est-ce pas? Alors n'oublie jamais ce que tu t'es promis. Il n'y a que toi qui peut exaucer tes propres souhaits.

-Leiko..."

Devant la mer en pleine nuit trois ans plus tôt...

"-Pas d'armes?

-Non, les Chevaliers n'en utilisent pas.

-Mais alors comment ils font pour se battre?

-Ils utilisent leurs poings et leurs pieds.

-Mais et si leurs adversaires sont armés?

-Les pieds et les poings peuvent s'avérer plus puissants que n'importe quelle arme. Regarde ce que je peux faire de cette pierre rien qu'avec mon poignet."

Comment Leiko pouvait-elle penser détruire cette pierre qui faisait la taille de sa main? Etait-t-elle donc inconsciente? Shõ savait que cela était impossible. Mais...

"-Oh!

-Tu as vu? Ce n'est plus que de la poudre."

Sur ces mots, elle l'envoya au loin dans la mer.

"-Maintenant, à ton tour.

-Quoi?"

Elle avait prit une autre pierre de la même taille qu'elle avait déposé sur un rocher devant Shõ.

"-J'ai dit "A ton tour."

-Mais je sais pas faire ça.

-Et bien, tu es ici pour apprendre, non? Alors, essaie au moins."

Incertaine, Shõ se plia à l'exigence pour faire plaisir à son Deuxième Maître. Malheureusement, le résultat ne fut pas à la hauteur des attentes de cette dernière. En effet, la main de l'enfant était en sang et la pierre en fut bientôt recouverte.

"-Tu es ici depuis deux ans et tu ne sais toujours pas faire quelque chose d'aussi facile?

-Facile? Facile?! Mais ça fait super mal!

-Imbécile! Si tu veux devenir un Chevalier, il ne faudra jamais te plaindre. Alors, tu devrais persévérer et tenter de casser des pierres jusqu'à y arriver.

-Vraiment?

-Oui. C'est le seul moyen de développer ton cosmos.

-Cosmos?

-Oui. C'est de là que vient la véritable puissance des Chevaliers. Ton corps est composé d'atomes. Les étoiles aussi. Elles sont nées lors de cette immense explosion qui a créé la Terre et formé le cosmos de tout l'univers. Il donne aux Chevaliers une puissance surhumaine venant de leurs constellations. Et c'est de cette façon que d'un simple coup de poing et d'un simple coup de pied, ils peuvent détruire n'importe quelle matière sur leurs passages. Le Petit Cheval est une constellation. Et elle sera également ton ange-gardien si tu te montres digne d'elle.

-Oh!"

Sans attendre que son Deuxième Maître lui demande de réessayer de la casser, Shõ se jeta sur la pierre et, non seulement...

"-Yaaah!"

...parvint à détruire cette dernière mais également...

"-Oh! Shõ, c'est toi qui a fait ça?"

Un immense cratère s'était formé dans le sol rocheux de cette partie de l'Île. Eudoxe, qui avait entendu le cri de son élève, s'était empressé d'aller voir si quelque chose n'allait pas. Et ce qu'il venait de voir venait de prouver qu'elle semblait, au contraire, en forme et un sourire sur son visage prouvait qu'elle était fière d'elle.

"-Alors quand il s'agit des conseils de Leiko, tu es attentif et tu fais des progrès; mais par contre, moi, dès que j'ouvre la bouche pour t'aider et te faire progresser, tu ne m'écoutes jamais. J'aimerais comprendre pourquoi.

-Incroyable! Le Sage Eudoxe boude.

-Shõ, ce n'est pas très respectueux vis-à-vis de lui. D'autant plus qu'il est ton Premier Maître.

-Ne croyez pas que je ne vous respecte pas Maître. La preuve, Εξακολουθώ να έχω ελληνικά προτάσεις σας στο κεφάλι. Κοιμηθείτε σε αυτό, αλλά ο ύπνος είναι αποκατάστασης για ένα μυαλό που σκέφτεται συνεχώς.7

-C'est ça, continue à te moquer de moi. Mais un jour, le grec te servira.

