Bonjour à toutes et à tous ! Comme précisé dans le résumé, il s'agit ici d'une réécriture du scrip "Harry Potter et l'Enfant Maudit" ! Il s'agit donc bien d'une adaptation "roman" mais pas que ! Je vais également modifier des scènes de façon plus ou moins importantes ! (tout dépend de l'incohérence présente dans le script au moment des scènes en question) . Et des scènes seront également rajoutées dans cette fic, histoire de donner un peu plus de solidité aux personnages / situations... etc

Bonne Lecture à touuuus


Le premier septembre deux mille dix-sept était arrivé. Une nouvelle année allait commencer pour les élèves de Poudlard, qu'ils soient nouveaux ou anciens. Comme toujours à cette date, la gare de King's Cross était particulièrement bondé et il n'était pas rare que l'on voit d'étranges voyageurs chargés de bagages peu commun. Mais comme toujours, les Moldus faisaient semblant de ne rien remarquer. Le Premier Septembre était « étrange. C'est tout. Ils préféraient ne pas trop se poser de questions. Parmi ces voyageurs se trouvait une famille en particulier, deux parents accompagnant leurs enfants en poussant des chariots débordants de valises énormes. Le hululement d'une chouette se perdit dans le brouhaha qui régnait dans la gare. Malgré le vacarme environnant, Harry entendait ses deux fils se disputer.

Albus, les mains crispées autour du guidon de son chariot, clamait haut et fort :

- Je n'irai pas ! Je n'irai pas à Serpentard !

Sa mère fronça les sourcils en regardant James :

- Arrête un peu !

Le fils aîné adressa un grand sourire à Albus :

- J'ai simplement dit qu'il y serait peut-être ! Il n'y a pas de mal à ça. Il sera peut-être à Serp…

Il se tut en croisant le regard noir de sa mère.

Anxieux, le plus jeune garçon regarda la barrière séparant les voies 9 et 10. Son cœur battait la chamade. Il faisait aujourd'hui sa rentrée à l'Ecole de Sorcellerie de Poudlard, tandis que James entamerait sa deuxième année. Ce dernier afficha un petit air supérieur, lui jeta un rapide coup d'œil et se mit à courir en direction de la barrière. Un instant plus tard, il avait disparu.

Profitant de l'absence momentanée de son grand frère, Albus leva les yeux vers sa mère :

- Vous m'écrirez, hein ?

- Tous les jours, si tu veux, proposa Ginny en lui souriant et en le recoiffant sommairement.

- Pas tous les jours, répliqua précipitamment Albus. James dit que la plupart des élèves ne reçoivent des lettres de chez eux qu'une fois par mois.

- Nous avons écrit à ton frère trois fois par semaine, l'année dernière… souligna sa mère.

- Quoi ?! s'exlama Albus outré en apprenant le mensonge de son ainé.

Harry sourit en ajoutant :

- Il ne faut pas croire tout ce que James te raconte sur Poudlard. Il aime bien se moquer de toi.

En grommelant, Albus, aidé de son père, fit pivoter son chariot et ils se mirent à courir. Lorsqu'ils atteignirent la barrière, le garçon grimaça mais il n'y eut aucun choc et la famille émergea sur le quai de la voie 9 ¾, obscurci par l'épaisse vapeur blanche que produisait la locomotive écarlate du Poudlard Express.

Lily, la plus jeune des enfants Potter se mit à regarder fébrilement autour d'elle tandis qu'Albus avançait à pas mesurés en regardant devant lui. Il avait conscience des nombreux regards pesant sur sa famille et il trouvait ça quelque peu déroutant. James était déjà loin devant, surement déjà avec les amis qu'il s'était fait lors de sa première année. Albus se demanda vaguement s'il arriverait à se faire autant de bons camarades… il était moins extravagant que son grand frère qui adorait se pavaner et clamer qu'il était le fils du grand Harry Potter.

- Là ! Les voilà ! s'écria Lily en désignant un groupe de quatre personnes qui émergea de la brume, à côté du tout dernier wagon.

Albus se sentit un peu moins tendu :

- Salut !

Rose, déjà vêtue de sa toute nouvelle robe de Poudlard, lui adressa un beau sourire.

Comme lui, elle entrait en première année, et il espérait bien se retrouver dans la même maison qu'elle. Albus entra dans le wagon tandis que Ron et Harry commençaient à décharger les chariots :

- Alors, tu as réussi à ranger la voiture ?

Ron acquiesça :

- Oui. Hermione ne croyait pas que je puisse passer un permis de Moldu. Elle pensait qu'il faudrait que je jette un sortilège de Confusion à l'examinateur.

- Ce n'est pas vrai, protesta Hermione. J'avais parfaitement confiance en toi.