-C'est bien pour ça que je suis là Maître. Pour que toutes ces leçons me servent. Aussi bien celles de Leiko que les vôtres. Je sais qu'un jour, je serai Chevalier. Je me suis fixé ce but."

Je me suis fixé ce but...Je me suis fixé ce but...

Retour au présent...

"-Hum, gémit Shõ en se redressant sur ses genoux

-Tu te relèves? demanda Rhilia, Ca ne m'étonne pas de ta part. Tu ne te serais jamais laissé vaincre facilement.

-Tu me connais bien.

-Cependant, je me demande si tu as les connaissances nécessaires pour remporter ce combat.

-Parce que tu crois qu'il suffit uniquement de connaître des techniques de combats pour vaincre ton adversaire?

-Na-nani?

-Rhilia, tu es une excellente guerrière et Nios a raison quand il dit que tu as la force digne de celle d'un Chevalier. Mais as-tu déjà senti l'univers à l'intérieur même de ton être?

-Hontouni?8

-Hai. Notre galaxie est composée de constellations. Ce qui veut dire que notre univers l'est également. Il faut en avoir conscience pour devenir Chevalier pas uniquement savoir se battre.

-Je sais que le Petit Cheval est une constellation et je sais aussi que toutes les Armures sont nées de constellations. Le Dragon, Andromède, Le Cygne, Le Phénix et même Pégase dont le Petit Cheval est la voisine. J'ai appris quelles étaient les différentes constellations sans oublier de devenir la meilleure guerrière possible en dépassant mes limites.

-Mais ça ne suffit pas de savoir ce que sont les constellations ou de savoir utiliser au mieux sa force Rhilia. Je te l'ai dit, il faut sentir l'univers à travers soi. Et à force de m'entrainer sur cette Île, j'ai senti les étoiles elles-mêmes à travers moi.

-Qu'est-ce que tu dis?

-Avant, je croyais qu'il fallait que je me contente de croire en ma propre force et d'apprendre par coeur les constellations. Mais maintenant, je sais que la connaissance n'est pas la vérité. Je suis le seul à être en mesure de dépasser mon être si je crois en moi. Depuis, je sens les cinq étoiles du Petit Cheval vibrer à travers mon corps. Et je vais te le prouver.

-Regarde, dit Ore à Elor, Shõ agite ses bras

-Oui, dit Elor, On dirait qu'il forme une silhouette avec ses mains.

-On dirait qu'il est devenu encore plus fort que quand on l'a combattu.

-C'est vrai. Et quand on pense que lui et Rhilia nous ont battus et qu'on regarde Rhilia en ce moment, elle a l'air très surprise.

-Mais alors, ça veut dire que Shõ peut gagner. Ce qui signifierait que...

-Oui, ça ne peut qu'être ça.

-Shõ, j'ai compris ce que tu cherches à faire, dit Eudoxe à la jeune fille via son cosmos, Alors, tu penses vraiment qu'il existe autre chose que la connaissance et la maîtrise de soi pour faire un bon Chevalier? C'est pour ça que tu écoutais davantage Leiko que moi?

-Vous voyez que j'avais raison, Eudoxe, dit Leiko en utilisant la même méthode que le Maître Officiel de Shõ, C'est la motivation et le dépassement de soi qui comptent avant tout. Il est vrai que l'on apprend des choses importantes dans les livres ainsi que dans l'art du combat. Mais si l'on n'en comprend pas le sens profond et qu'on ne se sert pas de tout ce qu'on a appris pour une cause que l'on estime juste, à quoi bon avoir apprit tout cela?

-Alors, Shõ ne se moquait pas de moi. Il m'écoutait. Je croyais qu'il n'en faisait qu'à sa tête alors que c'était moi qui n'était pas digne d'être son Maître. Oh Leiko! Tu n'avais pas à être mon Second mais le Maître Officiel de ce jeune garçon.

-Vous vous trompez Eudoxe. Nous avons été complémentaires pour Shõ. Vous, vous avez là pour lui apprendre la connaissance et la maîtrise de soi et moi la motivation et le dépassement de soi. Vous n'avez jamais été inutile. Moi non plus d'ailleurs. La preuve, regardez Shõ."

Il était vrai que l'apprentie ne combattait plus. Du moins physiquement. Elle faisait des mouvements à l'aide de ses mains sous les yeux ébahis de son amie et adversaire. Les spectateurs aussi semblaient surpris.

"-Mais bien sûr, pensa Eudoxe

-Il n'agite pas son corps pour rien, pensa Leiko, Il le fait pour une raison.

-Mais quel est donc ton but, Shõ? pensa Rhilia prise au dépourvu

-Tu vois Rhilia? C'est que je veux dire par "Sentir l'univers à l'intérieur même de son être". Si tu sens la constellation à l'intérieur de toi-même, l'Armure te reconnaîtra comme son digne possesseur ou sa digne possesseuse. Mes Maîtres m'ont toujours dit que les Armures ne remplissaient pas leurs offices d'elles-mêmes. Elles ont besoin de l'intelligence et de la puissance de ceux et celles qui les revêtissent.

-Je vois que tu as écouté plus attentivement les leçons de tes Maîtres que moi. J'aurais dû être plus à l'écoute du mien. Derrière tes airs moqueurs se cache quelqu'un de bien plus sage qu'il n'y paraît. Oh! Mais...

-Incroyable! pensa Nios, Je sens un immense cosmos vibrer à l'intérieur de ce jeune garçon. Oh! Mais...

-C'est ça Shõ, encouragea Leiko, Forme-la!

-Mais oui, se dit Nios, je la vois. C'est...C'est...

-La constellation du Petit Cheval! Il forme les cinq étoiles qui la constitue avec ses mains tout en s'assurant qu'elle pénètre dans son esprit pour être sûr qu'elle lui réponde, s'exclama Rhilia dans son esprit, Il a gagné. Je suis vaincue.

-Rhilia, réagis. Je t'en prie, supplia Nios"

Mais il était trop tard.

"-Par le Météore du Petit Cheval!

-Oh! s'exclama l'assemblée

-Akuma! Bakemono! Dono yō ni anata ga josei ni taishite subete no anata no chikara otsukau aete?9"

Nios était hors de lui. Mais personne n'y faisait attention. Après que Rhilia soit tombée à genoux sur le sol, l'urne sacrée contenant l'Armure du Petit Cheval s'était ouverte. Cette dernière était resplendissante et d'un bleu légèrement blanchâtre. On pouvait y voir de petites ailes sur les bottes et un |casque/diadème|10 en forme de cheval.

"-Ce buste, ces épaules et ces bras imposants, pensa Shõ, Ce n'est rien comparé à ces ailes que je vois sur les pieds de cette Armure. C'est bien la preuve qu'elle est voisine à celle de Pégase. Si je l'ai gagnée, ça veut dire que Seiya va pouvoir gagner la sienne. Nous reviendrons tous les deux au Japon pour retrouver nos soeurs après avoir participé au Grand Tournoi des Chevaliers de la Fondation Graad et nous fêterons ensemble notre retour après avoir remis cette garce de Saori à sa place comme nous avons toujours osé le faire."

Sans qu'elle ne bouge, Shõ fut revêtue par l'Armure du Petit Cheval qui se plaça morceaux par morceaux sur son corps. Elle fût acclamée par une bonne partie de la foule dont une Leiko enthousiaste et un Eudoxe fier.

"-Shõ, tu as été merveilleux! L'Armure t'a reconnu comme son digne possesseur. Je savais que ton entrainement finirait par faire de toi quelqu'un de puissant.

-Shõ, tu étais peut-être un disciple insolent et tu ne faisais jamais ce que j'attendais de toi. Mais tu as été à la hauteur de ce que tu espérais de toi-même et c'est ça qui t'a fait obtenir l'Armure. Bravo!

-Merci mes Maîtres.

Rhilia!"

La jeune fille était encore à genoux. Shõ se précipita vers elle afin de s'assurer qu'elle n'était pas blessée.

"-Rhilia, est-ce que ça va? Dis-moi si je t'ai fait mal."

La jeune fille resta silencieuse.

"-Regardez ça, dit Ore, Tu fais moins la fière maintenant, hein, Rhilia?