Elle s'éloigna pour retrouver sa fille et son fils en train de converser avec James qui avait daigné les rejoindre. Profitant de son absence, Ron baissa la voix, tout en passant les valises et les cages à hibou à Albus.

- En fait, je lui ai vraiment jeté un sortilège de Confusion. J'avais simplement oublié de regarder dans le rétroviseur et, entre nous, je peux très bien m'en passer en utilisant un charme Supersensoriel.

Harry sourit de cette confidence. Ron adressa un clin d'œil à Albus, signifiant qu'il s'agissait d'un secret. Mais le garçon était distrait. Un élève était monté dans le wagon pendant qu'ils chargeaient les valises, il n'était certainement pas en première année puisqu'il arborait déjà les couleurs de sa maison : Serpentard. Vert et Argent… Ses inquiétudes revinrent à la charge. Tout le monde craignait la Maison de Serpentard, la Maison du Mal, la Maison qui forme les Sorciers qui tournent mal… Sans parler de James qui ne cessait de lui raconter milles anecdotes de tels et tels élèves de Serpentard qui avaient fait d'horribles choses à leurs camarades comme glisser des serpents dans leur lit. Albus frissonna à cette idée et redescendit sur le quai. Il remarqua à peine l'homme grand et blond, les cheveux en catogan, qui s'éloignait et porta son attention sur sa mère qui serrait dans ses bras un James qui se trémoussait sur place.

- N'oublie pas de transmettre nos amitiés à Neville !

- Maman ! protesta le frère d'Albus. Je ne peux pas transmettre des amitiés à un professeur !

- Mais tu connais bien Neville…

James leva les yeux au ciel.

- En dehors de l'école, oui, mais en classe, c'est le professeur Londubat, tu comprends ? Je ne peux pas entrer en cours de botanique et lui transmettre des amitiés…

Albus sentit sa gorge se nouer en suivant le dialogue. Pour la première fois, il allait quitter ses parents et sa maison durant plusieurs semaines. Ses seuls repères seraient son frère déjà habitué des lieux, Rose toute aussi nouvelle que lui et un professeur de botanique. Trop perdu dans ses pensées, il n'esquiva pas le léger coup de poing joueur que son frère lui donna dans le bras :

- A plus tard, Al' ! Fais attention aux Sombrals !

- Je croyais qu'ils étaient invisibles ! protesta Albus en sentant ses cheveux se dresser sur la tête.

En riant, James étreignit rapidement son père et sauta dans le train avant de courir pour rejoindre ses camarades. De plus en plus inquiet, Albus se blottit contre son père qui lui caressa gentiment les cheveux :

- Les Sombrals sont de très gentilles créatures, elles n'ont rien d'effrayant. De toute façon, tu iras à l'école en barque, c'est la tradition.

Le garçon hoche la tête, à peine rassuré. Harry continua sur un ton appaisant :

- Ecoute tes professeurs, n'écoute pas James. Ne t'approche pas de Peeves et ne te bats pas en duel tant que tu n'auras pas appris à le faire. Et n'oublie pas que tu es invité à prendre le thé vendredi, chez Hagrid.

Vérifiant que personne ne se trouvait à portée d'oreilles, Albus murmura en changeant de sujet :

- Et si je suis à Serpentard… ?

Son père s'accroupit à sa hauteur et lui sourit.

- Albus Severus… commença-t-il dans un murmure. Tes deux prénoms t'ont été donnés en souvenir de deux directeurs de Poudlard. L'un d'eux était un Serpentard et il était sans doute l'homme le plus courageux que j'aie jamais rencontré.

- Mais dis-moi simplement…

-… si c'était le cas, alors Serpentard gagnerait un excellent élève, n'est-ce pas ? Pour nous, ça n'a pas d'importance, Al. Mais si ça en a pour toi, tu pourras choisir Gryffondor plutôt que Serpentard. Le Choixpeau magique tiendra compte de tes préférences.

- Vraiment ? marmonna le garçon on ne peut plus sceptique.

- C'est ce qui s'est passé pour moi, lui révéla Harry.

Impressionné par ce secret qu'il entendait pour la première fois, Albus écarquilla des yeux, admiratif. Ginny le serra ensuite contre son cœur avant de l'aider à monter dans le train dont elle ferma les portes. Près de Rose, il regarda par la fenêtre et vit que la plupart des sorciers présents jetaient des coups d'oeil plus ou moins discret à Harry et à ceux qui l'entouraient. Plusieurs le montrèrent même lui, Albus, du doigt. Le garçon adressa un signe de main à sa famille et recula, le cœur battant, en se demandant s'il allait réussir à être le digne fils Potter que tout le monde attendait qu'il soit.


Voici le premier chapitre réécrit de Harry Potter et l'Enfant Maudit. Comme vous pouvez le constater, il n'y a pas beaucoup de changements dans la mesure où il était déjà écrit par JK Rowling à la fin du tome 7 :)