-Ah ça oui, ajouta Elor, Et elle qui se croyait être notre égale! Ah, ces femmes qui disent pouvoir être Chevaliers. Ca parle beaucoup mais quand ça veut agir, ça ne fait que prouver qu'elles sont bien trop stupides pour croire qu'elles seront à notre vrai?"

Ils se mirent à rire à gorge déployée.

Ces deux garçons odieux et méprisables étaient allés beaucoup trop loin. En prononçant de telles paroles, ils avaient non seulement insulté Rhilia, qui, en plus d'être affaiblie, était triste de ne pas avoir obtenu l'Armure du Petit Cheval, mais également celle qui se cachait derrière le masque métaphorique de Shõ: Shõko. Comment pouvaient-ils oser faire une chose pareille alors qu'ils n'étaient pas parvenus à se trouver sur le lieu du combat?

Sans réfléchir, sans l'avoir prévu, le nouveau Chevalier du Petit Cheval envoya silencieusement un nouveau météore vers les deux garçons prétentieux et abjects. Celui-ci atteignit une place vide se trouvant juste à côté d'eux. Cela les fit trembler de tous leurs membres et ils n'osèrent plus dirent un mot.

"-Acerbes nuisibles! Comment osez-vous dirent de telles choses alors que vous n'étiez même pas en train de combattre dans cette Arène? Rhilia et moi vous avons battus tous les deux, ce qui prouve que nous sommes tous les deux bien meilleurs que vous même si elle est une femme. Si elle avait été face à l'un de vous, ça aurait été elle qui aurait remporté cette Armure et sûrement pas l'un d'entre vous. Vous êtes juste jaloux que l'Armure ne soit pas à l'un d'entre vous alors vous profitez du fait que je sois un homme pour humilier Rhilia qui a perdu face à moi en vous moquant de son genre soi-disant inférieur au nôtre. Mais sachez que je traite tout le monde avec respect, du moins tant qu'ils ne montrent pas d'irrespect envers moi ou quelqu'un d'autre ou un de mes proches. Et Rhilia, bien qu'ayant été mon adversaire dans cette Arène, reste mon amie. Alors, si un seul d'entre vous ose encore se moquer d'elle, je renouvellerai mes coups. Celui-ci n'était qu'un avertissement et j'ai fait exprès de viser à côté. La prochaine fois, je réduirai vos corps en poussière si vous recommencez. Est-ce clair?"

Les deux boucs félons ne dirent plus un mot terrifiés. L'assemblée aussi s'était tut. Eudoxe et Leiko n'y tenant plus étaient sortis des rangées du public pour se rendre dans l'Arène. Shõ, elle, s'était précipitée à nouveau vers son amie.

"-Rhilia, chuchota-t-elle à son oreille, même si c'est moi qui ai obtenu l'Armure, nous serons toujours amis et je ne laisserai jamais personne te maltraiter. Je vais même te donner quelque chose. Prends cette petite boîte. Leiko me l'a remise et m'avait dit qu'elle me serait utile au cas où je ne gagnerait pas l'Armure. Mais maintenant, tu en as plus besoin que moi. Tu pourras aller en Grèce à un lieu qu'on appelle le Sanctuaire. C'est là que mon ami Seiya s'est entrainé. Mais surtout, c'est de là que vient l'origine des Chevaliers. Cette boîte permets de devenir ce qu'on appelle un "Chevalier sans Armure" auprès d'un homme qu'on appelle Clépios. Il entraine tous ceux qui ont échoué à obtenir des Armures à en créer à l'aide de ces boîtes qui sont rares. Tu pourras voyager entre ici et le Sanctuaire tout en faisant partie du monde de la Chevalerie. Tu te rends compte? Non seulement, tu seras Chevalier mais tu auras deux maisons.

-Oh Shõ, dit Rhilia en prenant discrètement la boîte entre ses mains, Même quand tu as envie de gagner, tu penses à ceux qui te sont chers. Tu es tellement gentil. Je préfère avoir été battue par toi que par n'importe qui d'autre."

Shõ resta sans voix alors que Rhilia continuait à rester tête baissée.

"-Oh regardez sur le sol, s'écria Ore

-Vite partons, ajouta Elor

-Shõ! s'écrièrent Leiko et Eudoxe"

Mais il n'y avait rien à faire. Les deux jeunes filles n'écoutaient rien de ce qui se passait autour d'elles. Shõ n'avait pas remarqué que la force du poing qu'elle avait envoyé vers son amie avait fait tombé son masque sur le sol de l'Arène. La jeune italienne tourna la tête vers, celle qu'elle pensait être, un jeune garçon, ce qui fit faire un bond au Maître de la fille démasquée.

"-Non Shõ, dit Nios d'une voix emplie de colère, Tu as déjà battue ma disciple, je ne te laisserai pas lui faire ça!"

C'est alors que pour la première fois, depuis qu'elle la connaissait, Shõ vit le visage de celle qui avait grandi à ses côtés. Elle avait de grands yeux noirs magnifiques, un beau menton triangulaire qui s'accordait bien avec ses joues rondes, une petite bouche rosâtre et un nez fin mais long. Shõ fut tellement déconcertée qu'elle ne bougea plus. Non pas qu'elle ignorait que son amie avait toujours porté un masque mais elle avait tellement prit l'habitude de la voir avec que découvrir son visage la surprenait car elle n'avait jamais imaginé qu'elle le verrait un jour. Quand elle fut un peu plus calme, elle décida d'ouvrir la bouche.

"-Je suis content de savoir à quoi tu ressembles avant mon retour pour le Japon.

-Et moi, je suis contente d'avoir rencontré quelqu'un comme toi."

Nios était éberlué.

"-Masaka? Wakanne. Yamero Rhilia! Yuruserai!11"

Leiko, elle aussi, était stupéfaite.

"-Shinjirarenai!12"

Shõ vit le regard médusé de Leiko et celui haineux de Nios. Etrangement, Eudoxe tournait la tête.

"-Mais que se passe-t-il? demanda Shõ qui ne comprenait pas la situation

-Shõ, tu dois quitter l'Île maintenant, dit Leiko

-Quoi? Mais...

-Viens, je te dis."

Sans attendre de réponse, Leiko agrippa le bras du nouveau Chevalier du Petit Cheval et l'entraina plus loin.

"-Mais Leiko, je veux savoir ce qui se passe. Et surtout, qu'est-ce que Nios va faire à Rhilia? il avait l'air tellement en colère.

-D'ici, nous pourrons voir ce qui se passe."

Elles étaient allées un peu plus loin du haut d'un mont rocheux. Elles observèrent tout ce qui se passait. Nios et Eudoxe se disputaient pendant que Rhilia s'était relevée et tenait son masque entre ses mains. Même si elle la voyait de loin, Shõ voyait dans ses yeux qu'elle retenait des larmes. Elle voulut bouger mais Leiko la retint.

"-Ne t'inquiète pas. Tu connais Eudoxe. Il saura arranger les choses."

Shõ abdiqua face à l'insistance de son Deuxième Maître.

Plusieurs minutes s'écoulèrent sans que les choses ne semblaient changer. Nios semblait vraiment hors de lui et Eudoxe n'arrêtait pas de le raisonner. De l'endroit où elles se trouvaient, les deux jeunes filles n'entendaient pas la conversation. Cela frustrait Shõ. Elle savait bien qu'il parlait du regard que les deux jeunes filles avaient échangés mais en quoi était-ce aussi grave? Pourquoi avait-il fallu que le nouveau Chevalier du Petit Cheval s'en aille immédiatement après ce petit échange anodin?

Finalement, Eudoxe saisit Nios par les cheveux et lui dit quelque chose dans l'oreille. Chose qui sembla le terroriser. Eudoxe le lâcha et celui qui avait été le Maître de Rhilia sembla frémir d'une colère retenue. Il tourna les talons sans accorder un regard à son ancienne disciple.

"-C'est bon, nous pouvons partir, dit Leiko

-Mais et Rhilia?

-Ne t'inquiète pas pour elle. Eudoxe, va la prendre sous son aile. Mais maintenant, il est temps que tu te soucies de ton propre sort. Viens, tu vas prendre un bateau qui te ramènera au Japon."

"-Dis-moi, pourquoi ça a mit Nios tellement en colère que Rhilia et moi nous regardions? J'avais quand même le droit de voir au moins une fois le visage d'une amie que je pensais ne plus jamais revoir.

-Les Femmes-Chevaliers ne se contentent pas de porter des masques pour cacher leurs féminités. Elles ne doivent jamais montrer leurs visages en présence d'un homme non plus.

-Oh! Mais je ne savais pas. Si j'avais su, je ne l'aurais pas fait. Rhilia et moi avons eu de la chance qu'Eudoxe soit intervenu pour que des problèmes ne nous arrivent pas à tous les deux.

-Oui. D'autant plus que personne ne sait que tu es une femme, rappelle-t-en bien. Tu ne peux pas faire comme les Femmes-Chevaliers qui se regardent à visage découvert entre elles dès qu'elles sont seules.

-Maintenant, j'y ferai attention et...Attends une minute! Comment tu peux savoir que je suis une femme? Je ne te l'ai jamais dit!

-Voyons Shõ. Je l'ai compris depuis ton arrivée ici. Tu t'es montrée bien plus gentille avec moi et avec Rhilia que n'importe quel homme de l'Île. De plus, tu étais la seule à pousser Rhilia au-delà de ses limites et à nous traiter comme tes égales. Et à chaque fois qu'un homme faisait une remarque odieuse sur les femmes, comme aujourd'hui, tu étais menaçante. Seul quelqu'un qui pouvait le prendre mal personnellement pouvait l'être. C'était l'évidence même Shõ. Ou devrais-je plutôt dire...Shõko."

Le nouveau Chevalier du Petit Cheval baissa les yeux. A quoi bon nier? Si Leiko l'avait percée à jour, ce n'était plus la peine de se cacher. Autant assumer jusqu'au bout.

"-Maintenant que tu connais la vérité à mon sujet, que vas-tu faire?

-Moi rien. C'est plutôt toi qui devrait te poser cette question. Et déjà, pourquoi te fais-tu passer pour un homme?

-C'est mon père qui le voulait. De son vivant, il tenait un dojo familial au Japon et il donnait des cours à l'homme qui m'a envoyé ici ainsi. Ils se considéraient comme des amis. Comme ils savaient tous les deux que les Femmes-Chevaliers portaient des masques mais que mon père ne voulait pas que je me sente rabaissée par rapport aux garçons à cause de mon genre, il s'est opposé à ce que j'en porte un. Ils savaient tous deux que le seul moyen était que je me fasse passer pour un garçon. Et depuis, j'avoue que je suis à l'aise avec ça.

-Vraiment?

-Oui. Contrairement aux Femmes-Chevaliers, je ne me couvre pas le visage, on me pousse au-delà de mes limites, on me provoque, je peux provoquer sans que l'on ne refuse, on ne me traite pas comme un être inférieur, ce n'est pas une honte d'être à visage découvert devant d'autres hommes...Excuse-moi, je te dis ça alors que toi, tu n'as jamais eu droit à tout ceci parce qu'on connait ton véritable genre. Je dois te faire du mal.

-Non, ne t'inquiète pas. C'est juste que...je me pose une question.

-Laquelle?

-Comment l'Armure du Petit Cheval a pu te reconnaître comme sa possesseuse légitime alors que tu caches ta véritable identité depuis ton plus jeune âge? Je n'aurai jamais pensé que l'Armure aurait accepté d'être portée par une menteuse.

-Je ne saurai pas y répondre, Leiko. Je me suis contentée de chercher à réellement comprendre le sens profond du cosmos et de l'univers pour obtenir l'Armure et c'est ce qui est arrivé. C'est tout. Ca n'a peut-être pas de rapport avec mon identité.

-Ou alors, ça en aura peut-être un dans le futur.

-Que veux-tu dire?

-Tu es la première Femme-Chevalier sans masque de l'Histoire13. Cela ne sera pas sans conséquence dans l'avenir. Et j'espère que ce sera pour le mieux aussi bien pour toi que pour les autres Femmes-Chevaliers.

-Si c'est toi qui le dit, je l'espère aussi.

Leiko?

-Oui.

-Maintenant que tu sais que je suis une femme, vas-tu me montrer ton visage?

-Ie.

-Pourquoi?

-Je pense qu'il vaut mieux attendre que le monde de la Chevalerie soit prêt à accepter que toutes les Femmes-Chevaliers puissent se montrer à visage découvert devant n'importe qui pour que tu puisses voir le mien. Regarde ce qui est arrivé quand tu as vu celui de Rhilia par mégarde. Il vaut éviter d'autres accidents de ce genre.

-Oui, tu as raison.

Rhilia, j'espère qu'Eudoxe veillera sur toi. Et j'espère aussi que tu iras au Sanctuaire et que tu trouveras ta place.

Leiko?

-Oui?

-Merci pour tout. Pas seulement pour ton enseignement mais ici pour mon secret. Je ne sais pas si quelqu'un d'autre aurait osé le garder. J'aurais été dans une situation périlleuse si ça n'avait pas été toi.

-Ne t'inquiète pas. Je n'ai que de bonnes intentions à ton égard."

1Idiot

2Je ne prends pas en compte pas Saint Seiya G dans ma fic car je me base uniquement sur l'oeuvre de Misami Kurumada à l'exception de Next Dimension car j'ajouterai un autre Arc de ma propre invention englobé dans le reste alors, je ne considère pas la constellation du Lynx comme une constellation déjà attribuée à un Chevalier, raison pour laquelle je l'attribue à Leiko, une Femme-Chevalier que j'invente

3Shõko, Shõko, ma chérie

4Celui qui est trop sûr de lui finit par trépasser à force d'agir avant de réfléchir.

5Et la personne sûre d'elle ne devrait elle pas être fière à l'idée de ne pas être appeurée par ce qui n'est pas infranchissable mais seulement difficile à traverser?

6Cette onomatopée représente la petite musique de tension annonçant l'arrivée d'un

danger imminent ou d'un personnage souvent au d'un d'épisode de Saint Seiya. Mais il peut arriver aussi que ce soit à la toute fin. J'ai simplement écrit cette onomatopée car je trouvais qu'elle collait bien à la situation et que ça me faisait marrer

6,5Fouteur de troubles

7J'ai encore vos phrases grecques dans la tête. La nuit porte conseil mais le sommeil est réparateur pour un esprit qui réfléchit en permanence.

8Vraiment?

9Démon! Monstre! Comment as-tu osé utiliser toute ta force contre une femme?

10Ici, ce sera à vous de décider ce que vous voyez entre ces deux objets selon votre vision de ce que seront l'Armure V1 et l'Armure V2 de Shõ dans le contexte de cette fanfic qui je le rappelle se base sur l'oeuvre de Kurumada bien que le personnage de Shõ soit une invention de Kuori. Ce qui veut dire que son Armure sera détruite à la fin de l'Arc du Sanctuaire puis reconstruite au début de l'Arc Asgard par les Chevaliers d'Or. Ce qui veut dire qu'en toute logique, ici, elle devrait avoir un casque à la manière de ses futurs comparses masculins. Or, dans l'oeuvre de Kuori écrite bien après celle de Kurumada, l'Armure du Petit Cheval a déjà un diadème. J'étais donc un peu coincée entre le fait de respecter l'Armure du spin-off ou de rester dans l'esprit de l'oeuvre de base. Alors, je me suis dit "Les fans savent que les casques des personnages principaux ont disparus après le premier Arc de l'oeuvre de base donc autant relier les deux mots en une phrase et ce sera très bien." Comme ça, tout est clair.

11Est-ce possible? Je ne comprends pas. Attention Rhilia! Je ne te pardonnerai pas!

12Je ne peux pas le croire!

13Sans compter les nombreux spin-off. Je me base sur l'oeuvre originale de Kurumada, ne l'oublions pas.

Et voilà, c'est la fin du Prologue. Oui, on est loin de la Shõ pleurnicharde du début de Saintia Shõ. Je me suis dit que comme je voulais être plus proche de l'oeuvre de Kurumada, il fallait que je la rende plus badass même si elle devient plus par la suite dans l'oeuvre de Kuoripar la suite. J'espère que ce début vous plait.

A bientôt!